• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Education Nationale : Le Kaa Blanquer

Education Nationale : Le Kaa Blanquer

JPEG

Recruter + de profs non ! Mais introduire des drapeaux dans les classes, oui ! L'Assemblée a voté dans la nuit un amendement rendant obligatoire la présence du drapeau tricolore et du drapeau européen, ainsi que l’inscription des paroles de l'hymne national dans chaque classe. C’est dans le cadre de l'examen du projet de loi « sur l'école de la confiance. »[1] Avec macron, avec Blanquer, nos enfants ne sauront toujours pas compter/lire/écrire, mais pourront chanter les couplets de la marseillaise : « Entendez vous dans les campagnes - mugir ces féroces soldats - Ils viennent jusque dans vos bras, égorger vos fils, vos compagnes - Marchons, marchons, qu'un sang impur abreuve nos sillons » Edifiant non, l’apprentissage pour des gamins de 3 à 18 ans de ces paroles oh combien pour la paix des peuples...Il ne reste plus que le levé de drapeau du matin avant les cours, accompagné de la sonnerie au clairon de « soldat lève toi ».

Comme, il y a toujours dans la classe un élève plus lucide que les autres, qui, demandera certainement : « m’sieur, pourquoi Fatima ne peut pas porter son foulard sur la tête, alors que le drapeau européen dans la classe, avec ses 12 étoiles est un signe religieux ? » et paf, il va falloir y aller d’une explication abracadabrantesque... Il suffira à l’enseignant de demander si « c’est ton papa qui a dit ça ? » et avant d’attendre la réponse de s’exclamer « il est interdit de faire de la politique dans l’école  ». Fermer le banc, ouvrez votre cahier à la page : mais, où, est ; donc, or, ni, car ?

Autre lubie

Un autre amendement du projet de loi "pour une école de la confiance".

Le remplacement des mentions "père" et "mère" sur les formulaires scolaires par "parent 1" et "parent 2". 

Explication de la députée LaREM Valérie Petit, à l'origine de l'amendement : « cela vise à ancrer dans la législation la diversité familiale des enfants dans les formulaires administratifs soumis à l'école, notamment pour permettre de retranscrire la réalité des familles homoparentales.  »[2] Et comme la folie n’a plus de limite, et bien, des associations s’écharpent, car selon elles cela créerait une hiérarchisation ; ben oui, qui est parent1 ? « le père, la mère ? », vaste question n’est-ce pas...Pendant que le pays est à feu et à sang, que le peuple français se révolte depuis 3 mois, et bien à l’assemblée on débat de ce grave problème... Qui tout de même de facto élimine la notion de famille.

Autre lubie

La notion d’exemplarité des enseignants... Une telle injonction venant de la part de nos élus ne manque pas de sel et même de selle, car, vraiment cavalière la notion...

L’article 1 du projet de loi indique que « la qualité du service public de l’éducation dépend de la cohésion de la communauté éducative autour de la transmission de connaissances et de valeurs partagées. Cela signifie, pour les personnels, une exemplarité dans l’exercice de leur fonction et, pour les familles, le respect de l’institution scolaire, dans ses principes comme dans son fonctionnement ».[3]

D’aucuns pourraient dire que, c’est une autre manière de museler le droit d’expression sous couvert de devoir de réserve... Et bien sûr le ministre a tout de suite rassuré qu’il ne voulait pas « toucher en quoi que ce soit au devoir de réserve », mais a défendu cette mesure « de principe », en reprochant à ses détracteurs « d'entretenir la crise de défiance que connaît le pays. » On est pas loin du complotiste... Car, pour ce ministre comme pour son boss, toute contradiction serait à visée « d’entretenir la crise de confiance ».

Autre lubie

« Les écoles internationales », qui, bonne idée permettront de suivre une scolarité multilingue, de la maternelle jusqu’au bac pour préparer au baccalauréat européen.

Blanquer se veut rassurant : « ces écoles ne seront pas l’apanage des fils de diplomates ou d’employés d’organismes internationaux. Mais les élèves du cru pourront aussi y postuler, à condition d’avoir un niveau en langue étrangère suffisant pour pouvoir suivre les cours en anglais, en allemand. »[4] J’aime beaucoup le « aussi », ce qui veut dire qu’avant ben, nada, pour les gosses de prolos ; mais bon, un vœux pieux...Qui peut vraiment candidater ? C’est un prof d’anglais qui vous parle. Les élèves qui sont envoyés en séjour linguistique par leurs parents ont toutes leurs chances, quant aux autres ? Des classes de 30 et +, 3 heures par semaine, si avec « ça », en étant bon élève il est possible d’avoir le niveau pour commander une pizza dans un resto à Londres, il en va autrement lorsqu’il s’agit de garnir les bancs de l’université de Cambridge. Donc, avec ce titre ronflant « d’écoles internationales », tout restera comme avant, dans une éducation à deux vitesses, en sous multipliées. 

Autres lubies

Les « établissements publics des savoirs fondamentaux »...Pour faire court, ce sera comme dans le secteur hospitalier, fermer des petites écoles, et les rassembler en un pool, afin de faire des économies, au détriment de la qualité de vie des enfants et parents devant se lever de plus en plus tôt, et se déplacer de plus en plus loin.

Les mesures concernant les accompagnants d’élèves handicapés. La création de nouveaux contrats de 3 ans en CDD... Qui existent déjà.

L’instruction obligatoire dès 3 ans. Va engendrer des dépenses nouvelles pour les communes, responsables du financement des écoles publiques et de certaines maternelles privées sous contrat. Une étude d’impact a évalué ce surcout à 100 millions d’euros, 50 pour le public et 50 pour le privé... Mais là, peut-être que macron règle ses comptes avec tous ces maires récalcitrants... Vous me direz, je suis mauvaise langue, mais quant on connaît le « coco », tout est possible.

------------------------------------------

Tout ce battage avait débuté à la rentrée 2017/1028

Titré : 12 changements pour bâtir l’École de la confiance.

« Dès la rentrée 2017, Jean-Michel Blanquer met en place des mesures pour bâtir l’École de la confiance dans un esprit de liberté et d’autonomie. Découvrez 12 changements pour l’Éducation nationale pour lutter efficacement contre les inégalités et renforcer la réussite des élèves et le dialogue avec les familles. »[5]

Le Kaa, Blanquer

Nous sommes en 2019, et l’école de la confiance et bien... Peut-être ne lire que les 3 premières lettres du mot « confiance », pour bien comprendre ce que le président, son ministre de l’éducation et les autres reptiles pensent de nous. Ouais, « aie confiance »... Aie confiance 

Crois en moi 

Que je puisse 

Veiller sur toi ... 

Fais un somme, sans méfiance.

(Kaa, le serpent du livre de la jungle)

 

Georges Zeter/février 2019

 


[4] idem


Moyenne des avis sur cet article :  4.92/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Sozenz 19 février 10:45

    question : et si on sort de l UE ; on en fait quoi de tous ces drapeaux .

    on nous contraints à accepter que ce que 55 % des français ont refusés , et peut être mème bien plus maintenant .



    • Venceslas Venceslas 19 février 13:05

      @Sozenz
      Et le drapeau anarchiste, on peut ?


    • George L. ZETER George L. ZETER 19 février 13:07

      @Venceslas
      et celui « interdit de baignade » aussi !


    • Alren Alren 19 février 18:57

      @Sozenz

      Mettre un drapeau catholique (car en plus les protestants du nord de l’Europe, d’Allemagne et d’ailleurs ne reconnaissent pas la Vierge Marie, apparue comme déesse-mère, nouvelle Isis, dans la mythologie chrétienne au XIIe siècle) dans une salle de classe d’école publique, c’est une atteinte fondamentale au principe de Jules Ferry sur la laïcité qui est de ne choquer aucun parent honnête mais dont les convictions s’opposent à celles qui sont promues dans la classe de son enfant.

      Mais je suis confiant dans le fait que s’ils accepteront le drapeau français (ce qui ne fera pas trop le bonheur des européistes à la Fergus), les enseignants du public refuseront d’enseigner dans une salle comportant le drapeau UE-catho.
      Et que Macron devra reculer. dans cette manœuvre perverse et antilaïque.


    • cevennevive cevennevive 19 février 11:45

      Bonjour George

      Tout à fait en accord avec vos propos.

      Mais ce qui me déchire vraiment, c’est : L’instruction obligatoire dès 3 ans.

      Dans beaucoup de campagnes reculées, tous les élèves prennent le bus scolaire car il n’y a plus d’école.

      Si l’on comptait les élèves obligés de prendre un bus pour aller à l’école, si l’on examinait les départements comme la Lozère et toutes les Cévennes, la corrèze, etc... je suis certaine que l’on trouverait presque autant de bébés de 3 ans que dans le reste de l’hexagone.

      Amener au car scolaire un bébé de 3 ans à 7 heure du matin dans le givre et le vent !!! Y ont-ils pensé les technocrates des villes, les nantis vivant à deux pas d’une école ?

      Obligatoire disent-ils ? Alors, il faudra plus de voitures, plus de bouchons, plus d’embouteillages devant les écoles lorsqu’il n’y aura pas de bus scolaire ou que l’on sera un peu chagrin de laisser son bébé de 3 ans devant une station de bus scolaire.

      A 1 km de chez moi, l’arrêt du bus scolaire est en plaine cambrousse à la croisée de plusieurs routes secondaires, les parents devant venir amener et chercher leurs enfants avec leur véhicule...

      En bonne grand mère, j’en pleurerais...

      Bien à vous.


      • Giordano Bruno 19 février 12:42

        @cevennevive
        3 ans ? Façon de parler. Il va s’agir de rendre obligatoire l’instruction à tout enfant ayant 3 ans au court de l’année civile pendant laquelle s’est effectuée la rentrée scolaire. Conséquence : un enfant né le 31 décembre, devra se rendre à l’école début septembre alors qu’il aura 2 ans et 8 mois.

        Nombre d’enfants n’ont pas encore acquis la propreté à 3 ans.

        L’objectif poursuivi à un nom, et ce nom est parfaitement assumé par ses promoteurs : l’acculturation.

        Ces mesures, à l’instar de nombreuses autres passées, et hélas sans doute à venir, ont pour objectifs la destruction de la famille et la destruction de l’identité de l’individu conférée par sa place au sein de sa famille.


      • cevennevive cevennevive 19 février 12:48

        @Giordano Bruno, salut !

        Un monde comme dans « 1984 » d’Orwell. L’horreur !


      • George L. ZETER George L. ZETER 19 février 12:55

        il y a bien des solutions à cette main mise sur nos enfants par ces tarés : aller dans un autre pays europeen plus enfants/friendly, oi les eduquer à la maison par le biais du kned... sinon, ce sera la machine à broyer


      • cevennevive cevennevive 19 février 14:50

        @George L. ZETER

        Oui, George ! J’ai un petit fils tout neuf de deux ans. Il n’ira certes pas à l’école à trois ans ! Déjà que la vaccination obligatoire l’a « laissé tranquille »...

        Mais je pense à tous ces petits dont les parents obéissants ont vacciné à tout va et qui enverront leurs rejetons à l’école avec des couches et un doudou !
         


      • baldis30 19 février 15:24

        @cevennevive
        bonjour, 
        Ont-ils pensé aux économies d’énergie relativement au ramassage scolaire, par rapport à ce qu’apporterait un enseignant à une commune ?
        mais faudrait-il qu’ils pensassent ? Et l’emploi de l’imparfait du subjonctif n’est pas de bonne éducation à l’ENA .... on y jacte le franglais ...


      • George L. ZETER George L. ZETER 19 février 16:35

        @baldis30
        « on y jacte le franglais » on nie jacasse le franglois ? 


      • njama njama 24 février 21:57

        @cevennevive

        Ce n’est pas l’école qui est obligatoire, ni à 3 ans ni à 6 ans et après, c’est l’instruction qui est obligatoire.
        En bonne grand mère,... vous feriez une bonne maitresse d’école je n’en doute pas.

        Je pense personnellement que cette mesure politique vise surtout à scolariser les jeunes enfants dans les banlieues


      • quijote 19 février 12:24

        L’école de la confiance... Un frisson a parcouru mon échine.


        • Allexandre 19 février 17:26

          Ce bourrage de crâne imposé par Bruxelles est une dictature comme tant d’autres décisions. Le but est le même : désunir les Français jusqu’à provoquer une guerre civile qui démantèlerait la France. C’est le programme voulu par les pouvoirs extérieurs qui dirigent la France. Ce projet est vieux de 50 ans, et nous arrivons à son aboutissement.


          • George L. ZETER George L. ZETER 19 février 17:33

            @Allexandre
            et bien faisons là cette guerre civile, et débarrassons nous de toutes les racailles qui ont les manettes... le probleme, c’est que souvent ils sont hors frontiere...


          • Allexandre 20 février 18:11

            @George L. ZETER
            Oui c’est bien là le problème ! et ce sont les mêmes qui tireraient les marrons du feu. Encore que l’Histoire ait prouvé des retournements du genre « l’arroseur arrosé ».


          • lloreen 19 février 21:15

            Ecole de la confiance dans la république des pourris, il fallait oser...


            • lloreen 19 février 21:24

              Comme le titre mentionne l’éducation et que tout un chacun souhaite en avoir un minimum pour comprendre le monde qui l’entoure, je vous invite à regarder cette vidéo très instructive au sujet de l’histoire de l’humanité.

              https://www.youtube.com/watch?time_continue=7&v=o2w_2sLpd8o


              • JBL1960 JBL1960 19 février 23:49

                Faut juste se rappeler que le Blanquer était un participant français à la 66ème réunion du Bilderberg Group à Turin, dont les principaux thèmes était ;

                1. Populisme en Europe
                2. Le défi de l’inégalité
                3. L’avenir du travail
                4. L’intelligence artificielle
                5. Les États-Unis avant mi-parcours
                6. Libre échange
                7. Leadership mondial américain
                8. Russie
                9. L’informatique quantique
                10. Arabie saoudite et Iran
                11. Le monde « post-vérité »
                12. Événements actuels

                Côté nouveauté, le Bilderberg a invité le secrétaire d’État du Vatican Pietro Parolin (une première à ma connaisance). Source Fawkes News

                Mais chut... On va encore se faire traiter de vilain-e-s conspi, surtout si en plus on porte un Gilet Jaune...


                • njama njama 24 février 22:19

                  L’instruction obligatoire dès 3 ans. Va engendrer des dépenses nouvelles pour les communes, responsables du financement des écoles publiques et de certaines maternelles privées sous contrat.

                  Dans la plupart des écoles publiques je ne pense pas, la plupart des enfants (plus de 90 %) fréquentant l’école dès cet âge, sauf à Paris peut-être où il est difficile d’obtenir une inscription à cet âge faute d’un nombre suffisant d’écoles. Blanquer compte-t-il créer des écoles « publiques » en région parisienne ? 

                  Les créations d’écoles privées sont plus problématiques car il faut un minimum de 5 années d’enseignement, et donc de financements intégralement privés salaires des enseignants compris, avant de pouvoir prétendre à être en contrat d’association avec l’État, procédure administrative assez complexe qui nécessite suivi et validation de l’Inspection académique. Ce qui limite heureusement leurs créations.

                  Dans le privé sous contrat d’association, les communes ne financent pas le fonctionnement des écoles (charges de gestion, et frais en tous genres, salaires d’aide-maternelle, de personnel de service etc...) mais allouent des subventions aux écoles sous contrat pour un montant par élève équivalent aux frais de scolarité par enfant de leur(s) écoles publique(s). Ces subventions allouées étaient calculées bien sûr pour le nombre d’enfants ayant 6 ans révolus, âge légal pour l’instruction obligatoire. Les subventions à verser au privé sous contrat seront donc plus importantes avec l’âge légal pour l’instruction avancé à 3 ans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès