• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dieu est amour ou pas du tout, car l’Homme a créé Dieu à son image ? (...)

Dieu est amour ou pas du tout, car l’Homme a créé Dieu à son image ? (1ère partie)

Dieu est bon, compatissant, miséricorde, etc. (Psaume 145-8 et 9), dit-on depuis des siècles et même encore aujourd’hui, en Occident comme au Moyen-Orient. Cette affirmation, largement publiée, m’interroge après avoir lu et relu les livres déclarés saints par les religions qui prêchent et "prosélytent" l’existence d’un seul Dieu : le leur, bien sûr !

Même si le monothéisme est parfois sujet à discussion, car certaines croyances monothéistes adorent plusieurs dieux, arrêtons-nous sur la croyance chrétienne et sur son livre culte : la Bible (TOB). C’est d’après ce livre que tous les chrétiens, sans aucune exception, disent que leur Dieu est amour, bon, compatissant, miséricorde, etc.

D’abord de quel Dieu parle-t-on  ?

Dans la croyance chrétienne, il y a, d’une part, Dieu le père (celui d’Abraham, Actes 3-13) au centre de l’Ancien testament et, d’autre part, son fils Jésus-Christ dit Dieu le fils (2 Corinthiens 1-19), au centre du Nouveau testament.

Je suppose que l’un comme l’autre sont, bien sûr, des dieux d’amour, etc. !

Affirmation pour le moins surprenante quand on connaît l’histoire du prosélytisme dur, sauvage et souvent sanguinaire de la chrétienté depuis l’empereur Constantin 1er, il y a quelque 1 700 ans ! Rien d’anormal disent les chrétiens, car l’humain est méchant depuis l’histoire de l’Arbre du fruit défendu, même si Dieu a voulu faire l’Homme à son image (Genèse 1-26). À ce propos, je pense que c’est exactement le contraire, en fait : l’Homme a fait Dieu à son image ! Je le démontre dans cet article et dans le suivant, la semaine prochaine. 

Pour moi, simple humain de base, un Dieu ne peut pas être autre chose qu’un Être d’amour, bon, compatissant, miséricorde, etc. Alors, que disent les textes de la Bible à cet égard : l’Ancien testament et le Nouveau testament ?

Le Dieu de l’ Ancien testament est-il un dieu d’amour comme l’affirment les chrétiens  ?

Avertissement : j’invite les personnes sensibles au cannibalisme, à l’éventration des femmes par leur bas-ventre, à la pendaison, à la lapidation, etc. à ne pas lire cet article où les horreurs bibliques vont se succéder. Certains des mots employés par Dieu lui-même, dans la Bible, pourraient les choquer.

Cela étant, des versets montrent que le Dieu de l’Ancien testament est amour. Mais, que dire des innombrables versets qui montrent le contraire, comme les suivants (ordre de parution dans la Bible) :

Genèse 2-17 : « Mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. »

L’homme et la femme voulaient tout connaître, apprendre à être savants. Dieu n’aime pas cela. « Dieu s’oppose à la diffusion du savoir », il préfère l’obscurantisme. Dieu dit alors (Genèse 3-16 et 17) :

« J'augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. Il dit à l'homme : puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l'arbre au sujet duquel je t'avais donné cet ordre : Tu n'en mangeras point ! le sol sera maudit à cause de toi. C'est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie. »

Dieu, là encore, agit sans aucun discernement. Il punit tous les hommes et les femmes, bien qu’une seule personne lui ait désobéi (une femme bien sûr. La Bible n’aime pas les femmes !). De plus, déjà misogyne, l’homme rend responsable sa femme de la faute qu’il a commise. Là encore, Dieu ne fait aucune différence !

Genèse 6-7 : « J'exterminerai de la face de la terre l'homme, etc. ».

Ici, Dieu a prétendu que l’humain était méchant et qu’il devait donc être supprimé de la surface de la Terre. Dieu s’exécuta, car Dieu n’a qu’une parole. Il n’épargna que 8 personnes du clan de Noé.

Genèse 11-6 à 9 (la tour de Babel) : « Et l'Éternel dit : Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, et c'est là ce qu'ils ont entrepris ; maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu'ils auraient projeté. Allons ! descendons, et là confondons leur langage, afin qu'ils n'entendent plus la langue, les uns des autres. Et l'Éternel les dispersa loin de là sur la face de toute la terre ; et ils cessèrent de bâtir la ville. C'est pourquoi on l'appela du nom de Babel, car c'est là que l'Éternel confondit le langage de toute la terre, et c'est de là que l'Éternel les dispersa sur la face de toute la terre. »

Dieu ne veut pas que les humains s’entendent, qu’ils parlent la même langue. Dieu croit qu’ils ne vont plus lui être soumis, comme des esclaves. Pourtant, il prétend être leur chef, et même leur Dieu !

Étrange comme faiblesse pour un personnage censé être supérieur à l’individu lambda ?

Genèse 22-2 : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t'en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai. »

Ici, Dieu demande à un père d’immoler son fils ! Est-ce un signe d’amour et de puissance ? Par ailleurs, le père, béatement soumis à son Dieu, est prêt à tuer son propre fils.

Malheureusement, on sait que durant l’Inquisition ce passage de la Bible a servi à l’Église pour demander à un membre d’une famille de dénoncer : père, mère, sœur, frère, oncle, tante, etc.

Exode 1-22 : « Vous jetterez dans le fleuve tout garçon qui naîtra, et vous laisserez vivre toutes les filles. »

Pour punir pharaon, dans la fable des 10 plaies d’Égypte (Exode 7), le Dieu d’amour décide de n’épargner aucun habitant de ce pays, alors que seul leur pharaon est fautif, selon Dieu.

Cela me fait penser à la majorité des chrétiens (et, uniquement eux) qui condamnent, depuis des siècles, tous les juifs sous prétexte qu’un des leurs, Juda, il y a quelque 2 000 ans, aurait été la cause de la mort de Jésus, le fils de Dieu. C’est le même amalgame !

Exode 21-12 à 17 : « Celui qui frappera un homme mortellement sera puni de mort. Mais si quelqu'un agit méchamment contre son prochain, en employant la ruse pour le tuer, tu l'arracheras même de mon autel, pour le faire mourir. Celui qui frappera son père ou sa mère sera puni de mort. Celui qui dérobera un homme, et qui l'aura vendu ou retenu entre ses mains, sera puni de mort. Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. »

Ces méthodes existent encore aujourd’hui dans les pays croyants les plus arriérés. Sont-elles celles d’un Dieu d’amour ou plutôt d’un humain un peu primaire, car sauvage ?

« Œil pour œil, dent pour dent », loi du Talion présente dans le Code Hammourabi, antérieur de 1 500 ans à la Bible.

Lévitique 26-14 à 38 : « Mais si vous ne m'écoutez point et ne mettez point en pratique tous ces commandements, etc., etc.  Vous mangerez la chair de vos fils, et vous mangerez la chair de vos filles. Etc, etc. Vous périrez parmi les nations, et le pays de vos ennemis vous dévorera. »

Un vrai délire macabre durant 24 versets ! Du cannibalisme oui ! mais d’amour paraît-il, car Dieu est amour.

Lévitique 24-16 : « Celui qui blasphémera le nom de l'Éternel sera puni de mort  : toute l'assemblée le lapidera. Qu'il soit étranger ou indigène, il mourra, pour avoir blasphémé le nom de Dieu. »

Dieu veut que l’on tue en place publique, comme au Moyen-âge ou encore, aujourd’hui, dans certains pays à la croyance en un Dieu extrémiste, tel que la Bible le montre dans de nombreux versets.

Nombres 21-6 : « Alors l'Éternel envoya contre le peuple des serpents brûlants ; ils mordirent le peuple, et il mourut beaucoup de gens en Israël. »

Combien moururent de mort lente et affreuse, mordus par des serpents venimeux ? Femmes, enfants, vieillards ? Le Dieu d’amour n’aime pas que l’on n’obéisse pas à ses ordres ! Sinon : c’est la mort, dans la douleur.

Nombres 25.1, 4, 8 et 9 : « Israël demeurait à Sittim ; et le peuple commença à se livrer à la débauche avec les filles de Moab. » « L'Éternel dit à Moïse : Assemble tous les chefs du peuple, et fais pendre les coupables devant l'Éternel en face du soleil, etc. » « ... Phinées... se leva du milieu de l'assemblée, et prit une lance, dans sa main » «  Il suivit l'homme d'Israël dans sa tente, et il les perça tous les deux, l'homme d'Israël, puis la femme, par le bas-ventre. Et la plaie s'arrêta parmi les enfants d'Israël. » « Il y en eut vingt-quatre mille qui moururent de la plaie. »

Dieu, mécontent de la prostitution, fait pendre les chefs. Mais, plus atroce, il fait éventrer les femmes par le bas-ventre (à partir de leur sexe apparemment ?). Bilan des atrocités de ce Dieu d’amour : 24 000 personnes suppliciées !

Deutéronome 20-14 : « Mais tu prendras pour toi les femmes, les enfants, le bétail, tout ce qui sera dans la ville, tout son butin, et tu mangeras les dépouilles de tes ennemis que l'Éternel, ton Dieu, t'aura livrés.  »

Le Dieu d’amour est non seulement assassin, mais aussi conseille l’adultère et le cannibalisme !

Deutéronome 21-18 à 21 : « Si un homme a un fils indocile et rebelle, n'écoutant ni la voix de son père ni la voix de sa mère, etc., etc.  Et tous les hommes de sa ville le lapideront, et il mourra. »

Heureusement que l’homme n’est pas resté à l’image de ce Dieu, car aujourd’hui beaucoup de nos fils seraient assassinés !

Deutéronome 28-15 à 68 : « Mais si tu n'obéis point à la voix de l'Éternel, ton Dieu, etc., etc. L'Éternel attachera à toi la peste, etc., etc. Ton cadavre sera la pâture de tous les oiseaux du ciel et des bêtes de la terre ; et il n'y aura personne pour les troubler. Tu auras une fiancée, et un autre homme couchera avec elle »

Le délire (car de quoi s’agit-il d’autre) du Dieu d’amour biblique se poursuit ici sur 53 versets. Incroyable, un vrai malade ce Dieu bourré de perversité !

Rois 1, verset 20.28 à 30 : « L'homme de Dieu s'approcha, et dit au roi d'Israël : Ainsi parle l'Éternel : Parce que les Syriens ont dit : L'Éternel est un dieu des montagnes et non un dieu des vallées, je livrerai toute cette grande multitude entre tes mains, et vous saurez que je suis l'Éternel. » « Le septième jour, le combat s'engagea, et les enfants d'Israël tuèrent aux Syriens cent mille hommes de pied en un jour. » « la muraille tomba sur vingt-sept mille hommes qui restaient. »

 Le Dieu (l’Éternel) n’a pas aimé être considéré comme un petit Dieu, limité aux montagnes ou aux vallées. Pour cela, ce Dieu d’amour, fit tuer 127 000 personnes.

Rois 2, verset 19-23 et 35 : « Par tes messagers tu as insulté le Seigneur ! ». « Le Roi d’Assyrie, opposant à Dieu, voulait prendre Jérusalem. » « Cette nuit-là, l'ange de l'Éternel sortit, et frappa dans le camp des Assyriens cent quatre-vingt-cinq mille hommes. Et quand on se leva le matin, voici, c'étaient tous des corps morts. »

Dieu répond à ses adversaires par la tuerie de 185 000 hommes. Dieu prouve ici combien il est amour, mais ne souffre pas d’être rudoyé. C’est la loi du plus fort, comme jadis ou chez les individus sauvages et primaires.

 Isaïe 65-11 et 12 : « Mais vous, qui abandonnez l'Éternel, etc., etc. Je vous destine au glaive, Et vous fléchirez tous le genou pour être égorgés »

Que dire ? Les mots finissent par manquer tellement tout cela est absurde, mais atrocement et cruellement biblique ! Un vrai conte d’horreurs !

Arrête-t-on là le carnage ! Certains versets sont à vomir. Ils défilent à grande vitesse et je ne les ai pas tous extirpés de la fable nauséabonde de l’Ancien testament !

À quoi cela aurait-il servi d’être exhaustif ? Les chrétiens sont tellement endoctrinés, orphelins de tout sens critique, que beaucoup ne vont même pas croire les versets ici copiés/collés. Ces versets sont faux diront beaucoup ! Ce n’est pas comme cela qu’il faut les lire diront les autres, car Dieu est vraiment un Dieu d’amour !

Au terme de ce premier article, force est de constater que celles et/ou ceux qui ont écrit la première partie de la Bible, l’Ancien testament, sont finalement de vrais humains, en chaire et en os, car ils ont fait Dieu à leur image, c’est-à-dire un individu vrai, avec ses forces et ses faiblesses d’être humain.

L’amour peut sûrement être cherché dans la Bible dans un panier percé, mais la cruauté y est vraiment présente sans aucune limite dans son atrocité.

Dans mon prochain article, nous verrons si le dicton « tel père tel fils » se vérifie au niveau du Nouveau testament. Livre biblique consacré aux enseignements du fils de Dieu : Jésus-Christ.

Crédit photo : breathe.over-blog.com

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • MagicBuster 11 septembre 16:55

    Notre bière, qui est en fût,

    que la mousse soit sanctifiée,
    que ton verre vienne,

    que ta distribution soit faite,
    sur la table comme au bar.

    Donne-nous aujourd’hui notre houblon quotidien,
    pardonne-nous nos gueules de bois,

    comme nous pardonnons aussi à ceux qui ne boivent que du coca.
    Soumets-nous à la tentation et délivre-nous de la soif !

    Car c’est à toi qu’appartiennent les bulles, l’arôme et la fraicheur,
    pour les siècles des siècles...

    Amen.


    • amiaplacidus amiaplacidus 11 septembre 18:27

      @MagicBuster

      Très bien votre texte, Mais je ne suis pas vraiment sûr de pardonner à ceux qui ne boivent que du coca.

      À la vôtre.


    • Christ Roi Christ Roi 11 septembre 20:41

      L’auteur est dans un délire haineux de lui-même. Il devrait commencer par s’aimer à nouveau et arrêterait ensuite de taper sur la religion. Il vit dans le ressentiment. Il est vieux. c’est triste. smiley


    • Christian Labrune Christian Labrune 11 septembre 20:48

      Mais je ne suis pas vraiment sûr de pardonner à ceux qui ne boivent que du coca.

      @amiaplacidus

      Vous avez quelque chose contre les buveurs de coca ? J’en suis un. Si vous voulez en découdre, envoyez-moi vos témoins, nous règlerons ça sur le pré, quand vous voudrez. Etant l’offensé, j’ai le choix des armes. Ce sera le sabre d’abordage, une discipline où, sans me vanter, je peux bien dire que je suis passé maître.


    • Christ Roi Christ Roi 11 septembre 21:20

      Christian Labrune est féminisé. smiley


    • Christian Labrune Christian Labrune 11 septembre 21:45

      Christian Labrune est féminisé.

      @Christ Roi
      Oui, je le reconnais bien volontiers, et j’ai toujours été lesbien. Au reste, je m’entends très bien avec l’Immaculée Conception, mais je n’en dirai pas plus : ces choses-là ne regardent que moi.


    • Christian Labrune Christian Labrune 11 septembre 21:59

      @Christ Roi
      Les clous, mon cher Jésus, ça ne vous gêne pas pour taper sur un clavier ? La couronne d’épines, si on ne bouge pas trop, passe encore, mais quand on remue les doigts, ça doit faire très mal. Je vous conseille la Betadine, c’est un excellent antiseptique utilisé dans tous les services de traumatologie. C’est très efficace pour prévenir les infections.
      Avant de vous passer un coup d’éponge sur la tronche, avec ou sans la tige d’hysope qui est vraiment facultative quand on est devant son clavier, n’oubliez pas non plus de mettre un peu de vinaigre dans l’eau : ça désinfecte. Les centurions romains avaient pris cette habitude et ça leur évitait les problèmes intestinaux toujours un peu emmerdants quand on est à la guerre, mais c’est pire encore quand on est crucifié et qu’il n’est pas question d’aller au petit coin.


    • Christian Labrune Christian Labrune 11 septembre 21:00

      à l’auteur,

      Je n’ai pas le temps ce soir de lire votre article, mais j’avais été vivement intéressé par les précédents et j’y reviendrai demain.
      Dans deux jours, comme tous les mercredis, l’’Immaculée Conception m’apparaîtra probablement dans la grotte des Buttes-Chaumont. Si vous avez des questions à lui poser, je peux vous proposer mes bons offices. Son point de vue sur la question de Dieu, je l’avais remarqué, est assez proche du vôtre.

      Si l’Immaculée Conception m’apparaît si souvent, c’est parce que je suis athée autant qu’on peut l’être. Pour rien au monde elle n’apparaîtrait à des catholiques. « Ils finissent toujours, me dit-elle, par me cirer les pompes (sic.) mais ce n’est jamais désintéressé ». Avec moi, elle est tranquille. Il y a quatre ou cinq choses qu’elle m’a apprises, qui m’ont stupéfié, mais le moment n’est pas encore venu de les révéler. J’en réserve la primeur au Saint-Père, mais j’hésite un peu : s’il savait, il en tomberait carrément sur le cul. Et à son âge...


      • coquecigrue coquecigrue 11 septembre 23:55

        Les vieux mâles dominants de tribus archaïques ont inventé ces affligeantes divinités, le pire, c’est que certains y croient encore....


        • mmbbb 12 septembre 09:50

          @coquecigrue les femmes ne savaient elles pas écrire ? Il me semble que dans la religion chretienne une femme est adorée Marie


        • Jean Keim Jean Keim 12 septembre 09:23
          La bible - un livre écrit de mains d’hommes comme tous les autres livres sains ou pas - se compose de l’ancien testament et du nouveau testament.
          L’A.T. est une suite de récits horribles où la guerre, le génocide, les cruautés, la vengeance, le fanatisme sont monnaies courantes, alors que dire sur le N.T. qui a été artificiellement créé et accolé à l’A.T. (qui est également une création artificielle) pour des raisons politiques.

          • Raymond75 12 septembre 10:34

            Le plus étonnant c’est de constater à quel point ces âneries ont pu trouver une telle audience ! Mais il est vrai que les inquisitions diverses et variées, l’exécution des mécréants et le désespoir engendré par la pauvreté et les guerres incessantes y ont beaucoup contribué. Nous sommes des animaux qui vivons en meute et avons besoin d’explications magiques du monde.


            • L'enfoiré L’enfoiré 12 septembre 16:04

              « l’Homme a fait Dieu à son image ! »

              C’est évident.
              Une jour, j’ai sorti cela et il y a eu un froid parmi l’assemblée.

              Autant, je comprends mieux le polythéisme des Égyptiens anciens qui avaient des animaux qui représentaient les qui partagent des domaines d’influence ou de compétence entre les dieux. Néanmoins, il y a tendance au cumul de plusieurs fonctions par certains dieux importants ; la divinité cumulatrice peut ne pas être la même pour différents groupes humains appartenant au même ensemble religieux, certains dieux faisant l’objet de préférences locales.
              La liste des religions polythéistes est loin d’être courte, alors pourquoi les trois religions monothéistes ont pris tellement d’importance, si ce n’est pour que le dieu prenne une image humaine.
              Akhénaton a été le premier hérétique en nommant le soleil « Aton » comme dieu unique parce que les prêtres prenaient trop d’importance contre son pouvoir « Amon ».
              Son successeur est rentré dans le rang « amon »
               


              • L'enfoiré L’enfoiré 12 septembre 16:05

                J’attends le chapitre suivant...


              • Christian Labrune Christian Labrune 12 septembre 17:53

                Autant, je comprends mieux le polythéisme des Égyptiens anciens qui avaient des animaux qui représentaient les qui partagent des domaines d’influence ou de compétence entre les dieux.

                @L’enfoiré
                La religion des anciens Egyptiens, vous avez raison, est d’une complexité et d’une intelligence tout à fait admirables. Je recommande vivement la lecture des ouvrages très savants de Claire Lalouette sur toutes ces questions. J’ai sur ma table en ce moment son bouquin sur l’empire des Ramsès et un autre sur Thèbes, et je ne me lasse pas de les lire et de les relire.

                Puisse la reine du Pays de Pount, la puissante déesse Hathor, épouse d’Horus, couvrir de bienfaits l’Enfoiré qui les mérite bien après cet hommage aux dieux de l’ancienne Egypte !
                 


              • Christian Labrune Christian Labrune 12 septembre 18:06

                @L’enfoiré
                Beaucoup de statues d’Akhénaton ont été détruites, et martelées les inscriptions qui le concernaient, pour effacer toute trace d’un culte si contraire à une si belle et si riche tradition. Au Louvre, il y a une tête d’Akhénaton qui avait dû échapper à la vigilance de ses successeurs. J’ai la plus grande admiration pour la statuaire égyptienne mais là, il faut bien le dire, c’est très pénible à regarder : la tête d’Akhénaton est une vraie tête de con.


              • zzz999 12 septembre 16:09

                Analyses uniquement à charge (quand elles ont seulement un sens) de textes à peu près partout sortis de leur contexte : Rien de nouveau chez cet auteur ignare dans le domaine qu’il aborde.


                • Christian Labrune Christian Labrune 12 septembre 18:27

                  force est de constater que celles et/ou ceux qui ont écrit la première partie de la Bible, l’Ancien testament, sont finalement de vrais humains, en chaire et en os, car ils ont fait Dieu à leur image, c’est-à-dire un individu vrai, avec ses forces et ses faiblesses d’être humain.

                  à l’auteur,

                  Marcion, au IIe siècle, formulait déjà à peu près la même idée. Très marqué par le dualisme gnostique, il n’était pas loin de considérer que le Dieu de l’Ancien Testament ne pouvait être que la figure du mal absolu. Evidemment, il ne déshabillait le Dieu de l’ancien Testament que pour mieux rhabiller Jésus, ce qui ne laisse pas de nous faire un peu rigoler aujourd’hui.
                  Je suis fort curieux de ce que vous pourrez écrire sur Jésus-Christ et sur la manière dont on a pu , de concile en concile, bricolant les thèses d’une métaphysique de l’UN héritée de Plotin, en faire la seconde hypostase d’une bien bizarre Trinité.
                  Je suis encore plus curieux de savoir ce que vous pourrez nous dire plus tard de la religion d’un chamelier de La Mecque, mais ne tardez pas trop : elle aura peut-être déjà disparu.


                  • soi même 12 septembre 19:19
                    c’est du brutal

                    https://www.youtube.com/watch?v=8gSxHU7zA64« les cons çà ose tout, c’est même à çà qu’on les reconnait »
                    https://www.youtube.com/watch?v=EeO1JqBZ6kI


                    • Pascal L 12 septembre 19:21

                      C’est étonnant, mais quand je lit la Bible, je ne vois pas du tout la même chose que l’auteur. 

                      Tout d’abord, la Bible est un livre de témoignages, en aucun cas la parole directe de Dieu. Les auteurs y ont mis ce qu’ils ont compris de Dieu et ce Dieu qu’ils découvrent est si différent de nous que ce n’est pas facile d’en parler. Il est vrai que les hommes ont eu tendance à voir dans Dieu des schémas humains, mais la suite des témoignages contredit systématiquement cette vision des choses.

                      Ensuite, la transmission des témoignages s’est fait par l’oral pendant plusieurs siècles. Il est impossible de répéter le soir à la veillée un traité de théologie et le mythe est le support de la théologie mais n’est pas la théologie. C’est le doigt qui désigne la lune et c’est pourtant ce que l’auteur et tout le monde regarde. 
                      La Bible n’est ni un livre de science ni un livre d’histoire. La science est l’histoire peuvent par contre être utilisées pour mieux comprendre le texte.

                      Enfin, comme livre de témoignage, la connaissance de Dieu ne s’est pas faite en une fois. L’humanité a découvert Dieu au fil des témoignages et ce n’est pas terminé aujourd’hui. Il y a un chemin très long pour découvrir le projet que Dieu a pur l’homme. Le premier homme à découvrir Dieu (disons Adam, mais nous sommes tous Adam lorsque nous découvrons Dieu) ne savait pas trop quoi faire. Il a fallu plusieurs génération pour découvrir que cela impliquait de ne pas tuer son frère, puis on a découvert que nous ne pouvions pas tuer notre voisin et même depuis le Christ, tuer notre ennemi. Vous voyez, l’humanité n’a pas encore pris la mesure du message.

                      La violence dans la Bible est celle des hommes. Nous ne voyons jamais Dieu intervenir pour tuer, ce sont toujours des hommes qui le font. Les guerres font partie de la vie de la société de l’âge du bronze. Il est habituel à cet époque de dire que les victoires ou les défaites sont voulues par Dieu. Tous ces massacres sont contextualisés et ne sont en aucun cas des injonctions pour l’avenir.
                      La tentation de l’anthropomorphisme est permanente et la plupart des intervenants de ce fil le font. Ce sont qui connaissent le moins Dieu qui en font une image humaine et ce n’est pas le propos du Christianisme. Le Dieu qui se laisse découvrir a une nature purement spirituelle et le salut qu’il nous propose (sans l’imposer) est de même nature. Il n’est ainsi pas possible de démontrer qu’il existe et il est tout autant impossible d’affirmer qu’il n’existe pas. Affirmer comme cet article le fait qu’il n’existe pas ou est une création humaine est aussi du domaine de la foi ou de la croyance. 

                      Il ne faut pas croire que la foi dans le Dieu des Chrétiens est uniquement basé sur la lecture de la Bible. Dieu se révèle encore aujourd’hui à ceux qui le cherchent avec sincérité. Les signes de sa présence peuvent être d’autant plus spectaculaires que la personne qui les reçoit est éloignée de l’Eglise. Les personnes qui demandent le baptême catholique ont le plus souvent fait cette expérience qui les transforme pour la vie entière. Personne ne vous demande d’y croire également, les manifestations de Dieu sont toujours personnelles. Mais si vous ne cherchez pas, vous manquer cette expérience de l’amour qui nous dépasse totalement, mais qui nous libère. Personne ne peut vous forcer à vous convertir, seul Dieu peut le faire et il ne le fera jamais contre votre volonté. Il nous libère de ceux qui veulent nous asservir, de la haine qui nous ronge, de nos addictions, de nos fausses divinité comme le Dieu argent et nous donne la force d’affirmer ce que nous sommes.

                      • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 00:05

                        et ce Dieu qu’ils découvrent est si différent de nous que ce n’est pas facile d’en parler

                        @Pascal L
                        Le problème, ce serait plutôt que ce dieu-là n’est pas très différent des gens que nous côtoyons tous les jours et ressemblerait même plutôt aux citoyens les plus ordinaires, les plus primaires, les moins instruits, les plus grossiers et vulgaires.
                        Un type qui, parce qu’il a de plus gros muscles, vous impose de lui obéir et prétend vous casser la gueule si vous ne le faites pas et se met en colère à tout bout de champ à cause de cela, c’est un primaire et un très grossier personnage. Il mérite des baffes.
                        Un type qui vous impose, pour que vous lui prouviez que vous êtes bien aussi veule et lâche et soumis qu’il le souhaite, d’égorger votre gamin avant de le faire cramer sur le fagot que lui-même aura transporté, paraît sorti tout droit d’un roman du Marquis de Sade. Aucun homme digne de ce nom ne ferait une chose pareille.
                        Or, ce type-là, c’est le Dieu des religions révélées. Aucun philosophe, depuis qu’il y a des philosophes, qu’il réfléchissent sur l’éthique et la politique, n’a jamais préconisé de cette manière barbare et détestable.
                        Un Dieu qui se comporte comme le premier des malfrats de n’importe quelle organisation mafieuse, est-ce qu’il correspond à l’idée qu’on peut se faire de la perfection ? Assurément non.
                         


                      • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 00:07

                        erratum
                        n’a jamais préconisé DE SE COMPORTER de cette manière...


                      • Pascal L 13 septembre 10:47

                        @Christian Labrune
                        Vous avez parfaitement le droit de penser que le Dieu des Chrétiens n’existe pas, mais vous ne pouvez l’imposer sans être vous-même ce que vous dénoncez. Il est sans doute regrettable que vous n’ayez jamais fait l’expérience de Dieu, car rien ne vaut ses propres expériences plutôt que ce que l’on vous impose.


                      • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 14:18

                        @Pascal L
                        C’est quoi, « faire l’expérience de Dieu » ?
                        je ne comprends pas trop ce que pourrait signifier une pareille expression. Vous voulez dire, probablement : voir Dieu, comme je verrai tout à l’heure l’Immaculée Conception dans la grotte des Buttes-Chaumont ?
                        Si Dieu vous apparaît aussi souvent qu’à moi la Sainte-Vierge, c’est très bien, mais cela m’étonnerait un peu étant donné ce que je sais par ailleurs de Dieu par mes conversations avec la mère de Jésus. A vrai dire, cela me semble même tout à fait impossible, à moins qu’elle m’ait menti, mais il me semble qu’il convient d’exclure une pareille hypothèse.


                      • Pascal L 13 septembre 15:14

                        @Christian Labrune
                        Chaque expérience de la présence de Dieu est différente, mais si vous devez en faire l’expérience, je vous rassure, vous n’aurez aucun doute sur la source. Les témoignages de ces rencontres sont extrêmement nombreux, vous en trouverez autant que vous voulez sur Internet et à cause de ces témoignages, vous ne pouvez confirmer vos intuitions car cela vous oblige à les prouver. Ce n’est pas parce que vous n’en n’avez pas cette expérience que personne ne peut en faire l’expérience, soyez modeste. Le doute reste une option raisonnable.


                      • bonnes idées 12 septembre 21:53

                        Encore un qui veut nous extirper du cœur le peu de Foi qu’il nous reste en ressortant la vieille histoire du bien et du mal. « Mais enfin si Dieu existe alors pourquoi le mal existe ? »
                        Vieux thème poussiéreux pour philosophes en culottes courtes.
                        Et bien je résume : si le mal existe c’est parce que l’homme est un con !
                        Laissez Dieu s’occuper des grandes Œuvres qui vous dépasse...

                        Nous sommes changeants, en devenir, nous sommes un ensemble de possibles. La vie c’est la construction de l’être alors quand l’homme s’édifie, il ne doit pas commettre d’erreur sinon il construira une monstruosité qui s’écroulera d’elle-même. Il ne faut pas être naïf car c’est un combat difficile qu’il nous faudra livrer, un combat qui ne sera jamais terminé. le voyage initiatique est long et le facteur « temps » n’entre pas en ligne de compte car la quête de la vérité n’est pas une compétition sportive.

                        L’homme véritable doit nourrir son feu intérieur par un orgueil noble, le désir de renaître, de se recréer, de vivre l’initiation ici-bas et maintenant.

                         Toutes les difficultés s’évanouiront si nous sommes capables de nous vaincre nous-même et celui qui désire s’accomplir devra échapper aux carcans du conditionnement.


                        • Christian Labrune Christian Labrune 12 septembre 23:46

                          L’homme véritable doit nourrir son feu intérieur par un orgueil noble, le désir de renaître, de se recréer, de vivre l’initiation ici-bas et maintenant.

                          @bonnes idées

                          J’avoue que j’ai du mal à comprendre ce que vous voulez dire. C’est quoi, un « feu intérieur » ? Les cracheurs de feu, s’ils aspirent la flamme au lieu de souffler, se font éclater la trachée et les cordes vocales. Ce n’est pas très recommandable. C’est quoi un « orgueil noble » . Que l’orgueil soit toujours noble, j’en conviens, mais c’est quand même l’un des sept péchés capitaux, non ? « le désir de renaître » ne suffit pas vraiment si on veut renaître, et peut-être qu’il vaudrait mieux, quand même, ne pas mourir. « Se recréer », c’est encore plus opaque, ça voudrait dire qu’on est d’abord incréé, ou qu’on a été mort. Si je me tire une balle dans la tête, je fais comment, ensuite, pour me « recréer ? ». Et de quelle initiation parlez-vous ? Je passe souvent, au bout de la rue Jean-Jacques Rousseau, à Paris, devant le « café des initiés », qui n’est pas très loin de la bourse et où je suppose que bien des coupables de « délits d’initiés » ont dû arroser leurs prises de bénéfices. Mais ça n’est pas très moral, tout ça.


                        • Crab2 13 septembre 09:09

                          Dans notre pays, il aura fallu des siècles de combats pour que le principe d’égalité entre hommes et femmes, en droits, en devoirs et en dignité, soit enfin reconnu

                          https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/09/droits-du-citoyen-et-de-la-citoyenne.html




                          • bonnes idées 13 septembre 12:09

                            Vous avez tout à fait raison mais parfois il me vient de croire que l’âme hors ne parle pas de moi mais de ce rêve que je fais parfois.


                            • zzz999 13 septembre 13:30

                              Si Le Père de Jésus est ce tyran et criminel absolu que décrit l’auteur, qu’il trouve un, un seul propos de Jésus qui légitime une violence injustifiable !


                              • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 18:30

                                qu’il trouve un, un seul propos de Jésus qui légitime une violence injustifiable !
                                @zzz999

                                Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère ;...
                                Mathieu X,34

                                User de l’épée contre un peuple hostile, passe encore : la guerre est quelquefois imposée par les circonstances et on n’a pas le choix, mais s’en servir au sein même de la famille, comme c’est le cas ici, c’est quand même un peu raide ! Ca rappelle Abraham résolu à égorger Isaac, son propre fils.
                                Les changeurs, au Temple, dont Jésus renverse les tables et qu’il chasse à coups de fouet, n’ont pas dû non plus regarder ce fanatique avec la plus grande bienveillance...


                              • Pascal L 14 septembre 09:45

                                @Christian Labrune
                                C’est sûr que le message du Christ passe très mal auprès d’une partie de la population et que ceux-ci sont près à tout faire pour essayer d’éradiquer le Christianisme. C’est bien de cela dont parlait Jésus. Il nous a aussi enseigné que n’avions aucune raison d’avoir peur et que l’Esprit-Saint serait toujours présent à nos côté pour nous soutenir.


                                 Les changeurs du Temple exploitait la misère du peuple en faisant payer très cher la conversion de la monnaie légale de la rue à la monnaie légale du temple. Il fallait d’ailleurs pour que cela fonctionne qu’ils aient corrompu les grands prêtres. Un peu de ménage ne pouvait faire de mal. A cet époque, le recours aux tribunaux n’aurait servi à rien et il n’y a pas eu mort d’homme. C’est une manière imagée d’enseigner la pensée de Dieu sur la corruption et le vol au sein même de sa maison. Une manière de dire que les hommes ont perverti le Temple qui était, jusqu’à ce jour, la maison de Dieu. Sûr que ces changeurs ont fait parti de ceux qui ont mené la vie dure aux Chrétiens dans les années qui ont suivi jusqu’à l’assassinat de Jacques le Juste par le Sanhédrin en 62.

                              • bonnes idées 13 septembre 19:53

                                Très chair Monsieur Labrune vous savez fort bien que tout est parabole et quand « jésus » parle d’épée alors il ne s’agit pas du glaive mais véritablement de l’épée qui restera pour toujours la perception de l’axe de la lumière.
                                Souvenez vous quand votre grand-père vous disait que l’homme vit sur le fil du rasoir et puis prendre le glaive en main c’est empoigner un rayon de lumière.

                                L’homme qui vit son désir de connaissance se sert déjà de cette épée de « lumière » alors il introduit dans sa conscience une rectitude indispensable pour vivre son initiation.

                                Ne prenez pas tout au pied de la lettre.


                                • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 21:45

                                  Ne prenez pas tout au pied de la lettre.

                                  @bonnes idées

                                  Avec vous, pour qui tout est dans tout et réciproquement, on ne peut guère se risque à prendre au pied de la lettre ce que vous écrivez. On est dans la logique la plus floue, celle où une vague ressemblance entre A et B et une autre vague ressemblance entre B et C implique nécessairement que A et C sont une seule et même chose.


                                • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 21:37

                                  L’homme qui vit son désir de connaissance se sert déjà de cette épée de « lumière » alors il introduit dans sa conscience une rectitude indispensable pour vivre son initiatio
                                  ========================================
                                  @bonnes idées
                                  Suis-je bête ! Les épées « de lumière », on voit ça dans « Star wars » Il faut dire que ces sortes d’effets spéciaux, ça ne m’a jamais vraiment beaucoup impressionné, et j’avais déjà oublié. Vous voudriez donc dire qu’en bon prophète qu’il était, Jésus aurait annoncé près de deux mille ans à l’avance la sortie de cette grosse production hollywoodienne ? Il avait déjà annoncé la parousie ; jusqu’à la fin du IIe siècle au moins, on y aura cru et les esprits forts, depuis, en tiraient argument pour dire qu’il était vraiment indigne d’un fils de Dieu qu’il annonçât des choses qui ne se réalisaient point, mais il assurait tout simplement la publicité de Star Wars, et je n’y avais jamais pensé. Du coup, ça donne terriblement à réfléchir.

                                  Et le Christ de l’Apocalypse, représenté avec une épée tout à fait étincelante entre les dents, surtout dans l’art bysantin, cela procèderait donc encore la même bande annonce ? A moins que ce ne soit une préfiguration de la religion communiste : on représente souvent cette sale engeance révolutionnaire avec « le couteau entre les dents ».

                                  Mais instruisez-nous , nous ne demandons qu’à savoir. « Sapere aude », disait Emmanuel Kant.


                                  • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 21:39

                                    Erratum
                                    L’art byZantin et non pas bysantin. Excuses !


                                  • bonnes idées 20 septembre 12:26

                                    @Christian Laburne

                                    Mais justement votre prénom dénote déjà la recherche de cette lumière qui vous glisse à travers les doigts et puis c’est Dieu qui a crée l’homme à son image et pas le contraire. Vous voulez remettre en cause ce que vous êtes incapable de créer alors bon courage et puis pour finir « à son image » ne veut pas dire à son image. Un peu d’imagination par sambleu...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires