• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Écologie : 7 Milliards de smicards ?

Écologie : 7 Milliards de smicards ?

Ce titre, emprunté à M. Jancovici, pose la question : est-il possible de doter l’ensemble de l’humanité de ce que possède d’ores et déjà la frange la plus modeste d’un pays dit développé tout en faisant une transition énergétique ?

 La France de Louis XIV (1638-1715) compte 21 millions d'habitants dont 85% de ruraux auxquels s’ajoute une population ouvrière restreinte (5 à 7 %). La cour de France dans l'entourage direct du Roi compte environ dix mille personnes pour un budget évalué entre 5 et 10 % du budget total. Les paysans labourent à la bêche quelques hectares, ont une ou deux vaches, quelques moutons, un peu de grain... Les journaliers, la majorité de la population rurale, habitent une chaumière comportant une seule pièce chauffée par une cheminée. Environ 95% des Français assistent à la messe dominicale et font leurs pâques, c'est-à-dire se confessent et communient au moins une fois par an. A la campagne, les ménages sont plus solides qu'en ville et l'adultère est infiniment moins répandu que dans la haute société.

 La France de Louis XIV nourrit peu ou prou les siens. Mais cet équilibre se rompt vite avec les épidémies, les guerres, les épisodes climatiques extrêmes. Deux ou trois cent mille créatures périssent tous les ans de misère, surtout lors de l’enfance. L'espérance de vie ne dépasse pas 25 ans.

 S’ajoutent encore le clergé pour prier (et influer sur les décisions) et la bourgeoisie qui détient les clés de la richesse mais pas le pouvoir confisqué par le Roi et ceux qui l’entourent. La société se caractérise par le poids des hiérarchies, les inégalités et les « cascades de mépris » qui vont du supérieur à l'inférieur.

 Les grands seigneurs, dans leurs châteaux, vivent de bien différente façon comparés aux paysans : ils passent leur temps en réceptions mais participent aux différentes guerres décidées par le Roi. Travailler à des métiers manuels les ferait déroger, c’est à dire perdre toute dignité sociale. Ils aiment la bonne cuisine jusqu’à pratiquer la Grande Bouffe avec ragoûts, potages, entremets, poulardes, dindons... Le règne du Roi-Soleil sur la France est possible grâce à une main d’œuvre qui ne bénéficient malheureusement pas de machines dévoreuses d’énergie fossile : « sur dix français, un mendie, trois sont misérables, cinq vivent à peine » mais la grandeur fait seule l’histoire. La société de Louis IV est éminemment écologique : l’alimentation, les transport, le chauffage sont entièrement liés à la photosynthèse dont le rendement peut être posé égal à 1% (il est au maximum de 3% dans des conditions optimisées).

 La forêt française occupe aujourd’hui plus de 28% du territoire alors que ce taux était tombé en dessous de 12% à la veille de la Révolution, soit une différence de 5000 km2. La source d’énergie à l’époque, qui se développe après Louis XIV, est donc massivement obtenue au détriment des forêts.

  Les « machines » ne font que consommer et transformer des énergies fossiles ou nucléaires. Les cellules solaires (ou photovoltaïques) permettent de capter une partie de l’énergie solaire pour la transformer en électricité. Si on y ajoute l’électrolyse de l’eau pour obtenir de l’hydrogène stockable, le rendement global est au mieux de 20%, vingt fois plus environ que pour la photosynthèse naturelle utilisée très majoritairement au grand siècle. La surface disponible pour poser des cellules solaires peut être considérée comme égale à 5 000 km2, surface correspondant à la reforestation entre la Révolution et notre époque, ce qui offre 1012 kWh par an d’une énergie solaire transformée et stockée. La consommation (totale) d’énergie d’un Français contemporain est égale à cette valeur. Il est donc possible de subvenir à l’ensemble des besoins énergétiques Français (mais le résultat est identique partout) par la seule grâce de cellules solaires couplées à une électrolyse si l’on consent de dédier une surface de 70 km sur 70 km du territoire pour ce faire (il faudrait cinq à six fois plus de superficie avec des éoliennes). 

 On dispose ainsi d’un pays (virtuel) possédant une population nombreuse et bien formée, auto-suffisante pour son alimentation énergétique et calorique et ayant à sa disposition une source d’énergie renouvelable peu ou pas polluante. Il n’y a donc pas de problème d’alimentation énergétique, il faut cependant relever un défi afin de transformer une société du carbone vers une civilisation du solaire. Il faut quitter le monde des grandeurs physiques pour celui des échanges quantifiés par une monnaie qui ne montre pas forcément de relation évidente avec la raison. Il est temps également de se préoccuper de la production et de la consommation d’énergie en fonction des disparités souvent considérables des conditions locales. L’ensoleillement en Afrique est plus de deux fois supérieur à ce qu’il est en Europe alors que la densité de population est quatre fois moindre. La conversion photovoltaïque, qui nécessite l’une et l’autre de ces caractéristiques, est donc bien mieux adaptée pour les pays africains que pour l’Union Européenne. Par contre, pour les mêmes raisons, la production nucléaire devrait être privilégiée pour les pays qui la maitrisent, essentiellement les nations occidentales.

 Au siècle du Roi-Soleil, la noblesse se distinguait de la plèbe par la naissance mais aussi par le fait qu’elle considérait comme « impur » le travail manuel dans les champs comme dans l’industrie. La société du XXIe siècle elle aussi réserve le travail manuel aux laissés-pour-compte méprisant l’intelligence de la main pourtant à la source de tant de découvertes scientifiques et technologiques génératrices de tous les biens matériels et sociétaux. La France se dédie au secteur tertiaire, près de 80% de la population y travaille : commerce, transports, activités financières, services rendus, immobilier, enseignement, santé humaine, actions sociales… Aucune des activités du secteur tertiaire n’est vitale bien que beaucoup soient nécessaires. L’alimentation, la production d’énergie, la production de biens matériels sont hors de son champ d’action et sont abandonnés aux manuels, aux scientifiques, aux industriels… qui partent en Asie. Pour se procurer les productions asiatiques, pourtant indispensables, les pays occidentaux n’ont plus grand-chose à vendre si ce n’est une hypothétique inventivité et de rutilantes innovations. Cette approche perpétue les mécanismes ancestraux de domination des élites ‘qui pensent’ sur les autres ‘qui travaillent’.

 La France peut aisément s’accommoder de 68 millions de smicards du point de vue théorique, le monde peut s’accommoder de 7 milliards de smicards, le point d’achoppement n’est pas la production et la disponibilité de biens matériels (les machines et l’énergie qu’on leur fournit correspondent à plusieurs centaines d’esclaves par individu) mais plutôt l’acceptation d’une égalité, réelle et non proclamatoire, de situation et de rang entre tous. Mais peut-on faire régner l’ordre dans une société sans la cascade des mépris, sans les meilleurs et les moins bons, sans l’élite et les gens qui ne sont rien ? Sont-ce ces mécanismes qui permettent l’efficacité des systèmes, qui préservent de l’oisiveté, qui éloignent l’anéantissement créatif ? Devenir riche implique qu’il y est des pauvres, sinon à quoi bon ? Réussir implique que beaucoup ne réussissent pas sinon à quoi bon ? Le futur n’est que le présent qui se dessine : la cupidité, la sottise, l’intolérance, les inégalités, la bonne conscience des nantis augmentent chaque jour, c’est ce qui nous attend. Le mépris ne remplace pas l’intelligence mais il peut la mettre sous le boisseau : qui croit encore dans les forces de l’esprit  ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Chourave Bécassine 12 octobre 08:48

    Bien vu.


    Le mécanisme qui stimule l’activité du « plus grand nombre » n’est ni rationnel ni généreux. Il consiste à se fixer pour objectif l’accession au statut de couple alpha et à le transmettre si possible à sa progéniture. Sans ce moteur, en effet la vie en société ne serait qu’une morne plaine désepérante.

    La conquête de privilèges et les manigances pour les conserver ont toujours été les ressorts qui procurent las satisfactions et utilisent pour atteindre leurs buts les pires passions négatives : peur, colère, joie, tristesse. Les manipulateurs ont toujours été ceux qui ont trouvé consciemment ou par hasard les leviers pour activer ces ressorts.

    • gaijin gaijin 12 octobre 09:31

      @Bécassine

      . Il consiste à se fixer pour objectif l’accession au statut de couple alpha et à le transmettre si possible à sa progéniture. « 
      tout a fait il est évident qu’en tant qu’espèce nous sommes non pas des homo mais bien des simiens .....

       » Sans ce moteur, en effet la vie en société ne serait qu’une morne plaine désepérante« 
      a moins que on pourrait faire autre chose ?
      c’est la question de jonathan ( le goéland ) : » il doit bien y avoir autre chose dans la vie que se battre pour quelques malheureuses têtes de poisson "

    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 octobre 10:24

      @Bécassine
      Merci pour l’appréciation. En effet, si la Science est (relativement) neutre moralement, elle n’est pas systématiquement biaisées par les passions « négatives » comme c’est le cas presque partout ailleurs.


    • Arogavox 12 octobre 20:42

      @Jacques-Robert SIMON


      Cette remarque (dans votre réponse) est corroborée par cette citation (que je trouve ’relativement pertinente’) de Claude Bernard :
      « L’art c’est moi ; la science c’est nous »
       
         
      ...

    • zygzornifle zygzornifle 12 octobre 09:34

      Vous rigolez ?

      Je ne donne pas longtemps au SMIC avant qu’on lui fasse la peau , avant la future présidentielle de 2022 Macron va lui mettre une rouste d’antilogie .... 

      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 octobre 10:25

        @zygzornifle
        Vous avez en partie raison, notre société régresse vers celle de Louis XIV avec des dessous affriolants en plus.


      • foufouille foufouille 12 octobre 10:29

        @zygzornifle

        c’est le cas pour les chauffeurs uber et les sous traitant de société de livraison qui vont jusqu’à louer un camion.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 octobre 14:41

        @foufouille
        C’est faire confiance à l’optimisation de l’exploitation de l’Homme par l’Homme pour assurer le progrès.


      • Le421 Le421 12 octobre 20:37

        @zygzornifle
        D’antologie, non ??


      • zygzornifle zygzornifle 12 octobre 09:40

        Il faut maintenir le mougeon sur le fil du rasoir et le racler a la limite de la révolution , la future classe moyenne c’est le SMIC, en dessous il y aura les pauvres et très pauvres travailleurs et chômeurs et au dessus les très riches ....

        De toute façon avec la robotique et son IA il va y avoir un gros dégraissage de l’emploi , meme les avocats , notaires , médecins , chirurgiens vont y laisser des plumes , les métiers comme routier , livreurs , postiers , mécanos etc vont disparates .

        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 octobre 10:27

          @zygzornifle
          Tout ce que vous écrivez me semble correct mais se battre, même modestement, est plus qu’une nécessité, cela peut donner un sens à ce qui n’en a pas.


        • Le421 Le421 12 octobre 20:39

          @zygzornifle

          Livreurs ??
          Certainement pas.
          Vous voyez Amazon livrer dans les campagnes avec des drones ?

          Par contre, des livreurs payés à l’heure, moins que le SMIC...
          Possible.

        • banban 13 octobre 03:42

          @zygzornifle
          le japon, pays de la robotique(plus du robot industrielle que partout ailleurs) et de l’IA, est le pays avec le plus bas taux de chômage. le progrès n’est qu’une excuse au chômage de masse.


        • cassini cassini 12 octobre 12:08
          L’auteur a écrit : 

          Devenir riche implique qu’il y ait des pauvres, sinon à quoi bon ? 

          On n’est pas tous idiots. Il y en a encore, et il y en aura de plus en plus, pour juger leur niveau de vie dans l’absolu. 

          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 octobre 14:41

            @cassini
            Je l’espère (et je le pratique) comme vous.


          • nono le simplet nono le simplet 12 octobre 13:18
            quelle drôle d’idée de comparer la France de Louis le guerrier avec celle d’aujourd’hui ...
            si le grand Jules ( César ) avait été transporté dans la France de Louis, voire même celle de Napoléon, peu de choses, à part les canons, auraient pu le surprendre. presque 2000 ans plus tard ...
            par contre, Louis ou Napoléon ne manqueraient pas d’être anéantis de surprise en venant dans nôtre quotidien ... 200 ou 300 ans plus tard ...
            par contre, les inégalités, aussi bizarre que cela puisse paraître, diminuent ... mais la vie des 6 ou 7 milliards d’humains ne pourra pas être celle des riches, plus ou moins oisifs, allant de palace en yacht et mangeant et buvant des denrées rares et chères ...

            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 octobre 14:44

              @nono le simplet
              Je n’ai comparé que deux choses : la consommation d’énergie et la population totale. À cet égard, la comparaison est pertinente.


            • pemile pemile 12 octobre 14:54
              "subvenir à l’ensemble des besoins énergétiques Français (mais le résultat est identique partout) par la seule grâce de cellules solaires couplées à une électrolyse si l’on consent de dédier une surface de 70 km sur 70 km du territoire pour ce faire (il faudrait cinq à six fois plus de superficie avec des éoliennes)."

              Mais il est possible de cultiver un terrain occupé par des éoliennes alors que les panneaux photovoltaiques couvrent le sol

              • popov 12 octobre 16:12

                @pemile

                 
                On peut cultiver certains champignons comme les shiitake sous les panneaux solaires.

              • pemile pemile 12 octobre 16:48
                @popov « On peut cultiver certains champignons comme les shiitake sous les panneaux solaires. »

                Sur 5000km2, on va faire concurrence aux chinois qui vont prendre des mesures de rétorsions sur la vente de panneaux PV ! smiley

              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 octobre 18:34

                @pemile
                C’est exact.


              • Croa Croa 12 octobre 18:11
                Mais à quoi ça sert d’être riche ? On peut croire qu’une Rolex signe une réussite mais réussite de quoi ? Une montre à 15€ donne la même heure !
                Être pauvre n’est pas une tare, c’est juste normal. Ce qui n’est pas normal c’est qu’il y ait des misérables (des très pauvres n’ayant même plus le nécessaire de vie normale.) 
                .
                « Devenir riche implique qu’il y ait des pauvres », certes... Mais devenir riche ne sert à rien. Le riche est forcément un parasite. Et s’il y a des très pauvres (des misérables) c’est parce qu’il y a des riches.

                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 octobre 18:37

                  @Croa
                  C’est exact : avoir des pauvres est le prix à payer pour avoir des très riches. Etre très riche permet, entre autre, d’être libre ou du moins plus libre que les pauvres.


                • Arogavox 12 octobre 21:04

                  @Jacques-Robert SIMON
                   sauf que le paraître du riche (ou son ’standing’) lui enlève la liberté de redevenir crédible et honnête devant la majorité absolue des ’pauvres’ lorsqu’il prétend respecter l’idéal démocratique, inséparable d’une exigence d’égalité-en-dignité.


                • Croa Croa 12 octobre 18:21

                  La résolution des problèmes écologiques passent par le partage, c’est évident. Ce partage ne doit pas être seulement celui des biens et des revenus mais de toutes les richesses. Le travail étant la première des richesses, ça commence par là. Effectivement le jour où il suffira vraiment de traverser la rue pour avoir un travail nous pourrons nous passer d’automobiles. smiley smiley smiley


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 octobre 18:50

                    @Croa
                    Je suis d’accord, la solution c’est le partage. Mais, pour être cohérent, il faut s’interroger sur le libéralisme qui me semble incompatible avec cette proposition.


                  • mekihuhul 12 octobre 19:52
                    Franchement ? Oui.

                    Mais avec mes connaissance actuelle, ca ferais vraiment un monde au dessus du monde, un « Élisée », ultra mécanisé, produisant bouffe soin et services de base mécanisé a des prix marginaux, symboliques, négatifs.

                    2-3 pourcent de techniciens, une caste international, un état-impérial, une république, une armée de conscrit. Un monopole distribué partout dans le monde. Tout est possible pour nommer, organiser et contrôler les technicien de l’infrastructure vivrière.

                    Regardez l’agriculture. Moins de 10K agriculteurs sur notre pourcent de terre agricole de notre pays minuscule, nourrissent plus de 150M. Tapez vous une bonne étude orienté selon vos gouts, de l’évolution du transport maritime.

                    Ce que je ne sais pas faire, c’est comment faire en sorte que le monde en dessous de ce monde ne sois pas une république de havre oisive, ni une rave parti d’un millénaire. C’est comment faire pour expédier les smicar dans l’espace de leur bon grés, le coeur de la question.

                    Notes, La domination mondiale n’est pas un objectif officiel du colectif Reprap.
                    Des risques de singularités indésirable peuvent se produire, sur le chemin.

                    Soyez prudent avec les jouets modernes :)

                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 octobre 20:16

                      @mekihuhul
                      Votre texte cerne un des problèmes les plus importants:quel est le sacré qui va recouvrir le changement de société. Les moyens modernes permettent un contrôle conforme aux normes à l’échelle individuelle, il faut cependant que les citoyens fixent eux-mêmes et directement le contenu des normes.


                    • Arogavox 12 octobre 21:11

                      @Jacques-Robert SIMON

                       
                       « ...  il faut cependant que les citoyens fixent eux-mêmes et directement le contenu des normes. »

                       C’est bien pour cela que je ne cesse de déplorer la niaiserie de celles et ceux qui ne cessent de déplorer un « tous pourris » chez LEURS zélés zélus ... mais restent fermés comme de huîtres à la suggestion de faire travailler leurs neurones (voire plus) pour co-inventer des ’cahiers de doléances’ dignes de ce millénaire (qui ne sauraient être les miens !!! smiley) ) ....

                    • Le421 Le421 12 octobre 20:43
                      Les vols de carburant sont en progression constante...
                      Un monde à la Mad Max se préparerait-il ??





                      • Sergio Sergio 12 octobre 20:45

                        Nan, 7 milliards de tricards


                        • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 12 octobre 21:51

                          Le plus dur sera de garder la tête juste au dessus du SMIC, car tout semble fait pour qu’on y tombe tous !


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 13 octobre 08:19

                            @yapadekkoaqba
                            Le plus dur sera de faire comprendre qu’avoir le SMIC permet d’avoir accès à beaucoup d’autres choses sans lien avec l’argent.


                          • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 octobre 22:53

                            "...est-il possible de doter l’ensemble de l’humanité de ce que possède d’ores et déjà la frange la plus modeste d’un pays dit développé ?"

                             

                            Bien sur que non. Le développement de l’Afrique est un gag. Depuis le début des indépendances, elle n’a jamais eu les moyens de ses investissements démographiques*, c’est-à-dire les moyens du développement des infrastructures, pour les adapter à la croissance des populations*.

                             

                            Alfred Sauvy l’a constaté dans le courant des années 60, tout le monde devrait le savoir parmi nos dirigeants, peut-être le savent-ils tous, mais ils font comme si…, en espérant que la grenade dégoupillée pètera à la gueule d’une équipe « ultérieure ».

                             

                             

                            * Et elle les a forcément de moins en moins, le pays qui avait « cinq millions d’habitants de retard » en 1965, en a vingt ou trente millions aujourd’hui, et c’était inéluctable. Ce n’est de la faute à personne, si ce n’est peut-être à la médecine européenne qui a favorisé cette natalité frénétique. A titre de comparaison, comme le souligne Stephen Smith, si la France avait connu le même rythme elle aurait 700 millions d’habitants en 2050. C’est une véritable histoire de fous, dont chacun peut prendre connaissance, aujourd’hui.


                            • zzz'z zzz’z 12 octobre 23:47

                              @Cateaufoncel3
                              « Depuis le début des indépendances, elle n’a jamais eu les moyens de ses investissements démographique »


                              Ni même ceux pour se faire exploiter. C’est pour cela que le lobby colonial a décolonisé. Toutes les fadaises sur les droits de l’homme, mon cul sur la commode sont des histoires pour faire éjaculer les antifa.

                            • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 13 octobre 01:38
                              @zzz’z


                              « Toutes les fadaises sur les droits de l’homme.. »

                              Ca fait bien dans les discours destinés à ceux qui écoutent les discours, ce qui n’est plus mon cas, depuis des lustres.

                            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 13 octobre 08:24

                              @Cateaufoncel3
                              La natalité des pays subsahélienne décroît mais c’est il est vrai la plus grande du monde actuellement. Le mieux-vivre permet de la juguler mais il faut le faire intelligemment. Les cellules solaires sont adaptées aux conditions climatiques et géographiques pour ce faire.


                            • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 13 octobre 19:42
                              @Cateaufoncel3

                              A mon avis, c’est beaucoup trop tard, mais face à une telle situation, que vaut mon avis ? Ne pouvant qu’observer, je continue à observer...

                            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 13 octobre 19:53

                              @Cateaufoncel3
                              Je suis conscient comme vous de ma petitesse mais l’important c’est de penser, pas de convaincre les autres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès