• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > E = m.c² versus Dieu et les croyances religieuses

E = m.c² versus Dieu et les croyances religieuses

 

E=m.c². Or :

1° Si l’existence de Dieu est pour certains une évidence, d’autres doutent ou la refusent ; à chacun sa vérité, il n’y a rien à gagner et rien à perdre… Anthropomorphisme et science-fiction ont permis de créer Dieu à l’image de l’homme, et tout un monde virtuel homothétique au monde réel avec ses hiérarchies, histoires etc.

2° Les croyances qui sont la conséquence de l’existence de Dieu, si certains les acceptent d’autres les rejettent comme des produits non de la raison. Elles se sont développées depuis l’antiquité (pour rester dans la sphère occidentale) sur les mythologies des Grecs, des Egyptiens et Romains (et de quelques autres sur les marges des empires) ; ces mythologies ont permis l’émergence de doctrines, de dogmes et pratiques religieuses telles que nous les connaissons, et produites ces institutions et organisations importantes et financièrement puissantes de type étatique que sont les Eglises. Il a fallu attendre le 20e siècle pour qu’on mette dans une case à part ce qui ne relevait pas de la religion, le développement des sciences aidant.

Or la fameuse formule : E=mc² devrait nous permettre de sortir de notre engourdissement dogmatique. Albert ne dit rien d’autre qu’il y a une équivalence entre matière et énergie et que l’on passe de l’un à l’autre. L’énergie peut se changer en masse, comme la masse se change en énergie ; et que des particules peuvent être créées à partir de rien – là on est dans l’espace quantique, vide et plein d’énergie ! Spéculations que tout cela ? Non, expérimentalement on vérifie, on approfondit et en cherchant on trouve (parfois) ce que la théorie pure sortie de quelques cerveaux proposait – comme par exemple le fameux Boson de Higgs, ou encore plus récemment l’onde gravitationnelle, bien après la courbure du rayon lumineux par une masse. Mais en quoi cela concerne-t-il la question posée ci-dessus : l’existence de dieu et les religions avec leurs croyances ?

On peut répondre que ladite formule ne concerne pas ces questions ; mais on peut aussi considérer que ces transformations entre masse et énergie (et les développements et spéculations théoriques qu’on en tire sur l’infiniment petit, y compris sur l’origine du Big Bang et ce qu’il y a avant d’une part, et d’autre part l’infiniment grand de l’Univers (ou des Multivers), les Trous Noirs (qui débouchent peut-être sur l’espace quantique, à partir duquel l’énergie contenu dans ce vide quantique produira de la matière !?), la Matière Noire (pour l’instant c’est tout noir), etc.), permettent d’avoir une explication suffisante du monde sans qu’il soit nécessaire de faire appel au sacré. Ajouter Dieu, c’est ajouter une poupée gigogne à une construction complexe sans apporter aucune compréhension supplémentaire, et déboucher éventuellement sur de l’anthropomorphisme primaire.

On se perd évidemment dans des théories physqiues totalement abstraites qui ne pourront faire l’objet d’expérimentation (la théorie des cordes par exemple), mais qui sont tout aussi solides que le recours à un créateur complété souvent par les mythologies tout aussi insaisissables par l’expérimentation. Dans tous les cas on bute sur un mur au-delà duquel la connaissance est impossible. Pourquoi ne pas en rester à la physique du moment qu’elle permet d’avoir une vision cohérente, plutôt que de recourir à la métaphysique ? Métaphysique qui ouvre sur des fantasmes parfois affligeant, et qui n'a pas de réponse à la question première de la physique : pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?, que l'on peut traduire en métaphysique par : pourquoi un dieu plutôt que pas ?

Pour conclure : E = m.c². Le monde tel qu'il est. Et pourquoi est-il comme ça ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.92/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 14 décembre 2017 13:19

    et si E= Dieu ?? ^^


    • #Daneel42 Tadashi21 14 décembre 2017 13:26

      @bouffon(s) du roi

      Qui de Wasabi (trop tard l’ami) ou de la Lavette (t’emmènera pas l’Origine du Monde en Enfer avec toi !) va tirer le/a premier ? ^^

      Pause sand-winch -> après je repasse en Radio #U42, promis aux loups Vaudeville :

      https://www.youtube.com/watch?v=e4il2GbaJyc


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 14 décembre 2017 13:31

      @Tadashi21

      Qu’ils tirent, je cours plus vite, et sans même bouger les jambes ^^


    • #Daneel42 Tadashi21 14 décembre 2017 13:33

      @bouffon(s) du roi

      Trankile, le traque-renard, était le 2 décembre dernier qu’y dit le Fergugus ! ^^


    • GéraldCursoux GéraldCursoux 14 décembre 2017 13:48

      @bouffon(s) du roi
      Why not ? D’où vient cette énergie ? = d’où vient Dieu ? On revient toujours au point de départ, quelque soit le nom de l’artiste...


    • GéraldCursoux GéraldCursoux 14 décembre 2017 17:22

      @bouffon(s) du roi
      OK ; Mais je conserve le terme énergie... ça n’ouvre pas sur de l’anthropomorphisme. C’est déjà ça !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 décembre 2017 23:56

      @Syracuse


      Dieu existe ou n’existe pas. uniquement selon la définition qu’on en donne.

      pjca

    • karim 14 décembre 2017 14:10

      4. Il a créé l’homme d’une goutte de sperme ; et voilà que l’homme devient un disputeur déclaré. ( Coran : Les Abeilles)


      • pemile pemile 14 décembre 2017 14:12

        @karim « Il a créé l’homme d’une goutte de sperme »

        Et d’où venait l’ovule ? smiley


      • karim 14 décembre 2017 17:58

        @pemile

        49. Et de toute chose Nous avons créé [deux éléments] : de couple. Peut-être vous rappellerez-vous ?(Coran : qui éparpillent)


      • Enabomber Enabomber 16 décembre 2017 03:11

        @karim
        Je préfère l’Œuf Primordial, c’est plus folklorique.


      • eddofr eddofr 14 décembre 2017 15:19

        Il n’existe que deux questions fondamentales : Comment ? Et Pourquoi ?


        Le comment est d’ordre matériel.
        (ou énergétique, mais après tout, la matière n’est semble-t-il qu’un état particulier de l’énergie).
        Le comment est observable .
        (pour peu qu’on dispose des instruments appropriés).

        Le pourquoi est d’ordre métaphysique 
        (il est au delà de l’expérience sensible).
        Le pourquoi n’est pas observable, il est intrinsèquement subjectif.

        La science s’efforce d’objectiver le comment par un processus en 4 phases : 
         1) observer/constater, 
         2) théoriser/systématiser,
         3) observer / expérimenter (confirmer/infirmer la théorie, le système) 
         4) reproduire.

        La science ne peut pas se tromper, elle peut seulement ne pas disposer du bon niveau d’observation.
        (p=mg est vrai, avec les moyens d’observation de Newton, E=mc2 avec les moyens d’Einstein, la théorie des cordes sera peut-être prouvée ou démentie un jour, si on trouve l’instrument d’observation approprié).
        Une « vérité scientifique » est toujours relative, « dans les limites de l’observable ».
        (sauf en mathématiques pures, où la limite est l’axiome).

        La religion prétend répondre au pourquoi.
        Elle traite, par nature des sujets non observable.
        Il n’est donc pas ici question de théorie (qui nécessite d’être démontrée, prouvée), mais de croyance. 
        La Religion n’explique pas un phénomène, elle lui donne une signification, elle donne un but à notre existence.

        Dés lors que la science se mêle du « pourquoi » elle devient croyance et ne peut qu’être dans l’erreur (puisque « étant science », elle prétendra prouver ce qui ne peut l’être).

        Dés lors que la religion se mêle du « comment » elle ne peut qu’être contredite par la science, puisque par essence, la religion prétend à La Vérité absolue (non relative).

        Opposer la Science et la Religion est sans objet, sauf quand l’une prétend se mêler de l’autre (et vice versa).

        Jamais une croyance d’ordre religieux ne pourra être prouvée ou démentie par la science.
        Jamais une croyance d’ordre religieux ne pourra fonder une vérité scientifique.

        Par exemple :
        Pour un géomètre, un architecte, la terre est plate. 
        C’est une vérité scientifique, dans les limites de ces moyens d’observation.
        C’est reproductible et « applicable » dans les limites de son domaine d’action.
        L’architecte n’a pas besoin de savoir que la terre est ronde pour construire une maison.
        Par contre :
        Dés lors que je prétend ériger cette même observation, « la terre est plate », en vérité absolue (parce que celui qui prétend entendre Dieu, me dit que Dieu l’a dit), je m’expose à un inévitable démenti de la science.
        Le marin voit qu’au loin, le mat des navires apparaît en premier (preuve d’une courbure),
        L’aéronaute voit la courbure de l’horizon,
        Le spationaute voit la terre ronde.


        Le problème fondamental,qui oppose la science et la religion, est d’ordre psychologique (pas scientifique).
        L’humain ne supporte pas la contradiction.
        Il a besoin d’avoir raison et il a besoin que « l’autre » admette qu’il a raison.

        Le croyant cherchera donc à appuyer/confirmer sa croyance par une « vérité scientifique ».
        Il cherchera à s’appuyer sur des observations pour « prouver » sa croyance.
        S’il ne peut trouver d’observation de sa croyance, il en inventera.
        Il appliquera une « vérité historique » à son mythe.
        Incidemment, il en viendra à considérer les anecdote liées sa croyance comme vérité scientifique.

        Ainsi il s’exposera inévitablement au démenti de la science.

        Ce qui donnera au scientifique l’illusion d’une supériorité de la science sur la religion.
        L’incitant ainsi à se mêler de croyance et a prouver du pourquoi avec du comment.
        Ce qui l’amènera inévitablement à l’erreur scientifique et au « comportement religieux » :

        « J’ai raison parce que tu as tort et tu as tort parce que j’ai raison ! »

        • GéraldCursoux GéraldCursoux 14 décembre 2017 17:14

          @eddofr
          Intéressant et +. Le pb de la religion c’est qu’elle repose des croyances qui sont aussi légères dans leur globalité que le Père Noël. Des vierges qui accouche de Dieu comme Isis (Egypte), des gens qui montent au ciel (! !! c’est quoi le ciel ?), des résurrections etc. Difficile d’avaler tout ça et point n’est besoin de se tourner vers la science pour le rejeter... Et si on en rejette un morceau tout s’écroule ! C’est là qu’est le nœud de la religion avec le monde réel. Et pour passer ce gap on met en avant la Foi : faut avoir la Foi ! Evidemment qu’il faut l’avoir... mais on peut aussi dire non.

          Le problème de Dieu est différent, à condition de ne pas faire de l’anthropomorphisme... qui est le propre des religions... qui ont créé Dieu à l’image de l’homme. Si en s’en tien à une abstraction pure, qu’il soit là ou pas... peu importe. S’il est là, comme l’énergie et/ou la matière quoi de neuf sous le soleil ?

          Regarder en face le vide de ce monde en s’appuyant sur uniquement les connaissances scientifiques (qui évoluent) c’est fascinant. Beaucoup plus que de faire le chemin avec de croyances... improbables.

          Bien à vous


        • Eric F Eric F 14 décembre 2017 19:25

          @eddofr 
          "Dés lors que la science se mêle du « pourquoi » elle devient croyance et ne peut qu’être dans l’erreur (puisque « étant science », elle prétendra prouver ce qui ne peut l’être).
          Dés lors que la religion se mêle du « comment » elle ne peut qu’être contredite par la science, puisque par essence, la religion prétend à La Vérité absolue (non relative)"

          Dans ces quatre lignes, il y a plus de sagesse que dans des rayonnages entiers de philosophie, science et théologie réunie !


        • doctorix doctorix 14 décembre 2017 19:56

          @eddofr
          « La science ne peut pas se tromper »

          Alors, vous ne connaissez pas les vaccins.
          Il est vrai que la médecine n’est pas une science mais un art.
          Et en art, il y a des chefs-d’oeuvre et il y a des croûtes...

        • #Daneel42 Tadashi21 14 décembre 2017 20:08

          @doctorix

          Je salue ze artist !

          Mais ne devrait-il pas être en classe comme tous ses camarades pour écouter doctement mam’ Rosemar en cours de 6eme Dark Maul ? smiley ? / smiley ? / smiley ?


        •  C BARRATIER C BARRATIER 14 décembre 2017 16:22

          Je suis assez d’accord, personnellement je me passe tres bien de ces mlliers de dieux toujours vivants selon les croyants, puisque par définition immortels. Il y en a de tres beaux ! Apollon, Aphrodite, mais ils ne fichent rien et n’apportent rien.

          Ma philosophie rejoint celle de l’auteur :

          Sens de la vie, sens de l’univers http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=59

          • zzz999 14 décembre 2017 16:48

            « ........permettent d’avoir une explication suffisante du monde sans qu’il soit nécessaire de faire appel au sacré..... » sauf que d’où viennent les lois physiques qui créent ses entités ?

            La question d’un avant n’est pas résolvable car la question même n’a peut être aucun sens.

            Est-on sûr que toutes les questions ont un sens et donc peuvent être posées ?

            Le principe du questionnement suppose préalablement valide le principe de causalité, mais le principe de causalité est-il partout valable ? (partout au sens large de toutes les dimensions du réel)


            • GéraldCursoux GéraldCursoux 14 décembre 2017 17:20

              @zzz999
              La question « de l’avant » relève d’hypothèses. L’une c’est Dieu qui était là et qui a fait ce coup de créer l’Univers. Bof ! D’autres mettent en avant l’espace quantique - un espace vide plein d’énergie ! - duquel peu naître la matière à partir de particules élémentaires (des cordes aujourd’hui) avec création simultanée d’antimatière... et c’est parti ! Je choisis cette deuxième hypothèse...


            •  C BARRATIER C BARRATIER 14 décembre 2017 18:47

              @GéraldCursoux
              c’est interessant, « l’avant » mais qui a créé les dieux ? On ne fait que déplacer le problème qui n’en est pas un. Le problème, ce sont les cervelles humaines qui pensent qu’il y a eu un commencement, mais c’est une hypothèse non démontrée ! !


            • Yanleroc Yanleroc 14 décembre 2017 21:28

              @C BARRATIER

              A mon avis il n’ y a ni commencement, ni fin !

              Qui a crée les dieux. 
              Il n’ est pas sûr que les dieux ( c’ est-à-dire bien sûr nos visiteurs extra-terrestres), se posent vraiment la question, est-ce réellement une obligation, moi, j’ en doute ?

              Dans la mesure ou nos ancêtres et civilisations disparues ont reçu la visite d’ ET, il ne pouvaient qu’ être impactés « par ceux qui viennent du ciel », laisser quelques gravures rupestres, et bien, bien plus tard mettre en place les prémisses d’ une religion.

              Mais sinon, auraient-ils pu trouver seuls l’ explication du « 42 », 
              auraient-ils alors trouvé la réponse que l’ humanité a trouvé : « Dieu » ?

              Le vocable et le concept ne seraient peut-être jamais apparus si nous n’ avions été visités...

            • #Daneel42 Tadashi21 14 décembre 2017 21:32

              @Yanleroc

              Alors que l’explication du 42 et de tutti quanti vient d’être postée dans le bon rade d’à côté !

              Dommage pour les snobeurs !!


            • Yanleroc Yanleroc 14 décembre 2017 21:49

              @Tadashi 42, ça démontre la perméabilité des cellules, la non-localisation, on est en plein dedans. D’ ailleurs j’ ai remarqué qu’ il y a beaucoup d’ articles sur le sujet en ce moment, alors ici ou ailleurs, puisque tous vont dans le même sens : le 42 par les quantas smiley n’ empêche, je m’ adressais vraiment à Barratier.

              (je n’ ai pas encore fait connaissance avec le site) perso

            • #Daneel42 Tadashi21 14 décembre 2017 21:58

              @Yanleroc


              Tiens, a priori voici ta ceinture de sécurité, mais j’ai pas pris le temps encore de décortiquer les lyrics (et donc de l’engrainer définitivement dans un cerveau d’ADULTE du 42eme tour de compteur !) :



              Si tu prends la peine de le faire, et bien dès que ce sera fait, y’aura plus aucun souci, Bro !

              Je prie pour toi dans l’intervalle, à toi ou quiconque de voir si je rigole ou pas. smiley

            • Jonas 15 décembre 2017 00:41

              @GéraldCursoux "D’autres mettent en avant l’espace quantique - un espace vide plein d’énergie ! - duquel peu naître la matière à partir de particules élémentaires (des cordes aujourd’hui) avec création simultanée d’antimatière... et c’est parti ! Je choisis cette deuxième hypothèse... "

              Si un espace est vide, il ne peut pas être plein d’énergie.
              Le vide, c’est rien.
              L’espace quantique a une structure, une énergie résiduelle, (nommée à tort « énergie du vide », vibration de phonons d’énergie hw / 2), et des dimensions, ce n’est donc pas du vide.


            • Jonas 15 décembre 2017 00:47

              @GéraldCursoux « La question « de l’avant » relève d’hypothèses »

              Elle ne relève pas d’hypothèses, elle relève de la flèche du temps, que nous observons tous.
              Le monde, l’Univers se déploie sous nos yeux en une successions d’événements.
              Quel fut le premier événement ? Comment a-t-il été déclenché ?

              Le B.A.BA du rationalisme repose sur un principe simple de base de toute théorie scientifique : tout effet provient d’une cause.
              En remontant les effets des causes, on arrive à la cause première, et pose une question à laquelle la science est incapable de répondre et atteint ses limites : quelle est la cause première ?
              D’où la nécessité de l’existence de Dieu, intemporel, non contingent, immatériel.


            • zzz999 15 décembre 2017 09:23

              @GéraldCursoux

              Ce que j’essaie de vous faire comprendre probablement maladroitement c’est que le fait d’imaginer un « avant » ou un « après » dans des phénomènes dont dépend le temps lui même n’a pas de sens.

              Le processus du questionnement constitué d’un « Pourquoi........ » et d’un Parce que........« est peut être dépendant lui même de la structure du temps, si ce dernier est linéaire (il a un sens qui va pour nous du passé au futur) ce processus est efficient, par contre par exemple dans une structure cyclique du temps rien n’est moins sûr.

              Dans une structure temporelle cyclique l’effet est lui même sa propre cause, ça va en quelque sorte dans le sens de ce que répondait Dieu à Moîse quand il lui a demandé son Nom : »JE SUIS CE QUE JE SUIS« ou »JE SERAI CE QUE JE SERAI" une belle façon d’illustrer ce qu’est une boucle temporelle. Cette phrase étant d’ailleurs présentée en EXODE 3-14 (Pi) ça ne s’invente pas.


            • GéraldCursoux GéraldCursoux 15 décembre 2017 10:10

              @Jonas
              « Vide quantique plein d’énergie » : je vous renvoie à Christophe Galfard et son bouquin « E=mc² » pages 103 & 108 ; Il travaille à Cambridge avec Stephen Hawkings... Une meilleure référence que mézig...


            • GéraldCursoux GéraldCursoux 15 décembre 2017 10:15

              @zzz999
              J’essaie de comprendre, mais... Sur le temps beaucoup de chose à dire (trop de choses) : et s’il n’était qu’un être mathématique ? un produit de nos cerveaux et rien d’autre ! (On ne peut en dire autant de l’espace qui est à tout le moins là où il n’y a pas de matière. Le temps ? vaste plaine... )

              Donc l’avant n’existerait que pour nous... ce qui ne s’oppose pas à des processus cycliques engagés par la relation Energie / Masse... indéfiniment. Pas de début et pas de fin... Et l’hypothèse que l’on peut tirer de l’équation E=mc² est recevable (comme hypothèse).

              Bien à vous


            • Eric F Eric F 16 décembre 2017 22:22

              @zzz999
              « mais le principe de causalité est-il partout valable ? » Bonne question, ce principe sur lequel est basé la science constitue un axiome métaphysique (non au sens religieux, mais au sens de posé a priori comme une évidence). On ne peut pas prouver qu’il est partout valable, mais si on postule que l’origine de l’univers est un vide où surgit de l’énergie, ce « vide » échappe au principe de causalité.


            • GéraldCursoux GéraldCursoux 17 décembre 2017 08:44

              @Eric F
              Hypothèse : les Trous noirs alimentent ce vide quantique. On aurait donc un cycle matière - énergie - matière. Mais ce n’est qu’une hypo de béotien !


            • Claudec Claudec 14 décembre 2017 18:06

              En tout cas, si Dieu existe, Il est tout sauf miséricordieux, tant à l’égard de l’homme que des autres espèces qui peuplent la Terre.

              La preuve irréfutable ? Pas besoin de physique ni de mathématiques compliquées, quelques éléments de géométrie élémentaire suffisent. Lire “Précis de pyramidologie sociale” https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss_2?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Pr%C3%A9cis+de+pyramidologie+sociale



              • zzz999 15 décembre 2017 09:29

                @Claudec :

                Dieu est aussi coupable de ce qui arrive à l’Humanité que n’est coupable un Père (Une mère) qui s’est pourtant plié en 4 pour donner tout l’amour et toute bonne éducation à un fils qui pourtant s’est ingénié à désobéir a mal tourné et s’est barré du foyer familial en faisant par la suite pis que pendre. Mais c’est tellement tentant et confortable de mettre la faute sur une entité qui ne peut ou ne veut répondre.


              • Claudec Claudec 15 décembre 2017 14:51

                @zzz999


                À qui la faute si l’interlocuteur fait défaut ? Je crois utile de préciser que je ne compte pas pour interlocuteurs ceux qui se prétendent ses représentants.
                À moins que Dieu n’ait voulu tendre un piège à sa créature – ce qui serait un signe de plus de son manque de miséricorde –, votre réponse fait davantage preuve de crédulité que de raison, tant il est vrai que la foi n’a que faire de cette dernière.


              • zzz999 16 décembre 2017 12:42

                @Claudec

                Il existe de nombreuses preuves qu’une puissance intelligente infiniment plus puissante que l’humanité est intervenue dans l’histoire des hommes, qu’on l’appelle Dieu ou autrement, donc je dis franchement NON, l’interlocuteur ne fait pas défaut, c’est celui qui est sensé l’écouter qui se bouche les oreilles méthodiquement, nuance.


              • Claudec Claudec 16 décembre 2017 14:28

                @zzz999
                « ... qu’on l’appelle Dieu ou autrement ... », voici qui est déjà plus raisonnable, et qu’en agnostique convaincu, je partage.

                Mais de quelles preuves parlez-vous ?

              • GéraldCursoux GéraldCursoux 17 décembre 2017 08:46

                @Claudec
                Le pb est que si on introduit Dieu il y a derrière de l’anthropomorphisme.... et c’est reparti pour un tour avec des mythologies et autres farfeluades.


              • Claudec Claudec 17 décembre 2017 16:12

                @GéraldCursoux


                Tout à fait d’accord. Et comme les mythologies et autres farfeluades n’ont jamais empêché que s’aggrave le sort de l’homme, peut-être serait-il bon que ce dernier se préoccupe des véritables causes de ses malheurs, pour autant qu’il en soit capable et que cela soit encore utile. 

              • JL JL 14 décembre 2017 18:06

                ’’pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?’’
                 
                Parce que rien, ça n’existe pas !
                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès