• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Des VIRUS et des HOMMES : des associations équivoques, bénéfiques et (...)

Des VIRUS et des HOMMES : des associations équivoques, bénéfiques et mortelles !

Les virus présents dès le développement de la vie sur terre sont à la fois les premiers "antibiotiques" naturels pour limiter la croissance exponentielle des bactéries, et des parasites mortels contre les cellules qu'ils infectent : c'est inhérent à leur nature, car ils ne peuvent survivre qu'en se multipliant dans des cellules (dont les bactéries) en utilisant leurs processus de réplication interne. Les cellules humaines sont susceptibles d'être infectées par les virus et ainsi d'être détruites : ce processus est en cours dans la pandémie de la CoViD-19. Les processus d'éradication du virus sont d'une efficacité controversée et sont contestés par des experts déroutés ; surtout en France et en Europe.

Avec la nouvelle vague du variant indien dit DELTA, plus contagieux et moins virulent que l'Anglais, les Autorités de Santé, les politiques, les pontes du secteur médical, les journalistes spécialisés et tous les bavards médiatiques s'accordent, quasi à l'unisson, pour promouvir la vaccination pour TOUS, dès 12 ans (pour l'instant), seule capable d'enrayer la pandémie sur notre sol, en protégeant les vaccinés de toute contamination extérieure et -en même temps- en évitant aux non vaccinés de l'entourage d'être contaminés ("le vacciné n'étant plus contagieux" !). Quelques voix minoritaires d'experts en virologie, osent restreindre le message euphorique : la vaccination d'une part, empêcherait (avec des taux très élevés de protection) le déclenchement de formes graves ou sévères de la maladie, formes nécessitant les services de lits de réanimation existant en nombre réduit et insuffisant, et d'autre part, diminuerait la charge vaccinale expirée par un contaminé, malade ou pas, du fait de l'action rapide du système immunitaire -renforcé par les retombées de la vaccination- : ce message, non ouvertement contredit, est mis sous le boisseau par des éléments de langage gouvernemental, -répété à l'envi dans les médias- afin de laisser la PEUR faire son oeuvre auprès des Français encore indécis ! Ce message clair était celui du directeur scientifique de Moderna lors de la présentation des résultats des essais de phase 3 à l'été 2020, avec le rappel en avant-propos que "les vaccins ne tuent pas les virus" !

La REALITE est tout autre et la POTENTIALITE du maintien d'une forme diffuse et réduite du VIRUS est quasi certaine même dans le cas d'un niveau de vaccination suffisant pour enclencher "une immunité collective" ! Cette potentialité ne s'oppose pas aux effets bénéfiques de la vaccination, seulement à l'EUPHORIE médiatique !

Mais alors que peut-il se passer ? Quelles sont les certitudes positives, les hypothèses réalistes et les bobards innocents ou instrumentalisés ?

 

Certitudes positives sur les vaccins

Les tests sérieux lors de la conception des vaccins ayant reçus des Autorisations (provisoires) de Mises sur le Marché (AMM provisoire) garantissent qu'à court terme (quelques mois de recul) les vaccins ne sont pas mortels pour les vaccinés et que, toujours à court terme, les effets secondaires de la vaccination sont extrêmemnt réduits et sont sans commune mesure avec les effets bénéfiques protecteurs de la vaccination, en nombre de cas sévères et de morts.

Les tests sérieux des créateurs de vaccins et leurs communications officielles sur l'efficacité réelle constatée lors des essais en phase 3, délivrent des résultats avec de nombreuses précautions ! Ces tests ont fait appel à plusieurs dizaines de milliers de volontaires répartis en deux groupes de façon aléatoire, comprenant environ 30 000 individus (au total ou par groupe ?), un groupe recevant le vaccin en deux doses, l'autre le placebo, toujours en deux doses. Pour répondre aux protocoles habituels, l'ensemble des cobayes aurait dû être 'immergé" dans un milieu contaminant par la présence de nombreux cas de contagieux mélangés à la masse des cobayes, tel un stade avec ses auxiliaires de vie (toilettes, restauration...), puis, après quelques jours, les expérimentateurs auraient pu, grâce aux tests, comptabiliser les cas négatifs, et les divers cas positifs symptomatiques et asymptomatiques. Ensuite l'efficacité des vaccins en serait déduite.

Du fait de la forte mortalité et de la gravité de la maladie, une telle démarche expérimentale présentait trop de risques avérés pour les cobayes volontaires ! Alors la version fortement épurée et adoucie, a supprimé la phase de contamination dans un cluster géant, les volontaires continuant à vivre normalement leur vie professionnelle et personnelle (dans des milieux où les niveaux potentiels de contamination étaient inconnus), la vaccination (par principe) ou le palacebo ne les rendant pas contagieux. Au bout de deux mois (et après la période de mise en place de la protection vaccinale complète), les seuls résultats disponibles étaient le nombre de malades (ou de contaminés ? si tous les cobayes ont été testés) et ces résultats ont été claironnés :

Sur plusieurs dizaines de milliers de cobayes :

- pour le Pfizer : 170 contaminés dont seulement 8 dans le lot des vaccinés d'où une protection de 162/170 = 95.3%

- pour le Moderna : 95 cas positifs dont seulement 5 chez les vaccinés, d'où une protection de 90/95 = 94.7%

C'est intéressant mais insuffisant pour une conclusion scientifique, les conditions de vie des dizaines de milliers de cobayes et les niveaux de contagion des milieux où ils vivaient étant variables et inconnus ! Si les deux lots étaient soumis à des conditions de contagion équivalentes, alors il y aurait dû avoir un même nombre de cobayes -dans chaque lot- ayant reçu la visite dans leur système respiratoire de virus diffus dans l'atmosphère, virus se frottant aux muqueuses du système, s'y accrochant en partie et commençant à s'y multiplier : les non vaccinés déclenchant une maladie franche, les vaccinés du fait de leur système immunitairre mis plus ou moins sur ses gardes par les effets induits du vaccin, déclenchant des formes réduites non détectées ou asymptomatiques de la Covid-19, et quelques cas de franche maladie chez les sujets à faible immunité induite ! Des analyses spécifiques d'évaluation du niveau des anticorps, sytématiques généralisées sur tout les cobayes aurait permis de relever l'importance des contaminations asymptomatiques dans les deux groupes. Il ne faut pas trop demander aux Labos soumis à une forte concurrence pour être les premiers sur le Marché. Théoriquement, dans les mêmes conditions, les deux groupes auraient dû présenter un même nombre de cas d'infections (symptomatiques et assymptomatiques confondus), donc les groupes de vaccinés auraient dû contracter un grand nombre de cas asymptomatiques : à vérifier !

Par contre, les résultats partiels donnaient une indication sur la diffusion de la CoViD-19 dans la population endant la durée de la phase 3 : moins de 1% sur le lot non vacciné et (probablement hors asymptomatiques) moins de 0.1% sur le lot vacciné.

Par contre, les deux laboratoires n'ont pas communiqué (ou la communication n'a pas été reprise) sur les effets secondaires de la vaccination dans les 2 à 3 mois suivant les injections, et ce sur les dizaines de milliers de vaccinés, beaucoup plus représentatifs que la centaine de cas de malades recensés ! Cependant on doit se contenter du fait que les vaccins n'ont pas tué les cobayes, il vaut mieux au vu de ces résultats préliminaires se faire vacciner par précaution !

 

Certitudes positives hors vaccins

Les vagues

Dans différents pays de l'Europe, de l'Inde, des Amériques, il y a eu plusieurs vagues de malades contaminés et de morts induites, et ce, bien avant la mise au point de vaccins et les campagnes massives de vaccinations. La durée de chaque vague est de l'ordre de 3 à 4 mois. Pendant ces vagues les moyens de lutte contre le coronavirus étaient réduits à des essais de médicaments existants, détournés de leur application thérapeutique ordinaire, avec peu de résultats probants et à la mise sous respirateurs artificiels sous oxygène. Les moyens de lutte étaient souvent accompagnés de mesures d'isolement des malades, du port de masques et de confinement/couvre-feu de la population : il est impossible de déterminer la part de chaque mesure, de chaque moyen, dans la lutte contre le virus au cours de chaque vague. Cependant comme en Inde, pour les deux premières vagues où il n'y avait pas de vaccination mais des mesures de distanciation/protection difficilement suivies (comment les appliquer dans des bidonvilles de plusieurs centaines de milliers de personnes en pleine promiscuité ?), les deux vagues, comme dans d'autres pays, se sont terminées provisoirement par un retour à un faible niveau de contamination ! Est-ce dû à des cycles de vie du virus ?

En France, nous avons eu 3 vagues, avec des pointes en avril 2020, novembre 2020 et avril 2021. Même pour la troisième les niveaux de vaccinations étaient encore faibles et insuffisants pour prétendre à leur efficacité sur le nombre de cas positifs.

Au cours de ces vagues, les nombreux rescapés déclarés guéris et les cas asymptomatiques ont vu leur niveau d'anticorps dédiés à la lutte contre le coronavirus augmenter sous l'action positive et réactive du système immunitaire. Les décédés l'ont été du fait d'un faible niveau d'anticorps, d'un corps très affaibli par l'âge avancé et par d'autres comorbidités, ne dégageant pas suffisamment de ressources pour relancer le système immunitaire et pour faire fonctionner correctement le système respiratoire en partie détruit par les virus en phase de multiplication.

L'action bénéfique des vaccins de masse semble(selon les discours officiels) avoir accompagné un retour à un très faible niveau de contamination, comme en Angleterre et en Israël (taux de vaccination de l'ordre de 60%), où des jours sans aucun décès ont même récemment été atteints ! La guerre anti-covid-19 semblait gagnée pour ces deux pays. Puis, patatras, le variant indien DELTA se manifeste, prolifique, contagieux sous des formes moins sévères de la covid-19, même si les fabriquants des vaccins clamaient l'efficacité de leurs produits contre ce variant !

La vague delta

En fait, la caractéristique principale des vaccins sur le marché est de protéger contre les formes graves, sévères de la maladie, provoquant la mort pour une grande proportion des malades. Avec le variant delta, la protection "garantie" par les fabriquants des vaccins existants semble être au rendez-vous. Par contre, en France, les espoirs et certitudes prônées par les communicants officiels, par les journalistes et les bavards médiatiques, ne sont pas confirmées : il a fallu jouer sur la peur et sur la mise au banc de touche pour les non vaccinés avec moultes interdictions, pour relancer la campagne de vaccination ! Dans le closter important des Landes, les nouvelles contaminations au delta ont touché des non-vaccinés et des vaccinés : pour ces derniers, aucun cas sévère avec hospitalisation en réanimation n'a été constaté. Les chiffres de l'ARS Aquitaine contredisent la dernière affirmation "officielle" sur les contaminations au delta (96% de non-vaccinés et donc seulement 4% de vaccinés).

La vague delta originaire de l'Inde et répandue majoritairement dans ce pays, a, -en absence de vaccins- été moins mortelle dans ce pays, que celles provoquées par d'autres variants dans les autres pays : en Inde, de 300 cas par million d'habitants en janvier puis mai 2021 elle est descendue à 30 cas par million d'habitants en juillet 2021 ! En juillet les taux de vaccination 1 dose (23%) et 2 doses (6%) sont insuffisants pour justifier le quasi retour à la normale. Alors quelles sont les causes réelles de l'affaiblissement (puis quasi suppression) du nombre de contaminations ?

Données statistiques d'Israël sur la vague delta

En Israël, le taux de vaccination dépasse les 60% de la population (et peine à croître). La vague delta oblige à prendre des mesures contraignantes pour la population, car parmi les nombreux cas positifs nouveaux 40% touchent des personnes ayant été vaccinées, les cas les plus sévères concernant les non vaccinés.

 

Incertitudes sur les vaccins et les mesures de coercition

Les vaccins actuels, pendant une durée pas encore établie, ne sont efficaces que pour se protéger de formes sévères du coronavirus de base et de ses variants anglais et delta : c'est l'inconnu pour les autres variants existants et à venir !

Les vaccins actuels ne protègent pas des contaminations et de la contagion induite, même s'il apparaît que la mise sous tension du système immunitaire permet de s'attaquer plus rapidement et plus efficacement face à une nouvelle contamination, quitte à la rendre asymptomatique dans le meilleur des cas  ! Alors les mesures barrières, masques et distanciation, parfois confinements partiels et couvre-feux, doivent être maintenues même pour les vaccinés ! Pour ces derniers, s'exonérer des mesures barrières, est aussi dangereux pour la totalité de la population, que le refus de se faire vacciner.

Aucun vaccin, à ce jour, ne peut prétendre être efficace contre tous les variants existants et à venir.

 

Projections sur le futur de la pandémie

Comme les vaccins n'éradiqueront pas les coronavirus, mais réduiront seulement sa nocivité et sa morbidité, nous devons nous préparer à vivre avec des résurgences de covid-19 comme actuellement pour la grippe.

Déjà, en absence d'une forte couverture vaccinale, les statistiques ramènent à leur juste importance les retombées de la Covid-19, à comparer avec les 150 millions de morts annuels dus aux famines et sous-nutrition :

+ monde : 188 millions de cas positifs et 4.06 millions de morts en plus d'un an, soit 2.16 % des cas positifs

+ USA : 34 millions de cas positifs et 612 000 morts soit 1.8% des cas positifs recensés (détectés)

+ France : 5.8 millions de cas positifs et 111500 morts (86000 en hôpital et 26500 en EHPAD et EMS) soit  1.92%             Le nombre de sorties de l'hôpital en étant guéri est de 341500 donc le nombre d'entrées à l'hôpital est alors la somme des guéris et des morts soit 341500 + 86000 = 417000 pour des séjours de 2 à 4 semaines : chiffres à comparer avec les capacités de l'hôpital en lits (environ 400 000, sur toute l'année, alors que les nombres d'hospitalisations allaient de 2000 à 30 000 (hors pointes exceptionnelles proches de 100 000)

Donc, en France le nombre de cas de malades traités à domicile est supérieur à 5 millions sur environ 18 mois ! C'est comparable à une épidémie normale de grippe !

La covid-19 deviendra une épidémie analogue à la grippe, avec vaccination annuelle recommandée, adaptée aux nouveaux variants. L'économie devra s'adapter comme elle le fait pour les vagues de grippe !

 

Les mesures gouvernementales : les controverses et les approbations béâtes

Commençons par les plus récentes, toujours prises dans l'urgence, comme depuis le début de la pandémie.

- La vaccination obligatoire moralement et quasi légalement pour certaines catégories de Français, devant la montée en gamme de la vague "delta" : "la vaccination protège, vous même et vos proches aimés et les autres" selon le slogan digne des "fake news de Trump" !

- La mise en place progressive d'une discrimination entre les vaccinés et les non vaccinés, contrôlée par un pass sanitaire ou un passeport sanitaire. A titre transitoire les anciens malades ayant développé des anticorps détectés par un test spécifique, ou les titulaires d'un certificat /test PCR très récent bénéficieront des avantages du pass sanitaire.

- La pression des politiques, du corps médical, des médias, des influenceurs médiatiques, pour "forcer" les français à se faire vacciner, et plus particulèrement les membres de certaines professions, prétextant que les vaccins vous protègent, vous-même et votre entourage et les autres. Et qu'ainsi la France se débarrassera totalement de la pandémie grâce à l'immunité collective

Toutes ces mesures ne sont pas réellement justifiables car elles ne prennent pas en compte la réalité scientifique de la Covid-19 ! En effet :

+ Les vaccins ne tuent pas les virus qui continuent à circuler à charges virales plus ou moins importantes.

+ les virus peuvent contaminer les vaccinés : c'est la détection des virus en train de se multiplier dans les muqueuses du système respiratoire, qui met en action le système immunitaire pour détruire les virus accrochés ou implantés dans les cellules ou déjà dans le sang. En corollaire, les vaccinés restent une source potentielle de transmission des virus, de contagion : donc les vaccinés doivent continuer à appliquer les mesures de protection (masques et distanciation).

+ en opposition les non vaccinés (hors les cas asymptomatiques ) n'ayant jamais contracté la covid-19 sont très fréquentables car non contaminés et non contagieux. Mais pour rester dans cet état il est bon qu'ils veillent à se protéger au maximum des contagions en provenance des vaccinés ou des malades !!! En aucun cas les non vaccinés sont des risques pour les vaccinés, bien au contraire !

+ les mesures indispensables résident dans la généralisation des tests quantifiant le niveau des anticorps, pour tout le monde, vaccinés et non vaccinés, malades et anciens malades, cas asymptomatiques. A partir de ces mesures des décisions peuvent être prises pour une non vaccination, une vaccintion entière ou un simple rappel.

 

Vaccination obligatoire des soignants et autres personnes en contact avec le public.

Au vu des réalités présentées ci-dessus, et du fait que les personnes concernées ont assuré des services de soins depuis le début de la pandémie, payant même de leur personne (et de leur vie) ces personnes n'ont pas de leçons de citoyenneté à recevoir de la part de décideurs qui se sont régulièrement plantés ou planqués dans leurs bureaux d'élites responsables ou sur les plateaux des médias !

Ce personnel, quasi ostracisé par une meute indécente de bavards, a le droit de se faire sa propre opinion sur la vaccination, d'autant plus que les non vaccinés ne sont pas contagieux pour leur entourage contrairement à la possibilité pour les vaccinés. Ce personnel a le droit de se poser des questions sur la multitude de produits (une dizaine d'adjuvants plus ou moin toxiques comme tout médicament) qui seront injectés et diffusés dans leur corps ! Ce personnel ostracisé se doit d'être des vecteurs pour la promotion des mesures de protections physiques (masques, distanciation, mesures d'hygiène corporelle et respiratoire...). Respectons-le !

 

Alors pourquoi cet acharnement gouvernemental ?

Les essais de suivi informatique, avec localisation permanente des smarphones et de leur détenteur, pour ssuivre les contaminés (détectés après quelques jours), et rechercher et localiser les cas contacts et enfin isoler tout ce gentil monde, se sont soldés par un échec systématique. Alors qu'en Chine, en Corée du sud, au Japon des systèmes apparemment semblables fonctionnaient.

La Chine est capable de suivre et contrôler tous ses sujets, dans leurs déplacements, dans leurs activités (physiques, économiques, bancaires, religieuses, sanitaires...) et dans leurs échanges d'informations. Les USA, avec leur NSA et l'obligation faite aux réseaux sociaux d'être à la disposition de la NSA pour la surveillance des individus et entreprises, suivent le même cheminement tout en prônant les libertés personnelles !

La France, trop souvent en retard, a cultivé la peur pour que ses citoyens fournissent en permanence des données personnelles de localisation, de santé (dossier médical dans un futur proche : carnet de vaccinations, maladies, addictions...) ; ces données seront transmises ou transmissibles aux organismes gouvernementaux via les réseaux sociaux américains (Facebook, Twitter, Google...) assujettis à la NSA. La France ne peut ni ne sait mettre en place un mini big brother indépendant, contrairement à la Chine, en avance sur les USA ! Pour une fois on peut souhaiter que le Gouvernement se plante !

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • sirocco sirocco 19 juillet 18:24

    « En aucun cas les non vaccinés sont des risques pour les vaccinés, bien au contraire ! »

    La contagiosité n’est pas corrélée à la vaccination.

    « ...les non vaccinés ne sont pas contagieux pour leur entourage... »

    Ils peuvent le devenir s’ils se retrouvent eux-mêmes contaminés. Donc même remarque que ci-dessus.

    Votre long article laisse perplexe. Certains de vos propos ne collent pas avec d’autres. On ne comprend pas bien où vous voulez en venir...


    • hugo BOTOPO 20 juillet 00:48

      @sirocco
      on ne comprend pas bien où vous voulez en venir :

      Simplement à ceci : 

      + les vaccins ne tuent pas les virus, ils vivent, se multiplient et mutent ;

      + les vaccinés, après le temps « d’incubation des produits » peuvent toujours être contaminés, même s’ils ne subissent pas la forme la plus sévère de la covid-19 et ils deviennent alors contagieux, souvent sans le savoir ;

      + les vaccinés doivent continuer à se protéger, et à protéger les autres avec les masques, distanciation et gestes barrières : c’est ce qu’ils ne font pas, se croyant protégés par le vaccin ! Les discours officiels restent peu audibles sur ce point et c’est très grave ;

      + les non vaccinés ne sont pas responsables des contaminations, ils se protègent : 
      pendant les 3 vagues les Français (sauf quelques-uns en fin de la dernière vague) n’étaient pas vaccinés : ils se sont protégés, confinés... et ils n’ont pas été contaminés à hauteur de 86% (5.8 millions de cas positifs pour 67 millions de Français ! C’est un taux de protection très important !

      + Les contaminés (en phase de maladie) qu’ils soient vaccinés ou non vaccinés sont tous contagieux, ils sont dans le même sac, même si les vaccins seraient, selon les fabricants de vaccins, moins contagieux car une partie des virus dans leur corps est détruite par le système immunitaire. Les contaminés soignés à domicile, en EHPAD ou en hôpital, doivent rester isolés tant qu’ils sont contagieux !

      + Les mesures gouvernementales en cours d’adoption (pass sanitaire, vaccination obligatoire) ne tiennent pas comptes des remarques ci-dessus : les masques tombent, la distanciation disparaît... et les virus passent facilement d’une personne à une autre ! la pandémie va repartir !

      Bonne fin de vacances et bonne rentrée à tous !


    • sirocco sirocco 20 juillet 13:20

      @hugo BOTOPO

      Pour moi, vos explications ne font qu’ajouter à la confusion...


    • Jeekes Jeekes 19 juillet 18:44

      Allez savoir pourquoi, j’ai vomi...

       


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 19 juillet 23:30

        @Jeekes
         
         trop de contre-vérités, peut-être ?


      • BA 19 juillet 19:40

        France : la courbe est exponentielle. Le nombre de nouveaux cas de contaminations explose :


        https://raw.githubusercontent.com/rozierguillaume/covid-19/master/images/charts/france/cas_journ.jpeg


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 19 juillet 19:48

          @BA
           
           ’’Le nombre de nouveaux cas de contaminations explose’

           
           Bien sûr, puisque le nombre de vaccination explose Et les vaccinés contaminent leur entourage.
           

          atoute.org : Est-il vrai que l’on a plus de risque d’avoir le COVID19 juste après avoir été vacciné ? 

          Dr Dupagne :« Il y a un fond de vrai dans cette affirmation. Lorsque nous sommes contaminés ou vaccinés, nous fabriquons des anticorps, c’est un des principes de l’immunité. Mais il existe un phénomène troublant : celui des « anticorps facilitants » qui ne protègent pas, bien au contraire, mais accélèrent la diffusion de l’infection ! Ils apparaissent brièvement après certaines infections » Par Dominique Dupagne, Rédacteur à « Que Choisir » Ancien rédacteur à« Prscrire », ancien médecin spécialisé médocs, qui plaide pour la vaccination massive



        • Durand Durand 19 juillet 21:42

          Hum...

          Israël – « Environ 85% des nouvelles infections à COVID Delta en Israël sont entièrement vaccinées » annonce du Ministère israélien de la Santé, le 6 juillet


          https://reseauinternational.net/linventeur-de-vaccin-covid-arnm-declare-plus-on-vaccine-plus-il-y-a-de-malades-les-statistiques-israeliennes-le-confirment/


          ..




          • sylvain sylvain 19 juillet 22:28

            @Durand
            si vous cherchez un peu dans nos médias vous verrez que c’est la preuve que le vaccin marche .


          • Aimable 20 juillet 17:37

            @sylvain
            exact , comme le covid asymptomatique qui ne contamine pas le porteur mais seulement ceux qui ne son pas vaccinés autour de lui .


          • BA 19 juillet 21:53

            « Nous sommes entrés dans une quatrième vague », affirme Gabriel Attal.


            Le porte-parole du gouvernement a mis en garde ce lundi contre la dynamique « extrêmement forte » de la dynamique de l’épidémie.


            « Nous sommes entrés dans une quatrième vague du virus », a prévenu le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à la sortie du conseil des ministres ce lundi 19 juillet.


            « La dynamique de l’épidémie est extrêmement forte, nous constatons une vague plus rapide, une pente plus raide que toutes les précédentes », a-t-il mis en garde, notant que le nombre de nouveaux cas détectés avait doublé en une semaine.


            « Nous avons franchi le seuil des 10 000 cas positifs chaque jour », a-t-il précisé, tandis que le taux d’incidence a augmenté de près de 125 % en une semaine.


            Il a notamment souligné que la « situation s’aggrave » dans les Pyrénées-Orientales. Le taux d’incidence est désormais de 345 cas pour 100 000 habitants. Les bars et restaurants de ce département doivent à nouveau fermer à 23 heures.


            Gabriel Attal a également regretté que la couverture vaccinale reste « insuffisante dans notre pays ». Il a noté la hausse des hospitalisations : 43% en plus en une semaine.


            https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20210719.OBS46717/nous-sommes-entres-dans-une-quatrieme-vague-affirme-gabriel-attal.html



            • sirocco sirocco 20 juillet 00:36

              @BA

              La fameuse « quatrième vague », qui était dans les cartons depuis un bon bout de temps, attendait donc le feu vert du « conseil des ministres » du 19 juillet pour se déclarer. Elle se présente avec une pente très raide nécessitant de bons grimpeurs...

              C’est dingue de constater à quel point le Covid obéit à la macronie ! Et personne n’y voit rien d’anormal !


            • cyrus cyrus 20 juillet 00:59

              @sirocco

              Elle se présente avec une pente très raide nécessitant de bons grimpeurs...

              Aucun soucis avec les premier de cordées smiley

            • sylvain sylvain 19 juillet 22:27

              Les tests sérieux des créateurs de vaccins et leurs communications officielles sur l’efficacité réelle constatée lors des essais en phase 3


              Ajoutons tout de même qu’il est pour le moins foireux que ce soit ceux qui vendent le vaccin qui fassent les test . Ce n’est même plus du conflit d’intérêt, c’est de l’identité d’intérêt .

              Une petite histoire au passage : Naomi klein a étudié le cas de l’aspartame, la petite sucrette qui fait pas grossir . Depuis son lancement dans les années 80 elle est soupçonnée de toxicité . Les industriels ont lancés un peu plus de 200 études sur le sujet, les associations de consommateur un peu moins de 200 . La totalité des études de l’industrie ( impliquant nombre de laboratoires ) ont conclus qu’il était innofensif, la totalité des études des associations ont conclues a sa toxicité .

              Ce cas est suffisant pour remettre en cause la totalité de l’analyse scientifique par des labos qui dépendent des commandes de ceux qu’ils sont censés tester .

              C’est avant tout une histoire de confiance, et elle n’y est plus !



              • I.A. 20 juillet 09:46

                Vous brassez bien trop large dans ce texte, à mon avis.

                Je souhaite revenir sur un détail important : la très forte létalité des « cas graves ». Figurez-vous qu’elle est exclusivement liée à la ventilation mécanique et aux comorbidités. Lorsque vous intubez, puis ventilez mécaniquement (en pression positive, à des fractions d’O2 supérieures à 60%) des poumons présentant un syndrome inflammatoire sévère, vous ne faites que majorer l’inflammation, en plus d’aggraver l’infection...

                Un autre détail : il n’existe pas une forme grave et une forme bénine coexistant l’une à côté de l’autre. Ce n’est que si les sécrétions gagnent vos bronches (généralement à la faveur de votre sommeil, la nuit), que vous risquez la pneumopathie grave.

                Et surtout, ce n’est alors que si vous n’êtes pas traité précocement (ivermectine + antibio, par exemple...), que vous risquez le décès. Ceci encore plus en cas d’intubation + ventilation mécanique !

                Enfin, un dernier détail : nous parlons malades covid, vaccins covid, contaminations covid, soins covid, tests covid... Et nous oublions tous les autres malades pendant ce temps-là : cancers, cardiopathies, obésité galopante, diabète et HTA, maladies et handicaps mentaux, hypercholesterolemie, etc...

                Toute cette obsession et ces mesures covid sont en train de condamner une multitude de patients non covid.


                • zygzornifle zygzornifle 20 juillet 11:09

                  Macron a un Œdème de Quincke cérebral, c’est pour cela qu’il a attrapé la grosse tète ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

hugo BOTOPO


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité