• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Donbass & Ukraine : aucune chance pour la réconciliation

Donbass & Ukraine : aucune chance pour la réconciliation

Le régime kiévien semble incapable de comprendre que toute éventualité de pouvoir récupérer par la force les républiques populaires autoproclaméesdu Donbass est vouée à l’échec non seulement du point de vue des capacités de résistance des dites républiques, mais également et peut-être surtout au vue du rejet de cette idée par la large partie de la population concernée.

JPEG

Une chose semble aujourd’hui assez sûre dans les agissements kiéviens, c’est que la population du Donbass est presque ouvertement considérée comme une cible à abattre, au même titre que les forces armées des Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk (RPD, RPL).

Le rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH), dont les principaux points ont été d’ailleurs relayés par Observateur Continental en dit long sur les véritables motivations de l’Ukraine dans sa version actuelle.

Au-delà de continuer à viser les infrastructures civiles, allant de sites d’approvisionnement en électricité jusqu’aux établissements scolaires, la population elle-même du Donbass continue de représenter tout simplement une cible pour l’armée ukrainienne et les nombreux bataillons punitifs d’obédience néo-nazie. Femmes, enfants, personnes âgées – personne n’est épargnée des crimes commis par le régime de Kiev.

D’ailleurs, le projet de loi ukrainien sur « la période de transition » pour le Donbass (évidemment dans le cas où il serait repris par Kiev) en dit long sur le calvaire que voudrait faire endurer le pouvoir ukrainien à la population des républiques populaires de l’ex-Est ukrainien. En d’autres termes – toute la population du Donbass risque de devenir la cible d’une campagne de représailles pour « collaboration » avec l’ennemi. Ce qui équivaut à dire que tous ceux qui ont refusé de reconnaitre le coup d’Etat de 2014 en Ukraine sont considérés comme des ennemis dudit Etat et seront, d’une façon ou d’une autre, poursuivis.

Il devient aujourd’hui assez évident que le régime kiévien ne recherche aucune réconciliation, d’aucune nature que ce soit, avec les habitants qu’il souhaite « retrouver ». Ce qu’il souhaite par contre c’est d’anéantir toute liberté de pensée qui va en opposition avec la politique pro-occidentale de ce régime post-Maïdan et des mouvements néonazis qui ont un pouvoir dans les rues des villes ukrainiennes toujours aussi important – et dont on ne trouvera probablement pas d’équivalent à d’autres endroits du monde.

Dans ces conditions – tout retour, sous quelque forme que ce soit des républiques autoproclamées du Donbass au sein de l’Etat ukrainien (si on peut encore parler d’Etat) relève de l’impossible. L’Ukraine pro-occidentale ne souhaite pas, comme certains pays dans le monde l’ont fait en période de conflit ou post-conflit, chercher la réconciliation nationale. Ce qu’elle veut, et peut-être aussi et surtout ses mentors occidentaux ayant des pouvoirs décisionnels qui ne sont plus à présenter, c’est l’anéantissement pur et simple de ces républiques. Et si nécessaire – de la population qui y vit.

Ce que ces personnages, qui seront évidemment passagers car l’Ukraine saura retrouver la voie de la raison à un moment ou un autre, oublient – c’est que la capacité de résistance du Donbass n’est plus à présenter elle aussi. Et si ce n’est pas en 2014, 2015 ou 2016 que cette résistance ait pu être brisée, ce ne sera certainement pas aujourd’hui ou dans un avenir quelconque. La meilleure chose par contre que peuvent déjà entrevoir les citoyens ukrainiens – c’est de se préparer à la période post-marasme de leur pays. Un pays pour rappel devenu l’un des deux plus pauvres d’Europe. Avec pas moins de 4,5 millions de migrants ukrainiens se trouvant en dehors des frontières de leur pays – sur une population totale d’un peu plus de 40 millions d’habitants.

Le régime kiévien joue également avec le feu sur un autre aspect, et non des moindres. Si les voix dissidentes ont été effectivement écrasées dans certaines régions ukrainiennes où les sentiments anti-Maïdan étaient largement répandus, ce n’est pas une raison pour croire qu’elles ne puissent pas être ravivées. Surtout si une contre-offensive des républiques du Donbass devait avoir lieu face à une quelconque nouvelle tentative d’agression. Avec tout ce que cela implique.

Mikhail Gamandiy-Egorov

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3275


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 novembre 2021 10:40

    La Russie poutinienne, autoproclamée « Défenseur des Petits contre les Gros », « Garante de l’Indépendance des Nations », fout le feu à ses frontières et piétine ses petits voisins, en n’ayant cure de leur souveraineté :

    Ukraine, Arménie, Biélorussie, pays baltes, Géorgie...

    Faites ce que je dis, pour m’opposer à l’Oncle Sam ou à la France en Afrique, mais pas ce que je fais dans mon « étranger proche »  smiley

    Merci de ce rappel !


    • SilentArrow 4 novembre 2021 12:29

      @Olivier Perriet

      Et que font les USA dans leur « étranger proche », pas seulement Cuba ou le Venezuela, mais en fait dans toute l’Amérique Latine ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 novembre 2021 13:20

      @SilentArrow

      Je les ai pas vu menacer le Mexique de la ruine et de l’enfer à longeur d’articles sur Zagoravox.

      Quant au Vénézuela, les successeurs de Chavez ont coulé le pays bien avant les sanctions renforcées de Trump.


    • SilentArrow 4 novembre 2021 15:40

      @Olivier Perriet

      Je pourrais vous donner une longue liste de dictateurs mis en place ou soutenus par les USA.

      Je me contenterai d’en citer un : Luis García Meza Tejada.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 novembre 2021 17:07

      @SilentArrow

       
      c’est sûr que téléguider une guerre contre l’Arménie parce que le gouvernement ne plait pas, c’est mieux.


    • roman_garev 4 novembre 2021 12:14

      Les efforts des ukronazis de dominer le Donbass sont vouées à l’échec au moins car Donetsk depuis 1924 portait le nom de Staline et n’était rebaptisé, avec Stalingrad, qu’en 1961 par le traître Khrouchtchev, originaire de l’Ukraine, qui avait arraché la Crimée de la Russie et amnistié en masse les bandéristes ukrainiens. Donbass ne sera jamais sous les nazis.


      • sylvain sylvain 4 novembre 2021 12:44

        @roman_garev
        le donbass ne pourrait être pris par les nazis car il est protégé par le spectre de staline ??? drole de vision des choses, en tout cas ça ne donne pas envie d’aller y passer ses vacances


      • roman_garev 4 novembre 2021 13:17

        @sylvain
        On n’est pas si superstitieux pour se croire être protégé par un spectre de quiconque.
        Mais il y a l’esprit donbassien qu’il est impossible de vaincre par un « esprit » misérable nazi.
        Les nazis allemands et autres européens qui sont venu envahir la Russie en 1941 ne l’ont compris que juste avant leur mort.
        Ce sont justement ces choses-là que vous et vos pareils ne réussirez jamais à comprendre.


      • sylvain sylvain 4 novembre 2021 19:16

        @roman_garev
        c’est qui mes « pareils » ?? vous croyez que je veux envahir la russie ??


      • sylvain sylvain 4 novembre 2021 12:46

        les seuls qui n’ont vraiment rien a gagner dans cette guerre, ce sont les ukrainiens et les habitants du donbass. Ils devraient dire merde aux deux empires qui s’affrontent ici par leur intermédiaire, mais il semble que les choses soient allées un peu loin pour que ça se fasse simplement


        • Edmond 4 novembre 2021 15:28

          Il me semblerait que personne (outre les habitants locaux) ne souhaite que ce conflit se termine, d’un moyen ou d’un autre. 

          La Russie ne veux pas porter ce pays au bord de la faillite du bout des bras et, quoi qu’on puisse dire, n’est pas non plus en manque de terrain. Mais elle ne veut certainement pas d’otaniens aux douanes, sans zone tampon.

          Les anglo-saxons veulent qu’il y ait un sujet de brouille afin de pouvoir continuer de nuire non seulement en Russie, mais aussi, et plus important encore, en Europe. Et surtout pour entraver les relations politico-commerciales de leurs deux grands concurrents eurasiatiques.

          Cet engrenage permet un financement continu des appareils militaires des deux bords et soudent les populations autour de leurs gouvernements respectifs. Gagnant-gagnant il semblerait...

          Mais face au danger mortel du COVID, tout ceci n’est que bagatelles...


          • Xenozoid Xenozoid 4 novembre 2021 15:42

            @Edmond

            ....Mais face au danger mortel du COVID, tout ceci n’est que bagatelles...

            on voit bien que c’est la fin du monde,surtout avec le covid, il faudra produire plus de smartphone,on les achetera avec les vaccins,je vois bien le plan...

            les gens se sont aglutinés sur internet pour commander le dernier smartphone avec un app exclusief qui vous permet de reserver le prochain vaccin covid, garantie 6 mois, pour les autres sans le bundle 3 mois....réservez maintenant support our troups...do you want to know more ?


          • Edmond 6 novembre 2021 15:07

            Que veux-tu ; ils sont un reflet exact de ce que souhaitent les agents de la « transformation » marchande. En les observant, comme l’affirmait Debord, on peut voir les limites exactes de ce qui est permis et de ce qui est interdit par lesdits agents. Pur produits de formatage et qui, du coup, se croient rebelles et novateurs...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité