• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Du devoir absolu de l’Etat et du Parlement de respecter le peuple (...)

Du devoir absolu de l’Etat et du Parlement de respecter le peuple Français

Le Président de la République Emmanuel Macron se comporte comme si la République Française était une monarchie, avec lui pour monarque, et non une démocratie représentative.

Ne lui en déplaise, les Français ne sont ni ses sujets et encore moins ses objets même si il considère que la plupart d’entre nous « ne sommes rien ».

Aussi, ni le Président Emmanuel Macron, ni ceux qui se prennent pour sa cour, n’ont le droit de fait de mettre la vie du peuple Français et/ou celle des autres peuples en danger.

Or, les bombardements illégaux et illégitimes du 13/14 avril sur des sites en Syrie décidés par Emmanuel Macron et le gouvernement conduit par Edouard Philippe ont mis délibérément le peuple Français et d’autres peuples en danger, qui plus est pour « des frappes qui ne changent rien ». 

Les conclusions du rapport préliminaire de l’OIAC du 6 juillet 2018 sont accablantes pour l’Etat Français qui s’est autorisé ces bombardements au prétexte d’une « évaluation nationale » dont les conclusions apparaissent officiellement, depuis ce rapport, totalement erronées et manifestement élaborées de la sorte dans le seul but de justifier ces bombardements illégaux, illégitimes, injustifiés et injustifiables.

Un Président de la République et un gouvernement qui mettent délibérément la vie du peuple Français et celle d’autres peuples en danger à la place de tout mettre en œuvre pour assurer le maintien de la paix et respecter les droits fondamentaux du peuple Français, comme ceux des autres peuples, sont non seulement irresponsables, inconséquents et incompétents mais indignes de gouverner l’Etat Français.

Aussi, cette décision des bombardements du Président de la République Emmanuel Macron, sa mise œuvre et la manipulation délibérée de l’opinion publique pour la justifier sont de graves manquements à la fonction présidentielle.

Dès lors, dans la continuité de mes mails du 30 avril et du 12 juin dernier, j’ai envoyé le 10 juillet un courrier RAR à chaque chef de groupe politique de l’Assemblée Nationale ainsi qu’à son Président pour solliciter non plus seulement l’ouverture d’une enquête parlementaire sur l’ingérence illégale de l’Etat Français en Syrie mais la mise en œuvre de l’article 68 ouvrant la procédure de destitution du Président de la République Emmanuel Macron et de l’article 49-2 ouvrant la procédure de dépôt d’une motion de censure contre le gouvernement conduit par Edouard Philippe.

En pièce jointe, mon courrier RAR à chaque chef de groupe politique de l’Assemblée Nationale ainsi qu’à son Président.

PDF - 566.9 ko

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    



    • Eric83 Eric83 13 juillet 10:25

      En complément, le lien vers le communiqué de presse de l’OIAC du 6 juillet, en anglais mais la traduction automatique est excellente :

      /www.opcw.org/news/article/opcw-issues-fact-finding-mission-reports-on-chemical-weapons-use-allegations-in-douma-syria-in-2018-and-in-al-hamadaniya-and-karm-al-tarrab-in-2016/">https://www.opcw.org/news/article/opcw-issues-fact-finding-mission-reports-on-chemical-weapons-use-allegations-in-douma-syria-in-2018-and-in-al-hamadaniya-and-karm-al-tarrab-in-2016/


      Le rapport préliminaire complet, en anglais :




      • À rebours 13 juillet 10:59
        Je crains, voyez-vous, que le fait que Macron ait bombardé la Syrie pour affirmer sa détestation d’un Président qui lutte depuis des années pour défendre son pays de mercenaires barbares, ne soit une des choses les plus insignifiantes que la France ait faites dans le coin.

        D’abord parce que les Russes ont exigé qu’il n’y ait aucun mort.

        Ensuite parce que même si cet article


        se trompe de mon point de vue et sur le but de l’opération Daech et sur la conclusion concernant Trump, il avance quelques arguments valides. Or nous avons travaillé en Syrie sous les ordres américains.

        • Eric83 Eric83 13 juillet 11:56

          @À rebours


          Je crains que vous ne confondiez deux sujets :

          les conséquences insignifiantes, en terme de destruction, des bombardements en Syrie le 13/14 avril dernier qui, heureusement, n’ont pas fait de victimes et les conséquences éminemment importantes de la décision illégale, illégitime, injustifiée et injustifiable de ces bombardements par le Président de la République Emmanuel Macron. 

          Décision qui plus est justifiée à l’opinion publique le 14 avril par une manipulation grossière « d’informations ».

          Tout Président de la République qu’il soit, Emmanuel Macron n’a pas que des droits mais aussi des devoirs. Ce n’est pour rien que l’article 68 de la Constitution a été prévu et il doit nécessairement s’appliquer dans le cas présent au regard des manquements du Président dans l’exercice de ses fonctions.

          A défaut, si le Président de la République peut piétiner la Constitution Française, les droits fondamentaux du peuple Français et le Droit International sans aucun risque de sanction, alors c’est la porte grande ouverte à l’anarchie.

          De plus, les experts juridiques du Bundestag pointent la présence illégale des US en Syrie, et donc implicitement celle de la France et de la « coalition ». 

          Les bombardements du 13/14 avril ne vont-ils pas susciter des actions juridiques d’Etats hostiles à ces bombardements illégaux, effectués par le trio - France, GB et USA -, suite au rapport du 6 juillet de l’OIAC ?


        • À rebours 13 juillet 12:55

          @Eric83

          Je ne vous ai jamais parlé des conséquences légales.

          "De plus, les experts juridiques du Bundestag pointent la présence illégale des US en Syrie, et donc implicitement celle de la France et de la « coalition"

          C’est de cela que je vous ai parlé. Et là le légalisme par rapport aux implications morales...

          Rappelons ceci :


          Dès 2007 ils y pensaient au légalisme.

          Asselineau n’est pas ma tasse de thé mais quand même :

          https://www.youtube.com/watch?v=1Z6iaDodye4

        • Eric83 Eric83 13 juillet 13:28

          En complément :

          Syrie – Les médias grand public mentent à propos du rapport de l’OIAC sur « l’attaque chimique » à Douma.

          http://lesakerfrancophone.fr/syrie-les-medias-grand-public-mentent-a-propos-du-rapport-de-loiac-sur-lattaque-chimique-a-douma



          • Allexandre 13 juillet 15:00

            @ l’auteur


            Dès les premières lignes, vous faites un contre-sens. La monarchie et la démocratie ne sont pas incompatibles. Vous confondez, une fois de plus, monarchie et monarchie absolue de droit divin. Comme quoi le formatage de l’école républicaine a bien fonctionné !!!

            • Legestr glaz Ar zen 29 juillet 09:36

              @Allexandre

              Lorsque vous parlez de « démocratie » vous devriez préciser. Quel rapport, en effet, entre « démocratie représentative », « démocratie semi-directe » ou « démocratie directe » ? 

              Vous utilisez le substantif « démocratie » comme s’il s’agissait de quelque chose de constant. Et bien non, la démocratie ne peut être définie que, et uniquement que, par le qualificatif qui l’accompagne. 

              La leçon que vous donnez à l’auteur lorsqu’il utilise le terme « monarchie » s’applique à votre personne lorsque vous utilisez le terme « démocratie ». Comme quoi, le formatage libéral a bien fonctionné.

            • Eric83 Eric83 29 juillet 11:10

              @Ar zen

              Merci pour cette mise au point et ces précisions.

              Bien à vous.



            • zygzornifle zygzornifle 14 juillet 08:52

               »L’Etat est notre serviteur et nous n’avons pas à en être les esclaves. « 

              Albert Einstein


              • zygzornifle zygzornifle 14 juillet 08:53

                respect honnêteté social sont des insultes dans la bouche d’un politique .....


                • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 29 juillet 09:06
                  @l’auteur,

                  Je ne découvre votre article que ce jour, et vous félicite d’avoir osé.
                  Oui osé, car non seulement je fais partie de ceux qui depuis dix jours ont compris que nous avions désormais matière à demander sur la base de l’article 68 de la Constitution la destitution de Macron, mais par surcroît vous apportez des éléments supplémentaires et objectivement exacts.
                  Je pense que cette affaire Macron, car c’est bien comme cela qu’il faut l’appeler, n’en est qu’à son début. Et aussi que quoi qu’il arrive, ce quinquennat va changer de tournure.

                  Donc, bravo !

                  Cordialement.

                  Thierry Saladin

                  • Eric83 Eric83 29 juillet 11:06

                    @Thierry SALADIN

                    Merci pour vos encouragements.

                    Ma demande par courrier avec AR auprès des chefs de groupes politiques et du Président de l’Assemblée Nationale pour mettre en oeuvre les articles 68 et 49-2 s’inscrit dans ma démarche initiée fin avril.

                    Dans ce contexte et alors que je n’ai reçu aucune réponse à ces huit courriers qui concernent un acte de guerre totalement illégal et la manipulation délibérée de l’opinion publique pour en justifier, l’emballement politico-médiatique sur l’affaire « Benalla » m’interpelle d’autant plus.

                    Objectivement, quel manquement plus grave peut commettre un Président de la République auprès du peuple Français que de commettre un acte de guerre illégal et risquant de déclencher un conflit militaire à beaucoup plus grande échelle, qui plus est tout en sachant, avant de les déclencher, que ces « frappes ne changent rien » ?

                    Les députés ont donc toute légitimité et les faits avérés pour défier par la mise en oeuvre des articles 68 et 49-2 et le Président et le gouvernement. Hors, ils n’ont rien fait.

                    Cela en dit long sur la soi-disant opposition à l’Assemblée Nationale. 

                    J’attends avec impatience - si elles sont rendues publiques -de connaître le contenu des motions de censures qui seront déposées, nous dit-on, cette semaine au titre de l’article 49-2. Porteront-elles uniquement sur l’affaire « Benalla » ? Je le crains.

                    Bien à vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Eric83

Eric83
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès