• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Des Machines et des Hommes. Les hommes sont devenus superflus. Pire, ils (...)

Des Machines et des Hommes. Les hommes sont devenus superflus. Pire, ils encombrent...

Les Machines seraient-elles devenues les ennemis des Hommes ? Elles envahissent notre espace vital, se rendent indispensables. Et surtout rejettent l'Homme...

Au début, les machines ont envahi les campagnes et les paysans sont devenus ouvriers. Aujourd’hui, les machines chassent les hommes de l'industrie. Même les pays à bas salaires où les entrepreneurs délocalisent leurs industries connaîtront le même sort car les machines sont toujours plus puissantes, plus rapides, plus nombreuses et moins chères. De plus elles ne font jamais grève, ne paient aucune charge sociale et sont « licenciables » sans indemnités ! Même dans les services, les machines remplacent de plus en plus l'humain également (DAB, distributeurs de billets SNCF ou avion, autoroute, etc.) rejetant au chômage de très nombreux employés.

Aujourd'hui, l'alpha et l'oméga des « économistes distingués » - la très vénérée croissance économique - n'est plus synonyme de création d'emplois. Elle n'a plus besoin d'hommes supplémentaires puisque les gains de productivité obtenus par les machines et les ordinateurs suffisent.

Et pourtant... Depuis toujours, les hommes étaient une richesse : on faisait des guerres, des razzias pour s'emparer des hommes, les réduire en esclavage pour exploiter leur force de travail. De même l'immigration combinée à l'esclavage a créé et fait la richesse des États-Unis. Mais tout s'est inversé. Le fric et l'énergie dépensés pour acquérir des hommes servent maintenant à les repousser... Les seuls immigrés que l'on admet sont ceux qui acceptent un salaire inférieur au coût d'une machine ou ceux suffisamment qualifiés pour qu'une machine ne puisse pas encore les remplacer. Ce dernier critère est valable aussi, bien entendu, pour les autochtones. Et même ce dernier territoire se réduit comme peau de chagrin. Chaque matin, en arrivant au boulot, un technicien haut de gamme se demande si un robot, une machine, un logiciel plus performant que lui n'aura pas pris sa place...

Les politiques connaissent ces évidences, mais ils les taisent, se gargarisant des emplois créés dans quelques secteurs encore à l'abri de la machine pour mieux dissimuler tous ceux qui disparaissent. Puis on arrange les statistiques, on alloue quelques poignées de figues aux plus démunis de façon à préserver la paix sociale. On organise des formations qui apportent aux « superflus » des compétences déjà dépassées sitôt acquises par l'évolution des machines. Mensonges et fausses promesses s'efforcent de camoufler leur impuissance pour ne pas désespérer le peuple. Un peuple assisté est un peuple docile...

Et les humains reculent toujours plus devant l'inexorable montée des machines intelligentes, des robots, des logiciels. Pour garder leurs revenus, ils s'évertuent à « travailler plus pour gagner plus », mais pour garder leur emploi, ils acceptent de gagner moins...

Pourtant, pendant longtemps, les progrès du machiniste entraînaient la suppression des tâches pénibles, la diminution du temps de travail, un enrichissement de tous, tant du patron que des ouvriers, une amélioration continue des conditions de travail et du confort de vie. C'était un modèle vertueux. Qui a disparu... A présent, les machines poussent toujours plus les hommes dehors et laissent les autres, ceux qui ont la « chance » d'avoir encore un job, travailler comme avant. Et certains politiques – Macron par exemple – ont l'impudence de faire encore l'apologie du « travailler plus » ! Il reste du travail, mais plus assez pour tous si on ne le partage pas car on est loin d'en créer autant qu'il n'en disparaît. La redistribution des richesses à travers le salaire est dépassée.

A qui profite ce surplus de productivité fourni par les machines, les robots, les logiciels intelligents ? Uniquement aux propriétaires des machines. Les « patrons » version économie financiarisée ont abandonné toute pudeur : le PDG d'Alcatel-Lucent ne part-il pas à la retraite avec 14 millions d'euros en récompense de son principal fait d'armes : avoir lourdé des milliers de salariés ! Mais le capitalisme, dans sa bêtise congénitale, coupe la branche sur laquelle il se vautre : au lieu de distribuer plus de salaires pour donner du pouvoir d'achat aux consommateurs, il utilise toutes les ficelles, toutes les magouilles (travailleurs détachés, délocalisation, etc.) pour payer moins. Avec ce résultat : plus les machines sont nombreuses et efficaces, moins il y a d'hommes susceptibles d'acheter leurs produits ! C'est du Ford à « K Pî près » comme disent les matheux, à l'envers.

Et le capitalisme est tellement stupide que le chef d'entreprise qui serait conscient de ce paradoxe et voudrait en conséquence augmenter les salaires de ses collaborateurs serait rapidement sorti du circuit par la sacro sainte « concurrence libre et non faussée ». Ses clients iraient acheter ailleurs les produits moins chers. Et même ses salariés achèteraient les produits meilleur marché de la concurrence ! C'est un cercle vicieux.

Chaque pays fait ce qu'il peut pour contenir son chômage, et les entreprises sont contraintes soit de licencier, soit de produire plus. Mais comme les nationaux n'ont plus assez de fric pour acheter ces produits, l'entreprise est contrainte d'exporter. Exporter ! Le mot magique. Mais à l'échelle de la planète, il n'y a pas d'exportation. Les Martiens ne sont pas encore des clients solvables... L'appareil productif capitaliste pousse toujours plus la production, mais parallèlement il appauvrit voire laisse dans le dénuement les clients potentiels de ses produits, réduisant d'autant ses débouchés ! Toujours cette vision à court terme de la mondialisation financière. Ainsi de plus de plus de richesses profitent à toujours moins de personnes. Creusant ainsi le fossé des inégalités avec les risques de troubles sociaux qui en découleront fatalement...

Si les gains de productivité réalisés grâce aux machines, aux robots, aux logiciels servaient à tous plutôt qu'à enrichir toujours plus quelques-uns, la surproduction cesserait, la société s'apaiserait et le saccage de la planète ralentirait.

Comment récupérer le bénéfice de ces gains de productivité ? La réponse est pourtant simple : taxer les machines au niveau de ce qu'auraient coûté les charges sociales des salariés qu'elles remplacent. Et redistribuer cet argent aux salariés, aux retraités, à toute la population en fonction de critères de moyens et de besoins à définir.

Ça a un nom ça : c'est le revenu universel !

 

Lecture utile sur ce sujet : "Proteus" de Louis Raffin


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • raymond 31 août 2015 10:52

    puisque les robots vont tous nous remplacer, faisons en sorte qu’ils nous nourrissent , soignent et logent un peu comme le font aujourd’hui les humains avec leurs animaux domestiques.
    mais avant l’apparition d’un vrai androide, quelques siècles seront nécessaires encore.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 31 août 2015 10:57

      « Ça a un nom ça : c’est le revenu universel ! » ou le DIVIDENDE UNIVERSEL ! ! !

      Le Projet Socio-Économique ci-dessous bénéficie de
      l’accord intellectuel et du soutien moral de
      Jacques SAPIR,
      Économiste.

      Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

      INTRODUCTION :

      Depuis la fin des Trente Glorieuses, vers 1975, soit depuis 39 ans, nous avons dû nous accommoder du chômage massif.
      Il serait peut-être enfin temps de remettre en question notre paradigme sur le « Plein-Emploi » qui est devenu une sorte d’Arlésienne...
      Après tant de dizaines d’années de chômage massif, il devient légitime de retenir l’hypothèse selon laquelle l’économie ne pourrait fournir du travail à tous et en tirer les conséquences sans hypothéquer un retour incertain au plein-emploi.
      Sans doute faut-il adopter un nouveau paradigme en la matière qui éradiquerait définitivement le concept même de chômage.

      ¿ Et si la majorité des Français(es) adoptait un paradigme SOCIO-ÉCONOMIQUE réellement innovant et véritablement progressiste ?

      Cependant, au
      Revenu de Base financé par la Fiscalité, sans Refondation du Capitalisme
      on peut préférer le
      Dividende Universel financé par l’Épargne, avec Refondation du Capitalisme

      ​​Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

      Lire le lien, SVP :

      Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel ​financées ​par l’Épargne.
      http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/47/56/Refondation_du_Capitalisme_et_Dividende_Uni versel_Sincerite.pdf

      Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

      RÉSUMÉ :

      Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

      Ce projet de « Refondation du Capitalisme et de création d’un Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

      Objectif Principal :
      Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique
      Par un effort préalable d’épargne soutenu, les « démunis » (par opposition aux « nantis ») acquerront collectivement des actions du capital des entreprises du secteur marchand, banques incluses.
      Cette participation au capital pourra être minoritaire (minorité de blocage) ou majoritaire.

      Objectifs Spécifiques :
      I)
      Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
      Les représentants des « démunis », démocratiquement élus, géreront ce patrimoine financier de manière à infléchir Recherche, Développement, Production & Commercialisation des entreprises contrôlées : Refondation du Capitalisme.
      II)
      Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage ainsi que celui de la « lutte des classes ».
      II.1)
      À terme, les profits des entreprises sous contrôle des « démunis » seront partiellement distribués à l’ensemble des « démunis » sous forme de Dividende Universel.
      II.2)
      a) Ceux qui le souhaiteraient pourraient s’arrêter de travailler et se satisfaire du Dividende Universel.
      b) Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans plus jamais être accusés d’exploiter qui que ce soit.
      II.3)
      Si plus personne ne souhaitait travailler dans l’économie marchande, celle-ci s’effondrerait totalement et, avec elle, le patrimoine accumulé des « démunis » deviendrait stérile et interdirait le bénéfice du Dividende Universel (Auto-régulation automatique : Activité économique / Dividende Universel).

      ​On n’ose imaginer que l’Humanité serait si stupide pour se lancer dans cette dernière voie suicidaire ! ! !​

      = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

      L’addendum ci-dessous apporte la preuve, a contrario, de la pertinence du projet ci-dessus.

      ​Addendum :
      À partir de 1989, la Russie aurait pu mettre en œuvre le projet ci-dessus en s’évitant la phase d’épargne incluse dans cette proposition puisque tout le « capital social » des entreprises était depuis longtemps la possession de l’État et, donc, du peuple russe.

      Lire le lien, SVP :
      Pauvre peuple russe : Spolié en 1917 et en 1991 !
      http://www.sincerites.org/2014/08/pauvre-peuple-russe-spolie-en-1917-et-en-1991.html

       = = = = = = = =
      ​Post-scriptum :
      ​Fondation Capitaliste Virtuelle : Bilan 2001 - 2014

      http://www.sincerites.org/2015/02/fondation-capitaliste-virtuelle-bilan-2001-2014.html

      = = = = = = = =
      La chance de Cuba : son Économie d’État !
      http://www.sincerites.org/2015/05/la-chance-de-cuba-son-economie-d-etat.html


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 31 août 2015 11:16

        @Jean-Pierre Llabrés
        Les utopies n’engagent que ceux qui y croient... Vous pensez que Junker et Merkel sont d’accord pour « changer le capitalisme » ? Vous prenez les gens pour des imbéciles.


        Les euro-atlantistes de Gauche ne savent plus quoi inventer pour faire croire qu’il est possible de faire « une autre politique » dans le cadre des Traités européens....
        Pour éviter d’en sortir, pour protéger l’ UE, ils sont prêts à inventer n’importe quoi.

        Ecoutez bien ce qu’explique la Vice Présidente de la Commission européenne, Viviane Reding : « Il n’y a plus de politiques intérieures nationales, il n’y a que des politiques européennes ».

      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 31 août 2015 11:29

        @Fifi Brind_acier
        « Vous prenez les gens pour des imbéciles.  »


        Certaines gens : oui !


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 31 août 2015 12:03

        @Jean-Pierre Llabrés
        Sinon, sur ce qu’explique Viviane Reding, qu’on ne peut faire que des politiques européennes, vous en pensez quoi ? L’exemple Grec visiblement, ne vous sert pas de leçon.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 31 août 2015 14:11

        @Fifi Brind_acier

        Ne vous en déplaise, ma crédibilité vaut largement celle de Viviane Reding.



      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 31 août 2015 14:13

        @Jean-Pierre Llabrés
        Sauf que le pouvoir, ce sont les « Viviane Reding » qui l’ont.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 31 août 2015 16:36

        @Fifi Brind_acier

        À qui la faute ?
        Aux électeurs qui permettent que leurs représentants, démocratiquement élus, délèguent leur pouvoir à des « Viviane Reding » et similaires.
        En démocratie, on élit toujours les « politicards » qu’on mérite ! ! !



      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er septembre 2015 07:57

        @Jean-Pierre Llabrés
        Vous pensez qu’on a dit la vérité aux européens sur le contenu des Traités ?
        Demandez autour de vous de citer un seul article des traités européens, vous serez édifié.
        Vous même, n’en citez aucun, c’est même à cela qu’on reconnaît un européiste.

        On les a endormis avec des mensonges. On les a fait revoter, jusqu’à ce qu’ils disent oui.
        Aucun peuple européen n’a demandé à se retrouver dans cette usine à gaz.

        Les médias fabriquent les candidats. En 2012, les candidats sont arrivés dans l’ordre des temps de passages à la télé. A chaque élection, il n’est question que de l’ UMP, du PS et du FN.

        L’UPR est censurée depuis 8 ans, comment voulez-vous que les électeurs votent pour des Partis qu’ils ne connaissent pas ?


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 1er septembre 2015 08:52

        @Fifi Brind_acier

        Aux électeurs de s’informer et de faire preuve d’esprit critique.


      • miha 1er septembre 2015 10:56

        @Jean-Pierre Llabrés
        Les « Viviane Reding » ne sont pas élus.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 1er septembre 2015 11:44

        @miha
        « Les « Viviane Reding » ne sont pas élus. »


        Aux électeurs qui permettent que leurs représentants, démocratiquement élus, délèguent leur pouvoir à des « Viviane Reding » et similaires.

        N’est-ce pas ce que j’ai écrit ?...


      • jeanpiètre jeanpiètre 2 septembre 2015 11:50

        @Jean-Pierre Llabrés
        faut avouer que ceux qui arrivent dans le circuit sont déjà des subalternes des viviane reding.


      • jeanpiètre jeanpiètre 2 septembre 2015 11:52

        @Jean-Pierre Llabrés
        un revenu universel n’aura pour effet qu’une hausse brutale des prix (loyers , energie) au final , l’individu lambda n’en tirera aucun profit


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 2 septembre 2015 13:37

        @jeanpiètre

        Commencez par distinguer « revenu universel » et « DIVIDENDE UNIVERSEL » et on pourra commencer à en parler ! ! !...
        Cela vous évitera des affirmations péremptoires et FAUSSES ! ! !



      • jeanpiètre jeanpiètre 2 septembre 2015 14:10

        @Jean-Pierre Llabrés
        je me demande bien comment vous allez forcer le système d’échange à verser des dividendes universels . pour l’instant , c’est plutôt l’individu lambda qui s’en acquitte.



      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 2 septembre 2015 14:52

        @jeanpiètre

        Lisez mes textes initiaux avant de dire n’importe quoi ! ! !


      • jeanpiètre jeanpiètre 2 septembre 2015 17:46

        @Jean-Pierre Llabrés
        au contraire , votre plan est très beau sur le papier, mais cela reste un vœux pieu, je vous demande juste comment voulez vous imposer une perte de pouvoir à ceux qui le détiennent ?



      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 2 septembre 2015 17:57

        @jeanpiètre

        Si vous m’aviez lu correctement, vous sauriez qu’il n’y a rien à imposer : si le projet se réalise un jour, il découlera de la volonté démocratique des Français.
        Je l’ai déjà écrit !


      • jeanpiètre jeanpiètre 2 septembre 2015 18:48

        @Jean-Pierre Llabrés
        su=i jean pierre l’a écrit cela se réalisera (ou pas)


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 2 septembre 2015 19:11

        @jeanpiètre
        « su=i jean pierre l’a écrit cela se réalisera (ou pas) »


        Que veut dire ce charabia ?


      • jeanpiètre jeanpiètre 2 septembre 2015 19:36

        @Jean-Pierre Llabrés
        je me doutais bien que vous alliez me reprendre sur ma coquille. C’est d’une facilité....

        si vous voulez un tant soit peu convaincre , peut être faudrait il sortir de la posture« tu n’as rien compris , relis moi , connard ».
        bref il y a du taf 

      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 2 septembre 2015 21:12

        @jeanpiètre
        « tu n’as rien compris , relis moi , connard »


        Première chose pertinente que vous ayez écrite ! ! !...


      • jeanpiètre jeanpiètre 2 septembre 2015 21:54

        @Jean-Pierre Llabrés
        j’attends toujours quelque chose de pertinent de votre part.

        je vois que vous préférez vous attaquer à ma personne plutôt que de répondre à ma question certes stupide et venant d’un ignorant
        comment allez vous faire pour récupérer la manne qui pour l’instant est sanctuarisée.
        en dénigrant vos interlocuteurs comme ici ?



      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 3 septembre 2015 07:01

        @jeanpiètre
        « comment allez vous faire pour récupérer la manne qui pour l’instant est sanctuarisée »

        PIÈTRE, vous l’êtes assurément.

        La réponse à votre question se trouve dans mes textes initiaux.
        Rien n’est sanctuarisé : en bourse personne n’est obligé de vendre, personne n’est obligé d’acheter.


      • jeanpiètre jeanpiètre 4 septembre 2015 17:12

        @Jean-Pierre Llabrés
        Comme si vous alliez changez les choses grâce à un bon raisonnement 

        je vous parle de rapport de force 
        L’activité réelle pourrait repartir simplement en décidant de taxer à même taux l’activité financière et l’activité réelle, tout le monde le sait depuis plus de 20 ans.
        Puisque vous ne vous cachez pas pour me prendre pour un benêt tout en faignant de ne pas comprendre mes questions, tout porte à croire que vous êtes un naïf imbu de lui même .
        Avec des si on fait des ponts sur les arc en ciel, avec des scies , on coupe les parasites qui gamgrène l’arbre.

      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 4 septembre 2015 17:23

        @jeanpiètre

        « Comme si vous alliez changez les choses grâce à un bon raisonnement je vous parle de rapport de force »
        Voulez-vous m’expliquer en détail la nature de ce rapport de force : protagonistes, modalités, et cætera... ?


        « L’activité réelle pourrait repartir simplement en décidant de taxer à même taux l’activité financière et l’activité réelle, tout le monde le sait depuis plus de 20 ans ».
        Vous en savez plus que moi, mon bon monsieur...
        Merci de vouloir bien m’en exposer la démonstration du fonctionnement de ce mécanisme.



      • Le p’tit Charles 31 août 2015 10:59

        Les machines sont là depuis le XIX siècle (en gros..) mais faudra quand même avoir sous la main quelques humains pour inventer de nouvelles machines et surtout réparer les anciennes...quoique.. ?


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 31 août 2015 11:05

          Il faut croire que cette analyse est fausse, sinon, on se demande bien ce que contiennent tous ces porte containers venant de pays à bas salaires ?? Si les délocalisations ont été scientifiquement organisées par les Traités européens, c’est que la main d’oeuvre est toujours nécessaire.
          L’auteur ferait mieux de ce pencher sur le sort de ce nouvel esclavage.


          Le revenu universel serait attribué par qui ?
          Par les « Libéraux-conservateurs », encore plus ultralibéraux que les néoconservateurs ?

          Occupez-vous donc de défendre le modèle social français ! Les Français y sont fortement attachés, et on comprend pourquoi. Il redistribue 46% de la richesse nationale sous forme de biens publics pour la santé, l’école, les services publics, la solidarité nationale etc
           « Importance des biens publics » par Xavier Vershave.

          C’est le CNR qui a permis la mise en place du modèle social français, que l’ UE s’obstine à détruire. C’est la raison pour laquelle le programme de l’ UPR est un copié/coller du programme du CNR.

          • Enabomber Enabomber 31 août 2015 11:38

            Le revenu universel, bonne idée a priori, mais s’il était instauré je suis prêt à parier que la baguette de pain passerait à 10 euros.


            • raymond 31 août 2015 12:07

              @Enabomber
              bonne observation, à noter que certains parlent de la suppression des aides sociales, sécu inclue... il faut aussi assortir cela d’un contrôle drastique des prix, notamment loyers.


            • jpm jpm 31 août 2015 12:16

              @Enabomber

               

              En fait tout dépend du montant du revenu de base... car bien évidemment à 5000 euros par mois (montant a partir duquel les français considèrent qu´on est riche), il est probable que le prix de la baguette de pain augmente... car plus personne ne voudra se lever le matin pour la fabriquer... et donc cela deviendra un bien rare... et donc cher.

              Par contre, la société française distribue déjà des RSA et des aides sociales conditionnelles aux alentours de 500 euros par mois... et cela ne crée pas d´inflation pour autant.

              Il faut donc comprendre qu´un revenu de base inconditionnel de 500 euros par mois et par personne est tout a fait finançable actuellement sans bouleverser les équilibres économiques de pays... ou des ménages concernés. Par contre, l´inconditionnalité de ce versement pourrait changer l´état d´esprit des personnes, qui pourrait consacrer plus de temps à créer ou échanger avec d´autres sans devoir sans cesse justifier de leur situation.


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 31 août 2015 14:12

              @jpm
              C’est 500 euros pour financer tout : le logement, l’école privatisée, la sécurité sociale remplacée par les mutuelles privées, les transports, la nourriture,les vêtements etc.

              Dès qu’on vous promet quelque chose, tout en restant dans l’ UE, c’est que c’est un coup fourré.


              Ils nous expliquent tous que c’est parce qu’il n’y a plus de travail, alors qu’ils vivent chez eux avec 95% des produits fabriqués ailleurs... Doivent êtres myopes ?!

              Ils se gardent bien d’expliquer que pour rapatrier les emplois, il faut redevenir un pays souverain, remettre des frontières, un contrôle des mouvements de capitaux pour bloquer les délocalisations et les achats d’entreprises par des fonds de pensions, et des taxes aux frontières aux merdouilles à obsolescence programmée..., comme il y avait avant Maastritch.

              C’est donc une manière subtile de faire avaler la mondialisation dont les Français ne veulent pas.

            • jpm jpm 31 août 2015 16:52

              @Fifi Brind_acier

              Personne ne promet rien… et en tout cas le projet de Revenu de Base inconditionnel n´est pas spécialement promu par l´Europe. Pour l´instant il s´agit d´expliquer aux gens que l´austérité n´est pas une fatalité… qu´il y d´autres choix et d´autres modèles de répartition des richesses qui sans remettre en cause la mondialisation ni le programme social du CNR permettrait de faire participer davantage de monde à la création locale de richesses (nos amis robots n´etant pas encore capable de tout faire).

              La consommation des produits made in ailleurs n´est pas non plus une fatalité. Un revenu de base inconditionnel cumulable avec les autres revenus d´activité versés en monnaie locale peut être une solution et une incitation à produire localement et autrement. Cela peut etre aussu une incitation a vivre plus modestement... premier pas vers la decroissance choisie, ce qui est autre chose que l´austerité.


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er septembre 2015 08:09

              @jpm
              Je ne suis pas en désaccord sur la décroissance, mais c’est impossible en restant dans l’ UE.
              En restant dans l’ UE, la consommation de produits venant d’ailleurs est une fatalité.
              Ce sont les Traités européens qui ont ouvert les frontières à la mondialisation, pour toujours plus de produits à bas prix, au détriment de l’environnement et des emplois en France et en Europe.


              Faire miroiter que moins de consommation sauverait la planète, sans produire localement, est de l’enfumage. Un français a fait l’expérience de vivre « made in France », il a viré de son appartement tout ce qui était produit ailleurs, soit 95% de tous les objets qu’il avait autour de lui.

              Les 120 millions d’européens en dessous du seuil de pauvreté n’ont pas choisi la décroissance. Ils la subissent par ce que l’ UE a détruit leurs emplois. A titre d’exemple voici ce qui reste en France des emplois industriels au bout de 40 ans de mondialisation imposée.

            • Passante Passante 31 août 2015 12:55

              une question par exemple quand et dans quelles circonstances est apparu le mot « machin » ? 

              à quel moment fut-il appliqué à l’humain, et facilement ? pourquoi ?
              la seule machine que je vois, je veux dire ce qui ici produit du mouvement c’est toujours l’homme.
              par contre question la machine poussant l’homme dehors, c’est bien vu, 
              posez un portable allumé sur une table et vous êtes sûrs que dans les cinq minutes (ou 2 ?)
              de l’homme sera poussé hors de lui, 
              soudain vous voyez votre interlocuteur devenir l’appendice de sa sommation alarmée 
              qui vibre en plus, c’est que c’est tyrannique ces bêtes-là, 
              puis tu dois être soulevable à l’envi, ils deviennent plus sautillants, plus légers, 
              plus éjectables, de moins en moins présents, 
              et comme c’est encore plus insupportable que ça l’était avant... l’insu-portable, 
              on sautille encore plus, simple comme du popcorn...
              et croustillants ces cons.

              • astus astus 31 août 2015 15:48
                Cher auteur,

                Si « La pente naturelle de la machine consiste à rendre impossible toute vie humaine authentique » pour G.Orwell, il faut aussi considérer l’économie de souffrance qu’elle peut entraîner pour certains travailleurs : avez-vous essayé de creuser une tranchée dans un sol dur avec seulement une pelle et une pioche ? Personnellement je préfère conduire la pelleteuse, qui n’est pourtant qu’une machine sans âme, mais dirigée par un humain. Il y a donc machine et machine, pour servir ou pour asservir. Et en définitive derrière celle-ci il y a toujours des hommes qui créent. 
                Le problème n’est donc pas la machine, mais l’homme. Quant aux machines dites intelligentes, ou aux programmes informatiques hyper sophistiqués qu’on nous vante tous les jours, il suffit de comparer leurs performances en matière de cognition aux minuscules potentialités des cellules germinales d’un être humain comme dans « La faim du tigre » de René Barjavel pour s’apercevoir qu’elles sont tout simplement ridicules

                Bien à vous 

                • astus astus 31 août 2015 16:02

                  erratum : je voulais bien sûr écrire, mais vous l’aurez sans doute tous compris, que les minuscules cellules germinales d’un être vivant ont des potentialités infiniment supérieures à celle des machines ou des programmes informatiques les plus sophistiqués, par exemple en étant capables de programmer dès leur union la création un appareil auditif d’une extraordinaire complexité situé au bon endroit sur votre corps capable de distinguer ultérieurement des différences de son infinitésimales et d’en garder la mémoire.


                  • non667 31 août 2015 18:40

                    @ victor
                    d’accord sur tout sauf :
                    Et le capitalisme est tellement stupide -
                     au point d’avoir vaincu le communisme en urss et en chine ? (j’ai pas dit éradiqué ! )
                     les risques de troubles sociaux qui en découleront fatalement...
                    — il n’y a aucune fatalité ni spontanéité dans les révolutions mais plus secrètement des complots (1789= complots judéo-maçonnique )

                    les révolutionnaires /opposants sincères à défauts d’être achetés/corrompus  seront éliminés physiquement.-

                    -Ça a un nom ça : c’est le revenu universel !

                     encore une utopie (comme le communisme !) des doux agneaux qui font les délices des loups judéo- américano -mondialistes (N.O.M. )

                    c’est vrai la robotisation, l’informatisation ont profité essentiellement aux propriétaires /actionnaires capitalistes qui a l’aide de leurs merdias ont réussi a manipuler/pervertir la démocratie (lois gayssot anti-fn )

                    petit et unique espoir : qu’internet résiste à la censure et en libérant la parole permette de corriger l’éducation politique du peuple déjà formaté


                    • alinea alinea 31 août 2015 23:41

                      Je vois une grande supériorité de la machine sur l’homme : elle n’a pas d’états d’âme, ni de fatigue- si un homme ( ah !) s’avise de changer les piles à temps.
                      Donc, je suis sûre qu’elles seraient plus à même de toiletter les vieux, sans brusquerie ni impatience ni sadisme ; plus à même d’enseigner aux hyper actifs, enfants rois ; soigner les râleurs-euses- sans vouloir se débarrasser du problème puisque ça fait cent fois que celle-là m’emmerde avec ses migraines.
                      La machine ne se défoulerait pas sur son chien, le gosse ou le cheval, idéale comme lad ou promeneur de quadrupèdes aboyeurs.....
                      Bon, après, on se pose la question de savoir qui seraient ces humains et que pourraient-ils bien foutre dans la vie ; mais, chaque chose en son temps !


                      • ddacoudre ddacoudre 1er septembre 2015 10:24

                        bonjour victor

                        Et les humains reculent toujours plus devant l’inexorable montée des machines intelligentes, des robots, des logiciels. Pour garder leurs revenus, ils s’évertuent à « travailler plus pour gagner plus », mais pour garder leur emploi, ils acceptent de gagner moins...

                        l’évolution se fait toujours contrainte par la nécessité car penser autrement ne s’invente pas mais résulte des contrainte de son environnement pour obtenir de la nature de quoi survivre « sans le moindre effort », je vais l’écrire différemment, en dépensant le moins d’énergie,même si pour obtenir ce résultat il faut en consommer plus.
                        le développement de la technologie n’est donc pas le fruit du hasard mais la conséquence d’une recherche de moyens humains plus performant pour obtenir ce résultat qui se noie se perd dans des considérations psychologiques et suggestives qui satisfont aux justification que se donnent les hommes pour agir .
                        nous pouvons considérer que si nous voulons satisfaire le désir de chacun de posséder un château de Versailles, alors il n’y a pas assez d’hommes sur la terre pour y parvenir et assez de temps de leurs existences pour travailler. Cet option est donc limité suivant les se
                        cteurs d’activité par une production de masse accessible et disponible. Nous avons obtenu cela dans l’agriculture où seulement 3,2% d’agriculteurs travaillent. Si notre monde n’était qu’agricole nous nous demanderions vers quoi les autres se tourneraient pour avoir un revenu à moins que ceux qui en disposent d’un par le travail ne les nourrissent (malthusianisme).
                        l’industrialisation fut un appel d’air mais devint a sont tour insuffisante 25% d’actifs et ce sont les services qui constituent l’activité la plus importante 72% et elle est devenu insuffisante car dans ce domaine comme dans les autres les homes ont chercher a obtenir satisfaction en consomment le moins d’énergie. la technique y a donc pourvu et aujourd’hui elle est de moins en moins accessible au cerveau humain, car elle exige de disposer de milliards d’informations que ne peuvent traiter notre cerveau sans se les répartir. Les trader traitent des échanges à 3 millisecondes ce que ne pourrait faire leur cerveau sans l’aide d’algorithme.
                        Aujourd’hui nous traitons la circulation avec des paramètres humains qui sont suivant les instants schizophréniques. sur une autoroute seul nous sommes tenus de respecter la limitation, alors que notre inconscient dans la zone cérébrale faite pour apprécier les disponibilités de l’espace nous incitera à aller plus vite. nous pourrions donc gérer la vitesse par des panneaux suivant la gestion algorithmique de la circulation. Ainsi petit à petit l’appréciation humaine à risque se trouve renvoyé vers l’utilisation de machine tout simplement parce que nous vivons dans une existence d’immédiateté où le temps se déroule plus vite que ce que notre cerveau peut accepter et suivre.
                        pour l’activité productive ile n est de même nous n’avons plus besoin du travail de tout le monde (seulement 28 millions d’actifs pour 68 millions de citoyens) et c’est une donnée que psychologiquement nous n’arrivons pas à prendre en compte dans la gestions mythique du travail.
                        je suis cela depuis les années 80, ce qui m’a conduit a écrire un essai rémunérer les hommes pour apprendre car toute cette technologie si elle satisfait à la recherche du moindre effort dépend des connaissance que nous sommes capables de déployer même avec l’aide de machines dont il faut garder le contrôle contrairement a ce que nous faisons, en y aliénant nos existences en justifiant d’un principe de comptabilisation capitaliste qui est un vestige séculier des rapports d’exploitation humain.
                        http://ddacoudre.over-blog.com/2015/05/incapable-de-penser-autrement-nous-n-avons-plus-qu-a-attendre-la-tempete.html.
                        http://ddacoudre.over-blog.com/55c7d999-e91f.html
                        http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Nous-ne-pourrons-pas-survivre-a-une-societe-qui-ne-reduit-l-existence-humaine-qu-a-une-valeur-compta-7612473.html.
                        cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité