• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Divorce du couple Franco-Allemand

Divorce du couple Franco-Allemand

 

Le couple franco-allemand n’est-il pas en état de coma profond ? On fait tout pour le maintenir en vie, mais… Bref, ce ne sera jamais plus comme avant ! Une lune de miel, ça ne dure pas toujours !

Pourquoi ce désamour inavouable ? L’avouer, ce serait couper les tuyaux qui maintiennent le vieux couple en vie, sans espoir de résurrection : un acte d’euthanasie politique dont personne ne veut prendre la responsabilité devant l’histoire (avec un grand H), d’autant que l’Union européenne n’y survivrait pas longtemps… Et là dessous il y a la vraie question : quid de l’Euro ? Si notre monnaie commune part en vrille, que devient-on, nous Français, mais aussi eux Allemands et tous les autre Etats eurotiques ?

Et pourtant ! Les carottes sont cuites. On pourrait dire, nous Français, qu’Angela ne joue pas le jeu, qu’elle joue perso etc… Question qu’on aurait pu se poser lorsqu’on a découvert que la NSA fouillait dans son smartphone : pourquoi donc Uncle Sam était-il aussi soupçonneux, alors que Madame la Chancelière offre le visage lisse et apaisé d’une personne au-dessus de tout soupçon ? Ont-ils découvert dans ses impedimenta un agent du Kremlin (un clone de Günter Guillaume, le proche conseiller du Chancelier Brandt) ? On ne saurait retenir une telle hypothèse, même pour un épisode Netflix de politique fiction… mais comment expliquer cette prudence allemande avec Poutine, et ce froid bien entretenu avec son partenaire reconnu et jadis aimé…, le besoin d’OTAN qui ravit Biden, et le rejet de tout mécanisme pouvant conduire à une défense européenne, ainsi que de s’associer à la guerre anti-terroriste au Sahel que lui demande la France. Il y a quelque chose de pourri dans le couple ! Chambre à part ?… plutôt domicile séparé.

Et pourquoi, nous Français, nous ne regardons pas ceux qui autour de nous sont naturellement nos proches ? Avec qui nous nous comprenons, parfois en parlant avec les mains alors que jadis c’était en latin : Espagne, Italie et Britanniques sont des amis avec lesquels il n’est pas besoin de coucher (comme dans un couple avec tous les risques que cela comporte) pour faire de la bonne politique. Avec l’Espagne on peut admettre le Portugal, et avec l’Italie la Grèce. Une communauté qui partage un fond génétique, une longue histoire… et peut avoir de bons moments sans recourir à la fête de la bière.

C’est donc avec eux qu’il faut refonder une communauté de destin et laisse l’Allemagne aller vers on grand large, à l’Est. Il y a du grain à moudre pour tout le monde… mais il faut pouvoir s’entendre autour du moulin (métaphore pourrie, mais comment dire des choses désagréables sans créer un incident diplo !).

Un divorce de raison après un mariage d’illusion. Bye bye Angela, et merci pour tout.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • sylvain sylvain 23 février 14:52

    La grande alliance des français et des britanniques, ce serait du jamais vu . Il existe bel et bien une europe latine et une europe anglo saxonne, mais comme son nom l’indique, l’angletterre fait indubitablement partie de l’europe anglo saxonne .

    Les pays d’europe, notamment france, angleterre et allemagne sont en guerre depuis toujours, parfois déclarée, parfois indirecte, souvent économique mais c’est la guerre tout le temps, et le plus faible en crève . L’europe n’a rien changé à ça et aujourd’hui l’allemagne, comme bien des fois, semble en passe de l’emporter, et la France de rendre l’ame . Mais en général il y a un rebondissement a peu porès par là . 


    • Gerald 23 février 16:14

      @sylvain
      J’ai mis l’angleterre car rien n’est joué : ils ne feront pas une défense avec les USA, mais c’est possible avec France, Italie et Espagne. Et si la relation avec les britiches est tjrs difficiel, il y a relation ! Alors qu’avec l’Allemegne on a à faire à un syndic de copropriété. 


    • Gorg Gorg 24 février 12:19

      @Gerald

      « Espagne, Italie et Britanniques sont des amis »
      Les Rosbeefs, certainement pas...
      Le problème de l’Allemagne vis à vis de la France c’est qu’elle est toujours sous occupation étas-unienne et qu’elle se complait dans cette situation...
      C’est comme ça depuis 1945... Elle est sous tutelle, et en cas de conflit OTAN Russie, elle servira de champ de bataille ainsi que les pays de l’Est...


    • Gorg Gorg 24 février 12:21

      @Gorg

      Les Briitshes sont les alliés objectifs et inconditionnels des états-uniens...


    • Et hop ! Et hop ! 24 février 13:27

      @Gorg

      Wall street est la succusale de la City.


    • samy Levrai samy Levrai 23 février 15:17

      Pourquoi la NSA aurait elle le droit d’espionner, s’agirait il d’une entité divine au dessus des lois  ?

      Le couple franco allemand n’a jamais existé que dans les medias français et par les caniches qu’ils font élire dans le parti unique euro atlantiste ( de la FI au RN en passant par tous les autres ). 

      C’est intéressant cette sensation non naturelle que la France serait trop petite pour être un pays souverain mais que par exemple la Suisse, la Norvège, le Japon, Singapour, l’Arabie, le Qatar, le Royaume Unis, le Brésil, Israel, l’Algérie et tous les autres pays eux le pourraient... ils sont tous membres permanent du conseil de sécurité de l’ONU ? tous dans les 10 premieres puissances mondiales ? ils sont tous des puissances nucléaires ? ils sont tous coupés du monde ?


      • Gerald 23 février 16:16

        @samy Levrai
        Le droit d’espionner... mais l’espionage échappe au droit ! C’est ce qui le rend redoutable, et indispensable. Sinon on est dans le bisounourse



        • Gerald 23 février 16:16

          @Attila
          Elle a souri ! Angela peut sourire... on ne le savez pas.


        • placide21 24 février 08:03

          @Attila
          Si j’avais un talent de dessinateur  : Un coq (France) qui dit « c’est mon copain » et présente un aigle (Allemagne) lequel est son prédateur.


        • dixit dixit 24 février 11:12

          @placide21
          Bien vu.
          Dans un temps lointain on disait aussi une chose semblable :
          les Allemands volent avec les aigles,les Français grattent avec les poules.
          Terrible métaphore...


        • Rémi Mondine 23 février 17:07

          Le problème est assez simple. 

          Francais et Allemands voulaient que le couple franco allemand existe pour mettre fin aux guerres entre les deux grandes puissances européennnes.

          C’est malheureusement un beau rêve. 

          La culture allemande est quasiment sur tous les points l’opposée de la culture francaise. 

          On peu faire travailler des groupes ensemble, mais au niveau politique sans autorité au dessus aucune chance. Et si autorité il y a sa culture la fera pencher d’un coté ou de l’autre.

          Cela aurait été reconnu si les politiques francais n’avaient pas voulu faire l’histoire en faisant systèmatiquement des concessions.


          • Et hop ! Et hop ! 24 février 13:35

            @Rémi Mondine : «  Vous avez le droit de douter du dérèglement climatique et j’ai le droit d’y croire. »

            Les deux guerres mondiales ont été produites par la diplomatie anglo-américaine, pour affaiblir l’Allemagne et la France. Comme la guerre Iran-Irak.

            En 1916, l’Allemagne qui avait la supériorité a proposé de metttre fin à la guerre sans conditions ni revendications, c’est la GB qui s’y est opposée et qui a fait entrer les USA en guerre.


          • Gerald 24 février 18:47

            @Rémi Mondine
            C’est le pb du fédéralisme... en fait personne n’en veut ! Impossible culturellement.
            Et la construction institutionnelle n’est pas durable : ça va s’effriter. Les Britiches sont partis parce qu’ils ne voulaient plus de la superstructure juridique, dans laquelle se glisse la Cour de Karlsrue (un comble !). Et nous non plus. Delors a fait un montage de syndicaliste : on va avancer en grapillant des petits trucs... Mais ça ne marche pas ! comme n’a pas marché la doctrine des petits pas de Kisinger. 
            Reste l’euro comme seul ciment... Voir dit Panurge... 


          • McGurk McGurk 23 février 18:33

            Ce terme est d’un ridicule sans nom.

            Il révèle une soumission politique, économique et idéologique de la France à son voisin. Une sorte de traité de Versailles de 1870.

            Depuis Schröder, les politiques français ont érigé en religion le « modèle allemand » car incapables d’inventivité et surtout de pénaliser la politique de dumping économique réalisée par le chancelier.

            D’où tous ces articles et émissions vantant les mérites d’un système - où « tout va bien » en apparence mais qui est basé sur l’exploitation des travailleurs et l’enrichissement des actionnaires.

            Aujourd’hui, avec cette classe politique vouant un culte suprême au libéralisme, l’Allemagne apparaît comme un paradis et sa réussite comme l’eldorado tant recherché. C’est ce qui, à mon avis, détermine fortement, la soumission masochiste de notre personnel censé nous représenter.

            Des gens à poigne, au lieu de couilles molles et de lâches en puissance, pourraient largement inverser la tendance et permettre aux entreprises françaises de reprendre leur propre marché qui a été colonisé par les entreprises allemandes.

            Quand je vois, actuellement, le nombre d’articles « made in Germany » (surtout sur Amazon et les grandes surfaces), j’ai vraiment honte. La plupart d’entre eux aurait largement pu occuper des travailleurs français au lieu d’en faire des chômeurs en puissance.

            Mais non, la soumission est plus facile et payante que la volonté et l’indépendance à tout point de vue.


            • saint louis 23 février 20:04

              @McGurk
              Tout à fait, les intérêts stratégiques des deux pays sont différents, nous passons pour les faire valoir dans tous les plans à cause des gens qui administrent la France depuis l’UE.
              J’ai bien dis « administrent » car ces politiques de profession ne sont pas capable de diriger efficacement et défendre les intérêts du pays.


            • Abou Antoun Abou Antoun 23 février 19:22

              Les intérêts divergent et spécialement pour ce qui concerne les relations avec la Russie.

              Dans les faits l’Allemagne est sur les rangs pour le projet Nordstream. Tout va pour le mieux entre les Allemands et les Russes dans le domaine gazier.

              Pour l’Allemagne la Russie est un immense marché. Demandez un peu à Mercedes, Audi, BMW, etc... mais il n’y a pas que la bagnole.

              Paradoxe des paradoxes, l’Allemagne est gênée aux entournures par ses relations avec les USA (pays toujours occupé sous prétexte de défense commune).

              La France n’a pas ces problèmes elle a les coudées plus franches en diplomatie et pourrait donc avoir des relations apaisées avec Moscou. Las, le roquet français aboie tant qu’il peut et réclame des sanctions, des sanctions et encore des sanctions quand la Russie ne fait que récupérer son bien.

              Et les contre-sanctions arrivent, mais elle touchent l’agriculture, de client la Russie devient concurrent de la France, mais les Russes continuent à rouler allemand.

              Plus crétine que la diplomatie française cela n’existe pas !

              L’Afrique fait également débat, la France voudrait que Berlin mette la main à la poche pour soutenir ses guerres coloniales... Macron peut toujours rêver.

              L’Europe ne peut plus (se) faire la guerre, les deux guerres mondiales du siècle précédent l’ont mise à genoux. Les choses se décident à Washington, Pékin et Moscou. L’Europe n’est plus qu’un marché, ce n’est pas un état, ce n’est pas une puissance, elle n’a pas d’armée, pas de projets, plus de ’clients’.

              Mais il semble que dans les mentalités les rivalités existent toujours, et les Européens ont en commun ce refus de constater que sur le plan mondial ils ne sont plus rien.


              • Et hop ! Et hop ! 24 février 13:38

                @Abou Antoun

                Ce sont les USA qui ne veulent pas d’une réunification de l’Europe de l’ouest et de l’Est : la Russie a besoin de transferts technologiques, et elle possède d’immenses rssources naturelles. Avec la Russie, les pays d’Europe n’ont plus besoin des USA.


              • dixit dixit 24 février 11:34

                L’Allemagne est le cerveau gauche et la France, le cerveau droit ; j’ai bien peur que le corps calleux soit en train de se déliter...


                • Pcastor Pcastor 24 février 12:08

                  On peut toujours lire « le couple franco-allemand n’existe pas » de la regrettée Coralie Delaume, avec sa note d’optimisme « l’hégémon réticent » de l’Allemagne ne durera pas...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Gerald


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité