• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Des féministes oubliant qu’elles sont femmes

Des féministes oubliant qu’elles sont femmes

Il m'est arrivé d'écrire des horreurs sur les femmes, si si ne protestez pas, mais je ne m'en repens pas (il exagère le bougre), et particulièrement sur certaines féministes dont je saisis pas la démarche ou que je comprend trop bien au contraire. Derrière les discours idéologiques marqués, derrière les délires sur le genre sur les individus binaires, non binaires, il y a souvent de pauvres femmes qui se sont crus un temps soit laides, soit sans charme, divorcées plusieurs fois, vivant des aventures sans lendemain, sans avenir, blasées, paumées, égarées, mal mariées, s'en apercevant.

 

Il y a ces femmes intelligentes, cultivées, ouvertes travaillant qui dans la culture, qui dans l'éducation. Ne se croyant plus femmes, terrifiées par leur maturité elles se mettent parfois sous la coupe d'un pauvre type qui cherchent surtout une amante docile et qui ait de bons revenus.

Il y a des petites bourgeoises en rupture de ban aussi qui derrière le discours faussement libéré (il n'y a guère que le discours qui le soit). Elles conservent toujours les comportements de leur classe, la même condescendance, le même mépris social. Je me souviens de cette conférencière, un stage "pas obligatoire mais fortement conseillé de 2009 auquel j'avais assisté, un stage sur les "théories du gender" et non sur les "gender studies".

 

Elle était en chemisier avec un petit "col Claudine" assorti d'un "poulovère" ras du cou, en jupe sage de pensionnaire du couvent des Oiseaux. Elle piquait un fard dés qu'elle croisait par inadvertance le regard d'un des mâles présents dans l'assistance. Elle foudroyait alors instantanément du regard l'importun, le trublion osant le soutenir et la regarder dans les yeux.

 

Tout en évoquant la violence des hommes, leur dureté, leur brutalité s'opposant aux femmes toutes douces, paisibles et délicates. Cliché simpliste que j'ai tendance à trouver d'ailleurs fortement sexiste. C'est Simon Libérati qui dans son livre sur le meurtre de Sharon Tate qui rappelle avec pertinence que la plupart des "hippies" et filles du "flower power" demeuraient des petites "girl scouts" amoureuses du "quarterback" à la mâchoire carrée et aux épaules de déménageur. C'est ma foi tout à fait vrai encore maintenant pour la plupart de ces dames. Je ne parle pas ici évidemment des mâles-filles bonnes copines, ou hommes en pénitence que l'on croise dans les milieux féministes, des types tellement déçus de ne pas disposer d'ovaires.

 

Et pourtant, pourtant, quand elles s'oublient ces femmes, quand elles croient que personne ne les regardent, elles ont soudain des expressions naturelles, des mimiques, des gestes tellement émouvants. Elles redeviennent petites filles, adolescentes, fraîches, elles-mêmes en somme. Femmes. Pourquoi l'oublient-elles ? Là est toute la question.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury - Grandgil

 

illustration empruntée ici


Moyenne des avis sur cet article :  1.78/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • pallas 17 septembre 18:46
    Amaury Grandgil
    Bonsoir,

    Les féministes ne sont pas des femmes, juste des truies faisant dans les relations sexuels polygames, ne voulant pas d’enfants, haïssant la main d’un homme.

    Juste des choses frigides et stériles, ne vivant que dans l’artificiel, des prostitués en vérités.

    Pas la peine de faire un article pour ces pseudo femmes, qui ne sont rien d’autre que des dégénérés mentaux qui finissent dans un trottoir vendant leurs corps.

    Salut

    • Pere Plexe Pere Plexe 18 septembre 18:38

      @pallas
      « juste des truies faisant dans les relations sexuels polygames »
      du coup elles ont raison quand elles dénoncent les hommes ayant cette attitude et les traitent de porcs ?


      « haïssant la main d’un homme. »
      Vous contredisez l’auteur qui affirme :...amoureuses du « quarterback » à la mâchoire carrée et aux épaules de déménageur. C’est ma foi tout à fait vrai encore maintenant pour la plupart de ces dames...

      Juste des choses frigides
      C’est votre expérience ? Et votre habitude de nier son humanité à une partenaire que vous n’arrivez pas à faire jouir ?

      des prostitués ../..qui finissent dans (sur ?) un trottoir vendant leurs corps.
      vous croyez réellement que la majorité des putes sont des féministes ?
      sur quelle planète vivez vous ?

    • hunter hunter 17 septembre 19:11
      Salut Amaury,

      Je trouve ton papier trop condescendant !

      Les féministes mènent une guerre, ce sont des troupes qu’on envoie au front !
      Même leurs « généraux », sont en fait de médiocres sous-offs qui suivent des ordres...
      Elles sont en général très peu performantes intellectuellement, elles ont été programmées par des instances bien plus compétentes, ( d’ailleurs souvent des hommes, l’Histoire l’a montré...ce sont des hommes qui les ont incité à fumer des clopes, pour leur vendre les clopes, mais sous couvert d’affirmation et de libération bien entendu) mais elles n’en savent rien !

      Quand une guerre est déclarée, quand les coups sont portés, il n’est plus temps de s’attendrir....il faut juste répliquer mais avec tactique et intelligence (ce que les féministes de maintenant sont incapables de faire, il suffit d’écouter parler Clément Hautaine...), et on verra bien qui gagnera les batailles et la guerre !

      Donc le camarade Pallas est assez vindicatif, mais dans l’absolu, il n’a pas tort !

      Adishatz

      H/

      • Pere Plexe Pere Plexe 18 septembre 18:46

        @hunter
        De leurs batailles gagnées lesquelles vous défrisement le plus ?

        le droit de vote ?
        le droit à l’éducation ?
        le droit à la contraception ?
        le droit au divorce ?

        « ce sont des hommes qui les ont incité à fumer des clopes, pour leur vendre les clopes, mais sous couvert d’affirmation et de libération bien entendu »
        Oui
        Mais ce sont les mêmes arguments qui ont pigeonné les mâles.Et dans une bien plus grande proportion.

      • troletbuse troletbuse 17 septembre 19:17

        Des Féministes ? Non, des mal-baisées.


        • JC_Lavau JC_Lavau 17 septembre 20:21

          @troletbuse. Pas baisables, elles en prennent un soin jaloux.


        • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 17 septembre 19:20
          « Elles sont en général très peu performantes intellectuellement,,, »

          Et si ce n’est aux féministes, c’est à qui que les femmes doivent leur émancipation ?



          • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 17 septembre 19:22
            @Hunter

            Mon témoignage s’adresse à Hunter, qui n’entend pas grand-chose aux réalités du monde d’aujourd’hui

          • hunter hunter 17 septembre 20:11

            @Cateaufoncel3

            Par rapport à votre url, soit vous ne comprenez pas l’anglais, soit vous n’avez pas compris ce que j’ai écrit, car désolé l’ami, mais ça « match », comme on dit en français moderne !

            Adishatz

            H/

          • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 17 septembre 20:24
            @hunter

            « mais ça « match », comme on dit en français moderne ! »

            Jamais lu, jamais entendu.

            En attendant la traduction, une autre :

            https://pbs.twimg.com/media/DmPr2oPWwAIDoW2.jpg:large

          • cassini cassini 17 septembre 22:26

            Hélas je ne croise presque jamais ces personnes ou alors je suis trop primaire pour qu’elles m’adressent leur discours ; quel dommage, on a si peu l’occasion de rire. 




            • Chourave Gwynplaine 18 septembre 08:43

              C’est quand même pas très gentil de me dire que si ma femme est comme ça c’est parce qu’elle est « mal baisée » !

              Est-ce que les vaches qui donnent un coup de sabot dans le seau quand on les trait le font parce qu’elles sont mal pelotées ou pour défendre la dignité des vaches ?

              • popov 18 septembre 11:15

                @Gwynplaine

                 
                Les vaches, c’est quand elles sont mal traites et qu’elles trouvent que cela dure trop longtemps.



              • placide21 18 septembre 08:52

                Les féministes sont un reliquat soixantehuitard, c’est ce que l’on constate lorsqu’on fréquente des femmes qui n’ont pas subit cette « révolution » : les femmes des pays de l’est , les jeunes ; inutile de se prendre la tête , laissez faire le temps.


                • ZenZoe ZenZoe 18 septembre 09:10
                  Cet article va être commenté par des hommes en grande majorité, je le sens. Et je reviendrai lire dans quelques heures pour voir à quel point de défoulement on est arrivé.
                  Toujours intéressant de savoir de quoi parlent les hommes entre eux, loin des oreilles féminines, et déjà ça attaque sec : mal baisées, bourgeoises, prostituées...

                  Bah, je me dis que les femmes font pareil quand elles sont entre elles, et là non plus c’est pas piqué des hannetons. Et toc !

                  • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 septembre 09:17

                    @ZenZoe
                    Les femmes sont souvent pires entre elles


                  • ZenZoe ZenZoe 18 septembre 10:19

                    @Amaury Grandgil

                    Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça ne saute pas aux yeux avec votre article et ses commentaires !


                  • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 septembre 10:31

                    @ZenZoe
                    Voyez un petit peu plus loin...


                  • Ciriaco Ciriaco 18 septembre 13:11

                    @Amaury Grandgil

                    « Les femmes sont souvent pires entre elles » - on dit aussi couramment qu’elles parlent beaucoup sur le dos des unes et des autres.

                    C’est ce qu’on dit souvent, le plus intéressant étant de comprendre d’où un fait social, avec sa réalité et sa mythologie, tire son existence : en l’occurence d’une condition sociale et culturelle de la parole des femmes, ancrée dans l’histoire, celle de la soumission à un ordre, jusqu’à la corporalité la plus stricte. Parole effacée qui ne doit être prononcée qu’avec une grande prudence : voilà une des racines du cliché que vous utilisez.

                    Je constate que beaucoup hommes ne pipent pas un broc aux féminismes, et quand je dis pas un broc, c’est rien, vide, néant. Combien se sont réellement intéressés à l’histoire, aux concepts et à l’intellectualité produite, et combien se sont repliés sur eux-mêmes, s’attachant à ce qu’ils souhaitent des femmes, dans la longue tradition de l’essentialisation : non des sujets pleins, mais des êtres dédiés aux chose de l’amour, avec l’esthétique (dans le sens de ce qui relie) et la normalité qui convient.

                    Tout ceci alors que les féminismes proposent à l’inverse une grande ouverture aux hommes, un levier apte à désenclaver leur liberté.




                  • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 septembre 13:20

                    @Ciriaco

                    "Tout ceci alors que les féminismes proposent à l’inverse une grande ouverture aux hommes, un levier apte à désenclaver leur liberté."
                    C’est faux. Me rendant à une manif pour défendre des infirmières j’en avais été refoulé car homme

                  • Ciriaco Ciriaco 18 septembre 13:33

                    @Amaury Grandgil
                    Vous n’empêcherez pas une démocratisation, faite dans le temps ultra-rapide de la société de l’information, et propre en cela à produire des réactionnaires, d’être parfois identitaire. C’est le cas de tous les mouvements populaires actuels, et pas une spécificité des féminismes.

                    En ce sens, les féminismes sont socialisés au sein d’une époque. Ce qui n’enlève rien à la curiosité, au désir de comprendre et au goût pour la pensée, qu’on peut s’offrir à s’y pencher sincèrement.


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 septembre 13:49

                    @Ciriaco

                    Faut aller vers les années 30 du 20e et découvrir la relation amoureuse (et la correspondance) d’ êtres libres ...Anaïs Nin et Henry Miller .


                  • cevennevive cevennevive 18 septembre 09:26

                    Bonjour Amaury,


                    Que de généralités Amaury, que de généralités !

                    Heureusement votre conclusion est douce et bienveillante et vous auriez pu écrire, comme dans la chanson : « femmes je vous aime ».

                    Bien des remarques sont vraies, mais ne viennent-elles pas de certains déboires que vous avez subis auprès de « garces » ? Il y en a tant ! Mais je ne crois pas que l’on puisse taxer ces harpies de « féministes », ce sont des revanchardes qui se sont estimées maltraitées par les hommes, alors que ces « maltraitances » viennent de la vie tout simplement. Elles n’ont pas compris que tout ne leur est pas dû"...

                    Les problèmes psychologiques proviennent des couples, mais pas seulement des femmes. Et un couple c’est fragile. Il faut que l’équilibre des personnalités soit parfaitement maintenu. Et lorsque ce n’est pas le cas, il y a autant d’acrimonie d’un côté comme de l’autre. Alors, on traite la femme de féministe, et l’homme de macho.

                    Bien à vous.


                    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 septembre 10:29

                      @cevennevive

                      « Les problèmes psychologiques proviennent des couples, mais pas seulement des femmes. Et un couple c’est fragile »
                      Bien sûr, un couple se construit chaque jour en fait.

                    • JC_Lavau JC_Lavau 18 septembre 11:34

                      @cevennevive. Chaque fois que la malveillance est 100 % féminine, il faut prétendre qu’elle est équilibrée à 50-50. A minima...

                      Chaque fois que les torts sont égaux, prétendre qu’ils sont masculins à 100 %.

                      Quant aux dommages collatéraux infligés aux enfants assignés au rôle parricide d’aides-bourrelle, YAKA dire que c’est quand même la faute du mâle, puisqu’il a réussi à rester vivant, contre tous les plans les mieux ourdis.

                    • Crab2 18 septembre 09:45

                      Civilité  : tous les dictionnaires s’accordent à ne reconnaître au nom civilité que les deux sens suivants : au singulier, il désigne une manière courtoise et polie de vivre et de se comporter en société et, au pluriel, les manifestations de cette courtoisie et de cette politesse

                      https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/09/dictionnaire-du-savoir-vivre.html


                      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 septembre 10:29

                        @Crab2
                        j’ignore la civilité ?


                      • Albert123 18 septembre 10:11

                        « Elles redeviennent petites filles, adolescentes, fraîches, elles-mêmes en somme. Femmes. Pourquoi l’oublient-elles ? Là est toute la question. »


                        Au delà du transsexuel psychique qu’est la féministe et de la lolita qu’est l’adulescente attardée, il existe un archétype que vous oubliez : la femme.

                        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 septembre 10:30

                          @Albert123

                          Non je ne l’oublie pas, je l’aime.
                          Et je suis désolé que les féministes ne s’en soucient pas plus.

                        • Albert123 18 septembre 10:42

                          @Amaury Grandgil

                          Pourquoi se soucieraient elles de celle qui les rend grotesques par sa simple présence ?







                        • JC_Lavau JC_Lavau 18 septembre 11:03

                          @Amaury Grandgil. Voir Michèle Dayras, vierge et martyre de son état, guerroyer aussi contre les hétérosexuelles, soupçonnées de pactiser avec l’ennemi héréditaire.
                           


                        • Le Panda Le Panda 18 septembre 10:25

                          Bonjour Amaury

                          j’ose penser que tu as passé de bonnes vacances et que tu n’as pas croisé trop de féministes. Je l’ai approuvé en modération mais je ne m’attendais pas à de telles ruades de masse de machos.

                          Il me semble qu’il ne faille pas confondre Femen et féministes il ne faut pas perdre de vue que si je ne suis pas fervent des féministes nous nous devons d’admettre que la généralité extrémiste tue toutes les qualités et les avancées que certaines féministes ont apportés en plus à la condition sociale de la femme. Que nous le voulions ou pas, nous sommes tous sans exception issue de la jonction d’un homme et d’une femme. Qui peut admettre que l’on traite sa propre mère de tous les noms péjoratifs et insultants. La perfection n’est pas de ce monde. Les réactions à ton articles sont trop violentes pour êtres réalistes. Mais je te dis merci que la vie d’un couple se déroule avec une position ou chacun à un moment tient un rôle plus ou moins dominant, et je persiste et signe toutes les féministes ne sont ni des prostituées ni des femmes ne connaissant pas le plaisir de la vie.  smiley


                          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 septembre 10:31

                            @Le Panda
                            J’ironise c’est un peu le genre de cet exercice de style non ?


                          • JC_Lavau JC_Lavau 18 septembre 10:58

                            @Le Panda. Voir la Reine-Mère se vanter de protéger la criminalité féminine parce qu’elle est féminine :
                            Quand la Reine-Mère se vantait de protéger la criminalité féminine. 

                             

                          • Le Panda Le Panda 18 septembre 11:15

                            @JC_Lavau
                            Bonjour

                            Voir la Reine-Mère se vanter de protéger la criminalité féminine parce qu’elle est féminine :

                            Pourquoi faire d’une exception une généralité ? Par ailleurs merci d’admettre que je n’ai jamais écris cela


                          • JC_Lavau JC_Lavau 18 septembre 11:26

                            @Le Panda. Et tu prouveras comment, que seule une seule misandre victimaire protège la criminalité féminine, par solidarité féministe ? Au tribunal, elles sont toutes comme cela, avec ou sans toge noire et jabot blanc. La guerre sexiste par dessus tout.


                            Simplement les journalistes ont ordre de n’en jamais parler ni laisser parler.

                            Voir aussi la propagande féminazie au gouvernement, relayée par la presse et les commissariats.
                            Etc. etc. etc.
                            Voir Slate propagander pour le misandrisme triomphal, après le triomphe du misandrisme victimaire.

                          • Le Panda Le Panda 18 septembre 10:40

                            Amaury

                            J’ironise c’est un peu le genre de cet exercice de style non ?

                            Toi je n’en doute pas mais cela démontre, dans les commentaires et c’est ce que je pensez pas lire. Le cas échéant les insultes sont comme les partis politiques tous bons en majorité à balancer à la poubelle. Merci de ta réponse 


                            • Le Panda Le Panda 18 septembre 11:41

                              @JC_Lavau

                              Misandre et réponse du berger à la bergère, la misogynie tu l’appliques comment ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès