• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Echo de Fukushima dix ans après l’accident

Echo de Fukushima dix ans après l’accident

Cela fait dix ans qu'une catastrophe naturelle et anthropique s'est produite au Japon. Trois malheurs à la fois se sont abattus sur ce pays : un puissant séisme, un terrible tsunami et l'accident à la centrale nucléaire de Fukushima, où des réacteurs ont été endommagés. Pendant la lutte contre les conséquences de la catastrophe, de l'eau radioactive a été déversée dans l'environnement. Les courants océaniques l'ont emportée vers l'est, puis vers l'Alaska. En contournant le continent nord-américain cette eau a atteint la Californie. 

Le 13 avril dernier, le gouvernement japonais a annoncé avoir donné l'autorisation à la compagnie Tokyo Electric Power Co (Tepco), opérateur de la centrale nucléaire de Fukushima, de préparer le déversement de l'eau des réservoirs de la centrale accidentée dans l'océan Pacifique. Cette préparation inclut la purification d'eau des radionucléides. Des réservoirs hermétiques d'une capacité totale de l'équivalent de 500 piscines olympiques ont été construits après la catastrophe afin de stocker l'eau utilisée pour refroidir les réacteurs accidentés. Son déversement progressif à hauteur de 1,3 million de tonnes pourrait s'étendre sur trente ans. 

La décision définitive a demandé près de cinq ans au gouvernement japonais, qui étudiait 5 options, dont l'évaporation et la construction de nouveaux réservoirs. L'option de déversement dans l'océan étant la moins coûteuse. En 2019 déjà des écologues ont obtenu l'information que Tokyo était favorable à l'option "océanique" de recyclage. Mais les autorités japonaises tardaient jusqu'au bout à prendre une décision : le réservoir sera rempli d'ici la fin de l'année, les travaux de préparation demanderont beaucoup de temps, en automne 2022 il est prévu d'entamer le déversement. A noter qu'en cas de retard dans les délais la compagnie Tepco a promis de construire un réservoir supplémentaire. 

D'après le premier ministre japonais, "le déversement de l'eau traitée est une partie inévitable du processus de retrait du service de la centrale nucléaire de Fukushima". Les craintes des écologues et d'autres spécialistes à cet égard au vu des risques pour la santé des gens, par exemple à cause de l'accumulation de la radiation dans les produits marins, ont été qualifiées de rumeurs par le chef du gouvernement. Il est prévu de déverser des quantités d'eau réduites pendant une trentaine d'années. Mais le fait est que le système de purification d'eau, bien qu'il neutralise plus de 62 types de radionucléides, est incapable de neutraliser le tritium. Ainsi, la pénétration du tritium dans l'océan est inévitable, même si, selon les affirmations de Tokyo, sa concentration sera largement inférieure aux normes de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), avec laquelle ce problème a été évoqué. L'impact de ce radionucléide sur l'organisme humain n'a pas été étudié très en détail, reconnaissent les chercheurs. Selon eux, il ne représente pas un danger significatif comparable à d'autres types. Mais la décision de Tokyo a fait beaucoup parler d'elle aussi bien dans le pays qu'en dehors. 

En prenant une telle décision, le gouvernement japonais s'est retrouvé face à un choix difficile. Il y existe deux aspects : national et international. 

En ce qui concerne la situation intérieure, cela affecte les intérêts des pêcheurs et des fermiers, de la population dans l'ensemble. Le commerce lié à la production de produits marins fait partie du "lobby agraire" conservateur qui exerce une certaine influence sur la politique nationale du Japon. Les compagnies de pêche vivent déjà une période difficile, les ressources biologiques de la mer diminuent pour différentes raisons, dont notamment la pêche active et le réchauffement climatique. Les pêcheurs craignent à présent une future baisse de la confiance des consommateurs quant à la sécurité des produits marins. Le gouvernement tente de calmer la situation. Cependant, la compagnie Tepco a déjà manipulé plusieurs fois ses rapports, et les problèmes techniques lors de la purification et du déversement de l'eau ne sont pas exclus. 

En ce qui concerne l'aspect extérieur, la critique des "défenseurs mondiaux de l'écologie" ne s'est pas fait attendre. Un communiqué de Greenpeace affirme que le Japon a simplement décidé de faire des économies. Cependant, Tokyo, comme d'autres pays d'Asie orientale, considère généralement l'activité des organisations telles que Greenpeace comme une ingérence dans la souveraineté nationale. 

Même si cette fois les avis des écologues occidentaux et des puissances du monde confucianiste ont coïncidé. Le ministère des Affaires étrangères de la Chine a exprimé sa protestation au Japon suite à sa décision de déversement susceptible de contaminer par la radiation les eaux de l'océan Pacifique. Ce communiqué a été publié sur le site du ministère. 

Pékin désapprouve également le fait que du point de vue de Tokyo l'approbation du "grand frère" de Washington suffise pour commettre de tels actes, qui affectent les intérêts de la population des pays voisins, et qu'il ne soit pas nécessaire de se consulter avec les voisins. D'ailleurs, l'AIEA a suggéré au Japon de créer un groupe technique conjoint pour évaluer les scénarios. 

La Corée du Sud partage l'avis de Pékin. Séoul a l'intention de saisir le Tribunal international pour le droit de la mer. Des protestations ont été organisées, notamment devant l'ambassade et les consulats du Japon. Ainsi qu'un nouveau slogan est apparu : "le terrorisme nucléaire". 

Le Conseil de l'énergie atomique de Taïwan a trouvé regrettable la décision du gouvernement japonais. Taipei a annoncé qu'il installerait 33 dispositifs dans les eaux près de Taïwan pour détecter tout signe de radioactivité. 

Le ministère russe des Affaires étrangères a exprimé son regret et sa profonde préoccupation suite à la décision du Japon de déverser les eaux techniques de la centrale sans consulter les pays voisins, dont la Russie. 

Cependant, Washington a soutenu son allié. "Nous remercions le Japon pour ses efforts transparents dans le déversement des eaux traitées de Fukushima", a déclaré le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken. 

Le soutien américain a été exprimé à la veille du voyage du premier ministre japonais Yoshihide Suga aux Etats-Unis. Les deux dirigeants se rencontrent notamment pour remettre les pendules à l'heure en prévision du sommet sur le climat prévu pour les 22-24 avril, où le Japon devrait annoncer ses plans pour limiter les émissions des gaz à effet de serre. Mais pour la neutralité carbonique zéro d'ici 2050, annoncée par Yoshihide Suga encore pendant son premier discours au parlement en automne dernier, le Japon devra non seulement lancer tous les réacteurs arrêtés, mais également en construire de nouveaux.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2640


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • adeline 22 avril 17:54

    Vous avez déja écrit sur Tchernobyl ?


    • Clocel Clocel 22 avril 18:22

      Comprends pas... On est top-moumoute en France avec le nucléaire...

      Les japonais n’ont pas voulu de notre incomparable savoir faire !? smiley

      On en est où avec les stocks d’iode en cas de pépin !?

      Nan, je déconne, je sais, ça doit être comme les masques, on ne change pas une équipe qui gagne...


      • Pauline pas Bismutée 22 avril 18:30

        Au point où on en est...  smiley

        Mais c’est pas une raison, bande de c.... smiley



        • Baron de Risitas Baron de Risitas 22 avril 18:32

          Je pisse à la raie de tous les anti-nucléaires, le nucléaire est notre seule porte de sortie pour l’avenir, quand viendra la déplétion de l’énergie fossile .

          Les éoliennes et les panneaux solaires sont une fausse solution, ouvrez les yeux et faites marcher votre cerveau .

          Regarder les conférences de Jancovici !


          • Effondré remonté 23 avril 11:05

            @Baron de Risitas
            La violence ordurière est l’indice immanquable d’une position intérieure fausse et insécure... non, on n’a pas besoin du nucléaire, hyper-dangereux (1 accident majeur allant crescendo tous les 20-25 ans) et qui ne représente que 4% du mix énergétique mondial, pour un coût affolant (on ne sait même pas chiffrer la décommission d’une centrale qui prend des dizaines d’années). Il y a énormément de progrès réalisables sur les économies et les renouvelables (cf. p. ex. géothermie et biomasse inexistantes chez nous) et  en attendant, pour faire la soudure  le gaz est le moins mauvais (moins polluant, plus souple, et meilleur rendement) des énergies fossiles. Ah, mais le gaz est essentiellement russe, et la Russie, c’est le diable, s’pas !


          • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 22 avril 19:44

             la pénétration du tritium dans l’océan est inévitable

            Pas de quoi s’affoler. Toutes les installations nucléaires rejettent du tritium, le problème survient lorsque qu’il est rejeté dans un cours d’eau qui est pompé en aval pour l’alimentation domestique (c’est le cas en France dans certains cas). Etant donné le facteur de dilution qu’offre l’océan pacifique (bien supérieur à un fleuve), et le fait que l’opération de rejet est prévue sur 10 ans (j’ai cru lire), je doute que quiconque mesure une hausse significative de radioactivité...


            • Rémi Mondine 22 avril 21:02

              Rappellons que Fukushima n’a tué personne.


              • rhea 1481971 23 avril 10:32

                @Rémi Mondine
                Ça on n’en sait rien, les maladies dues à la radioactivité ne se déclarent
                pas au présent mais dans le futur. 


              • OMAR 23 avril 15:53

                Omar9
                .
                @Rémi Mondine
                .
                « Fukushima 50 » est un film qui relate ce qui s’est passé dans cette centrale, pendant et parés le tremblement de terre et le tsunami.
                Un film à voir..
                https://www.youtube.com/watch?v=0tFR6nZRkfg


              • Effondré remonté 23 avril 10:53

                Rappelons que le « Fukushima n’a tué personne » est un ignoble canard des nucléaristes propagandistes : 1 mort a été authentifié (travailleur précaire exposé à des doses énormes) ; deux autres sont en instance, des dizaines d’autres (travailleurs journaliers sans domicile fixe recrutés par les yakuzas pour faire le sale boulot puis retourner à leur anonymat où ils crèveront des doses reçues) sont ignorés sciemment ; le directeur de la centrale, qui était resté à son poste pendant les explosions des réacteurs, est mort peu après d’un cancer « sans rapport aucun » ; des centaines de cancers de la thyroïde ont été détectés, particulièrement chez les enfants, mais « c’est parce qu’on cherche trop » ; il faut 20 à 30 ans pour développer un cancer et les 400 000 à 2 M supplémentaires seront lissés d’année en année (+40/50 000 « à cause des modifications de régime alimentaire des Japonais ») ; enfin  et ce n’est pas le moindre  l’évacuation de centaines de milliers d’habitants puis leur réinstallation forcée (coupure des allocations) dans des zones encore très radioactives sont cause d’une morbidité et mortalité remarquables : suicides très nombreux, crises cardiaques, affections poitrinaires, etc. qu’on sait depuis Tchernobyl (rapport Yablokov et autres) être liées à la radio-actvité (usure prématurée des corps luttant contre les mutations cellulaires)...soit déjà pour les évacués nucléaires de Fukushima, une surmortalité de ...2500 MORTS « and counting » !!!


                • Clocel Clocel 23 avril 11:22

                  @Effondré remonté

                  Mais puisqu’on vous dit que c’est le pangolin le tueur ! smiley


                • buratino buratino 23 avril 14:01

                  Avant les écolos, ils s’enchaînaient autour des centrales nucléaires maintenant ils font profil bas, il faut bien recharger leurs chiottes électriques hyper coûteuses


                  • CN46400 CN46400 23 avril 15:40

                    Du fait de leur densité les radionucléïdes vont atterir dans les abisses océaniques où la pression va annihiler toutes les radiations.....


                    • yvesduc 24 avril 09:01

                      Merci pour cet article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité