• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Détruire la tricherie exégétique

Détruire la tricherie exégétique

Parallèlement à la publication de Détruire le fascisme islamique, l'important petit livre de Zineb (1), il me paraît nécessaire de réfléchir aussi à l'utilisation qui est faite de l'exégèse au sein des trois grandes religions se réclamant de la filiation spirituelle d'Abraham.

 

Il y a trois siècles et demi, dans son Traité théologico-politique Spinoza explique que le Dieu de l'Ancien Testament adaptait son discours à la faible capacité de compréhension du peuple hébreux auquel il s'adressait. Mais il ne fait pas de ce peuple "à la nuque raide" le rédacteur des textes par lui attribués à son Dieu et sacralisés. Aujourd'hui encore, dans les trois principaux monothéismes, ces textes doivent être considérés comme étant intégralement la Parole de Dieu.

C'est surtout dans l'islam et dans le christianisme, principalement dans sa composante catholique, que me paraissent aujourd'hui très graves cette attribution maintenue et la justification de ceux des textes "divins" qui appellent à maltraiter et massacrer. L'exégèse de ces textes (leur analyse critique pour en trouver la "bonne interprétation") est l'instrument de cette durable justification.

Dans l'islam, la violence présentée comme une volonté de Dieu est un fondement théologique. Le messager d'Allah et les rédacteurs du Coran la présentent comme toujours aussi justifiée, au septième siècle de notre ère, que dans l'Ancien Testament, mais ils enseignent aussi qu'elle le sera, dans le futur, jusqu'à la totale soumission de tous les peuples de la terre à Allah.

C'est ce qui fait la violence de cette religion particulièrement épouvantable. C'est ce qui la fait comparer, avec raison, aux pires régimes fascistes que le monde a connu durant le dernier siècle. C'est ce qui a fait, dans ses conquêtes et ses "justes punitions", ses dizaines de millions de victimes durant les 14 siècles de son existence.

Mais l'église catholique, de son côté, n'a toujours pas vraiment rompu avec sa notion, qui était celle de l'évêque Augustin, de bonne persécution par elle pratiquée par amour alors que les impies la pratiquent par cruauté. Les nombreux appels à massacrer "pour de bonnes raisons qu'il faut savoir bien interpréter en acquérant la bonne compréhension par la bonne lecture" sont toujours explicitement justifiés dans le Nouveau Catéchisme (1997, guide spirituel pour le 21e siècle selon Jean-Paul 2) et dans les notes explicatives de la Bible de Jérusalem qui l'a suivi de peu.

Pour l'Église, c'était bien Dieu qui ordonnait à Josué d'aller massacrer tous les habitants des cités de Canaan, en veillant à ce qu'il ne reste pas un seul survivant. Et les exégètes de la Bible de Jérusalem font de ce Dieu le même que celui de Jésus. Pour eux Josué-Jésus était un seul et même personnage biblique : "Dieu sauveur", qui fait entrer son peuple, l'humanité, dans la Terre promise, figure du royaume à venir, le Royaume des Cieux. Curieux Dieu d'amour qui a besoin de commander un génocide pour dispenser son pacifiant message valable universellement !

Certes, Jésus n'a pas, jusqu'à accepter d'en mourir, enseigné avec des termes d'aujourd'hui que seuls les appels à l'amour sont des appels de Dieu. Il n'a pas explicitement rejeté le pire de l'Ancien Testament. Il n'a pas même demandé à ses adeptes de cesser de le prendre pour le bon prophète Elie qui égorgeait 450 faux prophètes pour plaire à Dieu. Il n'a pas condamné l'évangélisation et la conversion par la torture dans l'Inquisition, par la kalachnikov et la ceinture d'explosifs. Mais son enseignement d'amour était radicalement différent de celui des théologiens fous qui dominent encore le catholicisme d'aujourd'hui, pour lesquels la bonne criminalité de Dieu est seulement "dépassée" ou/et "mal comprise".

Durant 18 siècles, le christianisme a évité de s'interroger sur la compréhension criminogène de l'Ancien Testament. Il a posé le problème en termes de "haïr ou pas le peuple juif ?" qui croyait cette compréhension justifiée. Et il a, pour le maheur des siècles à venir, choisi la haine. C'est seulement le Concile Vatican 2 qui, au siècle dernier, a enfin rejeté cette autre folie spirituelle criminogène.

Si c'est seulement leur date et leur contexte historique qui font la validité - voire leur caractère édifiant - des appels "de Dieu" à massacrer, il y a scandaleuse malhonnêteté exégétique et, tout simplement, spirituelle.

L'actuelle exégèse catholique fait toujours du refus de la raison - celle qui conduit au rationnel comme au raisonnable - une véritable condition de la foi. Mais, d'une certaine manière, l'obscurantisme athée est en France devenu, avec la fausse Gauche aux pouvoirs (politique et médiatique) bien pire encore. Le "néo-nagationnisme" des gouvernants, qui ne veut pas connaître les fondements théologiques de la violence islamique est tel que c'est à des chercheurs du CNRS qu'on a récemment donné mission de trouver les causes de la pratique du djihad meurtrier !

Les islamistes et leurs complices aux pouvoirs tiennent à ce que tout le monde confonde dans un seul mot la très compréhensible crainte de l'islam, l'islamophobie, et la haine des musulmans. Ils ne qualifient jamais celle-ci, pour la condamner fermement comme ça doit être fait, de musulmanophobie comme ils qualifient, pour les condamner justement, la christianophobie (haine des chrétiens) et la judéophobie (haine des juifs)... Et l'Académie entérine la tricherie, qu'on retrouve désormais dans les dictionnaires.

Même les victimes du double sens imposé dans l'utilisation du mot "islamophobie" ne cherchent pas à utiliser le mot qui permettrait de mettre la tricherie en lumière. Ils protestent quand on les accuse d'être islamophobes, ce qui est pourtant un droit (2) au lieu d'affirmer qu'ils ne sont nullement musulmanophobes.

Il faut dire aussi l'égarement des historiens et autres défenseurs bien intentionnés de la laïcité. Ils la "sacralisent" au moment même où les islamistes, loin de s'en inquiéter, réalisent qu'elle peut favoriser et consolider leurs conquêtes des pays démocratisés et soucieux de garantir les Droits humains, comme la France républicaine.

Croire que simplement "séparer de l'État" l'enseignement de la "bonne criminalité", toujours valable, du Dieu de l'islam est insensé et dangereux. Refuser fermement toute idée de ce qu'on nommera plus tard la laïcité fait partie des fondements originels les plus importants de la religion coranique. Mais l'enseignement de la "bonne criminalité seulement dépassée" du judéo-christianisme est tout aussi insensé et dangereux.

La lâcheté des politiciens et intellectuels occidentaux, face à la très directe criminalité islamique, découle de leur acceptation, parce que la criminalité qu'elle alimente n'est qu'indirecte, de la délirante exégèse chrétienne.

Il n'est nullement fatal qu'on en reste là.

 

Pierre Régnier

auteur de Désacraliser la violence religieuse (2016, éditions du Panthéon)

 

(1) éditions Ring (2016)

(2) En 2005, dans son rapport annuel, le Haut Conseil à l'Intégration rappelait qu'en France "La pratique de la religion étant libre, l'islamophobie, c'est-à-dire la peur ou la détestation de la religion islamique, ne relève pas du racisme"


Moyenne des avis sur cet article :  1.69/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • genrehumain 1er décembre 2016 14:29

    "Spinoza explique que le Dieu de l’Ancien Testament adaptait son discours à la faible capacité de compréhension du peuple hébreux auquel il s’adressait."

    L’ étude dénuée de préjugés des textes religieux révèle leur unité de vision en ce qui concerne l’éthique et la promesse de paix et d’unité attendue par tout le genre humain .

    Les contextes environnementaux et sociaux contenus dans ces textes sont relatifs à l’époque de leur révélation et donc soumis aux changements comme toute loi sociale, mais leur message spirituel transcende les âges.

    Les images utilisées pour marquer les esprits font appel à notre inconscient collectif et ne sont que des paraboles destinées à nous mettre en garde, n’en faisons pas des « idoles » 


    . Ce n’est pas la religion qui est cause de violences et de guerres, mais l’inverse c’est son absence.

     Les deux guerres mondiales et leurs millions de mort en sont le parfait exemple

    Sur un plan historique, la religion a été l’un des moteurs les plus puissants du changement d’attitudes et de comportement de l’homme.

    La venue de nouveaux Messagers représente des moments primordiaux dans l’histoire. Chacun déclenche un nouvel élan spirituel, stimule la remise en cause personnelle et le progrès social. Parmi eux se trouvent les Fondateurs des grandes religions du monde : Moïse, Krishna, Zoroastre, Bouddha, le Christ et Mohammad .
    Ces Messagers ont une double fonction. 
    D’une part, ce sont des êtres spirituels. D’autre part, ce sont des êtres humains qui naissent, connaissent la maladie, la souffrance et la mort. Ils ont des identités physiques différentes et s’adressent à l’humanité à des moments différents de l’histoire. Ces différences créent entre les religions des distinctions culturelles qui cachent parfois leur unité.
    Fondamentalement, cependant, le message spirituel de ces Messagers a été le même
    Chacun a souligné l’importance de l’amour de Dieu, de l’obéissance à sa volonté, et de l’amour du prochain. Les mots ont varié, mais l’enseignement essentiel tourne autour du principe de base, à savoir que chacun doit traiter les autres comme il aimerait être traité lui-même.
    ça ne veut pas dire que les différentes croyances et organisations religieuses sont les mêmes, mais on peut concevoir qu’il n’existe qu’une seule religion et que tous ces Messagers en ont progressivement révélé la nature. Ensemble, les grandes religions du monde peuvent ce concevoir alors comme l ’expression d’un seul plan divin .

    1. Pour les tenants du « chocs des civilisations »  ou d’incompatibilité présumée des messages religieux il est bon de constater avec humour que finalement qu’est ce qu’un Chrétien ? sinon qu’ un Juif qui a reconnu le Christ et qu’est ce qu’un Musulman ? tout simplement aussi un chrétien qui a reconnu Mohammad.
    2. Toujours les fondateurs de grande religion ont reconnu leurs prédécesseurs et annoncé un retour, mais malheureusement presque toujours aussi leurs adeptes ont souvent par ignorance et préjugés rejetés le messager qui suivait.

    3. Le vide idéologique et religieux qui marque notre époque se nourrit des fantasmes du passé (faute d’être capable de penser autrement
    4. Ceci à évidemment pour corollaire le retour violent aux vieux démons d’autrefois Nationalisme, Racisme, Superstitions, Préjugés,
    5. Pour conclure il nous faudra bien admettre après un effort de réflexion et de recherche sincère, que :

       « La religion et la science sont les deux ailes qui permettent à l’intelligence de l’homme de s’élever vers les hauteurs, et à l’âme humaine de progresser. Il n’est pas possible de voler avec une aile seulement.

      Si quelqu’un essayait de voler avec l’aile de la religion seulement, il tomberait bientôt dans le marécage de la superstition, tandis que, d’autre part, avec l’aile de la science seulement, il ne ferait aucun progrès mais sombrerait dans la fondrière désespérante du matérialisme ».
       ( Causeries d’Abdu’l-Baha a Paris (1844-1921))

      N’est- ce pas l’état du monde aujourd’hui ?

    • Clocel Clocel 1er décembre 2016 14:59

      @genrehumain

      Laissons le Bouddha Shakyamuni en dehors de ce débat voulez-vous ?

      Le bouddhisme ne fait appel à rien d’extérieur de l’individu qui le pratique, pas de Dieu, c’est, à la base un enseignement laïque accessible à qui voulait s’en emparer.

      Cependant, il n’est pas exclusif, et par syncrétismes divers, on a fini par l’assimiler à une religion.

      Ce n’était pas la volonté du Bouddha. C’est un enseignement, point, et doit être reçu comme tel.



    • Neymare Neymare 1er décembre 2016 16:15

      @genrehumain
      « Ensemble, les grandes religions du monde peuvent ce concevoir alors comme l ’expression d’un seul plan divin . »

      Il est bien précisé dans tous les livres religieux que le message est avant tout destiné à ceux qui pourront le comprendre : « Mais, seuls les doués d’intelligence s’en rappellent » pour le coran (Imran), « que ceux qui peuvent entendre entende » pour les évangiles etc... .. On peut alors dire que toute explication simpliste ou littérale est à coté de la plaque.

      Pour pouvoir comprendre, il faut sortir de la norme, sortir de la pensée commune, et retirer les barrières et les dogmatismes

      Il faut donc étudier toutes ces religions (ou la plupart) sans a priori en partant avec un regard neuf, et en gardant à l’esprit, comme vous le mentionnez, les découvertes de la science et la philosophie : ça limite déjà très fortement le nombre de ceux qui sont capables de comprendre

      Chaque religion est une façon différente de voir la meme chose (il faut prendre en compte également le bouddhisme ou l’indouisme la dedans, peu importe qu’il y ait un Dieu ou pas que ça soit de la philosophie ou pas, on parle de la meme chose) : le début de la vérité apparait alors quand on observe ce qui est commun


    • popov 1er décembre 2016 17:08

      @Neymare


      le début de la vérité apparait alors quand on observe ce qui est commun

      Et qu’est-ce qui est commun à ces textes à votre avis ?




    • Tall Tall 1er décembre 2016 17:27

      @popov

        
      Proposer des réponses supportables à des questions inhumaines

    • popov 1er décembre 2016 17:49

      @Clocel


      Assez d’accord avec cela. Dans le bouddhisme, il n’y a rien à croire, quoiqu’il soit implicitement sous-tendus par la croyance hindoue en les cycles de réincarnation. Il s’agit plutôt d’un constat de la misère de la condition humaine, d’une analyse de la cause de cette condition et des efforts à effectuer sur soi-même pour échapper à cette condition.

    • Eric F Eric F 1er décembre 2016 19:33

      «  »@Clocel
      n’y a-t-il pas dans le bouddhisme des dogmes, un clergé, un culte, des prières, une dévotion au fondateur, une vie après la vie avec les réincarnations ? Dans ces conditions, le terme « laïque » est inapproprié, c’est une religion sans un dieu personnel, mais avec une substance spirituelle hors de la matière.

      ref : http://www.comprendrebouddhisme.com/connaitre/bouddhisme-esprit.html
      "notre courant de conscience n’a pas de commencement et pas de fin. Nous avons tous eu un nombre infini de naissances passées, et notre esprit continuera à exister indéfiniment"


    • Clocel Clocel 1er décembre 2016 19:42

      @Eric F

      Oui, c’est vrai pour le bouddhisme dévoyé, tel qu’il nous parvient, mais ce n’était pas le cas à l’origine.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 1er décembre 2016 20:54

      @genrehumain


      Vous exposez très bien, ici, la position des bahaïs, dont leur « vouloir voir » l’unité des religions sur l’essentiel, sur le meilleur de leurs enseignements. Il est pour moi très semblable au « vouloir voir » des chrétiens dont, principalement, les catholiques, qui voient essentiellement le message d’amour de Jésus mais pas ce qui le contredit explicitement chez ses faux disciples, à tous les échelons de la hiérarchie ecclésiale, quand ils adoptent et enseignent eux-mêmes la conception de ceux qui sont pour moi les « théologiens fous » du christianisme.

       

      J’ai longtemps et beaucoup espéré des bahaïs en les fréquentant pendant des années. Mais j’ai dû renoncer à cet espoir : eux non plus ne cessent pas d’attribuer à Dieu les appels à massacrer qui lui sont attribués dans les textes sacralisés, et qu’il faudrait seulement « bien interpréter » en « sachant bien les lire ».

       

      Dans « le Plus Saint Livre » des bahaïs (le Kitab i Aqdas) leur messager de Dieu, Baha U Llah, fait cette « grande annonce » : La guerre sainte est effacée du Livre. Cette phrase est pour moi significative : les bahaïs non plus n’ont pas compris que cette guerre n’était nullement sainte, nullement commandée par Dieu mais par des croyants qui se trompaient gravement, ce qu’il est plus que jamais nécessaire aujourd’hui de proclamer haut et fort.

       

      Mais, ce que je dis à la fin de mon article pour le judéo-christianisme est valable pour la Foi bahaïe : il n’est nullement fatal qu’on en reste là. Et c’est d’ailleurs valable, aussi, pour la religion des musulmans.


    • franc 2 décembre 2016 03:22
      @genrehumain
      -
       Sauf que l’islam n’est pas une religion mais une secte et Mahomet n’est pas un prophète mais un guerrier qui a volé, ,violé, tué dans de multiples razzias en gardant la plus grosse part du butin .

      -
       A part cela tout le reste de votre commentaire est recevable .

    • Eric F Eric F 2 décembre 2016 21:32

      @Clocel
      Je parle bien évidemment du bouddhisme tel qu’il existe effectivement aujourd’hui, c’est même la religion d’état de plusieurs pays.
      Sur le fond, les religions institutionnelles sont souvent dévoyées par rapport au « message » de leur fondateur, Bouddha comme Jésus (je n’inclus pas les fondateurs bellicistes dans ce constat).


    • Eric F Eric F 31 décembre 2016 19:17

      @Eric F
      manifestement, les partisans de Clocel disposent d’une douzaine de comptes pour « noter » les interventions smiley


    • MagicBuster 1er décembre 2016 14:35

      Merci aux croyants de pas souhaiter sauver les non-croyants.

      Nous ne partageons aucune de vos croyances médiévales.

      Au contraire nous les dénonçons — au même titre que le terrorisme.


      • Tall Tall 1er décembre 2016 14:54

        Dieu est mort lors de sa fameuse expérience du Big Bang où tout lui a explosé à la tronche, il y a près de 14 milliards d’années.

         
        Il y a encore des traces fossiles de cette tragédie visibles dans la nébuleuse d’Orion.
         
        Alors, comment pourrait-on faire confiance à un charlatan pareil ?
        Je vous le demande ....

        • popov 1er décembre 2016 16:18

          @Tall


          « Dieu est mort » (Nietzsche, 1882)
           
          « Nietzsche est mort » (dieu, 1900)

          « Dieu et Nietzsche sont morts » (popov, 2016)

        • manu manu 2 décembre 2016 02:04

          En l’an 3057 :

          - « Dieu et Nietzsche sont morts depuis longtemps. »
          - « Dieu ? ... rappelez moi qui c’est. »


        • gaijin gaijin 2 décembre 2016 10:12

          @popov
          « le grand pan n’est pas mort » gaijin 2016 après l’an zéro de vos amnésies


        • njama njama 1er décembre 2016 15:54

          un point de vue musulman :

          Bible et terrorisme
          [........]
          Le Qur’ān, que cet Occident islamophobe combat avec acharnement, sans aucune juste cause, contient 6236 Versets répartis en 114 Sourates/chapitres. Vingt-six Versets traitent du Jihad ; trente-huit Versets traitent du Combat ; et six Versets traitent de la levée en masse. Ce qui fait en tout 70 Versets, de tous les 6236. Le reste du Corpus, soit les 6166 Versets, traitent et organisent inséparablement, la vie terrestre, dans tous ses secteurs, et celle de l’Au-delà. Prendre 70 Versets, qui ont leur raison d’être, puisque Juifs et Chrétiens ont dévié du vrai Monothéisme, comme prétexte pour combattre et éliminer Islam et musulmans, tient d’un exécrable racisme.
          Que dire alors des 66 livres de la Bible, comprenant 1100 chapitres en presque 31000 versets, dont plus de la moitié sont une vraie fourmilière du TERRORISME ? !

          Zeinab ABDELAZIZ
          Le 18 Août 2016
          http://www.alterinfo.net/BIBLE-et-TERRORISME_a124727.html


          • popov 1er décembre 2016 16:09

            @njama


            Ben oui, il faut présenter le refus de l’islam comme du racisme, ça fait mouche à chaque coup dans une société de bobos.

            Mais dire que les chrétiens et le juifs ont déviés du vrai monothéisme rien que pour combattre l’islam, c’est un peu poser la charia avant les bœufs puisque ces religions existaient avant même qu’allah et l’islam n’aient été fabriqués.

          • Christian Labrune Christian Labrune 1er décembre 2016 17:23

            Prendre 70 Versets, qui ont leur raison d’être, puisque Juifs et Chrétiens ont dévié du vrai Monothéisme, comme prétexte pour combattre et éliminer Islam et musulmans, tient d’un exécrable racisme.
            -------------------------------------------------------------------

            @njama

            Remarque extrêmement éclairante et qui me permet de comprendre bien des choses

            Les « massacres » à Charlie Hebdo, à Montrouge et à la porte de Vincennes,
            Le « massacre » au Bataclan et aux alentours,
            Le « massacre » de Nice...
            (Je me limiterai aux phénomènes vraiment massifs : il y aura eu trop de ces sortes de chose et on se demanderai pourquoi j’ai oublié tel événement ou tel autre).

            Eh bien, en fait, il ne convient pas du tout de parler de massacres, le terme est impropre, et c’est pour cette raison que je l’ai mis entre guillements. En fait, il s’agissait de simples manifestations antiracistes. Personne ne s’en était vraiment rendu compte, et moi-même, abusé par les media, j’avais cru très naïvement qu’il s’agissait d’entreprises terroristes.

            C’est parce qu’habituellement, dans les manifestations, il y a des banderoles, on crie des slogans, tout cela amplifié par de puissants haut-parleurs. Ces pauvres malheureux musulmans victimes, comme le regretté Ben Laden, d’une affreuse injustice sociale, mais aussi du colonialisme, du chômage, du climat des banlieues, de l’apartheid, du mauvais temps, de l’irrégularité du passage des bus, de leur statut de dhimmis lorsqu’ils refusent, à leurs risques et périls de se convertir au catholicisme, n’avaient pas du tout les moyens de s’offrir tout ce matériel qui permet d’organiser la propagande pour une manif. Ils y étaient allés à l’économie, munis de simples petites pétoires.

            Il faudra bien reconnaître à la fin, si on est de bonne foi, que la kalachnikov, c’est quand même un moyen d’expression comme un autre. Pas vrai ?


          • manu manu 1er décembre 2016 20:18

            @Christian Labrune

            On ne connait pas les véritables raisons de ces massacres.
            On en sait un peu plus sur ceux qui ont lieux dans les pays musulmans et qui font beaucoup beaucoup plus de mort.
            https://www.les-crises.fr/quatre-millions-de-musulmans-tues-dans-les-guerres-occidentales-depuis-1990/


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 1er décembre 2016 21:02

            @Christian Labrune

            Un grand merci, Christian, pour le travail que vous faites sur ce site avec une infinie patience. Je ne parle évidemment pas seulement de votre présent commentaire


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 1er décembre 2016 21:21

            @manu

            Vous persistez, manu, à « réfléchir » sur la réalité islamique limitée au dernier siècle, alors que l’islam existe depuis 14 siècles.

            Vous persistez aussi, avec votre sympathique spécialiste anglo-saxon, à ne voir dans cette « réalité » que des victimes de religion musulmane dans les guerres occidentales.

            Il ne faut évidemment pas se réjouir de la mort de ceux qui, avec des musulmans, sont victimes de ces guerres et qui sont d’autres religions ou athées, mais ils sont de plus en plus nombreux.

            Que ceux qui restent trouvent enfin, avec les musulmans pacifiques le moyen de pacifier la religion islamique si c’est possible.

            Ici en France notre double devoir est d’éviter à tout prix l’islamisation de notre pays et de l’Europe et de combattre l’économisme conduisant « l’Occident » à poursuivre ses guerres épouvantablement meurtrières.


          • manu manu 1er décembre 2016 23:25

            @Pierre Régnier

            L’Islam existe depuis 14 siècles mais je vais pas refaire le passé.

            Pourquoi ils sont mort les occidentaux en Irak ? en Afghanistan ? en Syrie ? sa serrait pas pour l’argent ? Beaucoup de musulmans sont morts juste parce qu’ils voulaient vivre libre sur leurs terres.

            Je sais pas si vous êtes au courant mais il y a qu’un tout petit pourcentage de musulmans non pacifique et que dans beaucoup d’endroits des musulmans vivent en paix avec des non musulmans.

            Le problème il est dans votre tête et celles de beaucoup d’autre gens qui n’ont rien d’autre à « combattre ». Tout ça vient de la télé éteignez là sa ira mieux.


          • manu manu 2 décembre 2016 00:07

            @manu

            Et pour que vous soyez bien conscient que beaucoup de gens pensent que c’est pas aux occidentaux de décider comment les musulmans doivent vivre chez eux :

            https://francais.rt.com/france/29311-malediction-assad-sarkozy

            Faut cliquer sur les liens pic.twitter.com/...


          • franc 2 décembre 2016 03:52
            @njama
             -
            Sauf que dans la Bible il ya l’Ancien testament et le Nouveau testament
             -
            Si l’Ancien testament et particulièrement le Pentateuque est comparable au Coran dans les énoncés criminels d’appels à la haine ,à la violence , à la discrimination ,à la guerre et au génocide ,par contre le Nouveau testament et en particulier l’Evangile est à l’opposé du Coran et de l’Ancien testament par son message de paix et d’amour représenté par le personnage de Jésus . A la loi de crainte a succédé la loi d’amour proclamait St- Paul. .
            -
             D’autre part le christianisme en particulier le catholicisme n’est pas une religion du Livre en reconnaissant que la bible même s’il peut ’être d’inspiration divine est un e oeuvre humaine contenant des écrits humains qui peuvent être étudiés interprétés comme tout livre humain ,et lesquels ne représentent nullement des lois ou des décrets divins.
            -
             Il n’en est pas de même de l’islam tel qu’il est aujourd’huis où les cinq principales écoles islamiques reconnaissent le dogme hanbalite du Coran Incréé qui contient donc des écrits divins représentant des décrets et des lois divines intangibles et intemporelles .

             L’islam donc tel qu’il est ,l’islam coraniste omarien (du coran institué par Omar et Othman) d’essence hanbalite est une « religion du Livre » ,en fait une idolâtrie d ’un livre imparfait créé par des êtres humains imparfaits voire criminels .
            -
            L’Eglise Catholique condamne toute religion du Livre (coranisme ,biblisme , livre-rougisme , et tout autre livrisme y compris évangilisme ) comme une hérésie idolâtre et perversion religieuse ,et aussi le fidéisme c’est à dire la foi sans la raison et les œuvres

          • Pierre Régnier Pierre Régnier 2 décembre 2016 07:57

            @manu

            Merci manu pour le conseil de la dernière ligne : j’ai éteint ma télé il y a trente ans.


          • njama njama 2 décembre 2016 09:15

            Comme l’écrit manu ci-dessus (1er décembre 23:25), « L’Islam existe depuis 14 siècles mais je vais pas refaire le passé », il faut donc acter que juifs, chrétiens, et musulmans ont cohabité ensemble durant tout ce temps
            Cela ruine simplement l’idée d’un islam hostile qui voudrait anéantir les chrétiens et les juifs, le christianisme et le judaïsme. Les persécuteurs des chrétiens d’orient sont à l’évidence leurs coreligionnaires d’occident, l’occupation de la Palestine, les guerres, canal de Suez, d’Israël contre l’Égypte et contre le Liban, celles contre l’Irak, contre la Syrie aujourd’hui, ont fait fuir une partie des chrétiens de la région.

            « Le sultan avait entendu parler de la religion chrétienne. Pourtant une objection le pressait. Il ne put la retenir :Pourquoi les chrétiens qui croient en un Dieu-Amour et qui ont toujours le mot charité à la bouche, s’acharnent-ils à nous faire la guerre ? Leurs mœurs ne sont pas douces. Ils veulent et Jérusalem et l’Égypte. Pourquoi ce désir brutal de domination ? Qu’ils lèvent le siège devant Damiette et nous croirons à leur volonté de paix. Le sultan s’était animé en parlant. Mais déjà il regrettait la vivacité de son langage. François avait baissé les yeux, le visage assombri, triste. Il sentait peser sur lui en cet instant comme un poids énorme. Là-bas, devant Damiette, il y avait toute cette machine de guerre des chrétiens, ce cercle de fer dans lequel ils s’efforçaient jour après jour d’étrangler la ville La guerre a beau être juste et sainte, elle réveille dans le coeur de l’homme tous ses démons. François se borna à répondre humblement, gravement : Sire, l’Amour n’est pas aimé. L’Amour en ce monde est toujours crucifié. »
            François et le sultan al Kamil http://orient.chretien.free.fr/francois_01.htm


          • franc 2 décembre 2016 12:23

            @njama

            -

            Parce que il ne faut pas confondre musulman et islam .

            Il existe des musulmans modérés mais il n’existe pas d’islam modéré.

            Un musulman modéré est un musulman qui n’applique pas les préceptes de l’islam déterminés comme décrets divins par le coran contenant des appels au meurtre contre les non -musulmans et tous les mécréants .En fait un bon musulman modéré est un musulman mécréant qui rejette tous les écrits du coran contenant les appels à la haine ,à la violence à la discrimination ,à la guerre et au génocide contre les non-musulmans ,bref il rejette le coran comme livre prétendu divin contenant les paroles et les ordres d’Allah ,et donc il rejette l’islam coraniste omarien d’essence hanbalite .
            _

             De même il ne faut pas confondre chrétien et christianisme. Mais là c’est l’inverse du cas de l’islam ,un bon chrétien est un chrétien qui pratique les préceptes déterminés par l’Evangile et ceux qui ne les pratiquent pas sont des mauvais chrétiens

            -

            En résumé un bon musulman est un musulman qui n’ applique pas les préceptes du coran qui est mauvais déterminant un islam intrinsèquement mauvais et un bon chrétien est un chrétien qui applique les préceptes de l’Evangile qui est bon déterminant un christianisme bon même si celui-ci n’est pas parfait.

            -

            mas alors un bon musulman est il encore de la religion qu’on appelle islam en tant que religion qui commande d’obéir au coran comme paroles d’Allah ,il faut bien répondre par la négative .

             
            Qu’est ce que l’islam sans le coran ,ce ne peut- être qu’un déisme monothéiste ;

            Et donc un bon musulman ne peut être qu’un déiste et uniquement déiste rejetant toute idolâtrie d’un livre quelconque et en particulier rejetant le coran édifié et institué historiquement par les califes criminels Omar et Othman, ce qui d’ailleurs ,il faut le noter, a été le cas pour les Pères fondateurs du Chiisme originel ,
            Ali et Hussein, qui ont fait la guerre aux sunnites partisans d’Omar et Othman en rejetant le coran d’Omar comme un faux coran ,élaborant une théologie du Vrai Coran qui a été emporté par l’Imam Caché (Mahdi) qui comme un messie reviendra à la fin des temps rétablir le Vrai Coran.

            -

            PS  : il faut considérer les croisades comme une guerre de décolonisation où les chrétiens font la guerre aux colons musulmans qui ont envahi et occupé la terre des chrétiens où le prophète Jésus est né et prêché ,chrétiens qui sont discriminés et persécutés par les colons musulmans. 


          • Pomme de Reinette 2 décembre 2016 16:09

            @njama

            Encore de la propagande islamiste : il n’y a qu’eux pour prendre les textes au pied de la lettre et croire que les autres font de même !


          • Pomme de Reinette 2 décembre 2016 16:18

            @njama

            Comme l’écrit manu ci-dessus (1er décembre 23:25), « L’Islam existe depuis 14 siècles mais je vais pas refaire le passé »

            Et bien justement, pas de quoi se vanter : entre les conversions forcées, l’esclavagisme, les massacres et génocides de masse (Hindi kouch, génocide des arméniens, des grecs pontiques et des assyriens - entre autres), les guerres séculaires entre ethnies ou tenants de différents dogmes minoritaires, le statut de dhimmi et les massacres des non croyants ; le nombre de victimes de l’islam se compte par millions.


          • manu manu 2 décembre 2016 18:14

            Je pense que le problème des musulmans c’est qu’ils se sont arrêtaient à Poitiers. Bon ils seraient monté jusqu’à Paris j’existerai peut être pas mais sa aurait valu le coup je crois, tous ces français qui se crois meilleur que les autres... le monde aurait surement été plus appréciable, non ?

            Sinon juste comme ça, le christianisme à enfanté un esprit vraiment tordu, répugnant, etc... nommé Hitler, mais sa pas beaucoup de gens en parle c’est bizarre.


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 2 décembre 2016 19:06

            @manu

            Vos adjectifs pour qualifier Hitler sont faibles, mais votre attribution de son enfantement au christianisme est très exagérée (même si, contrairement à ce que veulent faire croire des lecteurs inattentifs de Mein Kampf, son « christianisme » y transparait parfois).

             

            Votre regret - semblable à celui que j’ai déjà vu exprimé sous la plume de notre « grand penseur » Jean-Luc Mélenchon - de l’arrêt, à Poitiers, des islamistes lancés à la conquête de l’Europe au 8e siècle mérite d’être mis en lumière. Tous ceux qui, comme vous, « n’existeraient peut-être pas » s’ils étaient montés jusqu’à Paris apprécieront. Je crois bien que je commence enfin à vous comprendre.

             

            Allez, ne désespérez pas, les islamistes ont relancé sous nos yeux leur conquête de la France et de l’Europe avec l’intention de faire un monde meilleur, plus appréciable, et bien des militants de la fausse Gauche aux pouvoirs (politique et médiatique) leur donnent un sérieux coup de main. Ils vont peut-être ensemble, pour votre bonheur et celui des descendants de tous ceux qu’ils ont laissé vivre en 732, atteindre leur objectif !


          • Pomme de Reinette 2 décembre 2016 19:20

            @manu

            mais sa pas beaucoup de gens en parle c’est bizarre.

            Votre méconnaissance est sidérante, Hitler a également persécuté les chrétiens en Allemagne.
            Vous n’avez jamais entendu parler de « La rose blanche » ?
            Pour votre instruction, à défaut de votre éducation :

            https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Rose_blanche


          • manu manu 2 décembre 2016 20:17

            @Pomme de Reinette

            Et alors un chrétien à persécuté des chrétiens il en est pas moins chrétien.

            @Pierre Regnier

            "mais votre attribution de son enfantement au christianisme est très exagérée" Encore une fois vous étalez votre croyance sans le moindre argument, vous vivez dans votre monde et il est très loin de la réalité, bonne chance quand même.

            Sinon pour le reste je rigolait vieux sérieux, ne crois pas me comprendre STP.


          • manu manu 2 décembre 2016 21:38

            @manu

            J’ai lu votre 3eme paragraphe... franchement je vous plains


          • Pomme de Reinette 3 décembre 2016 13:05

            @manu

            Je vous ai dit que non. C’est étrange de devoir répéter ainsi des évidences à des benêts de 3 ans d’âge mental.
            Vos parents ne devraient pas vous laisser vous servir d’un ordinateur.


          • manu manu 3 décembre 2016 18:37

            @Pomme de Reinette

            Vos arguments sont incontestable, vous avez gagnez...


          • Pomme de Reinette 3 décembre 2016 18:44

            @manu

            C’est : « vous avez gagné » - avec un « é » et non un « z », en bon français.
            Apprenez déjà à lire et à écrire correctement, vos posts sont truffés de fautes grossières.


          • Christian Labrune Christian Labrune 4 décembre 2016 00:49

            On ne connait pas les véritables raisons de ces massacres.

            @manu

            On les connaît parfaitement, ces « raisons ». Toutes ces exactions ont été revendiquées par l’Etat coranique, et à chaque fois le texte émanant du Califat aura pris soin de justifier point par point ces massacres par des versets appropriés et fort bien choisis du Coran, ou par des hadiths.
            C’est donc Allah qui l’aura voulu, et ses petits soldats n’auront fait qu’obéir, scrupuleusement.
            Certains parlent d’Etat « islamique », voulant probablement sous-entendre que l’islamisme serait une dérive et une perversion de la religion musulmane. C’est idiot. Si je n’ai jamais parlé que de l’Etat CORANIQUE, c’est parce que le véritable islam, celui qui prend au sérieux le Coran, c’est du côté de Mossoul ou de Raqqa qu’on le trouvera, et nulle part ailleurs si ce n’est dans certains Emirats. Les véritables musulmans fidèles aux injonctions du Coran sont là.
            L’islam n’est pas une religion qu’on puisse accommoder à sa sauce préférée. Il est à prendre ou à laisser. Il n’y a pas de demi-mesure qui soit possible.
            Il convient donc, radicalement, de laisser tomber ce totalitarisme abject dans les poubelles de l’histoire. Les musulmans seront bien forcés d’en arriver là. Ce ne sont pas des obscurantistes obsédés par le haut moyen-âge qui risquent un jour d’imposer leur loi à un monde qui a sur eux des siècles d’avance. Plus vite ils comprendront ça, mieux cela vaudra pour tout le monde.


          • Christian Labrune Christian Labrune 4 décembre 2016 01:24

            Je sais pas si vous êtes au courant mais il y a qu’un tout petit pourcentage de musulmans non pacifique et que dans beaucoup d’endroits des musulmans vivent en paix avec des non musulmans.

            @manu

            C’est sans doute ce qui explique qu’entre 1948 et nos jours, on évalue à plus de huit cent mille le nombre des Juifs habitant des pays musulmans, et souvent bien avant les conquêtes arables qui ont précédé l’an mille, qui on dû s’exiler parce que leur vie était menacée s’ils restaient sur place. En Egypte, des milliers se sont retrouvés en prison du jour au lendemain, en particulier après la guerre des six jours, suspectés d’être « sionistes », et soumis aux pires traitements. On ne leur aura permis de sortir de prison qu pour faire leurs valises et quitter le pays en renonçant à tout ce qu’ils possédaient. Même au Maroc où le roi avait refusé de céder aux injonctions des nazis et de livrer les Juifs, les pogroms auront été nombreux. Il y avait à Baghdad une très importante et très ancienne présence juive. Combien sont-ils aujourd’hui ?
            Et le sort des chrétiens d’Orient aujourd’hui dans l’immonde Califat, sommés comme les Yézidis de choisir entre la conversion et la dhimmitude voir le massacre ?
             Combien reste-t-il aujourd’hui de chrétiens à Gaza ? Combien étaient-ils avant 2007 ? Dans l’article « Gaza » de Wikipedia, vous trouverez les statistiques. Elles sont édifiantes.
            Les seuls endroits où une cohabitation paraît encore possible, c’est dans certaines villes d’Israël comme Haïfa ou Jaffa, mais parce qu’elles sont administrées par un gouvernement démocratique
            respectant les minorités, même lorsqu’elle se montrent violentes. Allez à Nazareth, qui est dans les territoires dépendant de l’Autorité palestinienne, et vous verrez que les chrétiens y sont de moins en moins nombreux. Leur nombre diminue sans cesse. Pourquoi ?.
            Bref, vous ignorez tout de l’histoire, et vous racontez n’importe quoi.


          • Christian Labrune Christian Labrune 4 décembre 2016 11:48

            PS : il faut considérer les croisades comme une guerre de décolonisation où les chrétiens font la guerre aux colons musulmans qui ont envahi et occupé la terre des chrétiens où le prophète Jésus est né et prêché ,chrétiens qui sont discriminés et persécutés par les colons musulmans.

            @franc
            Je conseille aux plus incultes qui s’étonneraient de votre post-scriptum, de jeter un coup d’oeil sur le Grand Atlas Universalis de l’histoire mondiale. S’ils n’en disposent pas, il trouveront ça dans n’importe quelle bibliothèque publique. A la page 104, ils pourront voir une carte de l’extension des conquêtes de l’islam. Au temps des premiers Abbassides, au IXe siècle, elles s’étendent de la Narbonnaise, en passant par l’Espagne, le nord de l’Afrique et la péninsule Arabique, jusqu’au Pendjab, limitées par le cours de l’Indus. La limite au nord étant à peu près le Caucase.
            Après cela, on viendra nous faire pleurer sur le malheur des musulmans colonisés au XIXe siècle dans un Empire Ottoman en pleine décrépitude, fossilisé par un islam qui commence tout juste à admettre l’usage de l’imprimerie, avec plus de quatre siècles d’un retard jamais rattrapé depuis sur une Europe rationaliste à la pointe du savoir scientifique et technique.


          • manu manu 4 décembre 2016 19:46

            @Christian Labrune

            "On les connaît parfaitement, ces « raisons ». Toutes ces exactions ont été revendiquées par l’Etat coranique, et à chaque fois le texte émanant du Califat aura pris soin de justifier point par point ces massacres par des versets appropriés et fort bien choisis du Coran, ou par des hadiths.
            C’est donc Allah qui l’aura voulu, et ses petits soldats n’auront fait qu’obéir, scrupuleusement.« 

            Ça c’est un argument en béton armée, heureusement que les juges utilisent d’autres méthodes.

            -

            Et pour votre second post, je parlais au présent.

             »C’est sans doute ce qui explique qu’entre 1948 et nos jours, on évalue à plus de huit cent mille le nombre des Juifs habitant des pays musulmans, et souvent bien avant les conquêtes arables qui ont précédé l’an mille, qui on dû s’exiler parce que leur vie était menacée s’ils restaient sur place.« 

            Donc d’un côté 800 000 juifs on dû s’exiler depuis 68 ans, et de l’autre 4 000 000 de musulmans tués dans les guerre occidentales depuis 26 ans (c’est peut être un peu lié à ça que chrétiens et juifs ne se sentent pas en sécurité dans les pays musulmans).

             »Bref, vous ignorez tout de l’histoire, et vous racontez n’importe quoi."

            Et les arguments ? J’ai pas beaucoup parlé d’histoire ; et quand est ce que j’ai raconté n’importe quoi ?


          • Panoramix Panoramix 22 novembre 2017 23:28

            @manu
            « 4 000 000 de musulmans tués dans les guerre occidentales depuis 26 ans » quand des Talibans se font sauter sur la place du marché de Kaboul, c’est la faute de l’occident


          • popov 1er décembre 2016 16:03

            Pierre Régnier


            Les textes dits sacrés ne sont en fait rien de plus que de sacrés textes. 

            Loin d’être les paroles d’un dieu qui daigne se révéler, ils nous révèlent par quels mécanismes les hommes se fabriquent un dieu et comment ils le font évoluer.

            • popov 1er décembre 2016 16:27

              Si dieu lisait la bible, le talmud et le coran, il deviendrait athée.


              • Christian Labrune Christian Labrune 1er décembre 2016 17:34

                Si dieu lisait la bible, le talmud et le coran, il deviendrait athée.

                @popov
                C’est marrant, ce que vous écrivez-là : la dernière fois que j’ai vu l’Immaculée Conception dans la grotte des Buttes Chaumont, il y a une quinzaine de jours, elle m’a dit à peu près la même chose. C’est de cette manière-là qu’elle explique en tout cas la déchéance de Dieu. Il est persuadé, surtout quand il aperçoit de nouvelles preuves de la connerie humaine, qu’il a complètement raté son coup et ça le déprime. Pour y penser le moins possible, il s’est réfugié dans l’ivrognerie.

                Dans « En attendant Godot », il y en a un qui s’exclame, pour résumer la situation : « Tout ça n’est pas bien folichon ! ». Qui oserait prétendre le contraire ?


              • OMAR 1er décembre 2016 18:28

                Omar9

                @popov

                Quand, le Talmud, la Bible et le Coran sont frelatés par cette peste brune, c’est certain que Dieu ne s’y reconnaitrait plus..

                Décontextualisations, approximations, et interprétations fallacieuses, suivies bien entendu d’insultes, mépris, haine et appels à la violence,. tels sont les outils de ces diaboliques nouveaux nazillons....


              • popov 2 décembre 2016 10:00

                @OMAR


                Bonjour

                insultes, mépris, haine et appels à la violence,. tels sont les outils de ces diaboliques nouveaux nazillons

                Vous parlez des salafistes d’aujourd’hui ou des salafistes du temps de Mahomet ?


              • popov 3 décembre 2016 17:13

                @Christian Labrune


                ...la dernière fois que j’ai vu l’Immaculée Conception dans la grotte des Buttes Chaumont,...

                On saura tout ! 
                 
                Vous fréquentez donc une vierge dans des grottes obscures. Vous me décevez profondément Monsieur Labrune, moi qui vous aurait donné le bon dieu sans confession. Je vais de ce pas informer le curé de votre paroisse au sujet vos agissement. Je crains cependant qu’il ne soit trop tard pour le salut de votre âme.

              • Christian Labrune Christian Labrune 4 décembre 2016 01:00

                @popov

                Vous vous méprenez, avec vos sous-entendus graveleux concernant l’obscurité des grottes et mes « agissements ». Ma relation avec la Très-Sainte-Vierge est très ancienne. La première fois que je l’ai vue, je n’ai pas manqué de lui représenter que j’étais athée. Mais, m’a-t-elle répondu, je le sais très bien, et c’est pour cette raison même que je vous apparais, parce que je sais qu’on peut avoir l’un avec l’autre une conversation tout à fait désintéressée. Les vrais catholiques, avait-elle ajouté, finissent toujours par me « cirer les pompes » (sic.) en espérant quelque chose en échange.

                Un de ces jours, je rendrai compte ici-même, peut-être, de ces entretiens avec l’Immacutée Conception. Si toutefois cela passe la barrière de la modération...


              • Enabomber Enabomber 4 décembre 2016 01:25

                @Christian Labrune
                Prudence quand même. Un « Ciel, mon divin mari » pourrait en être la conclusion fâcheuse.


              • Christian Labrune Christian Labrune 4 décembre 2016 11:25

                Prudence quand même. Un « Ciel, mon divin mari » pourrait en être la conclusion fâcheuse.

                @Enabomber

                Ce message dont les sous-entendus sont carrément blasphématoires n’a pas sa place sur un site comme AgoraVox, respectueux de toutes les croyances, même les plus incongrues. Vous rejoignez ainsi la meute des fascistes qui se seront employés ici, ces derniers temps, à salir la mémoire de Saint-Fidel mort à Cuba en odeur de sainteté.
                Fort heureusement, j’entendais ce matin une déclaration de Ségolène Royal qui rétablissait la vérité historique : les Cubains sont heureux et il n’y a jamais eu de prisonniers politiques à Cuba. Mais était-il même besoin de le dire ? Qui aurait pu en douter ?
                Fidel aura débarrassé, disait-elle, le pays d’une mafia abominable à l’époque de Batista. Là encore, elle a raison. Pour nous c’est un exemple à suivre. Au reste, les jours de la mafia rose qui a ses bureaux rue de Solférino paraissent désormais être comptés.

                Je consens à absoudre votre blasphème, si du moins votre repentir est véritable. Auquel cas, je vous donnerai même ma bénédiction si vous en formulez la demande - sur papier libre, en trois exemplaires (c’est pour la Trinité).


              • Christian Labrune Christian Labrune 4 décembre 2016 12:25

                Je profite de l’occasion pour signaler que je suis tout à fait disposé à proposer mes bons offices à tous ceux qui auraient une question à poser à l’Immaculée Conception touchant à des questions purement théologiques. Pour les prières bassement intéressées (gagner à la loterie, guérison des cors aux pieds, etc.) passer par l’Eglise.
                Je dois toutefois préciser qu’en cette matière, j’obéis à un code d’éthique des plus rigoureux, le même que celui de Jean-Marie Le Guen, très bien épluché par les auteurs d’un récent bouquin intitulé « nos très chers émirs », à la page 12.
                Des diplomates du Qatar rapportent sa philosophie : « En tant que ministre en charge des Relations avec le Parlement, je tiens tous les députés et sénateurs de mon camp via les questions au gouvernement. Je peux bloquer des questions hostiles au Qatar, ou au contraire les alimenter. Mais je n’ai pas à le faire gratuitement ».
                Il a bien raison. Cela me coûte également de devoir embêter la Très-Sainte-Vierge par des questions qui ne me viendraient pas spontanément. Aussi demandé-je une modeste compensations de 427 euros et douze centimes, plus 5 malabars et 3 carambars pour chaque question à laquelle je serai en mesure de fournir une réponse dans un délai raisonnable (trois semaines, pas plus). Les questions doivent être formulées sur papier timbré, en deux exemplaires.


              • Emile Mourey Emile Mourey 1er décembre 2016 17:42

                @ l’auteur


                Bon article, j’approuve

                E. Mourey

                • Raoul-Henri Raoul-Henri 1er décembre 2016 18:50

                  @auteur
                  Lorsque vous écrivez « monothéisme » au pluriel : alors il s’agit de paganisme.
                  Idem pour le mot ’religion".
                  En matière d’exégèse très récente vous pourriez lire cette suite.


                  • Eric F Eric F 1er décembre 2016 19:12

                    Vous ne semblez avoir aucune connaissance de l’évolution de l’église, pour mettre ainsi à l’index le catholicisme. Le littéralisme et le créationnisme existent plutôt dans certaines branches du protestantisme notamment étasunien. Il y a cinquante ans, on n’enseignait déjà plus ce que vous indiquez.


                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 2 décembre 2016 14:59

                      @Eric F

                      En religion, tout particulièrement dans l’église catholique, « mettre à l’index » signifie "mettre dans la liste des textes qu’il ne faut pas lire". Je fais très exactement le contraire, je demande aux catholiques de lire les livres dans lesquels est exposée la plus récente "bonne interprétation de la lecture chrétienne" issue des plus récents travaux des exégètes, dont le cardinal Ratzinger (futur pape Benoît XVI) auquel Jean-Paul 2 avait donné la direction de la rédaction du Nouveau Catéchisme.

                       

                      La partie sérieuse de votre commentaire concerne les protestants des États Unis. Parmi eux les évangéliques sont les plus actifs et, il est vrai que certains sont même plus que "littéralistes et créationnistes", allant jusqu’à demander qu’on relance la bataille d’Armageddon (Megiddo) de laquelle viendraient les malheurs du judéo-christianisme dans les 2600 ans qui suivirent. .../...


                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 2 décembre 2016 15:03

                      Pierre Régnier
                      à Eric F (suite)

                      .../... Je ne suis évidemment ni littéraliste ni créationniste et, justement, je reproche son « littéralisme » à l’église catholique. Dans mon petit livre de 2016 publié aux éditions du Panthéon je le fais ainsi :

                       

                      « Le fanatique qui passe à l’acte criminel a bon dos. On souligne qu’il n’a rien compris, ne veut pas comprendre même lorsque, précisément, il a trop bien compris en prenant à la lettre ce qu’on lui a demandé de prendre à la lettre. Qui peut soutenir qu’il est seul responsable et qu’on ne triche pas quand on met un fossé entre ses actes, horribles, et ceux que les religions - traditionnelles, officiellement reconnues - lui ont enseignés comme parfaitement justifiés en d’autres temps ?"


                    • Eric F Eric F 2 décembre 2016 21:41

                      @Pierre Régnier
                      Vous vous auto-référencez, mais il n’en reste pas moins que vous ne prenez pas en compte la réalité contemporaine, mais plutôt une situation antérieure aux évolutions depuis l’aggiornamento d’il y a plus d’un demi siècle. Les « repentances » de JP II par exemple ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Repentance_de_l’%C3%89glise_catholique ), la reconnaissance de l’« évolution » ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Position_de_l’%C3%89glise_catholique_sur_la_th%C3%A9orie_de_l’%C3%A9volution#Fran.C3.A7ois ) , etc


                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 2 décembre 2016 22:42

                      @Eric F

                      Le rejet de la judéophobie par l’église catholique lors du Concile Vatican 2 est explicite dans le présent article, même si je précise que cette judéophobie a précédemment duré 18 siècles. Mais, justement, ce que je trouve grave dans l’actuelle situation du catholicisme c’est qu’il ne cherche toujours pas à comprendre le mécanisme de la croyance - on peut l’appeler autrement, par exemple « spiritualité mal motivée » - qui a conduit à cette durable perversion.

                      Pour le reste vous ne trouverez jamais dans un de mes textes la négation des progrès réels comme la repentance... Même si, là encore, elle aurait pu être plus justement exprimée. « Des chrétiens » apparaissaient comme les principaux fautifs dans les repentances de Jean-Paul 2, pas le Vatican, ni la hiérarchie ecclésiale.

                      L’église catholique n’est pas pour moi un ennemi à abattre. Seul son entêtement dans la folle théologie indirectement criminogène est à détruire en elle. Il y a urgence parce que la théologie directement criminogène de l’islam, qui conduit toujours des musulmans fanatisés à massacrer, comme ce fut le cas durant les 14 derniers siècles, y trouve un appui non négligeable.


                    • Christian Labrune Christian Labrune 1er décembre 2016 21:29

                      Refuser fermement toute idée de ce qu’on nommera plus tard la laïcité fait partie des fondements originels les plus importants de la religion coranique. Mais l’enseignement de la « bonne criminalité seulement dépassée » du judéo-christianisme est tout aussi insensé et dangereux.

                      ------------------------------------------------------------

                      Pierre Régnier

                      On peut certes trouver quelques horreurs dans la Bible, mais je ne vois pas qu’il soit bien nécessaire d’insister là-dessus aujourd’hui parce qu’il n’y a plus personne pour s’en soucier ni pour prendre au sérieux des textes dont l’archaïsme saute aux yeux immédiatement. Les dernières violences religieuses en France datent de la fin du règne de Louis XIV, après la révocation de l’Edit de Nantes, et se sont exercées contre la Religion Prétendue Réformée, comme on disait alors. S’il y a ensuite des violences qui s’exercent à cause de la religion, c’est plutôt le catholicisme qui les subit à l’époque révolutionnaire, et ce que les congrégations auront eu à vivre plus tard à l’époque du petit Père Combes n’était pas particulièrement drôle non plus pour les religieux, même si on n’a massacré personne.

                      Aujourd’hui, les chrétiens en France constituent certes un groupe de pression qui peut réagir en certaines circonstance, par exemple au moment des fantaisies socialistes concernant le « mariage pour tous », mais cela reste tout à fait admissible dans le cadre des institutions républicaines. Si le christianisme était encore violent, les assassinats islamistes auraient dû engendrer une autreviolence en miroir, mais on n’a rien vu de tel. On aura plutôt observé, bien au-delà du petit monde des gens qui vont encore à la messe le dimanche, et dans une société devenue indifférente aux dogmes et à leur subtilité, une très surprenante résurgence de ce qu’il y a de plus fade dans la morale des Evangiles subie durant des siècles : tu viens de me donner une baffe, mais je ne te détesterai pas pour autant (bouquin d’un survivant du Bataclan dont j’ai oublié le titre). Ce qui revient à dire : tu peux maintenant me frapper sur l’autre joue. Masochisme obscène.

                      On ne peut donc pas mettre toutes les religions dans le même sac. Les papes, à l’époque classique, prétendaient bien encore dicter quelquefois aux princes leur politique, mais depuis la « pragmatique sanction » de Bourges à la fin du XVe siècle, le gallicanisme a toujours prévalu sur la tendance ultramontaine : pouvoir politique et pouvoir religieux auront toujours été relativement séparés, et chaque conflit avec la papauté n’aura fait qu’augmenter la distance.

                      Rien à voir avec un islam qui prétend s’imposer partout, qui s’étend déjà dès les Abbassides, au XIe siècle, de l’Espagne jusqu’aux rives de l’Indus, et regarde toute terre non-musulmane comme un espace à conquérir et à convertir. Aucune espèce de séparation entre le religieux et le politique. On est là depuis le début dans un système qui illustre à la perfection la définition qu’on donne des systèmes totalitaires. Le musulman français d’il y a trente ans ne se souciait pas de ces sortes d’ambitions islamistes et les ignorait probablement, mais la prédication salafiste d’Al Jazeera déversée par les paraboles et le noyautage des associations par les Frères musulmans héritiers des conceptions d’un Hassan al-Banna très inspirés par le nazisme auront fini par créer au milieu de la société française des ïlots d’archaïsme médiéval qui n’ont cependant aucune chance de pouvoir y perdurer. Tout cela disparaîtra avec les dernières convulsions d’un islam déjà au terme d’une régression qui est l’exact équivalent d’une agonie. Cela dit, on n’est pas encore tout à fait sorti de l’auberge : il y a des agonies qui peuvent se prolonger et font rêver du bonheur de la mort subite. Toutes, cependant, se terminent toujours de la même façon.

                      On est encore dans le religieux ; j’en profite donc pour prophétiser : dans vingt ans, partout, nous en serons tous sortis, comme on sort d’un long cauchemar.


                      • Pierre Régnier Pierre Régnier 1er décembre 2016 22:05

                        @Christian Labrune


                        Vous ne vous attendez pas, Christian, à ce que j’exprime ici mon accord. Je suis convaincu, au contraire, que la violence islamique directement issue de la théologie de l’islam ne peut être vaincue si les autres religions ne détruisent pas leur propre théologie criminogène, même si elle n’est plus qu’indirecte aujourd’hui.

                         

                        La preuve en est, selon moi, que le Vatican se fait plutôt complice de ceux qui travaillent à l’islamisation de la France et de l’Europe.

                         

                        Le petit livre d’après le Bataclan que vous évoquez c’est peut-être le livre d’Antoine Leiris, Vous n’aurez pas ma haine. C’est un très beau livre, dont je conseille vivement la lecture. Son seul défaut, justement, c’est que l’auteur, jeune, est noyé dans la pensée « néo-négationniste » dominante, qui met la théologie criminogène hors de cause dans les massacres commis par des croyants fanatisés.


                      • franc 2 décembre 2016 04:06
                        @Pierre Régnier
                         -
                        Bien d’accord avec vous Pierre.

                      • Christian Labrune Christian Labrune 3 décembre 2016 14:02

                        la violence islamique directement issue de la théologie de l’islam ne peut être vaincue si les autres religions ne détruisent pas leur propre théologie criminogène, même si elle n’est plus qu’indirecte aujourd’hui.

                        @Pierre Régnier
                        Le bouquin dont j’avais oublié le titre est bien celui que vous évoquez. Ce titre seul me fait horreur. Non pas que la haine puisse jamais me paraître une passion positive, mais parce qu’un minimum de dignité impose de ne jamais pactiser avec ceux qui ont résolu de nous détruire. A ce compte-là, les collabos de la dernière guerre seraient eux aussi justifiés. On est dans la déraison la plus atroce.

                        Vous dites « si les autres religions ». Ce qui impliquerait que les trois religions, qui seraient dans une espèce de rivalité spirituelle, puissent être mises sur le même plan. Ce n’est évidemment pas le cas.
                        En France, il y a beaucoup plus que cinquante pour cent des citoyens qui se déclarent désormais « sans religion », même s’ils font baptiser leurs lardons pour faire plaisir aux grand-parents : ça ne mange pas de pain. En Israël, où le judaïsme a toujours constitué une sorte de ciment historique, c’est la même chose. Cela ne signifie évidemment pas que ces « sans religion » soient hostiles à leurs traditions héritées de très anciennes croyances et qui ont contribué à constituer une exigence morale, laquelle perdure et se trouve même justifiée, souvent, par la raison philosophique.
                         Je suis un baptisé devenu athée, mais tant que les intégristes de Saint-Nicolas du Chardonnet ne se font pas sauter à la dynamite dans le métro ou ne sortent pas la kalachnikov, je ne vois pas pourquoi je leur ferais la guerre. De toute façon, il n’y a pas d’apparence qu’ils recourent jamais à ces formes d’expression très particulières qui sont le propre du fanatisme islamique.
                        Ou bien le christianisme et le judaïsme ne sont plus des religions au sens où l’on entendait ce mot à une époque où l’on croyait dur comme fer en un dieu rémunérateur et vengeur, ou bien elles sont quand même des religions, et c’est l’islam, ipso facto, qui n’en a jamais été une, et qui aura toujours été avant tout, bien avant le communisme et le nazisme, un système surtout politique et totalitaire particulièrement dangereux.
                        Après avoir débité quelques âneries sur un certain radicalisme chrétien ou sur je ne sais quel communautarisme juif en France, Fillon aura très bien su corriger le tir en posant qu’il n’y avait aucune raison d’emmerder, au nom d’une laïcité qui serait à redéfinir, des religions qui n’ont jamais en rien depuis des lustres, menacé l’équilibre démocratique et les valeurs fondatrices de la République. Exiger de gens qui sont doux comme des moutons et ne demandent rien d’autre que la paix sociale et la tolérance, dont le principal défaut serait plutôt la complaisance à l’égard des bourreaux, de s’engager à renoncer à une violence que, de toute évidence, ils exècrent, ce serait carrément les insulter.
                        La Bible est ce qu’elle est, on ne va pas la récrire. Elle prend la poussière, et personne ne s’en soucie plus. Il n’y a plus que les musulmans pour prendre au sérieux des archaïsmes du haut moyen-âge. Le Coran ne peut pas être expurgé : on publierait immédiatement des recueils de tout ce qui a été supprimé, qui seraient des concentrés d’ultra-violence. Le destin du Coran est donc de tomber au plus vite dans le tiroir le plus sombre ou de passer au deuxième rang du plus haut rayonnage des bibliothèques, là où sont rangés les bouquins dépourvus d’intérêt qu’on ne relira jamais et dont on se débarrassera au prochain déménagement.


                      • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 décembre 2016 21:40

                        @Christian Labrune

                        Je ne vais pas, Christian, me répéter sur tout. Je suis satisfait de constater que dans ces commentaires il y en a de très enrichissants, dont les vôtres (comme partout où vous intervenez), ceux de franc, de genrehumain... et je prends, je m’enrichis, en espérant que d’autres lecteurs en tireront le même profit que moi.

                         

                        Mais il y a un point sur lequel je dois me répéter : il ne faut à aucun prix, selon moi, retirer ou modifier un seul mot des textes sacralisés par les religions (ou ce qui passe pour tel). Ce serait falsifier l’histoire, ce serait malhonnête, comme l’étaient les staliniens qui, sur une photo de groupe des principaux auteurs de la révolution, faisaient disparaître la présence de Trotsky devenu, entre temps, un adversaire à abattre (un exemple entre mille).

                         

                        Mon combat ne porte que sur l’interprétation, c’est-à-dire que, sur ce point, je fais exactement ce que font les exégètes que je qualifie de théologiens fous mais dans le sens contraire. Ils s’entêtent, avec toute la hiérarchie de leur religion, à attribuer à Dieu les textes sacralisés appelant à massacrer, alors que je persiste à dire que c’est extrêmement dangereux, que c’est ça avant toute autre chose qui fait de certains croyants en Dieu des fanatiques passant à l’acte criminel.

                         

                        Contrairement à ce que vous croyez, ces textes criminogènes ne « prennent pas la poussière » ou, plus exactement, ils sont constamment dépoussiérés par les dogmatiques d’aujourd’hui qui demandent de prendre à la lettre leur nature, leur statut, d’authentique « Parole de Dieu »... en se lavant les mains quand les fanatiques s’en vont tuer parce qu’ils ont appris de ces tricheurs et lâches que Dieu leur commande de le faire.

                         


                      • Christian Labrune Christian Labrune 4 décembre 2016 00:13

                        @Pierre Régnier
                        Sur un point au moins on est d’accord : la rêverie des partisans d’un « islam des lumières » qui consisterait à tripatouiller le Coran pour en expurger les versets qui sont des appels au meurtre ou leur donner un autre sens est une parfaite absurdité : ces versets ne sont pas des paraboles comme celles des Evangiles (dont le sens est quand même très évident) et qu’on pourrait interpréter à loisir. Les versets 4 à 6 de la neuvième sourate, par exemple, (Le repentir) sont des encouragements au meurtres explicites et dépourvus de toute ambiguïté.
                        Si les théologiens du christianisme s’appliquent à faire ce que vous dénoncez, il est parfaitement clair qu’ils ont tort, mais ce qu’il y a de très heureux, c’est que les chrétiens ont quand même un peu mûri depuis la philosophie des Lumières et ne les suivront donc jamais. Je vois mal les catholiques les plus intégristes, le Président de la République fût-il un des leurs, relancer contre les protestants les persécutions de la Saint-Barthélémy de 1572, et cela m’étonnerait que Fillon président s’acoquinât jamais avec l’évêque de Rome pour rétablir l’Inquisition et faire élever de temps à autre un bûcher pour les hérétiques près de l’ancienne place de Grève, c’est-à-dire devant l’hôtel de ville de Paris. Plus de quatre siècles nous séparent de pareilles horreurs !
                        On est donc à peu près du même avis sur ces questions. Si désaccord il y a, il est des plus minces.


                      • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 décembre 2016 21:12

                        @Christian Labrune

                        Oui, nous sommes bien d’accord sur l’essentiel, même si je dois reconnaître que vous argumentez souvent mieux que moi. Mais j’ai appris dans ces commentaires que vous recevez votre savoir de l’Immaculée Conception, qui vous donne rendez-vous dans les grottes sombres des Buttes Chaumont (à l’occasion de rencontres homosexuelles, qui plus est, Labrune rejoignant la sainte Blonde en ces cachettes).

                        Je trouve ça très injuste, parce qu’elle refuse depuis longtemps de me rencontrer, moi qui suis resté pas mal catho, alors que vous êtes un impie certifié conforme. Quand j’étais petit, elle ne me rendait visite qu’après s’être assurée auprès de mes parents et du curé du village que je vivais en bon chrétien.

                        Tout ça me confirme que nous vivons une époque dans laquelle on n’arrête pas le régrès.


                      • genrehumain 2 décembre 2016 15:04



                        Chaque religion a contribué à la théorie et la pratique de la non-violence1 ; aucune religion n’enseigne l’immoralité, disait Gandhi.

                        Voltaire « Il faut prendre un parti » (1772),

                        "Sa religion ( à Muhammad ) est sage, sévère, chaste, et humaine : sage, puisqu’elle ne tombe pas dans la démence de donner à Dieu des associés, et qu’elle n’a point de mystères ; sévère, puisqu’elle défend les jeux de hasard, le vin et les liqueurs fortes, et qu’elle ordonne la prière cinq fois par jour ; chaste, puisqu’elle réduit à quatre femmes ce nombre prodigieux d’épouses qui partageaient le lit de tous les princes de l’Orient ; humaine, puisqu’elle nous ordonne l’aumône bien plus rigoureusement que le voyage de la Mecque. Ajoutez à tous ces caractères de vérité la tolérance".

                        • « Il faut prendre un parti » (1772), dans Oeuvres complètes de Voltaire, Voltaire, éd. Moland, 1875, t. 28, chap. 23-Discours d’un Turc, p. 547

                        Jack Goody[ L’Islam en Europe,2004

                        "L’assimilation systématique de l’Europe au christianisme et à la modernité a fait oublier - ou même réfuter - tout ce que l’Islam a pu apporter à la civilisation européenne [...]. Toutes ces religions [monothéistes] peuvent objectivement se prévaloir d’une présence légitime et, en ce sens, aucune ne saurait être considérée comme un « Autre » ; toutes font partie intégrante de l’Europe, de notre patrimoine [...]. C’est à partir de leur foyer proche-oriental que les trois grands monothéismes que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam se sont propagés vers l’ouest, en suivant les deux rives de la Méditerranée. En ce sens l’islam n’est pas plus exogène à l’Europe que le judaïsme et le christianisme : il y est implanté depuis longtemps et y a exercé une influence non seulement politique mais aussi culturelle. C’est d’ailleurs en partie pour se défendre de ses composantes juives et musulmanes, que l’Europe s’est définie comme un continent chrétien."

                        • L’Islam en EuropeJack Goody, éd. La Découverte, 2004, p. 16-24

                        Ce n’est pas la religion qui est cause de toute cette violence, c’est son absence.

                        Toute reconnait un Dieu ou Entité unique, toute reconnaisse que nous sommes issus d’une même source et d’une même famille aucune ne promeut cette terre comme notre demeure éternelle,chacune nous appelle à l’amour aux bonnes actions à la compassion à la mésirécorde et à la paix.

                        Revoyez les deux grandes guerres mondiales leurs atrocités et leurs millions de morts les motifs en sont en tout point ce qui est décrit ci-dessous et le reméde aussi :



                        1. "Les préjugés de religion, de race ou de secte détruisent les fondations de l’Humanité.
                        2.  Toutes les causes de division du monde, la haine, la guerre et l’effusion de sang sont dues à l’un de ces préjugés. 
                        3. Le monde entier doit être considéré comme un seul pays, toutes les nations comme une seule nation, tous les hommes comme appartenant à une seule race.
                        4.  Les notions de religion, de race et de nation ne sont que des divisions instituées par l’homme et ne sont nécessaires que dans sa pensée.  
                        5.  ( Causeries d’Abdu’l-Baha a Paris 1911)

                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 2 décembre 2016 18:18

                          @genrehumain

                          Je ne confonds pas les bonnes intentions et les bonnes actions des croyants du monothéisme - que je crois sincères - avec l’entêtement de ses théologiens à attribuer à Dieu les appels à massacrer qui sont explicites dans l’Ancien Testament et dans le Coran.

                           

                          L’entêtement et la mauvaise foi, au double sens du terme, sont manifestes dans le Nouveau Catéchisme et c’est cela que je combats dans cet article. La négation de cette mauvaise foi par les Bahaïs, qui s’y croient obligés pour être reconnus en milieux judéo-chrétiens, et pour que cesse leur persécution en Iran et dans les autres pays islamisés est un très mauvais choix.

                           

                          Il constitue un recul de cette religion par rapport à l’époque où elle faisait espérer qu’allait enfin être installé, dans la démarche religieuse, l’usage de la raison au double sens du terme : l’étude rationnelle et la croyance raisonnable.


                        • franc 3 décembre 2016 11:34

                          @genrehumain

                           Il faut prendre les écrits de Voltaire dans le contexte de l’époque .

                          Voltaire le philosophe des Lumière est celui qui dénonce le plus virulemment le fanatisme et l’intégrisme religieux avec l’expression « Ecrasons l’infâme  »

                           Dans la pièce de théâtre Le Fanatisme ou Mahomet ,Voltaire dénonce le fanatisme et l’intégrisme islamique ,mais le parlement de Paris interdit la représentation de la pièce sentant que l’Eglise catholique est aussi visée

                          A la suite de l’affaire des caricatures de Mahomet , cette pièce de théâtre montée par Hervé Loichemol à Genève soulève la fureur des islamistes et Tarik ramadan est intervenu pour demander l’interdiction d e la pièce

                           On voit donc que Voltaire par cette pièce de Théâtre Le Fanatisme ou Mahomet dénonce bien tous les fanatisme et tous les intégrismes religieux

                           Plus tard Voltaire écrira des choses plus douce pour l’islam dans la tactique de se ménager et aussi de relativiser le pouvoir spirituel de l’Eglise Catholique .En effet Voltaire à l’époque a pour visée d’attaquer son principal ennemi le pouvoir tout puissant de l’Eglise Catholique et les livres sur Mahomet aussi bien Le Fanatisme ..... que plus tard les Essais sur les mœurs.... ont pour objectif d’affaiblir l’Eglise catholique aussi bien dans son pouvoir temporel que spirituel ;En faisant une certaine éloge de certains moeurs d e Mahomet et des arabo-musulmans suivant le principe que l’ennemi de mon ennemi est mon ami provisoire il relativise la doctrine morale et spirituelle de l’Eglise catholique et en la relativisant il fait descendre l’Eglise catholique de son piédestal de pouvoir absolu et sacré .Pas bête le Voltaire.

                           Il faut dire aussi que Voltaire est un grand bourgeois favorable au capitalisme et à l’esclavage et les moeurs arabo-musulmans à ce sujet sur le commerce et l’esclavage lui convenait tout à fait /

                          Donc il faut bien prendre en compte l’esprit de l’époque et le contexte politique quant aux écrits de Voltaire ,mais ce qui est certain et qui reste toujours dans la postérité, universel et intemporel ,c’est la dénonciation et le combat contre le fanatisme et l’intégrisme de quelque religion ou secte que ce soit en l’expression « écrasons l’infâme »

                          -

                          Pour ce qui est des écrits de Jack Goody[ L’Islam en Europe,2004 ,on peut ne pas être d’accord avec lui ,ce n’est pas parole d’Evangile et en fait beaucoup d’intellectuels et historiens ne sont pas d’accord avec lui ,au contraire ,et moi avec en notant que  Charles Martel a arrêté les Arabes à Poitiers et que même après 8 siècle d’occupation et de colonisation les musulmans ont été chassés de l’Espagne par la Reconquista .

                          -

                          Chaque religion a contribué à la théorie et la pratique de la non-violence1 ; aucune religion n’enseigne l’immoralité, disait Gandhi.

                          Certes ,mais comme je vous l’avais dit et je le répète ,l’islam n’est pas une religion mais une secte et Mahomet n’est pas un prophète mais un guerrier capitaliste financier qui a volé ,violé ,tué dans de multiples razzias en gardant toujours la plus grosse part du butin ;

                           c’est pourquoi certains appellent l’islam la secte du BUTIN.


                          -

                          Il faut écraser l’infâme .


                        • Christian Labrune Christian Labrune 3 décembre 2016 14:31

                          les livres sur Mahomet aussi bien Le Fanatisme ..... que plus tard les Essais sur les mœurs.... ont pour objectif d’affaiblir l’Eglise catholique aussi bien dans son pouvoir temporel que spirituel
                          -------------------------------------------------------------------
                          @franc
                          J’apprécie beaucoup votre commentaire. De fait, Il est encore difficile, à l’époque des encyclopédistes, de tirer à boulet rouge sur le christianisme et sa révélation. On préfère donc s’attaquer à l’islam. Ce qu’on dit de l’islam, bien évidemment, vaut tout autant pour n’importe quelle autre religion « révélée », et comme il n’y a pas de musulmans en France, ou si peu, on ne risque évidemment pas d’être taxé d’islamophobie ou d’intolérance comme on le serait aujourd’hui par nos indécrottables crétins utiles à la botte de l’Etat coranique.
                          Ces stratégies de l’ironie, recourant très souvent à la fausse naïveté, sont d’une subtilité délicieuse. J’en veux pour preuve l’article « Christianisme » de l’Encyclopédie, où l’on entreprend un éloge paradoxal de la religion du Prophète, mais qui présuppose évidemment une adhésion aux thèses du « Traité théologico-politique » de Spinoza.
                          C’est très drôle, et on trouvera ça à cette page :

                          http://classes.bnf.fr/dossitsm/achristi.htm


                        • Christian Labrune Christian Labrune 4 décembre 2016 00:18

                          @genrehumain
                          Il vaudrait mieux ne jamais citer le fakir non-violent de l’Inde. Lisez donc ses lettres à Adolphe Hitler, et vous serez vite édifié sur le degré de clairvoyance de ce parfait abruti !


                        • Jean Keim Jean Keim 2 décembre 2016 19:16

                          Quand Jésus parle de Dieu ou du Père, il serait peut être bon de se demander ce qu’il entend par là.

                          Quand Jésus dit à Nicodème qu’il nous faut mourir pour renaître de nouveau, quel est le sens de ces paroles ?
                          Il n’y a pas matière à écrire une méthode initiatique ou un recueil de techniques spirituelles avec le message de Jésus tel qu’il est relaté dans les évangiles, et paradoxalement là se trouve probablement le sens profond de son enseignement, il n’y est pas question d’un quelconque savoir à acquérir..., il ne parle que d’un état d’être, pas de quoi faire une religion, seulement Paul est passé par lâ.

                          • Christian Labrune Christian Labrune 4 décembre 2016 08:58

                            https://www.franceculture.fr/emissions/questions-dislam/madjid-si-hocine

                            J’ai été réveillé ce dimanche matin à sept heures par l’émisson "Questions d’islam" (france cul).
                            Deux ou trois émission mises à part, je n’écoute plus jamais cette radio des bien-pensants heureux de leur connerie.

                            Même impression que celles éprouvées par Grégoire Samsa au début de la « Métamorphose » de Kafka : fin de « rêve agité », ou un nouveau matin ?

                            La takiya à jet continu par deux gluants Tartuffe. L’un, à un moment, se plaint que la République soit absente du 93 : il y a des quartiers où la police est absente et où, lorsqu’on appelle les pompiers ou le médecin, personne ne vient. Quel scandale !

                            Etude de l’institut Montaigne. Question concernant la charia : les gens qui ont répondu ne savent pas ce que c’est que la charia. On demanderait à des Juifs ou à des paroissiens de Saint-Nicolas du chardonnet si la loi de Dieu n’est pas supérieure à celle de la République, ils répondraient oui, bien évidemment. Etc.

                            Eloge appuyé de Juppé qui avouait, lui, ne rien connaître de l’islam. Il est donc bien l’idiot utile parfait rêvé par l’islam ! Je lisais il y a quelques jours que le CFCM avait discrètement recommandé de voter pour Ali Juppé. Les politiciens, en général, ne savent absolument rien de l’islam et racontent n’importe quoi - mais on se garde bien d’évoquer le bouquin de Fillon : « vaincre le totalitarisme islamique » !

                            J’apprends aussi que le Prophète n’a jamais décapité personne, ni parmi les Juifs ni parmi les chrétiens. L’histoire de Safiya bint Houyay et de sa famille, c’est donc probablement moi qui l’aurai inventée. Un cauchemar, probablement.

                            A vomir. Bref, on a maintenant al-Qaradâwî sans parabole. L’époque du regretté Abdelwahhab Meddeb est bien révolue. France cul s’emploie désormais à illustrer le roman de Houellebecq. Lien en haut de page. Avaler par précaution une pilule antiémétique.


                            • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 décembre 2016 10:25

                              Le site RIPOSTE LAÏQUE a commencé, le 1er décembre, la publication d’une série très enrichissante de Jean-Marie Blanc sur le même sujet que le présent article. C’est ici :

                              http://ripostelaique.com/lislam-na-pas-invente-la-violence-il-a-integre-celle-de-son-epoque-1.html


                              • Christian Labrune Christian Labrune 4 décembre 2016 11:03

                                @Pierre Régnier
                                Les analyses de Riposte laïque touchant à ce qui concerne l’islam sont en général très pertinentes. Quand j’avais lu les informations à propos de ce qui se passait à la RATP : refus de serrer la main des femmes, exigences délirantes à propos de lieux de prière, etc., j’avais cru à une exagération, mais c’était parfaitement vrai et cela s’est trouvé confirmé ensuite par bien d’autres sources.

                                En revanche, ce que je ne supporte pas du tout, c’est l’espèce de collusion entre ce site et le FN. Plusieurs sectateurs de ce parti funeste y ont leurs entrées. Qu’on soit un peu nationaliste, je n’ai rien contre : il n’a jamais été plus nécessaire de relire Renan, mais ne pas voir que derrière un patriotisme de façade affiché dans sa vitrine pour les gogos, le FN n’a jamais cessé de cultiver dans son arrière-boutique la nostalgie des années de la collaboration (drôle de nationalisme !) c’est une erreur tout à fait impardonnable.


                              • AuscultaFili AuscultaFili 8 décembre 2016 13:24

                                Un article très superficiel de toute évidence écrit par quelqu’un qui ne maîtrise pas le sujet.
                                En appeler à une herméneutique sommaire pour critiquer l’exégèse sans la connaitre est un exercice risqué. Et dans le cas présent qui se solde par un échec patent et se résume à un simple pamphlet de propagande politique à destination de lecteurs déjà convaincus.

                                Je ne m’abaisserai pas à rédiger une réponse plus élaborée, qui ne serait probablement même pas comprise. La religion s’apprend, comme n’importe quelle autre matière, et il faudrait commencer par là avant de prétendre en donner des cours.


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 8 décembre 2016 20:55

                                  @AuscultaFili

                                  Ne vous abaissez pas, AuscultaFili, et continuez, si vous aimez ça, à apprendre la religion dans les massacres de l’école juive de Toulouse, de Charlie hebdo, du Bataclan, du 14 juillet à Nice...

                                  Je préfère, moi, l’apprendre dans les Évangiles.


                                • Eric F Eric F 31 décembre 2016 19:32

                                  Remarque adressée à l’auteur : manifestement, les thuriféraire de la religion que vous critiquez disposent de nombreux comptes pour mettre 3 étoiles à leurs commentaires, et 1 étoile aux commentaires qui leur déplaisent. S’il était possible de supprimer l’affichage de la piste aux étoiles, cela éviterait ces distorsions manipulatoires (qui influencent sub-liminalement les lecteurs).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès