• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dis seulement une parole et je serai guéri !

Dis seulement une parole et je serai guéri !

Réflexions "noéliennes"…



Dernière fête avant le Nouvel An, la fête de Noël. Chez les chrétiens, Noël est l'une des deux fêtes majeures. Elle rappelle la naissance du Christ, tandis que Pâques évoque sa résurrection. De Noël à Pâques, c'est l'alpha à l'oméga de la vie du Christ, le "premier oméga" car dans la liturgie, il y a aussi la période entre Pâques et la Pentecôte, le "second oméga" (le "second départ" du Christ, l'Ascension, et "l'arrivée" de l'Espris-Saint). Pâques célèbre la fin de la Semaine Sainte, la fin de la Passion du Christ par sa Résurrection. C’est même le jour le plus important des chrétiens (plus que Noël) parce qu’il faut évidemment un véritable acte de foi pour croire en la résurrection.

La naissance du Christ peut être prouvée historiquement (ou réfutée), mais sa résurrection restera toujours un acte de foi, ni prouvable ni réfutable. Elle n’est pas seulement celle du Christ mais aussi de tous les humains. A priori, malgré tous les progrès passés, présents et futurs de la science, il ne sera jamais possible de savoir ce qu’il y aura après la mort. Imaginer qu’il y aura quelque chose plutôt que rien est un acte de foi, celui notamment des chrétiens. Du reste, imaginer qu'il y a quelque chose avant la naissance est le même mystère, si ce n'est qu'on aurait plus facilement tendance à dire : rien !

Dans la liturgie, il y a une parole qui me fait particulièrement sens, c’est celle qui est prononcée juste avant la communion : « Je ne suis pas digne de Te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri. ». La communion, c’est l’acte de recevoir Dieu, comme si on l’avait invité chez soi. On peut ne pas se sentir à la hauteur.

Elle reprend une parole inscrite dans au moins deux Évangiles, celui de saint Matthieu (8, 5-17) et celui de saint Luc (7, 1-11). Elle est prononcée par le centurion de Capharnaüm qui avait un serviteur très malade et souffrant qu’il avait accueilli chez lui pour le soigner. Il tenait à lui. Ce centurion était surtout inquiet du devenir de son esclave et pas du manque de son travail. Mais quand le Christ lui propose de venir le voir, le centurion était pris d’un sentiment de "panique", plutôt, de grande humilité : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. ».

Le Christ se propose toujours d’endosser les malheurs du monde. Et si cette phrase me fait sens, c’est par ses deux "bouts". La dignité d’abord : le Christ rend à tout humain sa dignité, quelle que soit sa condition. Cela a un sens ultime essentiel. Même très malade, même très dépendant, chaque être garde sa dignité et elle est précieuse. L’autre "bout", c’est la parole. L’être aimé est considéré par les chrétiens comme le représentant de Dieu auprès de celui qui l'aime. L’existence de l’amour est un fait de présence de Dieu (puisque Dieu est amour). L’amour entre les deux êtres peut rapidement se "tarir" en absence de paroles, en absence de communication, en absence de complicité, en absence de communion. Des petits mots (pardon, merci, etc.) sont simples à prononcer et permettent de nourrir le feu de la relation.

C’est cela que m’évoque cette phrase prononcée juste avant la communion, que je pourrais traduire en disant à celle que j’aime : dis-moi seulement que tu m’aimes et je resterai serein. Serein en ce sens que cet amour est plus fort que la peur éventuelle de la mort.

_yartiDisUneParole02

J’ai commencé ainsi alors que c’est très peu politique, mais je pense qu’il est indispensable de relier religion et actualité politique. Heureusement, le pape François me paraît justement faire partie de ceux qui veulent adapter non pas le dogme, qui reste immuable, mais la manière de s’adresser aux fidèles pour être en accord avec la période actuelle qui n’a rien à voir avec celle d’il y a deux mille ans.

Si j’ai évoqué la dignité, en chaque humain réside une dignité, la même dignité, celle d’être humain, c’est qu’on imagine bien ce que cela a eu pour conséquence politique : l’égalité entre les citoyens. Chaque humain doit être respecté en tant que tel. Il y a deux éléments associés à cette dignité, la fraternité et la solidarité.

La dignité de chaque humain, c’est avant tout le respect de premier de ses droits, celui de vivre. Ce respect de la vie se décline de différentes manières : le rejet de la peine de mort et le rejet de l’avortement parallèlement. On peut concevoir l’avortement d’un point de vue politique ou social, c’est-à-dire en termes de santé publique, car l’idée de la loi défendue par Simone Veil était de réduire la mortalité des mères qui voulaient se faire avorter dans des conditions d’hygiène déplorables, mais pour un chrétien, l’avortement est difficilement soutenable d’un point de vue moral.

De même, si la souffrance n’a rien de rédemptrice, et chrétiens comme non chrétiens doivent tout faire pour supprimer la souffrance, notamment en fin de vie, et cette injonction contre la souffrance, ce refus de l'acharnement thérapeutique, a été codifié dès le XVIe siècle par l'Église catholique. Il ne s’agit pas pour autant de donner la mort, mais seulement d’accompagner la vie en souffrance pour qu’elle soit la plus "confortable" possible. En ce sens, la loi Claeys-Leonetti a trouvé un juste équilibre, le même subtil équilibre que la loi du 9 décembre 1905 sur la laïcité.

Dans cette réflexion, cela signifie évidemment l’absence totale de racisme, et de discrimination d’une manière ou d’une autre, du moins, en dehors du mérite individuel (sinon, on pourrait considérer un concours comme une ségrégation, ce qu’il n’est pas).

On peut comprendre ainsi pourquoi les chrétiens vont avoir des difficultés à se ranger du côté des extrémismes ou des populismes. Parce que le discours généralement proposé par ce type très diversifié de forces politiques, c’est le principe du bouc émissaire. On le comprend pour "l’immigré" du côté de l’extrême droite, l’immigré cause de tous les malheurs (chômage, insécurité, etc.). Hélas, si c’était vrai, les problèmes sociaux seraient vite résolus !… Mais ce n’est pas le cas. C’est démontré depuis toujours.

Mais ne nous y trompons pas. Ce n’est pas parce qu’on change de nature de boucs émissaires qu’on change la nature du principe démagogique. Ainsi, plutôt à l’extrême gauche, on préfère s’en prendre aux (au choix) riches (mais que veut dire riches ? combien par mois ?), aux patrons (les seuls créateurs des richesses à redistribuer), aux bourgeois (quelle définition ?), etc.

Évidemment, il y a toujours des immigrés délinquants, des patrons voyous, des riches qui fraudent avec le fisc, etc. mais comme pour le mérite individuel, c’est la responsabilité individuelle de ces personnes qui est en cause, pas le fait qu’elles sont immigrées, riches, etc. (je pourrais ajouter juives, musulmanes, etc.). Selon le célèbre philosophe Jacques Rouxel, cette politique du bouc émissaire a un réel intérêt pour les gouvernants : « Pour qu'il y ait le moins de mécontents possible, il faut toujours taper sur les mêmes. ».

_yartiDisUneParole03

J’en viens ainsi à l’autre volet essentiel du christianisme, qui est la liberté. C’est la clef pour comprendre la difficulté du christianisme qui peut se résumer "simplement" par : Dieu est bon (est amour), Dieu est tout-puissant, et le Mal existe. Dieu, même pas foutu d’éviter que le Mal se répande, voire, qui l’encourage par ses "cadres" (on peut parler du scandale de la pédophilie et du scandale dans le scandale, celui de se taire, de rester silencieux, et donc, d’être complice par l’inaction, par la passivité, par l’absence d’indignation, le mot prend tout son sens ici). La "réponse", c’est que Dieu laisse les humains libres. Libres jusqu’à faire le Mal, jusqu’à ne pas croire en Lui.

Dieu n’est pas responsable du Mal sur Terre car il a délégué "cette" responsabilité aux humains, pas la responsabilité de faire du mal, mais la responsabilité tout court. Ils prennent toute la responsabilité parce qu’ils sont libres de faire une chose ou une autre, ou de ne pas la faire, même par défaut, c'est une responsabilité personnelle, et cela même dans les situations les plus difficiles, ou les plus imprévues (auxquelles on n’a pas encore réfléchi).

La traduction politique de ces considérations chrétiennes peut être très diversifiée, et c’est heureux qu’il n’existe pas de "parti chrétien", qui, du reste, n’aurait pas une influence très forte en France ni même en Europe en raison de la déchristianisation de la société. En revanche, ces considérations donnent un cadre philosophique cohérent et intéressant, d’autant plus intéressant qu’il n’existe plus beaucoup de cadres intellectuels cohérents qui puissent servir d’exemples, ou le cas échéant, de contre-exemples (comme l’était le communisme). La faillite des idéologies a eu pour principal effet la victoire du "populisme", mot que l’on peut certes ressortir à toutes les sauces et dont le principal moteur est la conquête du pouvoir par des arguments dont l’honnêteté intellectuelle est assez légère (cela s’appelle également cynisme). Mais un tel manque ne justifie pas pour autant de devenir …"fou de Dieu".


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (25 décembre 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Dis seulement une parole et je serai guéri.
La Renaissance de Notre-Dame de Paris : humour et polémiques autour d’une cathédrale.
Allocution du Président Emmanuel Macron du 16 avril 2019 (texte intégral).
Notre-Dame de Paris, double symbole identitaire.
Maurice Bellet, cruauté et tendresse.
Réflexions postpascales.

_yartiDisUneParole04


Moyenne des avis sur cet article :  1.59/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 26 décembre 2019 18:56

    « c’est heureux qu’il n’existe pas de »parti chrétien« , qui, du reste, n’aurait pas une influence très forte en France  »

    dans les années 30, on appelait ça la calotte, aujourd’hui, c’est LREM : ils ont jeté les oripeaux aux orties, mais c’est la même mentalité

    quand on est formé par les jésuites ou quand on est prof de lettres chez eux, ça n’est pas innocent et ça marque


    • Samson Samson 27 décembre 2019 02:30

      @Séraphin Lampion
      "dans les années 30, on appelait ça la calotte, aujourd’hui, c’est LREM : ils ont jeté les oripeaux aux orties, mais c’est la même mentalité« 

      Rien à voir !

      Les partis catholiques traditionnels là où ils existent encore (par exemple en Belgique) représentent pour la plus large part une bourgeoisie et un public plus populaire attachés à un ordre fondé sur des valeurs traditionnelles (travail, épargne, famille, respect de l’autorité, ...) matinées le cas échéant d’une vision plus ou moins social-réformiste, auxquels il convient d’ajouter une large frange du monde paysan et des valeurs traditionnellement attachées à la Terre.

      Ce qui En Marche vers Nulle Part, ne se concilie ni avec la promotion du mondialisme agro-industriel par le génocide de la paysannerie et de ses traditions, ni avec le catéchisme »progressiste« de rigueur en Pensée Unique néo-libérale (PMA, GPA, mariage pour tous, théorie du genre, libéralisation des mœurs, promotion des minorités sexuelles ou génériques »opprimées", ...) voué selon le dogme de la Sainte-Croissance au culte de l’avidité et ses sombres holocaustes aux autels de Moloch-Baal.

      Libre à chacun de ne pas aimer les Catholiques, mais les confondre avec les fans dégénérés du très immature giton de Rothschild revient à l’insulte gratuite !


    • Jonas Jonas 27 décembre 2019 10:12

      @Samson "Libre à chacun de ne pas aimer les Catholiques, mais les confondre avec les fans dégénérés du très immature giton de Rothschild revient à l’insulte gratuite !« 

      D’autant que leur chef, Emmanuel macron est un franc-maçon, donc par essence même anti-catholique.
      Son pouvoir repose sur les réseaux des loges maçonniques (comme la Fraternelle Camille Desmoulins entre autres) auxquelles il rend compte des décisions qu’il doit prendre, à l’Élysée.
      Macron donne des conférences dans les loges maçonniques de France (comme le 21 juin 2016 au Grand Orient de France).

      Macron a par exemple le 8 mai 2016 à Orléans, réussi le tour de force de prononcer un discours de 18 minutes sur Jeanne d’Arc, sainte martyre de l’Église catholique ayant offert la France au roi Charles VII au nom du Christ Jésus, sans prononcer le mot »Dieu« , »Jésus« , »Christ« , »chrétien« , »Église« , »christianisme« ou »catholique«  !
      Il arrive même à glorifier la république maçonnique anticatholique au nom de Jeanne d’Arc !
       »C’est parce que, fidèles à notre histoire, fidèles à cette histoire, le désir de justice, l’énergie du peuple, la volonté de rassemblement, le triptyque de Jeanne d’Arc, c’est celui qui scelle notre République. Ce fil qui nous relie à Jeanne, en passant par Michelet, Jaurès, Gambetta ou Péguy, c’est celui de l’esprit républicain.« 
       »Les grandes figures de l’histoire ne nous parlent pas. Elles n’ont jamais cherché à nous envoyer un message. C’est nous seuls qui les faisons parler. Nous seuls qui construisons leur légende et nous appuyons sur elles pour mieux nous comprendre. Il n’y a pas non plus d’hommes ou de femmes providentiels, je n’y crois pas."


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 décembre 2019 11:37

      @Jonas

      la guerre ouverte en 1904 entre cathos et franmacs es finie depuis longtemps et non seulement les « frères ennemis » se sont réconciliés, mais il ne manque pas d’exemples qui sont les deux : lien
      il ne s’agit pas de convictions mais de réseaux


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 27 décembre 2019 14:10

      @Séraphin Lampion
      Non, cette guerre n’est pas finie puisque Dieu va donner définitivement la victoire aux saints du Très-Haut comme il est dit dans Daniel 7:27.
      Le Roi à la verge de fer va y mettre bon ordre.


    • Samson Samson 28 décembre 2019 03:57

      @Jonas
      « Son pouvoir repose sur les réseaux des loges maçonniques ... »

      Dangereux pervers narcissique et manipulateur de très haute volée, notre très immature petit Monarc a de longue date vendu son âme au nihilisme néo-libéral et l’a vouée au cruel culte de la Sainte Croissance.

      Du point de vue de ma foi, la désolation de l’incendie de Notre-Dame apparaît signe fort alarmant de son sombre « règne » !

      Mais Je doute que tant dans son ambition de réduire la France à « start-up » que dans la jouissance perverse de sa toute puissance narcissique, Mutilator 1er ne dévoie moins la philosophie des loges maçonniques que les héritages chrétiens et judaïques ou qu’il ne détourne la République et ses institutions. Aucune raison donc qu’il ne les ait trompés aussi !

      Salutations à vous et joyeux Noël !


    • Sozenz 28 décembre 2019 22:51

      @Samson
      Libre à chacun de ne pas aimer les Catholiques, mais les confondre avec les fans dégénérés du très immature giton de Rothschild revient à l’insulte gratuite !

      mais je pense que c etait l objectif .


    • Samson Samson 27 décembre 2019 02:56

      D’accord, on est en République et contrairement aux œuvres de Boticelli, la loi de 1905 s’oppose aux symboles religieux dans l’espace public mais, pas même de crèche pour illustrer ces « Réflexions noéliennes » ???

      Moi, s’il n’y a pas la magie de la paille, de l’âne, des bergers, et de ces mages assez fous pour suivre une Étoile et venir adorer une mère et son enfant dans le dénuement d’une étable, je ne suis plus !

      Joyeux Noël à toutes et tous ! smiley


      • rogal 27 décembre 2019 06:12

        Nul inconvénient à ces croyances, si elles vous font du bien et pourvu que vous ne cherchiez plus à nous les imposer par la force comme vous le fîtes mille ans durant.


        • Djam Djam 27 décembre 2019 18:48

          @rogal

          Ben vous avez raison, c’est tellement plus sympa de subir quotidiennement le Nouvel Evangile du Matérialisme Absolu. Les masses de spiritualisées n’avalent plus d’hostie mais des anti dépresseurs, c’est mieux ! Les moderneux ne croient plus en rien même pas en eux-mêmes, ils prient Google chaque matin que le climat ne leur tombe pas sur la cafetière, ça aussi c’est beaucoup mieux...

          On sent bien que, débarrassés de « l’horreur chrétienne », l’existence des occidentaux est nettement plus joyeuse et saine...sont plus en paix, aiment vachement leur prochain, ont un sens de la solidarité exceptionnel ! Ah oui, pourvu que ça dure, n’s’pas ? Quel bonheur dans nos pays depuis la déchristianisation !!!


        • CLOJAC CLOJAC 28 décembre 2019 02:47

          @Djam

          « Les masses de spiritualisées n’avalent plus d’hostie mais des anti dépresseurs, c’est mieux ! »

          La généralisation conduit à dire n’importe quoi. Je suis athée depuis qu’à l’âge de 7 ans j’ai refusé d’aller au catéchisme parce que je trouvais débiles les histoires qu’on y racontait... Mais je n’ai jamais pris de Prozac ® ni sniffé de coke ni éprouvé de mal être au point de faire une psychanalyse.
          On m’avait prédit qu’en vieillissant la peur de la mort me ramènerait à la religion, tout au contraire je réfute plus que jamais le pari pascalien.


        • arthes arthes 28 décembre 2019 15:18

          @CLOJAC

          Cela signifie quoi pour vous être athée ?
          Aucune spiritualité ? Une spiritualité libre ? Matérialiste ( croyance en la science physique et l’apparence) ?

          Mort = certitude de néant ?
          Croyance en l’homme augmenté par l’IA qui résoudra tous nos problème ?
          Planète Mars ? Star War ? 
          Boudhisme ? (cui cui les petits oiseaux avec les esprits, maya illusoire ? (lo ;


        • CLOJAC CLOJAC 29 décembre 2019 08:31

          @arthes

          « Cela signifie quoi pour vous être athée ? »

          Que des atomes, puis des molécules s’assemblent au hasard pendant des millions d’années avant de trouver une formule viable et qu’ensuite l’évolution fait le reste, 
          On émerge du néant pour finir dans le néant.
          Mais ce qui compte, c’est ce qu’il y a entre les deux.
          Pouvoir vivre et savourer pleinement chaque jour comme si c’était le dernier, n’avoir peur de rien ni de personne, et faire des projets comme si on était sûr de tenir en pleine forme jusqu’à 120 ans.


        • arthes arthes 1er janvier 16:22

          @CLOJAC

          Ah d’accord, et bien je vous souhaite d’accéder à votre désir de néant après « l’entre deux », c’est assez en phase avec le pari de Pascal en fin de compte, dans le fond, chacun devrait  accéder à ce qu’il désire, en ce quoi il croit, que ce soit le néant ou la réincarnation ou tout autre...Cela n"emp^che pas qu’il faille profiter de chaque jour que Dieu..Oupppps, non, le hasard fait (en fonction de sa croyance).


        • Étirév 27 décembre 2019 07:15

          Sublimez les intelligences, élevez les cœurs, confondez les négateurs et les impies, haussez le niveau moral des foules jusqu’à la perception du Mystère en ouvrant leurs yeux à l’harmonie des Formes et à l’esthétique du Nombre, afin que tous puissent participer à la communion de l’infini ; purifiez surtout le monde des trivialités, des vulgarités et des laideurs qui l’envahissent de toutes parts et nous offusquent à chaque pas dans la vie, et faites que l’humanité toute entière devienne semblable aux privilégiés de Votre amour, à ceux qui, ayant vu plus loin que le formel, ont ressenti sur terre le prélude de la béatitude éternelle.
          Ainsi soit-il. (Extrait de l’oraison ésotérique adressée à Marie par E. G. de G.)


          • Brunehaut 27 décembre 2019 12:38

            Juste une question. Puisque vous êtes en période de réflexions « noëliennes », qu’avez-vous à dire à ceux qui ont perdu la foi à force d’épreuves et de douleur dans ce monde ? Et ne me répondez pas que chacun porte sa croix car le moins qu’ on puisse dire, c’est qu’elle ne pèse pas le même poids pour tout le monde ! Et que trop de gens sont fondés de ne pas se sentir beaucoup aimés par ce Dieu qu’on dit d’amour, ni beaucoup justifiés quand, au terme de parcours de vie si inégaux, la récompense suprême est exactement la même pour tous ! Je sais : les voies du Seigneur, n’est-ce pas ...Que les chrétiens paraissent légers, voire étrangement dépourvus de charité lorsqu’ils prétendent régler à grands coups d’esquisse le problème du Mal qui broie tant de personnes, croyantes ou non ...


            • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 27 décembre 2019 13:50

              @Brunehaut

              Perdre la foi, c’est perdre la manière de saisir les choses de Dieu.

              « Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.

              Pour l’avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable.

              C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. » (Hé 11 :1-3)

               

              Voilà comment retrouver la foi : Avoir les regards sur Jésus :

              « Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu.

              Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l’âme découragée. » (Hé 12 :1-3)

              https://www.biblegateway.com/passage/?search=h%C3%A9breux+11%3BH%C3%A9breux+12&version=LSG


            • zygzornifle zygzornifle 27 décembre 2019 12:55
              Dis seulement une parole et je serai guéri !

              C’est les urgences qui attendent la parole de Buzyn pour être guéris de leurs turpitudes....


              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 27 décembre 2019 13:34

                « c’est heureux qu’il n’existe pas de »parti chrétien« , qui, du reste, n’aurait pas une influence très forte en France 

                 

                Autant que je sache, il existe un parti chrétien et il se nomme « CIVITAS » avec son chef Alain ESCADA.


                • Samson Samson 27 décembre 2019 13:34

                  « On peut comprendre ainsi pourquoi les chrétiens vont avoir des difficultés à se ranger du côté des extrémismes ou des populismes. »

                  Quand en Marche vers Nulle Part, toute alternative au nihilisme de la Pensée Unique néo-libérale (TINA) se voit reléguée aux extrêmes de l’échiquier politique, quand un régime que certains sociologues et analystes n’hésitent désormais plus à qualifier de « dictature de l’extrême centre » ne trouve pour seul moyen d’encore se maintenir que l’exemplarité des mutilations par armes de guerre à létalité réduite pour définitivement soumettre à sa botte « les gens qui ne sont rien », aux côtés de qui les chrétiens devraient-ils donc se ranger ???

                  « Mais ne nous y trompons pas. Ce n’est pas parce qu’on change de nature de boucs émissaires qu’on change la nature du principe démagogique. Ainsi, plutôt à l’extrême gauche, on préfère s’en prendre aux (au choix) riches (mais que veut dire riches ? combien par mois ?), aux patrons (les seuls créateurs des richesses à redistribuer), aux bourgeois (quelle définition ?), etc. »

                  Hors sophismes, en quoi la refondation d’une économie sur des bases visant à servir l’humain plutôt qu’à l’asservir pour assouvir la seule avidité de quelques uns, en quoi le débat sur une plus juste répartition de la richesse se réduiraient-ils ou reviendraient-ils à prendre les « riches » pour boucs émissaires ???


                  • Samson Samson 27 décembre 2019 15:15

                    @Samson
                    PS :
                    A propos de la « démagogie » de dangereux extrémistes :

                    « Oui, je vous le répète, il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume des Cieux. »

                    Matthieu, XIX, 24

                    Joyeux Noël ! smiley


                  • Samson Samson 28 décembre 2019 21:20

                    « ... On peut concevoir l’avortement d’un point de vue politique ou social, c’est-à-dire en termes de santé publique, car l’idée de la loi défendue par Simone Veil était de réduire la mortalité des mères qui voulaient se faire avorter dans des conditions d’hygiène déplorables, mais pour un chrétien, l’avortement est difficilement soutenable d’un point de vue moral. »

                    Tout à fait !

                    Ne conviendrait-il donc en toute logique et conséquence - et avant en ce XXIème siècle d’en arriver en France et en €urope au « savoureux » plaidoyer de Jonathan Swift - de commencer par s’inquiéter de la dignité de leurs mères ou parents en leur assurant ce minimum de conditions de vie indispensables à l’accueil de cet enfant dans la joie et la sérénité, ... soit de leur en assurer les moyens, indépendamment du « pognon de dingue » que cela puisse « coûter » ???

                    Joyeux Noël ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès