• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Domination du monde par l’Europe et déclin, stagnation du monde de (...)

Domination du monde par l’Europe et déclin, stagnation du monde de l’islam ? Herméneutique causale dans l’histoire

 L’humanité, et cela est incroyable, malgré toute sa complexité, se lit au fond presque à livre ouvert. Et c’est cela qui fait sa richesse. Dans l’espace de son évolution, on lit, déroulées à travers son histoire, les strates passées qui se succèdent verticalement et horizontalement ; toujours vers un sommet, toujours vers plus d’espaces géographiques, toujours vers plus d’espace dans la pensée. Le monde se retreignant de plus en plus mais se développant et se dévoilant néanmoins.

 Le plus étonnant, c’est l’Europe d’où vont partir, à partir de la Renaissance, les idées qui changeront la face du monde. Des philosophes, hommes de lettre, des savants, en Europe, impulseront un mouvement des idées sans égal dans l’histoire. Au point qu’ils annonceront sans le savoir la mort de la philosophie. La philosophie n’aura plus ou peu d’impact sur l’homme dès le XXe siècle. Mais est-elle morte la philosophie ? Des penseurs et savants du XVIIIe, du XIXe siècle et avant, ont révolutionné l’histoire et la science. De Descartes, Pascal, Newton, Rousseau, Kant, Hegel… Louis blanc, Owen Proudhon, Marx, Bakounine, Nietzsche… à Pasteur et Einstein vont, par une pensée à la fois « pure et pratique », pour certains théoriser la condition humaine, d’autres, montrer le nouveau chemin du monde.

Ce qui est étonnant, c’est l’Europe qui va bénéficier, au départ, des innovations scientifiques, créant de véritables révolutions scientifiques dans les domaines les plus importants du développement de l’humanité ; elles concerneront l’agriculture, l’industrie, de même sur les idées politiques et sociales qui l’élèveront sur un piédestal, l’érigeront en « centre du monde » ? Pourquoi l’Europe ? Et non les autres régions (Chine, Inde, monde musulman), qui ont des civilisations millénaires, et celles-ci furent longtemps dominées depuis que l’Europe s’est lancée à la découverte du Nouveau Monde ?

 Pour le monde musulman, après des siècles d’essor, il a commencé à décliner ; les historiens situent le déclin à partir du XIIIe siècle. Est-ce que réellement il a décliné ? L’histoire rapporte qu’à partir du deuxième millénaire, et durant cinq siècles, le monde musulman a été ravagé par des invasions asiatiques (seldjoukide, mongols, turques) et chrétiennes (croisades). Depuis l’« âge d’or » de l’empire des Abbasides, il n’a pas évolué, et de grandes régions d’islam furent maintenues à l’état féodal. À partir de 1800, il a subi la colonisation européenne. Est-ce pour autant que le monde musulman a décliné ?

Une précision sur le déclin musulman, la domination européenne, à cette époque, n’a pas touché que le monde musulman ; l’Asie aussi fut dominée ; l’Inde en premier, la Chine a suivi, le Japon n’a échappé que par sa position insulaire et une politique accélérée de modernisation de son économie et de son système politique. Et si nous partons de l’histoire universelle et postulons que le déclin du monde de l’Islam en fait n’est pas un déclin, come ce qui s’est passé pour toutes les civilisations anciennes, et, tout compte fait, il ne relève que d’un cours naturel de l’histoire.

Et qu’en réalité, le monde d’une manière générale n’a pas décliné et si l’Europe a pu s’élever par rapport aux autres régions du monde, ce sont essentiellement les conditions propres et uniques de l’Europe, totalement différentes des pays du reste du monde, qui ont évolué et permis son augmentation de puissance et sa domination sur les autres civilisations. L’histoire situe cette domination, particulièrement, à partir du XVIIIe siècle ; c’était le début de la colonisation du monde par l’Europe.

Le XVIe et XVIIe siècle ont été une époque de découvertes du Nouveau Monde, mais déjà une phase d’expansion de l’Europe sur le monde qui, bien que limitée, portait en elle des frictions entre les puissances européennes pour le partage du monde. Et s’ensuivit une succession de guerres interminables entre les puissances européennes jusqu’à la phase finale au XXe siècle, avec les deux guerres mondiales.
 

  1. Les éléments de réponse dans l’évolution de l’Europe et du monde de l’Islam

 

 Pourquoi l’Europe a avancé et le monde musulman n’a pas évolué ? Le monde musulman a-t-il régressé pour autant ? Ne doit-on plutôt penser que c’est l’Europe qui a avancé et que le monde musulman a stagné. Mais, même avec la stagnation, la régression pour ce monde y est implicite. D’autre part, sur le plan purement religieux, est-ce que la lettre de l’Islam a changé ? Au-delà des interprétations, n’est-il pas resté lui-même durant quatorze siècles ? A-t-il décliné ? Ne gagne-t-il pas des âmes, et encore aujourd’hui, au XXIe siècle ? L’Islam est une religion révélée comme les religions venues avant lui, le Judaïsme et le Christianisme ; et celles-ci sont citées dans la lettre de l’Islam. Qu’a-t-il dans la stagnation ou le déclin des Musulmans ? Comme toute religion, il ne montre que la voie droite à suivre.

 Comment expliquer qu’il y a, aujourd’hui, plus d’un milliard et demi de Musulmans dans le monde qui tiennent absolument à leur religion ? Comme les peuples d’Europe au Christianisme, les Juifs au Judaïsme, les Hindous au brahmanisme, les Chinois au bouddhisme (ou à défaut à l’idéologie communiste).

 Si on part du postulat qu’il y a eu déclin du monde de l'islam, pourquoi alors l’Europe a « avancé » sur tous les plans au point de dominer non seulement le monde de l'islam mais l’ensemble du monde ? Il y a certainement des causes concrètes. On ne peut accepter qu’il y a des peuples surdoués et des peuples sous doués comme l’a tant vanté l’écrivain britannique Rudyard Kipling dans son poème « Le fardeau de l’homme blanc (The White Man’s Burden).

L’histoire d’un peuple, ou d’une civilisation, peut être comparée à l’histoire d’un homme. Et l’homme à travers son œuvre dans le monde. « L’Homme naît, grandit, vit, œuvre puis décline et meurt ». Un processus humain en somme naturel. Mais si l’homme meurt, il se reconstitue, en laissant une descendance, et cette descendance augmente, et forme des groupements humains, des peuples, puis des nations. Ainsi s’est constituée l’humanité, et au sein de laquelle l’histoire des peuples et des nations. Précisément, l’Europe comme d’ailleurs les autres régions du monde ont subi ce processus. Sauf que l’Europe, après l’arrivée de l’Islam sur ses terres, s’est mise sur la défensive dans un premier temps, puis a commencé, après s’être reconstituée, à « grandir » et à « sortir » de ses frontières, tel cet homme dont la descendance a grandi.

 Le début d’expansion de l’Europe sur le monde de l'islam a commencé à la fin du XIe siècle, en 1095, à la demande du pape d’Urbain II. Des croisades qui ont duré plus de deux siècles ; on fait état de huit croisades, probablement il y a eu plus. Et ces croisades n’ont été rendues possibles que une « expansion démographique » qui a commandé ces croisades. Sans la poussée démographique en Europe, les croisades n’auraient pas été possibles, ni d’ailleurs la colonisation des Amériques et du reste du monde.

 Un deuxième élément de réponse. L’Europe était une mosaïque de peuples. Bien qu’ils aient une même religion, les peuples européens ne parlaient pas la même langue. Dans un espace aussi restreint, une formidable diversité ethnique, qui ne figure dans aucune région du monde, dénote, malgré les antagonismes, un avantage pour l’Europe. I.e. pousse à une organisation politique, économique et sociale de l’Europe.

 Le troisième élément de réponse. C’est le problème de subsistance ; le blé, par exemple, était distribué aux peuples selon un prix établi par le Trésor du roi. Une donnée essentielle pour l’existence des souverains et des peuples d’Europe sur le plan de la stabilité politique et sociale. Qui détient le blé en Europe commande aux pays d’Europe. Ce qui existait peu dans le monde musulman dont les territoires étaient immenses et sans frontières vraiment définies.

 Enfin le quatrième et le cinquième élément portent respectivement sur le climat froid de l’Europe et les guerres qui ne cessaient pas en Europe et qui furent l’œuvre des ambitions des souverains pour agrandir leurs fiefs, en rapport avec l’évolution croissante de leurs populations.

Les souverains d’Europe avaient des liens de parenté, et on peut comprendre les animosités qui peuvent surgir entre eux, que ce soit des sentiments de jalousie, ce qui créé des menaces du fait de leurs pouvoirs royaux, et aussi des menées subversives auxquelles se greffent des problèmes politiques, économiques et sociaux au sein des monarchies qui relèvent principalement de la misère des populations (servage des paysans), provoquant souvent des famines (disettes), jacqueries et émeutes. Ces situations qui perdurent expliquent pourquoi les guerres continuelles qui ne cessaient pas sont liées aux relations conflictuelles entre les souverains d’Europe, à l’exiguïté du territoire européen, et son éclatement en comtés, duchés, et royaumes et aussi aux problèmes politiques et économiques. Cependant ce sont les grands royaumes européens qui ont la primeur dans tous les conflits et guerre en Europe. Pour le seul XVIIIe siècle, les historiens recensent 80 guerres, entre conflits d'intérêts, conflits coloniaux, conflits dynastiques. On peut citer des guerres de succession en Espagne (1701-1713), en Pologne (1733-1738), en Autriche (1740-1748), et la guerre de Sept Ans (1756-1763), qui fut la première guerre véritablement mondiale, qui a touché plusieurs continents (Europe, Inde et Amérique. Des guerres qui ont mis l’Europe à feu et à sang.

Ce qui n’était pas le cas pour le monde de l'islam qui avait une évolution démographique faible nécessitant moins de subsistances contrairement aux peuples européens confrontés à l’exiguïté des espaces géographiques, à l’augmentation démographique et à un climat plus froid. L’unité religieuse et linguistique qui prévalait dans le monde de l'islam dont les territoires étaient immenses et une bonne partie de leurs populations était nomade ont joué aussi dans cette évolution plutôt pacifique que l’état de guerre continuel en Europe.

 Toutes les caractéristiques qui ont joué dans l’expansion de l’Europe n’existaient pas dans le monde de l'islam. Ce qui explique les assauts des pays d’Europe pendant « neuf siècles » sur le monde de l'islam, et qui n’ont été interrompus que par la Mort noire (peste bubonique) qui a décimé un tiers de la population européenne au XIVe siècle et l’irruption de l’Empire Ottoman qui a joué un rôle tampon entre l’Europe et les pays arabo-musulmans durant quatre siècles.

 A partir de 1800, la situation se retourna. L’Empire Ottoman commença à s’effriter, le rôle tampon s’amenuisait. La colonisation de l’Inde et une partie de l’Asie par l’Europe était déjà achevée pour l’essentiel en 1820. Le monde arabo-musulman et chinois était désormais en prise avec l’Europe. La domination européenne qui suivit marqua un tournant dans l’histoire de l’humanité ; l’Europe était à son apogée.
 

  1. L’affirmation de l’Europe par la démographie et par une situation de guerre incessante

 

 Pour avoir une vision plus mesurée de l’évolution du monde, il est évident qu’il faut faire appel aux données chiffrées de l’évolution démographique de l’humanité pour comprendre les causes de l’affirmation de l’Europe sur le monde.

 Selon les données de l’ONU, la population européenne (avec la Russie) est estimée en 1300 à 86 millions d’habitants ; après la Peste noire, elle est estimée en 1400 à 65 millions d’habitants, en 1500, à 84 millions d’hab., en 1700, à 125 millions d’hab. ; en 1800, à 195 millions d’hab., en 1900 à 422 millions d’habitants.

L’Afrique du Nord qui groupe cinq pays (Algérie, Maroc, Tunisie, Lybie et Egypte), la population est estimée en 1300 à 9 millions d’habitants, en 1400 à 8 millions d’hab., en 1500 à 8 millions d’hab., en 1700 à 9 millions d’hab., en 1800 à 9 millions d’hab., en 1900 à 23 millions d’habitants.  

 Comparativement à la population en Europe, la population en Afrique du Nord est extrêmement faible, donc sans commune mesure. Une population très faible pour un immense territoire d’environ 5,6 millions de km2 qui n’a pratiquement pas augmenté, pendant trois siècles. Le nombre d’habitants a même diminué entre 1400 et 1600. Sur le plan démographique, l’Europe était prépondérante. La France, par exemple, en 1801, année du premier recensement, avec 28 millions d’habitants, était classée « quatrième puissance démographique mondiale », après la Chine (330 millions d’hab., l’Inde (120 millions d’hab.) et le Japon (30 millions d’hab.). Le facteur démographique a donc été essentiel dans l’expansion de l’Europe et du Japon sur le reste du monde.

 D’ailleurs ces chiffres ne manquent pas de montrer des disparités manifestes en termes de répartition des populations entre les différentes régions du monde. La France, par exemple, a une pression démographique de 50 habitants au km2 en 1801. Le Royaume-Uni qui comptait, à cette date, 11,9 millions d’habitants, a une pression démographique de 49 habitants au km2. A la même date, la Chine (avec la Corée) et l’Inde (avec le Pakistan et le Bangladesh) avait, en 1800, une pression démographique respectivement de 33 et 44,7 habitants au km2.

Quant aux cinq pays d’Afrique du Nord, la superficie des cinq pays étant de 5,75316 km2, la pression démographique était incroyablement basse (presque négligeable) 1,56 habitant au km2, moins d’un habitant au km2. En ne prenant qu’un tiers de la superficie totale de l’Afrique du Nord, le reste étant des contrées désertiques (Sahara), la pression démographique des cinq pays n’était que de 4,69 habitants au km2.

Si on regarde l’évolution démographique des cinq pays d’Afrique du Nord, en 1300, 1400, 1500, 1700 et 1800, on constate que la population globale de 9 millions d’habitants n’a pratiquement pas changé durant cinq siècles. En prenant en compte les proportions du nombre d’habitants que ces pays ont aujourd’hui, on obtiendrait respectivement pour chacun d’eux les nombres approximatifs d’habitants suivants : 3,25 millions pour l’Egypte, 2,25 millions pour l’Algérie, 2,25 millions pour le Maroc, 450 000 pour la Lybie et 800 000 pour la Tunisie.

Il faut aussi souligner que l’espérance de vie à la naissance, durant ces siècles, était très basse, de l’ordre de 25 à 30 ans, pour l’ensemble des pays du monde. Evidemment, ces chiffres ne sont que des extrapolations occidentales puisqu’il n’y avait pas de recensement dans les temps passés. Il faut attendre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle pour que ces données commencent à se constituer en Europe, puis à s’étendre aux autres régions du monde.

En 1900, la population nord-africaine a commencé à augmenter et « paradoxalement avec la colonisation ». Elle compta « 23 millions d’habitants » et la pression démographique sur la surface non désertique (1/3) passa, à cette date, à 12,3 habitants au km2. Une pression encore très faible, sans comparaison avec la pression démographique de la France qui était à la même date de 72,5 habitants au km2.

 Doit-on penser que « la colonisation a été un mal nécessaire » ? Puisque les deux grands pays de la planète sont passés de 1800 à 1900, respectivement pour la Chine de 330 à 415 millions d’habitants, et pour l’Inde de 190 à 290 millions d’habitants. En 2000, ces deux pays ont respectivement 1273 et 1320 milliards d’habitants. Les cinq pays d’Afrique du Nord, en 2000, passent à 143 millions d’habitants avec une pression démographique dans les territoires non désertiques de 76, 6 habitants au km2 environ. Ce taux comparé à la pression démographique de la France (Population de 58,796 millions en 2000) qui est de 106,6 habitants au km2 montre que les pays d’Afrique du Nord ont évolué très positivement depuis leurs indépendances, et l’écart démographique avec la France a beaucoup diminué.

D’autre part, l’espérance de vie à la naissance a beaucoup augmenté, elle se situe aujourd’hui entre 70 et 80 ans, et globalement pour l’ensemble des pays du monde. Et cela relève des formidables progrès dans la médecine et du confort qu’offre la vie moderne en termes de nutrition, d’habitations, de transports, d’emploi, de sécurité sociale, etc.

 Cela étant, il demeure que l’Europe, avant la colonisation de l’Afrique du Nord, du Proche-Orient et de l’Asie, avait la plus grande pression démographique dans le monde. L’Europe était un territoire restreint qui n’assurait pas les subsistances nécessaires aux populations ; ce qui explique l’expansion coloniale.

Cependant le problème démographique n’était pas le seul facteur ; l’expansion européenne nécessitait un support. Il sera donné en partie par l’absence d’homogénéité linguistique, religieuse et politique qui a provoqué, par des antagonismes, de nombreuses guerres entre les nations européennes. Des guerres qui étaient très atténuées dans les grands ensembles indien, chinois et musulman, compte tenu de leurs systèmes politiques centralisés (Empire chinois, Empire moghol et califat ottoman). Contrairement à l’Europe dont le pouvoir politique était disséminé entre les rois. Des souverains absolutistes de droit divin, souvent liés par le sang, maintenaient, par un jeu d’alliances qui se faisaient et se défaisaient ; l’Europe était dans une situation de guerre incessante. Ainsi se comprend l’extrême agressivité de l’Europe qui a cherché à se tailler des empires sur le reste du monde.

Mais l’ambition coloniale nécessitait encore des moyens humains et matériels. Si les moyens humains sont donnés par la forte pression démographique, les moyens matériels seront donnés par les révolutions agricole et industrielle qui contribueront à la fois à l’augmentation de la population européenne et aux progrès des armements. L’essor des armements qui ne se trouve nulle part que dans l’Europe permettra d’asseoir sa puissance militaire sur le monde.

Il faut donc se rendre compte que ces supports sont essentiels ; sans les « progrès scientifiques qui ont donné les révolutions agricole et industrielle », sans la pression démographique, sans l’agressivité naturelle des systèmes politiques absolutistes des souverains européens et hérité ensuite par les systèmes plus libéraux mais maintenant la mainmise sur le monde, l’Europe serait restée limitée à ses frontières ; il n’y aurait tout simplement pas d’expansion coloniale. Et le monde n’aurait pas évolué et serait probablement resté aujourd’hui à l’état du XVIIIe- XIXe siècle.

Alors se pose la question sur l’origine de ses progrès qui ont joué un rôle central dans les avancées de l’Europe sur le monde.
 

  1. L’affirmation de l’Europe par la « Pensée » ? La pensée pratique et la « Pensée Pure » dans le cours de l’histoire

 

 Et là nous entrons de plein pied dans la « métaphysique de la transformation » du monde. Il n’y a pas d’autres moyens de chercher ce qui a causé la révolution scientifique en Europe. Nous savons tous que l’Europe a beaucoup profité durant des siècles des progrès puisés dans le monde grec, musulman, chinois, etc. Donc les révolutions qui sont nées ne sont pas venues ex nihilo, mais ce qu’on peut remarquer, c’est que l’Europe a « merveilleusement » approfondi les sciences, augmenté les connaissances de l’homme, la compréhension du monde et des phénomènes dans tous les domaines qui touchent à l’humain (industrie civile et militaire, médecine, urbanisme, philosophie, psychologie, etc.).

Au-delà de la colonisation et des horreurs indescriptibles qui ont suivi (esclavage, colonisation, génocides, épurations ethniques), les avancée scientifiques auront une portée majeure pour toute l’humanité au XXe et XXIe siècle. Les progrès scientifiques ont transformé le visage du monde, y compris le mode de penser de l’humanité. Et comme le montrent les avancées en particulier dans le domaine des nouvelles technologies (high tech.), la médecine, la recherche spatiale, l’humanité a lancé deux sondes sur Mars en 2021, par les États-Unis suivis trois mois après par la Chine ; n’est-ce pas un prodige « les humains que nous sommes vont-ils coloniser après les continents les planètes ? » Tout est possible.

 Comment cela a été possible ? Pourquoi, au-delà de ces avancées, des armements extrêmement destructeurs issus des progrès scientifiques sont tombés aux mains des colonisateurs européens ? Et cela nous mène aux savants européens qui ont élargi le champ de la science, le champ de la connaissance. Aussi peut-on se poser la question : « pourquoi les grandes découvertes scientifiques et les techniques qui en ont issues se sont réalisées en Europe et non dans les pays du reste du monde (qui constituaient la majorité de l’humanité) ? »

Si ces avancées scientifiques avaient lieu un peu partout, en Europe, en Chine, en Inde et dans le monde musulman, une telle expansion n’aurait pas eu lieu. L’Europe se serait cantonnée à l’Amérique et même ses acquisitions territoriales américaines seraient disputées avec les autres puissances du monde.

 Evidemment, une réponse à cette situation ne peut pas être « physique » dans le sens de la rationalité, mais « métaphysique » dans le sens du dépassement de la rationalité. Et une réponse métaphysique, si elle respecte le processus de la raison, peut dans un certain sens être aussi rationnelle et compréhensible. Aussi, sans verser dans la philosophie, un savant est comme tout homme qui pense une situation ou qui entreprend un raisonnement pour résoudre un problème. Si les données d’un problème ainsi que les méthodes de résolution sont connues, n’importe quel homme qui a suffisamment de connaissances, peut réfléchir pour apporter la solution.

Qu’en est-il du savant qui connaît les données mais ne connaît pas la solution, et reste encore au stade de la recherche théorique et expérimentale pour résoudre un phénomène quel qu’il soit, par exemple médical, nucléaire, spatial, monétaire non encore élucidé, comme pourquoi la survenue de la pandémie Covid-19 ou pourquoi l’irruption de la guerre en Ukraine aujourd’hui qui aurait pu être évitée si l’Occident n’a pas fait une mauvaise approche avec la Russie, croyant encore qu’il est le maître incontesté du monde, sur le plan financier. Le savant ou le politique qui théorise, en face d’un problème, consacrent des efforts durant des années pour découvrir ce pourquoi ils travaillent.

 Que se passe-t-il dans leur recherche ? S’ils ne trouvent pas, le savant va continuer à chercher, à faire des expériences, le politique à conceptualiser la marche du monde, leurs pensées resteront toujours en activité. Sont-ils maîtres de leurs pensées ? Tout concorde à dire oui, et l’entourage qui les côtoie peut le confirmer. Cependant, on ne peut s’empêcher de dire que c’est « avec leurs pensées dont ils ne connaissent rien sur elles » qu’ils cherchent. Ils cherchent avec une pensée qui est bien à eux, qu’ils guident pour aboutir à leur recherche, mais, dans l’absolu, dès lors qu’ils ne connaissent pas l’essence même de leurs pensées, puisqu’« elles leur sont données, ils n’ont pas de prise sur elles sinon qu’ils pensent, qu’ils l’utilisent pour chercher, elles sont leur essence, qu’au final, on peut dire que ce ne sont pas eux qui la guide, mais c’est « elle », cette pensée émanant de la Pensée Pure, dit dans le langage herméneutique causal, qui les guide. »

Peut-on penser que réellement ils guident leurs pensées pour leur recherche ? A priori oui, et on le pense, on le réfléchit par la « pensée pratique ». Tout être humain est mû par une pensée, elle est essentiellement pratique ; elle lui permet d’exister ; même la pensée spéculative entre dans la pensée pratique ; le savant œuvre avec une pensée pratique, fait des recherches avec une pensée pratique qui pense les phénomènes qu’il s’efforce de comprendre.

Et si c’est une autre pensée dans cette même pensée pratique qui le meut dans sa recherche et répond non seulement à son vœu pour la recherche mais le guide dans sa recherche. Le savant croit chercher et l’entourage ou le public atteste que, en cas de découverte, c’en est bien lui l’auteur. Mais, dans la réalité métaphysique, i.e. dans l’absolu de la réalité comme « dépassement de la rationalité », ce n’est pas le savant qui est l’auteur de la découverte mais sa pensée dont il ne sait rien de son essence.

On peut citer, à ce propos, la phrase de Benda : « La puissance de création appartient indéniablement à l'irrationnel ». Et c’est vrai, l’homme, dans ses recherches, ne peut que suivre ses intuitions qui sont des pensées qui viennent de ce qui dépasse l’homme ; et cette pensée qui lui a fait découvrir ce qu’il cherchait s’appelle la « Pensée Pure ». Précisément, les savants en Europe ont bénéficié de la « Pensée Pure », on ne peut en disconvenir, et le mouvement de son expansion sur le monde appartient aussi à l’« herméneutique causale », relevant de l’essence de la « Pensée Pure » qui gouverne le monde.
 

  1. L’herméneutique causale dans la marche de l’histoire

 

 Accepterons-nous cette vision de l’évolution de l’Europe et de ce qui fut sa force pour dominer le monde ? Là est la question. Mais c’est aussi la question sur cette Raison divine qui domine le monde. « Notre proposition : la Raison gouverne et a gouverné le monde, peut donc s’énoncer sous une forme religieuse et signifier que la Providence. […] On entend souvent dire qu’il est présomptueux de vouloir connaître le plan de la Providence. C’est là une conséquence de l’opinion, devenue aujourd’hui un axiome, selon laquelle il est impossible de connaître Dieu. Lorsque la théologie elle-même en doute, il faut se réfugier dans la philosophie si l'on veut connaître et honorer Dieu en toutes choses et en premier lieu dans l’histoire. […] La nature occupe un rang inférieur à l’histoire La nature est l’existence inconsciente de l’Idée divine ; c’est seulement dans le domaine de l’Esprit que l’Idée se manifeste dans son propre élément et devient connaissable. Armés de ce concept de la Raison, nous devons aborder sans crainte n’importe quelle matière. » (Pages 60-62, la Raison dans l’Histoire, Hegel).

 Cette proposition de Hegel montre simplement les possibilités qu’offre la pensée. Nous existons par la Pensée, nous sommes en quelque sorte la « pensée pratique » de la Pensée, mais relevant de la « Pensée Pure » qui fait avancer le monde. Aussi, en revenant à notre sujet, la domination du monde par l’Europe et la stagnation du monde de l’islam, personne ne peut disconvenir par les destructions qu’elle a opérées sur le monde et aussi sur elle-même ; deux conflits mondiaux qui ont ravagé l’Europe et l’Asie. « Subit-elle un déclin aujourd’hui ? Ou « ne continue-t-elle pas l’Europe à marquer de son empreinte le monde ? »

 De même, pour le monde de l'islam, subit-il un déclin aujourd’hui ? Ou commence-t-il à remonter la pente ? Un déclin, comme le cours de la vie d’un homme, n’appelle-t-il pas à un crépuscule d’une existence, et ensuite son extinction ? Ensuite une renaissance par une nouvelle génération. Comme ce fut pour les civilisations passées (sumérienne, babylonienne, égyptienne, athénienne, romaine…) qui ont vécu puis se sont éteintes. Et même éteintes, elles existent encore dans la Mémoire de la civilisation universelle de l’humanité.

Est-ce que le monde de l'islam comme l’Europe sont en déclin ? Ou, au contraire, ces deux mondes, ne témoignent-ils pas d’une vitalité d’existence qui ne se voit peut-être pas mais est pressentie dans les remises en question des certitudes et de la volonté de changer la destinée ? Et si ce déclin qu’on attribue à l’Europe depuis la fin du deuxième conflit mondial et encore aujourd’hui face à la Chine et aux États-Unis, de même le monde de l’islam, libéré de l’assujettissement colonial, alors qu’ils œuvrent pour s’en sortir, n’entre-il pas dans la « Pensée Pure » qui gouverne le monde ?

Donc l’effervescence politique, géopolitique et guerrière qui se joue en leur sein tant pour l’Occident que pour le monde de l’islam, il reste que celle-ci est un passage obligé mais aussi moyen pour un dépassement. Aussi peut-on dire que déclin de l’Europe et stagnation (retard dans le développement) pour le monde de l’islam sont plus subjectifs qu’objectifs ; ni l’Europe n’a cherché le déclin ni le monde musulman n’a voulu la stagnation.

Le monde est ainsi constitué ; aucun peuple n’a choisi sa destinée. L’Europe a dominé le monde ; elle a apporté ce dont avait besoin la marche du monde ; de même le monde de l’islam lui aussi compte et cherche sa place dans la marche de l’humanité. L’idée de domination, de déclin et de stagnation est à relativiser, en réalité, on fait l’impasse sur le cours naturel de l’Histoire, on ne tient pas compte des facteurs telles la démographie, la géographie, la religion, l’économie, qui font l’identité de chaque peuple et que ce sont ces facteurs qui travaillent dans la « dynamique de l’Histoire ».

A voir l’Occident, aujourd’hui, face à l’immigration, une situation qui relève des forces de l’histoire et de la Pensée pure. Pour avoir une idée de la situation du monde d’aujourd’hui, prenons l’auteur Stephen Smith qui a fortement influencé le débat public en Europe, par son dernier ouvrage, paru en février 2018, au titre évocateur : « La ruée vers l'Europe. La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent ».

Sa principale thèse avance que le sous-développement économique de l'Afrique alimente les migrations massives vers l'Europe. Bien sûr, l’immigration africaine, bien que lente dans la durée, deviendra massive à terme (une immigration qui a commencé dans les années 1950) ; elle constitue une crainte légitime pour les Européens qui craignent pour leur existence, leur niveau de vie, leur bien-être ; ils se sentent envahis.

L’ouvrage suggère que les conditions sont désormais réunies sur le continent pour un accroissement significatif des flux du Sud au Nord : « l’Afrique émergente est sur le point de subir cet effet d’échelle : hier dépourvues des moyens pour émigrer, ses masses sur le seuil de la prospérité se mettent aujourd’hui en route vers le « paradis » européen ». (p. 149). 

L’auteur écrit à la page 178 : « 150 millions [d’Africains] vont embarquer pour l’Europe d’ici à 2050 ». La première question qui se pose : est-ce la faute aux Africains d'émigrer ? C'est la situation politique et économique de leurs pays qui les poussent à quitter leur pays, c'est pratiquement une question de survie. Par conséquent, ces migrants africains ne font que suivre une voie, une lucarne qui leur est ouverte au péril même de leurs vies. Ces migrants qu'ils soient africains, sud-américains, asiatiques, moyen-orientaux, ne commandent pas leurs destinées. Ils font ce qui leur est donné, en quelque sorte l'espoir de vivre dans des terres nouvelles qui leur assureraient une certaine existence qu'ils pensent certainement meilleure que dans leurs pays d'origine.

Quant à Stephen Smith, il est évident que c’est une vision futuriste qui n’est pas dénuée de sens. A voir la dénatalité de la population blanche de souche dans la plupart des pays européens, aux États-Unis, au Japon, bref dans tout l’occident, y compris en Russie. Force de voir dans l’immigration africaine un « facteur démographique compensatoire ». Mais cela ne signifie pas qu’il y a colonisation ; on peut penser que dans trois ou quatre générations, il existera, précisément, par cette forte immigration, une possibilité d’union économique et politique de deux continents mitoyens que sont l’Afrique et l’Europe.

A cette date, le discours changerait, les mentalités évolueraient, l’Europe apporterait le savoir-faire scientifique et technologique comme le fait déjà la Chine à l’Afrique, et l’Afrique ainsi que le monde de l’islam apporteraient les bras et la terre en tant que débouchés économiques pour l’Europe ; les peuples ne demanderaient qu’à se développer, et rien d’autre, comme l’ont été les peuples d’Europe durant leur développement, comme l’a été aussi la Chine, et tous les pays qui se sont hissés au rang aujourd’hui de puissances économiques mondiales.

Il n’y a rien d’absurde si on prend en compte que les peuples et les pays ne sont pas devenus des puissances économiques par eux-mêmes mais l’ont été par des conjonctures économiques qui leur ont été favorables. Comme on l’a démontré supra, des facteurs démographiques allant de pair avec les développements scientifiques et techniques qui ont permis à l’Europe de dominer le monde. Comme pour la Chine, le développement économique le doit à sa forte population, au changement de politique, au coût d’une main d’œuvre très compétitive et au formidable débouché qu’a été le marché chinois ; ce sont ces facteurs relevant de la marche de l’histoire qui ont favorisé des délocalisations massives d’une grande partie de l’industrie occidental vers la Chine, une industrie qui n’avait plus de débouchés car non compétitive dans le commerce mondial, sinon à fermer. Les délocalisations d’entreprises de production ont été de véritables sauvetages industriels pour l’Occident, sauf qu’ils ont boosté économiquement l’adversaire. Ainsi va l’herméneutique de la marche du monde.

Et qui commande la marche de l’histoire ? N’est-ce pas la « Pensée pure dans un processus herméneutique causal », en clair la cause est à la Pensée pure ce que l’action est au monde humain. Et rien ne doit nous surprendre dans la marche du monde parce que c’est ainsi, toute l’humanité est dépendante par ce elle-même qu’elle ne commande pas.

 

Medjdoub Hamed
Auteur et chercheur spécialisé en Economie mondiale,
Relations internationales et Prospective


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • MagicBuster 19 août 15:20

    Pas un mot sur l’écriture et l’imprimerie  ????

    https://vous-avez-dit-arabe.webdoc.imarabe.org/arts-science/le-renouvellement-de-la-science-arabe/pourquoi-l-imprimerie-apparait-elle-si-tard-dans-le-monde-arabe

    Interdire l’impression de texte  !!! Ca n’aide pas trop . . .

    (Les sultans ottomans Bayazid II (1485) et Sélim Ier (1515) interdisent donc aux musulmans d’imprimer des textes en arabe dans l’Empire.)

    Le 1er ouvrage imprimé en arabe a été produit en Europe, grâce aux juifs !!!



    • samy Levrai samy Levrai 19 août 15:53

      Beau travail mais tant qu’« on » a pas compris que les américains ont colonisé le continent europeen et le Moyen Orient on ne peut comprendre quoi que ce soit en géopolitique (oui nous sommes des colonies sans pouvoir propre et périclitons ) .

      L’hivers arrive et il est libérateur.


      • Clark Kent Philippulus 19 août 17:16

        Vous en êtes encore au « choc des civilisations » ?

        Y aurait-il un Occident démocratique et progressiste parce que chrétien et des ennemis de l’Occident non démocratiques et réactionnaires parce que musulmans ?

        La situation économique d’un pays serait-elle due à la nature de sa culture ? Cette théorie est remise en question par la « crise financière » actuelle, et notamment par les crises des dettes d’états des pays occidentaux. 

        Il semble plus rationnel d’admettre que les infrastructures (rapports de production) précèdent les superstructures (cultures, art). Les religions ne sont que des outils culturels au service des puissants pour contrôler les populations. Le reste est du bavardage, comme le disait récemment MbS à un président européen à la recherche de pétrole alors que, justement, il venait d’en acheter aux Russes, moins cher que le sien.


        • Réaction à cet Article à reconsidérer après avoir visionné cette émission d’ARTE sur le Cosmos à propos de l’énergie noire, du multivers :

          Certains de ces univers seraient presque impossibles à distinguer du nôtre ; d’autres pourraient contenir des versions différentes de chacun de nous, où nous existerions mais avec des familles, des carrières et des histoires différentes.

          https://www.arte.tv/fr/videos/038827-003-A/la-magie-du-cosmos/

          A l’échelle cosmique, chaque petit mortel est encore plus petite qu’une chiure de fourmi par rapport aux dimensions de notre seule galaxie.

          Beaucoup de bruits pour... moins que rien !


          • titi titi 20 août 13:15

            @L’auteur

            Ouuuuuuuuh là là... que de bétises dans cet article.

            Déjà dire que l’europe était agitée par les guerres alors que le reste du monde était en paix, faut être gonflé pour la sortir celle là.

            Mais si on revient sur la démographie votre article pourrait se résumer en deux mots : « transition démographique ».

            Transition démographique — Wikipédia (wikipedia.org)

            Tous les pays du monde seront amenés à subir cette transition démographique.

            C’est l’Europe, et sa médecine qui ont d’abord provoqué l’évolution démographique des pays d’Afrique du Nord par la colonisation (la phase 1 de la transition).
            Ce n’est pas « paradoxal » comme vous l’écrivez.

            C’est une conséquence directe : l’Europe a partagé sa médecine au début du 20ème.

            Cette transition étant déjà avancée en Europe à cette époque.

            Et dans le cas de la France, contrairement à ce que vous avancez, c’est au contraire sa faiblesse démographique face à l’Allemagne qui a conduit à la constitution du second empire colonial (voire la Force Noire du général Mangin)

            La Chine vient d’entrer dans la « phase 2 »


            • Areole 21 août 10:55

              « Sans la poussée démographique en Europe, les croisades n’auraient pas été possibles, ni d’ailleurs la colonisation des Amériques et du reste du monde »

              Pourquoi balancez-vous cette hypothèse comme une évidence ?

              Actuellement la croissance démographique du monde musulman est exponentielle mais les chance qu’à la civilisation musulmane d’imposer sa domination est entre les mains d’une toute petite minorité d’individus qui décide de son sort (autre évidence que je vous laisse démonter).

              Combien d’hommes faut-il pour tuer des millions d’individus avec un simple virus ?

              Vous avez 2 heures...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hamed


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité