• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Du ruissellement à l’assèchement

Du ruissellement à l’assèchement

Un petit billet d'humeur sur la catastrophe en cours

Il est, dans les hautes instances, décidé qu'aider les riches, c'est aider les pauvres.

L'ISF est réduit, un pacte diabolique réduit encore les charges, diminuant les entrées pour un État déjà déficient, les privatisations voient s'envoler les derniers restes de ce qui fut un État indépendant des puissances financières, tandis que la CSG est augmentée, notamment pour les retraités, qui ne sont sans doute pas assez consommateurs.

On retire l'argent aux pauvres, qui de toute façon ne consomment que des produits de première nécessité à basse valeur ajoutée, donc qui ne sont rien, auprès du gouvernement, et on donne des cadeaux aux super-riches, qui eux consomment des produits à haute valeur ajoutée, de luxe ou de très haute technologie.

Par les achats, les services, les demandes innombrables de personnels et de domestiques, l'argent des riches ruisselle comme par enchantement sur les pauvres qui sont tout heureux de cette humidité salvatrice.

C'est la théorie du ruissellement.

Mais cet argent, surnuméraire, économisé de l'ISF, de dispositifs comme le "Pacte", que va-t-il réellement devenir ?

Ne va-t-il pas plutôt s'investir dans la spéculation, dans des achats qui rapporteront encore plus ?

  • La spéculation boursière,
  • La spéculation immobilière,
  • L'achat de valeurs refuges,
  • Le jeu avec la dette des États,
  • La spéculation sur les matières premières.

Le résultat au bout du compte est là : augmentation des biens immobiliers qui voient leurs prix s'enfler suite à une spéculation qui touche certes les biens les plus prestigieux, mais qui influence durablement le marché à la hausse, de même pour les matières premières.

Par ailleurs, la chute de l'ISF ainsi que la privatisation, privant l'État d'entrées directes (notamment avec le scandale de la privatisation de la Française des jeux qui permettra à des investisseurs privés d'exploiter les addictions), finissent par augmenter une nouvelle fois les dettes, menant à terme à la ruine des États, justifiant la diminution de toutes les aides sociales et un nouvel appauvrissement de la population.

L'appauvrissement général, hors une petite frange ultra-privilégiée, est alors multiple :

  • La diminution des moyens de l'État, par une collecte des impôts diminuée a pour conséquence la chute des aides sociales, la diminution de la consommation de biens, et provoque la croissance du chômage des patries les plus fragiles de la population (la chute de la consommation touche déjà les grandes surfaces
  • Les privatisations créent une désorganisation des services, une concurrence, qui loin de faire baisser les prix, introduit une lutte entre entreprises qui augmente les coûts à la fois par ceux du capitale à rémunérer et de la publicité à générer.
  • La réduction de l'ISF réduit par induction la baisse des dons désormais inutiles par les exonérations
  • L'argent consacré aux impôts est libéré dans la spéculation, ce qui a notamment pour conséquence la hausse de l'immobilier et de produits porteurs de spéculation.

Les cadeaux aux super-riches, au lieu de ruisseler, assèchent l'économie qui se rapproche progressivement de celle des pays du tiers monde des années soixante-dix. Une part infime de super-riches qui s'enrichissent et le reste de la population et du pays qui s'appauvrit avec des infrastructures progressivement abandonnées par manque de moyens.

C'est cet assèchement qui va être désormais notre quotidien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • colibri 28 juin 2018 14:27
    « Quand les riches maigrissent , les pauvres meurent » proverbe chinois ;
    Et cela malgré toutes les avancées sociales :c’est que la redistribution ne fonctionne pas .

    • Laulau Laulau 28 juin 2018 16:10

      @colibri
      Je crois que vous comprenez le proverbe à l’envers. Il ne s’agit pas de redistribution mais de partage inéquitable en cas de pénurie.


    • al.terre.natif 28 juin 2018 19:26

      @colibri

      C’est aussi valable dans ce sens : Quand les riches s’enrichissent, les pauvres meurent ... Ce qui est le cas aujourd’hui.

      Le ruissellement fonctionne bien, mais dans l’autre sens par contre : l’argent ruisselle par gouttelettes de la poche des pauvres, et forme des fleuves qui débouchent dans la poche de quelques riches...


    • Yaurrick Yaurrick 28 juin 2018 19:51

      @al.terre.natif

      Cela à cause d’un état ventripotent qui maintient les plus vulnérables en coupe réglée au profit des apparatchiks de l’état.
      Du bon gros capitalisme de connivence, rien de nouveau chez la maison France qui fait tout pour décourager ceux qui essayent de s’en sortir par leur propres forces.

    • colibri 28 juin 2018 20:33
      @Laulau
      quelle pénurie ? les pauvres d’aujourd’hui sont toujours moins pauvre que dans les années 40 ou mes grand parents vivaient sans salle de bain avec wc dehors , et ne sentaient pas malheureux pour autant :tout le monde autour d’eux vivaient de la même façon , ca je les empêchaient pas d’aimer , de fonder une famille ...et surtout de travailler .

    • colibri 28 juin 2018 20:42
      @al.terre.natif
      il y a pauvre et pauvre , 
      il n’y jamais eu autant d’aides sociales qu’en France ou il suffit de naitre pour être assisté toute sa vie, 
      si vous voulez plus, faut bosser , c’est peut être qu’ils sont paresseux ou n’ont pas les capacités , il est normal que les plus intelligents et travailleurs et démerdard gagnent plus non ? 

    • al.terre.natif 28 juin 2018 20:42

      @colibri

      Ah mais seuls les pauvres français comptent ... Suis-je bête !

      Il n’a a jamais eu sur terre autant de monde mourant de faim, alors oui, « nos » pauvres le sont peu être moins qu’avant, mais ouvrez la fenêtre (si elle n’est pas encore barricadée pour cause de migrants) ... et vous verrez peut être que nos richesses ont été axcumulees au détriment de celles des autres ...


    • Yaurrick Yaurrick 28 juin 2018 21:04
      @al.terre.natif
      La grandre pauvreté n’a jamais autant diminué en 30 ans que depuis l’avènement de l’humanité.
      https://www.inegalites.fr/La-grande-pauvrete-baisse-dans-le-monde-mais-de-fortes-inegalites-persistent

    • hervepasgrave hervepasgrave 29 juin 2018 06:53

      @colibri
      bonjour, Il n’y a rien de plus affligeant a entendre que ce monceau d’imbécilité que tu vomis là ! Alors je vais t’expliquer la réalité telle qu’elle est et non pas vu de ton château.Perso j’ai 57 balais ,quand j’étais enfants , je vivais en ville et nous avions le pot de chambre avec du papier journal en guise de pq.Il y avait une ampoule centrale dans les pièces,un poêle,un poste de radio et basta.C’était le lot commun.Déjà un gros problème de datation de ta part surtout en disant tes grands parents,car cela veux dire que toi tu n’as pas connu cela.Et qu’ a la même échelle j’avais aussi mes grands parents qui vivaient a cette époque là. Certes cela n’empêche pas d’aimer,mais faut-il rappeler que les cerises n’ont jamais été achetable a moins de 20 francs,les poireaux idemn au cresson en hiver.Une différence majeur aujourd’hui c’est qu’il n’y a plus de repas du pauvre acceptable.Car tous cela a été piquer pour devenir des produits de luxe.Qu’il faudrait dire que cette mode du bio est un outrage a la raison ,car le minimum de produits de base sain et pas cher étaient le seul luxe utile pour vivre.Le confort n’est pas un choix volontaire mais une obligation imposée. A titre d’exemple un ami Marocain me disait qu’il regrettait le bon temps ou le repas se faisait au charbon de bois.Tout a basculé tout ressemant quand les saoudiens ont fait mettre une ampoule électrique dans les foyers et qu’ils ont fait suivre cela de télévision et d’antenne parabolique.C’est ressent et date des dernières décennies.Voila le confort ?? Pas si certain que cela.Une chose qui est avéré sur ce que tu trouves déplorable , le progrès et ce que tu prétends être un cadeau injustifié « les aides » ,ne sont que des conséquences et involontaires de la part des gens.C’est aussi l’occasion de défendre et de vendre la loi du plus fort.Basta coupons les robinets et laissons crever ces chiens inutiles, voila résumé les conséquences a attendre,Le confort comme tu le nomme n’est que passager,il faut rester humble devant la marche du monde. Ce qui se passe en ce moment devrait éclairer ta science de la vie .Tout le confort et ce que tu trouves de honteux n’est qu’un jeu de pouvoir et d’argent perfide.Nous assistons en ce moment à la bascule des continents.Que se passe t-il ? Simple ,ils remettent nos contrées en mode survie minimaliste,emmenant avec eux le confort imposés et vendent par obligation un mode de vie,c’est cela le pouvoir et l’argent.Eux seuls profitent du confort réellement ,c’est simplement la main mise par des dynasties possédantes sur les hommes.Ils ont feront du pareille au même ailleurs,imposer le confort,le résultat sera le même dans l’avenir .il sera le reflet de ce que tu dis .Mais a la différence que ce n’est pas un choix des peuples.Le confort suivra partout ces créateurs de merde.Pour les peuples nous devons subir l’imbécilité et la connerie de gens qui juge les autres comme toi.Ce n’est pas brillant,mais quant ont est persuadé que l’on est supérieur,plus courageux, que l’indépendance ne dépend que de sa bonne volonté ce n’est pas étonnant.Mais faut-il avoir eu quelques aides au démarrage.En partant de rien ,tu n’arrives a rien,a moins d’être un arriviste sans foi ni loi.Et ëtre apte a jouer au caméléon avec tout le monde,un égoïsme sans faille.cestpasgrave je suis rodé a voir ce genre d’argument a deux balles.Nous vivons sur une drôle de planète.Il n’y a pas de place pour de l’humanisme constructif et qui pousse vers la paix ,et un monde meilleur.La loi des plus fort qui se transmet de génération en génération.


    • Laulau Laulau 29 juin 2018 08:07

      @colibri
      Vous êtes mal comprenant ? Je ne vous parle pas de la situation d’aujourd’hui mais du proverbe chinois. Lisez avant de répondre !


    • colibri 29 juin 2018 09:03
      @al.terre.natif
      Et vous voulez vous battre contre toute la misère humaine ? occupez vous plutôt de cultiver votre jardin , ca sert à quoi de se battre contre des moulins ? Ca rend aigri et jaloux de croire à l’injustice , on vit ici et maintenant et à chaque jour suffit sa peine ;Les gens qui ont pensé comme vous il y a des décennies n’ont jamais réussit à faire changer quoique ce soit , c(est même pire ...

    • Blé 30 juin 2018 13:23

      @colibri,

      Les pauvres d’aujourd’hui sont plus proches de la misère que ne l’étaient les pauvres des années 50 et soixante.

      Dans ces années, peut-être pas tout le monde mais beaucoup d’ouvriers qui étaient pauvres mais pas dans la misère se permettaient de partir 3 semaines en faisant une location tout à fait abordable pour un salaire d’ouvrier ce qui n’est plus le cas depuis belle lurette. Des locations d’une semaine qui équivaut pratiquement à un S M I C ne permettent plus aux ouvriers de se le permettent. Il reste à se nourrir et payer le transport et une petite glace de temps en temps.

      Dans les années 40, les ouvriers et employés ont lutté pour obtenir une meilleure vie pour eux et pour leurs enfants. J’ai l’impression que cela vous chagrine que des pauvres puissent avoir le droit de vivre en dehors des soucis du lendemain. C’est quand même plus simple d’ accuser les pauvres de fainéantise ou de ne pas être très malin pour s’en sortir. Combien d’infirmières doivent dormir dans une caravane parce qu’elles n’ont pas les moyens avec le salaire qu’elles ont de payer un loyer et tout le reste.

      Vous vivez sur quelle planète ??


    • CRICRI59 CRICRI59 30 juin 2018 18:42

      @colibri

      Bonjour savez vous a quoi servent les aides sociales ?
      Les aides sociale ne sont attribuées au compte goute pour éviter que les (riens) le peuple se révolte c’est le morceau de pain que les monarques donnent au pauvre pour qu’ils ne se révolte pas et en plus remercient les possédants, c’est l’histoire qui se répète

    • chantecler chantecler 1er juillet 2018 06:01

      @colibri

      Vous me faites penser à la publicité actuelle du slip français à la TV  :
      « plutôt que refaire le monde , changez de slip »
      Et oui nous en sommes là dans nos divins médias carburant tous à la publicité .

    • Laulau Laulau 28 juin 2018 16:13
      Cette histoire de ruissellement est une vaste rigolade et votre article démontre pourquoi. Et la preuve expérimentale en est donnée par l’accroissement des inégalités partout où les politiques libérales sévissent.
       

      • colibri 28 juin 2018 20:35
        @Laulau
        Quelles inégalités ? Tout le monde peut en France faire des études gratuites payées par l’état , et bosser , ceux qui se plaignent sont des paresseux , 

      • foufouille foufouille 28 juin 2018 20:40

        @colibri

        faut sortir dans le vrai monde. montres nous tes 6 000 000 d’offres d’emplois.


      • Eric F Eric F 28 juin 2018 22:35

        @colibri
        les études sont gratuites, mais les emplois correspondants n’existent pas.


      • paoum 28 juin 2018 22:47

        @colibri

        comme le monde est simple, vu par vos yeux !
        je vous envie la paresse de vos raisonnements

      • alinea alinea 29 juin 2018 00:04

        @colibri
        ...et les faibles et les paresseux n’ont qu’à crever... c’est vrai quoi, on est les plus intelligents et évolués du monde mais on ne voit pas bien pourquoi nous ne serions pas soumis aux mêmes lois !


      • Le421 Le421 29 juin 2018 07:58

        @Eric F

        les études sont gratuites

        Ah ?
        Jusqu’au BEPC, à peu près.
        Mais après, ça se complique.
        Pas les études par elles-mêmes, mais l’environnement (intendance, déplacements, hébergement) prends feu !!
        Les pauvres finissent aux caisses de supermarché... Cliché, bien sûr, mais pas tant que ça.
        Un busard friqué fera l’ENA et une tronche sans le sous limitera fortement ses espoirs.
        Et je sais de quoi je parle.

      • colibri 29 juin 2018 09:12
        @Eric F
        mais qui parle d’un emploi ? tu es obligé d’être salarié ? tu peux pas vendre des salades ou autre chose sur les marchés sans compter sur quelqu’un pour te donner un boulot ;Ou alors tu t’installeS à la campagne et tu cultives ton jardin et élève des poules .Ou tu montes un bar ou un pension de famille chez toi ..
        Si il n’y a pas d’emploi c’est que le socialisme et le code du travail ont détruit le salariat , les charges coutent trop cher aux employeurs , Tout le monde débauche et personne n’embauche ce n’est pas pour rien , même les commerçants ont trop de charges er crèvent la faim , certains bossent 50 h par semaine pour moins de 1000 € , mojns que le smic , pareil pour les agriculteurs ..
        La faute à l’état qui ponctionne trop .Bientôt il n’y aura plus personne pour embaucher et vous tous qui a avez milité coco ou socialo pour toujours plus de redistribution vous aurez le bec dans l’eau .

      • colibri 29 juin 2018 09:15
        @Le421
        JALOUX ?

      • foufouille foufouille 29 juin 2018 09:43

        @colibri

        tu peux pas vendre des salades ou autre chose sur les marchés : le secteur de la vente de salade industrielle est pas mal occupé
        Ou alors tu t’installeS à la campagne et tu cultives ton jardin et élève des poules .
        avec un jardin, tu loueras surtout des taudis.
        Ou tu montes un bar ou un pension de famille chez toi ..
        c’est pas légal et il faut être proprio.


      • Eric F Eric F 29 juin 2018 10:34

        @Le421
        je répondais à l’affirmation d’un autre intervenant concernant les études. Après ça, il est vrai qu’il y a des couts induits, mais on ne peut nier que contrairement à d’autres pays, il existe des filières publiques d’enseignement supérieur gratuit, et des aides. Les yankees ont une autre approche, les étudiants empruntent et/ou prennent un petit boulot pour financer leurs études.


      • Eric F Eric F 29 juin 2018 10:41

        @colibri

        pas mal de gens essaient de se mettre à leur compte, mais il y a vite saturation, et les dépôts de bilan sont aussi nombreux. Le tissu économique d’un pays développé repose sur les grandes et moyennes entreprises, sinon on en revient à une sorte de tiers-mondialisation de nos économies !

        Ce que vous écrivez sur les charges est vrai, cela obère le cout du travail, et il y a là un vrai problème. Mais les solutions proposées sont souvent mauvaises, ainsi au lieu d’exonérer les heures sup (prime à la non-embauche), mieux vaudrait réduire les charges sur les 10 premières heures,

      • Eric F Eric F 28 juin 2018 20:56
        « l’économie qui se rapproche progressivement de celle des pays du tiers monde des années soixante-dix »
        En effet,. la Grèce est un des exemples : elle commence à se redresser du fait ...du tourisme issu des autres régions du monde’ : Chine ; Émirats, Russie, etc., et il en va de même pour la France, pays de tourisme et de tertiaire, plus d’industrie, agriculture en berne. On nous parle de l’industrie du luxe, mais elle a délocalisé sa production en Asie, il reste ici le siège de l’entreprise, et encore, s’il n’est pas parti au Luxembourg et les services comptables en Roumanie.
        Un intervenant a écrit « ceux qui se plaignent sont des paresseux » sauf qu’il manque 4 millions d’emplois, certes il y en a 200 000 à pourvoir, eh bien Pole Emploi devrait s’attacher à les pourvoir en focalisant le budget formation et les primes de mobilité. Mais il restera 3 800 000 emplois à créer

        • Spartacus Spartacus 28 juin 2018 23:37

          L’auteur avec 9 personnes va prendre un pot au café...

          Et ce groupe a décidé de faire comme les impôts....
          6 personnes ne payent pas et 4 payent et dans les 4 un seul paye paye 60% de l’addition.

          Un jour le barman décide de faire une remise (annule l’isf) et fait donc un micro-cadeau à celui qui paye le plus lorsqu’il vient déposer l’argent. 

          Alors l’auteur qui fait partie des 9 qui payent ou rien ou très peu, vient a stigmatiser celui qui paye le plus.
          Le dernier quitte la table, ayant mare du racisme quotidien anti-riche.
          Les 10 personnes ne vont plus prendre un pot ensemble depuis...

          L’auteur a alors beau jeu d’affirmer que le ruissellement ne fonctionne plus.

          • alinea alinea 29 juin 2018 00:09

            @Spartacus

            Elle est bien votre histoire !! mais prenez un moment dans la nuit pour penser à comment et pourquoi le riche gagne plus.
            je vous raconterai l’histoire de mon usine à chaussettes.

          • flourens flourens 29 juin 2018 10:19

            @Spartacus
            brrrrrrr, ce que dit Sparta fait froid dans le dos, il ne donne pas envi d’être riche, en effet, être riche c’est être jalousé, la proie du racisme quotidien anti riche, à tel point qu’ils n’osent plus sortir, exposé à la haine des médiocres, c’est à dire des pauvres, c’est être stigmatisé, c’est décidé, je ne descends plus de mon yacht, trop injuste la vie, pauvre de nous les riches, c’est pas drole tous les jours, merci Sparta de faire voir l’enfer dans lequel tous ces aigris nous font vivre


          • Spartacus Spartacus 29 juin 2018 10:25

            @alinea


            Et bien peut être parce qu’il a risqué, créé, investi, parce qu’il travaille dur, ou parce qu’il a un talent.... 

            Et vous posez vous la question sur une simple histoire fictive, pourquoi mettez vous en doute l’intégrité d’une personne riche ?

            N’est ce pas le racisme anti-riche que la caste de gauche a mis comme venin dans la société ?

          • flourens flourens 29 juin 2018 10:38

            @Spartacus
            j’adore le fait que parce que l’on travaille dur on devient riche, les mineurs de germinal, de 5 ans à la mort 15h par jour et 7 jours sur 7 auraient du être multimilliardaires d’après vos critères et en ce qui concerne l’intégrité, allez donc voir ce qu’en disent les penseurs et philosophes sur l’honnêteté des riches, ils ne sont pas tous de gauche, il y a beaucoup de religieux dans le lot et de sagesse populaire « il n’existe pas de richesse sans larcin » proverbe Caucasien


          • Eric F Eric F 29 juin 2018 10:49

            @Spartacus

            ce qui atteste que le supposé « ruissellement » ne fonctionne pas, c’est que la part de revenus et de fortune des 1% les plus riche augmente au détriment des 99% autres. C’est donc une aspiration de richesses et non un ruissellement.
            La raison est évidente : le capital ne s’investit pas dans les entreprises, mais dans des placements purement financiers sur des produits dérivés ou des actions existantes, donc tourne en rond hors de l’économie vraie.
            Cela n’est absolument pas spécifique à la France, c’est partout pareil, les inégalités tout en haut de l’échelle sociale augmentent dans tous les pays du monde

          • Spartacus Spartacus 29 juin 2018 12:13

            @Eric F

            Vos chiffres sont faux et votre raisonnement est absurde...


            1-Les 1% les plus riche est un concept de gauchiste totalement con que vous vous répétez entre vous dans votre caste. Stoppez cette ineptie pour être crédible.
            On ne fait pas de statistiques sur des agrégats surtout s’ils ne sont pas identiques.
            Dans le 1% il y a des gens qui entrent et d’autres qui sortent.... 
            Y’en a même qui perdent tout. Demandez aux anciens riches de Kodak...
            Niel était un blaireau de base il y a 25 ans avant d’être aujourd’hui dans les 10 plus riches.

            2-Les revenus des personnes les plus pauvres ont largement augmenté. Il n’y a plus de famine de masse. 
            Des régions entières sont sorties de la misère endémique. Asie, Amerique du Sud etc...

            3-La richesse n’est pas un jeu à somme nulle. On ne s’enrichit pas « au détriment » mais sur de la création.

            4-Que des gens soient plus riche, ne rend pas les gens du bas moins riche. Ils ne sont pas les responsables de la misère des autres.

            5-Le ruissellement vous en parlez caricaturalement sans en connaitre le principe...

            Le ruissellement ne signifie pas que des monceaux de litres de champagne vont couler et qu’il n’y aura qu’a présenter sa coupe.....
            La manière de présenté est conne et ne s’adresse qu’ un public de gauchistes qui ne créee rien, n’investi dans rien et aime vivre à charge des autres.

            Ce n’est pas une théorie macro économique mais micro-économique.
            Le ruissellement traduit l’idée que créer de la richesse, en crée aussi pour d’autres.
            Exemple : un entrepreneur cree un marché, il fait vivre par ruissellement salariés, sous traitants, commerce embauche, fabrique....

          • colibri 29 juin 2018 16:46

            @flourens

            on n’est plus à l’époque de Zola , et actuellement si quelqu’un reste avec un salaire bas c’est qu’il la mérité , il ne peut monter plus haut 

          • alinea alinea 29 juin 2018 22:45

            @flourens spartacus plutôt !

            Il n’existe pas de richesse sans exploitation de l’homme par l’homme.
            S’approprier le fruit du travail d’autrui est un interdit majeur dans le bouddhisme.

          • hervepasgrave hervepasgrave 29 juin 2018 22:49

            @colibri
            Bonjour, dans la réalité c’est plus certainement qu’il est plus rentable qu’il ne monte pas ;Car monter dessert bien plus qu’il ne rapporte dans leurs têtes de piaf.Et bien souvent ,ils se foutent des pertes que cela engendre.Le principal c’est que rien de bouge et que la machine fonctionne ;Après dans leur compte de toutes manières ils sont gagnant,un peu moins ,mais c’est rassurant pour eux.Faire monter une personne qui bosse bien n’êtes vous pas fou ,il faudrait retrouver quelqu’un d’aussi bon ! Alors que ceux qui sont mauvais ont des avantages,ils sont bien souvent serviles et acceptent tout et n’importe quoi,ils ont en plus une qualité ,leur défaut qui sert bien.Défendre bec et ongles leur petite place .Et pour cela ils ne reculent devant rien. Car s’ils venaient a se gaufrer ils seraient cuit et pourrait connaitre le fond du fond.Je pense que beaucoup de personnes travailleuses ,engagé dans leur job se reconnaitrons.
            Après tout,.cestpasgrave ? Mais c’est moins certain ! a mon avis ! Car de ce fait rien ne s’améliore ,pour des avancées cela sera pour un autre jour.Pourtant nous devrions tous y gagner quelque soit le bord et la vie serait certainement plus douce a vivre.Bizarrement cons tes champions/élites. Préférer de loin le pouvoir du plus fort comme solution finale.


          • alinea alinea 30 juin 2018 10:32

            @Robert Lavigue

            Ça ne m’étonne pas, néanmoins se faire payer à sa juste valeur(! ! celle que l’on se donne n’est-ce-pas) n’est pas exactement la même chose qu’exploiter l’autre et lui piquer le fruit de son travail !
            Le bouddhisme religion n’a rien à voir avec le bouddhisme philosophie d’origine ; sauf qu’il n’y a pas de dieu et que, globalement, c’est quand même une religion moins belliqueuse que les monothéismes environnants !!

          • Eric F Eric F 30 juin 2018 22:33

            @Spartacus

            Les 1% les plus riches, les 10% les plus riches, etc.ce ne sont pas des chiffres faux, ce sont des mesures tangibles effectuées sur un échantillon de population, et le mensonge est de nier que le plus haut centile capte un part croissante de richesse. L’argent justement ne circule pas lorsqu’il tourne en proportion croissante dans le circuit fermé de la spéculation, ou dans des investissements majoritairement offshore.
            Votre morgue n’impressionne personne, vous n’y connaissez pas un chouia plus que quiconque ici, mais vous défendez un système qui accroit de manière insolente les inégalités tout en haut de l’échelle. Si quelqu’un de méritant ou de forte responsabilité gagne 20 fois plus qu’un autre, c’est déjà beaucoup mais peut se justifier, mais c’est désormais un rapport 1000 que l’on constate à l’échelon supérieur.

          • Ruut Ruut 29 juin 2018 07:19

            A quand le salaire unique Patron et Présidents inclus :)


            • zygzornifle zygzornifle 29 juin 2018 07:47

              Le ruissellement c’est l’urine des riche qui pissent sur la tète des pauvres .....


              • Le421 Le421 29 juin 2018 07:59

                @zygzornifle

                Pas mieux...  smiley


              • flourens flourens 29 juin 2018 10:39

                @zygzornifle
                le vrai problème c’est que les pauvres en redemandent


              • julius 1ER 29 juin 2018 08:27

                C’est cet assèchement qui va être désormais notre quotidien

                @l’auteur,

                Hélas oui, 3 fois hélas !!!
                Il suffit de rouler à vélo pour constater que les routes sont en très mauvais état ..par contre des « chapeaux de gendarme » il y en a plus que de raison .. mon dos en a plus qu’assez !!!
                l’internet à la campagne c’est zone grise .. on fait « le diagnostic Orange » et celui-ci dit que l’on constate « des lenteurs » sur le réseau ...cqfd !!!!

                eh con ... si j’essaie de faire un diagnostic, c’est justement parceque je ne suis pas content de mon internet qui est beaucoup trop lent, parfois 5 minutes pour obtenir un site !!!
                alors le ruissellement quelle belle image !!!!!! 

                • zygzornifle zygzornifle 29 juin 2018 09:07

                  @julius 1ER


                   je ne suis pas content de mon internet qui est beaucoup trop lent, parfois 5 minutes

                  Dans certaines zones il n’y a meme pas de couverture mais on a une force nucléaire un porte-avion des sous marins et des rafales en plus les flics ont reçut pour 21 millions d’’€ de grenades et lacrymogènes pour contenir la CGT et les retraités ....


                  • Jean Keim Jean Keim 29 juin 2018 09:05

                    Je vais vous expliquer simplement comment ça fonctionne.


                    Imaginez un gros tas d’argent sur une table, il s‘agit des richesses produites par la collectivité, il faut le répartir.

                    Arrivent en premier les puissants qui se servent d’un râteau pour en ramener vers eux le plusieurs possible, au pif ils en prennent largement plus que la moitié.
                    Ensuite viennent leurs copains, leurs clientèles qui par un geste identique mais seulement avec leurs mains ratissent le tas restant, ils en ponctionnent encore une large part.
                    De proche en proche, suivant des priorités tacitement acceptées par tous le monde, des parasites en tout genre se servent suivant des règles que la loi écrite par eux impose – impose... oui, oui ! C’est bien le terme qui convient.

                    Et seulement vient le tour des laborieux, ils sont légion et le tas a bien diminué, et là encore chacun est servi suivant son rang.
                    Ce qui reste pours les derniers est insuffisant pour vivre correctement, alors les laborieux doivent en redonner pour qu’ensuite une redistribution soit faite avec au passage un détournement d’une partie de la collecte vers ceux qui on déjà tant.

                    Le plus incroyable dans cette histoire est que les parasites sont une toute petite minorité qui tient en coupe réglée la multitude des laborieux aidés par des forces (de l’ordre) qui pourtant elles-mêmes font partie des laborieux, c’est tout simplement incroyable.



                    • Spartacus Spartacus 29 juin 2018 10:34

                      @Jean Keim

                      Oui mais les richesses ne sont jamais produites par la collectivité, mais par le secteur privé.
                      Par des talents, par des risques, des intuitions....

                      Les richesse de la collectivités sont prises sur ces personnes par la coercition de l’impôt.

                      Dailleurs la richesse de la collectivité c’est 57% de tout ce qui est spolié pour redistribué...
                      Et les premiers à se servir sont les castes les plus proches de l’état...

                      Et les richesses de la collectivité, puisqu’il n’y a pas d’effort a faire pour les avoir mais être dans la bonne caste, les fonctionnaires se servent en premier... 
                      Et ceux qui sont en connivence avec les fonctionnaires de l’état...

                      Et ils sont des millions...

                      Evidemment quand chaque jour un nouvel impôt, et chaque année l’état absorbe toujours plus l’argent qui devrait ruisseler, il ne ruisselle pas. Il est absorbé en clientélisme. 


                    • Eric F Eric F 29 juin 2018 10:55

                      @Spartacus
                      le supposé « talent » consiste souvent en un sens aigu des affaires à court terme, les vrais créateurs sont rares. Il y avait de grands groupes industriels sur des créneaux porteurs, Thompson ou Alcatel avaient dans leurs dossiers des projets qui auraient pu anticiper Microsoft ou Google, mais les dirigeants ont fait d’autres choix.


                    • Spartacus Spartacus 29 juin 2018 12:34

                      @Eric F

                      En France, les dix plus grosses fortunes appartiennent à des familles créatrices d’entreprises et qui emploient 1,1 million de salariés,

                      Les 50 premières fortunes mondiales, 40 sont des entrepreneurs créateurs.

                      Sur les 10 personnes les plus riches du monde, 9 sont des entrepreneurs-créateurs.

                      Quand a Thomson ou Alcatel, c’était des industriels, et google ou Microsoft industrielle. 

                      Kodak a inventé l’image numérique.... Mais ne l’a pas développé.
                      Nokia vendait du papier toilette dans les années 90, avant de venir un leader du téléphone dans les années 2000 et s’écrouler dans les années 2010.

                      C’est la destruction-créatrice....

                    • Laulau Laulau 29 juin 2018 12:44

                      @Spartacus
                      Madame Bettencourt était une grande créatrice. Elle a inventé le moyen d’hériter de son papa, grand créateur qui avait sauvé l’humanité en perfectionnant la teinture des cheveux.


                    • Spartacus Spartacus 29 juin 2018 13:59

                      @Laulau

                      Les parents aiment laisser a leurs enfants de quoi être à l’abris du besoin...

                      Gérer un leader mondial n’est pas à la portée de tous...

                      Sa société ruisselle de salaires sur 82000 personnes...
                      Et cette entreprise est l’une de celle qui rapporte le plus d’impôts à la France pour payer les castes rentières à charge de l’état.

                      Tu préférerais qu’elle dilapide sa fortune en 8 jours pour rentrer dans les critères égilitotalitariste de la caste des jaloux de gauche ?
                      La fondation humanitaire L’Oréal finance des opérations de chirurgie esthétique réparatrices des défigurés dans les pays pauvres. Ça c’est plus humaniste que le racisme anti-riche des bobos qui ne créent, rien, n’investissent dans rien et sont dans la posture.

                      En quoi la fortune de cette dame t’empêche de t’enrichir par toi même ?
                      La peur du risque ? La préférence d’un petit confort statutaire à charge au risque entrepreneurial ?

                    • Dudule 29 juin 2018 16:08
                      Arrêtez vos guignoleries, Spartas...

                      Vous vous faites passer pour un spécialiste en économie, alors que vous n’y entravez rien du tout.

                      Tous les économistes de droites, de gauches libéraux ou pas s’accordent sur un diagnostique : l’économie française est malade de la rente (et ce n’est pas la seule). Les richesses produites ne sont pas réinvesties mais servent dans leur grandes majorités à l’acquisition de rentes diverses : immobilier, actions d’entreprises qui sont pompés à mort pour rémunérer les « actionnaires » (lire « rentiers »), spéculation boursière. A quoi bon prendre le risque d’investir dans des entreprises qui produisent vraiment des trucs et ont des projet d’investissement à long terme alors que celles qui se contentent de verser la rente maximale à leurs « actionnaires » (lire rentiers) rémunèrent beaucoup plus ?

                      Or, rien n’est pire pour une économie que de devenir une économie rentière. C’est à terme la tiers-mondisation assurée. TOUS les économistes sont d’accord là dessus.

                      Les privatisations à venir (FDJ, ADP, EDF...) n’ont AUCUNE autre utilité économique que d’augmenter les possibilités d’enrichissement des rentiers. Les privatisations c’est de la rente brute de décoffrage : rien à investir, la boîte tourne déjà avec du personnel qualifié, il n’y a qu’à prélever la taille et la gabelle sans oublier de licencier le maximum de gens pour que ça continue à tourner à peu près, mais en rapportant plus.

                      Après, les économistes de droites, de gauches libéraux ou pas ne sont pas d’accord sur le remède.

                      Par exemple les libéraux macronistes pensent qu’en donnant un max aux rentiers, en baissant leurs impôts et en leur octroyant le maximum de liberté, ces grosses feignasses vont enfin se bouger le popotin et investir dans des choses utiles au lieu de se gaver sur le dos de la collectivité (en résumé, la théorie du ruissellement).

                      Les économistes de gauche pensent qu’il faut prélever une plus grande part du pognon des rentiers, pour que l’État l’investisse, parce que les choses étant ce qu’elles sont, seul l’État est capable d’investir à long terme. Parce que lorsque L’État investit, ça crée aussi des richesses, mon bon Sparta. Et bien sûr réglementer pour forcer l’investissement productif.

                      Et les richesses seraient uniquement produites par le secteur privé ? Mon c.. sur la commode. L’éducation ne produit pas de richesses peut être ? Une entreprise publique ne produirait rien, et quand elle est privatisée, magie ! Elle se met à produire des richesses... N’importe quoi !

                      Si vous vous imaginez que « produire des richesses » c’est juste enrichir les rentiers, cessez de venir donner des leçon d’économie. Les « richesse », ce n’est pas uniquement ce qui arrive dans la poche de vous et vos semblables. Même l’économie soviétique produisait des richesse. Et la preuve en est que les citoyens soviétiques n’étaient pas membres de tribus de chasseurs-cueilleurs.

                      Autre chose encore : les « richesses » sont produites par des gens qui travaillent. Donc, oui, la question de la répartition de la richesse entre le travail et le capital se pose bel et bien. Tous les économistes en parlent, soi pour dire qu’il en faut plus pour le travail (de gauche) soi plus pour le capital (de droite).

                      Mais dans votre esprit, il semble que le travail n’existe même pas ! Les « richesses » sont magiquement produites par des personnes tellement brillantes qu’elles sont dotées de super-pouvoir : produire des richesses toutes seules, comme elles font caca le matin... Vous le mettez tout seul à poil dans la forêt amazonienne, et hop, miracle, un riche produit des richesses. N’importe quoi...

                      Encore une fois, cessez de parler d’économie... Vous ne faites qu’exprimez une pensée magique associée à un narcissisme évident. A vous lire que, seul le pognon que VOUS gagnez est une création de richesse. Ben non, ça ne marche pas comme ça.

                    • Jean Keim Jean Keim 29 juin 2018 16:46

                      @Spartacus
                      Merci pour votre réaction sensiblement modérée.

                      J’utilise le mot collectivité dans son sens étymologique, càd (l’ensemble) des gens qui vivent ensemble.

                      Je ne comprends toujours pas votre acrimonie à l’encontre des fonctionnaires, certe ils sont nombreux mais certains sinon la plupart font leur possible pour assurer correctement leur mission, c’est tout au moins ce que je pense, sont-ils trop nombreux ? Je ne sais pas répondre à cette question, et certains ont des sinécures c’est évident. 

                      L’économie moderne et toute l’activité qu’elle génère serait impossible sans la contribution de chacun, c’est un fait avéré ; le clientélisme n’est pas le monopole de l’état, il se manifeste partout et les puissants qui le génèrent et l’exploitent sont également dans les affaires privées.

                    • Eric F Eric F 29 juin 2018 19:38

                      @Spartacus

                      « familles créatrices d’entreprises » mais souvent il y a plusieurs générations, certains héritiers ont repris le flambeau, mais d’autres empochent sans responsabilité.
                      Mais la question majeure n’est pas là ; qu’il y ait une juste rémunération des placements est normal, ce qui ne l’est pas c’est que les revenus des plus nantis ont augmenté pharamineusement par rapport au PIB et aux revenus des échelons inférieurs, et par ailleurs contribuent de moins en moins à la solidarité nationale du fait d’artifices fiscaux -sociétés écran,compte offshore, flat tax, course à la baisse des impôts sur les bénéfices.
                      En France, les cadeaux fiscaux aux plus nantis n’ont absolument pas profité à l’économie ni à l’emploi, le pouvoir d’achat moyen a baissé et la croissance se tasse déjà par rapport à 2017 (dont les résultats corrects étaient à mettre sur le compte ...du gouvernement précédent).

                    • Joss Mandale Joss Mandale 29 juin 2018 20:50

                      @Dudule

                      Merci


                    • Désintox JPB73 29 juin 2018 21:47

                      @Spartacus mal nommé


                      Dans mon article « tous otages des agences immobilières », j’ai montré comment les riches prennent des « risques ». En fait il les font courir aux autres.

                      Cette idéologie qui dit que le riche est récompensé des « risques » qu’il a pris est mensongère et insupportable. Non. Les risques, ce sont toujours les pauvres qui les prennent !

                      Et encore une fois, votre pseudo est aussi mensonger que votre idéologie. Changez de pseudo ! Nommez vous Thatcherus, Pinochettus ou Trumpus, par exemple.

                    • pasglop 30 juin 2018 16:41

                      @Eric F

                      C’est exactement ça, voir par exemple Louis Pouzin et l’invention du datagramme...


                    • julius 1ER 1er juillet 2018 15:14

                      @Spartacus


                      L’Histoire vue par Spartacul vaut toujours son pesant de cacahuètes !!!

                    • Spartacus Spartacus 2 juillet 2018 08:59

                      @Dudule

                      Vous ignorez totalement comment fonctionne l’actionnariat et l’économie....
                      C’est assez triste.

                      Règle 1 : Un dividende n’est pas un revenu ou une rente
                      C’est une part de son capital investi....
                      Exemple le 31 décembre l’action vaut 100€, le 1er janvier il y a distribution d’un dividende de 10€. L’action baisse passe à 90€.

                      Règle 2 : La part sociale a une valeur fluctuante. Mais cela ne reste que ce que vous avez investi au départ qui a fluctué.

                      Règle numéro 3 : Il n’y a pas de corrélation entre augmentation de la valeur des parts sociales et licenciement. Les parts sociales ne déterminent pas le niveau d’emploi, l’emploi est déterminé par la rentabilité de la production échangée.

                      Règle 4 : Seul l’échange crée la richesse. Tu trouves un bout de bois et une élastique. Tu travaille pour faire un lance pierre. Tu n’a créé aucune richesse. Tu échanges ton lance pierre contre 1€. La richesse c’est créé. Tu as 1€ et l’autre personne a un lance pierre qu’elle estime à 1€ et n’est pas moins riche. L’échange a créé 1€ de valeur. Soit augmenté ma richesse générale...

                      Règle 5 : Le travail est payé par l’avance du capital sur l’éventuelle possibilité de création de richesse. 
                      Le salarié est payé en fonction de son contrat de travail indépendamment de l’échange. Production vendue ou pas. Il sera payé par la trésorerie de l’entreprise en fonction de son contrat de travail. Pas en fonction du résultat de l’entreprise. Le travailleur ne créé que son revenu sur la location de son temps à l’entreprise. L’entreprise ne lui achète que son temps et sa compétence. Ni plus ni moins.

                    • Debrief 29 juin 2018 11:10

                      La France est comme un corps ligoté recouvert de sangsues que sont d’une part les banques qui collectent sans effort l’argent de la BCE pour flamber sur « les marchés » sans rien redistribuer aux créateurs de valeur et d’autre part la pléthore de hauts fonctionnaires de cette maudite énarchie et accessoirement de l’X pantouflarde dont les intelligences enivrées de la supériorité qu’on leur a rabâchée, se croient douées de tous les talents.
                       
                      Ces beaux messieurs-dames, gavés de marketing 2.0 atlantiste, ont réussi à faire prendre à la France le chemin de la désindustrialisation en misant sur la finance évanescente et les services à faible valeur ajoutée. Ces gogos bien éduqués pour qui le pragmatisme c’est du populisme, se sont fait ridiculisés par l’Allemagne qui maintenant les regarde de haut.
                       
                      Et nous, petit peuple lépreux, sommes condamnés à toujours financer ces crétins éduqués.


                      • Debrief 29 juin 2018 11:18

                        @Debrief
                        ...qui grouillent et se multiplient à l’envie dans toutes les strates de l’administration.


                      • eddofr eddofr 29 juin 2018 14:47

                        Proverbe Brésilien : « Quand il pleuvra de la soupe, les riches auront des cuillères et les pauvres des fourchettes ».


                        Historiette du million :
                        Si je donne 1 million à un riche, il va soit mettre un robinet en or dans sa salle de bain, il fera travailler un artisan et tuera trois noirs (au fond de la mine), soit spéculer en bourse avec son million et en gagner trois de plus et mettant quelques milliers de salariés au chômage ou en ruinant un état souverain.
                        Si je donne ce million à 10 moyens , il achèterons 10 appartements, et feront travailler 30 ouvriers (dont 20 immigrants clandestins au noir).
                        Si je donne ce million à 100 populaires, il achèterons 40 voitures, 30 réfrigérateurs, 20 télévisions et un centaine de smartphones. Ils feront travailler quelques milliers de personnes un peu partout dans le monde (y compris des prisonniers politiques chinois et des enfants pakistanais).
                        Si je donne ce million à 1000 pauvres, ils vont manger correctement, un fois dans leur vie, ils vont faire gagner beaucoup d’argent à Monsanto/Bayer et un petit peu à quelques paysans Français. Ou alors, il vont payer leur retard de loyer / crédit à la consommation et enrichir les banquier.
                        Ou bien, il vont acheter 1000 iphone X et enrichir encore un peu les actionnaires d’Apple !!!

                        • charly10 29 juin 2018 15:11

                          La théorie du ruissellement était valable jusque dans les années 70 / 80 ; depuis, s’est mis en place, une économie basée sur la financiarisation de la plupart des secteurs d’activité, et en France au point d’aller jusqu’à la titrisation des dettes d’état (OAT), par le gouvernement Bérégovoy  en 1985.(Ce qui n’est pas sans conséquences sur la situation de notre endettement, entre nous soit dit)

                          Puis dans le début des années 90, les banques ont créé des produits financiers dits « dérivés OTC », dont elles étaient les seules à comprendre le fonctionnement. Ce qui leur a permis de gagner sur tous les tableaux ; voir dans une histoire « vraie » écrite par Isabelle Mouilleseaux, dans la chronique Agora du mardi 27 avril 2010, intitulé Meurtre « entre petits amis » avec préméditation :

                          Les investisseurs des années post 1990, n’ont pas besoin de d’investir dans l’économie réelle, et donc de favoriser  le ruissellement qui devrait profiter au citoyen.

                          Ils gagnent beaucoup plus et plus rapidement en spéculant, sur les dérivés OTC (over the counter), ces produits, qui ont pour sous-jacent des actions, des obligations ou bien encore des taux d’intérêt et qui servent à la base à se couvrir contre des risques financiers, voir les fameux CDS.

                          Le poids des dérivés OTC (de gré à gré) était estimé  à... 600.000 milliards de dollars en 2016. Une véritable manne en perspective pour les opérateurs boursiers, dont beaucoup opèrent sur les Shadows bankings :/ https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/la-finance-de-l-ombre-a-encore-enfle-au-niveau-mondial-709694.html

                          Revenons aux CDS. Les CDS autrement dits,  Crédit Default Swap (CDS) « contrat d’échange sur défaut de crédit » ou « couverture de défaillance  », sont des transactions non-financées : sans obligation de mettre de côté des fonds pour garantir la transaction, le vendeur de protection reçoit des primes périodiques et augmente ses avoirs sans nul investissement en capital si aucun événement de crédit n’a lieu jusqu’à maturité du contrat.

                          Ce type de produit a été initié par une certaine Blythe Master opérateur de marché de la banque.  JP Morgan Chase au début des années 1990 : écouter l’explication de JC  Jancovici ;https://youtu.be/ZiwD-AAD0TI.

                          N’oublions pas également dans la financiarisation de l’économie, le rôle prépondérant des entreprises sous statut LBO ( Level by out),structures type holding utilisant les « effets de levier type LBO » pour racheter une grande partie des entreprises mondiales. L’avantage pour l’acheteur, c’est de faire financer les charges financières des dettes contractées par la holding grâce aux remontées de dividendes provenant de l’entreprise cible. Les repreneurs vont pouvoir acquérir la cible grâce aux ressources même de celle-ci en ponctionnant sur les bénéfices au détriment de l’investissement.

                          Au bout de quelques années, la société cible est revendue ou introduite en bourse, ce qui génère souvent de confortables plus-values pour ses actionnaires.

                          Pour la holding, souvent des fonds de pensions, il s’agit de rentabiliser un maximum l’entreprise cible en dégageant des progressions a deux chiffres ;  c’est-à-dire, avant tout mettre en route un management qui entraine très souvent une restructuration, donc obligatoirement une réduction d’effectifs, une limitation des hausses de salaire au profit des dividendes des actionnaires, presque toujours une augmentation sensible des cadences de travail, bref un environnement de travail stressant pour le personnel, qui va à l’encontre du but recherché, à savoir la qualité du travail fournit.

                          Et comme si cela ne suffisait pas, ces holdings ne sont imposées qu’a 15% sur retour d’investissement ce qui s’appelle plumer les citoyens pour satisfaire les rentiers.

                          C’est ce système, qui veut toujours plus de rentabilité qui est la cause de l’augmentation des effectifs de chômeurs dans nos pays occidentaux. L’argument de productivité concurrentielle, n’est en fait qu’un « faux nez » cachant la possibilité de créer une opération de pure spéculation.

                           

                           

                           


                          • Eric F Eric F 29 juin 2018 19:42

                            @charly10
                            merci d’avoir clairement expliqué ce phénomène de placements « financiers » qui ne profitent pas à l’économie réelle.


                          • eddofr eddofr 29 juin 2018 16:35

                            Investissement à long terme : 

                            Recherche, Investissement, Formation, Salaire et conditions de travail attrayants.
                            Bénéfice à 1 chiffre sur plusieurs générations.

                            « Investissement moderne »
                            Pas de recherche, réduction de la masse salariale, désinvestissement.
                            Bénéfice à 2 chiffres artificiel (un grande partie de ce bénéfice provient de la perte d’actif).
                            Revente avec bénéfice supplémentaire sur la foi d’un bilan annuel présentant de dividendes à deux chiffres ... ce qui est, soit dit en passant, de l’escroquerie pure et simple. Si l’acheteur savait que les machines doivent être remplacées, qu’il n’y a plus de nouveau produit depuis un moment, qu’il n’y a plus un ingénieur qualifié dans la boite et qu’aucun brevet n’a été déposé depuis 5 ans, il réfléchirait avant d’acheter ...

                            • LENCARDEUR 29 juin 2018 16:51

                              Au paradis du libéralisme, du loup libre, dans le poulailler libre, j’attends avec une belle impatience que le dernier petit poulet étique fut dévoré... Certes, nous ne serons pas là pour voir la suite, mais « ça promet ». 

                              Deux théories s’opposent, et les grands groupes et organismes financiers qui sont aux manettes imposent leur loi ; et après les charges trop importantes, les prochains prétextes pour s’exiler sous d’autres cieux (tout en profitant de la manne céleste prodiguée par l’État), seront les routes crevées, les chemins de fer vétustes, les services postaux aux abonnés absents, les forces de l’ordre impuissantes, etc. L’actuel détenteur du CDD de cinq ans n’a pas d’autre choix, réussir à remettre de l’ordre économique dans ce pays, sinon adieu €uro, Europe des 28, et en guise de cadeau de fin de mission, du goudron et des plumes ! Tous les radars, caméras, lois biscornues n’y feront rien, la France d’en bas ayant tout perdu donnera un grand coup de pied au c... de tous ces grands personnages qui n’auront rien vu d’autre que le fond de leur portefeuille.

                              • Eric F Eric F 29 juin 2018 19:45

                                @LENCARDEUR
                                dans les métaphores animalières, le loup est dans la bergerie, et c’est le renard qui est dans le poulailler smiley


                              • Désintox JPB73 29 juin 2018 21:38
                                D’accord avec l’article

                                Rien ne peut justifier les inégalités actuelles. Si la distribution des richesses dépendait du travail fourni, on n’observerait pas de telles inégalités. Prenez quelqu’un qui travaille toute la journée pour le SMIC. Comment voulez vous être 1000 fois plus productif que lui ? Et pourtant, il y a des gens qui gagnent 1000 fois plus. Aucun travail humain ne peut justifier cela. Aucun homme ne peut prétendre qu’il en vaut 1000 autres.

                                • zygzornifle zygzornifle 1er juillet 2018 10:45

                                  il faut des centaines de pauvres pour fabriquer un riche ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès