• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Des hôtels profitent du système, ils posent leurs conditions C’EST (...)

Des hôtels profitent du système, ils posent leurs conditions C’EST SCANDALEUX !

Quand je vois un SDF dans la rue à Vaux-le-Pénil, je discute avec lui et je lui propose de contacter le 115... Certains téléphonent mais n'insistent pas quand la ligne est occupée et parfois les appelants n'ont pas de portable.

Des personnes ne veulent pas de solution d'hébergement, elles ne sont pas nombreuses dans ce cas là, on essaye de les aider en leur apportant des habits et des couvertures tout en essayant de les convaincre d' accepter la mise à l'abri.

Je rappelle que lorsqu'une personne ou une famille est prise en charge avec le 115, un travailleur social établit un diagnostic et recherche une solution de relogement. C'est parfois long mais durant ce temps là, l'abri est garanti et au bout du chemin il y a une perspective.

Tous ceux qui sont à la rue devraient être hébergés... Ce n'est pas souvent pas le cas car le nombre de places est limité.

La semaine dernière, à Vaux le Pénil, un homme de 60 ans n'a pas pu être pris en charge par les services sociaux, par manque de place.

Je me suis mis en colère, j'ai envoyé une adresse au Préfet qui a répondu à une journaliste que dès dimanche dernier de nouvelles places étaient ouvertes.

Dès dimanche dernier, bizarre non et pas le samedi soir...

Il faut taper sur la table, ce que je fais et nous sommes plusieurs à le faire, pour qu'enfin les décideurs prennent leurs responsabilités.

J'ai rencontré à Vaux le Pénil un père de famille, il est séparé de sa compagne et ne voit plus sa fille. Il est désespéré.

Le 115 est prêt à le mettre à l'abri et de travailler avec lui pour qu'il recouvre ses droits au RSA... Malheureusement de très nombreux hôtels refusent les chiens.

Non contents de profiter du système en ayant un taux exceptionnel de remplissage, ces hôtels dictent leur condition.

Ces hommes et ces femmes qui survivent dans la rue ont parfois un compagnon à quatre pattes qui leur sert d'ami, de lien et pour rien au monde ils ne s'en sépareraient...

On les comprend.

Il faudrait que les préfets rappellent à la dignité les directeurs des établissements hôteliers et recherchent des hébergements autres en réquisitionnant des locaux.

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • oncle archibald 9 janvier 11:57

    Les hôteliers peuvent parfaitement refuser les animaux de compagnie. Il convient de vérifier avant de réserver si l’établissement les accepte et sous quelles conditions.

    Le gérant de l’établissement est susceptible de vous facturer ce qu’il fournit pour l’occasion (nourriture, litière ou nettoyage par exemple). Si votre animal cause des dégâts, votre responsabilité civile est engagée.

    C’est facile de jeter la pierre à un gérant d’hôtel, de le traiter de salaud sans cœur et de demander au préfet de l’obliger à déroger au règles en usage dans son établissement. C’est méconnaitre toutes les difficultés auxquelles lui aussi doit faire face pour gagner sa vie.

    En revanche ceux qui s’occupent du relogement provisoire des sdf devraient prendre en compte le problème spécifique qui résulte du fait qu’ils ont souvent un chien avec eux. Ils devraient donc choisir un établissement acceptant les animaux de compagnie et rassurer le propriétaire de l’établissement en contractant une assurance spécifique pour les dégâts que l’animal pourrait causer.

    Il n’est en rien « scandaleux » qu’un commerçant demande que l’on respecte les règles en usage dans son établissement.


    • binary 9 janvier 12:51

      Quand vous aurez fait fermer tous les hôtels de votre commune, quelle nouvelle solution allez vous trouver ?


      • zygzornifle zygzornifle 9 janvier 13:06

        Un Cornac SDF et ses 40 éléphants s’est vu refoulé a l’entré du Negresco a Nice.

        En plus Negresco c’est raciste il y a Negres, on devrait de suite porter plainte pour racisme, n’en voila un bel article a écrire .....


        • ZenZoe ZenZoe 9 janvier 15:08

          Ce qui est scandaleux, c’est que le gouvernement français soit incapable de trouver d’autres solutions que de loger à prix d’or des SDF dans des hôtels privés.

          Sinon, pour Chalot : déjà un hôtel n’est pas une association caritative, c’est une entreprise privée et donc à caractère lucratif. Ensuite, une entreprise privée a toute latitude pour ses règlements intérieurs si aucune clause ne contrevient à la loi. Interdire les chiens dans les hôtels ne contrevient pas à la loi.


          • Esprit Critique 9 janvier 17:57

            Des avions des bus des bateaux et retour au bled !

            Le grand manitou de l’Ultra Drouattte l’a expliqué :

            « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde »

            Propos ultra raciste s’il en fut ! ?


            • bonnot 9 janvier 19:53

              Zenzoe arrêtez avec tout cela quand une entreprise ne vit qu’avec de l’argent public, ce n’est plus n’importe qui.


              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 9 janvier 21:06

                @bonnot
                Le problème vient de la coopération public/privé qui se fait toujours au détriment du public ou, comme c’est le cas ici, du social qui devrait rester un service public. On manque d’établissements d’enseignement, on crée la loi Debré permettant à l’argent public d’arroser les écoles privées. On manque de logements sociaux pour mettre à l’abri les SDF, on paie des loyers chers à des hôteliers, entrepreneurs privés. On déshabille l’hôpital public pour favoriser le secteur privé payé par la Sécurité Sociale.


              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 9 janvier 21:15

                L’objectif ne devrait pas être à terme de construire des logements sociaux conçus pour accueillir les animaux , mais l’éradication de la pauvreté. Liberté, égalité, fraternité ... ceux qui oublient si facilement ces trois fondements de notre république vont-ils un jour oser avouer qu’ils n’ont qu’un but, c’est de les effacer complètement de la vie de la société française.


                • Pauline pas Bismutée 10 janvier 08:28

                  Avoir un chien quand on vit dans la rue, c’est aussi une securité...


                  • zygzornifle zygzornifle 10 janvier 09:46

                    @Pauline pas Bismutée

                     Pour cela qu’il y en a plein de chenils dans les gendarmeries, les casernes de CRS et de militaires ....


                  • Pauline pas Bismutée 10 janvier 11:31

                    @zygzornifle

                    Et le rapport. c’est........ ?


                  • Adèle Coupechoux 11 janvier 20:46

                    Des logements vides, il y en a des tas dans les villes. Des entreprises publiques ou privées qui laissent leurs biens abandonné aux frais des contribuables.

                    Elles sont en ruine et c’est encore l’état qui doit intervenir pour qu’elles ne deviennent pas des dangers « publics »(chutes de matériaux divers et variés, substances dangereuses et polluantes laissées sur place, murs qui s’écroulent, etc...).

                    Au lieu de réhabiliter ces lieux pour une deuxième vie. Pourquoi pas des logements du cœur (cf les restaurants du cœur) en obligeant ces entrepreneurs indélicats à participer à ces rénovations ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité