• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dominique Jamet a eu raison de quitter Debout La France

Dominique Jamet a eu raison de quitter Debout La France

Le 28 avril dernier, Nicolas Dupont-Aignan annonçait son ralliement à Marine Le Pen en vue du second tour des élections présidentielles. Quelques minutes après, Dominique Jamet, vice-président de Debout La France apparaissait à l'antenne de BFM TV et annonçait sa démission. Les jours suivants, on le vit défiler sur plusieurs plateaux télévisés pour dire tout le mal qu'il pensait de son ancien patron et de sa décision.

Le 3 mai, j'ai publié chez nos confrères de Riposte Laïque un article où j'ai dénoncé l'opportunisme et l'inconsistance politique de ce monsieur. https://ripostelaique.com/dominique-jamet-traitre-un-jour-traitre-toujours.html

Plusieurs personnalités gaullistes m'ont reproché la teneur de cet article qu'ils jugeaient vulgaire ou irrespectueux envers un monsieur octogénaire qui a –je cite – "tant œuvré pour la France"…

J'ai le respect des personnes âgées, a fortiori quand c'est un confrère journaliste. M Jamet a une excellente plume et une réelle intelligence, si rare dans le milieu médiatique. Mon article, si polémique soit-il, n'a été en aucun cas vulgaire. Ce n'est pas être impoli de dire à un opportuniste qu'il est opportuniste. Aussi, je ne retire pas un iota de ce que j'ai écrit sur les revirements de Dominique Jamet qui a parcouru tout le spectre politique de l'extrême droite au Parti Socialiste.

Cependant, il y a une modification que je tiens à apporter à mes propos. Dominique Jamet a eu entièrement raison de quitter Debout La France. Quelques mois après mon article, j'ai moi-même pris cette décision suite à l'incurie, aux non-dits, aux querelles d'égos, au jacobinisme et à l'autoritarisme qui régnaient dans ce parti. Ajoutons à cela la pesanteur d'un appareil politique dont la compétence laisse à désirer et l'inconsistance politique d'un chef qui manque cruellement de vision. Pour m'avoir investi candidat-suppléant aux législatives de 2017 et m'avoir nommé responsable de la communication à seulement 21 ans, Nicolas Dupont-Aignan aura toujours ma gratitude et mon estime indéfectibles. L'honnêteté intellectuelle ne s'accommode cependant guère de sentiments. Et c'est bien mon profond respect des idées gaullistes qui me pousse à faire état du naufrage politique et intellectuel dans lequel sombre DLF.

"Ni Système, ni extrêmes", était le slogan de DLF lorsque j'ai rejoint leurs rangs en octobre 2015. Les partis du Système étant traîtres par essence, et le FN étant trop hasardeux, il importait de créer un "patriotisme raisonnable", selon les mots de Dupont-Aignan qui avaient charmés le gaulliste que j'étais.

Cependant, sans crier gare, le Leader est passé du "Ni Système, ni extrêmes" à l' "alliance des patriotes" le 28 avril 2017, arguant que le clivage droite-gauche devait être dépassé et que les souverainistes de tous bords avaient vocation à se rassembler autour du couple MLP-NDA : une conception très états-unienne de la politique. En France, on élit un Président et non un duo.

Après la saignée électorale du FN et le discrédit total de Marine Le Pen, le couple a volé en éclat. L'alliance était enterrée avant même les législatives. Après le demi-échec de ces dernières (8 députés FN et un seul député DLF) Dupont-Aignan a compris que toute alliance avec ce parti en déroute ne le mènerait nulle part. Dès l'automne, il a ainsi fait volte-face et annoncé qu'il souhaitait désormais une "union des droites". Lors des universités d'été, c'est aux côtés de Julien Rochedy et de Jean-Frédéric Poisson qu'il est apparu. Quelques semaines plus tard, la droitisation du Yerrois s'est confirmée lorsque devant des journalistes il a évoqué une France "colonisée" qui serait "en train de disparaître", allusion directe aux thèses du polémiste Renaud Camus.

Ainsi, en l'espace de quelques mois, l'ancien élu de l'Essonne a troqué l'étendard zinzolin du patriotisme transpartisan pour la bannière bleue foncée de l'alt-right. Il va de soi qu'une telle inconstance est nuisible au parti dont les militants se retrouvent déboussolés. Ainsi, dès le ralliement du Leader à Le Pen, de nombreux cadres ont décidé de claquer la porte : à l'instar de Dominique Jamet. Mais la majorité d'entre nous sommes restés fidèles à celui qu'on appelait "le Leader", acceptant pour lui d'être hués et moqués lors de la calamiteuse campagne des législatives. Après celles-ci, c'est le revirement droitier de NDA qui a provoqué une seconde vague de départs, dont le mien. Si j'ai quitté l'UMP en 2014, ce n'était pas pour voguer de nouveau à tribord. Ce qui a également choqué de nombreux cadres et militants, ce sont les nouveaux visages de DLF : beaucoup d'apparatchiks sans expérience et servilement dévoués au Leader ont été nommés durant l'été, ce qui – à bien des égards – explique notre échec patent aux législatives. A l'incurie et à l'anarchie des idées, c'est donc le jacobinisme autoritaire qui s'est ajouté.

On peut effectivement taxer d'opportunistes ceux qui sont - en un claquement de doigts - prêts à quitter un parti auquel ils juraient fidélité la veille. Mais on ne saurait les blâmer d'avoir quitté un parti encore plus opportuniste et sans âme qui peut sans sourciller passer du gaullisme social à l'alt-right, au gré des sondages. Monsieur Jamet, vous avez eu raison.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • chantecler chantecler 21 novembre 2017 09:57

    Curieux parcours que ce personnage :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Jamet
    Passé à Combat , puis l’Aurore, etc, etc ...



      • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 novembre 2017 10:03

         Bonjour,
        globalement d’accord. Il y a des problèmes de calendriers :

        moi j’étais pour l’alliance avec le FN, mais dès les régionales de 2015. On n’en a pas parlé après, et on s’est fracturé sur le sujet dans l’urgence entre les deux tours de la présidentielles. Je comprends que les partisans du « ni système ni extrême » aient été déboussolés ;

        La campagne présidentielle a été complètement brouillonne (moi même j’ai rien compris)

        Et au lieu de se tenir jusqu’aux législatives à une alliance avec le FN qui ne mangeait pas de pain (et qui est dans la logique de ce calendrier là), on a enterré l’accord.

        Les législatives c’était « à droite toute »...sauf lorsque NDA faisait campagne dans sa circonscription !

        Je renvoie à mes articles sur le sujet où je me suis déjà expliqué là dessus.


        • Tythan 21 novembre 2017 10:18
          @Olivier Perriet

          Sur la prétendue alliance avec le FN, je pense que tout a déjà été dit : il n’y en a jamais eu. Au moment du ralliement de NDA à Le Pen, ces deux leaders politiques ont simplement laissé la porte ouverte à un éventuel accord qui n’était pas une alliance à proprement parler mais simplement la proposition de ne pas présenter de candidats les uns contre les autres.


          Cet accord n’a pas été recherché par la suite : après son désastreux débat, Marine Le Pen n’était plus en position d’accorder quoi que ce soit à un parti extérieur. De son côté, NDA, qui quand même s’est fait complètement banané dans l’histoire puisqu’il a accordé son soutien à une personne qui ne s’en est pas révélée digne, s’est braqué sur un point important : au moment du second tour, il a été évoqué que les candidats DLF se présentent avec en bannière le logo du FN, ce que ne voulait pas NDA qui tenait à marquer son indépendance.

          Ce qui quand même montre qu’il en avait dans le pantalon : à cause de cette décision, il s’est privé d’une importante manne financière.

          Deuxième point sur lequel je voulais réagir : pourquoi prétends-tu que la campagne de NDA aux présidentielles était brouillonne ? As-tu lu le programme, qui franchement, même s’il y avait plein de trucs démagos (les animaux par ex, ou bien encore le programme sur le handicap, franchement, je ne dis pas que c’est pas important, mais ce n’est pas du niveau d’un candidat aux présidentielles), était pas si mal foutu que ça ? 


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 novembre 2017 11:40

          @Tythan

          On en a déjà parlé, mais je le redis smiley

          Afficher sur les plateaux télé « je ne suis pas opposé à l’euro » quand on a fait toute sa carrière en opposition à l’UE, ça fait désordre.

          Bayrou l’a bien souligné à propos de l’accord NDA Marine entre les deux tours, je cite de mémoire :
          « La pierre angulaire de leur programme, c’est de retrouver des marges en s’affranchissant des institutions monétaires, budgétaires, financières européennes. Pour moi [Bayrou, NDR] c’est de la démagogie, mais ça a au moins le mérite d’être cohérent. Or là [dans leur programme commun] qu’est-ce qui est écrit ? »Le changement de monnaie n’est pas un préalable à toute politique économique« , comme si le point central de leur programme était remisé aux calendes grecques ».

          De mauvaise foi, l’argument me parle quand même :
          « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement », or le discours de NDA, même avec de la bonne volonté, je n’y ai rien compris.


        • Tythan 21 novembre 2017 12:12
          @Olivier Perriet

          On peut toujours critiquer le messager. Moi je trouve que ce que proposait Nicolas Dupont-Aignan était clair, mais chacun son appréciation.

          Les Français ont clairement dit qu’ils ne souhaitaient pas partir dans l’aventure de la sortie de l’euro. Les sondages sont tellement marqués (de l’ordre de 75%) qu’il n’y a plus de débats. NDA prend simplement acte de cet état de fait tout en maintenant toujours qu’il considère que l’euro n’est pas une bonne monnaie (et que s’il avait les mains libres, on sait tous ce qu’il ferait).

          Quand il dit, le changement de monnaie n’est pas un préalable à toute politique économique, il n’a pas tort : le raisonnement magique des gens qui expliquaient que tous les maux de la France viennent de l’euro m’a toujours exaspéré.

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 novembre 2017 13:45

          @Tythan
          Quand il dit, le changement de monnaie n’est pas un préalable à toute politique économique, il n’a pas tort

          Oui, certes, mais j’en reviens au côté brouillon de sa campagne :
          dire des évidences, ça vise quel but ?

          Peut-être que la critique de l’euro les Français n’en veulent pas (pas tous les français sans doute), mais reprendre le discours des LR au prétexte de ne pas affoler les Français, je peux vous assurer que ça ne mènera nulle part non plus.


        • Tythan 21 novembre 2017 10:08
          Bonjour Nicolas,

          Militant au sein de Debout la France, je regrette vivement la teneur de ton texte dont la contradiction avec celui que tu as posté au sujet de Dominique Jamet m’apparaît flagrante.

          Personnellement, j’ai toujours trouvé que le slogan « ni système, ni extrême » était, au delà des raccourcis propres à chaque slogan, profondément mauvais. Je n’aime aucun de ces deux mots, puisque système ne veut strictement rien dire et peut laisser penser une adhésion à des références complotistes (le grand méchant système qui contrôle tout), tandis qu’extrême pose problème quant à sa définition : le FN est-il, comme le pense la majorité de la classe médiatico-politique, un parti extrêmiste, alors que le programme de sa candidate, Marine Le Pen, était nettement en retrait sur toutes les questions servant de marqueurs (immigration, sécurité, économie) de ce que proposait le RPR seulement 25 ans plus tôt ?

          Tu connais Debout la France, donc tu sais combien la structuration de ce petit parti n’offrant aucune autre perspective que celle de se faire insulter et de faire des scores symboliques aux élections est extrêmement fragile. Sois un peu plus indulgent !

          Quand tu écris dans le même article que tu remercies NDA de t’avoir nommé à un poste à responsabilité à 21 ans et que dans le même temps tu fustiges les apparatchiks sans expérience, suis-je le seul à voir une contradiction ?
          Sur le fond, je ne comprends pas ce qui te choque. Tu as visiblement accepté le ralliement de NDA à Marine Le Pen (qui de mon côté m’a posé énormément de difficultés). Que reproches-tu exactement à NDA ? De proposer une union des droites ? Franchement, je ne comprends pas les raisons que tu invoques.

          Laurent Wauquiez développe sur le fond un programme qui est très proche du nôtre : eurosceptique, volontariste, peut-même un peu trop à droite sur les questions de sécurité. Après, bien entendu qu’on va être d’accord pour être conscient des limites du personnage, caricature de l’opportunisme.

          De toute façon, ce n’est pas demain que Laurent Wauquiez tendra la main. Si NDA prend cette posture aujourd’hui, c’est évidemment de la com’. Pour le moment, Laurent Wauquiez, malgré ses difficultés, est trop puissant pour se permettre un rapprochement. La démarche de NDA peut aboutir, mais seulement lorsque Laurent Wauquiez estimera qu’il n’a plus le choix s’il ne veut pas disparaître (et ça peut venir comme cela peut ne pas venir). 

          J’ai l’impression que tu crois qu’il y a eu un changement de fond au sein de DLF. Or, rien n’est plus faux. Ce sont les LR qui, avec Wauquiez, sont venus sur les terres du patriotisme et non DLF qui serait parti vers l’Alt-right.

          Dernier point : à mon sens, le patriotisme transpartisan n’a pas vraiment de sens. Pour moi, et heureusement, l’immense majorité des français est patriote, de gauche ou de droite. Simplement, ce clivage n’est pas suffisant pour nous rassembler. Le point de fond, qui caractérise DLF, c’est le souverainisme. Et malheureusement, le souverainisme de gauche est aujourd’hui complètement mort, il n’existe plus. Je comprends que c’est le positionnement que cherche à adopter Florian Philippot, mais à mon sens il restera marqué à l’extrême droite. 

          Dernier point qui me paraît complètement injuste dans ton commentaire : dire que NDA serait opportuniste me paraît faux. Tu dois le savoir, mais François Fillon a fait des offres très sérieuse à NDA lors de cette campagne : un retrait contre un gros fromage. Au moment où Fillon a fait cette offre, il était certes en difficulté mais il aurait pu gagner (même si personne n’en sait rien). NDA a refusé, au nom de ses convictions. Pour moi, c’est la preuve que contrairement à ce que tu dis, NDA n’est pas, comme tu le prétends, un opportuniste.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 novembre 2017 19:38

            @Tythan
            J’ai l’impression que tu crois qu’il y a eu un changement de fond au sein de DLF. Or, rien n’est plus faux. Ce sont les LR qui, avec Wauquiez, sont venus sur les terres du patriotisme et non DLF qui serait parti vers l’Alt-right.

            C’est bizarre mais je pense comme lui.

            Je ne vois pas pourquoi on irait vers les thèmes des Français les plus conservateurs (qui ont fini 3e aux présidentielles...), soi-disant pour les séduire, mais en réalité, cette sclérose idéologique ne mène nulle part et va nous entraîner avec elle. Le cas François Fillon est éclairant.

            Depuis 2007, voire 2002, la Droite française, que propose-t-elle de neuf ? Wauquiez est affligeant, il veut faire la synthèse des eurosceptiques et des eurobéats. C’était déjà au programme de Sarkozy en 2007.

            Les Français les plus conservateurs, donc les plus suivistes, j’ai envie de dire qu’on n’a pas à leur accorder plus d’importance qu’ils n’en ont réellement.

            C’est pas à nous de les représenter, et de nous faire entraîner dans leur chute.


          • legrind legrind 21 novembre 2017 10:51

            Pas d’accord, non seulement j’ai trouvé que Nicolas Dupont-Aignan a fait preuve de courage de rejoindre MLP dans l’entre-2 tours mais son attitude depuis, avec toute la merde qu’il s’est pris sur la tête il ne s’est ni mis à plat ventre, ni renié, n’a pas accablé Marine après son débat foiré.., fait que je le respecte encore plus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès