• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Depuis Adam jusqu’au petit village de Taisey où j’habite, (...)

Depuis Adam jusqu’au petit village de Taisey où j’habite, commune de Saint-Rémy, ville de Chalon-sur-Saône

Au début, il y a la géographie. Dans l’ancien Croissant fertile, je ne vois pas de meilleur paradis terrestre que la vallée du Jourdain. Véritables dons de Dieu ou de la nature, la luxuriance de la végétation, les arbres naturellement fruitiers, l’abondance du gibier et des poissons, tout cela s’y trouvait comme le dit la Genèse (Gn 11, 12, 20, 21, 24, 25).

L’histoire a une logique. La première cité socialement organisée du Croissant fertile - nous sommes dans l’interprétation biblique - était intellectuellement obligée de s’appuyer sur deux groupes d’habitants : les paysans, et ce fut Caïn qui offrait à Dieu une gerbe de son blé, et ce fut les soldats, Abel, qui lui offrait une brebis de son troupeau, symbole du sacrifice militaire.(1)

La création d’Adam - de la cité d’Adam - vers l’an 4 000 avant notre ère suivant la chronologie biblique s’accorde assez bien avec l’apparition des premières agglomérations de la région.

Comment traduire le mot "Adam" ? L’hébreu permet deux traductions : l’homme ou les hommes. Je propose le mot "clan" ou "conseil". A ce clan, hommes privilégiés, il fallait une population ; et ce fut Ève. Le couple enlacé de Tello n'évoquerait-il pas l'amour qui doit régner entre la population et son conseil ?  Puis Dieu dit à Adam et à Ève : Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre et rendez-vous en maîtres (Gn 28). En termes clairs, cela ne signifie-t-il pas que la cité d’Adam veut imposer son autorité sur tout le Croissant fertile ?... face au pays de Sumer... Sémites contre Sumériens ? 

Ne soyons pas naïfs ! Fils d'Adam exilé en pays sumérien, Caïn est en réalité une colonie sémite qu'Adam protège. Abraham, en début de carrière, de même, probablement. (2)

Je propose de situer la première cité d'Adam dans les hauteurs, à une source du Jourdain, dans les ruines de l’antique ville de Dan que domine la forteresse de Baneas, au pied du mont Hermon que la carte de Peutinger évoque sous le nom Adammontem. La cité se développant, il me semble logique qu'elle se soit déplacée dans la région fertile de la Galilée ; et ce fut Cana.

Je propose de situer cette nouvelle capitale de Cana sur le site de la Sepphoris romaine, l'actuelle Ṣaffūrīya. En tant qu'ancien militaire, je crois à la permanence des points forts du terrain. C'est ainsi que j'ai localisé Bibracte sur la très forte position de Mont-Saint-Vincent ; laquelle a perduré sous le nom d'Augustodunum (colonie de Mt-St-Vincent, Autun porte le même nom d'Augustodum). C'est ainsi que je propose de situer la ville des Celtes évoquée par Hécatée de Milet au Taisey qui domine l'actuelle ville de Chalon-sur-Saône, laquelle Taisey se serait succesivement appelée, en remontant dans le temps,Tasiacum, Cabillodunum, Argentomagus, Nyrax ou Nurax (Hécatée de Milet) ... puis Nuria/e (merci à Antenor qui m'a révélé le texte d’Assarhaddon du prisme de Chypre).

Dès lors qu'on a compris l'importance du site chalonnais dont témoigne archéologiquement et historiquement la tour de Taisey, comme je l'ai expliqué, dès lors qu'on tient compte des témoignages d'Hérodote, de Polybe et d'autres qui situent les dits Celtes au nord du cours supérieur du Rhône, sur une position à partir de laquelle on a accès aux sources du Danube (par la trouée des lacs helvètes), seul le site chalonnais de Taisey s'impose pour être la Nurax, alias Nuria/e des textes.

De même, en Galilée, les points forts du terrain perdurent ; ce sont les noms qui changent. Sepphoris, capitale de la Galilée au temps des Romains ? Je suis bien d'accord, mais avant ? That is the fundamental question. Le site ne s'appelait-il pas Cana ? N'était-il pas le vrai Cana ? d'abord Cana, puis NAZARETH, puis Sepphoris ? Dans l'évangile de Jean, le miracle de Cana ne rappelle-t-il pas le souvenir de la cité historique indépendante, Cana ? Ce qui nous amène à retrouver son bâtiment religieux d'origine dans les traces archéologiques mises au jour par une équipe de chercheurs américains. En pointillés que j'ai rajoutés, le lieu de prière des fidèles s'inscrit dans le quadrilatère de la Grande Ourse (mon interprétation) ; en gras, le saint des saints réservé à la divinité, auquel seuls les prêtres avaient accés, s'inscrit dans le quadrilatère de la Petite Ourse   Ce dispositif mis au jour à Sepphoris - que j'identifie à la Nazareth de l'évangile - on le retrouve dans la synagogue de Capharnaüm. On le retouve aussi à Taisey. Et ceci nous amène à nous interroger sur le ciel astrologique que se sont imaginé les Anciens.

Voilà ce qui est écrit dans le ciel ! La Petite Ourse est au centre du ciel ; Dieu siège sur l'étoile polaire. La Grande Ourse, paradis terrestre promis aux élus, est à la droite de Dieu. Au carrefour en Y, les élus s'engagent sur la voie qui est à leur droite (ils marchent la tête en haut). Les damnés s'égarent sur le chemin de perdition. Heureux les élus qui marchent en direction de l'oppidum ovale de Dieu ! Voyez le quadrilatère de la grande Ourse ! C'est le paradis qui leur est promis pour leur séjour céleste... à la droite de Dieu... sous la protection de sa tour dont on aperçoit les fondations dans le quadrilatère du petit chariot, alias petite Ourse.

Voyez ci-dessous mon explication de l'ancien relevé cadastral du site de Taisey. Le sceau du comte de Chalon, des médaillons sculptés antiques, des traces de fossés et autres preuves confirment mon interprétation.
Voyez en 3 la tour de Taisey ! Sa base est un quadrilatère comme celui de la petite Ourse. Voyez, en arrière, en 4, et sous sa protection, le tracé de la haute enceinte en forme approximative de grande Ourse ou, encore au temps de César, le tribun Aristius trouva refuge. Tout cela concorde, à la petite différence toutefois que les fondateurs ont ramené l'enceinte de la grande Ourse plus près et en arrière de la tour "petite Ourse", mais le symbole est là. Fondée au tournant du millénaire, la ville de Bourbon-Lancy a repris le même symbolisme des deux Ourses.

Difficile de ne pas faire le lien, comme dans un héritage, entre Cana et Taisey, signature irréfutable d'une fondation coloniale. Voyez la pièce de l'étage de la tour de Taisey, Saint des saints, telle qu'elle est représentée dans les fresques de Gourdon du IIème siècle avant J.C.. Voyez sa haute fenêtre, à droite. La fenêtre à meneau est à reporter à l'étage supérieur. La fenêtre de gauche, je ne sais pas. Le plan au sol concorde, grosso modo, avec l'atrium de Sepphoris/Cana, mon relevé de la base de la tour étant approximatif. 

S'impose également une comparaison avec Carthage - IXème siècle - en phénicien Qart Hadasht et Nyrax, ville celtique, alias NÚrax, pÒlij keltik d'Hécatée de Milet, que j'identifie à Taisey. À l'image de Carthage pour l'Afrique, Taisey serait de même, pour la Gaule, une nouvelle ville/forteresse (Nuerax ?), Bibracte - Bis arx - n'en étant que la seconde..

Le prisme d’Assarhaddon de Chypre, daté de 673 av. J.C., donne la liste des souverains qui ont apporté leur tribut pour la construction du palais de Ninive, notamment deux dont on ignore la localisation : Qartihadashti et Nuria/e (3). Si Qartihadashti désigne de toute évidence Carthage, je ne vois, en pendant pour la Gaule de l'époque, Bibracte et Gergovie étant écartées, que la Nyrax ou Nurax d'Hécatée de Milet que j'ai identifiée à Taisey.

Reste à savoir pourquoi une cité celte située à Taisey, de fondation apparemment cananéenne, aurait contribué à la construction ou à la reconstruction d'un palais de l'ennemi assyrien ? Il est vrai que le char "celte" de Monteleone semble évoquer des symboles communs (4). Voyez les scènes de chasse dans les frises du bas du char. Comparez-les aux bas-reliefs du palais de Ninive exposés au British Museum.

L'Histoire est complexe. Rien à voir avec celle des archéologues du mont Beuvray. Rien à voir avec certaines thèses modernes dont les auteurs n'ont plus l'agilité de penser des Anciens (5).

Emile Mourey, écrit au château de Taisey, le 1er août 2019, dessins et croquis de l'auteur.

Renvois ;

1. https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-paradis-terrestre-d-adam-et-le-47114

2. https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/la-peregrination-d-abraham-17269

3. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01452615/document, pages 158 et159

4. https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/a-herakles-sur-ton-bouclier-frappe-215370

5. https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/bible-devoilee-ou-bible-voilee-a-18008


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 août 18:22

     « Elohim forma ha-adam, poussière de ha-adama ».

    Ha-adam, c’est « l’homme », celui qui est fait de terre glaise, comme « homo » en latin, c’est l’humus, ou comme la déesse Nintu dans l’épopée mésopotamienne d’Atrahasis qui utilise l’argile pour la fabrication de l’humanité ou encore dans la mythologie égyptienne, avec le dieu-potier Khnoum qui façonne sur son tour les hommes avec de l’argile.

    Au départ, le nom ha adam (l’humain) a un sens collectif et ne devient un nom propre individuel désignant le personnage d’Adam que plus tard.


    • Emile Mourey Emile Mourey 2 août 20:28

      @Séraphin Lampion

      Bravo, vous faites des progrès.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 3 août 09:22

      @Emile Mourey

      vous confirmez ce qu’a dit la directrice de mon école à ma mère juste avant les vacances !


    • samy Levrai samy Levrai 3 août 11:31

      Quand on sait que la Genese comme la majorité de la Torah est pompée de poèmes sumériens multideistes dont les tablettes on été déterrées ( les deformations elles sont à étudier !), on ne peut que se dire qu une construction intellectuelle à partir de déformation de textes initiaux ( et faux) ne peut que prêter à sourire...


      • Emile Mourey Emile Mourey 11 août 10:47

        .Lire : fresques de Gourdon du Ier siècle avant JC.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès