• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ecole primaire - L’entourloupe Blanquer

Ecole primaire - L’entourloupe Blanquer

Le ministre français de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a dévoilé ce 26 avril de nouvelles recommandations pour les enseignants du primaire visant à améliorer « la réussite des élèves ».

Dictées, leçons de grammaire et calcul mental, méthode syllabique : dans quatre circulaires publiées au Bulletin officiel, le ministère a ainsi détaillé de manière très précise ses directives sur l'enseignement de la lecture, du calcul, de la grammaire et du vocabulaire, et la résolution de problèmes, qui s'accompagnent d'un guide de 130 pages adressé aux professeurs des écoles.

Ce bon Monsieur Blanquer réinvente l'eau chaude. Tout ce que depuis son Aventin il préconise guide à l'appui aux tous petits riens d'enseignants du primaire est … déjà fait, et ce depuis toujours. Mais bon, ce qui compte ce n'est point d'améliorer l'existant mais de communiquer de manière à ce que les parents électeurs aient l'impression qu'il y a quelqu'un qui dirige le bateau ivre.

Le niveau scolaire des jeunes francais depuis les années 70 ou j'étais un petit freluquet en culottes courtes ayant fort heureusement bénéficié des méthodes à l'ancienne et aujourd hui … Chute libre, les gosses puis les ados, pour ne pas parler des adultes, tu leur enlèves calculette et correcteur orthographique … Tu leur demandes de faire une dissertation de philosophie avec thèse, antithèse, synthèse … Un commentaire de texte sur un poème de Verlaine, une analyse structurée sur les bienfaits et méfaits de la Révolution Francaise, ou une comparaison entre les Empires britanniques et français …

Pour sûr qu'il y eut foule de locataires rue de Grenelle depuis 35 ans depuis le ministre Habit, avec chacun LEURS réformes, leurs méthodes, leurs génuflexions devant le Saint Pédagogisme, ce cancer découpant les savoirs en tranches propres à l'ingéniérie entrepreneuriale enseignée en Ressources Humaines avec les compétences des marmots, celles-là qu'exigent les Entreprises qui financent tant de choses … Une lente mais réelle régression orchestrée où chacun de ces grands prélats d'Etat voulut pour l'Histoire laisser sa trace, Lang, Jospin, Bayrou, Allègre, Najat, la liste est longue comme un bras.

 Sauf que sur la durée, c'est-à-dire en perspective le bilan est catastrophique. On a créé de bons petits soldats pour le marché en tachant en parallèle – heureusement que certains profs veillaient pour enrayer quelque peu la dégringolade – de leur vider le crâne c'est-à-dire en abaissant drastiquement le niveau culturel.

Tout du moins à l'Education Nationale. Car dans les bahuts pour gosses de riches, rassurez-vous tout va pour le mieux. Pas ou peu d'ordinateurs ou de wifis, pas de méthode machin bidule mais de l'enseignement à l'ancienne, deux langues vivantes, les enfants de nos copains les ultra-riches à dix ans l'orthographe, la grammaire, le calcul, bref la base sur le bout des doigts. Les petits chanceux, faut pas s'étonner avec cette éducation à deux vitesses que ce soient les enfants dont les parents ont les coffres les mieux remplis qui soient partout les meilleurs et qui trustent 90 % des places de toutes les grandes Ecoles en France. Jules Ferry, ils t'ont fait tomber sans bruit de ton piédestal, on t'honore post mortem, tu ne dois ton salut qu'à quelques courageux enseignants qui du dedans font de la résistance. Pour les enfants. Pour leur avenir.

Blanquer, lui, qui avec sa poudre de perlimpinpin pour gogos, nous la joue malin. Je communique sans pour l'instant rien changer. Jusque là contrairement à Peillon ou Najat il ne fait rien pour empirer l'existant. Il soigne son image et celle de son chef. En clair il se fiche du monde avec un certain panache – tout relatif, s'entend. Sa Seigneurie soigne les formes et s'assied sur le fond.

Les syndicats enseignants sont vent debout contre cette tartufferie, avec eux on est abonnés. Le plus intéressant ce sont les profs qui se déchainent sur Twitter à visage découvert. Eux qui sont aux manettes c'est-à-dire au contact des élèves en ont plus qu'assez de ces tartines de mensonges à la sauce républicaine, ils grognent avec d'autant plus de force qu'on leur impose des évaluations débilitantes construites par des gens qui jamais n'ont mis le moindre pied dans une salle de classe, ces tableaux de compétences totalement à coté de la plaque. Sans compter tout le reste, tous ces psy et ces médecins qui pullulent à tout va dans les établissements scolaires et qui font des momes des joujous à etudier comme au cirque, ces grand messes à la sauce Charlie Shoah, ces intrusions dans les programmes scolaires, je pense surtout à l'Histoire, à l'Histoire de France, dont la version dite officielle a des tendances quelque peu totalitaires.

L'enfant, le jeune, le en devenir, celui-là c'est et ce demeure le grand absent de nos politiciens, de ces pédagogistes, de ces grands pontes des rectorats, de leurs serviles évaluateurs de profs. La ligne est tracée depuis une ou deux décennies, l'Ecole de la Rèpublique s'abandonne pillier par pillier au Grand Capital, à ses méthodes, à ses techniques, à ses critères d'exigence, à ses serviles agents, lesquels vont à contre-courant du métier même d'enseignant, un des plus beaux métiers du monde pourtant. Face à SA classe celui-ci est censé obéir, exécuter les directives, lire les 130 pages de ce bon Monsieur Blanquer et tel un ouvrier soumis à la cadence des trois huit obtempérer sans moufter.

Or NON, non cent fois Mesdames et Messieurs de la rue de Grenelle, la salle de classe n'est pas votre monde, elle n'est pas de votre ressort, vous avez plus qu'outrepassé votre mission qui est non de façonner les cranes pré-pubères mais de faciliter c'est-à-dire bien orchestrer. Le FOND des programmes, 35 ans que vos actions l'ont entaillé et parfois mis en pièces, regardez lucidement le résultat. Le niveau scolaire des jeunes francais soumis au système de l'Education Nationale ne s'est pas écroulé parce que les enfants sont moins intelligents que ceux d'avant – regardez les gosses de riches – ou parce que les profs sont moins bons. Il s'est écroulé parce que toutes vos actions additionnées ont créé cet état de fait.

Vous aviez hérité d'un magnifique outil et en 4 petites décennies vous l'avez transformé en usine à crétins et en fabrique du consentement. Une simple antichambre préparatoire à l'emploi, jetable notamment.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • eric 28 avril 11:08

     "Sauf que sur la durée, c’est-à-dire en perspective le bilan est catastrophique. On a créé de bons petits soldats pour le marché en tachant en parallèle – heureusement que certains profs veillaient pour enrayer quelque peu la dégringolade – de leur vider le crâne c’est-à-dire en abaissant drastiquement le niveau culturel« .

    Après j’ai survolé.
    Vs devez être prof ou fonctionnaire ?
    Toutes les boites, à tous les niveaux, ont besoin de gens capables de penser par eux même avec une culture générale qui permet d’évoluer , de progresser, de s’adapter. Il n’y que les insiders des gauches qui s’imaginent que dans le privé, c’est comme chez, eux. De bons perroquets qui répètent sans comprendre : que »le marché est mauvais« , que »l’école n’a pas vocation à aider les gamins à postuler à des emplois", etc...

    Même le fait que seules les écoles qui n’ont pas suivit ces idioties progressistes on de bons résultats ne vous dessille apparemment pas.

    Cela fait depuis qu’elle existe, que notre école est en gros co-géréée par des minstricules qui passent, et des syndicats qui restent. Que les pouvoirs successifs n’osent rien réformer, tellement ils connaissent la capacité de ces incapables à faire grève et à leur pourrir la vie.

    Alors, oui, ceux qui ont les moyens financiers ou intellectuels fuient l’église scolaire socialiste nulle.
    Et c’est vrai même des profs progressistes eux même. Qui truandent la carte scolaire ou vont dans le privé en tant que de besoin pour leurs propres gosses.

    Ce n’est pas nouveau et ce ministre n’y changera sans doute pas grand chose.
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ecole-primaire-l-entourloupe-203830
    Les syndiqués s’indignent qu’on leur dise que le but c’est lire écrire compter. Ils savent déjà ! Certes, mais cela ne marche pas...

    A la française, cela changera par le haut au détriment des pauvres ; Effectivement on va avoir 80% des gosses de riches, c’est à dire droite, qui vont peupler les élites en éliminant les gosses de pauvres et de fonctionnaires et profs sincère qui maintiendront les leurs dans le public au nom de leur idéologie.

    L’école changera dans 2 ou 3 générations. Les gosses des progressistes sincère finiront Zadste ou intermittent du spectacle ( inspiré d’évènements réels...) en s’imaginant qu’on en est encore aux années 80 ou ont peut décrocher des prébendes publiques en foutant le bordel dans la rue et sans bosser.

    ON y est déjà, Macrton fil de chinovniks socialistes petit fils d’instit de gauche, a fait l’ENA, après une scolarité dans les écoles privée ou on n’est pas obligé de côtoyer le peuple. Son mépris pour ses cousins moins lotis transparaît jusque das ce manuel des instits. C’est bien normal ; Il sait de qui il parle.....


    • libert_pensée 28 avril 13:44

      @eric
      Tout à fait d’accord sur une grande partie de votre commentaire. Par contre, ce qu’essaie M. Blanquer est essentiel pour les enfants qui n’ont pas papa, maman pour colmater le manque de travail systématique. Je ne vois par contre pas l’intérêt de la charge contre E.Macron, qui a quand même choisi ce Ministre. Et qui est moins bourgeois que Mme Vallaud-Belkacem, ou même Hamon. Par contre, la question reste entière de savoir comment ces recommandations passeront dans les faits.


    • Venceslas Venceslas 28 avril 23:02

      @eric

      « Et c’est vrai même des profs progressistes eux même. Qui truandent la carte scolaire ou vont dans le privé en tant que de besoin pour leurs propres gosses. »

      Des gosses de professeurs dans des ZEP, j’en ai vu. Des gosses d’inspecteurs d’académie, de recteurs ou de ministres, qu’on me les montre !!!

    • flourens flourens 28 avril 11:10

      l’école publique et obligatoire c’est forgée sur une immense escroquerie, c’était soi disant pour l’éducation du peuple, que nenni, un peuple éduqué est ingouvernable, l’époque était plutôt à fournir des bons ouvriers aux patrons et des bons soldats aux généraux, qui en sont friand, pour la revanche de 1870
      pour la revanche d’abord, il fallait forger l’unité nationale, pourquoi un basque ou un corse irait mourir pour l’Alsace ? Sauf à faire du pays une entité sacrée, par la contrainte s’il le fallait, d’où l’école obligatoire avec Français imposé et interdiction de tout autre langue dialecte ou patois.
      une preuve ? plusieurs même, et d’une le maniement des armes en primaire, sans doute pour la paix, ensuite l’écriture du roman national, nos ancêtres gaulois et tout ça etc etc
      ensuite c’était la révolution industrielle, une anecdote révélatrice, en arrivant au service militaire la grande majorité des conscrits ignorait la gauche de leur droite, sauf peut être les charretiers, qui savaient hue et dia, et la marins, et encore pas tous, bâbord de tribord, et pour les faire marcher au pas il y avait un problème, gauche droite cela ne pouvait pas marcher, du moins dans un 1er temps, alors ils mettaient de la paille dans un sabot, et oui ils étaient en sabot à l’époque, et du foin dans l’autre, et la marche était paille foin, paille foin, avant de remplacer doucement par gauche droite et de leur donner leurs premières chaussures de leur vie
      mais au train ou allait la révolution industrielle, paille foin ne suffisait plus, il fallait des ouvriers instruits qui pouvaient au moins lire des instructions et comprendre le fonctionnement des machines, d’ou la aussi l’école obligatoire pour former les bataillons de travailleurs pour l’industrie
      résumons donc, l’école de la République, qui était éminemment bourgeoise à l’époque (cela n’a guère changé), à été crée pour faire de bons soldats et de bons ouvriers
      depuis, elle c’est tout doucement muée en usine à renouvellement, c’est à dire à garder la société telle qu’elle est sans espoir de changement, elle est devenue chienne de garde de l’oligarchie.


      • Fanny 28 avril 17:16

        @flourens

        Ce que vous écrivez n’est pas faux, loin de là. C’est même plutôt la réalité.

        Mais voilà, après avoir appris à distinguer le sabot gauche du droit, nos ancêtres ont lu Victor Hugo. Ils ont même accompagné son cercueil, par milliers.

        Comme autrefois, notre école forge les générations futures au service de l’économie et de la géopolitique. Mais celles-ci ne lisent plus Victor Hugo, pas davantage Alain Finkelkraut. On ne leur a pas appris. Il y a de quoi être inquiet quant aux projets oligarchiques pour le futur. Un esprit bien fait n’y verrait qu’une seule issue  : révolution !


      • mmbbb 28 avril 18:50

        @flourens les temps ont evolue Un fraiseur desormais doit savoir faire marcher une machine numerique et s adapter a la demande Un niveau d abstraction est desormais demande Il est quand meme termine le temps ou le gars fraisait la meme piece toute sa vie ou presque . L usine du futur sera cela , une forte adaptabilité et une haute technologie Ce n ’est pas l EN qui est capable de fournir a l industrie ces personnes Quant a l ecole publique, je suis issu du peuple et j ai frequente helas l ecole publique La sollicitude des profs de gauche envers les enfants de la plebe, etait plutot de la condescendance Il est vrai que j ai eu d excellents prots mais aussi des profs absent et certains mediocres . Le suivi scolaire l emulation ; nul Il n y a que l EN pour employer ce type de personnes. Voir le niveau de Rosemar dans ce media Je ne voterai plus jamais a gauche de ma vie Cette gauche est exécrable Il est toujours facile de tirer a boulet rouge sur les riches de s en prendre sempiternellement aux riches , d ’aboyer contre les riches mais cette gauche si prompte a cette morale n a jamais fait une introspection. Elle est campée sur ces certitudes Par ailleurs les fils, fille d de gauche sortent d Henri V. pas du 9 - 3 La meilleure est celle ci ; la fille de l ecrivain Debray Regis, celui ci apres avoir fait chier une géneration avec son modele social cubain domine par Castro , sa fille est trader . Elle mange dans la bonne soupe . la je me bidonne tres fort Un exemple typique de cette gauche BASTA


      • Fanny 28 avril 19:54

        @mmbbb
        Syouplait, tapez pas trop sur Debray, un de nos compatriotes à peu près potable. Certes, sa fille a mal tourné, mais souvent, les filles sont comme ça (j’en surveille 5, de la génération qui suit celle de ma progéniture). 


      • mmbbb 29 avril 10:58

        @Fanny bien sur je n ai jamais lu ses bouquins et je ne lirai pas Il est vrai qu il a une bonne culture Mon propos etait simplement de souliner que sa fille mange de la tres bonne soupe. La gauche est toujours tres forte pour donner des lecons, elle ne sait faire que cela . Je peux dresser un inventaire tres long a la Prévert .Je prefere une personnalité de droite , ca pue moins l hypocrisie 


      • Dzan 30 avril 10:45

        @flourens
        Je ne partage pas tout, mais...
        En 1er, furent construites des écoles de filles, car les garçons, on en avait besoin pour les fermes.


      • eric 28 avril 11:18

        Même diagnostic, même sanction que pour l’auteur, Ce que vous écrivez est simplement stupide. Les pays les plus démocratiques, les plus syndiqués, les plus égalitaires et les plus justes sont aussi ceux ou il y a les meilleures écoles au sens traditionnel du terme.

        Patrons, militaires se sont battu jusqu’au bout pour éviter que le gouvernement de gauche en 14, ne réalise le fantasme de l’instit de gauche français : prendre sa revanche sur l’instit prussien. IL n’est jusqu’à l’affaire Dreyfus, dont vous pourrez vérifier qu’elle fut une manip de gauche pour déstabiliser l’armée jugé trop tradi. Pas un hasard si Dreyfus était tellement conservateur. C’est ce qui l’ désigné comme cible.

        Le coup de la paille et du foin, c’est l’Afrique et la Russie ; Les français ont dépassé le seuil de la majorité de conscrits alphabétisé avant la révolution de 1789.

        L’école de la république était déjà gauchiste à l’époque. C’est pour cela qu’elle a du virer les curés, car le bon peuple ne lui faisait pas confiance, là ou il avait le choix....

        Aujourd’hui comme hier, l’école et ce qui tourne autour, ( animateurs, intermittents cultureux etc...est le vivier de toutes les gauches sans exclusive ; Des chiens de garde , Peut être...De l’oligarchie ? Cela me paraît très méprisant pour eux...


        • flourens flourens 28 avril 11:52

          @eric
          qu’est ce qui n’est pas de gauche pour vous, si on vous écoute même Gattaz est de gauche
          en tout cas bravo pour votre ré-écriture de l’affaire Dreyfus (et du reste), un complot de gauche, judéo Maçonnique aussi je suppose ?, au fait depuis combien de temps n’avez vous pas changé de lunettes ? il serait temps de le faire


        • Parrhesia Parrhesia 28 avril 12:19
          >>> Jusque là contrairement à Peillon ou Najat il ne fait rien pour empirer l’existant... <<<

          Mais... dans un contexte institutionnel maintenant en pleine décomposition confirmée... ne serait-ce pas déjà considérable ???

          • Fergus Fergus 28 avril 13:13

            Bonjour, Christophe

            Désolé, mais sur ce sujet vous êtes complètement à côté de la plaque ! En l’occurrence, c’est l’enseignante Rosemar qui a raison en saluant un « retour aux fondamentaux » alors même que ceux-ci avaient été dévoyés ou abandonnés au fil du temps au profit d’expériences pédagogiques aventureuses, pour ne pas dire désastreuses pour l’avenir scolaire des élèves.

            On peut ne pas aimer Macron, ne pas aimer Blanquer, et pourtant reconnaître que les initiatives prises par le ministre vont dans le bon sens, dans celui d’une maîtrise des savoirs de base.

            A trop vouloir s’opposer, on en vient parfois à déraisonner. Quant aux syndicats d’enseignants hostiles aux décisions de Blanquer, il est bon de leur rappeler la phrase de Coluche dans le film « Le maître d’école » : « Etre syndiqué, cela ne dispense pas d’être intelligent ! »


            • christophecroshouplon christophecroshouplon 28 avril 14:53

              @Fergus
              Sauf que cher Fergus Rosemar ce n est pas LES mais UNE prof
              Et que ceux-ci , renseignez vous, se dechainent comme je l ecris en tres grand nombre sur les reseaux pour denoncer la mascarade
              Je ne parle pas des syndicats mais des PROFS
              Libre a vous de gober la souple Blanquer evidemment


            • Fergus Fergus 28 avril 16:12

              @ christophecroshouplon

              DES profs, en effet, sont contre les recommandations de Blanquer. Mais bizarrement, il ne semble pas y en avoir parmi ceux que je connais ou qui enseignent aux gamins de mes voisins.


            • Fergus Fergus 28 avril 16:16

              Ah si, pardon, il y en a une que j’avais oubliée : hamoniste, elle est systématiquement et frontalement contre toutes les initiatives - de quelque nature soit-elles - qui viennent de Macron ou de l’un de ses ministres. smiley 


            • libert_pensée 28 avril 13:30

              Ce que vous dites est absolument faux  : « Il préconise guide à l’appui aux tous petits riens d’enseignants du primaire est … déjà fait, et ce depuis toujours. »
              Je connais de près ce qui est fait ou a été fait dans les écoles élémentaires : pas de dictée , ni d’apprentissage systématique et continu.
              Quant aux « tous petits riens d’enseignants du primaire » , cela signe un égo ridicule. Vous vous prenez pour qui ? A moins que cela ne manifeste un certain sentiment d’infériorité.


              • Fergus Fergus 28 avril 14:07

                Bonjour, libert_pensée

                Vous avez raison, l’auteur se trompe complètement lorsqu’il use d’une affirmation aussi manifestement erronée. Les fondamentaux ont bel et bien été assez largement délaissés au fil du temps au profit d’innovations pédagogiques qui ont démontré leur nocivité en termes d’apprentissage par les élèves des connaissances de base.


              • christophecroshouplon christophecroshouplon 28 avril 14:50

                @libert_pensée
                Encore un qui lit en diagonale !


              • Sozenz 28 avril 13:40

                excellent article comme toujours !


                • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 28 avril 14:21

                  @ l’auteur,

                  Je suis assez d’accord avec vous. Je crains que ces mesures ne soient finalement qu’un effet d’annonce. Un de plus.
                  Ensuite, je note qu’il n’est pas indiqué : suppression de l’anglais à l’école primaire, et ce pour privilégier la maîtrise du français.

                  Il y a évidement une solution alternative à cela, c’est l’éveil aux langues dès le CE1 ou CE2 avec l’espéranto.

                  Tiens, ce serait intéressant de savoir ce que vous avez à dire là-dessus.

                  Cordialement.

                  Thierry Saladin


                  • libert_pensée 28 avril 14:54

                    Au fait Christophe, quelle réponse à mon commentaire centré sur ce que je considère comme une diffamation à l’égard d ’Elisabeth Badinter, dans votre avant dernier et récent « texte » :

                    Encore une affirmation totalement fausse : "Championne de la défense des femmes, Elizabeth Badinter, une grande intellectuelle républicaine sans intérêts particuliers, pourfend dans toutes ses tribunes les femmes musulmanes, tout du moins nombre d’entre elles, à la limite de l’insulte, leur parle comme un colon"
                    J’attends toujours une preuve valide. Sinon, honte à vous.


                    • christophecroshouplon christophecroshouplon 28 avril 17:34

                      @libert_pensée
                      Je ne suis pas votre prestataire de service, buvez votre honte dans la tambouille de ces nantis, O Esprit pseudo Libre, que vous semblez tant affectionner


                    • Fanny 28 avril 16:39

                      Sujet crucial, le plus important qui soit.

                      Le drame, c’est qu’avec la meilleure volonté du monde, on n’y comprend rien.

                      Le niveau baisse, tout le monde gueule, et on n’y comprend rien.

                      Cet article n’aide pas vraiment à y voir clair. Car on ne peut concevoir que tous ces ministres soient, au choix, des crétins biturés ou des cyniques absolus.

                      Mon ressenti : j’aime bien les enseignants, j’en eus de formidables dans les années 60. Je déteste leurs syndicats, l’horreur absolue, incapables de prendre conscience du naufrage et de proposer des solutions efficaces pour remettre le bateau à flots. Je déteste l’administration de l’EN composée à mon sens d’idéologues débiles. Je soupçonne une corporation enseignante post 68 (j’en fus) ayant dérivé vers quelque chose qui ne fait pas du bien aux enfants, mais plutôt du mal. Vers quelque chose qui paradoxalement rend service au système économique qui nous domine (d’accord avec l’article). Comme cette alliance contre nature entre les antifas et le CAC 40.

                      J’en viens à me demandes si les méthodes d’enseignement des Jésuites,  qui ont fabriqué un Carlos Ghosn au Liban, ne serait pas le remède.

                      Je sais bien qu’en vieillissant on devient con (je ne suis plus tout jeune), mais alors proposez quelque chose qui remette le bateau à flots. Éructer à propos de Blanquer ne sert à rien.


                      • Ciriaco Ciriaco 28 avril 22:14

                        @Fanny

                        Poser la question d’un projet social (il n’y a pas d’éducation nationale sans cela et il faut comprendre celui du gouvernement Macron si on veut savoir de quoi il s’agit) quand les urnes ont parlé et que l’abstention a gagné est un peu compliqué. En attendant les prochaines élections... si le sommeil ne gagne pas déjà.

                      • Venceslas Venceslas 28 avril 23:07

                        @Fanny

                        « Car on ne peut concevoir que tous ces ministres soient, au choix, des crétins biturés ou des cyniques absolus. »

                        Si les ministres n’étaient pas des cyniques absolus, ils ne seraient pas ministres. 

                      • Fanny 29 avril 11:39

                        @Ciriaco

                        Macron n’a pas à proprement parler de projet de société original. C’est un techno. qui cherche à réduire le chômage, à réduire la dette et à inscrire le pays dans le sillage des USA (son pas de deux avec Trump, où Trump a juste manqué le « porter » final de la ballerine), via Bruxelles, en « modernisant » à marche forcée. C’est déjà pas mal, mais ça ne fait pas un projet de société.

                        Ses méthodes de joueur de bonneteau, consistant à mélanger les cartes des impôts et taxes pour qu’au final tout le monde ait perdu (sauf les très riches et le CAC 40), commencent à agacer. Son profil de wunderkind robotisé, sa volonté de fer, son courage (sa rigidité) et son cœur de pierre dissimulent mal un manque de virilité, de profondeur et de réelle personnalité. Il ne sait trop quoi faire du multiculturel et du multiconfessionnel. Il ne porte pas le pays en profondeur, il navigue en surface.

                        L’école correspondant à ce (non) projet social a pour mission de former une super élite à son image (elle existe déjà), à former des startuppeurs (il en manque encore un peu), et que ça se débrouille pour le reste, pour la masse, entre les Blanquer et les syndicats d’enseignants. Macron, c’est juste un super techno qui tchatche bien l’anglais. Son destin sera celui d’un petit tyran ou d’un kleenex, selon l’humeur des Français et la conjoncture internationale.  


                      • Fanny 29 avril 11:54

                        @Venceslas
                        Donneriez vous raison à Michel Onfray : « Décadence » ?


                      • Ciriaco Ciriaco 29 avril 16:42

                        @Fanny
                        Je suis assez d’accord avec cette position (si ce n’est pour les traits liés à son caractère, qui m’intéressent autant que ma dernière chaussette - quoiqu’il faut que j’y fasse plus attention, j’ai toujours tendance à en perdre une).


                        Mais il y a cependant un projet (c’est en effet un représentant de l’ordo-libéralisme) : celui de toute une classe sociale qui attend la considération - le pouvoir, institutionnel et moral - qui est due à sa réussite sociale, comme on dit en novlangue. Admiré, je me suis laissé dire qu’on le nommait le « New Boy » dans les cocktails internationaux. Dangereux parce que cultivé. Et stratégiquement intelligent (casser le code du travail et endormir les syndicats dans le même temps n’aurait pas été donné à Sarkozy).

                        Mais peut-être que le monsieur prendra la mesure de son ignorance de classe concernant la gouvernance si le FN passe aux prochaines élections. En tout cas nous à la FI on l’attend au tournant. D’ailleurs le 5 mai, on vient lui faire le cadeau de notre présence à Paris. En bon lecteur de Machiavel, paraît-il, il ne pourra qu’apprécier smiley

                      • Eschyle 49 Eschyle 49 28 avril 17:34


                        Petit rappel : deux millions de français ont accompagné le poète, de son domicile (Monsieur Victor Hugo, en son avenue, Paris) au Panthéon. Dorénavant, voici le programme : blouse (grise les semaines paires, bleu nuit les semaines impaires), la plume Sergent-Major (l’intelligence de la main), l’encrier de faïence, l’encre violette en bouteille d’un litre, la leçon de morale en début de classe, les tables de multiplication jusqu’à l’automatisme, le calcul mental idem, les fables de La Fontaine par coeur (les kazakhs, c’est-à-dire les habitants du Kazakhstan, les récitent en français), ensuite les Humanités : je me souviens d’avoir vu les doyens du barreau plaider pendant trois heures une affaire de troubles de voisinage par chiures d’abeille, en grec et en latin : les magistrats les comprenaient parfaitement, et leur arrêt était un pur diamant d’orthodoxie juridique ...


                        • zygzornifle zygzornifle 28 avril 17:44

                          Avec sa tète en forme de suppositoire il pensait rentrer dans le fion des enseignants sans faire de vagues .....


                          •  C BARRATIER C BARRATIER 28 avril 20:54

                            Les profs râlent mais ne se mettent pas en cause évidemment. Il est vfazi qu’ils n’ont pas attendu Blanquer pour s’émanciper des conneries qu’il y avait dans les reformes....sauf une : la chute du nombre de jours de lasse passé de 5 à 4....On travaillait le samedi autrefois

                            Ecole,projets reforme Blanquer examen critique

                            http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=296

                            • Blé 29 avril 06:11

                              Pour ceux et celles qui ont encore quelques doutes sur les objectifs de l’Éducation Nationale ont un moyen fort simple pour comparer le niveau scolaire exigé dans les années 50-60-70 et le niveau scolaire à partir des années 80.

                              Prenez les livres de calcul, de lecture, de grammaire, de sciences, etc... de ces années là et vous remarquerez la différence de niveau.

                              Dans ces années là,à la récréation en maternelle et en primaire, on entendait les enfants chanter dans les rondes, en sautant à la corde, en jouant à la marelle que nous dessinions nous mêmes, aujourd’hui qu’entendons-nous dans les cours de récréation, des cris mais plus de chansons.

                              A la télévision, les enfants avaient la possibilité de regarder « Le Théâtre de la jeunesse » le dimanche après midi. Avez-vous regardez les programmes destinés à la jeunesse aujourd’hui ? On peut se moquer des émissions tel que « Bonne nuit les petits » ou « L’île aux enfants », elles avaient un certain respect pour l’intelligence enfantine des milieux populaires ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

                              Ce que Blanquer évite de dire, c’est le nombre d’enfants qui arrivent à l’école le matin sans avoir eu un petit déjeuner, qui vivent dans un milieu où apprendre est particulièrement difficile parce que le logement est trop petit, trop bruyant, parfois insalubre, etc... alors qu’est-ce que cela veut dire pour ces enfants -revenir aux fondamentaux- si ils ont le ventre vide, l’inquiétude des lendemains parce que l’argent manque pour répondre à leurs besoins « fondamentaux ».

                              Il est évident que les enfants des classes aisées ne rencontrent pas les mêmes difficultés. Depuis le berceau, ils reçoivent l’éducation appropriée afin de se sentir à l’aise dans les apprentissages et acquérir les savoirs qui leur permettront de prendre la relève de leurs parents. Ils reçoivent tous les outils « intellectuels » à cette fin.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès