• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > EDF, VEOLIA, PSA, AXA, APHP, RATP, BNP ! .. Burn out !

EDF, VEOLIA, PSA, AXA, APHP, RATP, BNP ! .. Burn out !

Vous y pensez à vos employés ? Vous devriez bien leur offrir un bol d’air frais de temps à autres, les plonger dans un bain de nature, leur faire goûter les charmes de quelques nuits silencieuses, dans les collines, le nez aux étoiles ! Les délivrer, de temps à autres, de la pollution, du vacarme, des constipations chroniques de la circulation, des impressions tyranniques de mal-être, du sentiment croissant d’insécurité .. Les sortir de temps à autre du chaos !

J’aurais pu intituler mon texte “Burn out : une responsabilité d’entreprise”. J’aurais pu interpeller maintes autres entreprises, RIVP, SNCF, AREVA, TOTAL, FRANCE TELECOM .. des centaines, des milliers d’autres en fait.

 

Patrons des grandes boites des mégapoles, vous très-intelligents ! Vous savez bien quel est l’enfer de vos employés ! Passez-donc directement au dernier paragraphe, N°3 : celui qui dessine la solution, qui explique le plan offgrid ! .. Le bol d’air !

C’est pour le lecteur lambda que je donne ci-dessous quelques détails supplémentaires.

1,5 million de personnes travaillent dans l'administration, la santé humaine, l'action sociale ou l'éducation, autant et plus dans les grandes entreprises de la région parisienne, ce milieu urbain monstrueusement serré.

1/3 des habitants voudrait vivre ailleurs dit Le Monde. “La réalité .. c’est que Paris se vide à grande vitesse de ses classes moyennes” dit Marie Delarue ce matin

Les Japonais parlent de « karoshi ». Le mot sonne joliment aux oreilles, mais sa traduction est brutale : « mort par le travail ».

On voit que le problème est planétaire. Mais c’est évidemment et surtout dans les grandes villes (Tokyo 43 millions d’habitants) comme Paris ou Lyon, en France, qu’il se manifeste de la façon la plus destructrice. Ils ne sont vraiment pas à la fête, allez ! .. ces travailleurs en milieu urbain congestionné. Sans parler des grèves ou des incendies en gare, comme aujourd’hui.

 

 

1) Causes et constats

L’organisme plenitudesophro.fr recense 6 sources principales, six causes du burn out

  • Le manque chronique de reconnaissance du travail effectué
  • Le surmenage au travail
  • L’absence d’équité et de justice interactionnelle et procédurale
  • Le manque de progression professionnelle et la stagnation salariale
  • Les demandes et ordres en désaccord avec les conviction du salarié
  • Sur-contôle – ou absence totale de contrôle – dans le travail

Le reseauburnout.org – mais d’autres sources abondent sur Internet – donne de bonnes définitions des signes du burn out et, à travers le test qu’il propose, répertorie 20 causes ! 20 seulement.

C’est en fait des dizaines et des dizaines de causes qui amènent à l’épuisement et à la “mort par le travail” : de la perception subjective sans raison apparente à la souffrance objective au travail, ou dans la “vicinité” du travail, surtout.

Sans être exhaustif, et pour ne traiter des causes que réelles, bien réelles, on peut évoquer :

Au travail : la promiscuité, le bruit, la pression exercée par la hierarchie, l’excès de travail, l’agressivité des collègues, l’inadaptation des locaux, les surcharges, les responsabilités trop lourdes ..

D’aucuns diront “c’est comme ça, on y peut rien”. D’autres diront : avec des efforts collectifs et individuels, on peut considérablement améliorer tout cela.

Certes, mais, c’est surtout dans la “vicinité” du travail que personne n’y peut rien. La source du burn out n’est pas que dans le travail.

Pollution, insécurité, saleté, embouteillages, inconfort des transports, temps de transport, promiscuité ..

Et la mauvaise bouffe ? Et la submersion sous l’amoncellement des problèmes au quotidien. Et le mode de vie, de plus en plus contingent ? Et l'effondrement de la psyché ? Et l'effroyable opération de mise hors-sol du bipède ? Et la zombification opérée par les tic-tic, le spectron, les fausses motivations, les menaces de DOS, l'insécurité cyber ou physique, la pollution, le bruit, les ferrailles automobiles dont le nombre ne cesse de croître ! On en oublie ..

La pollution. On lui doit en France près de 50 000 décès par an, sans compter les manifestations moins extrêmes. C’est dans les grandes villes qu’elle est la plus mortelle évidemment, Paris Lyon en première ligne.

Les temps de transports s’allongent sans cesse. “Les résultats de cette enquête montrent que presque 20 % des Français avaient besoin d'entre 30 et 44 minutes pour parcourir cette distance” (domicile travail).

Ces résultats, publiés en 2015, valent pour la France dans sa globalité. Imaginez Paris et la région parisienne ! Imaginez Lyon ? Avez-vous traversé Lyon ces temps-ci ? 

 

Et tout cela ne fait qu’augmenter, qu’empirer.

Steve Cutts a parfaitement illustré les situations vécues. Sur Youtube : happiness, le bonheur .. Vous prendrez plaisir, garanti, vous verrez !

 

 

2) Des réponses personnelles

Elles se répartissent sur un large éventail. Vous en avez des amis qui, comme le mien, vous disent :

“Je ne me sens bien qu’a respirer le cul des voitures – diesel si possible – à me battre pour frayer mon chemin, dans les rues, en voiture, en vélo, dans le metro. Je ne dors jamais mieux que dans le bruit des véhicules vrombrissants, autos, motos, la nuit, enfermé dans mon appartement placard de 30 m2 sur le boulevard (je l’ai payé 530 000 , mais c’est une autre histoire ..), et je fume deux paquets de clopes par jour, plus quelques adjuvants ..”

Mais, faut le comprendre ce brebis, il est “jeune”, célibataire”, intermittent, branché, dans le vent (enfin, façon de parler) ..

Cette solution, personnelle, on pourrait la nommer “Maurice Chevalier” (dans la vie faut pas s’en faire ) ou Dale Carnegie – How to stop worrying and start living –

“commencez par croire, et vous finirez par croire”

Mais l’exercice a ses limites lorsqu’on étouffe et qu’on cuit. Et les conditions dans lesquelles vivaient Maurice Chevalier n’ont rien à voir avec celles qu’on vit aujourd’hui.

A l’autre bout de l’éventail, il y a ceux, les plus nombreux, qui souffrent terriblement, qui sont coincés, en cage, en détresse. Et le fait de se trouver un – ou une – réflexologue, sexologue, sympathicologue, drainolymphologue, hypnothérapeute, sophrologue, maître reiki .. n’y pourra rien.

 

 

3) L’entreprise a des devoirs, l’entreprise à des moyens

Et, de plus, l’application des quelques idées qui suivent ne lui coûtera rien ! Au contraire : faire le bien de ses employés n’aura jamais autant rapporté : ressourcement des salariés, qualité des investissements immobiliers associés, expérimentation du travail délocalisé, accroissement de performances, réduction des primes d’assurances, couverture “Media” (vu le côté innovation sociale) ..

Pour prévenir le burn out des personnels, rien de tel qu’un petit séjour en pleine nature, en milieu offgrid (sens figuré plutôt que sens propre, quoi que ! ..)

Paris n’est qu’à deux heures – si tout va bien – de la Bretagne, des Vosges, du Morvan. La verdoyance est plus accessible que la banlieue !

Patrons ! commencez-donc par offrir à votre comité d’établissement un petit séjour offgrid :

 

Jour Un : Offgrid, sensations, Art de vivre et plaisir. Renouer avec la nature. Exposés théoriques, voyage en littérature, balades en forêt, échanges et débats. Réseaux & sources Internet. Se ré-implanter offgrid : pourquoi/comment, avec qui. Qu'est-ce qu'un plan offgrid pour l'entreprise ou la collectivité ? Pourquoi un plan offgrid ? L'exode urbain : nouveau phénomène. L’innovation de nos jours est sociale, comportementale, organisationnelle

 

Jour Deux : Immobilier offgrid. Plaisir de l'immobilier offgrid et extraordinaire valeur d'investissement. Terrains, forêts, demeures, fermes, maisons paysannes et châteaux, habitat léger et réellement offgrid : étude théorique à travers des textes fondateurs (Heidegger, Thoreau, Daryl Hannah..). Etude d'opportunités. Puis visites en des lieux exemplaires. Avec la présence de quelques autochtones, fées, sourciers, enchanteurs, druides (les derniers..). Application au plan offgrid d'entreprise. Pour le prix d’un appartement-placard à Paris, vous aurez un château en province profonde, avec tout le personnel qui va avec pendant 10 ans au moins ..

 

Jour Trois : Et si tout cela devenait nécessaire ? Inventaire des raisons .. Se ré-installer offgrid, un retour à la nature, une philosophie, un réseau pratique, une valeur refuge .. Application au plan offgrid : travail délocalisé, plan de sauvegarde, soupape d’entreprise, diversification des investissements.. Vous avez lu le journal « La Décroissance » ce mois-ci ?

 

La conception et la conduite du plan offgrid d’entreprise suivront tout naturellement

Tout commencera par la rédaction du document directeur, via une "Maïeutique" appropriée.. Une succession d'interrogations ! . .

Par approche successive, vous comprendrez ainsi ce qu'il vous faudra trouver et réaliser, vous patrons, pour assurer le succès du plan offgrid de votre entreprise, vous, management, en terme de qualité de l'investissement, et vous, les salariés, en terme de plaisir à vivre et travailler "au lieu".

Les plans offgrid d’entreprises deviendront bientôt aussi communs que les plans de sauvegarde ou les plans sociaux ..

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • V_Parlier V_Parlier 30 juillet 2018 14:42

    RATP, SNCF... Ca fait tout de suite moins sérieux. Dommage.


    • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 14:50

      @V_Parlier

      Suis d’accord avec vous .. Mais ? Les mots clefs .. les sacro-saints mots clefs, vous y pensez ? 

    • Christ Roi Christ Roi 30 juillet 2018 20:32

      article anti-français d’un auteur haineux de son pays et qui cherche à le détruire. Fuyons cet émissaire de mondialisme satanique. smiley


    • Arthaud Arthaud 1er août 2018 17:16

      @Christ Roi


      On vous regardait .. on lisait vos "commentaires .. ça se voit que vous êtes plein du lait de l’humaine tendresse vous ..

      Ite in pace ! Ite et requiem .. Vade retro

    • Sozenz 30 juillet 2018 15:19
      tu as fini de faire ta pub de M ?
      le gens en ont assez de passer leur semaine au boulot qu’ ils n ont pas besoin en plus de passer leur week end avec leurs collègues ;
      le shoot 100 % ambiance taff ; rien de tel pour devenir con comme une bite .
      le toujours en activité , le jamais débranché .

      l enfer est pavé de bonnes intentions .

      • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 15:28

        @Sozenz


        Vous mettez pas colère l’ami, vous michiez pas comme ça, comme dirait Luc, l’évangéliste, 

        .. vous vous agitez et vous inquiétez pour bien peu de chose ..

        A bientôt de vous revoir Sot-zen .. à très-bientôt

      • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 15:32

        @Sozenz

        Dites ? .. vous nous couveriez pas un burn out ? aérez-vous, venez nous voir ..

      • Passante Passante 30 juillet 2018 15:54
        vous inquiétez pas pour lui, Arthaud...

        môi je pense que c’est à cause de la phrase « des druides (les derniers) » .
        ou une autre phrase peut-être ? 

        cherchez toujours...

      • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 18:32

        @Passante


        Merci, je suis comme vous ... réticent à élargir le cadre

        Bien cordialement

      • Sozenz 30 juillet 2018 22:04

        @Arthaud

        m enerver pour peu de chose , déjà un , je ne m enerve pas , je vous secoue simplement .
        et ce n est pas rien ; zactuellement on fait tout pour que l ’ homme ne pense que boulot , on le fait changer de ville , allonge les trajet ; amplifie les amplitudes , on conçoit meme du mobilier pour que l employer couche au taff ;
        cette affaire de faire des seminaires pour les employés n est pas nouveau , et c est une façon comme une autre sous couvert d apporter deu confort , de faire rester l esprit dans la sphere de l entreprise .
        c est d ’ un e perversité extrême . donc non ce n est pas rien ;

        et pour votre questionnement sur un probable burn out de ma part ; mais alors pas du tout . comme quoi pas besoin d etre directement concerné .
        par contre je pourrai vous poser la question : et vous , vendez vous ce Offgrid ; vous gagnez et allez gagner combien .
        surtout quand on veut casser la concurrence du réflexologue, sexologue, sympathicologue, drainolymphologue, hypnothérapeute, sophrologue, maître reiki ..( qui selon vous ) n’y pourra rien.




      • Arthaud Arthaud 1er août 2018 17:18

        @Sozenz


        C4

      • Fergus Fergus 30 juillet 2018 15:39

        Bonjour, Arthaud

        Intéressant, votre article.

        Mais sujet à des observations paradoxales. Et notamment sur le fait - ce n’est pas moi, mais l’Insee qui l’affirme - que c’est en Ile-de-France que l’on vit le plus vieux !

        Quant à la pollution, mieux vaut vivre à Paris intra-muros qu’à Sallanches ou Cluzes.



        • Fergus Fergus 30 juillet 2018 16:53

          Bonjour, bibou1324

          Expliquez donc pourquoi c’est la que l’on vite le plus vieux, devant la région Nouvelle Aquitaine (stats Insee).


        • Fergus Fergus 30 juillet 2018 16:55

          Erratum : que l’on vit (et non vite)


        • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 18:35

          @bibou1324


          Salut Fergus, salut Bibou ..

          Je penche plutôt du côté de Bibou ..

          Je vois, dans maints commentaires, la défense du « milieu urbain serré »

          Y’en a pour tous les goüts

          Ceci étant, c’est pas moi qui ai dit « Un Français sur trois veut vivre à la campagne » ..

          C’est Le Monde .. qui ne se trompe jamais comme chacun sait

        • Fergus Fergus 30 juillet 2018 19:24

          @ Arthaud

          Personnellement, je ne défends pas le « milieu urbain serré ». J’ai même fui Paris - où je vivais - bien avant ma retraite en me ménageant un mi-temps destiné à améliorer mess conditions d’existence. Et je suis resté en Bretagne dans une petite ville connue pour son patrimoine et sa qualité de vie. 

          J’essaie simplement d’être objectif. Pour beaucoup, Paris n’est en effet pas l’enfer que certains y voient, loin s’en faut. Et le fait est que l’on y vit longtemps et, pour ceux qui ont un besoin vital d’animation, sans s’ennuyer. Je connais d’ailleurs des Parisiens qui ne bougeraient pour rien au monde.

          Et parmi ceux qui envisagent de partir, il n’y a pas que le bruit et la pollution qui sont susceptibles de les convaincre à partir, mais également -et surtout - le pouvoir d’achat : avec le prix d’un 50 m² à Paris, ils s’offrent un 100 m² dans quasiment n’importe quelle métropole régionale, et même un 200 m² dans de nombreuses petites villes non dénuées de cachet !


        • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 19:55

          @Fergus


          Je vous suis .. Quant à l’immobilier Paris, c’est la plus extravagante bulle que la France ait jamais connu. Mais comme toutes les bulles, nombreux sont ceux qui s’y engraissent. 

          Pourvou què ça doure

        • Alren Alren 31 juillet 2018 19:43
          @Fergus
          « Expliquez donc pourquoi c’est la que l’on vite le plus vieux »

          C’est aussi en région parisienne que l’on trouve le plus de riches et d’ultra-riches dont les conditions de vie (notamment la nourriture), la taille des appartements (qui permet de s’isoler dans des pièces personnelles), les loisirs et surtout la charge réelle de travail permettent à l’organisme de résister au vieillissement.
          Jeanne Calment n’a pratiquement jamais travaillé de sa vie, Liliane Bettencourt non plus.

          Le travail tue, surtout quand la précarité, la maltraitance sont voulues par l’employeur pour « stimuler » son personnel comme on fouetterait un cheval de trait.

          Les artistes, qui font ce qui leur plaît et prennent parfois, s’ils sont dans l’aisance, une semi-retraite avant l’heure, vivent vieux aussi s’ils sont raisonnables.
           

        • Nicolas_M bibou1324 30 juillet 2018 15:42

          Selon la Banque mondiale, il y a moins d’1,6 milliards de salariés dans le monde. 79% des humains ne connaissent pas la notion de salariat.


          Ceux qui décident d’aller travailler pour des grandes boites font un choix, un choix qui n’est pas celui de la majorité des humains, un choix délibéré de se mettre en position de soumission à une autorité.

          S’ils font un burn out, c’est qu’en plus de faire le choix de se mettre en position d’esclave moderne, ils ont aussi fait le choix d’accorder de l’importance à leur travail, jusqu’à l’obsession. Pour moi cette obsession relève de la maladie mentale.

          • V_Parlier V_Parlier 30 juillet 2018 16:55

            @bibou1324

            Je pense que la raison principale du « burn out » des salariés diplômés est la peur de « retomber » à un niveau social plus bas, voire même, de « stagner » (contraire à la culture d’entreprise universelle inculquée aux jeunes recrues). Cela implique les sacrifices soi disant temporaires qui en vérité seront de plus en plus contraignants à chaque franchissement d’échelon (sans pour autant arriver au « niveau du gros boss » comme on dirait dans un jeu vidéo...).

            Mais il faut reconnaître aussi que la situation du marché de l’emploi accentue cette peur de la « chute » sociale, avec comme seule alternative valorisante(*) : « monter sa boîte », le truc que je ne ferai jamais à l’époque actuelle où les seules entreprises bien choyées sont les bien grosses, bien transnationales, ou alors les petites qui ne vivent à l’aise que par les pots-de-vins et les relations. Je préfère encore « chuter » plutôt que d’être comptable la nuit, ingénieur le matin, commercial à l’heure des repas, prospecteur pendant les week-ends, et hyper-contribuable à temps plein, tout ça pour la gloire sociale mais en gagnant le SMIC.

            (*) C’est un constat, rien de plus.

          • MagicBuster 30 juillet 2018 16:56

            @bibou1324

            La société évolue de plus en plus vite.
            Si aujourd’hui vous arrivez à bien vivre sans travailler ... cela ne sera pas toujours le cas.

            Facile de dire que le travail est une soumission tant que vous avez à manger.
            Ce n’est pas parce que la nature compte beaucoup de parasites qu’il faut en rajouter.

            ==> Entretenir autant de parasites relève de la maladie mentale.


          • V_Parlier V_Parlier 30 juillet 2018 17:05

            @MagicBuster

            Si je peux nuancer entre les deux :
            Ne pas connaître le salariat ne signifie pas : Ne pas travailler. Énorme nuance, surtout si on parle du monde entier. Ceci dit, il est vrai que 99% des européens ne pourront pas se passer du mode de vie des sociétés industrialisées. C’est d’autant plus paradoxal que nos chers leaders européistes éclairés prétendent pouvoir maintenir ce mode de vie par les subventions et par l’approvisionnement par les importations, dans cette ère dite « post-industrielle ».

          • hervepasgrave hervepasgrave 30 juillet 2018 17:18

            @bibou1324
            Bonjour, voila bien un commentaire des plus horribles et criminels.L’exemple même du règne de l’ignoble !Car banque modiale-ONU et tous ces organismes soit disant inventé pour améliore le monde ne servent a rien ,voir plutôt le contraire.Je ne vois pas la fin de la famine sur terre,la faim de guerres ? Alors a quoi sert ces choses ?? a nous manipuler ,a nous dominer en nous étudiant ???

            Les salariés tristes représentants de nos sociétés.Elles sont donc aussi sales pour rechercher par tous les moyens a les éradiquer de la surface de la terre ?Je me le demande de moins en moins.Prétendre tout et n’importe quoi ne les gêne pas ! La réalité ou il y a salariat ,il n’y a pas d’autres possibilités de survivre car tout a été spolier et il n’y aucun espace pour espérer survivre librement.Et encore faudrait-il démarrer avec quelque chose.C’est quasiment criminel de vendre ce genre de message « je me corrige,c’est criminel ! » La tendance actuelle pour nous anéantir belle et bien c’est d’attaquer le petit citoyen sous tous les angles.Je regardais là une émission parmi tant d’autres moyen de nous vendre l’enfer ou il serait beaucoup plus agréable de vivre en antario ,parce que la-bas tu peux virer le personnel quand bon te semble pour n’importe quel prétexte ou pour simplement toujours avoir du personnel qui ne coute de moins en moins cher.Vous comprenez pourquoi ils essaient même de nous faire croire que nous pourrions survivre et vivre en travaillant gratuitement.Ils nous attaque sous tous es angles,nous noient sous des lois qui se contredisent ,suivant l’humeur et leur bon vouloir aujourd’hui c’est la loi Française,demain la Loi Européenne et le surlendemain la Loi Américaine.>Eh !EH comment ils nous la mette profondément.Il a parait que nous sommes dans une ère nouvelle ! une ère d’échange de partage« oh ! ils ne reculent devant rien ! » Mais que nous reste t-il pour espérer nous défendre ?,Ils pondent des lois iniques et nous criminalises suivant les intérêts du moment,mais nous n’avons aucun moyen de faire régner la justice .Alors le mieux n’est peut-être que de les emmerder et de profiter pour montrer qu’ils sont coupables quand ils veulent jouer les juges .Cestpasgrave, je délire ,je rêve d’un sursaut .Mais je crains que cela soit perdu.


          • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 18:44

            @bibou1324


            «  position d’esclave moderne » 

            Bien vu

            Mais avouons ! des esclaves parfois bichonnés ..

            « Pour moi cette obsession relève de la maladie mentale. »

            Ben oui, le burn out n’est qu’une apophénie qu’a mal tourné

            Bien cdlt




          • alinea alinea 31 juillet 2018 00:52

            @V_Parlier
            Ce n’est pas la peur de la chute, c’est l’impossibilité de maîtriser et faire bien les choses, rien n’est plus destructeur qu’une activité qui ne donne aucune satisfaction ; et puis rien n’est plus destructeur que de ne pas pouvoir vivre à son rythme.


          • V_Parlier V_Parlier 31 juillet 2018 09:23

            @alinea
            Oui mais ça veut déjà dire qu’on tient l’activité trop à coeur alors qu’on sait déjà qu’on n’en a pas la maîtrise. (Donc pour la cause initiale il faut remonter en amont). Si j’étais resté dans cette posture « dynamique » de mes jeunes années (quand c’était fructueux et satisfaisant) aujourd’hui j’en serais malade ! Et aujourd’hui si j’avais vraiment peur de la chute (on en a toujours un peu peur) je serais très inquiet de ne plus être si motivé...


          • alinea alinea 31 juillet 2018 10:39

            @V_Parlier
            oui, mais parallèlement, prendre à cœur ce que l’on fait, fait partie de notre épanouissement ; se foutre de tout nous ronge !


          • eau-du-robinet eau-du-robinet 31 juillet 2018 19:34
            Bonjour bibou1324,
            .
            « Ceux qui décident d’aller travailler pour des grandes boites font un choix ... »
            .
            Quand on pas de boulot beaucoup de gens n’ont pas trop le choix de faire la fine bouche !
            .
            En ce que me concerne j’ai travaillait pour une PME avec 30 employées et on se fait récemment acheter par une bien plus grande société.... La vie n’est plus la même depuis !!!
            .
            A 60 ans j’aurais du mal de retrouver un boulot ailleurs, afin un boulot bien payé !
            .
            C’est un peu simple de dire que le gens font « un choix délibéré de se mettre en position de soumission à une autorité. » !!! Je dirais plutôt que c’est une CONTRAINT IMPOSE aux travailleurs.
            .
            Mon chef me dit par fois, que « Personne est indispensable » en fait ce qu’il veut dire par la « Tu EST REMPLAÇABLE »  !!!
            .
            J’aimerais bien travailler à mon compte, mais avec la fiscalité en France et l’URSSAF sur le dos, sans parler de la paperasse énorme il faut être suicidaire de créer une société en FRANCE !
            .
            Si j’avais 20 ans je partirez en Nouvelle Zélande ... mais la c’est trop tard pour moi !

          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 31 juillet 2018 20:13

            @eau-du-robinet

            Faut voir avec la NZ . Pas une question d’age . Projet...projet ...projet ... C’est comme Gabin qui disait à la question« c’est quoi un bon film » : Un bon scénario puis un bon scenario et enfin un bon scenario. ...


          • Macondo Macondo 30 juillet 2018 16:45

            Bonjour. A titre personnel, je suis viscéralement opposé à votre « retour à la nature » accolant des grossièretés urbaines "réseau pratique, valeur refuge« adossées tel qu’exprimé dans ce véritable spot Bernhaysien usant de propos nauséeux en altitude et très malodorants en rase campagne »travail délocalisé, plan de sauvegarde, soupape d’entreprise, diversification des investissements". D’ici justement, le niveau d’Expertise est très différent et mon Cabinet conseil insistera plutôt pour que chacun reste en ville à supporter son équipe de foot. A Rome, vit comme un Romain et surtout restes-y bien ! ajoutait le proverbe dans sa version originale. Soyons cohérents, des tonnes d’orties, des légions de guêpes et de moustiques, des araignées velues qu’on dit mortelles, n’osant entre hommes aguerris aborder ces souffrances dont on dit qu’elles feraient passer une colite néphrétique pour un patin de Sophie M. Non, ne quittez jamais l’autoroute, vos vies seraient irrémédiablement en danger (voir toutes les enquêtes sérieuses). Faites-le au moins pour les gosses ! On doit se couper les cheveux avec des galets, manquant de silex depuis trois mois ! Des fois le réseau arrive à dos d’âne espagnol et il boîte bas notre vieil Altavista. Des légumes vraiment moches tous investis de créatures, étranges parfois, souvent nombreuses, pouvant être particulièrement hostiles avec les Familles recomposées ou les jeunes Couples sans Enfants. Les femmes ne se rasent plus (avec la gale), à la place elles se rongent les ongles des pieds. Les hommes, toujours farcis de la veille, ne se rincent jamais les doigts après avoir pisser dans l’évier où trempe le linge de tout le hameau. Mais la nuit, c’est encore bien pire, avec les Autres qui viennent rôder autour des lits, heureusement qu’on dort huit ensemble tête à cul ! Et pas de soins palliatifs, ni intensifs, ni même du visage ! Bon sinon, si c’est pas encore assez clair, le soir planté le nez au ciel, je file la myxomatose en arrosant tous les bichons qui passent. Affreux, sale et méchant ...


            • V_Parlier V_Parlier 30 juillet 2018 17:00

              @Macondo
              « Travail délocalisé », en voilà en effet une expression mal employée. Car pour être délocalisé, il l’est ! C’est d’ailleurs pour cela que ceux qui réclament à corps et à cris le télétravail seront les premiers à gicler : S’il n’y a plus besoin du salarié sur place, pourquoi le garder en France ?


            • Macondo Macondo 30 juillet 2018 17:11

              @V_Parlier. Bonjour. Vous avez raison, à l’aube de cette facilité promise, peu (moi compris) envisageaient ce retournement que vous décrivez paraissant maintenant incontournable. Avons-nous autre chose à souhaiter, sinon que TOUS les processus s’accélèrent, que la table se renverse d’elle-même serait plus rapide et plus sûr d’aboutir ...


            • V_Parlier V_Parlier 30 juillet 2018 17:54

              @Macondo

              "Avons-nous autre chose à souhaiter, sinon que TOUS les processus s’accélèrent, que la table se renverse d’elle-même serait plus rapide et plus sûr d’aboutir ..."
              -> Il m’est en effet arrivé de penser ainsi. Nous sommes arrivés à un point où le moyen d’arrêter tout cela serait de toute façon mis en place trop tardivement pour que la population consente à ses effets secondaires (protectionnisme ou mesures similaires entrainant une montée des prix, voire même des pénuries maitrisées, avant que les effets positifs se fassent sentir, le tout avec un Etat déjà fauché et ayant déjà vidé le réservoir tampon des aides...). Donc il faut que ça se casse la figure tout seul pour pouvoir repartir autrement après. (Par exemple, mon rêve : Suite à la guerre commerciale, la Chine devient autonome et envoie paître toutes nos multinationales, voire même nationalise leurs usines. Mais ça ne peut pas encore arriver, hélas). L’agonie c’est désagréable donc c’est mieux quand ça meurt plus vite, c’est clair. Mais j’ai peur que ce soit encore long. Et nous savons que dans ce cas certains n’hésitent pas à camoufler les faillites en déclenchant des guerres, comme les cambrioleurs qui mettent le feu aux appartements qu’ils dévalisent.

            • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 18:51

              @V_Parlier


              Bien vu aussi .. vous voyez assez clairement où nous en sommes globalement

              CQFD - Mais ? .. Que faire ? Chto dielat ?

              Mais vos hypothèses sur la Chine, personne peut y croire : la Chine serait alors nucléarisée, avant ..

              Aie ! c’est pas gai tout ça 

              Question ? Vous savez à quelle heure l’Arche accoste à Saint-Tropez ?

              Prognostic : l’Exodus partira pas de Sète, cette fois, mais du Kremlin-Bicêtre on peut penser

            • Macondo Macondo 30 juillet 2018 20:20
              @V_Parlier
              « L’agonie c’est désagréable donc c’est mieux quand ça meurt plus vite, c’est clair. Mais j’ai peur que ce soit encore long. » ... Quand je disais TOUT, je dois hiérarchiser « mes » priorités, être entendu (ou banni). Trois cancers sur mon podium personnel : pétrole, béton, fonds de pensions. Très banal, mais de sacrés chantiers ! Pourquoi cet espace VIP dédié ? Ils sont les tous premiers de cordée à avoir un impact plus qu’avéré sur la continuité de toutes les espèces, car au bout du bout, n’est-ce-pas pour ce gros benêt de Sapiens le seul Graal que de continuer la longue route vers Alpha du Centaure par exemple ? Fusse-t-il régulièrement enfumé par Annonceur et Prêteur, deux jumeaux, justement à l’origine des trois fléaux précédemment nommés. Qui s’effondrera en premier ? On sait déjà avoir un impact non-négligeable, sur la sacro-sainte consommation, soit trois bonnes paires de tartes d’un seul coup. L’arbitre va commencer à compter, bien avant que la Chine n’ait récupéré ses billes chez l’Oncle Sam. Mais ce combat est plutôt facile. La Mère de toutes les batailles se résume en deux questions, à caractère familial : on fait comment, avec les vrais Gens, qui congèlent des barquettes de pommes de terres cuites déjà coupées en rondelles emballées sous un film plastique indestructible ? Et on dit quoi à l’Aigle chauve en veille derrière ses lunettes de soleil dans son SUV avec la clim allumée attendant sa Pintade made in Sephora, partie justement acheter la fameuse barquette de purée reconstituée quasi pré-digérée ?

            • V_Parlier V_Parlier 31 juillet 2018 09:31

              @Arthaud

              « Mais vos hypothèses sur la Chine, personne peut y croire »
              -> Je l’ai écrit moi-même, ce n’est qu’un rêve. Mais ça ne veut pas dire que ça ne se cassera pas la figure d’une autre manière, par exemple avec la perte du leadership de ce qu’on appelle approximativement l’Occident, lequel s’est lui-même tiré une balle dans le pied comme les empires déclinants.

              Que faire ? Justement, quand c’est trop tard on ne peut plus faire grand chose, mais en tout cas la révolution ce n’est pas mon truc. Ca ne fait qu’amorcer plus vite la guerre civile que ne le ferait le processus lui-même, sans rien apporter de plus. Les peuples ont voulu indirectement la « mondialisation heureuse » (ils ont remis sans cesse au pouvoir ceux qui la prônaient), on n’a pas pu les forcer...

            • V_Parlier V_Parlier 31 juillet 2018 09:35

              @Macondo

              Vous écrivez : « Trois cancers sur mon podium personnel : pétrole, béton, fonds de pensions. Très banal, mais de sacrés chantiers ! »
              -> Mais comme pour le reste, agir autoritairement sur ces paramètres clés sous-entend que vous avez récupéré un pouvoir sur l’économie et les échanges (voire les budgets) bien au delà de ce qui est possible aujourd’hui. Et probablement contre l’assentiment de la plupart des consommateurs / électeurs. Ca reste bien le même genre de solution avec le même genre d’obstacles.

            • Macondo Macondo 31 juillet 2018 18:28

              @V_Parlier ... C’est exactement cela. Suis donc monté en moyenne altitude, où les dérèglements propres à l’espèce n’empêchent pas (encore) la nature de dominer outrageusement les débats sans que personne ne moufte. La dictature verte soumet ...


            • alinea alinea 30 juillet 2018 18:16
              Vous en avez d’autres des idées à la con comme celle-ci ?
              Laissez-les en ville, ils s’appellent citadins, et ça leur va très bien. Est-ce que je vais en ville moi ?

              • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 18:57

                @alinea


                Excellent Alinéa ! Dans mes bras ! (si j’osais) - Vous avez raison, et je regrette déjà d’avoir commis ce papier.

                Quelle idée ! quelle prétention ! quelle orgueil ! quelle vanité ! ..

                Vouloir affranchir le rat des villes ! 

                Vous avez raison : on a pas, nous rats des champs, à inviter le rat des villes ..

                NB : à ma défense, je dirai que 

                1) je ne suis pas responsable du mal-être du rat des villes (c’est Le Monde qui a dit, je rappelle)

                2) L’exode, l’embarquement dans l’Arche, ne concerneront que peu de monde

                Bien à vous Alinéa

              • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 19:02

                @Self con troll


                A non Self ! ah non ! ..

                offgrid c’est devenu français, français comme self, français comme rock’n roll, français comme market, 100 000 autres ! .. qu’on a digéré, nous les Français

                Eh ! s’agit pas de mettre les villes à la campagne - bravo Allais ! - mais de permettre à quelques-uns (Elus ?) de prendre le large, de retrouver le plaisir du réel et de la Nature

                Bien cdlt

              • alinea alinea 30 juillet 2018 21:24

                @Arthaud
                S’ils étaient moins soumis, moins serviles, moins avides, moins vains, les rats des villes, ils pourraient faire de la ville un endroit merveilleux où vivre ; quand ils débarquent dans la brousse, ils ne s’oublient pas, ils s’emmerdent ou ils veulent imposer leurs valeurs débiles. Ils ne semblent jamais vouloir s’ouvrir et grandir ; ou alors, c’est comme les vrais voyageurs, c’est discret et c’est rare.


              • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 21:43

                @alinea

                On est d’accord Alinéa, d’accord. Mais là ! on nourrit un idéalisme impossible ..

                Pour l’heure, pas de train gare Montparnasse, et le prix de l’appartement placard de 32 m2 est toujours à 560 000 . Et Paris continue de ressembler aux images splendides de Steve Cutts (le bonheur). Et encore, tout va bien. Je dis que tout va bien.

              • Arthaud Arthaud 30 juillet 2018 21:51

                @Self con troll


                Ben oui, j’y pensais pas : le off d’avignon et des festivaux partout .. les off.

                Je pense que smart, c’est de l’antiphrase, ça veut dire couillon en vieux français. Boitacouillon on pourrait traduire.

                Mais, ce sera justifié, on va condamner ma traduction pour sûr.

                Je vais regarder racines culturelles tranquilou .. Le 19 eme : immense 19eme qui a tenté de ratrapper les conneries du siècle précédent.. Baudelaire, Rimbaud, Verlaine, Joseph de Maistre .. du maudit, de l’oublié pour notre époque. 

                Moi non plus, pas de complexe pour le bistrot .. Nasdrovié

              • Sparker Sparker 31 juillet 2018 22:38

                @arioul


                "c’est pour çà que toute la journée t’es derrière ton clavier à (pleurni)faire chier tout le monde avec tes remontrances à deux balles, le zorro du forum (comme donneur de leçon tu t’y connais...)
                T’es nul et tu sers à rien.
                Retourne dans ta grotte sucer des cailloux.
                T’es qu’un pov mec et j’espère que t’es seul...

              • zygzornifle zygzornifle 31 juillet 2018 08:42

                Vous y pensez à vos employés ? Vous devriez bien leur offrir un bol d’air frais de temps à autres...


                Il reste vraiment très peu de temps pour y penser , la robotisation va les remplacer et les envoyer en stage a pole-emploi , stages qui ne déboucheront bien entendu sur rien du tout car il n’y aura meme plus de « jobs » minables , le grand remplacement est « en marche » faudra faire avec et se battre pour pouvoir continuer a exister car il n’y aura que ce que vous aurez conquis , le rouleau compresseur de la révolution numérique écrase tout sur son passage.... 

                • V_Parlier V_Parlier 31 juillet 2018 09:43

                  @zygzornifle

                  Vous écrivez : «  le rouleau compresseur de la révolution numérique écrase tout sur son passage... »
                  -> Même si je suis très critique envers la « révolution numérique » fantasmée et portée aux nues, je remarque qu’elle sert souvent de paravent pour masquer les autres causes bien plus significatives de l’explosion du chômage.

                • zygzornifle zygzornifle 31 juillet 2018 10:27

                  Albert Einstein :

                  Je crains le jour où la technologie dépassera les capacités humaines. Le monde risque alors de voir une génération de parfaits imbéciles.


                  • Arthaud Arthaud 31 juillet 2018 10:59

                    @zygzornifle


                    J’écrirais bien : c’est fait !

                    Mais j’ai peur d’encore de contrarier des commentateurs

                    A ce propos .. qui organise la rencontre des « Rédacteurs » Agoravox ?

                    Et où ? A .. Paris ? Au Cercle culturel de la Russie ? au Cercle Mili ? A l’Institut de Droit Comparé ? A la Mairie ? L’Ambassade des Zunis ? 

                    Non, non .. plutôt dans les Vosges, ou la Meuse

                  • zygzornifle zygzornifle 31 juillet 2018 12:54

                    @Arthaud


                    C’est beau les Vosges et la Meuse ....

                  • Arthaud Arthaud 1er août 2018 14:18
                    Il y a 5 heures ..
                    Un mois dans les bois pour échapper au stress parisien (vidéo)
                    Le JSL-il y a 5 heures
                    Le dire fait rire et le faire, fait taire », énonce Sylvain Giroux, 37 ans, ... un mois loin de tout, au bord de la Guye à Saint-Martin-la-Patrouille.



                    • Arthaud Arthaud 8 août 2018 09:57

                      Y’a de quoi être contrarié

                      Michael Aguilar dit : 

                      "Montparnasse sans train,
                      Autolib arrêté, Velib tous cassés, "

                      Y’a de quoi être contrarié

                      • Arthaud Arthaud 18 août 2018 21:46
                        Les dépressions liées au surmenage et d’autres maladies psychiques sont plus courantes qu’on ne le pense. En Suisse, une personne sur deux en souffre au ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires