• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dîner de cour et dîner de gueux - (Pamphlet) - Première partie

Dîner de cour et dîner de gueux - (Pamphlet) - Première partie

En l’an de grâce 2021, en pleine crise du Covid les Français assignés à résidence, découvrirent avec stupéfaction les arrières-cuisines de l’Oligarchie. Ces arrières-cuisines exhalaient des fumets de repas fins de grand arroi, mais clandestins, préparés avec un soin tout spécial pour une gente réputée le bec délicat, par les chefs étoilés du sérail, triés sur le volet. 

Toutes ces agapes quasi royales, bien entendu, servies aux ploutocrates contre un prix raisonnable… tournaient autour de plusieurs centaines d’Euros de participation ! 

En y rajoutant le Champagne, vins fins et liqueurs, et tout le toutim, le prix à payer pour bouffer caviar, langouste, homard, foie gras et maintes petites mignardises sucrées ou salées, quelques petites volailles rôties dans leurs jus, triées elles aussi sur le volet,il était prévisible que la note à régler se fût envolée, nécessairement. 

Mais que ne feraient les pleins aux as pour vider leurs poches, en se remplissant par la même occasion, la gargamelle ? 

Nous, Peuple, sommes appelés à croire sur parole l’amphitryon, l’organisateur de ces grandes agapes, un personnage détonnant et étonnant du microcosme, qui, entre deux gesticulations verbales burlesques, faisant remuer sa toison moutonneuse, nous expliquait devant caméra, les ressorts psychologiques qui animaient sa généreuse personnalité et sa manie de régaler ses convives, son empathie pour les riches, qu’ils fussent Ministres, Députés, artistes de renom, médecins grands pontes de plateaux TV, et autres journalistes, politiciens, etc. 

Mais pas que… L’amphitryon, la main sur le cœur, nous jurait qu’il donnait aussi la pièce aux SDF. C’était son côté caritas. C’est que son visage rondouillard de bon vivant n’eût accepté qu’il y eût tant de misère, tant de morts de faim et de froid, dans la rue. La rue ! juste en bas de chez lui, sous ses yeux qui n’en pouvaient croire ! Car c’est bien au chaud que l’on mesure vraiment les écarts de degrés de température, surtout l’hiver !Il vous suffit de vous mettre dans la peau d’un SDF. 

Moi, si bon vivant, je ferais un si mauvais mort, si j’étais à sa place ! Aussi s’épanchait-il en larmoiement derrière sa fenêtre, ses rideaux de lampas et son balcon ouvragé, à la vue du hère qui passe, se les gèle, et qui, le nez rougi par les frimas, demande la charité aux passants. Un passant qui passe sans jeter le moindre regard au sous-gueux, c’était insupportable pour l’amphitryon ! Et hop ! Une petite piécette par ci-, par là et la conscience repliée comme un éventail fermé, il pouvait dormir sur ses deux oreilles, sur son bon oreiller de plumes d’eider, en comptant non pas les moutons, mais toute sa collection d’objets précieux qui remplissaient sa demeure somptueuse.  

Mais revenons aux volailles de ce repas de gala clandestin chez l’amphitryon, revenons aux petits poulets à la reine qui allaient régaler l’aréopage. Élevées dignement et gaillardement dans des fermes en Île de France, dans l’arrière-pays parisien regorgeant de lieux choisis pour cette gente si délicate, elles atterrissent généralement sur les plus grandes tables, toutes fraîchement plumées, nourries au grain sélectionné et lâchées dans les prés vert tendre. Après avoir été tuées artisanalement au surin aiguisé, elles se trouvent fins prêtes à passer à la casserole du grand chef étoilé. Vous ne croyez tout de même pas que la gente au bec fin se sert de la barbaque pré-découpée sous cellophane, en provenance des supermarché dont se contentent les gueux ? Ce serait mal connaître ce genre d’humanoïde qui ne se satisfont pas des restes industriels, ça c’est pour le bon peuple, les gueux, les manants, les chiens, quoi !  

Et comme vous l’aurez remarqué, l’arrière sonne toujours trois fois : arrière-cour, arrière-cuisine et lieux de production fermière de l’arrière-pays. Jamais devant, tous derrière, tous derrière ! Cachés aux yeux du grand public. Pour la gente au bec fin, le bon peuple de France est une bande d’envieux, pas besoin d’exciter le péquin ! Les gueux le sont déjà assez comme cela, envieux, depuis qu’ils ont endossé le gilet jaune du cantonnier et ont fait mille fois le tour des Champs Élysée et de l’Arc de Triomphe, en marchant et en scandant le refrain désormais célèbre : « On vient te chercher chez toi ! » 

- Horreur ! Horreur ! Enfer et Belzébuth ! s’exclame notre amphitryon vert de peur, rien que d’envisager une irruption de gueux rajaunis, dans les ors de ses somptueux appartements. Des gueux envahissant son immense Hôtel particulier tout plein de beaux et magnifiques meubles, objets de collection, impérieusement rangés, adulés, adorés, divinisés ; de quoi se faire une jaunisse à son tour ! 

Une invasion de Vandales ! Les Wisigoths à l’assaut ! Un cauchemar ! Que deviendraient toutes ces petites choses sacrées, touchées par la main de Dieu lui-même : le Corse Napoléone Buonaparto Impérator ? Ca n’a pas de prix un tel objet, ni sa valeur marchande explosive ! C’est vrai qu’un gueux ne peut comprendre ce genre de raffinement suprême : l’objet rare, la marchandise introuvable, l’adulation… La fétichisation… Tant de merveilles accumulées, juste pour se faire plaisir… Profiter de la vie… Quoi !

Le gueux, après tout, n’a qu’à travailler et arrêter de vivre aux crochets de la société ! Faire grossir son Smic, son Rsa, à bien l’utiliser, au lieu de gaspiller son pognon à boire des jus au bistrot, des bières au goulot, à fumer et à se ramasser des cancers, non mais ! D’ailleurs, les bistrots sont fermés ! Bien fait pour leur gueule… Le peuple, voyez-vous, il n’est pas éduqué, il faudrait que nous soyons plus « pédagogues ». 

C’est vrai que pour la gente au bec fin, le peuple il sait lui parler, se pencher vers lui, le prendre par les épaules, du bout des doigts, bien sûr, l’odeur populaire c’est dérangeant, tout de même. Ca sent le gasoil, la sueur et le sweat-shirt mal lavé ! Le gueux c’est un enfant ! 

L’amphitryon sait bien que les Français mis sous cloche, privés de liberté depuis plus d’une année avec le Covid 19, seraient scandalisés d’apprendre qu’une petite camarilla d’individus se tapassent joyeusement la cloche, côté cour, pendant qu’eux, empêchés d’aller au restaurant ou au café, se contentassent de croûter devant leur poste de télé ou dans leur salle-à-manger, le croque-monsieur surgelé, le steak passé au micro-onde, et, pour les plus audacieux, le gratin de pâtes à la milanaise surgelé aussi, avec sa croûte de gruyère râpé gratinée, au goût de fond de baskets après une heure de footing. Bref, la gastronomie dans la plus pure version moderniste ! Tout ça, pendant que les restaurateurs en faillite calanchent, criblés de dettes, car impossible pour eux de les honorer en attendant de rouvrir, aux calendes grecques.

Notre amphitryon sensible aux malheurs de la France, lorsqu’il se promène dans Paris et passe devant tous ces restaurants fermés, les devantures tristement closes, le rideau baissé offrant le spectacle mortuaire de leurs chaises empilées comme des cercueils entassés, ça le rend triste. C’est un sentimental. Car la France c’est aussi le pays de la gastronomie, que diable ! Comme il larmoie sur les SDF, il larmoie devant les établissements clos. 

Alors il a une idée de substitution. Pourquoi que je ne ferais pas le restaurateur à domicile ? Hein ? Oui, mais clando ! Comme au temps de la prohibition. Boissons à gogo, et tout ce qu’il faut pour que le corps exulte, comme disait le grand Brel. 

Il y a de la place pour tout le monde chez moi, dans ma si vaste cambuse, du moment que les invités fussent sélectionnés, pesés, évalués, et qu’ils démontrassent leur appartenance au monde des Milord. En deux coups de cuiller à pot, il envoie les invitations pour répandre son idée fumeuse. Et tout le monde va jouer des coudes pour en être. Succès garanti. Car la gente des becs fins aime à se retrouver dans l’entre-soi. Les menus, ces promesses, sont prestigieux où l’on pourra tûter, siffler, siroter, entre perroquets et perruches, homards et langoustes, à tu et à toi ! Sans masque ! La muselière, c’est pour la gueusaille.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • oncle archibald 12 avril 11:40

    Devant un bon feu de souches de vignes une pomme de terre longuement cuite sous la cendre, accompagnée d’une tranche de « cansalade » sur le gril (poitrine salée pour les Parisiens, je crois), juste tourne retourne, il faut qu’il reste un peu de gras pour pouvoir manger la pomme de terre sans ajouter du beurre ou de la crème (pour les Normands je crois) ... voilà un diner qui n’a rien à envier à ce que vous décrivez avec une complaisance que je trouve malsaine. Seriez vous jalouse de ces gens ? Pas moi ! A chacun ses plaisirs et que le cul leur pèle !


    • Fergus Fergus 12 avril 12:01

      Bonjour, oncle archibald

      Exact. J’ajoute à cela que l’un des cousins bordelais de mon épouse prépare dans son village du Sauternais des magrets de canard rôtis aux sarments de vigne  accompagnés de son propre vin qui sont une pure merveille.


    • Aristide Aristide 12 avril 12:18

      @oncle archibald

      La « cansalade » est un mot du sud-ouest, au début de mon émigration dans le Nord, au-dessus de Cahors en gros, j’étais un incompris ... tout comme pour les chocolatines, elles sont inconnues de ceux qui sans imagination nomment ce délice « pain au chocolat ».

      Je ne suis pas spécialement dessert, mais il me semble que pour finir ce festin de vrai roi, une belle tranche de « millas » poëlée au feu de bois avec du sucre peut terminer avantageusement ce repas. Suivi bien sûr de son Armagnac ...Pour le vin, un petit Madiran pyrénéen ou plus confidentiel un Coteau de Fronton pour rester à Toulouse.


    • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 12 avril 12:21

      @Fergus
      Mes oncles curés (j’en avais deux, et même un autre moine) comptaient parmi leurs relations un évêque au fort embonpoint et à la fourchette leste, Monseigneur Curien.
      Sa devise était :
      « Tout pour la gueule, pour le cul, rien ».


    • Fergus Fergus 12 avril 12:57

      Bonjour, Aristide

      Personnellement, je n’ai jamais apprécié le millas, contrairement à la croustade aux pommes et à l’armagnac.


    • Aristide Aristide 12 avril 13:09

      @Fergus

      Il s’agissait de rester dans le rustique et le pas cher, bien évidemment si vous osez allez au plus gouteux, je vous encourage à gouter au « poumpet ». Originaire du Sud du Tarn ce délice au citron et à la bergamote est à découvrir.


    • oncle archibald 12 avril 14:09

      @Aristide : le millas en dessert c’est une bonne idée.

      Difficile à cuire sur la braise parce qu’il faut le cuire sans le griller vraiment, juste à peine le laisser colorer, donc il faut l’avoir à l’œil et le tourner souvent. Si Fergus ne l’apprécie pas c’est peut être qu’il n’en a jamais gouté cuit « comme il faut ». Bon, après moi je l’incise délicatement sur la tranche, je rentre la dedans un peu de beurre, je sucre en poudre le dessus et ma foi .. C’est mieux que pas mal !


    • Adèle Coupechoux 12 avril 14:54

      @doctorix, complotiste

      « Tout pour la gueule, pour le cul, rien ».

      C’est pour ces gros dégueulasses que nous sommes enfermés. 


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 avril 16:50

      @Adèle Coupechoux

      Bonjour, nous sommes enfermés aussi pour masquer le grand reset que les medias survolent, dont on parle peu, mais qui va faire de tels dégâts d’ici peu qu’on risque bien de ne jamais nous en remettre. 


    • Adèle Coupechoux 12 avril 18:04

      @Nicole Cheverney

      Cette parenthèse dans nos vie va non seulement laisser des sillons profonds mais en plus le conditionnement de la majorité de la population donne un signal très fort aux oligarques. Les futurs hommes politiques vont se servir de cette expérience ignoble comme la base de maltraitance future puisque l’inacceptable est désormais permis.


    • artheslichepèdetologue arthes 12 avril 18:18

      @oncle archibald
      Tiens, je ne connaissais pas cette manière de faire...Chez moi, je l’ai toujours fait dans un moule à tarte, au four...Le millas...Gâteau à la citrouille quoi...Mais je suppose que sous ce même nom il y a différentes recettes, fonction des régions...

      Sinon, moi aussi je m’en tape des clandés, ça prouve que tout le monde en en marre des restrictions, dans toutes les strates. (vu qu’il y en a partout des clandés)


    • @arthes

      ça prouve que tout le monde en en marre des restrictions, dans toutes les strates

      Le problème n’est pas là, mais bien dans le fait que chez les membres de la caste au pouvoir, personne ne sera poursuivi. Si toi on te pique au café du village qui a ouvert et t’a servi un croque avec une bière du prends 405 boules.

      Quand tu as un salaud genre Duhamel qui vient vouer les carnavaliers marseillais aux gémonies puis qui se fait épingler dans un dîner clandé à 40, ça c’est le signe infaillible que la république part en cacahuètes.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 avril 18:47

      @arthes

      Bonsoir, dans toutes les strates, non ! Les restrictions c’est uniquement pour le reste de la population, (travailleurs pauvres et classes moyennes). Le reste se gauberge. Alors si vous vous en tapez, c’est votre problème. Quant à se taper, il vaudrait qu’on puisse se taper la cloche, LIBRES ! 
      D’ailleurs, sachez que l’hyper classe dîne très rarement dans les restaurants y compris les plus réputés, ils ont leurs endroits très discrets réservés à une clientèle très huppée. 
      La crise du Covid les oblige à une plus grande discrétion encore, comme des voleurs, en catimini, ils ont peur de se faire choper non pas par la maréchaussée qui leur est acquise, mais par les journalistes à scandale et que le petit peuple, le sachant, n’obéisse plus aux restrictions. 


    • artheslichepèdetologue arthes 12 avril 19:24

      @Philippe Huysmans, Complotologue

      Je ne vois pas pourquoi les membres de la caste ne seraient pas poursuivis, justement en ce moment, vu les scandales que ça fait...Une équipe de télé qui s’introduit en catimini pour filmer les agappes, les convives et donner ça en pâture au bon peuple, via les médias, ça fait en effet un coté : Vichy avec ambiance révolutionnaire.

      S’il y en a qui feraient mieux de rester chez eux , ce sont bien ceux qui donnent des leçons, genre Duhamel (si ce que tu dis est vrais justement) .
      Et du coup, je ne vois pas comment il peut désormais faire sa moraline sur un plateau.


    • @arthes

      Je ne vois pas pourquoi les membres de la caste ne seraient pas poursuivis,


      Attends un peu, et tu le verras...

      S’il y en a qui feraient mieux de rester chez eux , ce sont bien ceux qui donnent des leçons, genre Duhamel (si ce que tu dis est vrais justement) .


      C’est vrai. Il n’a pas fait le moindre démenti, un peu emmerdé qu’il est aux entournures...

      Et du coup, je ne vois pas comment il peut désormais faire sa moraline sur un plateau.


      Et pourtant, il continuera, peu importe la réalité aujourd’hui, les faits, tout ça c’est du passé. Désormais on est dans l’ère glorieuse de l’hyperréalité.


    • artheslichepèdetologue arthes 12 avril 19:33

      @Nicole Cheverney

      J’avance seulement que tout le monde en a marre des restrictions. quelque soit le niveau social...Non ?
      Que les clandés, bars ou restau , il y en a partout.
      Que dans toute la France chacun se débrouille pour manger sympa dans des endroits discrets.

      Sauf que pour les zhuppés, faut en effet qu’ils soient encore plus discrets, zut, raté.

      Donc , bah oui, le petit peuple qui déteste les riches est encore plus chauffé à blanc.

      P’têtre que le prochain à se faire coincer à manger du caviar dans un endroit chicos et « discret » sera Mélenchon ?


    • @arthes

      P’têtre que le prochain à se faire coincer à manger du caviar dans un endroit chicos et « discret » sera Mélenchon ?

      Je n’en serais pas étonné outre mesure, dans le genre traître à la gauche, on peut difficilement trouver pire.


    • cyrus CYRUS 12 avril 19:45

      @Philippe Huysmans, Complotologue

      Si c’ est un diner FM en loge ca m’ etonerais qu’ on les attrape sur le fait smiley


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 avril 20:42

      @arthes

      Oui, mais entre les deux sortes de clandés, c’est tout un état d’esprit qui diffère. Par exemple, le riche va faire la fêtre dans l’entre-soi avec toujours ce sentiment de supériorité de l’argent, des titres et des cercles de pouvoirs. 
      Le peuple,va faire la fête, sans penser à rien d’autre que de s’amuser et de profiter des bons moments de la vie. 
      Pour les riches, c’est plus subtil. Faire la fête ressemble plus à une forme de sociabilité obligée, le réseautage par exemple. Il y a toujours des intérêts sous-jacents, de plus, il faut se faire voir, ne pas se faire oublier, il en va des carrières. 


    • eau-pression eau-pression 13 avril 08:07

      @doctorix, complotiste
       Même qu’il ressemblait à Tintin. Avec son épi sur la tête, on l’appelait l’Epicurien.


    • Fergus Fergus 13 avril 09:14

      Bonjour, oncle archibald

      « Si Fergus ne l’apprécie pas (le millas) c’est peut être qu’il n’en a jamais gouté cuit « comme il faut » »

      Non, ce n’est pas ça, d’autant moins que c’est une spécialité de nombreux membres de la famille de mon épouse répartis en divers lieux de Gironde.
      Le problème est le lait qu’il contient et qui  quelle que soit la recette  m’écoeure. Depuis des décennies, je ne peux plus manger d’aliment contenant du lait ou de la crème.


    • Aristide Aristide 13 avril 10:03

      @Fergus

      A ma connaissance le millas traditionnel ne contient pas de lait, comme la socca c’est une bouillie de farine de maïs, de pois chiches pour la socca. Cette bouillie était étalée sur de grandes tables en épaisseur de 2 cm, puis découpé après le refroidissement. Mon grand-oncle avait cette activité en hiver, près des Arènes de Toulouse il vendait aux particuliers mais aussi aux commerçants qui venaient se servir. Je me souviens de ces grands chaudrons en cuivre, la bouillie fumante sous un feu de bois .... La grande table couverte d’un linge était prête à recevoir la préparation ...


    • Aristide Aristide 13 avril 10:09

      @oncle archibald

      Le millas était poêlé avec un peu de graisse, huile ou autre, puis en fin de cuisson ajout de sucre ... C’est sûr que grillé ? Pour les incisions vous avez raison, en fin de cuisson je me souviens de cette manière de faire ...


    • artheslichepèdetologue arthes 13 avril 11:09

      @Nicole Cheverney
      Je ne peux pas être aussi tranchée...Chez tout humain, il y a le désir de se détendre, de se retrouver , de prendre du plaisir juste à une compagnie avec laquelle il y a des affinités et affections autour d’un évènement festif qui permet une fenêtre d’agréabilité et de liberté dans un contexte très lourd ,qui laisse présager le pire et où tout le monde , y compris les nantis , doit se plier aux contraintes de dictature sanitaire.

      On peut aussi penser que parmi ces personnages « en vue » il s’en trouve qui jugent eux même inadéquates , stupides, incohérentes les mesures gouvernementales et que la communication présidentielle, étatique relayée par les médias devient une énorme farce pathétique de la part d’amateurs, et cela aussi est effrayant, pas surprenant, vu que Macron n’est pas lui même un politique, il n’en a pas l’ettofe, l’envergure ni la projection, mais un banquier....Et alors, ces « personnages en vue » qui font comme le peuple, c’est à dire qui cherchent une fenêtre de liberté et qui transgressent, qu’ils le disent...Pourquoi ?


    • artheslichepèdetologue arthes 13 avril 11:22

      @Aristide

      Recette du millas traditionnel Périgord noir (enfin, une des recettes) , Sarladais : Un bon bol de citrouille cuite et bien essorée, 3c. à soupe de sucre, 3 c. à soupe de farine, 3c à soupe de lait et aussi exceptionnellement un peu de crème fraiche (execptionnel car c’est pas le pays de la crème fraîche ni du beurre chez nous) , 1 sachet de sucre vanillé... 
      On touille, on mélange ça avec amour, et hop, dans un moule à tarte, huilé/fariné, et au four.
      On peu rajouter des pommes ou des pruneaux..

      Et ça fait une galette molle délicieuse.


    • artheslichepèdetologue arthes 13 avril 14:11

      @arthes

      Sinon, concernant les effroyables criminels, affreux nantis qui ont osé eux aussi aller dans des clandés, soirées privées mais de luxe (kelle horreur, kelle abominable provocation, ahhhh, cielllll !!!!) j’ai plus simple et radical qui plaira sans doute au bon peuple :

      https://youtu.be/V2jVoXpbCUQ

      Voila, ça fait plus davantage plaize ???? smiley


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 avril 11:57

      @ Oncle Archibald

      Bonjour,

      Il s’agit d’un pamphlet donc à prendre au second degré. Je n’ai ni admiration particulière ni jalousie particulière à l’égard de ces gens. Il ne s’agit que de dérision par rapport à une situation plutôt ubuesque, vu la personnalité assez fantasque de l’amphytrion que je décris. Et les circonstances dans lesquelles le scandale arrive. En temps ordinaire, bien sûr que personne n’y aurait trouvé à redire.

      La gente que je décris  avec les outils littéraires habituels de mes activités d’écrivain  a parfaitement le droit de dîner entre eux. C’est légitime. Mais là où le bât blesse, c’est que les membres de cette même gente donneuse de leçons et lançeuse d’interdictions, prône dans le même temps  en même temps des lois pour EMPECHER le peuple  sous le prétexte de Covid de se réunir, d’aller au restaurant, de se distraire et de se promener, et de vivre tout simplement. 

      Je pense que vous n’avez pas tout à fait saisi le sens premier de mon article, et le sens second, le côté tragi-comique de cet événement qui fera date, soyons en sûrs. 

      Quant à se trouver des petits plaisirs de gastronomes en bretelles et en sabots dondaine, devant une cheminée et se faire cuire des patates sous la cendre, c’est un plaisir très sain, rustique, qu’il m’arrive souvent de réaliser. Et dans ma région, nous aimons aussi la daube de sanglier gavés de génévriers et de romarin des garrigues. 

      Vous voyez, que le cul leur pèle doublement, pour conclure.


      • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 12 avril 12:17

        @Nicole Cheverney
        Je regrette une chose, c’est que Richard Boutry ait cru bon d’accorder une interview à ce parasite poudré de Charençon.
        https://www.francesoir.fr/videos-le-defi-de-la-verite/pierre-jean-chalencon-au-defi-de-la-verite-de-napoleon-la-television
        C’est donner beaucoup d’importance à ce saltimbanque insignifiant.
        D’autres méritaient de prendre sa place.
        A part ça, c’est lui qui a raison : s’il est inconvenant de proposer des menus à 200 euros et plus, il est bien normal de diner entre amis, si du moins c’est permis à tout le monde.
        Masques, distanciation sociale et confinement sont des conneries imaginées par un psychopathe paranoïaque autant qu’ignorant, comme démontré par le tribunal familial de Weimar, dont j’ai commenté les décisions judicieuses dans un article qui ne passera pas plus que les autres (ce tribunal a jugé tout ça illégal et non fondé scientifiquement).
        https://urlz.fr/fnU8


      • Aristide Aristide 12 avril 12:24

        @Nicole Cheverney

        Vous savez, malheureusement il existe autant de m’as-tu-vu dans toutes les classes de la société. Je ne suis pas sûr que les pires appartiennent à cette engeance.


      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 avril 16:30

        @doctorix

        Bonjour, le problème se multiplie, car le microcosme a pris la très mauvaise habitude de se gauberger sur le dos de la bête, de prendre les gens pour des imbéciles et de déclarer persona non grata, tous ceux qui dénoncent leurs débordements perpétuels, à l’abri des lois. 
        Il n’y a pas que le dîner de Chalençon à dénoncer, il y a tous les autres tous aussi clandos que le pré-cité, et lorsque le scandale éclate, c’est presque les victimes des mesures dictato-sanitaires, qui ont tord, taxés d’nvieux ou de jaloux ou que sais-je encore ! 
        Or, une partie non négligeable de cette hyper classe se retrouve aux manettes pour détruire le pays, selon un plan bien établi d’avance, et respecté dans le timing. IL est vrai que la participation passive d’une partie du peuple les conforte dans les forfaiture. 


      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 avril 16:48

        @Aristide

        Bonjour, des m’as-tu-vu, il y en a dans toutes les classes. Mais là, il ne s’agit pas de m’as-tu-voyisme, de forfanterie, il s’agit d’une façon insolente de se hisser au dessus des lois avec ce sentiment insupportable d’impunité. Toutefois, on peut remarquer qu’au fil des années, l’hyper-classe a perdu tout sens de la dignité, car la société a déteint sur elle, la rendant encore plus improbablement rachetable (d’un simple point de vue moral). Malgré leur étalage de faux-savoir, ils sont de plus en plus incultes, clinquants, pornographes, dans une proportion telle, que c’en était absolument inimaginable jusqu’à l’arrivée de Mitterand et de tout ce qu’il a drainé derrière lui. Faux-principes, scandales, arrivisme : la Social Démocratie débarassée des pudeurs de jeune fille du XIXe siècle, comme aux temps de la République de Weimar,en Allemagne pour ne prendre que cet exemple d’Outre-Rhin. De plus, graĉe à l’Union Européenne, les dirigeant de ces 40 dernières années (ou social-démocratie) ont fait bien entendu disparaitre, en larguant tout principe éthique et moral, ce qu’il restait de bases institutionnelles dans notre pays. Après s’en être pris aux institutions, ils s’en prennent maintenant au Peuple en les enfermant de force chez eux, sous prétexte d’une pandémie.
        Le grand malheur de la France s’inscrit tout seul dans ses 40 dernières années. Avec du recul, nous constatons que la République ne tient plus que par un chancre qui la ronge et la perdra. Il n’y aura pas grand chose à regretter. 


      • oncle archibald 12 avril 17:05

        @Nicole Cheverney :

        La « participation » d’une partie du peuple n’est pas toujours « passive » et les exemples ne manquent pas de « dérogations actives » aux règles établies.

        Une partie des sans culottes aussi s’en donne à cœur joie et participe à des fêtes clandestines. Il n’y a pas de semaines ou l’on ne signale des rassemblements de centaines de personnes dans des « night clubs » clandestins voire dans des « rave parties » ou il ne circule pas que le virus ....

        En gros dans toutes les classes de la société il y a aujourd’hui comme hier ceux qui marchent dans les clous et ceux qui aiment transgresser les règles, au risque de se faire coincer.

        J’imagine que vous devez être fort déçue qu’aucun ministre en exercice n’ait été pris en flagrant délit de ripaille clandestine .


      • Adèle Coupechoux 12 avril 18:17

        @oncle archibald

        Pendant que nous réunir nous est interdit, puisque désormais, tout se fait obligatoirement en visio :
        une dizaine de ministres en exercice ont participé à un « dîner de travail ». Quelle blague surtout quand c’est au frais du contribuable, qu’il vous est annoncé que nous sommes en guerre et que quotidiennement les réa seraient saturées et que les décès ne cesseraient d’augmenter.
        https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/covid-19-que-sait-on-du-diner-d-emmanuel-macron-a-l-elysee-mercredi-soir_4223473.html

        Sans oublier que ces mêmes personnes qui fustigent la dénonciation, l’organisent au quotidien.


      • Aristide Aristide 13 avril 11:06

        @Nicole Cheverney

        Mais là, il ne s’agit pas de m’as-tu-voyisme, de forfanterie, il s’agit d’une façon insolente de se hisser au dessus des lois avec ce sentiment insupportable d’impunité.

        Allons, ces riches, cette hyper-clase, ont les moyens de faire cela en privé, il n’est pas interdit de commander des chefs à domcile, d’organiser des repas chez soi, ... Vous désignez ici une classe bien particulière de riches ostentatoires, les vrais n’ont pas besoin de cela, ...

        Cette analyse binaire entre riches et pauvres me semble un peu excessive ... 


      • Aristide Aristide 13 avril 11:10

        @Adèle Coupechoux

        Pendant que nous réunir nous est interdit, ...

        Non, c’est faux, les réunions dans les lieux privés ne sont soumises à AUCUNE interdiction .... 


      • Ben Schott Ben Schott 13 avril 11:15

        @Aristide
         
        « Cette analyse binaire entre riches et pauvres me semble un peu excessive ...  »
         
        Dire que tu ne rates pas une occasion d’épingler ce pauvre Fergus ! C’est le roquefort qui dit au camembert tu pues !  smiley
         


      • Aristide Aristide 13 avril 11:33

        @Ben Schott

        Plouff, plouf ....


      • Silence, on pique ! Silence, on pique ! 13 avril 16:36

        @Aristide

        Vous désignez ici une classe bien particulière de riches ostentatoires, les vrais n’ont pas besoin de cela, ...

        Bonjour, Ces riches ostentatoires, Oui, on les appelle d’ailleurs des parvenus, et ils sont au pouvoir.
        Malheureusement c’est la vie qui est binaire et dans des périodes troubles comme celle que nous vivons, il n’y a pas de place pour les faux-semblants.


      • Passante Passante 12 avril 14:03

        last time, c’était les SS à Paris, la Gestapo

        (devenue guest-à-peau avec les seringues)

        le ronron routinier

        https://www.youtube.com/watch?v=PolzQMFju_s


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 12 avril 14:35

          Le problème n’est pas qu’ils se réunissent pour faire la fête : le problème c’est qu’ils nous empêchent d’en faire autant.

           

          Florian Philippot détruit tout le plateau de BFMTV sur l’affaire des dîners clandestins à Paris


          • Adèle Coupechoux 12 avril 18:18

            @Francis, agnotologue

            Ils essaient de nous dressent et nous provoquent...


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 avril 08:59

            @Adèle Coupechoux
             
             effectivement il y a une part de provocation qui contribue à leur jouissance.

             
            Faisant cela, ils vivent déjà la société de leurs rêve, le retour à une société de castes et de privilèges. Les privilèges de la fortune ne leur suffisent plus, ils veulent des privilèges devant la loi.


          • Adèle Coupechoux 12 avril 14:58

            Le plus ignoble dans toutes ces histoires, c’est de voir les journalistes s’offusquer d’être dénoncer, alors qu’ils ne cessent de dénoncer ceux qui prennent l’air sans masques, ceux qui font la fête...Je ne leur souhaite que de vomir leur repas.


            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 avril 18:56

              @Adèle Coupechoux

              Bonsoir, et merci de la justesse de vos commentaires. Cette dictature prend vraiment une forme inattendue, et il me semble qu’elle est encore plus dangereuse que les formes de dictatures dont l’Histoire de l’humanité est témoin, car les opposants et les victimes de ces dictatures, savaient identifier les ennemis du peuple. Là, nous avons un salmigondis de déclarations contradictoires, le mensonge et la tronquature des informations, et surtout plus dangereux encore l’établissement de mesures politiques écrasantes sous la forme de mesures sanitaires. 
              Voilà pourquoi le peuple se perd, et pour rajouter à toute cette mise en scène maccabre, la spoliation des citoyens de l’hôpital public par des officines privées. 
              J’avoue qu’ils sont très forts. Et nous sommes une bande d’ahuris.


            • ETTORE ETTORE 12 avril 15:30

              Sous les perruques poudrées....Les cloportes  !

              Il y a des cancrelats qui survivent aux époques, aux régimes, aux institutions...

              Pour la simple raison, que le terreau nourricier, lui, ne change pas  !

              Tant qu’on ne retireras pas les « ors » de cette « Raipublique décadente », nous verrons toujours accourir ces domestiqués rampants !

              La lumière ? Sans doute pas, celle de ce siècle !

              Peut être une réminiscence rétinienne lointaine, avant décapitation ?


              • Yann Esteveny 12 avril 15:36

                Message à Madame Nicole Cheverney,

                Monsieur Chalençon était connu pour une production télévisuelle exceptionnelle en conformité avec la sous-culture de notre Régime :

                https://www.egaliteetreconciliation.fr/Pierre-Jean-Chalencon-attention-trop-de-techouva-tue-la-techouva-59911.html

                https://www.egaliteetreconciliation.fr/Nouvelle-techouva-de-Chalencon-chez-Hanouna-Je-suis-le-mec-le-plus-proche-de-la-communaute-63163.html

                Le problème n’est pas Monsieur Chalençon ni ses comparses mais le peuple qui cautionne de tels individus.

                Respectueusement


                • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 avril 16:59

                  @Yann Esteveny

                  Bonjour, le plus révoltant dans tout cela, c’est que la belle culture de notre pays, si riche, si élaborée dans le temps, soit tombée entre les mains de ces saltimbanques, non pas pour faire connaître notre patrimoine, mais pour mieux le dévaloriser et le détruire. 


                • Yann Esteveny 12 avril 18:12

                  Message à Madame Nicole Cheverney,

                  Je partage votre constat sur la destruction de notre patrimoine. Je ne me révolte pas sur cette décadence mais invite chacun à se reprendre avant qu’il ne soit trop tard. Il faut agir sur les causes et non les effets.
                  Ne plus écouter les saltimbanques en se débarrassant de la télévision, de la radio, des images et du discours alimentant cette propagande est une nécessité. Cela permet de mieux rechercher l’important et l’essentiel. Il est alors plus facile d’analyser la situation et percevoir pourquoi prospère tant cette engeance de vipère.

                  Respectueusement


                • Passante Passante 12 avril 18:45

                  @Yann Esteveny
                  vous fatiguez pas à inviter chacun (il dort smiley )
                  le salut sera individuel ou ne sera pas, 
                  et c’est déjà énorme.


                • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 avril 18:59

                  @Passante
                  @ Yann Esteveny

                  Il y a dix ans exactement que je n’ai plus la télévision. L’on peut constater tout de même un réveil partiel de la population, l’autre partie, hélas continue de dormir. 


                • Yann Esteveny 12 avril 20:02

                  Message à avatar Passante,

                  Le salut est bien individuel et cela ne me fatigue pas de prêcher dans le désert.

                  Respectueusement


                • Yann Esteveny 12 avril 20:14

                  Message à Madame Nicole Cheverney,

                  Il y un réveil partiel de la population mais qui ressemble plutôt à quelque chose proche de la sortie de léthargie ou d’hypnose. Ce n’est pas un réveil complet qui permet une autre conduite dans sa vie. C’est simplement le pressentiment très diffus que quelque chose ne tourne pas rond du tout dans leur vie comme dans ce pays. Malheureusement, beaucoup s’empresseront de prendre cela pour un mauvais rêve alors que c’est la réalité qui vient de frapper à la porte de leur conscience.

                  La « partie 2 » de votre pamphlet est en vote à +7 -3 = +4.

                  Respectueusement


                • artheslichepèdetologue arthes 13 avril 14:45

                  @Nicole Cheverney

                  Il y a dix ans exactement que je n’ai plus la télévision. L’on peut constater tout de même un réveil partiel de la population, l’autre partie, hélas continue de dormir. 

                  Nanan, il y a une partie de la France qui ne dort pas et qui surveille et dénonce l’autre, et ça se joue entre pauvres, les rôles sont même interchangeables (bah oui, ya pas que les riches qui sont des salauds) smiley


                • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 13 avril 20:16

                  @arthes

                  Je n’ai jamais que tous les riches étaient des salauds. Par contre, une partie de ces riches se conduisent en salauds, et c’est ceux là que je dénonce. 


                • Pauline pas Bismutée 12 avril 19:44

                  Palabres, palabres, tout ça donne faim, et mon sandwich à la pâte dentifrice m’attend....
                  Ah mince, plus de pain, décidément... 


                  • I.A. 12 avril 22:58

                    Trop bien. Classe, vraiment ! Bon, j’ose ? Dé-li-cieux festin, merci !

                    "et, pour les plus audacieux, le gratin de pâtes à la milanaise surgelé aussi, avec sa croûte de gruyère râpé gratinée, au goût de fond de baskets après une heure de footing. Bref, la gastronomie dans la plus pure version moderniste !"

                    Naan... ? Vous avez osé ?? Et celle-là :

                    "- Horreur ! Horreur ! Enfer et Belzébuth ! s’exclame notre amphitryon vert de peur, rien que d’envisager une irruption de gueux rajaunis, dans les ors de ses somptueux appartements. Des gueux envahissant son immense Hôtel particulier tout plein de beaux et magnifiques meubles, objets de collection, impérieusement rangés, adulés, adorés, divinisés ; de quoi se faire une jaunisse à son tour ! "


                    Le pire : ils ne s’offusquent de la délation, de la répression et des interdictions que lorsqu’ils sont touchés... les mêmes que sous l’occupation, en fait (je me demandais d’où venait cette odeur...).


                    • ribouldingue ribouldingue 13 avril 02:43

                      Pierre jean, ou louis la brocante, pour les intimes qui le connaissent bien, entre autre, le mis à la retraite anticipé de la politique, après s’être fait passer pour un débile profond, le 1er mai 2018, lorsqu’il braya comme un baudet en détresse devant la statue de son idole (des jeunes) jeanne d’arc l’inébranlable  jean marie lepen. Mais encore, le barbu et blagueur dieudonné passé dans l’art de la quenelle grand copain de stéphane blet proche d’alain soral.

                      Que du beau linge brun.

                      Le toqué pierre jean mange à tous les râteliers avide de reconnaissance, l’argent de son bistrot ne lui apportant pas suffisamment de célébrité il se lance dans le petit écran aux côtés de sophie davant dans l’émisson « l’affaire est dans le sac » chaîne public payée par l’argent des contribuables.

                      Il aime aussi la politique et n’hésite pas à s’afficher avec ses potes d’extrême droite ou encore avec des ministres du gouvernement actuel et ceux du gouvernement de l’ère sarkosy . Pour l’ami pierre jean, tout est bon dans le cochon.

                      Avec sa chevelure à la robert Plant, pierrot se ferait presque passer pour un cool c’est sans compter les émoluments de ses diverses activités lui rapportant très très gros. A côté de notre napoléon, Robert Plant, fait petit joueur.

                      Merci pierre jean grâce à toi les petites gens qui puent la sueur pour ceux qui ont encore du boulot et qui auraient encore des doutes sur la sincérité des personnalités politiques ont découvert l’envers du décors.

                      Bon appétit !


                      • zygzornifle zygzornifle 13 avril 08:13

                        @ribouldingue

                         l’inébranlable jean marie lepen

                        Cela m’étonnerai il a eut plusieurs concubines qui on du y arriver .....


                      • eau-pression eau-pression 13 avril 08:22

                        @ribouldingue

                        du beau linge brun vous voulez dire qu’ils sont cul et chemise ?

                        Pour changer de couleur, fin 1985, on m’avait dit que la pédale rose festoyait au caviar en l’honneur de la prochaine défaite électorale.


                      • zygzornifle zygzornifle 13 avril 08:12

                        Cela a toujours existé, les riches, les politiques et les nantis faisant bombance pendant que les gueux a la fin du repas faisaient leurs poubelles ..... 


                        • zygzornifle zygzornifle 13 avril 08:14

                          Dans festin il y a fesse pour l’après repas .....


                          • zygzornifle zygzornifle 13 avril 11:00

                            ils sont jaloux en voyant la queue aux restos du cœur, il y en a qui certainement qui doivent s’habiller en hayons pour se mélanger a eux, pas de petits profits pour ces gens la ..... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité