• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Décrivez le travail qui justifie les frais de tenue de compte ? » Aucun (...)

« Décrivez le travail qui justifie les frais de tenue de compte ? » Aucun banquier n’est capable de répondre

Par Gérard Faure-Kapper

Grand concours pour les banquiers.

"décrivez le travail qui justifie les frais de tenue de compte"


C'est sérieux, mais il faudra au banquier des trésors d'imagination.

FRAIS DE TENUE DE COMPTE.

Ce libellé devient familier aux victimes des banques. Chaque année, c'est une vingtaine d'€uros qui sont prélevés.

Multiplié par 40 millions de clients, ça fait un putain de pactole, comme dirait le loup de Wall Street.


Seulement, le code du commerce est très clair. "Toute facture d'un service doit décrire précisément le service rendu"



TENIR UN COMPTE.

Que fait l'agent de la banque pour tenir un compte.

Il le tient comment, Par les oreilles ? Par les pieds ?


Qu'on ne me dise pas qu'il s'agit de gérer le compte. Gérer un compte implique obligatoirement un mandat de gestion qui en fixe les limites.

Qu'on ne me cite pas non plus la décision d'accorder un découvert pour payer une écriture. C'est financé par les frais d'intervention.


Alors Messieurs les Banquiers, comment pouvez-vous décrire le travail de l'agent qui tient un compte ? 

Ne me le demandez pas. J'ai passé ma vie en agence et je suis parfaitement incapable de vous décrire l'action permettant de "tenir un compte".

Et pourtant vous facturez le client.


Si vous me décrivez précisément le travail effectué qui justifie cette facturation, nous vous offrons une page de publicité sur nos médias.

Ce sera très difficile. C'est un peu comme si je vous demande d'apporter la preuve de l'existence de l'âme.
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Christian Labrune Christian Labrune 12 septembre 13:34

    à l’auteur,
    En matière d’économie et de gestion financière, et pour tout ce qui peut toucher au fonctionnement bancaire, je suis un âne, et je le prouve :

    Il y a quelques années, je m’étais aperçu en regardant distraitement mes relevés mensuels que lorsque j’achetais en utilisant ma carte bleue (souvent dans les magasin Darty) un ordinateur, un appareil photo ou un lave-linge, les prélèvements étaient répartis sur trois mois. J’avais déjà vu des publicités dans certains magasins évoquant un « crédit gratuit » et je me disais : tiens, ils appliquent cette disposition automatiquement, sans même que le client en ait fait la demande. Mais j’avais quand même fini par me rendre compte que la BNP me faisait payer des intérêts sur ce crédit. Il y avait alors sur mon compte de quoi payer cash bien des fois la facture sans qu’il se trouvât à découvert, mais très généreusement, la banque m’accordait quand même un crédit. Il aura quand même fallu que je téléphone à mon agence et que je me déplace deux ou trois fois pour mettre fin, définitivement, à une si généreuse pratique.

    Certes, je suis un âne, et je signe souvent sans lire ce qui est écrit en tout petits caractères au bas des pages (je suis presbyte et il me faudrait une loupe !), mais des ânes de mon espèce, il doit y en avoir quand même beaucoup, et les petits ruisseaux font les grandes rivières.


    • ZXSpect ZXSpect 12 septembre 18:49

      à l’auteur

      Tout à fait d’accord avec vous pour souligner la généralisation et la hausse des commissions de tenue de compte par les banques.

      Une explication et non une justification :

      Il y a quelques dizaines d’années, l’inflation avait comme corolaire des taux courts (voir très courts... « overnight ») élevés (j’ai connu des taux courts à deux chiffres et une courbe des taux inversée).

      Les banques profitaient des soldes créditeurs des comptes à vue pour des placements rémunérateurs. A l’époque la justification de non-rémunération des comptes à vue était de ne pas facturer le traitement des chèques.

      Certaines négociations tarifaires consistaient à ce que la banque renonce à certaines facturations contre un « pied de compte » c’est-à-dire un solde créditeur laissé sur le compte à vue.

      Depuis quelques années les taux courts, voire très courts, sont devenus très bas, et négatifs actuellement. Donc les banques se rattrapent en facturant la tenue de compte.

      Vous voyez que je peux être aussi critique... dans votre sens !


      • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 12 septembre 19:18

        @ZXSpect


        Je le reconnais volontier...

      • antiireac 12 septembre 20:39

        En clair les banquiers sont des voleurs avec le concours des hommes politiques qui se taisent depuis des années sur ce vol légal de nos comptes.


        • HELIOS HELIOS 13 septembre 09:27

          Cher monsieur l’auteur,

          J’ai beaucoup de respect pour votre action, certes, même si je la considère comme un « Quichottisme... » -faites appel a notre littérature, vous comprenez le mot.

          Dans ce billet, vous jouez sur les mots et les banques sont tres tres loin d’être les seules a pratiquer des « tenues de compte ou d’autres abonnements de ce style).

          Alors, les frais bancaires.... que couvrent ils comme services ?
          ils couvrent :

          - les frais de structures de l’entreprise banque... au sens général et pour tous ce qui les concernent....les locaux qui vous reçoivent, les employés qui vous écoutent, les réseaux (payants) auxquels ils adhérent, les structures politico-syndicalo-professionnels-etc- qu’ils animent, les investissements en recherches de technologies et de pratiques bancaires, mais... aussi, ce que vous occultez qui est la gestion financière de l’entreprise banque car je ne parle pas ici de la banque coté client, je parle de la banque en tant qu’entreprise...donc comme toute entreprise... sa strategie commerciale, son financement etc -c’est une entreprise, les entrepreneurs savent de quoi il est question-

          ........ j’arrete là, il y en a surement d’autre et on peut détailler ! il y a comme partout des frais d’entreprise, indépendants mais nécessaire au »service« et il est normal que l’utilisateur du service » paye sa cote part.

          A titre d’exemple, vous pouvez demander au chef de secteur EDF ou a ses employés ce que couvrent les frais d’abonnement mensuels (homologues des frais bancaires), il ne pourra pas vous le dire et pourtant vous payez votre consommation (homologue de vos frais d’intervention, agios etc).

          La banque est une entreprise dont la matière première est l’argent !!!
           
          alors, je sais bien, il y a quelques mélanges des genres et quelques pratiques que nous pouvons qualifier de « cavalière » comme ne pas vous rémunérer votre fric sur votre compte courant...

          Dans l’ideal, il faudrait séparer (Glass Seagal) les banques de credit, dépot des organismes financiers ou tout du moins sectoriser les opérations et services dont la connexion et la frontière est un peu floue... mais cela ne concerne pas directement votre article.




          Autant je suis (de suivre) votre démarche, autant je trouve que votre position sur les frais bancaires est intenable, probablement contre productive, et plutôt palveillante.

          ... cela dit, merci pour vos interventions, continuez.

          • Alren Alren 17 septembre 17:37

            @HELIOS

            Il n’empêche qu’encore une fois ce sont les « petits » qui paient en proportion le plus !


          • pipiou 17 septembre 17:55

            Ah vous ne savez pas que la Banque doit inscrire le client dans sa base de données et gérer « comptablement » chaque compte, c’est-à-dire suivre les opérations passées sur ce compte.

            A l’heure actuellement il s’agit principalement d’operations informatiques.

            Vous saviez au moins ça.

            Et comme signalé par un commentateur cela inclue des coûts d’infrastructures dont le calcul effectif n’est pas évident.


            • Ruut Ruut 18 septembre 08:03

              @pipiou
              Est ce la raison qui fait que les démences passent toujours avant les recettes l’histoire de rajouter des frais bancaires pour les clients aux revenus modestes au lieu d’utiliser la chronologie réelle des opérations ?

              Est ce que la sous traitance en inde des informaticien est si mauvaise que les communications bancaires refusent toujours en 2017 les accents et autres caractères spécifiques a notre langue Nationale ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès