• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Démission de Philippot : pourquoi Wauquiez ne devrait pas se réjouir trop (...)

Démission de Philippot : pourquoi Wauquiez ne devrait pas se réjouir trop vite

En politique, on se réjouit du malheur de ses adversaires. Aussi la crise au Front National ne laisse personne indifférent, à gauche comme à droite. Si Laurent Wauquiez, candidat à la présidence des Républicains, se frotte déjà les mains, le départ du désormais ex-vice-président du parti frontiste pourrait néanmoins s’accompagner d’effets… indésirables. 

Florian Philippot, c’est un peu le vilain petit canard. En 2011, ce jeune énarque issu des rangs du chevènementisme intègre le Front National, où son influence ne cesse de croître. Directeur stratégique de la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2012, puis vice-président chargé de la stratégie et de la communication, son souverainisme de gauche séduit les déçus du socialisme traditionnel. Fervent détracteur de l’Union Européenne, il est aussi le principal artisan de la stratégie de dédiabolisation d’un parti qui effraie toujours les Français. Sans la conquête de ces franges populaires et ouvrières, difficile d’affirmer que le FN aurait passé le second tour de la dernière présidentielle. Seulement voilà : Marine Le Pen a perdu. En cause, la confusion sur la sortie de l’euro de l’entre-deux-tours, et l’incapacité de la candidate à proposer un modèle cohérent et à en expliquer l’impact sur le pouvoir d’achat des ménages. Mais le parti exige des coupables en chair et en os. Contesté par l’aile libérale et identitaire, celle qui fait passer la lutte contre l’islamisation et le contrôle des frontières avant la monnaie commune, Florian Philippot quitte le Front National ce jeudi 21 septembre. Il laisse derrière lui un parti affaibli sur les plans politique et financier, exigeant une clarification de sa ligne électorale et un retour à ses valeurs fondamentales. 

La crise fait réagir les politiques de tous bords. Saisissant l’opportunité de renflouer ses Insoumis, Jean-Luc Mélenchon appelle à ses côtés “les fâchés mais pas fachos”, allusion à peine voilée à l’électorat populaire frontiste. À droite, Laurent Wauquiez affiche un sourire confiant, persuadé que l’amputation du bras droit de Marine Le Pen ne fait que “valider sa stratégie”. Comptant bien récupérer lui aussi “ceux [que la droite] a déçus et qui ont voté FN”, le Rhônalpin multiplie les avances aux classes moyennes, qui semblent plutôt tentées par le leader de la France Insoumise. Pourtant, c’est bel et bien sur son côté droit qu’il pourrait être attaqué.

Prenons un peu de recul. Les 10 et 17 décembre prochain, les Républicains choisiront un nouveau chef de parti, six mois après la débâcle présidentielle. Le chouchou des militants et ultra-favori, c’est Laurent Wauquiez. Sarkozyste convaincu, il n’en demeure pas moins vigoureusement contesté par une partie des élus de droite, qui jugent ses positions trop radicales sur les questions régaliennes. Il faut dire que l’actuel premier vice-président du parti ne se prive pas de chasser sur les terres du Front National. Immigration, question identitaire, mariage pour tous… Laurent Wauquiez s’impose comme un partisan d’une droite “dure”, et tranche avec la ligne libérale-européenne de son parti. 

Mais revenons-en au Front National. La fin de “l’hémisphère gauche” du parti, comme l’a moquée Julien Aubert, lui aussi candidat à la présidence LR, ne peut qu’être annonciatrice d’une reconstruction plus droitière, en cohérence avec la ligne libérale-identitaire de Marion Maréchal-Le Pen, celle sur laquelle Laurent Wauquiez empiète. Alors que les Républicains de Wauquiez constituaient un pôle d’attraction pour tous les déçus de la dérive sociale du FN, souvent issus de classes plus aisées, les cartes sont maintenant redistribuées. En clair, si le Front National se réaffirme comme le parti de la défense identitaire au delà de la souveraineté monétaire, il sera en mesure de reconquérir cet électorat, et le candidat LR devra livrer bataille. Si la présidence du parti, où il est le seul poids lourd, ne devrait pas lui échapper, il lui sera en revanche indispensable de se pencher sérieusement sur la question pour assouvir son ambition d’Élysée. 

Ainsi, Laurent Wauquiez semble pris au piège. En l’absence du traditionnel adversaire socialiste, emporté par la vague Macron, il doit se droitiser pour exister face au parti présidentiel. Mais cet espace pourrait être rapidement revendiqué par un Front National sans Philippot, alors qu’on lui reproche déjà de vouloir briser la digue séparant les Républicains de l’extrême-droite. 

Il est décidément bien éprouvant de se reconstruire après Macron. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 24 septembre 11:05

    (Le chouchou des militants et ultra-favori, c’est Laurent Wauquiez)...ça c’est que veut nous faire croire les « Merdias »...aux ordres des patrons... !


    • Fergus Fergus 24 septembre 11:38

      Bonjour, bob14

      Pourquoi contester une évidence ? Wauquiez est sur la ligne dure très majoritaire à LR, et c’est pourquoi Sarkozy aurait voulu pour la primaire de la droite un vote des seuls militants qui l’aurait désigné comme candidat à la présidentielle.

      Quant aux « merdias », on ne voit pas quel profit leurs patrons - et mais du Cac40 - pourraient tirer d’une victoire de Wauquiez. C’est d’ailleurs pourquoi ils avaient soutenu Juppé contre Sarkozy en 2016. Aujourd’hui, sans doute verraient-ils d’un bon œil une victoire de Maël de Calan - jeune et juppéiste -, voire de Daniel Fasquelle. Mais cela ne se produira pas !


    • Odin Odin 24 septembre 20:49

      @Fergus

      Bonjour Fergus.

      « Quant aux « merdias », on ne voit pas quel profit leurs patrons
      - et mais du Cac40 - pourraient tirer d’une victoire de Wauquiez. »

      Vous ne changerez donc jamais Fergus, ouvrez les yeux et regardez dans la bonne direction. La vie politique chez nous est dictée de l’extérieur, pas seulement de technocrates à Bruxelles, mais aussi et surtout de groupuscules bien précis et ceci ne date pas d’hier. 

      Wauquiez est un renégat comme les autres. Il est young leader ( 2006 de mémoire) et s’il est arrivé où il est, c’est qu’il a fait passer les intérêts de son pays après ceux des patrons et du CAC 40 dont vous parlez et cette liste (young leader) est consultable via internet.

      Pour corroborer mon propos, vous parlez du jeune juppéiste Maël de Calan. Mais il est de la même veine, un renégat lui aussi, qui fut désigné parmi les 24 candidats suite à la délibération des membres du jury « leaders Politiques d’Avenir » pour la session 2014-2015.


    • Fergus Fergus 25 septembre 09:02

      Bonjour, Odin

      Manfestement, vous n’avez pas compris mon propos. Pour ce qui est de la ligne politique, je mets grosso modo De Calan ou Fasquelle sur le même plan que Wauquiez. Mais sans doute en plus cohérents et moins clivants. C’est pourquoi l’intérêt des médias ne peut être de soutenir Wauquiez, ce qui ne les empêchera pas de lui servir la soupe si, comme c’est plus que probable, il devient président de LR et s’il prend du poids dans le paysage politique. Mais dans l’immédiat, c’est quand même Macron qui reste leur champion car lui est aux manettes !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 septembre 10:23

      @Fergus
      Comme si Bruxelles, Francfort et le FMI à Washington se soucient de la psychologie des marionnettes françaises ... 
      Une fois arrivés au pouvoir, ils doivent tous appliquer les GOPé !

      Voici a feuille de route économique pour la France pour 2017/2018. Jusqu’à quand allez-vous croire, et faire croire, que les décisions économiques sont prises à Paris ?


      En haut à Gauche, il y a écrit «  Commission européenne ».
      Article 121 du TFUE, la Commission donne ses recommandations au Conseil.
      Evidemment, en conformité avec tous les Traités signés par la France.
      Et qui sont concentrés dans le TFUE, dont je vous recommande la lecture.

      A partir du moment où un pays est dans la zone euro, c’est qu’il est d’accord pour appliquer le Pacte de stabilité et de croissance, et ce qui en découle.

      S’il n’est plus d’accord, il sort de l’ UE et de l’euro.

      Il n’y a que 2 choses autorisées dans l’UE :
      on applique ce qu’on a signé, ou bien on sort !


    • izarn izarn 25 septembre 14:45

      @Fifi Brind_acier
      Il se peut que le FN fasse épouvantail et pour cause : C’est le seul depuis le début a etre anti-système, anti establishment comme disait JM Le Pen.
      Seul parti qui disait UDR/UMP/PS c’est kifkif, aux ordres des USA.
      Donc le traiter le facho, au vu de ses supposées origines centenaires est de l’ordre du crétinisme historique. Certes on va nous ressortir les frères Sidos, ou le GUD, qui soit dit en passant n’a rien à voir avec le FN, sauf en participant à sa création et qui fut totalement évincé par JM Le Pen par la suite.
      Bref.
      Le Pen reaganien ? Oui mais pour la France et contre les USA, donc contre Reagan finalement !
      Poutinien ? Oui mais pour la France et pas pour la Russie.
      Anti establishment, anti UE, anti US.
      Qui est Chevènement ? Un stalinien français. Le PCF n’était pas stalinien, il suivait le PCUS.
      Etre stalinien cela aurait été la France d’abord...Meme contre l’URSS.
      Phillipot donc a été séduit pas l’ordre économique national, cet ordre devant se faire en toute logique, hors euro et UE.
      Sa venue au FN est donc logique, puisque le PCF a trahi.
      Phillipot a un avantage sur Marine Le Pen : On ne peut pas lui coller les oripaux « fasciste » pas plus que « stalinien »....
      Les guignols comme Mélenchon ou Wauquiez devraient avoir peur de lui...Ainsi que Marine Le Pen...A moins qu’elle ne soit pas si conne, et que c’est une manip de sa part. Possible.
      Car, lui peut réunir les anti-systèmes de droite comme de gauche.
      Il est le seul a pouvoir le faire.
      Et bien entendu, c’est le seul a pouvoir s’unir au FN le moment venu...
      C’est l’énorme avantage qu’il a sur Asselineau.


    • Fergus Fergus 24 septembre 11:51

      Bonjour, Pierre

      100 % d’accord avec votre article. Laurent Wauquiez risque fort d’être le dindon de la farce qui se met en place. Et avec lui les militants LR dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils ont perdu tout sens des réalités. 

      Personnellement, je suis persuadé que Marine Le Pen sera empêchée par sa flagrante incompétence à défendre une nouvelle fois les couleurs du FN en 2022. Dès lors, c’est vers Marion Maréchal Le Pen que le FN se tournera pour défendre les couleurs du parti. Beaucoup plus charismatique dans les milieux ultra-droitiers que sa tante, elle ne devrait avoir aucune difficulté à s’imposer.

      Et cela d’autant plus qu’elle ne sera pas handicapée par la schizophrénie de Marine Le Pen qui, à ce jour, reste accrochée aux idées gauchisantes de Philippot dans un parti qui les rejette !

      Je suis prêt à parier sur un retour de Marion Maréchal Le Pen dans les deux ans à venir. Et cela serait la pire nouvelle pour un Wauquier coincé entre le marteau LREM et l’enclume FN. sans même compter la possible percée du parti de Philippot Les patriotes.


      • Pierre Pirali Pierre Pirali 24 septembre 15:03

        @Fergus
        Bonjour,

        Je pense que vous voyez juste. Il y a une incohérence du Front National de 2017 que Marine Le Pen ne semble pas clarifier. D’une part, en se débarrassant de Florian Philippot, elle souhaite conserver un semblant de légitimité chez l’aile libérale-identitaire du parti. D’autre part, elle ne peut se défaire de son électorat populaire, qui certes reste minoritaire, mais sans lequel elle n’aurait sans doute pas accédé au second tour de la présidentielle. Et c’est là qu’est la réalité du parti : le FN de Jean-Marie Le Pen se cantonnait à un rôle purement contestataire, mais sa fille veut en faire un parti de gouvernement, quitte à élargir - certains diront trahir - la ligne originale du parti. « Gouverner, c’est choisir ». Jusqu’à maintenant le Front National n’a fait ni l’un ni l’autre.
        Dans ce contexte, sa nièce semble plus apte à fédérer la ligne identitaire, en abandonnant toute éventualité de dérive gauchisante. Et Marion Maréchal-Le Pen fait assurément partie de ces gens qui partent pour mieux revenir...
        Alors combien de temps la tante peut-elle encore tenir ? Les paris sont ouverts.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 septembre 19:40

        @Pierre Pirali
        L’incohérence que vous soulignez vient du fait que le FN pendant 40 ans, ne progressait plus. Il ne dépassait pas le plafond de verre de 13 ou 14% de l’ensemble des électeurs.


        Or, pour faire élire le candidat de l’ oligarchie, il est indispensable que le FN soit au 2e tour. Les Français n’en veulent pas, ils sont prêts à voter pour n’importe quelle chèvre, sauf pour le FN. Voilà comment Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron ont été élus : contre le FN au 2e tour.

        La progression est venue avec Philippot & Marine, qui ont profité que l’ UPR était censurée pour faire « de l’ UPR Canada Dry ». Le succès a été tel, que le FN est arrivé aux portes du pouvoir !

        Mais ce n’est pas la vocation du FN !
        Au service du système, le FN sert d’épouvantail. Son rôle n’est pas de gouverner, ni de sortir la France de quoi que ce soit ! D’où la marche arrière toute, et retour aux fondamentaux, pour faire retomber la mayonnaise.

      • Cateaufoncel 24 septembre 12:33

        « En politique, on se réjouit du malheur de ses adversaires. »

         Pour le moment, personne ne peut dire si le départ de Philippot est une chance ou un handicap pour le Front national. Jusqu’à présent, la progression du mouvement était aussi plombée par le boulet rédhibitoire qu’était le projet de sortie de l’euro.

         L’hostilité des Français à cette mesure, née de la peur entretenue par les eurovendus, rendait impossible, indépendamment de tout autre facteur, une victoire de Marine Le Pen, le 7 mai dernier.

        Ce point du programme doit donc être mis entre parenthèse pour être repris au moment où les Français auront été « pédagogisés », non par des théories, des discours, des exposés et des conférences à la Asselineau, mais par une expérience cuisante venue de France ou d’ailleurs dans la zone euro.

        Que se passera-t-il, par exemple, si un jour, en France ou en Italie, on se met à taper dans l’épargne des petites gens pour sauver des banques ?

        « Sans la conquête de ces franges populaires et ouvrières, difficile d’affirmer que le FN aurait passé le second tour de la dernière présidentielle… »

        Les « masses populaires » ne se réduisent pas à la revendication sociale. Orwell parle, dans Le Quai de Wigan des millions de gens ordinaires ayant des « valeurs (patriotisme, religion) qui ont des racines plus profondes que la raison économique. » Péguy, pour sa part, écrivait :« Les patries sont toujours défendues par les gueux et livrées par les riches. » Et dans La Cause du peuple, Patrick Buisson observe qu’ « Il y a toujours eu dans notre histoire des « élites », pour s’accommoder de la disparition de la France, et des pauvres, pour ne pas en être d’accord. »

        « Mais le parti exige des coupables en chair et en os. »

         Si j’ai bien compris, Philippot n’a pas été poussé à partir en raison d’une culpabilité quelconque, mais du fait de sa volonté de maintenir mordicus la sortie de l’euro dans le programme du FN, alors que les esprits ne sont pas mûrs pour une telle mesure, dans laquelle ils ne perçoivent, matraqués en cela par la caste médiatico-politique, que des inconvénients et des dangers.

        « Le chouchou des militants et ultra-favori, c’est Laurent Wauquiez. Sarkozyste convaincu… »

        Mais est-ce sincère ? Pour avoir côtoyé Sarkozy des années durant, il ne peut pas s’affirmer convaincu par un type, qui a justement pour caractéristique de n’avoir aucune conviction, hormis celle de la valeur de sa petite personne. A mon avis, si Wauquiez se dit sarkozyste, c’est qu’il estime que c’est là que se trouvent les résidus des gros bataillons de l’UMP.


        • Pierre Pirali Pierre Pirali 24 septembre 14:42

          @Cateaufoncel 

          Bonjour, 
          À vrai dire je pense que le Front National survivra sans mal au départ de Florian Philippot, en se réorientant vers une politique libérale et identitaire avant tout. En revanche, la perte de son aile gauche n’en demeure pas moins un coup dur pour le parti. En effet, c’est sous l’impulsion de Philippot qu’il a su étendre son champ électoral. Il a certes déplacé le curseur d’un cran à gauche, mais à en croire les chiffres, la stratégie a été payante : l’extrême-droite française n’avait jamais obtenu autant de voix à une élection sous la Vème République. Renoncer à cet électorat populaire, c’est consolider le fameux plafond de verre frontiste. Sans compter que pour la première fois depuis son accession à la tête du parti, la légitimité de Marine Le Pen est réellement affectée, après un entre-deux-tours confus et un piètre débat. La crise est donc révélatrice d’une fracture au sein du FN, et sa présidente a dû se défaire d’une minorité au profit d’une majorité. 
          Ensuite, vous avez raison de ne pas réduire les masses populaires à la revendication sociale, mais le pari de Philippot a justement été d’associer le repli national à une délivrance monétaire qui remplirait le porte-feuilles des Français, là où le quinquennat précédent a cruellement échoué. C’est donc face à l’échec des « partis de gouvernement » traditionnels que le FN a resserré son emprise sur les milieux populaires. 
          Pour ce qui est de la culpabilité de Philippot dans la défaite présidentielle, l’aile libérale du parti lui reproche effectivement son intransigeance sur la question européenne. Rendez vous compte : à une semaine du deuxième tour, la presse montrait simultanément une Marine Le Pen ouverte au compromis et un Florian Philippot qui refusait toute discussion. Et au FN, quand on n’est pas d’accord avec le chef, on s’en va.
          Enfin, au sujet de Laurent Wauquiez, l’admiration sans borne qu’il voue à Nicolas Sarkozy est connue de tous. Néanmoins, il n’hésitera pas à se droitiser encore plus si cela peut lui permettre d’offrir une alternative à Emmanuel Macron, et de prétendre à l’Élysée.


        • Cateaufoncel 24 septembre 17:11

          @Pierre Pirali

          Pour ma part, je fais confiance au « réflexe territorial » des prolétaires - « A celui qui n’a rien, la patrie est son seul bien » (J. Jaurès) - contre le cosmopolitisme multiculturel des bobos.

          « Enfin, au sujet de Laurent Wauquiez, l’admiration sans borne... »

          Sarkozy a tellement dit, et même écrit, tout et son contraire que cela se situe tout près des limites de ma crédulité...

          Comment oublier que l’inventeur du ministère de l’Identité nationale, en 2007, est aussi celui qui, en 2006, appelait de ses voeux « ...une France où l’expression « Français de souche » a disparu. » ?

          Comment oublier que l’histoire de France ne l’intéresse pas, comme l’a avoué l’« admirable » Sarkozy, en 1999, à Philippe de Villiers : "« Tu as de la chance, Philippe, tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. Je ne m’intéresse qu’à l’avenir.  » ?


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 septembre 19:54

          @Pierre Pirali
          Vous répétez ce que disent les médias en boucle :
          «  le FN veut arriver au pouvoir - les Français ne veulent pas sortir de l’ Europe, ni de l’euro etc ». Tout cela est faux.


          Les médias, (et la classe politique) filtrent toutes les informations sur les Traités européens. Aucun d’entre eux ne cite jamais le moindre article des Traités, par ignorance souvent, et surtout, parce qu’il ne faut pas ouvrir la boîte de Pandore !

          Citer les articles des Traités, c’est démonter toute la fiction des discours politiques tenus par les européistes. Les citoyens sont maintenus dans l’ignorance volontairement.

          Les Traités et la sortie de l’ UE et de l’euro sont des tabous médiatiques. Jamais il n’y a eu en France de débats contradictoires sur la sortie de l’ UE & de l’euro.
          Et vous ne vous en rendez même pas compte !

          Les médias passent leur temps à dire que ce serait l’apocalypse, la fin des haricots et la mort des ratons laveurs ! Ceux qui ont une autre analyse sont censurés.


        • wesson wesson 25 septembre 02:04

          @Cateaufoncel
          Allez, on va répondre de manière un peu étayée. 

          Philippot s’est retrouvé éjecté du FN pour plusieurs raisons qui se chevauchent : 

          * Ce n’est pas la sortie de l’Euro qui a provoqué le départ de Philippot. Le débat sur l’Euro est effectivement accepté au FN car il est (aujourd’hui) la garantie que le parti n’arrivera jamais au pouvoir avec. Vous le dites vous-même 

          * A chaque branlée électorale, le FN se tape une crise qui se solde par une purge voyant le départ de ceux qui contestent le leadership. La création du mouvement de Philippot a été perçu comme cela, à juste titre.

          * Le Pen a effectivement fait le ménage, mais n’abandonne pas la ligne Philippot, pour preuve : même si la sortie de l’Euro n’est plus un préalable, il reste dans le programme.

          Ensuite, sur cette fameuse sortie de l’Euro, je suis personnellement convaincu qu’elle sera à terme indispensable d’une manière où d’une autre (et pour être plus exact, ce qui sera indispensable n’est pas de sortie de la « monnaie » Euro, mais de l’orthodoxie budgétaire qui est actuellement imposé avec notamment par le truchement de la puissance Allemande).

          Mais je suis réaliste et contraint de constater le succès tout à fait éclatant de cette monnaie de masochistes : l’euro est là pour rester, et il nous faudra au moins une guerre pour que les gens comprennent de quoi il en retourne réellement.

        • Ar zen Ar zen 25 septembre 07:10

          @wesson


          Et bien non Wesson vous parlez de ce que vous ne connaissez pas. L’Allemagne ne « dirige » pas l’UE. Cette idée vous vient de Mélenchon qui ne cesse de taper sur Merkel. 

          Pourtant, il vous suffit de lire les traités européens pour comprendre que ceux-ci s’appliquent aussi bien à la France, à l’Allemagne et à tous les pays membres de l’UE. C’est aussi simple que ça. 

          Ce que vous ne voulez pas comprendre, pourquoi, je me le demande, c’est que les traités comportent des dispositions économiques « ordo-libérales ». C’est pour cette raison que Mélenchon fait semblant de voir dans l’action de l’UE la main cachée de l’Allemagne. Mais ce n’est pas le cas. Le fonctionnement de l’UE est acté à travers les traités ! Est-ce que vous allez le comprendre ?

          • Les orientations programmatiques de l’Union européenne en matière économique, politique et sociale, sont intégrées aux traités et donc gelées.

          • Ces orientations sont juridiquement obligatoires et indiscutables au sein des institutions de l’Union européenne et des Etats membres devant les mettre en œuvre.

          • Les électrices et les électeurs peuvent changer de dirigeants tous les 5 ans, ces derniers resteront toujours juridiquement tenus par le programme économique consacré dans les traités.


            Est-ce que vous voulez faire un effort pour comprendre ou vous voulez rester dans l’ignorance ? 

            La primauté du droit européen sur les droits nationaux est absolue. Ainsi, tous les actes européens ayant une force obligatoire en bénéficient, qu’ils soient issus du droit primaire ou du droit dérivé.

            De même, tous les actes nationaux sont soumis à ce principe, quelle que soit leur nature : loi, règlement, arrêté, ordonnance, circulaire, etc. Peu importe que ces textes aient été émis par le pouvoir exécutif ou législatif de l’État membre. Le pouvoir judiciaire est également soumis au principe de primauté. En effet, le droit qu’il produit, la jurisprudence, doit respecter celui de l’Union.

            La Cour de justice a estimé que les constitutions nationales sont également soumises au principe de primauté. Il revient ainsi au juge national de ne pas appliquer les dispositions d’une constitution contraire au droit européen.


            http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=LEGISSUM:l14548


        • Ar zen Ar zen 25 septembre 08:40

          @Shawford

          Cela tombe bien, j’ai un faible pour la pipe. 

        • Cateaufoncel 25 septembre 08:46

          @wesson

          « Ce n’est pas la sortie de l’Euro qui a provoqué le départ de Philippot. Le débat sur l’Euro est effectivement accepté au FN car il est (aujourd’hui) la garantie que le parti n’arrivera jamais au pouvoir avec. Vous le dites vous-même.  »

           

          Et je l’ai toujours dit. Il suffit de dire aux électeurs que le changement de monnaie menace leur patrimoine et leur pouvoir d’achat, pour torpiller le parti qui annonce cette mesure. Il n’y a qu’un ingénu comme Asselineau pour croire qu’on peut corriger cela avec des explications et de la pédagogie.

           

          Les peuples ne comprendront que lorsqu’ils souffriront eux-mêmes, dans leur patrimoine et leur pouvoir d’achat précisément, de la monnaie unique. Tant qu’ils n’en ressentent pas les effets pervers, ils lui restent favorables.

           

          «  A chaque branlée électorale…  »

           

          Je conteste l’expression de branlée électorale pour la situation actuelle. C’est une invention de la caste médiatico-politique. Entre mai 2014 (élections européennes) et mai 2017 (deuxième tour de la présidentielle), le Front national a passé de 4’712’000 voix à 10’638’000, soit une progression de 125.6 %

           

          « …le FN se tape une crise qui se solde par une purge voyant le départ de ceux qui contestent le leadership. La création du mouvement de Philippot a été perçu comme cela, à juste titre.  »

           

          Pour le moment, je parlerais plutôt de crisette. « Libération », à ce jour, n’a pu parler que d’une vingtaine de démissions d’élus, dont aucun de premier plan. En outre, lors des sénatoriales d’hier, le FN a enregistré une progression de ses voix, de 1168 en 2011 à 1869 soit une augmentation de 60 %. D’où on pourrait déduire, que s’il y a eu un « effet Philippot » il fut très faible.

           

          « Le Pen a effectivement fait le ménage, mais n’abandonne pas la ligne Philippot, pour preuve : même si la sortie de l’Euro n’est plus un préalable, il reste dans le programme.  »

           

          Naturellement. C’est une plaie, mais le dernier sondage en date, montre que 70 % des Français lui restent attachés.

           

          «  Ensuite, sur cette fameuse sortie de l’Euro, je suis personnellement convaincu qu’elle sera à terme indispensable d’une manière où d’une autre…  »

           

          L’euro, on en sortira, ou il s’effondrera, personne ne le sait. Pour le moment, les pays du Club Med sont dirigés par des lâches, mais s’ils se rebiffaient… Ensemble, l’Italie et l’Espagne ont un PIB supérieur à celui de la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Grèce, supérieur à celui de l’Allemagne

           

           

          « Mais je suis réaliste et contraint de constater le succès tout à fait éclatant de cette monnaie de masochistes : l’euro est là pour rester, et il nous faudra au moins une guerre… »

           

          Sans aller jusque-là, s’ « ils » en viennent à confisquer l’épargne des gens ordinaires, pour renflouer des banques, bien des remises en question pourraient se produire.

           


        • Armelle Armelle 25 septembre 12:07

          @Fifi Brind_acier
          « « ...les Français ne veulent pas sortir de l’ Europe, ni de l’euro etc ». Tout cela est faux. »

          Tout cela est faux Fifi ? Les sondages vous seraient-ils crédibles seulement quand ça vous arrange ?

          Dernier sondage Sofres ;
          45% sont pour le maintien
          33% sont pour la sortie

          Vos désirs ne sont encore pas réalité manifestement...
          En fait vous reprochez aux médias une démarche dont vous êtes vous même une adepte notoire !!!
          C’est amusant
          Et évidemment, si vous trouviez à redire, je ne manquerai pas de vous mettre la tête dans la cuvette la prochaine fois que vous argumenterez vos propos par un sondage quelconque !!!
          Pffffff
          Vous nous soulez avec vos éternels slogans mensongers !!!


        • Pierre Pirali Pierre Pirali 25 septembre 18:19

          @Fifi Brind_acier

          Bonjour, 
          Vous avez tout à fait le droit d’être eurosceptique, mais vous ne pouvez élargir votre opinion à tous les électeurs. L’article n’avait pas vocation à lancer un énième débat sur le sujet, juste de faire part d’une analyse sur ce à quoi pourrait ressembler la droite de demain. Mais la véhémence de votre réaction m’oblige à vous contredire : pour une majorité de Français, la sortie de l’euro fait peur, que vous le vouliez ou non. Vous évoquiez Goebbels dans un de vos précédents commentaires, mais j’ai suffisament confiance en le respect des libertés démocratiques dans notre pays pour vous affirmer avec certitude que cette peur est chiffrée et majoritaire. Évidemment un sujet aussi complexe subit de grandes simplifications quand il passe aux mains de la presse, mais ne pensez-vous pas qu’il se passe la même chose quand l’UPR se penche dessus ? Ce que vous avancez est au moins aussi valable pour les partis que vous soutenez, bien que, encore une fois, je respecte vos positions. 
          Il est trop facile de croire en une caste médiatique surpuissante qui mentirait aveuglèment aux gens pour les conserver sous l’emprise d’un totalitarisme européen. L’Europe est contestable et contestée, mais l’argument de sa sortie est tout autant instrumentalisé par la cause souverainiste. 

        • wesson wesson 24 septembre 14:54

          A quoi sert le FN ?


          à ça : Cette semaine, il y a eu une bonne dizaine de sujets sur la démission de l’immense Philippot, contre 1 seul pour les 2 manifestations sociales de la semaine (le 21 et le 23).

          Le FN sert donc toujours à dérailler tout débat social et politique sur des sujets proprement insignifiants ! En cela il est et reste la meilleure garantie que aucun projet politique alternatif n’arrivera au pouvoir en dehors du néolibéralisme Européen que l’on présente comme la seule alternative possible. 

          • Cateaufoncel 24 septembre 17:14

            @wesson

            Sans indiscrétion, vous-même avez proposé, à AgoraVox, combien d’articles consacrés à ces gigantesques rassemblements, qui ont paralysé le pays, obligeant ainsi le gouvernement à faire marche arrière sur la Loi travail ?


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 septembre 19:19

            @wesson
            Allons Wesson, que ferait la Gauche néo cons, sans le FN ? Il faut dire merci au FN ! Il est indispensable à la Gauche européiste et mondialiste.
            Bien plus utile qu’à la Droite, que le FN rêve depuis 40 ans de remplacer ! 


            Depuis Mitterrand, le FN sert d’épouvantail à moineaux au 2e tour de chaque élection. Sinon le PS, et tous ceux qui gravitent autour, auraient finis dans les oubliettes de l’ histoire depuis bien longtemps, y compris sous la forme Macron.

            Depuis 40 ans, la Gauche explique entre les 2 tours des élections :
            « Votez pour nous, sinon, ce sera le FN qui passera ! » Après avoir été à l’origine de l’ascension du FN, pour pourrir tous les débats en France, quelle hypocrisie !


            Mais ce n’est pas sa seule utilité !
            Le FN sert à traiter de fachos tous ceux qui veulent sortir de l’ UE & de l’euro !
            Ce dont Mélenchon ne se prive pas.
            Le FN, c’est le couteau suisse de la Gauche, créé par la Gauche, et utilisé par la Gauche pour continuer à niquer le peuple de Gauche, et l’obliger à rester dans l’ UE & l’euro.

          • Fergus Fergus 24 septembre 19:40

            Bonsoir, Fifi Brind_acier

            Mort de rire avec ces éléments de langage UPR déjà servis des centaines de fois. Le syndrome du perroquet ! smiley,


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 septembre 20:05

            @Fergus
            Je n’avais pas remarqué que les européistes avaient des discours différents d’un jour à l’autre, depuis le Traité de Rome... Ils nous vantent depuis 70 ans, le « rêve européen » : la paix, la prospérité, la solidarité, toussa, toussa ...


            Quand on sait que « le rêve européen », a été construit par les Américains et le conglomérat du charbon & de l’ acier français et allemand, ça fait tout de suite moins rêver à Gauche.
            Evidemment.

            « Aux origines du carcan européen » par Annie Lacroix Riz.


          • wesson wesson 25 septembre 01:16

            @Cateaufoncel
            sans indiscrétion aucune j’ai terminé la rédaction d’article sur Agoravox depuis un bon moment. D’autres sont bien plus compétent que moi pour y raconter des conneries ou écrire des « flat out lies »


            Je ne modère plus non plus aucun article. 

            Par contre, j’ai bel et bien une vie politique, là où cela compte. 

          • Cateaufoncel 25 septembre 09:03

            @Fergus

            Sans compter que sa façon de présenter les choses...

            Depuis Mitterrand, le FN sert d’épouvantail à moineaux au 2e tour de chaque élection.

            ...est à la fois fausse et anachronique.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 septembre 10:28

            @Cateaufoncel
            Pendant 10 ans, privé de médias, le FN a fait moins de 1% aux élections.
            Après l’intervention de Mitterrand en 1983, pour que le FN passe dans les médias, c’est bien différent.


          • Cateaufoncel 25 septembre 11:23

            @Fifi Brind_acier

            Ce qui était différent aussi, par exemple, c’est que le Front national était alors favorable à la construction européenne, comme la plupart des eurosceptiques d’aujourd’hui. C’est le Traité de Maastricht (1992) qui révéla l’orientation perverse de la politique menée par Bruxelles.

            A ce moment-là, le bricoleur pantoufle dans des cabinets ministériels. En 1998, le Front nationnal dépasse les 25 % en PACA, les 20 % en Alsace, les 15 % dans le Nord-Pas-de-Calais.Le bricoleur pantoufle toujours dans des cabinets ministériels.

            En 2002, le piège Mitterrand se referme sur... le malheureux Jospin et JMLP est au deuxième tour de la Présidentielle. Le bricoleur pantoufle encore dans des cabinets ministériels. En 2004, le Front national fait 9.8 % aux élections européennes et remporte 7 sièges-. Et pendant ce temps que fait le bricoleur ? Il pantoufle dans des cabinets ministériels, toujours aux frais du contribuable, il n’est pas superflu de le préciser.

            Et, en mars 2017, Asselineau fonde l’UPR pour donner une raison d’exister au FN, qui avait été créé pour contrecarrer son émergence politique... 37 ans plus tôt. Sacré François  smiley


          • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 15:50

            De Gaulle disait : les Français sont des Wau-quiez ....


            • canard54 canard54 24 septembre 19:44

              Wauquiez aussi pourri que le reste....


              • Debrief 24 septembre 20:52

                D’accord avec l’analyse de l’article, pour Wauquiez, la droite dure c’est cuit parce qu’il va se faire doubler par le FN revu et corrigé. De plus pour se faire élire, les valeurs de droite doivent s’accompagner d’une facette sociale et pas libérale et d’autre part, en marchant sur les platebandes du FN, il s’expose à l’exercice facile de la diabolisation.
                 
                Le FN recentré sur ses « valeurs » premières va se rétrécir. Il va perdre les prolos qui iront chez les insoumis et les souverainistes qui iront chez Dupont Aignan ou chez Philippot (je n’évoque pas Asselineau et l’UPR qui n’ont pas d’existence hormis pour un petit nombre de fans).
                 
                En plus, si MLP ne cède pas sa place, le FN perdra tous ceux qui l’ont vu de planter face à Macron et ont compris que ce n’était plus la peine de recommencer. Faut-il que ce soit Marion MLP qui s’y colle ? Elle n’ira pas tant que le parti restera un panier de crabes familial et une machine à perdre.
                 
                Au fond, tout ce bazar laisse entrevoir l’espoir d’un rassemblement souverainiste (sortie de l’Euro puis de l’Europe) dont l’émergence prendra un temps certainement (trop) long, nécessaire à la disparition de la vieille génération de rentiers français dont l’ignorance et les peurs guident les votes.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 septembre 05:57

                  @Debrief
                  Quelle rigolade !
                  Vous allez encore une fois vous faire syrizer par Philippot, qui continue à plagier l’ UPR ! « Philippot : Il faut organiser le Frexit, la loi travail vient de l’ UE »


                  Et pour « organiser le Frexit », il se tourne vers ... Dupont Gnangnan, qui ne veut sortir de rien du tout !

                  On aura donc « Dupond & Dupont vont en bateau » et vous mènent en bateau !!


                • Durand Durand 26 septembre 11:07

                  @Fifi Brind_acier


                  Je viens d’écouter attentivement Philippot dans la video... D’après ce qu’il dénonce de l’Union Européenne et son insistance à dire que sans Frexit, rien n’est possible, il va obligatoirement mettre NDA devant ses contradictions s’il s’en rapproche. 

                  D’autre part,il peut y avoir deux raisons majeures au fait qu’il n’évoque pas l’UPR, avec qui son discours est désormais en phase, l’une n’étant pas exclusive de l’autre :

                  – il a été passablement brocardé par Asselineau (pas forcément à tort...) : « petit plagiaire du FN »,etc...

                  – il ne veut pas dévoiler sa véritable stratégie de rassemblement.

                  Ceci dit, l’upr n’a pas à changer sa propre stratégie et Asselineau a clairement rappelé que tous ceux qui voudraient respecter la charte de l’UPR étaient les bienvenus, quel que soit leur passé politique.

                  Attendons pour voir !





                    • Prophète Prophète 24 septembre 21:58
                      (Bonjour)

                      La session ordinaire du tribunal révolutionnaire théâtral s’ouvre...

                      Greffe - Flo Flo florien... Phi phi philip pp pppp po !

                      Le greffier, par ailleurs compétant, bégaye car le tribunal révolutionnaire respecte son quota emploi&handicap. Il commence a projeter les données.

                      Juge1 - Mais c’est une grosse tarlouze !
                      Juge2 - Oui, comme mon fils.
                      Juge1 - Oups pardon.
                      Juge2 - Nan t’excuse pas. Je l’ai déshérité. 

                      Les juges rigolent, car ils n’ont pas l’heure actuelle pas grand chose pour constituer un héritage.

                      Juge1 - Commençons avec la famille... Il semble être le seul puissant de son clan...
                      Juge2 - Une petite casserole signé d’un juge de la république corrompue.
                      Juge1 - Greffiez, zoomez... Continuons...

                      On vois des déclaration de revenus, des taxes, des titres de propriété

                      Juge1 Il n’est pas très riche.... Il est même suspicieusement fauché pour un proche des Lepen.
                      Juge2 Il s’est pas mal enrichi a partir de 2015... Fait voir les fiches de paye ?

                      On vois des expériences professionnelle, des expériences politiques...

                      Juge2 Il a été vice président d’un parti qui n’a jamais eu le pouvoir... On passe ?
                      Juge1 Ouais enchaine... Il n’a pas été élu, la non plus... et pas cette fois la non plus.
                      Juge2 Il a été nommé a un conseil général !

                      Les juges se marrent. Puis reprennent leur travail

                      Juge1 : Il a été un élu européen d’opposition constance... Un bon point ?
                      Juge2 Oui oui. Mais plus souvent « blanc » que « contre » l’opposition quant même.

                      L’inspection se poursuit et les juges semble détendus.

                      Juge1 : Il m’est sympathique celui ci, dommage qu’il sois déjà trop tard.
                      Juge2 : Notre jugement importe quant même, aurais-t’il du être épargné, avons nous mal-agit, devons nous rétablir son honneur et regretter notre faute ?
                      Juge1 : Je sais, continuons....

                      De belle déclaration publiques s’affichent, de grandes phrases patriotiques, et les juges regrettent... Jusqu’a ce que....

                      Juge2 : HAHA ! JE LE TIEN !
                      Juge1 : Comment ca, ou ?

                      Il zoom sur une innocente photo de classe, qu’il n’avais jusque-la pas détaillé. On y vois l’inscription manuscrite « Willy-Brant 2017 »

                      Juge1 : Que-ce-que ca veux dire ?
                      Juge2 : C’est une promotion de l’ENA. Philippot étais un Enarque !

                      Contrarié de s’être presque fait avoir aussi facilement que les citoyen de l’ancien régime par une belle couverture, ils déclarent d’une seule voix.

                      Juge1&Juge2 : Greffier !
                      Juge1 : Rédigez les ordres, qu’on inhume l’ennemi vaincu sans cérémonies superflue !
                      Juge2 : Et qu’on relâche le tireur !

                      A bon entendeur salut.




                      • arthes arthes 24 septembre 22:22

                        @Prophète
                        Excateeee...C etait la reflexion que je me faisais a moi meme ces deux jours ci...Le temps qu on en parle quoi...F P c est un enarque.


                        Bon, sinon, Wauquiez, il a beau se teindre les cheveux en gris/blanc pour faire plus charismatique, il a pas les jolis gros sourcils sexys de mon fifi a moi que les mechants medias m ont crucifie smiley

                      • arthes arthes 24 septembre 22:36

                        @Elric de Melniboné

                        Tout va bien se passer, j en suis certaine, avec vous, Shawford, Yo, BB et que le dernier ferme la porte smiley

                        Avez vous des gros sourcils ?

                      • arthes arthes 24 septembre 23:00

                        @Elric de Melniboné

                        Ahhhhh , vous revenez de Rawai ?

                        C est un endroit super, j y etais en fevrier, c est cool smiley

                      • arthes arthes 24 septembre 23:16

                        @Shawford

                        Chuis trop dans mon trip aussi...J aurais du remarquer le signe sur le tee shirt..S’pas du thaillandais !!!

                        Sinon : ptdr !!!

                        On s ennuie pas avec vous, les reunions de famille doivent etre assez euh...Caucasses ???

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès