• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dieu, la guerre en Ukraine et l’arme nucléaire

Dieu, la guerre en Ukraine et l’arme nucléaire

 Comment le monde en est arrivé là ? Une guerre en Europe qui n’a pas de sens mais qui a aussi beaucoup de sens. On pensait qu’il n’y aura jamais de guerre en Europe, les guerres ce sont pour les autres, les sous-développés, les moins-nantis, bref les pauvres et les plus pauvres. Les Africains et les Arabes en particulier qui se sont libérés, il y a moins de 70 ans. C’est très court, c’est très peu, tout est à construire, des jeunes États-nations confrontés à des difficultés immenses ; ces pays sont sous-développés et en malnutrition soit plus euphémique dit en voie de développement. Or, ce que l’on constate aujourd’hui, ces sont les pays développés qui se font la guerre directement et indirectement. Le théâtre de guerre, c’est l’Ukraine, et nous avons d’un côté la Russie qui a envahi l’Ukraine, de l’autre, l’Ukraine soutenu par tout l’Occident.

 

 Depuis l’annexion de la Crimée par la Russie, en 2014, suite de la révolution de Maïdan en Ukraine qui a conduit à la destitution du président Viktor Ianoukovitch et son exil en Russie, une guerre sporadique opposait les séparatistes pro-russes à l’armée régulière d’Ukraine. Et ce conflit a duré dans la région du Donbass jusqu’au 24 février 2022 avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie. 

 

Pour appeler « opération militaire spéciale » par la Russie, le choix du nom a tout son sens. En effet, l’opération de guerre est effectivement spéciale, elle repose essentiellement sur la terreur qu’inspirerait l’emploi d’armes nucléaires par la Russie si elle venait à les utiliser. Sans les armes nucléaires, la Russie n’aurait jamais mené une telle opération qui aurait été certainement suicidaire.

 

Comme en 1939, si la Russie n’avait pas d’armes nucléaires pour tenir en respect les armées occidentales, et qu’elle avait envahi l’Ukraine, ce sont toutes les armées d’Europe et donc du Royaume-Uni, de France, d’Allemagne, avec le soutien des États-Unis, et bien sûr de l’Europe centrale, orientale et du Nord, qui se seraient liguées contre la Russie ; elles viendraient à entrer en force en Ukraine, repousser la Russie voire même l’occuper. La Russie n’aurait donc jamais envahi l’Ukraine, ce serait au-dessus de ses forces ; mais les armes nucléaires présentes dans ses arsenaux terre, air et mer, la Russie n’a pas hésité, elle a envahi l’Ukraine le 24 février 2022, comme planifié.

 

Comment alors comprendre l’action des armes nucléaires dans l’action d’hostilité, de guerre entre les hommes, ou tout court entre les humains ? Dès lors que l’œuvre de destruction qui se trouve dans l’arme nucléaire n’est pas l’œuvre des hommes, elle se trouve dans les propriétés de certains matériaux fissiles qui font partie de la Création, et donc de Dieu, on peut comprendre que Dieu a permis aux humains au moyen de la pensée qui appartient aussi à Dieu à découvrir cette force apocalyptique et de l’utiliser à bon escient puisqu’elle a été permise par Dieu.

 

Mais qu’est-ce qu’on entend par « utiliser à bon escient l’arme nucléaire » ? La « Dissuasion nucléaire », par exemple, est un usage à bon escient, puisque la pensée qu’inspirerait une « apocalypse nucléaire » est suffisante pour dissuader les humains du moins ceux qui détiennent ces armes nucléaires, i.e. les puissances nucléaires de faire la guerre. D’autant plus qu’une guerre nucléaire pourrait être l’affaire de quelques heures ou au maximum quelques jours par des frappes nucléaires continentales et intercontinentales, et c’est fini plus de villes, plus de puissances nucléaires, sinon le désert nucléaire appelé aussi l’« hiver nucléaire ».

 

En fait, qui a permis à l’homme de détenir l’arme nucléaire ? N’est-ce pas sa pensée qui étudie la nature et les lois qui régissent la nature ! L’être humain » est lui-même une nature, et il se sait humain, il se sait qu’il est le genre humain, l’humain pensant. Mais il ne pense que par ce qu’il lui est octroyé, i.e. la pensée par laquelle il pense. Et c’est précisément cette pensée qui lui a fait découvrir les forces cataclysmiques qui résident dans les matières fissiles contenues dans certains matériaux instables comme l’uranium.

 

Et qui octroie à l’homme la pensée ? N’est-ce pas une entité absolue qui transcende l’homme ? Que tous les êtres humains prénomment « Dieu », qu’ils soient croyants ou non-croyants ; ils savent que Dieu est au-dessus de tout. Mais si Dieu a octroyé l’arme nucléaire, c’est pour prévenir que les êtres humains aillent un « suicide collectif », un « suicide intercontinental ». L’arme nucléaire est le moyen le plus rapide, en quelques heures seulement, pour s’autodétruire. Par exemple, une grande ville, une mégapole de 10 millions d’habitants, visée par une bombe thermonucléaire de 5 ou 10 mégatonnes dont le start a été donné à 5 heures du matin, cette ville, en moins d’une heure cesserait d’exister. Ce qui signifie qu’à 6 heures du matin, 10 millions d’êtres humains se seraient volatilisés ou réduits en cendre ou encore brûlés à mort.

 

Donc, dans cette bombe nucléaire, il y a quelque chose d’infernal, c’est l’enfer qui vient sur terre. Mais qui a permis cette découverte infernale que l’on cache dans les silos, que l’on transporte par des forteresses aériennes ou par mer, par des sous-marins nucléaires stratégiques ? N’est-ce pas Dieu ! Les êtres humains souvent ne savent pas que toute l’œuvre humaine relève en fait de Dieu qui Lui ne leur accorde que la pensée et le libre-arbitre « pour ce faire », i.e. suicider si les êtres humains le voudraient ». Mais, ce que les humains ne doivent pas oublier, c’est que toute force dans la nature quelle qu’elle soit, d’une brise de vent, d’un rayon du soleil aux propriétés de la Terre, à la structure des êtres humains sont essentiellement œuvre de Dieu.

 

Souvent la pensée humaine oublie de se le rappeler ou même en est ignorante ; parfois elle reste comme voulue dans l’ignorance. Est-ce la pensée qui est ignorante, ou l’être humain, par la pensée, est resté ignorant ? Il est évident que la pensée ne peut pas être ignorante puisqu’elle ne dépend pas de l’homme mais dépend de Dieu. Quand un être humain meure, il ne pense plus, sa pensée l’a quitté, les croyants diront que « roh, (souffle) est retourné à son Créateur, Dieu. » Par conséquent, si l’être humain reste ignorant dans certains points de l’existence, c’est qu’il devait l’être. La pensée aurait pu l’éclairer mais elle ne le fait pas puisqu’elle-même ne se commande pas.

 

Pour comprendre, prenons la nucléarisation des Villes japonaises, Hiroshima et Nagasaki, le 6 et 9 août 1945. Comment le bombardement de ces villes s’est-il opéré ? A peine la première bombe atomique, appelé « Gadget », a été testée le 16 juillet 1945 dans le désert près de Alamogordo (Nouveau-Mexique), aux États-Unis que moins de 20 jours plus tard, la première bombe atomique à l’uranium, appelée « Trinity », fut larguée sur Hiroshima. La ville a pratiquement été rasée. Après trois jours, le 9 août 1945, c’est le tour de Nagasaki d’être frappée par une bombe au plutonium, appelée « Fat man », signifiant « homme obèse ». Drôle de nom pour des bombes apocalyptiques ? Drôle de nom, faut-il dire, ce que la pensée a soufflé dans les consciences des décideurs américains qui savaient pertinemment l’enfer qu’ils allaient déverser sur les villes japonaises. Mais la pensée a « ri » dans les consciences du genre humain, parce que ce sont des hommes US qui allaient déverser le feu de l’enfer sur le Japon. Certainement, la pensée ne les aurait pas fait rire, si c’était le contraire.

 

Poursuivons. Pourquoi en 25 jours, le destin de l’humanité a été changé par trois bombes atomiques ? Pourquoi le Japon a été frappé par deux bombes atomiques ? Pourquoi ce sont les États-Unis qui ont été les maîtres de l’œuvre dans la réalisation de ces bombes, et il faut le dire dans sa phase finale ? Alors que la découverte de la bombe a commencé avec les savants Avogadro, Dalton, Lavoisier, Proust dans les années 1700 et d’autres savants plusieurs siècles avant juillet-août 1945.

 

Il est évident que la découverte de la bombe atomique est survenue selon un processus historique précis. Elle devait survenir et mettre fin à la guerre entre les États-Unis et le Japon. Sans cette bombe atomique et compte tenu de l’éloignement, la guerre nippo-américaine aurait continué indéfiniment. Le peuple japonais n’aurait jamais capitulé et la guerre se serait transformée en guérilla jusqu’à épuisement des forces US.

 

D’autre part, le plus important, le monde humain devait connaître la nouvelle, et donc l’avènement de l’arme atomique devait s’avérer, devait être une ligne rouge à ne pas franchir, et pas simplement une arme de dissuasion, une arme radicale pour interdire les guerres entre les puissances nucléaires. Et pourquoi l’arme nucléaire ? Elle est venue après deux Guerres mondiales. Pourquoi après Deux Guerres mondiales ? Elle aurait pu survenir après trois Guerres mondiales ou encore après quatre guerres mondiales ; non elle est survenue juste à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Et pourquoi à la fin de la Deuxième Guerre mondiale ? Et pas au milieu, en 1942 ou 1943, par exemple ?

 

Non, elle est survenue à la fin de la guerre, en 1945, et ne restait que la guerre dans le Pacifique. Et tous s’est passé très vite, les essais testés concluants et moins d’un mois son usage sur deux villes du Japon. Les États-Unis ont trouvé leur découverte normale, ils ont même été heureux d’avoir vaincu le Japon à moindre frais, deux bombes nucléaires ont suffi pour que le Japon capitule sans conditions. Puis est survenu l’occupation et le tournant radical pour le Japon occupé qui est devenu, après la guerre de Corée (1950-1953), le premier allié des États-Unis. Et ce malgré deux villes rasées. Ironie de l’histoire ou ironie de la pensée divine qui se joue des hommes.

 

Ce juste questionnement nous fait dire que l’humanité, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, était sommée d’arrêter la guerre mondiale. Il lui est interdit des guerres mondiales et ce qui est arrivé à Hiroshima et Nagasaki est le prix qui lui coûterait. En clair, le genre humain est prévenu et il revient à son libre-arbitre de choisir. Et même ce libre-arbitre est à mettre au conditionnel car en fait le genre humain n’est pas libre totalement.

 

Enfin, comme on l’a énoncé supra, ce ne sont pas les États-Unis ni l’espèce humaine qui a conçu la bombe absolue, mais Dieu qui a éclairé les humains dans leurs pensées en leur communiquant le processus réactif nucléaire, comme aussi l’avènement des deux Guerres mondiales, pourquoi ? Parce que cela relève de la marche absolue de l’humanité, et cette marche de l’humanité relève aussi de Dieu, le Créateur des mondes. Et pour l’humanité, l’arme atomique est encore monté d’un cran, au début des années 1950, elle est devenu mille fois plus puissante avec la découverte de l’arme thermonucléaire (à hydrogène H). Elle a dépassé la fission nucléaire, qui se compte désormais en mégatonnes de TNT (trinitrotoluène) et non en kilotonnes comme la précédente. Le monde ainsi est « verrouillé » atomiquement.

 

Et le plus naturel qui devait s’opérer à tout prix, l’arme nucléaire n’est pas restée pour les seuls États-Unis à la posséder, ce qui n’aurait pas de sens, une seule puissance humaine au monde à la posséder, mais elle fut vite distribuée aux autres puissances avant même que l’arme soit devenue thermonucléaire. En 1949, l’URSS qui a fait son premier essai nucléaire s’est placée à parité avec les États-Unis ; entre 1952 et 1953, ces deux puissances sont arrivées presque en même temps à parité sur le plan des armes thermonucléaires (1er novembre 1952 pour les États-Unis, 12 août 1953 pour l’Union soviétique). Ensuite vient la Chine en 1967, la France en 1968…

 

C’est dire que l’ordre de l’humanité est bien agencé par Celui qui l’a créé, qu’Il suit pas à pas cette humanité qui ne cesse d’être frondeuse, d’être belliqueuse. Mais il demeure qu’Il l’a assagi par ce mystère qu’est la bombe qui ne s’emploie encore que sur Son Ordre. Impossible aux humains bien qu’ils soient concepteurs éclairés de cette arme nucléaire d’en faire appel sauf s’il n’y a un motif impérieux pour l’employer, encore faut-il un feu vert qui transcende les hommes.

 

Il ne faut pas croire parce que Dieu a octroyé le libre-arbitre aux humains que ces humains peuvent faire ce qu’ils voudront. En réalité, tant dans les questions les plus petites que les questions les plus grandes, Dieu laisse faire mais oriente toujours et « corrige » en permanence les « erreurs ». Le Bien et le Mal est consacré dans la Création de l’univers et donc l’être humain est confronté à ce monde dual qui entre dans la nature humaine. Qu’il soit frondeur, belliqueux ou épris de paix, c’est ainsi qu’il peut voguer entre les deux extrêmes. Mais ces extrêmes sont aussi régis par Dieu et bien qu’Il laisse l’humain libre, l’humain n’est libre que parce que c’est consenti par Dieu pour que l’humain se sente libre, se sente maître de son destin.

 

Dans l’absolu, il ne l’est pas si ce n’est sa conscience sur laquelle il ne sait rien qui lui dicte ce dont il a besoin pour exister. Et cela se situe dans son « esprit » humain dont l’humain n’en sait rien sinon que oui, il doit y avoir quelque force en lui sinon sans elle, il ne pourrait exister. Sinon quel est l’être humain qui se targue de dire que j’existe par moi-même. Descartes, devant l’obstacle insurmontable de définir son existence, sa pensée lui a assuré : « tu penses donc tu es. » Dès lors, Descartes s’écrie : « je pense donc je suis » ou en latin « cogito ergo sum. »

 

En réalité, Descartes n’a rien découvert, c’est sa pensée qui lui a fait découvrir qu’il est un être pensant, et que le fait de faire avec la pensée ce que l’on veut et même à douter d’exister est déjà « penser ». Tout l’être humain, toute son existence repose sur sa pensée. Quoi qu’il fasse, il passe par la pensée ou encore plus simplement la pensée pense en lui, et seulement pour ce qu’il est. La pensée est autre pour un autre sujet pensant, ils peuvent être proches les sujets pensants comme ils peuvent être antagonistes. Et pourquoi les autres philosophes qui ont suivi tels Kant, Spinoza, ou encore Sartre et Husserl, ne remettront jamais en question cet « acquis philosophique », ce « cogito ergo sum », parce qu’en fait il n’est pas un acquit philosophique, « il est beaucoup plus. »

 

Et pourquoi beaucoup plus ? Pour la simple raison qu’ils ne le peuvent pas, non pas que leurs pensées leur interdisent de penser autrement mais parce que sur ce sujet, la raison est entendue, elle est la base fondatrice de l’essence humaine.

 

Comme aujourd’hui ce qui se passe dans la guerre en Ukraine. Et on le constate, les humains font la guerre et croient chacun dans son camp qu’ils sont dans leur droit d’envahir ou dans leur droit de repousser celui qui veut l’envahir. Si la Russie a opté pour envahir l’Ukraine, et lancé son « opération militaire spéciale », c’est aussi parce qu’il y a des causes d’abord « humaines ». L’OTAN, le pacte Atlantique, a voulu s’étendre jusqu’aux frontières de la Russie, et il s’est étendu de facto à la plupart des pays de l’ex-aire d’influence de l’URSS devenue la Fédération de Russie.

 

Fortement convaincu dans son droit, et surtout que la plupart des pays de l’ex-aire soviétique sont entrés dans l’Union européenne et dans l’OTAN, et la Russie globalement n’a trouvé rien à redire sinon de lointaines promesses à qui on lui a fait durant la période difficile qui a suivi l’éclatement de l’Union soviétique. Donc les États-Unis et l’Europe, engaillardis par ces succès successifs en Europe centrale et orientale, ont continué et n’ont pas pris au sérieux les avertissements russes.

 

De même, le peuple ukrainien globalement a opté pour l’Occident, ce qui était dans son droit de peuple libre, que d’ailleurs l’Occident a mis en avant. Mais, dans la géopolitique complexe du monde aujourd’hui, il n’y a pas que le droit d’un peuple libre ou de peuples libres ; bien qu’il y ait des droits de peuples libres, il existe aussi des contingences dans le choix des peuples libres. En effet, un peuple libre peut lutter pour son choix vers le régime qui l’attire mais il faut encore qu’il sache que ce choix n’affecte pas l’autre peuple libre qui lui aussi a fait son choix. Le peuple russe comme le peuple ukrainien est un peuple libre et peu importe le régime politique qui l’administre ; c’est le choix de tout peuple libre.

 

Un occidental peut dire, par exemple, que le régime russe n’est pas démocratique et déduire que le peuple russe n’est pas libre, et réciproquement, le russe peut dire que le régime occidental est certes démocratique mais capitaliste et qu’à travers le capital, il exploite les masses travailleuses. Et qu’au fond, la démocratie n’est qu’une façade et c’est le capital qui régit la société, et donc pas de véritable liberté ; le pauvre restant toujours pauvre et le riche restant toujours plus riche.

 

De plus, en Ukraine, il y a des communautés russophones importantes, à l’Est de l’Ukraine, et qui ont aussi voix au chapitre des changements voulus par le peuple du centre et de l’ouest de l’Ukraine, et bien qu’il est majoritaire et le gouvernement de Kiev l’appuie, l’obstacle n’est pas levé pour autant. En effet, l’Occident se retrouve face à trois obstacles, d’abord les mises en garde de la Russie sur l’extension occidentale sur l’Ukraine, les populations russophones au Donbass, en Crimée et d’autres régions de l’Est de l’Ukraine qui rejettent la politique du régime de Kiev, et enfin les populations russophones ont des frontières directes avec la Russie, et donc comptent sur la Russie-mère pour les protéger.

 

La guerre dès lors est inévitable dans cette dissonance entre peuples libres et non-libres selon comment chaque camp voit l’autre camp que s’est opéré ce conflit russo-ukrainien devenue guerre d’invasion. Puis est survenue l’opposition entre deux camps prenant alors les autres régions du globe. On a le pôle de l’Ouest uni avec certains pôles du reste du monde qui soutiennent où bien sûr n’est pas étranger l’intérêt et le pôle de la Russie et donc de l’Est auquel se joigne principalement la Chine tout en menant une politique de prudence et les autres pôles en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud tiraillés entre les deux camps.

 

On comprend qu’en fait il y a un processus historique naturel qui régit la marche de l’humanité. Dans le sens que chaque camp est devenu ce qu’il est par les forces, par les guerres même qui ont façonné son histoire, et l’histoire du monde. Qu’aujourd’hui, la Russie envahisse l’Ukraine est une donnée qui entre dans la marche de l’histoire de l’humanité. L’invasion de l’Ukraine a été un concours de circonstances qui ont fait qu’elle le soit. Ne prenant que l’arme nucléaire découverte en 1945, le dédale d’événements qui a suivi montre que l’invasion de l’Ukraine en 2022 était potentielle dans le sens qu’elle devait survenir, et « elle est survenue ».

 

Dire que c’est le président Vladimir Poutine qui a déclenché l’invasion de l’Ukraine, c’est méconnaître les forces de l’histoire. V. Poutine n’est qu’un homme, il ne peut déclencher l’invasion de l’Ukraine que si tous les éléments du puzzle historique sont déjà en place et n’attendent que leur réalisation. Ne serait-ce que l’arme nucléaire, si elle était absente et n’avait pas existé, il n’y aurait pas eu d’invasion ; de même si l’OTAN ne s’est pas intéressé à l’Ukraine, un pays de l’Est sans impact géostratégique, et l’Organisation repliée sur elle-même pour une défense collective réelle des pays de l’Ouest, il n’y aurait eu ni opération militaire spéciale, ni révolution Maïdan, ni Donbass. Une Ukraine unifiée tout simplement.

 

Et si l’invasion a eu lieu, c’est aussi qu’elle est inscrite dans l’Ordre de la Création, qu’elle a valeur dans la marche du monde. Et si le Président Vladimir Poutine, le ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov ou le président biélorusse Alexandre Loukachenko parlent de Troisième Guerre mondiale, ça n’entre que dans la guerre psychologique entre les grandes puissances.

 

Il ne peut y avoir de Troisième Guerre mondiale pour l’humanité. Pourquoi ? Pour la simple raison que si Dieu a permis à l’humain de découvrir la puissance de la fission et la fusion thermonucléaire, ce n’est pas pour détruire l’humanité mais plutôt interdire encore une guerre mondiale, et donc la dissuader d’aller au-delà de ce qui lui est permis. Si vraiment Dieu avait voulu détruire l’humanité, il n’avait pas besoin de guerre mondiale ; il n’avait pas besoin que les êtres humains provoquent une guerre mondiale. Une simple collision de la Terre avec un astéroïde géant aurait fait périr toute l’humanité comme le furent les dinosaures, il y a 65 millions d’années. Et plus simplement, rapprocher la Terre au soleil, la température s’élevant à 60-70°, dès lors plus de vie sur terre. D’autre part, si Dieu avait voulu mettre fin à l’humanité, pourquoi permettre à l’homme de découvrir le principe de la fission nucléaire ou de la fusion nucléaire ? Seule réponse, pour protéger les puissances de s’autodétruire. Plus de 75 années sans guerre entre les grandes puissances.

 

Donc l’invasion de l’Ukraine par la Russie a un grand sens historique. Au-delà de la résistance du peuple ukrainien, du soutien multiforme en armements, finances et autres de l’Occident à l’Ukraine et de la poussée russe qu’elle dure, qu’elle s’épuise à la longue, comme la guerre d’invasion s’est entièrement reposée sur les armes nucléaires que détient la Russie au plan mondial, elle a par cette passe historique imposé une réponse prudente de l’Occident. Aider l’Ukraine oui, mais éviter un suicide planétaire a fortiori pour un seul pays l’Ukraine serait un impératif pour les États-Unis ; même si l’Europe était elle-même menacée de guerre nucléaire, les grandes puissances resteront toujours sur leurs gardes pour ne pas transporter une guerre nucléaire sur leurs sols.

 

Ceci étant, si l’Occident ne change pas sa politique comme il l’a toujours menée lorsque, au nom de la démocratie, il a causé tant de malheurs au Vietnam, en Corée, en Irak, en Afghanistan, la liste est longue, et vis-à-vis de la marche absolue de l’humanité, ces guerres n’ont été « permises » parce qu’elles entraient aussi dans la destinée humaine, et seul Dieu en est le garant, la guerre en Ukraine aujourd’hui constitue cependant un tournant pour l’Occident et pour l’humanité entière.

 

On peut même dire que les puissances ne craignent plus une guerre nucléaire ; ils sont même très confiants dans ce qui s’y trouve dans leurs arsenaux, et par conséquent, les mises en garde répétées de la Russie sur un recours à l’arme nucléaire ne créent pas ce qui doit être créé, par exemple la peur d’une guerre nucléaire, mais plus d’avertissements russes pour faire peur, mais l’Occident ne mord pas à l’hameçon, et continue sur sa lancée. Maintenir et augmenter les sanctions, armer l’Ukraine, maintenir ses forces stratégiques prêtes à répondre aux menaces nucléaires russes.

 

De son côté, le président de la Russie ordonne une mobilisation militaire partielle, il continue sur ses menaces de recourir à l’arme nucléaire, et surtout, dans son discours, il dit que « ce n’est pas du bluff. » Et pas d’écho du côté occidental si ce n’est que la confrontation Occident-OTAN continue avec la Russie sur le théâtre ukrainien. 

 

Aussi, on est en droit de se poser la question : « Qu’est-ce qui va advenir de ce conflit, demain ? A l’horizon 2023. Il se passera 10 mois et 5 jours de guerre, le 31 décembre 2022, tout dépend certes de la Russie pour la fin de la guerre mais aussi et surtout de l’Occident. Et comme on voit que les mises en garde nucléaires russes ne portent pas, il se peut que le traité de dissuasion nucléaire lui aussi ne porte pas puisque les êtres humains, après plus de 75 ans de paix entre les grandes puissances, se sont habitués qu’il ne peut survenir de guerre nucléaire à moins de s’autodétruire, et donc impossible qu’une puissance nucléaire va jusqu’à menacer les autres de frappes nucléaires uniquement pour retourner à son avantage la guerre.

 

Cependant, combien même un blocage de solution est de mise dans la guerre en Ukraine, et l’humanité arrivée à un point de non-retour, assimilant l’arme nucléaire comme faisant partie des panoplies d’armements de guerre mais impossible à l’utiliser, comme d’ailleurs les décideurs du monde qui ont un bouton rouge pour provoquer une guerre mondiale mais ne peuvent le « pousser », c’est que précisément tout est possible dans cette guerre qui se joue en Ukraine. L’humanité a besoin de se réveiller, de ne pas se croire en sécurité, et que même les grandes puissances s’ils ne prennent pas garde, risquent de se retrouver dans une guerre nucléaire.

 

Aussi pose-t-on la question : « Faut-il qu’une guerre nucléaire arrive pour que les grandes puissances prennent conscience ? » Une guerre nucléaire qui éclate même avec des armes à faible puissance peut avec des ripostes adverses entrer dans une spirale de guerre nucléaire. Est-ce seulement avec les premières destructions et la spirale qui va suivre, et donc d’autres destructions qui peuvent être plus cataclysmiques pour que les puissances vont enfin prendre conscience et mettre fin à la guerre avant qu’il soit trop tard ?

 

Mais comme toute pensée humaine appartient à Dieu, et que les hommes pensent et décident de la guerre par leurs pensées que leur octroie Dieu, force de dire que si une guerre nucléaire éclate, il faut d’abord qu’elle ait le feu vert du Créateur. Et tout semble concorder que l’humanité va à cette catastrophe tant les positions des uns et des autres dans le conflit ukrainien sont éloignées. Et la guerre continue toujours parce que les États-Unis et l’Europe ne peuvent se permettre de laisser la Russie gagner. Mais toute guerre doit se terminer un jour, comme toute guerre. Mais avec quelles conséquences ? Un bouleversement total de l’ordre de puissance mondial.

 

Medjdoub Hamed
Auteur et chercheur spécialisé en Economie mondiale,
Relations internationales et Prospective


Moyenne des avis sur cet article :  1.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 30 septembre 11:01

    La preuve,. La GPA est passée à Cube, suivie d’un ouragan DEVASTATEUR.  Qui en plus s’appelle IAN (qui ne peut y voir l’apocalypse selon Saint Jean ???) Ian, c’est bien JEAN...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 30 septembre 11:02

      Lire Cuba... bien sûr...


      • Gégène Gégène 30 septembre 11:14

        " Sans cette bombe atomique et compte tenu de l’éloignement, la guerre nippo-américaine aurait continué indéfiniment. Le peuple japonais n’aurait jamais capitulé et la guerre se serait transformée en guérilla jusqu’à épuisement des forces US "

        il semble que l’auteur n’aie jamais entendu parler des orgues et orcs de Staline qui ont commencé à déferler sur la Mandchourie à partir du 9 aout, c’est-à-dire trois mois après le 9 mai 1945, comme convenu avec Truman smiley


        • roman_garev 30 septembre 11:24

          @Gégène
          L’auteur nous éblouit par son incompétemce démesurée...


        • Lynwec 30 septembre 12:12

          @Gégène

          Il ne semble pas au courant non plus du fait que les Américains exigeaient une capitulation sans conditions et refusaient tout accord de paix négociée, chut... Il ne faut pas en parler, ça pourrait laisser penser qu’ils ne cherchaient pas vraiment la paix, loin de là...


        • roman_garev 30 septembre 11:18

          « Sans les armes nucléaires, la Russie n’aurait jamais mené une telle opération qui aurait été certainement suicidaire. »

          Qui vous l’a dit ? Une ineptie exemplaire, delirium tremens.



          • roman_garev 30 septembre 15:56

            @roman_garev
            On en finira avec ce tumeur nazi sans le nucléaire, on a plein de moyens pour ça.
            Le nucléaire, c’est pour l’oncle Sam s’il ose...


          • Lynwec 30 septembre 12:09

            "On pensait qu’il n’y aura jamais de guerre en Europe, les guerres ce sont pour les autres, les sous-développés, les moins-nantis, bref les pauvres et les plus pauvres."

            Mais c’est fait. Les sous-développés et une bonne partie du reste en cours de réalisation, c’est nous aussi aujourd’hui, simplement, on ne s’en est pas encore rendus compte, mais ils y ont tellement travaillé...

            Quant aux guerres civiles, ils y tiennent . A nous de ne pas entrer dans leur jeu, en commençant déjà par ne pas tomber dans les pièges diviseurs genre les pro-Ukraine vs pro-Russie... Pour le reste, à part la situation de mourir de faim, rien ne justifie réellement l’apparition de guerres civiles, mais là aussi, ils y travaillent dur à nous persuader du contraire...


            • roman_garev 30 septembre 15:15

              Ça y est !

              La Russie vient de s’enrichir de 10 000 000 d’habitants et de 109 000 km2 de territoire européenne.

              À suivre...


              • roman_garev 30 septembre 15:46

                @roman_garev
                Quatre nouvelles régions russes : carte.


              • pemile pemile 30 septembre 15:56

                @roman_garev « Quatre nouvelles régions russes »

                Et comment Lyman va rester russe ?


              • roman_garev 30 septembre 16:07

                @pemile
                Tout comme la Crimée reste russe 8 ans et demi et le restera toujours...
                Tout comme Donetsk, Lougansk, les oblasts de Kherson et de Zaporojié sont devenus russes et le seront désormais toujours.
                Or, parfois durant des opérations militaires certaines localités, villages, forêts, champs, etc. peuvent passer d’un côté à l’autre. Et alors ?
                Dans leurs tentatives folles de récupérer ce village de Lyman les Ukres ont déjè perdu des milliers d’attaquants drogués qui gisent dans les alentours comme d’hab chez ces sauvages qui ne respectent même leur propres morts, sans pertes significatives chez les Donbassiens. Mais bientôt la chair à canon ukrainienne s’épuisera, c’est inévitable.


              • pemile pemile 30 septembre 16:16

                @roman_garev « Tout comme Donetsk, Lougansk, les oblasts de Kherson et de Zaporojié sont devenus russes et le seront désormais toujours. »

                Tu oublies qu’il va te falloir arrêter l’avance ukrainienne !

                "Dans leurs tentatives folles de récupérer ce village de Lyman les Ukres ont déjè perdu des milliers d’attaquants drogués qui gisent dans les alentours comme d’hab chez ces sauvages qui ne respectent même leur propres morts, sans pertes significatives chez les Donbassiens."

                Faut en rire ou en pleurer de tes délires ?


              • roman_garev 30 septembre 16:32

                @pemile
                Délires ?
                Demandez-le aux dizaines de milliers de femmes et mères ukrainiennes qui ne savent toujours pas ou sont passés leurs maris et fils.
                « Disparu sans laisser des traces », on leur répond du Ministère de défense. Pour ne leur rien payer. (Surtout quand il n’y a plus de quoi payer. Sauf des prêts de l’Occident à voler.)
                Mangés après la mort par des chiens errants et autres bêtes, voilà ce qui est vrai,
                Continuez...


              • pemile pemile 30 septembre 16:46

                @roman_garev "Demandez-le aux dizaines de milliers de femmes et mères ukrainiennes qui ne savent toujours pas ou sont passés leurs maris et fils."

                Leur demander pourquoi la Russie ne laisse pas le CICR contrôler les lieux de détentions ?


              • roman_garev 30 septembre 17:53

                @pemile

                MOSCOU, 30 septembre - RIA Novosti. La Chine et la Russie, en tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, ont une responsabilité commune dans le maintien de la paix mondiale, a déclaré l’ambassadeur de Chine en Russie Zhang Hanhui à RIA Novosti.

                « Conformément au plan annuel de coopération de défense sino-russe et aux accords bilatéraux, des unités de l’armée chinoise ont participé à l’exercice Vostok-2022 en septembre. Après cela, les navires de la marine chinoise et de la marine russe ont effectué la deuxième patrouille conjointe en l’océan Pacifique occidental », a-t-il déclaré. Zhang Hanhui.

                Selon lui, les patrouilles conjointes visent à approfondir la coopération amicale pratique entre la marine chinoise et la marine russe, à augmenter le niveau d’interaction entre les militaires et à renforcer la capacité à contrer conjointement les menaces à la sécurité maritime.
                 »Cette opération est incluse dans le plan annuel de coopération de défense sino-russe et n’est pas dirigée contre des pays tiers« , a souligné le diplomate.
                 »En tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, la Chine et la Russie ont une responsabilité commune dans le maintien de la paix mondiale. Des patrouilles conjointes réussies contribuent à renforcer la confiance stratégique entre la Chine et la Russie, stimulent le développement d’un partenariat stratégique global entre elles et contribuent au maintien de la paix mondiale, la stabilité et la sécurité dans la région  », a-t-il noté.


              • Soucougnan Soucougnan 30 septembre 20:32

                @roman_garev

                Quatre nouvelles régions russes : carte.

                Sur votre carte on croirait que la Russie contrôle entièrement ces quatre régions ce qui n’est pas vrai ! La réalité est tellement laide qu’il vous faut la travestir pour oser la regarder ?

              • titi titi 1er octobre 11:27

                @Soucougnan
                Vous faites bien de le rappeler.

                En particulier dans l’oblast de Donesk où les avancées militaires sont quasi nulles.


              • zygzornifle zygzornifle 30 septembre 15:23

                Avec Poutine séance de chimio gratuite pour toute la planète, j’espère qu’il ciblera l’Elysée quand toute la clique au poudré y sera .... 


                • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 30 septembre 16:17

                  "Comme en 1939, si la Russie n’avait pas d’armes nucléaires pour tenir en respect les armées occidentales, et qu’elle avait envahi l’Ukraine, ce sont toutes les armées d’Europe et donc du Royaume-Uni, de France, d’Allemagne, avec le soutien des États-Unis, et bien sûr de l’Europe centrale, orientale et du Nord, qui se seraient liguées contre la Russie 

                  "

                  Il me semble qu’en 1939, c’est l’Allemagne qui a voulu envahir l’Europe avec ses croix gammées, et qu’elle s’est plus tard cassé les dents contre... La Russie.

                  Quant au Ukrainiens, ils étaient plutôt copain avec les nazis. Jusqu’à être pire qu’eux comme gardiens des camps (Treblinka). C’est dire.

                  À force de jongler avec l’histoire, on se prend les pieds dans le tapis !



                    • roman_garev 30 septembre 16:40

                      @MagicBuster
                      Ce personnage vient d’avouer qu’il a volé 100 heures de Poutine dans ses blablas par téléphone vides, privés de tout contenu et résultat. Il devrait être condamné rien que pour ça.


                    • roman_garev 30 septembre 16:53

                      « Les États-Unis, sans nécessité militaire, ont largué une bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki — et d’ailleurs, ont créé un précédent », a remarqué Poutine aujourd’hui.

                      Le systène du droit anglo-saxon est créé sur des précédents. Poutine le sait. Et vous ?


                      • Soucougnan Soucougnan 30 septembre 20:23

                        @Hamed

                        l’opération (...) repose essentiellement sur la terreur qu’inspirerait l’emploi d’armes nucléaires par la Russie si elle venait à les utiliser.

                        Eh bien c’est raté semble-t-il, des armes et de l’argent sont encore en partance pour l’Ukraine. Poutine joue à la guerre avec des gens bien plus expérimentés que lui, qui ne font aucune erreur quand lui les aligne. Il faudrait être naïf pour croire que les Américains n’ont pas déjà envisagé tous les scénarios d’une utilisation d’armes nucléaires tactiques en Ukraine. Et si les armes et l’argent occidentaux continuent d’affluer là-bas, ce n’est pas anodin... Le problème de Poutine, c’est qu’il est d’une intelligence hors norme et comme tous les leaders de génie de l’histoire, c’est au final sa trop grande confiance en lui qui causera sa perte.


                        • zygzornifle zygzornifle 1er octobre 09:30
                          Si vous n’êtes pas vigilants, les médias arriveront a vous faire détester les gens opprimés et aimer ceux qui les oppriment .
                          Malcom X. 

                          • zygzornifle zygzornifle 1er octobre 09:32

                            Le bal des dictateurs aux mains pleine de sang , Staline, Lénine, Poutine, Hitler, Napoléon sans remonter trop dans le temps ....


                            • zygzornifle zygzornifle 1er octobre 09:36

                              Poutine n’est pas président de la Russie mais du KGB, il a du signer des milliers de condamnation a la peine du peloton d’exécution et au goulag envoyant des pauvres bougres a la mort et il faudrait encore le soutenir, c’est lui la victime, comme si on voudrait éclater la Russie, elle y arrive bien toute seule ....


                              • titi titi 1er octobre 10:33

                                @L’auteur

                                Pourquoi croyez vous que les militaires russes pillent les machines à laver et les écrans plats en Ukraine ?

                                Le salaire minimum en Ukraine c’est 76 euros / mois.

                                Le salaire minimum en Russie c’est 171 euros / mois.

                                Le salaire minimum au Maroc c’est 242 euros / mois.

                                Cette guerre oppose deux pays sous développés.

                                "il a causé tant de malheurs au Vietnam, en Corée, en Irak, en Afghanistan

                                "
                                Dans les 3 exemples que vous citez, il s’agit de pays qui étaient en guerre civile avant la venue des occidentaux.
                                Ces derniers ont choisi de favoriser un camp plutot qu’un autre.
                                Mais le bordel était déjà là.
                                Et d’ailleurs à part au Vietnam tous sont retombés dedans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hamed


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité