• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Débat sur la peine de mort, Cour d’appel de Paris mercredi 20 (...)

Débat sur la peine de mort, Cour d’appel de Paris mercredi 20 juin

Débat : Peine de mort, Cour d'appel de Paris mercredi 20 juin 

La France rappelle son opposition constante à la peine de mort, en tous lieux et en toutes circonstances et son déterminé pour l’abolition universelle de ce châtiment injuste et inefficace et appelle tous les Etats à établir un moratoire en vue d’une abolition définitive. C'est dans ce contexte qu'aura lieu un débat sur la peine de mort animé par C.Hondelatte. Thierry Paul Valette

 

L’INEFFICACITÉ DE LA PEINE DE MORT 

Au Kenya, la corruption omniprésente suscite la colère de nombreuses personnes. En réaction à ce problème, un député souhaite soumettre au Parlement une proposition de loi visant à introduire la peine de mort pour des faits de corruption.

En 2017, Transparency International a classé le Kenya parmi les pays les plus corrompus du monde. Les mesures prises contre des responsables du Service national de la jeunesse, après la disparition de 9 milliards de shillings kenyans, illustre à quel point ce problème est pris au sérieux.

Aucune étude scientifique n’a réussi à démontrer de manière convaincante que la peine de mort avait un effet plus dissuasif que d’autres sanctions légales. Un ensemble d’études faisant autorité commandées par les Nations unies dans diverses régions à travers le monde ont même conclu à de nombreuses reprises que la peine de mort n’avait pas un effet plus dissuasif en matière de criminalité qu’une peine d’emprisonnement.

La France rappelle son opposition constante à la peine de mort, en tous lieux et en toutes circonstances et son engagement déterminé pour l’abolition universelle de ce châtiment injuste, inhumain et inefficace. Elle appelle tous les Etats appliquant encore la peine de mort à établir un moratoire en vue d’une abolition définitive.

C'est dans ce contexte qu'aura lieu mercredi 20 juin prochain, devant la première chambre de la Cour d'appel de Paris, un débat dur la peine de mort. Ce débat sera animé par Christophe Hondelatte. 

 

Débat sur la peine de mort , Cour d'appel de Paris , mercredi 20 juin 2018 © Thierry Paul ValetteDébat sur la peine de mort , Cour d'appel de Paris , mercredi 20 juin 2018 © Thierry Paul Valette

 

PROGRAMME :

Lizete CYPEL, Présidente de la CETIECAP, et Natalia FEDOSSOVA vice Présidente.

  1° Pièce interprétée par William Mesguich « le dernier jour d'un condamné » 
tirée de la nouvelle de Victor Hugo.

  2° Débat animé par Christophe HONDELATTE

  3° Lecture de la lettre de Robespierre sur l'abolition de la peine de mort par
Natalia Fedossova et Philippe VALMONT (comédien et première voix de doublage en France)

  4° Cocktail dans la salle des pas perdus

Seront présents entre autres :

Marylise Lebranchu, ancienne Ministre de la Justice
Maître Julien BENSIMHON avocat au barreau de Paris
Maître John C. FREDENBERGER avocat américain du barreau d'Oklaoma
Maître Salima FEDDAL avocate au barreau de Paris,
Thierry-Paul Valette président de l'Égalité Nationale ,
Ibrahime Sorel Keita vice-président de SOS Racisme.

 

4575247-christophe-hondelatte-sur-europe-1-article-media-image-2

 

Un représentant d'Amnesty International pour faire un état des lieux
de la peine de mort dans le monde et les pays qui ont conservé cette sanction.

Seront également présents des membres de La Cour d'Appel et ses dirigeants, 
des membres du Conseil d’État, des avocats et membres de la CETIECAP d'AMNESTY.

 

L'ABOLITION DE LA PEINE DE MORT N'EST JAMAIS ACQUISE 

Philippines : Sainte Thérèse de Lisieux dans le "couloir de la mort"

 

813d13016152e964536533819aeffd08-lisieux-les-reliques-vont-voyager-dans-le-monde

 

À Manille, 21 janvier 2000 (APIC) à la demande des autorités pénitentiaires des Philippines, les reliques de sainte Thérèse de Lisieux étaient arrivée pour être exposées dès le lendemain dans le “couloir de la mort” de la prison d’Etat après une messe célébrée pour les détenus.

“Les autorités du pénitencier m’avaient demandé si les reliques pouvaient être amenées dans le couloir de la mort, explique Mgr Ramon Arguelles, attaché aux questions d’aumônerie. Mgr Ramon Arguelles est un dévot de sainte Thérèse et il a travaillé pendant des années pour faire venir à Manille les reliques de la carmélite normande, morte à l’âge de 24 ans, après avoir passé neuf années au monastère, patronne universelle des missions et docteur de l’Eglise.

L’évêque rappelle que le premier “fils spirituel” de la sainte, avant même son entrée au Carmel, est Pranzini, un condamné à mort, arrêté pour avoir assassiné trois femmes en 1888. Thérèse Martin, passant outre l’interdiction paternelle, comme elle le raconte elle-même dans ses “Manuscrits autobiographiques” (autrefois “Histoire d’une âme”), avait ouvert le journal et était tombée sur l’histoire de ce criminel. L’adolescente décida de prier pour qu’il regrette ses crimes, offrant des messes et des sacrifices. Elle apprit par les journaux qu’avant son exécution, il s’était approché du prêtre et avait embrassé la croix : le signe que Thérèse attendait pour se savoir exaucée.

 

sainte-therese-lisieux

 

La peine capitale avait été abolie aux Philippines par la Présidente Corazon Aquino en 1987. Les condamnations à mort avaient été commuées en peines de prison et la chaise électrique mise au rebut. Mais la situation s’est retournée avec l’accession au pouvoir du général Fidel Ramos en 1992 et la peine de mort a été réintroduite dans la loi deux ans plus tard, avec une injection mortelle.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 19 juin 09:31
    Par contre, buter un altermondialiste de temps en temps pour rappeler au bon peuple que s’opposer aux « humanistes » comporte toujours des risques, buter systématiquement des terroristes pour éviter des procès aux issues incontrôlables qui pourraient laisser entendre des vérités qu’on a décidément pas envie d’entendre...

    Ne parlons même pas des services occultes toujours prêts à aller ratonner le dissident coloré ou non au nom de la raison d’état.

    En fait, extra-judiciairement, on ne l’a jamais tant pratiquée qu’aujourd’hui, la peine de mort...

    Bienvenue dans l’Empire des faux-culs 3.0 !



    • Alren Alren 19 juin 17:06
      @Clocel

      « buter systématiquement des terroristes »

      Pas même d’authentiques terroristes qui ont tué.
      L’on se souvient de ce pauvre type se nommant lui-même HB pour « Human Bomb » et qui avait pris en otage une classe maternelle à Neuilly, dont le maire était Sarkozy.
      Il eût été facile de le capturer durant son sommeil. Mais avec Pasqua ministre de l’Intérieur il a été fusillé par les pistolets de la police au risque de déclencher une explosion.

    • Christ Roi Christ Roi 19 juin 21:24

      La France n’a jamais eu « d’opposition constante » à la peine de mort. C’est le contraire qui est le vrai. La France a toujours voulu la peine de mort pour ceux qui la mérite et ce sont les élites mondialisées apatrides qui nous l’ont imposé. Cet article est un gros mensonge manipulateur. 


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 19 juin 22:01

      @Christ Roi

      Suis pour la peine de mort des gens comme toi qui ne savent pas parler français.


    • Christ Roi Christ Roi 20 juin 08:43

      @Aita Pea Pea
      Voila. Vous confirmez ce que je dis. Ni vous ni personne n’est contre la peine de mort. Cet article est bien de la grossière manipulation de nos dirigeants.


    • bob14 bob14 19 juin 09:37

      (La France rappelle son opposition constante à la peine de mort)..la danse des faux culs au pays des lumières..mais s’en va au loin distribuer la MORT aux innocents par domages collatéraux.. smiley


      • cassini 19 juin 09:39

        Avec l’abolition de l’esclavage, celle de la peine de mort est une des rarissimes avancées humaines un peu sérieuses. Lorsqu’elle se produit, sa remise en cause à ce titre a quelque chose de désespérant. 


        • colibri 19 juin 09:59
          C ’est un débat , hypocrite Les présidents ont toujours eu des « permis de tuer » , 
          Hollande dans son bouquin dévoilait que la France dresse des listes nominatives de terroristes à éliminer soumises à l’aval du président de la République.



          l

          • colibri 19 juin 10:34

            La peine de mort est très liée au contexte religieux .

            Plus une société est athée plus la mort lui fait horreur , plus la peine de mort est une abomination .

            Au regard de l’histoire l’abolition de la peine de mort est un fait récent et le fait des sociétés modernes déconnectées du spirituel .Dans toutes les sociétés traditionnelles religieuses, la peine de mort n’est pas illégitime car elle a valeur expiatoire et la mort est un passage vers la vie éternelle.

            Car si toutes les religions suivent le « tu ne tuera point » la raison spirituelle en est qu’abréger la vie sur terre empêche la personne de se perfectionner ici-bas pour obtenir le Salut:elle est coupée nette dans son élan .Mais si peine de mort est néanmoins légitime pour les criminels , c’est pour les personnes qui sont trop dans le mal ici-bas pour espérer une prise de conscience donc une rédemption , abréger leur vie leur rendra même service (au regard du but de la vie sur terre selon les religions qui est de se préparer à la vie éternelle) car ils ne peuvent que pécher , faire des victimes et aggraver plus leur cas , leur mort a alors valeur expiatoire .


            • gardiole 19 juin 11:48

              @colibri
              Et pourtant : URSS, Chine, Cambodge... régimes se réclamant de l’Athéisme, sont allés au-delà de ce qu’il fallait faire pour vaincre les contre-révolutionnaires.


            • colibri 19 juin 13:31
              @gardiole
              c’était des dictatures et non des sociétés normalisées .
              Dans les sociétés pacifiques modernes , le but est de jouir de la vie , le but de la vie est le bonheur ici-bas , après la mort il n’y a rien. Alors que dans les sociétés traditionnelles religieuses (ou tout le monde croit à la vie après la mort) ,qui sont hiérarchisées ou chacun a une place dans la société selon , le but de la vie est de faire son devoir en étant vertueux pour gagner une place au paradis , ce n’est pas pécher que de mettre à mort un criminel irrécupérable :c’est lui rendre service .

              Cette optique n’a rien à voir avec les dictatures , qui cherchent juste à s’imposer et détruire leurs opposants , elles n’ont pas d’états d’âme moraux .

            • oncle archibald 19 juin 14:41

              @colibri

              Qui suis-je pour les juger ?

              Une fois encore, le pape François, affirme sa modernité et se démarque du conservatisme de Benoît XVI.

              Il ne s’agit pas d’abord de suivre une loi morale mais d’aimer. Si on aime on ne peut pas tuer !


            • colibri 19 juin 15:32

              @oncle archibald

              Votre avis est aussi celui des sociétés moderne ou le verbe « aimer » est compris sur le mode émotionnel et non spirituel et n’est pas celui des sociétés traditionnelles . C’est comme si vous disiez qu’il faut éviter la frustration à ses enfants , leur donner toutes les sucreries et cadeau qu’ils désirent sous prétexte de les aimer . 
              Du point de vue spirituel il est charitable pour les sociétés religieuses d’ôter la vie à un criminel , d’où la frilosités des représentants religieux sur la question jusqu’à présent .
              Les plus grand père de l’Eglise qui sont aussi des Saints et dont on ne peut pas douter de l’immense charité, légitiment dans leurs écrits la peine de mort :
              Saint Augustin  : « ...il y a des exceptions que l’autorité divine a autorisées à sa propre loi interdisant de tuer des hommes …., ceux qui font la guerre par obéissance au commandement divin ou en conformité à ses lois représentent la justice publique ou la sagesse du gouvernement ; dans ce rôle, ils mettent à mort des gens foncièrement mauvais ; ils n’ont en aucune manière contrevenu au commandement ’tu ne tueras point’ »

              Augustin dit aussi que la peine capitale protège ceux qui l’encourent de pécher plus encore, ce qui risquerait d’arriver si leur vie se prolongeait.

               Saint Thomas d’Aquin, citant l’Exode (chap 22) qui spécifie que certaines catégories de malfaiteurs ne seront pas autorisées à vivre, Thomas d’Aquin déclare sans ambiguïté que les législateurs civils peuvent mettre à mort en toute justice pour assurer la paix de l’État. C’est de plus un acte de justice, permettant l’expiation du péché du malfaiteur.

              Ce qu’on peut en retenir est que pour la pensée moderne athée et matérialiste (sans Dieu) , la charité est passée  au niveau sentimental , émotionnel (les modernes voient l’immédiateté ) alors que pour la pensée religieuse , la notion de charité considère l’aspect spirituel pour la vie éternelle.


            • oncle archibald 19 juin 18:24

              @colibri ; moi je retiens surtout que la justice des hommes est faillible. Son rôle est de punir ceux qui ont contrevenu aux règles établies par la loi et de les mettre hors d’état de continuer à nuire, pas de les tuer. Le malfaiteur aura tout loisir « d’expier son péché » en prison en attendant de comparaitre devant la justice de Dieu, tandis que le couperet de la guillotine dans le pire des cas fera mourir un innocent et dans tous les cas fera cesser la punition du « coupable ».

              La situation est très différente « en opérations » que ce soit des opérations de guerre ou des opérations de police. Dans ce cas là en effet et s’il n’y a pas d’autre solution, les soldats et les policiers peuvent tuer pour protéger les civils « ordinaires » que nous sommes. Mais décider dans un prétoire de tuer un homme que l’on a déjà mis hors d’état de nuire c’est nous mettre au même niveau de sauvagerie que le malfaiteur !


            • Christian Labrune Christian Labrune 19 juin 22:30
              @oncle archibald

              J’ai toujours été extrêmement opposé à la peine de mort, sauf dans deux cas :

              1 - l’usage du subjonctif à la suite de la locution « après que ».

              2 - Le cas très particulier de Dieu. S’il était tout-puissant, cet enfoiré, il n’aurait jamais créé un monde merdique où les hommes s’entretuent. Le premier et seul coupable de tous les crimes, à commencer par celui de Caïn, c’est lui. Et c’est lui aussi qui trouve bon qu’Abraham, ce parfait crétin, lève le couteau sur son gamin pour lui complaire. Si Dieu existait, il faudrait le supprimer de toute urgence, et par n’importe quel moyen. Dieu merci, ce sinistre farceur n’a jamais existé.

            • Toners Guy Mauve 19 juin 22:39

              @Christian Labrune bonsoir,

              (il faudrait le supprimer de toute urgence, et par n’importe quel moyen.)

              On dirait du Bakounine « Si Dieu existait réellement, il faudrait le faire disparaître. »

              Pour en savoir un peu plus sur Dieu .


            • Jean Keim Jean Keim 20 juin 07:27

              @colibri
              Tiens tiens ! C’est quoi l’aspect spirituel ?


              Qui a décidé qu’un bonhomme serait un saint ? Parmi eux il y en a qui présentent tous les symptômes de la psychose, à notre époque un certain nombre seraient en prison, voire condamnés à mort dans certains pays, la sainteté répertoriée dans un calendrier est une invention humaine et religieuse.

              La société des hommes, tout au moins une certaine partie, a complété l’Ancien Testament par un Nouveau Testament dont le personnage central est Jésus, tous les autres intervenants ne sont que des figurants qui se sont accordés le droit de s’exprimer, mais que dit Jésus ? 




            • Christian Labrune Christian Labrune 20 juin 10:29
              On dirait du Bakounine « Si Dieu existait réellement, il faudrait le faire disparaître. »
              .....................................................................
              @Guy Mauve

              Je sais sur Dieu pas mal de choses - et plus que Bakounine !
              Je me permets de vous recommander un article que j’avais publié sur AgoraVox il y a déjà longtemps, et qui met un point final à cette question primitive et désormais dépourvue de sens :


            • colibri 20 juin 20:53
              @Jean Keim

              Tiens tiens ! C’est quoi l’aspect spirituel ?


              Tout dépend du point de vue :pour les sociétés moderne athée le spirituel est l’aspect sentimental , on met dans nos sociétés l’« amour » à toutes les sauces et on le convoque sur des aspects émotionnels ,c’est aussi un aspect du new age, courant pour lequel le peace and love est du « spirituel », 

              alors que du point de vue des religions dans leur essence, leur ésotérisme (c’est à dire ce que véhicule les Livres Sacrés comme les Védas , la Thora , la Bible , le Coran ) et non leur exotérisme , la spiritualité n’est pas l’émotionnel , cela concerne ce que St Paul nommait l’esprit est qui est définit comme l’étincelle divine en chacun des hommes , cet esprit étant opposé à la « chair » , qui est l’égo guidé par ses pulsions et sujets à l’émotionnel .



            • JL JL 19 juin 10:41
              ’’ (la) peine de mort n’avait pas un effet plus dissuasif en matière de criminalité qu’une peine d’emprisonnement.’’
               
               On peut au moins dire qu’elle est radicale contre les récidives ! Ceci dit, la peine de mort ne pose pas un problème d’ordre utilitariste mais moral.
               
               Un ’’châtiment injuste’’ ?
               
               Ce n’est sûrement pas avec un argument pareil qu’on va convertir les partisans de cette pratique barbare. L’auteur croit-il que toutes les autres peines sont justes ?
               
               
               

              • covadonga*722 covadonga*722 19 juin 11:13

                 yep , retour aux fondamentaux Deutéronome 19/21


                • gardiole 19 juin 11:50

                  @covadonga*722
                  La Loi du Talion est une restriction à la vengeance privée.


                • Garibaldi2 19 juin 15:10
                  @gardiole

                  La loi du talion, qui est inscrite dans le code de Hammurabi, est le socle fondateur de la justice car elle édicte que la peine doit être proportionnelle à la faute : pour un oeil on ne peut pas prendre plus qu’un oeil, etc .... A une époque violente où on pouvait trucider un voleur de chèvre, ce principe remet les choses en ordre.

                • UnLorrain 19 juin 13:28

                  « c’est vrai c’est juste c’est loyal comme le meurtre  » c’est une partie de Les bouches inutiles une nouvelle de Octave Mirbeau où vraisemblablement il s’est rendu sur place recueillant les paroles de la femme parlant de la mort inéluctable de son mari qui ne peut plus servir,lui même dira entre autres « puisque les bras et les jambes veulent plus »résigné, il se doit de mourir,dignement, brave jusqu’au dernier « glouglou »expiré.

                  Chez Mirbeau,chez Bloy,ces deux hommes font ce constat, que les hommes de pouvoirs souhaitent joyeusement le meurtre de masse,notamment celui des indigents,un grand feu en ferait disparaître beaucoup en peu de temps se disent ils.


                  • cétacose2 19 juin 13:29

                    La peine de mort est nécessaire car c’est le moyen le plus économique d’éliminer un individu nuisible sans risque de récidive ....et quand on doit faire des économies.....


                    • eddofr eddofr 19 juin 14:13

                      @cétacose2

                      C’est aussi le moyen le plus économique d’éliminer des innocents ...

                    • oncle archibald 19 juin 14:51

                      @eddofr et @cétacose2

                      C’est aussi le moyen le plus sur de risquer de tuer un innocent qui n’a pas su se défendre, ou de tuer quelqu’un qui a tué dans des circonstances très particulières et ne présente plus aucun risque pour la société, et surtout, surtout, on ne s’abaisse pas au niveau des assassins. On ne s’arroge pas le droit de tuer comme ceux que l’on est en train de juger. A la question « est-ce que la vie est sacrée » il n’y a que deux réponses possibles : oui ou non ! Pour moi la réponse est oui, toujours !

                    • Garibaldi2 19 juin 15:20
                      @oncle archibald

                      L’abolition de la peine de mort n’a jamais eu pour but de protéger les coupables, mais pour empêcher qu’un innocent soit exécuté. Pour une peine irréversible il faudrait une justice infaillible. Tout est dit.

                    • eddofr eddofr 19 juin 14:12

                      On interdit la peine de mort, mais nos policiers et nos soldats sont équipés d’armes mortelles ...


                      • oncle archibald 19 juin 14:57

                        @eddofr : « nos policiers et nos soldats sont équipés d’armes mortelles »

                        qu’ils n’ont le droit et le devoir d’utiliser pour nous protéger, nous citoyens lambda de la société civile, suivant les ordres qu’ils ont reçu et dans des circonstances particulières, et non pas pour « punir » un individu présumé coupable comme vous le sous tendez, se faisant ipso facto tout à la fois juge d’instruction plus jury populaire plus juge de l’application des peines !


                      • Garibaldi2 19 juin 15:22
                        @oncle archibald

                        Et neutraliser un agresseur ne signifie pas obligatoirement le tuer.

                      • oncle archibald 19 juin 16:24

                        @Garibaldi2 : bien sûr mais au jeu de « c’est lui ou moi » je préfère que celui qui meurt soit le malfaiteur plutôt que le policier parce qu’un policier mort ne sert plus à me protéger. C’est chiant de devoir argumenter sur quelque chose qui est élémentaire et que tout le monde sait bien mais qu’il est de bon ton de feindre d’ignorer !


                      • eddofr eddofr 19 juin 16:39

                        @Garibaldi2


                        98% des interpellés s’arrêtent dés qu’ils sont braqués.

                        98% des 2% restants s’arrêtent dés qu’ils sont touchés, même s’il ne sont pas physiquement neutralisés.

                        Pour les 0,0004% qui restent, il faut en moyenne 5 tirs pour les toucher une fois, et il faut en moyenne 3 impacts pour les neutraliser « immédiatement ».

                        Peu importe qu’un individu soit blessé à mort, si ça lui laisse 10 minutes pour vous massacrer. 
                        Il faut donc faire suffisamment de dégâts pour l’arrêter en « quelques secondes » , et même quelques secondes, ça peut être long !

                        Du coup, face à un « martyr » ou à un drogué sous PCP, la mort est presque toujours l’issue de la confrontation, avec 15 à 20 balles dans le corps, sinon plus.

                        Autrement dit, c’est la peine de mort à effet immédiat !

                        Si le même quidam se prend une balle caoutchouc, il a bien plus de chances d’être arrêté net ... et de s’en tirer vivant !!!!

                        Les policiers interviennent généralement en milieu urbain, à très courte distance (sauf lors d’interventions spéciales, mais ils ont alors des fusils et sont préparés).

                        Dans un affrontement à l’arme au poing à courte distance, à quoi servent des balles qui ont une portée maximum de 1700m et peuvent traverser 3 personnes avant de s’arrêter (les parabellum), sinon à provoquer des morts et des dommages collatéraux ?


                      • Christian Labrune Christian Labrune 20 juin 10:53
                        suivant les ordres qu’ils ont reçu et dans des circonstances particulières, et non pas pour « punir » un individu présumé coupable comme vous le sous tendez
                        ...................................................................... ..........
                        @oncle archibald

                        Que les forces de police refroidissent un terroriste en pleine action, le couteau ou la kalachnikov à la main, cela ne me choque pas. Dans bien des cas, à la suite des attentats de ces dernières années, et à condition d’y mettre de très gros moyens, il aurait été possible de capturer vivants les terroristes, mais c’eût été risquer la vie des fonctionnaires de police, lesquels se trouvaient en situation de guerre, comme les soldats sur un champ de bataille.

                        Il y a une différence entre tirer sur un terroriste qui ferait la même chose à la première occasion, et ce qui se passe dans un palais de justice où, des mois après les événements, on juge un criminel. Des magistrats qui viennent de déjeuner, de s’envoyer bourgeoisement quelques pâtisseries, un petit café voire des liqueurs, il serait indécent qu’ils pussent froidement, comme c’était le cas autrefois, décider de la mort d’un type qu’ils ont devant eux, fût-il la pire des crapules, sachant bien que s’ils auront à assister à l’exécution, ce n’est pas eux qui feront le sale boulot, mais un bourreau dont le sinistre métier d’assassin professionnel, à l’époque, était de couper en deux des types qui, en matière d’assassinat et à côté de son sinistre palmarès, étaient forcément des amateurs.

                        Je dois avoir encore dans ma bibliothèque l’excellent bouquin de Jacques Delarue : Le métier de bourreau. Sa lecture très édifiante donne souvent la nausée.

                      • Albert123 19 juin 14:29

                        il n’y a pas de débat avec les gauchistes, au mieux on aura le droit à des injonctions paradoxales.


                        en atteste le programme très orienté, tout autant que les discussions qui s’en suivront,

                        bref tout ce jolie monde va pouvoir s’auto congratuler en se montrant plus humaniste et universaliste les uns que les autres au sein d’un bal mondain aussi convenu que lénifiant. Et certainement aussi chiant qu’une exposition d’art moderne adoubé par Jack Lang.

                        on voit mal par ailleurs ce que peut apporter le vice président de SOS racisme dans ce non débat.

                        un peu plus de repentance pour le mâle cisgenre blanc de plus de 50 ans certainement.







                        • eddofr eddofr 19 juin 16:43

                          Soit dit en passant, je retournerais bien la phrase de l’autre ....


                          Il disait à peu près, tu n’a pas le pouvoir de donner la vie à ceux qui la méritent, alors ne soit pas trop prompt à donner la mort ...

                          Moi je dirais, puisque je ne peux pas empêcher les innocents de mourir, pourquoi devrais-je m’emmerder à préserver la vie des coupables.

                          Il y a des cas où la peine de mort est plus économique. 

                          Et pis, ça ferait des sous en plus pour recueillir les pauv’ migrants qui meurent sur des coquilles de noix alors qu’ils n’ont fait de mal à personne ... à priori.

                          Oui, d’accord, je provoque !!!

                          • MagicBuster 19 juin 17:13

                            @eddofr

                            Vous avez totalement raison : Le problème - c’est les vieux.
                            Faudrait les tuer à la naissance.


                          • titi 19 juin 17:17
                            IL y a eu un procès dernièrement : celui d’un bijoutier qui a abattu son braqueur…

                            Alors bien/pas bien… légitime défense/pas légitime défense… je ne sais pas.

                            Ce que je sais c’est qu’à cette période ma femme bossait dans une fabrique de bijoux.
                            Il ne se passait pas une semaine, sans qu’une bijouterie cliente, ou qu’un sous traitant se fasse braquer.

                            Et du jour où ce braqueur a été abattu : plus rien.


                            • zygzornifle zygzornifle 19 juin 18:23

                              Pas besoin de peine de mort , plus de 150 paysans se suicident tous les ans dans la plus grande indifférence des hommes politiques qui sont responsables de leurs malheurs ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès