• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Effets du vaccin ROR : des parents en détresse jettent une bouteille à la (...)

Effets du vaccin ROR : des parents en détresse jettent une bouteille à la mer

Nello, le fils de Lionel et Sandrine

Les parents du petit Nello nous ont fait part du drame qui leur est arrivé : leur fils, Nello, né le 17 octobre 2010, et qui était en parfaite santé jusque là, a vu sa santé gravement se détériorer après la deuxième dose de vaccin ROR (Priorix). Malgré de multiples examens qui ont mis en lumière des troubles neurologiques, Sandrine et Lionel ont pu se rendre compte de l'énorme tabou en matière d'effets secondaires vaccinaux. A l'heure actuelle, Nello ne sait toujours pas parler, marcher, tenir des objets ni soutenir sa tête et son dos. Il présente aussi une gastrotomie percutanée, soit un trou dans son estomac parce qu'il ne sait pas être alimenté normalement. Ses parents, désemparés, se demandent ce que leur enfant va devenir. C'est pourquoi, ils lancent un appel en vidéo, une "bouteille à la mer", dans l'espoir que les parents d'autres enfants victimes puissent les contacter pour les informer d'effets similaires ou tout simplement partager leur expérience.

En tant que collectif citoyen bénévole consacré à la thématique des vaccins, nous ne pouvons que nous poser la question suivante : qu'arriverait-il si les parents de TOUS les autres enfants victimes de vaccins de par le monde se mettaient à faire comme Sandrine & Lionel et témoignaient eux aussi en vidéo ?

Il convient tout de même de se rappeler à ce sujet que seuls 1 à 10% des effets secondaires graves de vaccins sont effectivement notifiés et donc comptabilisés. C'est ce qui ressort d'un article faussement rassurant paru en novembre 2011 dans la Revue du Praticien (une revue médicale professionnelle). Voyez par exemple aussi ci-dessous comment l'ancienne Afssaps représentait cette "sous-notification inévitable" des effets secondaires vaccinaux dans un document de 2007 consacré à la pharmacovigilance de ces produits (cfr p.5)

Par ailleurs, cet article de la Revue du Praticien comporte d'autres aveux assez accablants en défaveur de la prétendue sécurité vaccinale :

- En page 2 de cet article, on peut en effet notamment lire qu' "il n'y a pas de consensus sur les éléments chronologiques ou sémiologiques de l'imputabilité d'un vaccin dans la survenue d'un effet indésirable (EI)." En d'autres termes, cela signifie donc qu'il n'y a aucun accord au sein même du monde médical sur le timing de survenue ou sur la nature des symptômes à réunir pour pouvoir incriminer l'un ou l'autre vaccin. De là, certains idéologues tentent habilement d'opérer le glissement selon lequel "pas d'accord" signifie "effet secondaire non prouvé" et donc de là aussi le fait qu'on ne parle jamais aux parents que des seuls effets sur lesquels la communauté médicale serait tombée d'accord, à savoir la fièvre ou la douleur au point d'injection ! Nous avons toutefois dévoilé le dessous des cartes lorsque nous avons publié sur notre site internet des documents confidentiels des fabricants de l'Infanrix Hexa et du Prevenar (respectivement GSK et Pfizer) tels qu'ils ont été communiqués aux autorités (qui sont donc tout à fait au courant) : des documents qui démontrent noir sur blanc que les effets secondaires des vaccins sont autrement plus graves, plus fréquents et plus variés que ce qu'on dit aux parents et que ceux-ci se comptent en centaines.

- Un deuxième aveu non moins important, tel qu'on peut le lire dans cet article de la Revue du Praticien, et qui figure en page 1 est formulé de la façon suivante : "Au moment de l’AMM, les données issues des essais cliniques ayant inclus quelques centaines ou milliers d’individus sélectionnés permettent de préciser l’efficacité du vaccin sur des marqueurs souvent biologiques (taux d’anticorps protecteurs) mais rarement sur le marqueur clinique pertinent qu’est la prévention de la maladie. Le profil de tolérance est décrit, mais seuls sont identifiables les effets de survenue précoce, d’incidence relativement élevée (réactions locales, fièvre). Les effectifs des essais pré-AMM sont insuffisants pour identifier les risques rares. La pharmacovigilance du vaccin est donc indispensable après l’AMM." Cela signifie donc, en d'autres termes, que les autorités sont au courant, dès avant l'attribution d'une autorisation de mise sur le marché à un vaccin, que les effets secondaires statistiquement plus rares mais pouvant être très graves restent non étudiés et leur fréquence non évaluée ! Tout fonctionne donc de façon expérimentale, "on pense que" mais on n'a aucune preuve, on prétend aux gens que le rapport bénéfices/risques est favorable alors qu'on n'en a strictement aucune idée. Et à ce sinistre petit jeu-là qui consiste à agir d'abord puis à réfléchir ensuite, il semble bien possible que les effets secondaires graves, y compris les décès, s'avèrent nettement plus élevés, si on veut bien tenir compte de la sous-notification, que le nombre de complications naturellement normalement attendues en l'absence de la moindre vaccination...

Ainsi, si on ne prenait QUE le seul cas de Nello, mais il y a bien d'autres effets secondaires graves du ROR chaque année en France, on arriverait, si on tient compte de la sous-notification, à un nombre 10 à 100 fois plus élevé de victimes. Imaginez tous les gens qui ont déclaré ces effets et qui se comptent sûrement en dizaines et même en centaines, et multipliez cela par 10 ou par 100. Il n'est guère difficile de se rendre compte que même sans aucune vaccination, il n'y aurait jamais autant de victimes de complications naturelles de la rougeole dans un état industrialisé comme la France. Pays où, rappelons-le tout de même, la mortalité par rougeole avait déjà baissé spontanément de 99,5%, sans le moindre vaccin, entre 1906 et 1983, selon les données de l'annuaire statistique de France.

JPEG - 44.2 ko
Evolution de la mortalité rougeoleuse en France
Extrait du livre « Vaccinations, les vérités indésirables » de Michel Georget, Editions Dangles.

En outre, il faut aussi, selon nous, prendre en compte l'absurdité de revacciner aussi précocement et aussi aveuglément des enfants qui ont déjà eu une dose de vaccin ROR. Pourquoi ? Parce que, comme cela est très bien expliqué dans le dernier livre de Virginie Belle, "Faut-il faire vacciner son enfant ?", selon l'étude de Daï Bin (*) menée pendant 15 ans en Chine, il n'y a pas d'effet de rappel, quel que soit le temps écoulé après une première dose. En effet, le taux d'anticorps atteint après une seconde dose est environ 10 fois inférieur en moyenne à celui obtenu après une première dose. Mieux, plus les doses sont rapprochées, plus la concentration en anticorps diminue rapidement. La proportion d'individus qui deviennent séronégatifs quelques années après la seconde dose est d'autant plus importante que les taux initiaux d'anticorps étaient faibles. Par exemple, 76% des 25 enfants revaccinés deux à trois ans après une première dose et qui avaient des titres d'anticorps inférieurs à 2 sont devenus séronégatifs. La seconde dose ne prolonge donc pas la durée de l'immunisation conclut Daï Bin. Alors, pourquoi existe-t-elle ? Pour être en adéquation avec les objectifs fixés par l'OMS en vue de l'élimination de la rougeole. En France, cet objectif a été formalisé en 2005. On pense en effet que 5 à 10% des nourrissons vaccinés ne seraient pas immunisés après la première injection. A cette proportion d'enfants s'ajoutent 10% de nourrissons non vaccinés. [... ] Cette seconde dose (de vaccin) n'est en fait pas présentée comme un rappel mais comme une deuxième chance d'immunisation pour les 5 à 10% de sujets qui n'ont pas été immunisés par une première dose. Cette seconde vaccination est donc INUTILE pour les 90 à 95% d'enfants déjà immunisés avec la première dose." En d'autres termes, lors d'une seconde dose de ROR, les parents qui n'en sont hélas jamais informés doivent savoir que c'est seulement (dans le meilleur des cas !!) 5 à 10% de bénéfices, et encore, parce que tout rougeoleux ne développerait pas forcément des complications graves, contre tout le vaste champ des effets secondaires qui est à nouveau de mise à chaque injection du moindre vaccin, tel une sinistre roulette russe. Tout cela, parce que les autorités jugent "trop coûteux" de systématiser un dépistage sanguin préalable à une seconde dose de ROR, un test qui ferait perdre des millions d'euros aux fabricants de vaccins avec des millions d'enfants à ne pas revacciner. Au lieu de cela, des enfants, comme c'était peut-être le cas de Nello, auront un effet contreproductif, même au niveau du taux d'anticorps avec une seconde dose : une sorte de tout à perdre et rien à gagner ! Sans compter que tout est ici misé sur la seule présence d'anticorps alors que de récentes recherches tendent à montrer que les anticorps ne seraient pas du tout indispensables pour se défendre contre divers virus.

Ce que les parents de Nello ont fait, ce témoignage-vidéo, c'est à la fois courageux et constructif. Cela rappelle ce que les enfants risquent sans le savoir, parce que leurs parents ont été désinformés et surtout culpabilisés. Ce genre de témoignage est fondamental, tout spécialement à une époque où divers pays (Suisse, Pays-Bas et même la France) ont envisagé de rendre le vaccin ROR obligatoire !

Alors que de prétendus "experts" très renommés comme Paul Offit, et qui trouvent hélas un écho dans le monde entier, osent affirmer que "les vaccins sont la chose la plus sûre que nous puissions introduire dans nos organismes (encore plus sûrs que les vitamines a-t-il dit !)", il importe de nous rappeler que les enfants accablés par une batterie consternante de vaccins, sont tout bonnement incapables de verbaliser et de décrire en détail le malaise et les effets de tous ces vaccins qu'on leur administre en série. Un atout évidemment considérable pour Big Pharma qui rêve pour cette même raison de voir ses vaccins anti-HPV (papillomavirus ou fausse appellation de "vaccins contre le cancer du col de l'utérus") être administrés à de fragiles nourrissons, ce qui pourrait constituer alors une sorte de "palliatif" au tollé croissant que suscitent ces vaccins risqués chez les adolescentes qui sont d'ailleurs de plus en plus nombreuses à témoigner du désastre.

Les victimes de vaccins, et les parents d'enfants victimes de vaccins gagnent réellement à se faire entendre partout, dans tous les pays, et en différentes langues. Il est essentiel que ces victimes puissent échanger entre elles, prendre contact avec la presse, se fassent entendre en vidéo ou par écrit et qu'elles échangent entre elles sur les possibilités d'action en justice qui sont les leurs. Il n'y a en effet QUE de cette façon que le monde entier pourra se faire une plus juste idée du rapport bénéfices/risques REEL des vaccins "sauveurs de vie."...

(*) BIN (Daï), ZHIHUI (Chen), QICHANG (Liu), TING (Wu), CHENGYING (Guo), XINGZI (Wang), HANHUA ( Fang), YONGZHONG (Xiang), "Duration of Immunity Following Immunization With Live Measles Vaccine : 15 Years of Observation in Zhejiang Province, China.", Bulletin of the World Health Organisation, 69 (4), 1991, pp. 415-23.


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

122 réactions à cet article    


  • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 août 2013 14:30

    Pays où, rappelons-le tout de même, la mortalité par rougeole avait déjà baissé spontanément de 99,5%, sans le moindre vaccin, entre 1906 et 1983, selon les données de l’annuaire statistique de France.


    Faux. En France, on vaccine contre la Rougeole depuis 1968.

    De plus, ce graphe est un relevé des MORTS, non des INFECTIONS. Et toutes les données montrent que ce n’est que depuis l’introduction du vaccin que le nombre de cas a baissé de façon drastique.

    • COLLIN 8 août 2013 23:30

      « En France, on vaccine contre la Rougeole depuis 1968. »

      Faux.La GENERALISATION de la vaccination ( avec l’objectif d’une « couverture » vaccinale de toute une classe d’âge) remonte au début des années 90.

      Et avec de nombreux effets pervers,en particulier chez les jeunes adultes de nos jours,qui ont été vaccinés il y a vingt ans.

      En effet,dans une population ayant accès à un un système de santé performant et à une bonne alimentation,la rougeole n’est qu’une maladie infantile banale,mais l’infection a l’énorme avantage de procurer une immunité très forte (bien supérieure à celle fournie par la vaccination).

      On a donc,vingt années plus tard,en l’absence de vaccination,une génération de jeunes adultes fortement protégés contre cette maladie,et des mamans qui peuvent donc transmettre par le biais des anticorps foeto-maternels une protection à leurs nourrissons.

      De plus,les jeunes adultes,seront à intervalles réguliers en contact avec les nouvelles souches de virus circulant,agissant comme « booster » (« rappel vaccinal ») et renforçant donc cette protection.

      Ce que l’on constate,depuis la généralisation des campagnes de vaccination ROR/MMR des nourrissons il y a une grosse vingtaine d’années,c’est une génération de jeunes adultes non protégés par l’immunité acquise par la maladie infantile,et qui bien que vaccinés dans l’enfance,sont souvent insuffisament munis de protection immunitaire .

      Et nous sommes confrontés à des cas particulièrement graves de rougeoles chez l’adulte,se concluant parfois (trop souvent) par le déces du patient,et par un cout de santé induit (sejour en soins intensifs) très élevé.

      La vaccination,dans ce cas,est une catastrophe en matière de santé publique dans les pays possédant un bon système de santé publique.

      Ceci,bien évidemment sans compter les très nombreux effets indésirables consécutifs à la vaccination.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 août 2013 01:18

      En effet,dans une population ayant accès à un un système de santé performant et à une bonne alimentation,la rougeole n’est qu’une maladie infantile banale,mais l’infection a l’énorme avantage de procurer une immunité très forte (bien supérieure à celle fournie par la vaccination).


      Non, la rougeole n’a rien de banale !

      En cas de complications, la vie de l’enfant contaminé est menacée par des infections opportunistes, comme la pneumonie, la diarrhée ou l’encéphalite, le pire étant une forme (rare heureusement ) auto-immune mortelle dans 10 % des cas.

      C’est peu, mais assez pour ne pas vouloir jouer à la roulette russe.

    • jeanpiètre jeanpiètre 9 août 2013 04:46

      les complications et effets secondaires ne sont pas non plus à prendre à la légère.


    • COLLIN 9 août 2013 09:45

      @Mmarvinbear,

      « Faux. En France, on vaccine contre la Rougeole depuis 1968. »

      En tant que professionnel de santé depuis presque trente années et ayant vacciné quelques milliers de nourrissons,d’enfants et d’adultes,je vous confirme que la vaccination en masse (recommandation médicale/consensus) ROR/MMR date des debuts des années 90,et pas de 1968,même si le vaccin existe depuis cette date.


      Je ne prétends pas minimiser la gravité d’une rougeole chez un individu immunodéprimé ou fragilisé,mais il est admis en pédiatrie que la rougeole infantile ne comporte pas plus de risques qu’une grippe.

      Les facteurs déterminants l’évolution de cette maladie infantile, sont l’état de santé initial (absence de pathologie fragilisant l’enfant),l’accès à un système de santé de qualité,la qualité du logement (densité,chauffage,qualité de l’eau,etc..) et l’état nutritionnel.

      L’étude des effets indésirables de cette vaccination étant largement biaisée,il est à ce jour quasiment impossible d’en établir le rapport bénéfice/risque.

      Enfin,l’autre problème de cette vaccination,comme de pratiquement toutes les vaccinations,est l’absence de toute évaluation scientifique de son efficacité par des protocoles REELEMENT scientifiques randomisés et en double aveugle.

      Si vous avez connaissance de telles études,ayez l’amabilité de nous en fournir les liens...


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 août 2013 10:55

      Je ne prétends pas minimiser la gravité d’une rougeole chez un individu immunodéprimé ou fragilisé,mais il est admis en pédiatrie que la rougeole infantile ne comporte pas plus de risques qu’une grippe.


      Et la grippe est une maladie à prendre très au sérieux, surtout chez les jeunes enfants. Ce n’est pas parce qu’on est capable de mieux prendre en charge ces maladies qu’il faut les considérer comme étant des passades.



      Enfin,l’autre problème de cette vaccination,comme de pratiquement toutes les vaccinations,est l’absence de toute évaluation scientifique de son efficacité par des protocoles REELEMENT scientifiques randomisés et en double aveugle.


      Ce qui est faux. La vaccination SYSTEMATIQUE contre la rougeole a permis d’éradiquer la maladie en Amérique du Nord, ou seuls des cas exogène se déclarent désormais (patients ayant été contaminés lors d’un voyage), le dernier cas endogène datant de 2006 je crois.


      Avant la première campagne de vaccination en 63 (ou 62), près de 500 000 cas se déclaraient annuellement. Les progrès de l’hygiène et de la prise en charge avaient permis de réduire le nombre de morts annuels de 7000 à 400 depuis les années 20.


      Deux ans après le début de la vaccination, le nombre de cas déclaré avait chuté à moins de 10 000. Et le nombre de décès à moins de 20 pour être nul ou presque chaque année désormais.


      Si ce n’est pas de l’efficacité !


    • doctorix doctorix 9 août 2013 11:57

      Marvinbear ignore également, délibérément ou non, que la tendance naturelle des épidémies est la disparition spontanée.

      C’est ce phénomène qui est exploité par l’industrie vaccinale, auquel elle ajoute le terrorisme intellectuel et la culpabilisation.
      C’est vrai pour la rougeole, et c’est vrai pour la polio, qui disparaissait gentiment, jusqu’à ce que les vaccinations de masse n’entraînent une remontée de la courbe descendante, avec des polio a virus vaccinal ;
      J’en profite pour rappeler que ces maladies virales sont très sensibles à la fièvre, et que c’est criminel de conseiller de la faire chuter par des antipyrétiques quand elle reste dans des limites raisonnables et parfaitement supportables. Bon nombre des complications de la grippe, de la rougeole et de la polio sont dues à cette insanité.
      Il faut savoir que les virus se multiplient 500 fois plus vite à 37°C qu’à 39°. C’est pour cela que l’organisme, bien moins stupide que nous, fait grimper la température, à un niveau adapté à la lutte et rarement plus. Pourtant, le premier réflexe du médecin « instruit » est d’attaquer ce premier et formidable moyen de défense de tout organisme. La encore, l’ignorance est coupable.
      L’aspirine, l’advil et le paracétamol peuvent tuer ou rendre infirme, il faut le savoir, et pour cela oser, la encore, se remettre en question. Bien peu de médecins en sont capables, confits dans leur suffisance diafoirine, qui n’a souvent d’égal...que leur insuffisance.    

    • COLLIN 9 août 2013 12:51

      @ Mmarvinbear


      Je vous ai demandé les liens vers vos sources,pouvez vous nous les communiquer ( études scientifiques publiées et validées ) ?

    • Julie Julie 9 août 2013 13:06

      « Marvinbear ignore également, délibérément ou non, que la tendance naturelle des épidémies est la disparition spontanée. »

      Aucune chance en ce qui concerne les maladies visées par le ROR.
      Sans vaccination, la France connaitrait environ 800000 (huit cent mille) cas de rougeole par an, et presque autant de rubéole et d’oreillons. D’ailleurs aujourd’hui la France ne vaccine pas contre la varicelle, et il y a 800000 cas annuels de varicelle.

      Avec un taux de létalité de la rougeole compris entre 1/10000 et 1/1000 cas, le nombre de décès annuels par rougeole, si on ne vaccinait pas, est facile à obtenir..


    • Julie Julie 9 août 2013 13:22

      Pour les curieux, l’évolution de la couverture vaccinale contre la rougeole entre 1969 et 1993 est indiquée dans le document suivant
      http://www.invs.sante.fr/beh/1997/9729/beh_29_1997.pdf

      le lien suivant http://www.invs.sante.fr/publications/rougeole/page2.html
      présente l’historique de la surveillance de la rougeole en France. 

      Enfin le point d’actualités de l’INVS :
      http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole/Points-d-actualites
      Depuis le 1er janvier 2008, plus de 23 000 cas de rougeole ont été déclarés en France, dont près de 15000 cas notifiés en 2011. Au total plus de 1000 cas ont présenté une pneumopathie grave, 31 une complication neurologique et 10 sont décédés.
      En 2012, 859 cas ont été notifiés sans pic épidémique notable au printemps, dont 3 cas d’encéphalite et 32 pneumopathies graves (aucun décès). Depuis le nombre de cas a encore diminué, avec en 2013, 154 cas déclarés du 1er janvier au 31 mai, dont un cas compliqué d’encéphalite qui a guéri sans séquelles.
      Le virus continue toutefois à circuler en particulier dans le Sud de la France (cf. figure 3). Il faut donc rester vigilant et continuer à veiller à la mise à jour du statut vaccinal avec 2 doses de vaccin pour toute personne âgée d’au moins 12 mois et née après 1980.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 août 2013 16:27

      Marvinbear ignore également, délibérément ou non, que la tendance naturelle des épidémies est la disparition spontanée.


      Cette phrase est la preuve manifeste que ce prétendu médecin ne l’est pas. Une épidémie ne se manifeste que lorsque les conditions (hygiène amoindrie, population affaiblie physiquement, densité importante autour du foyer d’infection, germe pathogène présent ) sont réunies. 

      Selon les germes, ces conditions sont plus ou moins faciles à réunir. La Grippe, par exemple, est annuelle alors que les épisodes de Peste ont été plus éloignés les uns des autres.


      Mais tant que les conditions initiales ne sont pas changées, les maladies reviennent avec leur régularité et leur morbidité propres.


      L’élimination des rats d’ Europe a privé les puces de leur moyens de survie et le bacille de la peste a disparu du continent. Il reste présent en revanche en Asie et en Afrique ( 4000 morts ces 20 dernières années ) ou la maladie ne disparait pas spontanément !



      Il faut savoir que les virus se multiplient 500 fois plus vite à 37°C qu’à 39°.

      Il faut savoir qu’il existe des millions de genre de virus qui ont chacun leurs particularité propres, chaque espèce ayant sa vitesse de multiplication propre. Une telle affirmation n’est médicalement d’aucune valeur.

      Pourtant, le premier réflexe du médecin « instruit » est d’attaquer ce premier et formidable moyen de défense de tout organisme. La encore, l’ignorance est coupable.

      Si une fièvre de 38 39° aide l’organisme, au delà de 40 elle devient un danger mortel (lésions cérébrales possibles) . Le médecin prescrit donc une posologie adaptée à chaque patient afin de garder la fièvre dans des limites basses puis pour l’éliminer une fois l’organisme en voie de guérison.


      L’aspirine, l’advil et le paracétamol peuvent tuer ou rendre infirme, il faut le savoir, et pour cela oser, la encore, se remettre en question. 

      Pour cela, il faut en absorber des doses déraisonnables. C’est le cas pour n’importe quelle substance.

      Essayez de boire plus de trente litres d’eau par jour et vous flinguez vos reins pour de bon.

      Et l’industrie pharmaceutique n’y sera pour rien !

    • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 août 2013 16:32

      Pour les curieux, l’évolution de la couverture vaccinale contre la rougeole entre 1969 et 1993 est indiquée dans le document suivant
      http://www.invs.sante.fr/beh/1997/9...


      Ce qui est intéressant est de voir que l’année charnière est 1987 : avant, le nombre de cas a tendance à stagner avec une légère orientation à la baisse.

      Après 87, le nombre de cas est divisé par 2,5 puis baisse ensuite encore.

      L’année 87 est celle où le taux de couverture vaccinale dépasse les 50 % de la population enfantine.

      Comme aucune avancée hygiénique majeure n’a eu lieu cette année là, on ne peut imputer cette baisse qu’à la vaccination massive.

    • foufouille foufouille 9 août 2013 21:15

      "L’élimination des rats d’ Europe a privé les puces de leur moyens de survie et le bacille de la peste a disparu du continent. Il reste présent en revanche en Asie et en Afrique ( 4000 morts ces 20 dernières années ) ou la maladie ne disparait pas spontanément !"
      il y a toujours des rats en france .........


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 10 août 2013 01:38

      Leur nombre a fortement diminué, ce qui est suffisant pour entraver la circulation des puces et donc des agents pathogènes qu’elles portent.


    • foufouille foufouille 10 août 2013 11:16

      la différence est qu’on a des égouts et des chats. un chat est très utile pour tuer les rongeurs


    • gaston gaston 11 août 2013 12:32

      Se faire vacciner c’est aussi jouer à la roulette russe , même si c’est dans une moindre mesure , mais le problème n’est pas la , c’est comme ça point barre !

      Le problème c’est le déni et la désinformation que font les médecins face aux dangers de la vaccinations même si les bénéfices sont plus importants ( ca reste à prouver dans certains cas ) , il est intolérable que les gens ne soit pas informé correctement des risques de complications et de ce fait de ne pas pouvoir prendre leur décision en toutes connaissances de cause !!! 


    • Massaliote 11 août 2013 16:52

      « La différence est qu’on a des égouts et des chats. un chat est très utile pour tuer les rongeurs dit Foufouille. »

      Contre un gros rat d’égout un chat n’a AUCUNE CHANCE. Comparer les dents de l’un et de l’autre : le rat est doté de poignards contre les aiguilles du chat.


    • doctorix doctorix 11 août 2013 19:50

      Il faut savoir qu’il existe des millions de genre de virus qui ont chacun leurs particularité propres, chaque espèce ayant sa vitesse de multiplication propre. Une telle affirmation n’est médicalement d’aucune valeur.


      Il y a des virus froids et des virus chauds, plus ou moins.
      Cependant ce qui est vrai pour tous est que 39°C limitent considérablement leur possibilités de reproduction, quels qu’ils soient. De 2 à 500 fois, il ne faudrait pas non plus pousser trop le pinaillage.
      Le pr Lwoff, prix Nobel de virologie (bien qu’il profère pas mal de bêtises au sujet du vaccin polio dans cet interview d’Igor Barrere dans les années 70, comme par exemple que les vaccins sont « absolument surs), l’explique fort bien à partir de la dixième minute de cette vidéo :
      Quand aux médecins qui prescriraient des »doses adaptées".... Encore faudrait-ils qu’ils connaissent le pouvoir de la fièvre : faites un sondage, et vous serez surpris : pour eux, la plupart, la fièvre c’est l’ennemi.
      Toujours est-il que leur seule ambition est de ramener la fièvre à 37°C, point barre.
      Vous continuez vos allégations selon lesquelles je ne serais pas médecin. Je comprends que cela embarrasse les suppôts de l’industrie pharmaceutique et autres trolls qui se répandent sur ce forum qu’un médecin s’exprime ici.
      Eh bien il faudra vous y faire, car la progression des médecins sceptiques est en train de profiter d’une croissance exponentielle.
      En plus, si je suis, moi, vraiment médecin, on ne sait toujours pas ce que vous, vous êtes. Troll ou larbin de Big Pharma, on hésite tous.
      Pour revenir à la fièvre, il ne faudrait pas non plus exagérer le risque des convulsions :
      Rarement, la crise peut être grave lorsqu’elle dure plus de 10 minutes, lorsqu’elle se répète très souvent, lorsqu’elle touche un nourrisson de moins de 9 mois ou un enfant de plus de 5 ans, lorsqu’elle est accompagnée de signes neurologiques persistants. Dans ce cas une hospitalisation est nécessaire. 
      (C’est wikipedia qui le dit, c’est dire si c’est fiable...je plaisante, bien sur).
      Personnellement, en 35 ans d’exercice, je n’ai JAMAIS vu de convulsions. Et seulement une ou deux fois en garde au Samu (oui, méfiez-vous, l’ours, si vous faites le 15, vous risquez de tomber sur moi, une ou deux nuits chaque mois : c’est très risqué !!!).     

    • etrange etrange 8 août 2013 16:43

      La vaccination peut etre fort dangereuse et c’est une chose que l’on ne répètera jamais assez. Notamment, l’on sait, officieusement bien-entendu, que le vaccin ROR est, plus que certainement, très activement impliqué, bien qu’en combinaison avec d’autres facteurs, dans l’explosion du syndrome autistique ou dans celle l’hyperactivité chez l’enfant...Mais chut, il est interdit de le dire, la mafia de l’industrie pharmaceutique, une des plus puissantes au monde, veille pour cela, et finance un tas d’études et de recherches toutes plus dirigées les unes que les autres via des laboratoires scientifiques peu « scrupuleux », ou via l’OMS, organisme oeuvrant clairement à sa solde.


      • Captain Marlo Pilou Camomille 8 août 2013 19:14

        J’ai lu ce matin, que nos « responsables de la santé » , disaient qu’il n’y avait aucun danger avec les vaccins....

        Mais qu’il y aurait quand même quelques recherches faites autour du professeur Romain GHERARDI, à l’ Hôpital Henri Mondor à Créteil dans l’ Essonne.

        Il ne semble pas que ce médecin soit entièrement convaincu de l’innocuité des vaccins et qu’il a publié des études en ce sens..... Encore un lanceur d’alerte qui va avoir des ennuis.

        La « myofasciite à macrophages » qui est due à l’aluminium comme additif, est si peu répandue, que j’ai trouvé sur Internet un document de l’ Armée (qui vaccine à tour de bras) où cette maladie était parfaitement décrite.

        Elle transforme un sportif en légume, une paille !

         Pour que la Grande Muette la ramène, c’est que les accidents vaccinaux ne doivent pas être si rares que cela.

        Les chiffres doivent être bien en dessous de la réalité, puisqu’on ne compte que ce qui est reconnu comme ayant une existence officielle...., et comme ça n’existe pas, on ne peut pas les compter.


        • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 8 août 2013 22:53

          Pour répondre à Marvinbear : la vaccination était très loin d’être généralisée ou fréquente avant 1983 contre la rougeole.

          Le graphe concerne en effet la mortalité et le nombre d’infections, tout à fait, nous sommes d’accord là-dessus. Mais ce que vous oubliez de souligner est que c’est la mortalité le paramètre le plus important, quand la mortalité baisse, statistiquement parlant, la gravité de la maladie baisse généralement en proportion aussi. Donner l’illusion qu’en vaccinant tous azimuts on réduira « les complications » à zéro est une vue de l’esprit puisque, ce cas et bien d’autres le montrent, on ne peut pas éthiquement mettre les complications du vaccin sous le tapis. Pour les enfants touchés, ceux qui font par exemple une encéphalite, cela leur est complètement égal que l’encéphalite ait été causée par la rougeole ou le vaccin, c’est le résultat qu’eux et leurs parents vivent dans la douleur. En vaccinant, on a réduit la fréquence de circulation du virus, mais la question (que vous éludez évidemment totalement) c’est surtout A QUEL PRIX ? Et la forcément, pour que vous puissiez maintenir que le vaccin est ce qu’il y a de mieux, il est incontournable que vous niiez ou minimisiez l’ampleur des risques. Réduire la fréquence de l’infection juste « pour ne pas être malade » est une attitude simpliste et immature compte tenu que le vaccin peut lui-même rendre malade ! Ce qui compte, c’est de rappeler que la vaste majorité des infections rougeoleuses des enfants des pays industrialisés sont bénignes (un rappel qui déplaît à l’establishment car il fait alors ressentir aux gens le vaccin comme moins incontournable). Traverser la rue est un risque, tout est un risque. Eliminer toutes les maladies est une utopie dangereuse qui ne peut qu’amener d’autres maladies encore plus graves et « le retour de bâton » épidémiologique, comme on le voit notamment avec la rougeole, les oreillons, la coqueluche, etc, c’est à dire le déplacement de l’âge de survenue de la maladie naturelle vers des âges où les complications sont proportionnellement plus graves encore !

          Dans l’introduction du livre du si décrié Wakefield, le Dr Fletcher, ancien officiel britannique de l’agence des médicaments reconnaît lui-même que si ça avait tenu à lui, il n’aurait pas octroyé une AMM au vaccin ROR sur base des études cliniques soumises par les fabricants parce que celles-ci portaient sur un nombre beaucoup trop faible de sujets et qu’ils étaient suivi sur un laps de temps beaucoup trop court. Voilà qui devrait faire réfléchir les plus obstinés. Et pour les autres, tant pis à la fin !


          • doctorix doctorix 8 août 2013 23:30

            Pas trop faire attention aux commentaires de Marvinbear. C’est un râleur professionnel, il est pour tout ce qui est contre et contre tout ce qui est pour.

            En plus, il est souvent mal informé. Ici par exemple, il ignore que les vaccinations anti-morbilleuses provoquent les épidémies qu’elles sont censées éviter, et que celles-ci surviennent dans des populations d’enfants vaccinés à près de 100%.
            Cette vaccination est un crime collectif et consensuel, promu par des escrocs et soutenu par des benêts. 
            Paul Offit est l’un de ces escrocs : une mine de conflits d’intérêts à lui tout seul. En fait une authentique ordure.
            Je pense que Wakefield est en train de gagner sur tous les tableaux, et cela promet un scandale extraordinaire, et des procès à n’en plus finir, ce qui malheureusement ne guérira pas les milliers d’enfants autistes.
            A tous les parents, je dis ceci:n’écoutez pas les sirènes, et contentez-vous d’imposer à vos enfants le minimum de vaccinations obligatoires (tant qu’elles le restent encore). C’est-à-dire Diphtérie, tétanos et polio. Elles sont pratiquement inefficaces et inutiles, parfois dangereuses,mais c’est la loi. Par contre, rien ne vous empêche de vous battre avec nous pour que la loi change. Apprenez-donc à connaître la vérité vraie sur les vaccins, les ouvrages et les sites ne manquent pas. En tous cas, laissez au moins tomber tous les gadgets à la mode : les enfants vaccinés sont cinq fois plus malades que les non-vaccinés, ça devrait vous faire réfléchir.

          • radmo 9 août 2013 00:03

            Le pédiatre a prescrit à notre bébé de 8 mois, le vaccin le PREVNAR 13, après la lecture de la notice , nous avons refusé de le vacciner car ce vaccin est très dangereux. 

            Nous avons fait une petite recherche, il se trouve que ce vaccin est sur la listes noire, des 77 médicaments dangereux, que l’AFSSAPS a mis sous surveillance.

            Mais les pédiatres continuent de le prescrire aux bébés sans informer les parents des dangers de ce vaccin.

            Oui, il faut aller devant les tribunaux contre ces médecins et les labos car c’est le seul moyen d’arrêter ce massacre. 


            • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 9 août 2013 00:15

              @radmo : vous ne croyez pas si bien dire. les pédiatres injectent même en routine Prevenar 13+ Infanrix hexa dans une même consultation « car officiellement recommandés d’en haut » MAIS selon des documents confidentiels de Pfizer publiés sur notre site internet, tant le fabricant que les autorités sont bien au courant qu’administrer ces deux vaccins en même temps multiplie pourtant par 3 le risque d’effets secondaires neurologiques. Ils le savent mais continuent de recommander cette combinaison. Etrange pour des gens qui disent vouloir « améliorer la santé publique » n’est-ce pas ?! quand on sait que la France compte 640 000 autistes dont 180 000 chez les jeunes de 0 à 19 ans, et encore on ne parle ici même pas de tous les autres effets neurologiques : encéphalites, épilepsie, convulsions, scléroses en plaques etc etc...


              • Stof Stof 9 août 2013 08:28

                La ligne officielle est claire : « on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs ». Autrement dit, les effets secondaires des vaccins sont certes dangereux, mais moins que les effets d’une épidémie.
                Or, en refusant un vaccins à titre individuel on s’exonère des risques mais on en fait courrir un à la collectivité.
                Donc, silence radio.

                Seulement, ce silence permet aux industries de faire à peu près n’importe quoi et de vendre de la merde au seul motif de la rentabilité. Alors que des alternatives existent !


                • doctorix doctorix 9 août 2013 11:09

                  « Vaccinez-vous pour les autres, par solidarité »

                  Ce discours est confondant de bêtise, et pourtant largement repris et médiatisé.
                  Si les autres sont vaccinés, et si le vaccin est efficace, alors que risquent-ils ?
                  Cette phrase stupide est plutôt un aveu...
                  Il faut savoir , par exemple pour la polio, que les cas actuels de paralysie infantile sont tous dus au virus vaccinal et non au virus sauvage : ce qui veut dire que c’est le vaccin qui les provoque. Il faut savoir aussi que le virus peut être transmis par des enfants vaccinés, et que c’est même son mode actuel de propagation.
                  Le vaccin propage le virus, mais ne protège même pas : en Inde :
                  « C’est donc un total de 1492 cas de 2007 au 29 mai 2009 dont au plus 79 étaient non vaccinés et les ¾ avec plus de 7 doses !
                  Dangereux, propageant les épidémies, et de plus inefficace : mais alors pourquoi l’OMS en fait-elle la promo, on ne se le demande même plus : on sait que cet organisme est pourri jusqu’à la moelle, de l’intérieur.
                  Alors il vaudrait mieux dire : »vaccinez-vous pour mieux répandre le virus", ce serait plus conforme.
                  La propagation du virus de la rougeole se fait très souvent sur le même mode, à partir des vaccinés.

                • le crocodile 11 août 2013 06:36

                  Par Stof
                  « Or, en refusant un vaccins à titre individuel on s’exonère des risques mais on en fait courrir un à la collectivité. »

                  Ceci est COMPLÈTEMENT FAUX . Vous répétez , comme un perroquet , les mensonges qu´on pouvait lire dans pratiquement tous les journaux français lors de la soit disant pandémie de grippe aviaire où Bachelot pensait même faire vacciner la population DE FORCE ! Nous avons tous pu constater que les seuls qui ont profité financièrement de cet énorme bluff , pour ne pas dire escroquerie , sont les labos pharmaceutiques et , très certainement cette brave madame Bachelot .....
                  Vous devrier chercher vos sources de renseignements au sujet des vaccins ailleurs que dans les merdias , mais il faut se donner la peine de chercher un peu .


                • Denzo75018 9 août 2013 08:39

                  Les problèmes de santé du petit garçon Nello sont indéniablement dramatiques, et je compatis. Cependant, ce genre d’article anti-vacciation est odieux et insoutenable d’autant plus qu’il ne prouve rien sur l’implication de la vaccination et que cela n’est encore moins prouvé par des autorités médicales indépendantes. Honte à vous, pour ces amalgames gratuits ....


                  • doctorix doctorix 9 août 2013 11:28

                    Non, Denzo, vous ne nous ferez plus le coup de la honte, de la mise en danger de la vie d’autrui par l’anti-vaccinalisme.

                    Je suis un médecin responsable, j’ai vacciné pendant trente ans, avant d’étudier les vaccins (chose qu’on ne fait pas pendant les études:il est inutile d’étudier une religion, semble-t-il).
                    Après les avoir étudiés pendant cinq ans, et Dieu sait qu’il y avait de quoi étudier, j’ai renoncé à les faire, et découragé les candidats, leur conseillant le strict minimum légal, faute de pouvoir faire autrement. 
                    Alors non, je n’ai nulle honte, et la honte doit changer de camp, ce qu’elle est en train de faire, progressivement. La lutte anti-vaccination n’est pas un acte honteux, mais un acte courageux, qui demande bien des risques quand on est médecin, et bien des renoncements, car la vaccination est un acte qui rapporte énormément d’argent pour bien peu de travail. Ce qui explique sans doute sa pratique aveugle et imbécile.    

                  • radmo 9 août 2013 08:50

                    Le Prevnar a fait beaucoup de dégâts chez les bébés en France et à l’étranger ; http://www.20minutes.fr/ledirect/682224/monde-japon-deux-vaccins-suspendus-apres-deces-quatre-enfants


                    • chmoll chmoll 9 août 2013 09:05

                      j’ai jamais eu confiance au Goebbels de la vaccination quelle qu’elle soit
                      souvent l’un des composants d’un vaccin est le dessous de table,très souvent même

                      cela dit ,Mme je vais faire passer votre message


                      • Corinne Colas Corinne Colas 9 août 2013 11:52
                        Excellent article et... plus haut, des commentaires pertinents pour l’appuyer grâce à des références précises ! 

                        Ceux qui se refusent à entendre toute autre information que l’officielle, devraient faire l’effort de se documenter car leurs arguments « pro vaccination » sont faiblards. Qu’ils fassent donc l’effort de lire les publications diverses et livres des professionnels « ennemis » sur ce sujet et ils changeront certainement d’avis s’ils sont honnêtes.

                        Il faut commencer avec  « Vaccinations, les vérités indésirables » de Michel Georget, Editions Dangles.

                        Très bon choix que de citer Michel Georget dans cet article, une pointure !

                        • doctorix doctorix 9 août 2013 14:08

                          Le livre de Michel Georget est une bible pour qui a envie de savoir. Tous les parents devraient l’avoir lu avant de donner leur confiance (ce qu’ils ne feront certainement plus après l’avoir lu).

                          http://www.amazon.fr/livres/dp/2703305079
                          Mais il y a un petit bouquin très bien fait aux éditions Jouvence, pour quelques euros : « Qui aime bien vaccine peu ».
                          Il n’est pas polémique, et vous dit brièvement ce qu’il y a à savoir sur les vaccins, et donc pas grand chose de bon à en espérer.
                          Il expose surtout ce qu’il y a dans le titre...

                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 août 2013 21:11

                          Michel Georget


                          Etudes supérieures à la Faculté des Sciences de Poitiers :
                          - SPCN (1953), puis certificats de 
                          - Botanique (1954) 
                          - Zoologie (1955) 
                          - Géologie (1956)


                          Diplôme d’études supérieures de Botanique (1956) 
                          Lauréat de la Faculté des Sciences de Poitiers (1956) 
                          Agrégation de Sciences Naturelles (1957)


                          Le rêve : un prof de biologie ( de niveau respectable reconnaissons le ) qui se pique de médecine...

                          Il doit à peine savoir dans quel sens tenir une seringue et on en fait un pape de la médecine alternative.


                          Les parents attentifs seront rassurés de voir en quelles mains ils mettent la vie de leurs enfants.


                        • doctorix doctorix 9 août 2013 22:45

                          Attaque ad hominem, quelle classe !

                          Puisque les médecins ne s’occupent pas, ou peu, d’étudier les vaccins, autant que ce soit un prof de biologie qui relève le défi. Peu de médecins d’ailleurs en eussent été capables.
                          Mais Marvinbear a-t-il pris la peine de lire ce qu’il ose critiquer ? Pensez-vous, il est au-dessus de ça. A quoi servirait de s’instruire, puisqu’il sait déjà, par définition. C’est le point commun à tous les adorateurs des vaccins : je ne sais rien, mais je dirai tout.
                          Le travail de Michel Georget est tout à fait remarquable, moi qui l’ai lu (deux fois), je le confirme ici. 
                          Et c’est consternant de le voir attaquer par un ignare. Bien que ça n’ait pas grande portée.

                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 10 août 2013 01:41

                          Il n’y a aucune honte à souligner que le prophète porté aux nues n’a strictement aucune compétence pour parler problèmes de vaccination.


                          Autant interroger un boulanger pour en savoir plus sur les maladies neuro-dégénératives.



                        • Corinne Colas Corinne Colas 10 août 2013 09:23

                          Nounours

                          Les études sont organisées de façon à ce qu’on puisse obtenir un diplôme sans faire le lien entre différentes connaissances. 

                          Critiquer Georget au prétexte de son cursus, c’est justement faire preuve d’une grande ignorance quant à ce qui est appris en fac de biologie. Si vous ne le croyez pas, si vous n’avez pas confiance, si vous n’en savez rien... essayez d’atteindre seulement la licence et avant même la fin de ce premier cycle, vous aurez compris qu’on nous prend pour des oies blanches parce que vous aurez une base minimale qui aurait pu être donnée dès le lycée. D’ailleurs, vous serez stupéfait d’entendre ce que vos profs auront à dire sur les vaccins sans aucune gêne. Plus simple, procurez-vous les cours ou faites-vous expliquer tout ça par quelqu’un de votre entourage qui a fait une fac de bio !

                          Big pharma qui investit plutôt dans les cours pour les prescripteurs (les futurs médecins), a oublié de faire le grand nettoyage chez ceux qui sont le plus à même de démonter son discours à propos des vaccins... Dépêchez-vous, cela ne saurait durer car ses grandes oreilles traînent partout ! Je ne suis pas atteinte du syndrome complotisme, je parle juste en connaissance de cause puisque dans un autre domaine, j’ai eu droit à un(e) « Julie » défendant cette fois la Méthylphénidate qui se donne comme un cachou mais qui peut mener au suicide chez les gosses.

                           

                           


                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 10 août 2013 13:08

                          Les études sont organisées de façon à ce qu’on puisse obtenir un diplôme sans faire le lien entre différentes connaissances. 


                          Les études sont organisées de façon à préparer l’étudiant à la vie active et à lui donner les compétences et le savoir nécessaire pour sa profession future qu’il aura choisi. Un futur chirurgien aura plus d’anatomie à étudier qu’un pharmacien.


                          C’est logique, pourquoi donner des cours de mécanique automobile à un futur charcutier ?


                          Maintenant, rien ni personne n’empêche l’étudiant ou le nouveau diplômé de retourner sur les bancs pour faire un autre cursus, ou en étudiant le soir en parallèle de son travail.



                        • Corinne Colas Corinne Colas 10 août 2013 14:12

                          Vous avez tout à fait raison ! 


                          Monod, Salk, Fleming ou Guérin pour deux plus connus dès l’école primaire (sans parler de Pasteur) ... étaient des charcutiers ainsi que ceux d’aujourd’hui toujours en activité dans les labos de biolo en train de faire de la recherche sur les vaccins, cette charcuterie spécialisée se pratique d’ailleurs en Pharmacie (pas celle où vous achetez votre aspirine) et non en Médecine ou en Biologie. 

                          En revanche, les charcutiers chercheurs sont issus de l’une ou l’autre car quelques chemins mènent à Rome. Et vos vaccins, ce sont bien des biologistes qui en sont à l’origine... ou du moins les petites mains des techniciens qui font le boulot, le chercheur leur assignant un angle de recherche comme votre maître d’école, vous demande de faire un exposé ! 





                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 10 août 2013 18:37

                          Monod : docteur en sciences naturelles


                          Salk : diplomé en sciences naturelles

                          Fleming : diplômé en médecine et en chirurgie en 1909

                          Guérin : docteur en médecine vétérinaire

                          Pasteur : docteur en sciences

                          C’est d’un autre niveau que Georget quand même...


                        • Kevorkian 10 août 2013 22:53

                          HAHAHA ça ne rate JAMAIS ! Sitôt qu’on cherche à cartonner le bouquin de Georget on ressort le CV de son auteur sans jamais parler du fond des 450 pages. Il explique par ailleurs en préface qu’il a été un défenseur acharné des vaccinations.


                        • Corinne Colas Corinne Colas 11 août 2013 10:53

                          c’est quoi les « sciences naturelles » d’après vous ? Vous faites exprès de jouer... 

                           En bref, les noms auxquels vous avez accolé médecin ou véto... étaient aussi des biologistes.

                           De fait, vous devriez être soulagé, sachant que Mr Georget fut précisément chargé d’enseigner aux futurs professionnels ce que vous lui reprochez naïvement de ne pas connaître...

                           Sur ce, lisez son livre au lieu d’ergoter sur du rien ! 

                           Que dire de la pétition des médecins contre l’aluminium dans le DTPolio auprès de Mme Touraine ? http://www.change.org/DTPolioSansAluminium

                           Qu’est-ce qui peut bien clocher chez ces toubibs ? 

                           Et lui Mr Girard, il est bon à enfermer ? Pourtant, il est aussi expert auprès des tribunaux ! http://www.rolandsimion.org/spip.php?article161

                          Où il explique pourquoi le DTP a été retiré et non remplacé. 

                           

                          -----------------------------------------

                           

                          Une petite incursion sur un site professionnel dédié aux médecins  : 

                           c’est quand même « ENNUYEUX » la mort d’un bébé après un vaccin...


                          Reste plus qu’à décorer le PDG de Sanofi et de Wyeth Grand Croix de la Légion d’Honneur par Sarkosy pour service rendu, comme Servier en 2009

                          encore merci à Elena Pasca pour cette alerte, grand-père depuis peu, j’ai convaincu la maman de mon petit-fils de ne pas faire tous ces vaccins inutiles, voire dangereux, comme Rotarix (dont une énorme étude dans le tiers monde a montré son inefficacité), merci à CMT pour sa critique sur Méningitec et sa prudente réserve concernant le vaccin de l’hépatite B.

                           ------------------------------ continuons à lire les toubibs entre eux à propos cette fois du Prevenar en 2011sur 

                          http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2011/03/08/les-vaccins-prevenar-et-acthib-suspendus-au-japon-apres-le-d.html

                          Commentaires goguenards

                          Les français sont beaucoup plus rapides que les japonais pour établir l’absence de relation de causes à effet entre Prevenar et décès.


                          Après les décès de deux bébés à Montauban la semaine dernière le Parisien.fr écrit :

                          "Avant même les conclusions de l’agence du médicament, l’ARS a été informée jeudi des résultats partiels d’une autre expertise qui établit qu’il « n’y a aucune relation entre les décès et les vaccinations » (les bébés avaient tous deux reçu du Prevenar)"

                          Les japonais devraient demander conseil à nos experts français avant de suspendre un vaccin de façon empirique ....

                          Ecrit par : spitzoïde 08.03.2011

                          MERCI de l’info, il s’agit du Prévenar a valence 13 !? Au moins l’ancien Prévenar à valence 7 inefficace, certes, ne semblait pas avoir cet « inconvénient », bien que le triste état de la pharmacovigilance française ( dont je suis responsable d’ailleurs ) ne nous renseignait pas beaucoup.

                          sérieux problème car suffit d’aller lire ce qu’il se disait déjà en 2007 :

                          A propos du prevenar :

                          http://www.confidentielles.com/ttopic-36814-LES-RISQUES-LIES-A-LA-VACCINATION-AVEC-PREVENAR.htm

                          Maman de 3 enfants, je ne connaissais pas le vaccin prévenar lorqu’il m’a été fortement conseillé pour ma dernière. Il se trouve qu’elle a faitune complication importante aprés la 3me injection (elle avait 6 mois), en effet elle a fait des crises de convulsions assez compliquée et ce qui est plutôt inhabituel chez d’aussi jeunes enfants. Il a bien été reconnu que le vaccin prévenar était en cause. Aujourd’hui ma fille a 18 mois et est surveillée de prés par un neuro pédiatre car il est probable qu’elle est des séquelles de ses convulsions. Elle bénéficie d’un tratitement anticonvulsif à ce jour (DEPAKINE). Je recherche donc des témoignages d’autres mamans à qui il serait éventuellement arrivé la même chose.

                          bonjour, j’espère que ta fille se porte bien, en ce qui me concerne on me l’a aussi conseillé et peu connu, j’ai préféré ne pas le faire avec ton témoignage, je me conforte sur ma décision mais pour toi bon courage donne nous des nouvelles de ta fille.

                          moi aussi le médecin m’en a beaucoup parlé mais ma kiné qui a 3 petits me l’avait déconseillé donc dans le doute g préféré ne pas le faire.Mais tiens nous au courant. J’attends des nouvelles de la petite Maelle. bon courage.

                          0/10/2007 à 23:58

                           

                          Sujet du message : Coma et encephalite grave suite Vaccin PREVENAR

                          Bonjour, 
                          Mon fils de 2 ans est dans le coma depuis 3 mois deux jours après le vaccin PRENEVAR( 4eme injection ). Les médecins disent que c’est une encéphalite d’origine inconnue car il n’y a aucun virus ou bactérie dans les analyses ! ! Il est resté 80 jours en réanimation avant le transfert vers un centre de réadaptation. Actuellement il respire seul mais il est toujours inconscient. 
                          C’est un BB qui était en pleine forme sans problème de santé particulier, tout a commencé 30 heures après le vaccin… 
                          Les IRM sont catastrophiques et le diagnostic n’est pas optimiste .Pour le moment il fait des petits progrès mais pas de moyen de rentrer en contact avec lui. Notre vie est un calvaire depuis 3 mois. 
                          Stéphanie07 je souhaiterai savoir un peu plus de détail sur les pbs de Maëlle, si le cas était bien signalé à la pharmacovigilance ? car les médecins ne veulent pas trop prendre au sérieux la piste du vaccins ( même s’il y a au moins 4 cas d’encéphalite poste vaccinale au USA). Ils disent qu’il n’a pas de cas d’effets indésirables signalés pour le moment en France (ce vaccin est nouveau et il y a une pub qui passe à la radio). 
                          J’avais pas de doute sur les vaccins jusqu’au jour ou BB est tombé dans le coma en 5 heures au urgence... 
                          Bon courage et merci de votre aide.

                           

                          18/10/2007 à 18:05

                          Bonjout bbmalade, 
                          ton témoignage me bouleverse. Oui mon cas a été signalé à la à pharmacovigilance, mais je trouve ça tellement insuffisant. 
                          Ils font une publicité à grande échelle pour ce vaccin et ça me déprime, soit disant que les effets de notre type sont si minimes (en cas ) mais tous ne sont pas répertoriés. Je pense qu’on est au tout début d’une polémique. Et on se sent tellement seule. Pour Maëlle ça a été une crise de convultion assez important (on l’a cure morte) 24 H aprés la 3ème injection (elle avait 5 mois). Les médecins se sont trouvés devant un cas inconnu pour eux ils n’avaient jamais vu de bb convuser avant l’âge de 9 mois. Bref puis 2ème crise de convulsion a 6 mois où là ils

                          --------------

                           c’est écrit en 2007 !!

                          Le prevenar c’est comme le médiator…les effets secondaires cela ne date pas d’hier ! Et encore une fois, on a tout fait pour effacer l’histoire.


                          J’arrête là un échange stérile car il n’y a pas les illuminés d’un côté et les gens instruits de l’autre ici. La réalité, c’est que ce sont des médecins convaincus par les vaccins ainsi que des familles au calendrier vaccinal irréprochable qui se mettent à douter et à rechercher l’information à l’occasion d’un accident malheureux. Bienvenue en enfer ! Il n’y a que les idiots qui ne changent jamais d’avis.

                           

                           La France est le premier producteur mondial de vaccins… alors il est très difficile d’échapper à la manipulation et le marketing. Ne pas oublier que la vaccination, ce n’est pas comme prendre un suppo !

                           Il y 3 vaccinations obligatoires depuis toujours en France… faut les faire si on ne peut faire autrement… mais le reste, c’est du bidon. Entre les adjuvants, les cellules de reins de chien etc. SANS COMPTER LA MALADIE ELLE-MEME QU’ON INJECTE ou plutôt les maladies. Ce qui est inutile est à éviter même si tout est fait pour nous encourager à l’acheter… Bientôt un vaccin contre le rhume... en attendant celui contre le sida ou le cancer, une Arlésienne régulièrement annoncée aux gogos !


                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 août 2013 11:26

                          SANS COMPTER LA MALADIE ELLE-MEME QU’ON INJECTE ou plutôt les maladies. 


                          C’est maintenant que vous vous rendez-compte du principe de la vaccination ?

                          Vous avez dû sécher pas mal d’heures de SVT pour ne pas vous en être rendu compte avant.

                          La vaccination, c’est la mise en contact délibéré d’une maladie avec un sujet sain dans le but de préparer son corps à la combattre de façon efficace. 

                          Pour cela, on lui inocule un virus mort ou trop faible pour être dangereux, ou mieux encore, les antigènes si cela est possible pour stimuler la production d’anticorps.



                           en attendant celui contre le sida ou le cancer, une Arlésienne régulièrement annoncée aux gogos !

                          Un vaccin efficace contre le cancer du col de l’utérus est déjà disponible. Un vaccin généralisé contre le cancer est semble t-il impossible à faire car tous les cancers ne sont pas causés par une infection virale à la base.

                          En attendant celui contre le SIDA, un vaccin contre le paludisme est en très bonne voie d’achèvement.

                          Mais bon, il sera sans doute inutile lui aussi...

                        • Corinne Colas Corinne Colas 11 août 2013 13:18
                          Libre à vous de penser que dans la nature, les bébés sont soumis en même temps à une attaque d’hépatite, de varicelle, d’oreillons, de polio, de tétanos, de rougeole etc.

                          Oui c’est mieux d’attendre un vaccin aussi contre le paludisme. smiley
                          Mais hourra cela ne saurait tarder car on préfère ceci :

                          plutôt que cela :


                          Inutile de répondre, j’ai déjà une idée précise des mots employés...

                        • Corinne Colas Corinne Colas 11 août 2013 14:12

                          « Un vaccin efficace contre le cancer du col de l’utérus est déjà disponible »


                          Décidément, vous allez réussir à terminer le collier avec toutes les perles que vous enfilez ! Documentez-vous sur le Gardasil...

                          Sinon encore merci aux médecins qui refusent d’être des moutons :





                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 août 2013 20:13
                          Libre à vous de penser que dans la nature, les bébés sont soumis en même temps à une attaque d’hépatite, de varicelle, d’oreillons, de polio, de tétanos, de rougeole etc.


                          Si ces maladies sont qualifiées d’infantiles, ce n’est pas par hasard. Elles frappent les personnes fragiles et donc en majorité des enfants. On ne va pas non plus attendre que le môme ait vingt ans avant de le vacciner non plus.

                          Pour infos, je n’ai été vacciné QUE contre la rougeole et je ne l’ai jamais chopée. Par contre j’ai enfilé varicelle, oreillons à la file. Une fois guéri, mes parents ont docilement suivi le carnet vaccinal.

                          La leçon avait porté.

                        • sandrinette 12 août 2013 14:18

                          À Mmarvinbear, concernant le Pr Michel Georget.

                          Ca, c’est ce qu’on appelle de la décrédibilisation. Ce n’est pas un argument, ce n’est pas productif, et ce n’est pas non plus une preuve d’intelligence. Avez-vous au moins consulté son livre, avant de lui jeter l’opprobre ? Je suppose que non. Biologiste, Michel Georget en connaît très certainement plus que vous sur les molécules et le fonctionnement des cellules du corps humain.

                          Parce que si on va par là, PASTEUR N’ÉTAIT PAS MÉDECIN. IL ÉTAIT CHIMISTE. Physicien. Il n’a fait aucune étude de médecine, il ignorait tout du corps humain, il n’était même pas dentiste ou vétérinaire. sans compter qu’il a falsifié ses résultats, le vaccin contre la rage a, dès le départ, été une duperie. Début de réponse ; http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Meister

                          Ses anciens collaborateurs, et même son propre neveu ont fait des révélations fracassantes sur ce sujet, plusieurs années plus tard. Leurs dires furent confirmés par nombre de chercheurs et d’historiens. Plusieurs livres existent sur ce sujet :
                          _Vaccination, erreur médicale du siècle du Dr Louis de Brouwer (tient, un biologiste)
                          _Pour en finir avec Pasteur, un siècle de mystification scientifique du Dr Eric Ancelet
                          _Les Vaccins sont des poisons du dr Christian Tal Scheller
                          Et bien d’autres
                          Sans parler de ses notes, carnets et cahiers de laboratoires qui sont consultables à la bibliothèque universitaire, dont sa famille avait fait don après sa mort. Tous ceux qui y ont eu accès ont déchanté.

                          « Avant de mourir, Pasteur a demandé à sa famille de garder secrètes quelques 10 000 pages de notes de labo. En 1975, après la mort de son petit fils, ces notes secrètes ont été rendues publiques. Un historien de Princeton, le Professeur Geison, a scrupuleusement étudié ces notes. En 1993, il a présenté ses trouvailles à une société scientifique américaine de Boston. Ses conclusions : Pasteur a publié beaucoup de données frauduleuses et il est coupable de »mauvaises conduites scientifiques« car il a violé les règles de la médecine, de la science et de l’éthique. » http://fr.wikipedia.org/wiki/Gerald_L._Geison

                          Les plus grands experts en vaccinologie ne savent pas eux-même comment fonctionnent les vaccins ! Et pour cause.. http://www.agoravox.tv/actualites/sante/article/incroyables-confidences-d-un-38077


                          Mais peut-être allez vous dire que tous ces gens sont des incompétents ??? Des illuminés ??


                        • nello 19 septembre 2013 23:01

                          réponse à Mmarvinbear
                          michel georget est effectivement un scientifique ce qui lui permet de pouvoir écrire un livre sur les vaccins et leur effets et qui mieux que lui ??. effectivement il ne saura peut être faire une injection de ces poisons. et ne le voudrait sans doute pas.
                          en revanche un medecin sait parfaitement se servir d’une seringue. mais en aucun cas il sait ce qu’il y a dedans en dehors de ce que le vidal peut lui indiquer... a mediter cher Mmarvinbear
                          A TOUT LES PRO-VACCIN :
                          je cherche une personne prête à ce faire injecté toute les doses injectés à un enfant multiplier par deux (je devrai dire par 20 au prorata du poid entre un enfant et un adulte mais X2 suffira)
                          devant vidéo pour observé les effets des vaccins.
                          y a t’il des candidats.
                          si rien ne se passe je serai prêt a faire des excuses en vidéo à tout les labo, cas inverse j’aurai une preuve de leur neurotoxicité.


                        • Julie Julie 9 août 2013 15:22

                          http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0929693X03005360

                          Évaluation de 35 années de vaccination rougeole–oreillons–rubéole en France

                          Objectif. – La mise en place et le suivi d’un programme vaccinal nécessitent des investissements humains et économiques importants. L’évaluation du bénéfice clinique apporté par la vaccination rougeole–oreillons–rubéole (ROR) depuis la mise à disposition des vaccins monovalents (soit près de 35 ans pour la rougeole, 30 ans pour la rubéole et 20 ans pour les oreillons) est l’objet de cette étude.

                          Méthode. – L’impact de la vaccination a été évalué à partir de la modélisation de chacune des trois maladies sous forme d’un arbre de décision en s’appuyant sur les données épidémiologiques propres à chaque maladie et sur les données d’efficacité des trois vaccins. Les résultats ont été comparés en termes de complications, séquelles, décès de la population effectivement vaccinée avec les résultats que l’on obtiendrait si cette même population n’avait pas été vaccinée. Le modèle général a été appliqué à chaque maladie, à l’exception du syndrome de rubéole congénitale. Elles ont été modélisées en fonction de la survenue ou non d’une complication avec pour conséquence une évolution soit vers la guérison, soit vers des séquelles ou le décès. L’estimation du nombre de syndrome de rubéole congénitale a été effectuée à partir du nombre de femmes protégées par la vaccination et des chiffres d’incidence des syndromes de rubéole congénitale rapportés dans la population considérée avant et après vaccination.

                          Résultats. – La vaccination ROR en France a permis d’éviter, sur la période considérée, près de 2 millions de méningites, 60 000 encéphalites, 170 panencéphalites subaiguës sclérosantes et plus de 5600 séquelles neurologiques, dont plus de 600 surdités. Elle a également permis d’éviter près de 590 000 pneumonies, plus d’un million d’otites moyennes aiguës, plus de 300 000 orchites et la survenue de 3000 cas de rubéole au cours de la grossesse. Au total ce sont plus de 12 000 décès qui ont été évités sur la période grâce à la vaccination.

                          Conclusion. – La politique de vaccination ROR se traduit donc par un remarquable bénéfice en terme de santé publique ce qui souligne toute la valeur du geste vaccinal dans la pratique médicale quotidienne.


                          • Corinne Colas Corinne Colas 9 août 2013 17:25

                            « Julie », vous avez oublié la peste, autre fléau potentiel évité grâce au ROR ; il se dit même dans les milieux autorisés qu’il y a moins de chômeurs chez les vaccinés ! 



                          • doctorix doctorix 9 août 2013 20:23

                            Julie, ou la voix de son maître Big Pharma.

                            Julie qui récite une leçon soigneusement apprise.
                            Julie qui ne dit surtout pas que la tendance de la rougeole est de disparaître spontanément.
                            Julie qui ne parle pas des épidémies de rougeole dans des populations vaccinées à 97%.
                            Julie qui ne dit que ce qui l’arrange.
                            Julie qui nous cite des chiffres fantaisistes:on ne peut pas savoir si les complications incriminées seraient survenues ou non, puisqu’on n’a aucun point de comparaison probant.
                            Julie, avec ses « si »...
                            2 millions de méningites évitées...Peste !!!! ça n’est pas rien...
                            Eh bien Julie, si ma tante en avait, ce serait mon oncle.
                            Julie, la petite fille qui vous sert de logo, je vous l’ai déja dit, elle a un doigt accusateur et un regard qui me terrifient : z’etes sûre qu’elle n’est pas autiste, suite à un ROR ?
                            Julie, ce qu’il fallait lire dans votre article cité, c’est juste le titre, les auteurs, et leurs conflits d’intérêt:ils sont écrits noir sur blanc, et je vous les réécris ici, juste pour info :
                            Évaluation de 35 années de vaccination rougeole–oreillons–rubéole en France ;
                            P Reinert, Service de pédiatrie, centre hospitalier intercommunal de Créteil, 40, rue de Verdun, 94010 Créteil, France
                            Soubeyrand, Aventis Pasteur MSD, 8, rue Jonas-Salk, 69367 Lyon cedex 07, France
                            R Gaucoux  Société Naxis, groupe MAPI, 27, rue de la Villette, 69003 Lyon, France

                            • Nous avons donc là un pédiatre (dont la survie financière dépend des vaccins).
                            •  Le deuxième émarge chez Pasteur MSD.
                            • Quand au troisième, il émarge chez MAPI, société qu’on peut présenter ainsi :
                            • Description activités 

                              Evaluation clinique de médicaments et stratégies de vente.

                              Et c’est vrai que pour la stratégie de vente, ils sont très forts, bien plus forts que dans l’évaluation des médicaments.

                              Allons, Julie, un peu de sérieux : bientôt vous nous citerez l’OMS comme source d’information sur les vaccins...


                          • Julie Julie 9 août 2013 21:01

                            « Julie qui ne dit surtout pas que la tendance de la rougeole est de disparaître spontanément. »

                            C’est bizarre que vous vous obstiniez sur ce point. Rappelez-nous donc le mode de contagion de la rougeole, monsieur le médecin. Et expliquez donc ensuite pourquoi il y a encore 800000 (huit cent mille) cas de varicelles annuelles en France.
                            Enfin vous pourrez accorder vos violons avec ces dames d’IC qui, à les lire, savent bien que la rougeole ne disparait pas sans vaccin, puisqu’elles sont fachées de cette réduction fréquence associée au vaccin. smiley


                          • doctorix doctorix 9 août 2013 22:35

                            Et ça gêne qui, qu’il y ait 800.000 varicelles en France ? Au moins, ceux qui l’attrappent sont surs de ne plus la revoir. Le vaccin a-t-il ce pouvoir ? Clairement non. Bien sûr, avec le vaccin, on l’aura plus tard, mais on l’aura quand même. Simplement, on l’aura à un âge où c’est salement plus embêtant.

                            Et dans dix ans, dans 20 ans, elle disparaîtra, sans que le vaccin y soit pour quoi que ce soit.
                            Elle sera remplacée par une autre maladie virale, et les fanatiques recommenceront leur cirque (sauf si, comme je le crois, la réalité de l’escroquerie vaccinale éclate au grand jour d’ici là)..
                            Avant qu’on ait épuisé tous les virus de la terre, il coulera de l’eau sous les ponts, il y en a des centaines de milliers, prêts à prendre la relève.
                            Aussi, vacciner, c’est prendre le problème à l’envers, tenter de remplir une bassine percée.. C’est l’organisme qu’il faut fortifier, pour qu’il sache se défendre de façon polyvalente et universelle, ce qu’il fait d’ailleurs fort bien depuis des millions d’années. Or les vaccinations multiples l’affaiblissent, le mutilent, par trop de stimulations artificielles et trop d’additifs toxiques.
                            Nous sommes entrés dans un monde de fous, où le moindre risque doit être couvert par une assurance. Les maladies sont agitées comme des épouvantails, dans le seul but de faire peur. Un peu comme le terrorisme, qui n’a qu’une faible réalité au jour le jour, mais qu’on monte en épingle. Dans les deux cas, ce sont des milliards qu’il faut prendre dans nos poches : c’est d’ailleurs le but, toujours le même.
                            Bill Gates (eugéniste notoire) dépense des milliards pour payer des vaccins aux pauvres d’Afrique. Il ferait mieux de placer son argent dans des puits et de la nourriture, qui seraient bien plus efficaces dans la prévention des maladies.
                            Mais il semble que la santé n’est pas vraiment son but, mais bien plutôt la réduction de la population mondiale, et les vaccins sont un moyen d’y parvenir. Ce qu’il dit clairement d’ailleurs.      

                          • Julie Julie 9 août 2013 23:29

                            « Et dans dix ans, dans 20 ans, elle disparaîtra, »

                            vous passez à côté de la question...
                            Pourquoi la rougeole a disparu et pas la varicelle, alors qu’avant la vaccination rougeole, presque tout le monde faisait la rougeole et la varicelle (et la rubéole et les oreillons aussi d’ailleurs) ?
                            Pourquoi les pays qui vaccinent contre la varicelle observent une diminution de l’incidence ?
                            C’est quoi la différence entre la France et les USA qui justifient des incidences (ramenée à la démographie) différentes en 2013 ?

                            Faut vous y faire, aujourd’hui en France, sans vaccination, tout le monde ferait la rougeole à un moment où un autre de sa vie. Ca reviendrait à 800000 (huit cent mille) cas par an, comme pour la varicelle. C’est un fait qui n’a rien à voir avec ce que l’on pense ou non du vaccin. Demandez à ces dames d’IC ...  smiley


                          • doctorix doctorix 10 août 2013 01:14

                            Il vaut mieux compter sur la rougeole (ou la varicelle) bien faite, à un âge normal, que sur le vaccin, qui n’a pas de longévité d’action prouvée (ce qui d’ailleurs prouve sa faiblesse). Faudra-t-il alors revacciner tout au long de la vie ?

                            C’est un vrai conte de fée pour les labos..
                            Et si on ne se revaccine pas, retour à la case départ, avec tous les risques d’une rougeole alors tardive, donc plus grave ;
                            Bel intérêt, vraiment !
                            Alors qu’une bonne rougeole, bien fiévreuse, (qui serait d’ailleurs encore plus bénigne si justement on respectait la fièvre qu’elle induit) vous immunise à vie. Pourquoi vouloir à tout prix (et quel prix !) une mauvaise copie quand on peut s’offrir gratuitement l’original ? 

                            8OO.OOO rougeoles évitées ? c’est plus que le nombre des naissances en France. La rougeole serait-elle devenue une maladie obligatoire ? En tous cas, si jamais elle le fut avant le vaccin, on ne peut pas dire qu’elle ait nui à la prolifération de l’espèce.


                            • Mmarvinbear Mmarvinbear 10 août 2013 01:45

                              8OO.OOO rougeoles évitées ? c’est plus que le nombre des naissances en France.


                              Si vous étiez vraiment médecin, ce dont je suis certain que vous n’êtes pas, vous auriez su que la rougeole peut être contractée à n’importe quel âge. Le nombre de naissances n’est donc d’aucune importance ici.

                              Il y a 65 millions d’habitants en France. Cela laisse, allez, une petite centaine d’années pour que tout le monde ait droit à sa contamination au cours de son existence.

                              Faisable.

                            • Julie Julie 10 août 2013 07:46

                              « 8OO.OOO rougeoles évitées ? c’est plus que le nombre des naissances en France. »

                              Ben justement, le nombre de naissances vivantes en France par est un peu au dessus de 800 000.
                              Et comme la rougeole est une maladie que presque tout le monde attrape à un moment ou un autre de sa vie (en l’abscence de politique de vaccination), cela revient à un nombre annuel presque égal à celui des naissances vivantes.
                              C’est d’ailleurs pour cela que le nombre de varicelles annuelles tourne autour de 800000.


                            • Julie Julie 10 août 2013 08:04

                              http://www.eurosurveillance.org/ViewArticle.aspx?ArticleId=2099
                              Seroepidemiological surveys have shown that more than 97% of Norwegians born before the introduction of measles immunisation in 1969 had contracted measles. This confirms the assumption that almost all children in Norway contracted measles before the vaccine was introduced.

                              http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1646302/pdf/amjph00283-0041.pdf

                              In the absence of a vaccination program, members of a birth cohort become infected at different ages based on the epidemiologic characteristics of the disease. Age-specific infection rates can be determined either from the seropreva- lence of antibodies to the agent by age, or from historical surveys which determine the age at which infection occurred.For example, in the case of measles we know that prior to the initiation of vaccination programs 95 per cent of individuals in an unvaccinated population have evidence of infection by age 30


                            • radmo 10 août 2013 10:00

                              Selon le quotidien chinois Century Business Herald a versé des pots de vins pour augmenter ses ventes. Sanofi débourse 9,75 euros pour chaque médecin toutes les fois qu’il prescrivait un des produit du laboratoire.

                              Sanofi a répondu hier en assurant prendre « très au sérieux toute allégation » de corruption.

                              Des pratiques mafieuses .


                              • D€FR€ D€FR€ 10 août 2013 12:52

                                @Mmarvinbear


                                Je ne suis pas médecin
                                Petite santé, toujours des petits bobos, mais pas convaincu du tout par le cartel médecin>pharmacien
                                Ne consomme plus de médicaments et ne tombe plus malade depuis 6 mois.
                                Ma recette ?
                                Chlorure de magnésium et argent colloïdal
                                Et ça marche !
                                Mes bobos, paludisme, grippe, hernie hiatale, angines, acnée juvénile etc... disparus
                                Et pour les vaccins ?... 
                                Ne suis plus à jours depuis belle lurette, lol
                                Notez bien, se soigner sans contracter des effets secondaires
                                Food 4 thoughts

                                • Mmarvinbear Mmarvinbear 10 août 2013 13:15

                                  La santé, ça va ça vient.


                                  Je suis resté 5 6 ans sans voir un toubib, à peine une sinusite hivernale et là virus et bactéries s’en sont donnés à coeur joie les trois derniers mois.

                                  Merci, printemps pourri...

                                  Quelques pilules et sirops phamacologiquement correct plus tard, et je suis reparti pour un nouveau cycle... Enfin j’espère...



                                • Kevorkian 10 août 2013 22:48

                                  Fantabuleux Marvin : selon vous arrêter les pilules ne serait probablement pas la cause d’une santé recouvrée, mais en revanche en prendre soigne à coup sûr ! C’est pourtant simple la mercatique.


                                • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 août 2013 11:29

                                  Bah j’ai remarqué une coincidence marrante.


                                  Quand je suis malade et que je prends rien, cela empire.

                                  Quand je suis malade et que je prends des médocs, cela s’améliore.

                                  Mais cela n’a surement rien à voir...

                                • foufouille foufouille 11 août 2013 11:44

                                  marrant moi c’est pareil avec ou sans dans la plupart des cas. je fais monter ma température avec des couvertures et des pulls


                                • fredvd 11 août 2013 11:58

                                  « Bah j’ai remarqué une coincidence marrante.


                                  Quand je suis malade et que je prends rien, cela empire.

                                  Quand je suis malade et que je prends des médocs, cela s’améliore.

                                  Mais cela n’a surement rien à voir... »
                                   
                                  Ca dépend ce que vous entendez par être malade.
                                  Pour la majorité des petites maladies bégnignes ( rhume, sinusite, pharyngite etc..), les médicaments ne font qu’atténuer les symptomes mais n’agissent pas contre le germe responsable de la maladie. Si vous attendiez 2-3 jours de plus avant de prendre vos médocs la maladie finirait par partir d’elle même.
                                  Les chiffres sur les prescriptions médicales sont d’ailleur édifiants. Au pays bas seulement 30% des gens qui se rendent chez le médecin sortent avec une prescription, en France et en Belgique on en est à 90% de prescriptions. Je n’ai pourtant pas l’impression que les Néerlandais soient en moins bonne santé, ce serait même plutôt le contraire.
                                   
                                  Maintenant, je ne suis pas contre tout les médicaments ; Chez les personnes fragillisées pour divers raisons, ils sont nécessaires.

                                • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 août 2013 20:04

                                  Quand c’est un petit rhume ou un truc du genre, je ne prends même pas la peine de me déplacer et je laisse passer.


                                  Si cela ne passe pas en revanche, toubib direct.

                                • doctorix doctorix 11 août 2013 23:47

                                  Quand c’est un petit rhume ou un truc du genre, je ne prends même pas la peine de me déplacer et je laisse passer.

                                  Si cela ne passe pas en revanche, toubib direct.

                                  Et courageux, avec ça ! presque trompe-la-mort, qu’il est, notre nounours.
                                  Méfiez-vous, il y a des maladies, si on loupe le diagnostic à la première heure, c’est direct le cimetière.
                                  Je serais vous, je planterais ma tente devant un cabinet médical.
                                  La deuxième phrase est en soi pleine de contradiction : si on n’attend que ça ne passe pas, alors ce n’est pas toubib direct, et là on prend de gros risques !!!
                                  Que vous vivez donc dangereusement !
                                  Et protégez-vous bien. Avez-vous pensé au nouveau Prévenar et ses 13 valences ? (la version précédente ne valait rien, on s’était trompé...). Et n’oubliez pas le Cervarix, une mauvaise rencontre, c’est vite arrivé. Bon, vous n’avez pas d’utérus, mais qui nous dit que la prostate n’est pas une cible potentielle du papillomavirus ? D’ailleurs, dans papillomavirus, il y a papi, donc ça vous concerne.
                                  Allez, bonne bourre, et sans risque, grâce aux vaccins !

                                • foufouille foufouille 12 août 2013 11:46

                                  de toute façon, il suffit de mager 5 fruits et légumes par jour, 3 produits laitiers avec une dose d’oméga 3, etc pour ne pas être malade. tu peut même être invulnérable en étant végétaryen
                                   smiley


                                • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 août 2013 22:50

                                  Un bacille séditieux sera toujours moins dangereux qu’un faux médecin en tout cas.


                                • regul7 10 août 2013 15:54

                                  Il y a belle lurette que les médecines naturelles avait alerté tous les parents des effets inutiles de tous les vaccins. Continuer de faire confiance aux médecines allopathiques et le monde disparaitras très vite- Ac tout mon respect.


                                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 août 2013 11:32

                                    Un truc dingue : avant les médecins genre Pasteur et compagnie, on était soigné par les plantes de façon naturelle et on crevait à 40 50 ans.


                                    Après, on était moins malade, on avait plus de chances de s’en sortir et on a gagné genre 10 20 ans de vie en plus.

                                    Cela ne vous interpelle pas quelque part ?

                                  • foufouille foufouille 11 août 2013 11:46

                                    et il y avait de nombreuses guerres, pas d’eau courante, de chauffage, et assainissement
                                    etc


                                  • foufouille foufouille 11 août 2013 11:48

                                    de nombreux médicaments sont fait avec des plantes, mais cela rapporte moins. tu en as mëme qui sont fait avec des organes d’animaux


                                  • Captain Marlo Pilou Camomille 11 août 2013 08:34

                                    L’article porte sur les vaccins donnés aux enfants. Les adultes se font vacciner aussi, hélas, contre le tétanos, l’hépatite etc

                                    Site « mili-terre.com » Maladie Myofasciite à macrophages et vaccins contenant de l’aluminium, comme celui de l’hépatite B".


                                    • fredvd 11 août 2013 10:45

                                      Je ne suis pas contre toutes les vaccinations mais il faut avouer que nos bambins sont véritablement « shooté » aux vaccins. Un enfant qui suit le calandrier de vaccination recommandé, reçois avant l’âge de 2 ans plus de 60 dose de vaccins. Il est vrai qu’on ne s’en rend pas compte avec ces vaccins tétra, penta ou hexavalent. mais pourtant le nombre est là...

                                      Je pense qu’une telle quantité de vaccins sur un organismes encore en formation ( le bambin), ne peut qu’être néfaste. 


                                      • doctorix doctorix 12 août 2013 00:09

                                        Attendez, vous ne savez pas tout : la nouvelle mode, c’est : les six valences classiques (hélas classiques) : diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hémophilus, hépatite, auxquelles on ajoute les treize valences du Prévenar.

                                        Ce qui fait dix-neuf.
                                        Le petit tailleur et ses « sept d’un coup » est largement battu.
                                        Tout ça peut se faire dans la même séance.
                                        Paul Offit, le grand escroc américain, n’affirme-t-il pas qu’un bébé pourrait recevoir dix mille valences d’un coup, avec moins de danger qu’une prise de vitamines... ???
                                        Et c’est le grand spécialiste des vaccins aux USA...
                                        Mais on va s’approcher de ce chiffre, puisque 3OO nouveaux vaccins sont en préparation.
                                        Un seul n’est pas prévu, sans doute parce que ce n’est pas curable : le vaccin contre la connerie.
                                        Dommage, il y aurait beaucoup de cibles potentielles.
                                        Même sur ce site.

                                      • aviso aviso 11 août 2013 14:01

                                        Encore un fouteur de merde, qui nous affirme que les fabricants de vaccins sont assassins en séries ?

                                        Responsabilisons ces parents irresponsables de poursuite pénales en cas contamination ou pandémie, du a non vaccination de leur enfants !!!

                                        Il serait irresponsable d’acceullir des enfants non vaccinés dans nos établissements scolaires...


                                        • doctorix doctorix 11 août 2013 20:34

                                          Encore un fasciste...

                                          Mais l’expérience est tentée en Australie : interdiction de contact avec les autres enfants pour les non-vaccinés, ainsi que diverses mesures ségrégationnistes, humiliantes et dégradantes.
                                          Ca s’appelle « NO JAB - NO PLAY  »

                                          Et c’est là :
                                          Il faut croire qu’on n’a pas trop confiance dans l’efficacité des vaccins, parce que sinon, où serait le problème ?
                                          Les anglo-saxons ont souvent ce genre de réaction quasi nazie, plus souvent qu’on le croit : hypocrites, puritains et faux-culs.


                                        • le crocodile 11 août 2013 22:22

                                          .Aviso
                                          Vous devriez un peu étudier la question avant d´écrire des inepties . Ceux qui refusent les vaccins sont certainement plus responsables que vous à l´encontre de leurs enfants . Non seulement les fabricants de vaccins sont , avec la complicité de bien des médecins , des gens qui ne reculent devant aucune saloperie pour se remplir les poches , mais ce sont aussi des escrocs qui vendent du vent TRÈS cher avec la bénédiction des politiques ACHETÉS , et qui se foutent comme de l´an quarante de ce qui peut arriver avec la santé des vaccinés .De plus , ils savent TRÈS BIEN que leurs vaccins n´ont ABSOLUMENT AUCUN EFFET .


                                        • aviso aviso 14 août 2013 17:35

                                          Vous confirmez que les labos qui fabriquent les vaccins sont des ASSASSINS EN SÉRIES en toute impunitées


                                        • fredvd 11 août 2013 14:14

                                          « Responsabilisons ces parents irresponsables de poursuite pénales en cas contamination ou pandémie, du a non vaccination de leur enfants !!!

                                          Il serait irresponsable d’acceullir des enfants non vaccinés dans nos établissements scolaires »

                                          Où est le problème ceux qui sont vacciné ne rique rien me semble t-il !!!! Seul ceux qui ne le sont pas court un risque et c’est le risque qu’on prit les parents en connaissance de cause...


                                          • doctorix doctorix 11 août 2013 21:01

                                            apillohttp://www.medocean.re/2011/09/le-gardasil-a-l%E2%80%99assemblee-nationale/

                                            La conclusion, à la 22ème minute de cette vidéo, est que le gardasil ne diminue pas le nombre de lésions pré-cancéreuses du cancer de l’utérus.
                                            En effet, si les virus 16 et 18 ne sont plus concernés, les autres souches de virus (il y en une vingtaine) prennent le relais.
                                            Autrement dit : ça ne fonctionne pas.
                                            Autrement dit, c’est une vaste escroquerie, prouvée.
                                            Ça intéresse qui, de prendre les risques certains de cette vaccination, pour échanger un papillomavirus 16 ou 18 contre un 12 ou 13 ?
                                            Rappelons que les papillomavirus provoquent parfois des lésions du col, selon cinq stades successifs parfaitement curables après un dépistage facile, avant de donner un cancer.
                                            La lutte contre ce cancer passe donc par le dépistage et le suivi gynéco, pas par le vaccin.
                                            C’est vrai, et ça le sera toujours.
                                            D’ailleurs, les mères comme les filles pensent souvent qu’après avoir payé si cher pour ce vaccin, on peut se passer de surveillance, de précautions, et de prévention.
                                            Fatale erreur, et l’un des pièges de cette fausse panacée.


                                            • fredvd 11 août 2013 21:55

                                              Je viens d’apprendre une chose à propos de du tétanos, le clostridium tetani qui provoque cette maladie n’induit pas d’immunité . Donc je ne vois pas comment le vaccin pourrait le faire. Donc ce vaccin ne sert strictement à rien.


                                              • doctorix doctorix 11 août 2013 23:27

                                                C’est parfaitement exact.

                                                De plus, cerise sur le gâteau, le clostridium tétani est un anaérobie strict. C’est-à-dire que l’oxygène le tue.
                                                C’est pourquoi il se garde bien de tout contact avec le sang, qui est oxygéné. Il se contente des plaies très souillées et mal vascularisées (c’est pourquoi cette maladie ne touche que les vieux, moyenne des décès 75 ans).
                                                Or les anticorps dirigés contre sa toxine et fabriqués grâce au vaccin sont dans le sang, mais le bacille et surtout sa toxine remontent aux centres nerveux le long des nerfs, qui sont eux très peu irrigués, en évitant la voie sanguine..
                                                C’est-à-dire que les anticorps ne rencontrent jamais l’antigène.
                                                C’est pour ça que ni le vaccin ni la maladie n’immunisent.
                                                Oui, même le sacro-saint vaccin antitétanique est aussi une foutaise ;
                                                On a beau se réjouir de voir monter le taux d’anticorps, ils n’atteindront jamais leur cible, faute de la rencontrer. C’est comme si on voulait se servir de lions pour décimer des requins.
                                                Une autre anecdote, que je trouve croustillante : on a vu les cas de tétanos du nouveau-né (toujours mortels), diminuer fortement en Afrique après des ,vaccinations antitétaniques de masse : de quoi se réjouir, et louer le vaccin ?
                                                Ce qu’on oublie de dire, c’est que le personnel de santé, au cours de ces séances de vaccination, en profitait pour donner quelques conseils d’hygiène aux parturientes. En particulier d’éviter, dans la mesure du possible, de mettre de la bouse de vache (ou de yack) sur la plaie ombilicale, pratique jusqu’alors courante. Mais oui !
                                                Alors, quelle mesure a été efficace ? Je vous laisse deviner.

                                              • Julie Julie 12 août 2013 16:06

                                                En ce qui concerne la tétanos, ce n’est pas la bactérie qui cause la maladie, mais un toxine produite par la bactérie. La toxine peut se balader un peu partout avant d’atteindre sa cible, car elle n’est pas munie d’un système de navigation... Du coup, avant d’atteindre une terminaison nerveuse (sa cible), elle est susceptible de se balader dans le sang, la lymphe/liquide intersticiel. La toxine n’est pas immunisante à la dose qui est suffisante pour induire la maladie appelée tétanos, car cette dose est très faible. Par contre, dans le vaccin, l’anatoxine (version modifiée de la toxine, n’induisant pas la maladie) est mis à une dose telle (forte dose) que la création d’une immunité devient possible. Les anticorps se baladent ensuite un peu partout (sang, lymphe/liquide intersticiel) et rencontrent les toxines en cas de contamination avec la bactérie. Au final, le vaccin est immunisant, là où la maladie ne l’est pas.

                                                En ce qui concerne le tétanos néonatal, il est parfaitement reconnu que les mesures d’hygiène sont aussi efficaces que la vaccination des mamans. Les deux mesures sont appliquées en même temps quand c’est possible car l’une est le filet de secours de l’autre et inversément. La proba d’echec est la multiplication des proba d’échecs des deux actions... ce qui donne un risque d’échec plus faible que si on applique une seule des actions. Imaginons (je connais pas les chiffres) que la proba d’echec de chaque action soit de 1/1000, les deux actions combinées ont alors une proba d’échec de 1/1000 * 1/1000= 1/1 000 000.


                                              • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 août 2013 23:04

                                                Je viens d’apprendre une chose à propos de du tétanos, le clostridium tetani qui provoque cette maladie n’induit pas d’immunité . Donc je ne vois pas comment le vaccin pourrait le faire. Donc ce vaccin ne sert strictement à rien.


                                                La vaccination contre le tétanos ne se fait pas à partir de la bactérie elle-même, mais de la toxine qu’elle sécrète et qui provoque les spasmes musculaires pouvant provoquer la mort.

                                                Donc si, ce vaccin sert bien à quelque chose.

                                              • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 août 2013 23:07
                                                C’est-à-dire que les anticorps ne rencontrent jamais l’antigène.
                                                C’est pour ça que ni le vaccin ni la maladie n’immunisent.

                                                Ce qui prouve surtout, pas A plus B, que vous n’êtes pas médecin malgré vos récriminations.

                                                Parce que pour ignorer que le vaccin tétanique n’est pas basé sur la bactérie mais la toxine, il faut faire preuve d’une très grande incompétence médicale.

                                              • doctorix doctorix 13 août 2013 09:58
                                                J’ai dit : « Or les anticorps dirigés contre sa toxine et fabriqués grâce au vaccin sont dans le sang »
                                                Ne savez-vous donc pas lire ?
                                                Par ailleurs, un soldat israélien, hypervacciné contre la toxine pour fabriquer et donner des anticorps spécifiques sous forme de gammaglobulines antitétaniques avait 3000 fois le taux d’anticorps censé protéger du tétanos.
                                                Il en est cependant mort.
                                                Pour Julie, si les anticorps sanguins détruisent la toxine circulante et qu’ils ne peuvent atteindre la toxine qui agit au niveau des centres nerveux, alors ils sont inefficaces.
                                                C’est le côté machiavélique de la toxine tétanique ; de plus, son astuce consiste à spasmer les muscles à mort, ce qui provoque au niveau de la plaie une vasoconstriction afin d’empêcher l’oxygène mortel d’y parvenir. C’est un malin, ce bacille.
                                                La seule vraie manière de lutter contre le tétanos est, immédiatement, le lavage soigneux des plaies, leur parage, afin de laisser à l’oxygène les moyens de tuer le bacille.
                                                L’hygiène et la propreté : nécessaires et suffisants le plus souvent.
                                                Enfin, le tétanos tue peu : deux morts par an en moyenne, âgés de 75 ans. Vu le faible taux résiduel de vaccination de nos populations, on ne peut décemment pas attribuer ce succès au vaccin.

                                              • Julie Julie 13 août 2013 10:33

                                                "Pour Julie, si les anticorps sanguins détruisent la toxine circulante et qu’ils ne peuvent atteindre la toxine qui agit au niveau des centres nerveux, alors ils sont inefficaces."

                                                l’idée, c’est que la toxine n’atteint pas les nerfs, car elle aura été interceptée avant au niveau de la circulation générale :
                                                sans vaccin : bacille-> toxine introduite dans circulation générale->rencontres avec terminaisons nerveuses
                                                avec vaccin : bacille-> toxine introduite dans circulation générale->rencontre avec anticorps

                                                pour l’épidémio :
                                                http://www.inpes.sante.fr/10000/themes/vaccination/guide-vaccination-2012/pdf/GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_le_tetanos.pdf

                                                En France, le tétanos est une maladie à déclaration obligatoire (DO). En 1945, environ 1000 décès par tétanos étaient déclarés ; en 1975, 369 cas et 171 décès et, en 2005, 17 cas et 7 décès (InVS, Inserm CépiDc). Malgré la généralisation de la vaccination, le tétanos n’a pas complètement disparu en France. Quelques dizaines de cas sont déclarés tous les ans (28 en 2001, 17 en 2005,et 8 en 2009). Ils concernent surtout des personnes âgées (moyenne d’âge 78 ans), et notamment les femmes, moins bien protégées que les hommes jusque-là revaccinés lors du service militaire.

                                                Toutefois, en 2004, un cas a été déclaré chez un adolescent âgé de 13 ans,
                                                à la suite d’une petite plaie de l’orteil provoquée par une écharde. Il n’était
                                                pas vacciné, car ses parents étaient opposés aux vaccinations,

                                              • foufouille foufouille 13 août 2013 11:52

                                                je suis pas vacciné mais je me blesse souvent les mains.. et non j’ai jamais eu le tétanos car il suffit de nettoyer la plaie voire de gratter la peau pour enlever toute l’écharde, même avec un objet rouillé. des échardes de bois, cela m’arrive plusieurs fois par an


                                              • Mmarvinbear Mmarvinbear 13 août 2013 11:59

                                                Ne savez-vous donc pas lire ?


                                                Même une première année de Médecine sait que la toxine tétanique circule dans le sang. C’est de cette façon que la toxine se retrouve si rapidement dans tout l’organisme.

                                                Merci en tout cas de montrer à tout le monde votre imposture.

                                              • doctorix doctorix 14 août 2013 08:23

                                                Tout cela n’explique pas le cas du soldat israélien avec 3000 fois le taux d’anticorps jugé nécessaire.

                                                Ou plutôt si : les anticorps circulants ne servent à rien, parce que la toxine squeeze la voie sanguine et remonte depuis la plaie jusqu’aux synapses le long des nerfs. Et sur cette voie, peu de sang, et pas d’anticorps.
                                                Le problème inexplicable, c’est que la toxine naturelle n’induise pas la production d’anticorps. Et là, je sèche. Ma seule explication serait que la toxine, comme le bacille, serait détruite par l’oxygène sanguin avant de produire une réaction immunitaire. Mais ce n’est qu’une hypothèse.
                                                Je ne réponds plus à Marvin, parce que si je parle bien la médecine, je ne comprends pas l’ours. Surtout la variante mal léchée. 

                                              • Julie Julie 14 août 2013 13:33

                                                « Tout cela n’explique pas le cas du soldat israélien avec 3000 fois le taux d’anticorps jugé nécessaire. »

                                                On parle médecine, pas de la chute des pommes depuis les arbres, vous trouverez toujours des exceptions à la règle générale (ca donne de chouettes cases reports, ou ca alimente le commerce des marchands de miracles en tout genre), en particulier si vous ne faites que répéter les petites anecdotes reprises en boucles par les figures de proues de l’anti-vaccinalisme.

                                                "Ou plutôt si : les anticorps circulants ne servent à rien, parce que la toxine squeeze la voie sanguine et remonte depuis la plaie jusqu’aux synapses le long des nerfs. Et sur cette voie, peu de sang, et pas d’anticorps."

                                                Mettons que la toxine soit douée d’une intelligence propre qui lui pemettrait de squeezer les voies sanguines et lymphatiques en partant de la plaie (est-ce qu’elle dispose d’une carte routière ou d’un GPS ? Est-ce qu’elle fait dans la téléportation ?). Comment expliquez-vous le tétanos généralisé ? Vous ne pouvez pas... le tétanos est généralisé dans la majorité des cas parce que la toxine s’est répandue dans l’organisme, au moyen de la circulation générale.

                                                "Le problème inexplicable, c’est que la toxine naturelle n’induise pas la production d’anticorps. Et là, je sèche."

                                                Il faut un niveau de toxine faible pour déclencher la maladie. A ce niveau, elles ne sont pas détectées, les anticorps ne sont pas produits.

                                                "Ma seule explication serait que la toxine, comme le bacille, serait détruite par l’oxygène sanguin avant de produire une réaction immunitaire. Mais ce n’est qu’une hypothèse."

                                                faudrait savoir, soit la toxine passe par le sang, soit elle n’y passe pas smiley
                                                De plus, la toxine, contrairement au bacille, se fiche de l’oxygène.


                                              • doctorix doctorix 14 août 2013 17:16
                                                Nos points de vue semblent inconciliables. Voici un bon résumé de ce que je crois (tiré de http://www.votre-sante.net/publications/tetanos.html )
                                                Cet article dit comme moi que les anticorps artificiellement générés par le vaccin ne PEUVENT PAS rencontrer la toxine : on n’en sort pas, et c’est mathématique. Tout le reste est verbiage creux. Au passage, pour qui n’a pas que le mépris en bouche, la théorie des microzymas de Bechamps reste un sujet d’un grand intérêt. Béchamps était d’ailleurs un savant d’une toute autre envergure que Pasteur, le voleur et l’escroc).

                                                • Le bacille tétanique lui-même est totalement anaérobie, et ne peut se développer et survivre en présence de sang normalement oxygéné. D’où la nécessité d’une plaie contuse atteignant préférentiellement le muscle pour qu’il puisse générer la maladie. Les anticorps n’ont donc pas accès à lui, et de toute façon, ils ne sont pas spécifiques du bacille mais seulement de la toxine.
                                                • La toxine tétanique (seule cible présumée des anticorps magiques soi-disant neutralisants générés par la vaccination), migre depuis la plaie contuse jusqu’au système nerveux central, par imbibition progressive des filets nerveux présents auprès du foyer infecté. Elle ne passe jamais par le milieu sanguin, et reste donc en permanence dans le milieu INTRACELLULAIRE, à l’abri des anticorps magiques qui restent sagement dans le sang et la lymphe.
                                                • Tout ceci explique que la maladie tétanos ne confère aucune immunité, et que les gammaglobulines spécifiques antitétaniques, d’origine humaine ou tirées ou cheval sont parfaitement inutiles dans le traitement de cette maladie une fois déclarée.
                                                • Ce qui explique de façon caricaturale que la vaccination antitétanique comme la sérothérapie sont totalement inefficaces, toujours !


                                              • doctorix doctorix 14 août 2013 17:48

                                                On notera en fin du lien cité des moyens efficaces de soigner un tétanos, assez simplement.

                                                Mais dans ce monde ou il faut s’assurer contre tout et contre tous, on préfère une prévention inefficace à un traitement simple et sûr. Pourtant, on sait que dans les contrats d’assurance, l’essentiel est dans les petites lignes : celles que je déchiffre patiemment...
                                                Mais que rapporte à l’industrie un traitement ponctuel avec un produit à deux balles plutôt qu’une vaccination par millions d’exemplaires, avec à la clé une véritable entreprise de terrorisme ?
                                                C’est tout le résumé du succès provisoire de l’industrie vaccinale.
                                                Vous noterez aussi que l’explication concernant mon soldat israélien résiderait dans le fait que le vaccin à doses répétées aurait fini par lui coller le tétanos ! 
                                                Pour l’ours, c’est encore un médecin (un faux, forcément), qui a écrit cet article, et qui en cite de nombreux autres à l’appui de ses dires. Personnellement, je peux en citer 300 qui sont du même avis que moi. Tous des faux, tous des fous. Forcément.

                                              • Julie Julie 14 août 2013 18:00

                                                Ca ne s’arrange pas, en effet...

                                                Vous soutenez maintenant la génération spontanée de bacille dans le corps, alors que le bacille est présent dans l’environnement... tant qu’à faire dans l’absurde, autant parler directement de la génération spontanée de la toxine... ca ira plus vite.

                                                Et les toxines qui restent sagement dans le milieu intracellulaire...
                                                Ellesfont comment pour passer d’une cellule à l’autre ? Téléportation ? ellefont comment pour éviter le liquide intersticiel qui n’est autre que de la lymphe en devenir et contient donc des... anticorps... (en gros ce liquide est issu du sang et sert à baigner/nourrir les cellules avant d’être drainé par le système lymphatique).
                                                Et les toxines, quand elles croisent un capillaire sanguin ou lymphatique, elles prennent un air dégouté et passent leur chemin ? Elles reprogramment leur GPS ? Mais alors, comment elles font pour provoquer un tétanos généralisé qui commence au niveau de la machoire ? Téléportation encore une fois ?


                                              • Julie Julie 14 août 2013 18:08

                                                « Pour l’ours, c’est encore un médecin (un faux, forcément) »

                                                Si vous faites dans l’argument d’autorité, autant donner le pédigrée complet de l’animal : http://psiram.com/fr/index.php/Alain_Scohy
                                                Il est radié de l’Ordre National des médecins en France en septembre 1996.
                                                C’est, en plus d’être un anti-vaccin primaire, aussi un enragé de la Biologie totale.
                                                il est évident qu’avec un tel passif, il ne peut qu’être une sorte d’idole à vos yeux.


                                              • doctorix doctorix 14 août 2013 23:45

                                                La longueur d’un axone peut dépasser un mètre. Dans votre tétanos généralisé, la toxine n’a donc pas besoin de nombreuses voies annexes pour remonter aux centres nerveux, et elle peut le faire sans rencontrer vos anticorps. Du fait qu’elle provoque une vasoconstriction, la toxine s’arrange de plus pour ne pas risquer la moindre mauvaise rencontre, d’autant que, comme vous l’avez dit, des quantités infimes de toxine sont suffisantes à provoquer les dégâts.

                                                Donc cet argument ne tient pas.

                                                Si une partie des toxines peuvent se faire manger par accident, il suffit que quelques unes parviennent au but par la voie neuronale, et la protection supposée a manqué son but.

                                                Ce que vous appelez ironiquement « son GPS » n’est pas aussi ridicule que vous le dites : cela s’appelle un tropisme neurologique.

                                                Vous écartez d’un revers de main « mon » soldat israélien, prétendant que ce phénomène est anecdotique : mais le moindre élément que n’explique pas une théorie la remet au contraire entièrement en question.

                                                Quand à Alain Scohy, que vous affublez de votre mépris à la suite de Wikipédia bien entendu, il semble n’avoir été radié que pour avoir produit de faux certificats de vaccination, bien que le texte suggére que d’autres crimes épouvantables puissent lui être reprochés, mais qu’on se garde bien de citer.

                                                Mais tout médecin ayant conscience des dangers de la vaccination n’a pas d’autre moyen de résister et de préserver son patient des dangers qu’il connait. C’est donc de sa part un acte de courage de rédiger de tels certificats (et je ne vous dirai pas si je l’ai fait moi-même ou non). Mais par exemple, sachant que la sclérose en plaque touche trois fois plus les infirmières, les militaires et les étudiants en médecine, abusivement soumis à la vaccination contre l’hépatite B, que feriez-vous si vous étiez un médecin conscient de cette réalité ?

                                                Alors je ne crierai pas comme vous « haro » sur le Dr Scohy avant d’étudier son histoire plus à fond (je n’en connaissais rien ce matin). Quant au Dr Béchamps et ses théories, je vous trouve bien légère de prendre ce savant scrupuleux par dessus la jambe, et il faudrait beaucoup plus que deux de vos lignes méprisantes pour que je rejette d’emblée ses patientes études sur le microzyma, même si vous êtes soutenue par wikipedia le bien-pensant aux œillères en forme d’oreilles d’éléphant d’Afrique.


                                              • doctorix doctorix 15 août 2013 00:13

                                                Ce qui est amusant, avec vous deux, c’est que quand c’est un non-médecin qui exprime des idées qui vous dérangent, ses arguments ne valent rien, c’est au plus un antivaccinaliste primaire (comme si on ne pouvait pas le devenir secondairement à des études poussées sur le sujet), mais que quand c’est un médecin qui cite de nombreux confrères contre vous, il manipule l’argument d’autorité...

                                                N’y aurait-il pas là comme un paradoxe ?
                                                Vous avez derrière vous la puissance d’une erreur centenaire, et toutes les autorités qui profitent du système depuis des lustres, ainsi que tous les conseils ordinaux à leur botte : n’en abusez pas pour tenter d’étouffer la dissidence par votre mépris : tout ce que vous dites sera un jour retenu contre vous. Vous avez le beau rôle, nous avons le rôle ingrat ; c’est bien plus difficile, et vous pouvez accumuler les erreurs au nom du dogme ; par contre la moindre imprécision chez nous est montée en épingle.
                                                Malgré tous ces handicaps, nous sommes en train de gagner ce combat, ne vous déplaise.

                                              • Julie Julie 15 août 2013 00:15

                                                oh ciel... c’est à ce point ? faut que je continue à vous expliquer de la ... médecine ?!?!

                                                Tropisme bien sur... mais il n’y a pas de GPS ou de téléportation pour éviter les capillaires sanguins, la lymphe et le liquide intersticiel qui sont sur le chemin entre la toxine et la terminaison nerveuse et contiennent les anticorps...(et il n’y aurait pas un tout petit tropisme de rien du tout non plus entre toxine et anticorps ? smiley )
                                                et à un moment donné, sans anticorps, les terminaisons nerveuses locales finiraient par saturer de toute façon, les toxines iront donc se faire voire ailleurs...

                                                Tétanos généralisé signifie que cela commence au niveau des machoires. Les symptomes apparaissant ensuite dans un ordre descendant le long du corps.

                                                Si toutes les toxines remontaient un seul et même axone (pour vous faire plaisir, en squizzant la circulation générale et tout le reste) depuis, disons, le petit orteil gauche vers le système nerveux central, alors les symptomes apparaitraient en ordre ascendant, ce qui n’est pas observé dans la grande majorité des cas de tétanos qui sont descendants.

                                                Par contre, si les toxines passent par la circulation générale, la circulation générale étant plus rapide que la remontée de la toxine dans un axone vers le système nerveux central, et toutes les terminaisons nerveuses motrices étant alors concernées, c’est le nerf le plus court qui disjoncte le premier. Oh, ben c’est ce qui est observé. Dingue. La toxine passe par la circulation générale. Scoop Scoop... ah ben non, tout le monde le savait déjà...


                                              • doctorix doctorix 15 août 2013 09:39

                                                Ici, vous verrez que l’incubation du tétanos peut durer jusqu’à 6 semaines :

                                                Quarante deux jours !
                                                Pourquoi pas six mois ?
                                                Ne dirait-on pas que la toxine préfère l’omnibus de la voie nerveuse au TGV de la voie sanguine ?
                                                Votre bacille de Nicolaïev est quand même un chanceux : il ne rencontre pas de vaisseaux sanguins pour lui apporter l’oxygène qui le tuerait, mais il en trouve pour transporter sa toxine dans l’organisme.
                                                Vous savez, Julie, plutôt que de me donner des cours de maternelle, essayez de comprendre que ce que dont vous essayez de me convaincre, je l’ai professé et pratiqué pendant trente ans avant d’y renoncer dans la douleur.
                                                Tâchez d’avoir un peu plus de respect pour vos adversaires.
                                                J’en sais autant que vous sur le sujet, majoré de quelques connaissances supplémentaires qui m’ont fait douloureusement renoncer à mes convictions, comme vous finirez par le faire.
                                                Vous trouverez dans les trois liens qui suivent de sérieux motifs de doute, et de bonnes raisons de ne plus vous ranger aux côtés des assassins :
                                                par exemple, on peut lire ceci :
                                                « C’est à plusieurs reprises que des décès de nourrissons ont été liés à l’utilisation du vaccin pentavalent. Le Bhutan, le Sri Lanka, le Pakistan et le Vietnam ont déjà interdit ce vaccin. Le Bhutan l’a interdit après le décès de quatre bébés, mais l’aurait apparemment rétabli suite aux exhortations de l’OMS, puis l’a, à nouveau interdit après la mort de quatre nouveaux bébés.
                                                Or quatre bébés déclarés morts, ce sont dans la réalité de 40 à 400 décès, puisque seul un effet indésirable sur 10 ou 1OO est déclaré.
                                                Voici donc les trois derniers articles d’initiative citoyenne :
                                                Loi sur les épidémies & votation du 22 septembre : pourquoi les Suisses doivent dire NON ! (Une contribution très intéressante du Dr Françoise Berthoud)
                                                 
                                                 
                                                Vaccins : des patients qui agissent en vrais consommateurs
                                                 
                                                 
                                                Un pédiatre indien dénonce le rapport bénéfices/risques défavorable du vaccin pentavalent
                                                 

                                                Bonne lecture, et qu’elle vous ouvre les yeux !

                                              • Julie Julie 15 août 2013 10:19

                                                « Ici, vous verrez que l’incubation du tétanos peut durer jusqu’à 6 semaines »

                                                et alors ? Le temps que les bacilles se mettent à émettre les toxines (les toxines sont d’ailleurs libérées au moment de la mort du bacille...), que les toxines diffusent de la plaie jusqu’à la circulation générale, et le temps que la toxine remonte un axone (quelques cm par jour), ca peut être long. Par contre la vitesse de la circulation générale sanguine, ca peut aller jusqu’à 20-40 cm par seconde...

                                                « Ne dirait-on pas que la toxine préfère l’omnibus de la voie nerveuse au TGV de la voie sanguine ? »

                                                Si c’était le cas, vous auriez des tétanos ascendant et non descendant commençant par la machoire. La toxine qui passe dans le sang et se rend au niveau des nerfs de la machoire (nerfs courts) atteindra plus vite le Système nerveux central que la toxine qui remonte un axone depuis l’orteil.

                                                « Votre bacille de Nicolaïev est quand même un chanceux : il ne rencontre pas de vaisseaux sanguins pour lui apporter l’oxygène qui le tuerait, mais il en trouve pour transporter sa toxine dans l’organisme. »

                                                la toxine vit sa vie toute seule comme une grande. Rien ne l’empêche de diffuser. D’ailleurs si elle ne diffusait pas et restait collée à son bacille lysé, elle n’irait pas non plus dire coucou aux axones locaux.

                                                non mais sérieusement, vous êtes médecin en exercice ?


                                              • doctorix doctorix 15 août 2013 10:48

                                                Vous savez donc que le toxine parcourt quelques centimètres par jour le long des axones.

                                                C’est donc que vous connaissez la voie nerveuse, et d’autant mieux que vos sources sont fournies par votre patron. En effet, il n’est pas de site sensible sur la vaccination qui ne soit infecté par un ou plusieurs gardes-chiourmes de Big Pharma pour tenter de maintenir la chape de plomb du mensonge, trop d’intérêts étant en jeu. Et, à part vous (le vieil ours m’a plutôt l’air d’un benêt), je ne vois personne pour remplir ce rôle.

                                                Quand à la voie sanguine, si elle existait, il n’y aurait aucune raison qu’elle ne donne pas lieu à la formation d’anticorps spécifiques : leur absence exprime clairement que le système immunitaire ne rencontre pas la toxine, même en petite quantité : le vaccin lui-même n’est pas si riche que ça en anatoxine, et provoque cependant l’apparition d’anticorps. De plus, le système immunitaire est extrêmement réactif et rapide, grâce au ciel.
                                                Et puis, arrêtez ce petit jeu sur mon titre, mes connaissances et ma profession, c’est un peu lassant, et ça sent l’argument de ceux qui n’en ont plus. De toutes façons, nous ne sommes maintenant qu’entre nous, vous savez parfaitement ce qu’il en est. Vous n’avez plus personne à impressionner, ni à tromper.
                                                Jusqu’ici, vous étiez disciple d’une fausse doctrine, mais honnête. Maintenant, je ne peux pas imaginer que vous n’ayez pas fini par comprendre comme j’ai fini par le faire. Vous n’êtes plus une fanatique intégriste, mais vous êtes devenue complice de crime.
                                                Est-ce que votre salaire justifie cette malfaisance, c’est à vous de voir.

                                              • Julie Julie 15 août 2013 11:40

                                                « Vous savez donc que le toxine parcourt quelques centimètres par jour le long des axones. »

                                                Si vous le savez aussi, comment expliquez-vous le tétanos généralisé débutant par la machoire, peu importe le site de la plaie ? Comment expliquez-vous le transport de la toxine jusqu’à la terminaison des nerfs moteurs de la machoire, sans passer par la circulation générale ?

                                                « Quand à la voie sanguine, si elle existait, il n’y aurait aucune raison qu’elle ne donne pas lieu à la formation d’anticorps spécifiques : leur absence exprime clairement que le système immunitaire ne rencontre pas la toxine, même en petite quantité : le vaccin lui-même n’est pas si riche que ça en anatoxine, et provoque cependant l’apparition d’anticorps. De plus, le système immunitaire est extrêmement réactif et rapide, grâce au ciel. »

                                                Vous tournez en rond pour faire semblant de ne pas comprendre. La toxine est terriblement toxique, un des plus toxiques qui soient (si pas la plus toxique connue...). On devient malade sans que le système immunitaire ait remarqué quoi que ce soit. Les doses d’anatoxine présentes dans le vaccin n’ont rien à voir avec les doses en jeu en cas d’infection naturelle.

                                                la dose létale de toxine est de l’ordre du nanogramme par kg de poids (une aiguille dans un botte de foin). Par contre, un vaccin contient 20-40 UI d’anatoxines, bien assez pour développer des anticorps, comme cela est constaté lors des tests sanguins.


                                              • doctorix doctorix 15 août 2013 14:41

                                                 On devient malade sans que le système immunitaire ait remarqué quoi que ce soit.

                                                D’où tenez-vous cela ?
                                                Y-a-t-il une seule bactérie, un seul agent étranger qui, introduit dans l’organisme, ne provoque immédiatement une réaction immunitaire, la formation d’un anticorps spécifique et une absorption par les macrophages ?
                                                Heureusement pour vous, non.
                                                Même un agent propre à l’organisme, mais dont l’origine est étrangère, provoque cette apparition d’anticorps dirigé contre l’hôte, et donne une maladie auto-immune, comme c’est le cas du squalène. On a pu obtenir des anticorps contre l’hormone gonadotrophine chrionique intégrée dans certains vaccins., entraînant ainsi une stérilité. Pourquoi ce poison qu’est la toxine tétanique ne fait-il pas la même chose ? Parce qu’il n’entre pas en contact avec le système immunitaire, il n’y a pas d’autre explication possible.
                                                Pourquoi l’attaque des muscles de la mâchoire et le trismus, qui vous tiennent tant à coeur ? Probablement parce que la toxine remonte de synapse en synapse jusqu’aux centres cérébraux, et peut-être qu’elle a besoin de passer par là pour être activée.
                                                Je ne prétends pas que c’est la bonne explication, mais seulement que l’officielle n’est pas satisfaisante et qu’il faut donc en trouver une autre, au lieu de se complaire dans une explication absurde.
                                                Il est particulièrement délirant de décréter qu’une toxine présente à quelques nanogrammes n’est pas détectée par l’organisme quand une dilution korsakowienne, de l’ordre de mille centésimales, l’est. Ce qui représente des milliards de fois moins que le nanogramme, et même, à vrai dire, rien de pondérable. Et pourtant même ce rien du tout est détectable et détecté, entraînant des réactions conséquentes.
                                                Aucune substance étrangère n’est indétectable, à moins qu’elle ne se détourne du système de défense par des astuces qui lui sont propres.

                                              • Julie Julie 15 août 2013 15:24
                                                « D’où tenez-vous cela ? »

                                                ben c’est la façon grossière de dire que la « maladie n’est pas immunisante », ce dont vous êtes au courant (touner en rond à ce point, ca tient du prodige...)


                                                "Pourquoi l’attaque des muscles de la mâchoire et le trismus, qui vous tiennent tant à coeur ?« 

                                                Parce que vous ne pouvez pas l’expliquer correctement avec vos théories à deux francs, et que pourtant vous continuez à vous accrocher à ces théories, parce que vous ressentez le besoin de trouver une justification, aussi farfelue soit-elle, à votre anti-vaccinalisme primaire. C’est dommage, parce que l’adhésion à le pseudo-science ne sert pas votre cause. Cette adhésion rend votre cause ridicule auprès de certaines personnes un tant soit peu cultivées mais que vous voudriez convaincre. J’essaie de faire de vous un meilleur opposant à la vaccination. Ne me remerciez pas, la leçon était gratuite.

                                                 »Probablement parce que la toxine remonte de 

                                                synapse en synapse jusqu’aux centres cérébraux, et peut-être qu’elle a besoin de passer par là pour être activée."

                                                dans ce cas, l’attaque de la machoire ne serait pas le premier symptome (en cas de blessure au pied, vous auriez d’abord les jambes qui disjonctent, en cas de blessure à la main, vous auriez d’abord les bras, etc...). hors, la machoire est bien le premier signe dans la majorité des cas. Le tétanos généralisé est dit descendant. C’est le nerf le plus court qui disjoncte en premier. Votre explication ne l’explique pas. Par contre, le passage de la toxine dans la circulation sanguine explique cela. je n’invente rien pourtant, je ne devrais donc pas être la première personne à vous l’expliquer. Si vous ne comprenez toujours pas, je ne peux plus rien faire pour vous.


                                              • doctorix doctorix 16 août 2013 09:14

                                                La maladie n’est pas immunisante, c’est un fait.

                                                Cette constatation vous suffit, et vous vous passez d’explication.
                                                Moi pas.
                                                ll se trouve que la seule explication possible est que la toxine ne passe pas dans le sang.
                                                Ce qui rend cohérent tout le reste de mon analyse (qui n’est d’ailleurs pas la mienne).
                                                Maintenant, si vous me donnez une explication à cette anomalie, je veux bien revoir ma position. On retrouve cette anomalie dans l’intoxication botulinique, ça peut être une piste.
                                                Quand un fait ne colle pas à une théorie, c’est la théorie qu’il faut revoir, et non nier le fait ou le passer aux oubliettes.
                                                L’explication selon laquelle la toxine serait tellement puissante qu’elle tuerait avant de provoquer l’apparition d’anticorps me parait insuffisante, parce qu’elle ne s’applique pas aux survivants.
                                                J’explique mal le trismus initial, et vous expliquez mal l’absence d’immunisation. Ce sont deux points qui devraient nous donner à réfléchir, et non nous diviser. 
                                                Au passage, je me souviens d’un article dans le concours médical des années 60, où l’armée américaine au viet-nam, constatant l’inéfficacité et la dangerosité des sérums de chevaux, avait tenté avec succès de pratiquer une injection d’anatoxine après blessure. L’explication de ce succès n’était pas l’apparition immédiate d’anticorps, mais le blocage des sites de réception de la toxine par l’anatoxine au niveau des centres nerveux.
                                                Cette vertu curative du vaccin n’a malheureusement pas été reprise à ma connaissance, mais il semble qu’elle était efficace. Vous serez heureuse de voir que j’ai découvert une vertu à un vaccin, même si c’est dans un usage détourné, puisqu’il ne vise pas alors à provoquer l’apparition d’anticorps, et qu’il est d’action immédiate. C’est sans doute ce qui fonctionnait dans la séro-anatoxinothérapie.
                                                Cependant, si cette notion était appliquée, elle rendrait quelques services, à moindre coût, et à moindre mal.

                                              • Julie Julie 16 août 2013 11:02

                                                "La maladie n’est pas immunisante, c’est un fait.

                                                Cette constatation vous suffit, et vous vous passez d’explication.
                                                Moi pas.« 

                                                C’est pas compliqué. Il faut dose donnée pour déclencher l’immunité (Di), et il faut une dose donnée pour déclencher la maladie (Dm). Dm est tout simplement inférieur à Di. Rien d’inconcevable. Ne faites pas semblant de ne pas avoir compris.

                                                 »ll se trouve que la seule explication possible est que la toxine ne passe pas dans le sang.

                                                Ce qui rend cohérent tout le reste de mon analyse (qui n’est d’ailleurs pas la mienne).« 

                                                Cette explication ne rend pas votre analyse cohérente, puisque vous n’expliquez PAS le Trismus initial (comme vous le reconnaissez à demi-mot par la suite). Ne faites pas semblant de ne pas avoir compris.

                                                Je me doute que cette explication n’est pas la votre, puisque je ne vous ai pas encore vu développer une seule théorie anti-vaccinaliste originale. Vous ne faites que reprendre les théories des figures de proues du mouvement, celles à qui il arrive d’inventer de temps en temps l’un ou l’autre sophisme et d’en tirer une gloire toute relative. Prenez de la hauteur, réalisez votre propre argumentaire original, si vous voulez être vénéré comme vos idoles et vivre une retraite sous les spotlights.

                                                 »Maintenant, si vous me donnez une explication à cette anomalie, je veux bien revoir ma position.« 

                                                Il n’y a pas d’anomalie. Le passage par le sang explique le trismus initial. Ce genre de question a été résolue il a bien un demi-siècle de ca, voire plus... Ne faites pas semblant de ne pas avoir compris.

                                                 »L’explication selon laquelle la toxine serait tellement puissante qu’elle tuerait avant de provoquer l’apparition d’anticorps me parait insuffisante, parce qu’elle ne s’applique pas aux survivants."

                                                ben les survivants n’endurent pas de doses immunogènes non plus. Ne faites pas semblant de ne pas avoir compris.

                                                Vous avez parfaitement compris le tableau d’ensemble, mais vous pirouettez pour la forme en faisant semblant d’être plus idiot que vous ne l’êtes. Pourtant vous l’avez dit, nous sommes entre nous, ca ne sert à rien de faire semblant. Essayez d’être original. Trouvez d’autres raisons de vous opposer à la vaccination anti-tétanique. Essayez de voir cà comme un challenge. Devenez l’anti-vaccinaliste le plus futé de la toile.



                                              • doctorix doctorix 16 août 2013 13:25

                                                Votre ton supérieur est assez insupportable, et chacun en jugera.

                                                Des énigmes résolues il y a 50 ans ont été remises en question à maintes reprises.
                                                Le tétanos et l’incapacité du vaccin à le prévenir en feront partie dans quelque temps.
                                                Mais mon problème n’est pas là : c’est moi, et non vous, qui vaccine. Vous vous contentez de profiter des mannes indues qui retombent de cette pratique.
                                                A ce titre, je suis responsable de ce que je risque d’infliger à mes patients.
                                                Or la somme des catastrophes engendrées par la vaccination, qui s’allonge au fur et à mesure de leur juteuse prolifération, m’a incité à me renseigner sur les conséquences de ce que je faisais. Je ne suis pas un chercheur, et je n’ai pas de prétention à l’invention dans ce domaine. Les feux de la rampe ne m’intéressent pas non plus, et vos accusations sont grotesques. Seule la recherche de la vérité, celle que vous cachez, m’intéresse, ainsi que le bien-être et la santé de mes patients, ce qui, après tout, est mon boulot.
                                                La somme des problèmes que vous squeezez d’un haussement d’épaules est devenue considérable, et vous avez le talent, comme toute la clique que vous représentez et qui vous paye, de vous focaliser sur un détail pour tenter de ridiculiser vos adversaires, sans toutefois y parvenir. Visiblement, vous échouez, puisqu’ici, 85% des votants ont préféré mes thèses aux vôtres, et ce score s’est confirmé à maintes reprises sur ce sujet.
                                                Vous pourrez toujours parler d’obscurantisme, mais chacun aura compris ou est l’obscurantisme, dans cette pratique moyen-âgeuse qui méprise et maltraite le corps humain et qui nous vient d’un autre âge.

                                              • ffi ffi 12 août 2013 00:01

                                                En gros, nous sommes confronté à une sorte d’idolâtrie des vaccins, d’où l’impossibilité d’avoir un débat rationnel.


                                                • doctorix doctorix 12 août 2013 00:29

                                                  Pas d’accord : un débat rationnel est possible.

                                                  Nous passons beaucoup de temps à mettre les vaccinolâtres devant leurs contradictions et leurs conflits d’intérêt.
                                                  Et nous y parvenons de mieux en mieux, je trouve.
                                                  D’ailleurs, la tendance à la méfiance commence à s’installer dans les populations, à juste titre, au fur et à mesure qu’elles s’informent ; Et les chiffres baissent. Je pense que c’est irréversible.
                                                  On voit d’ailleurs les fanas de la seringue se démener comme des fous furieux, parce qu’ils sentent leur combat perdu, et que les milliards vont leur échapper (vous noterez dans l’article que j’ai cité plus haut que le bénéfice de Paul Offit sur le Rotateq -un vaccin archi-bidon contre un rotavirus- s’est monté à 46 millions pour lui-même).
                                                  Profitez-en pendant qu’il est encore temps, les vautours : parce que ça sent la fin.
                                                  On commence à comprendre pourquoi, au moyen-âge, les puissants refusaient que le petit peuple apprenne à lire, et s’exprimaient en latin pour ne pas être compris !!
                                                  C’est le moment de rendre un hommage chalareux à Internet, sans lequel rien n’eut été possible.

                                                • Ruut Ruut 12 août 2013 06:23

                                                  Avant la France produisait des vaccins sans aluminium et non dangereux, depuis son association avec les USA, tous les vaccins Français ont de l’aluminium car moins cher, la nocivité n’étant plus prise en compte.


                                                  C’est triste d’avoir perdu notre éthique.

                                                  Le management aux nombres est la pire calamité de notre époque.


                                                  • Julie Julie 12 août 2013 20:22

                                                    le ROR ne contient pas et n’a jamais contenu d’aluminium ...


                                                  • doctorix doctorix 14 août 2013 18:03

                                                    Exact, Julie.

                                                    Contrairement à ces trente-deux autres, très courants, qui, eux, en contiennent.
                                                    On ne peut pas cumuler tous les vices.

                                                  • Cedric Citharel Cedric Citharel 12 août 2013 09:08

                                                    L’industrie pharmaceutique impose ses lois. D’ailleurs, qui pense vraiment que c’est en travaillant au noir que le brave docteur Cahuzac s’est constitué son bas de laine ?

                                                    Pour savoir qui dirige le pays, lisez On les croise parfois, de Cedric Citharel.
                                                    Ensuite, vous ne vous étonnerez plus de voir la santé des citoyens sacrifiée sur l’autel de la rentabilité.

                                                    • kid4 21 août 2013 05:34

                                                      Bravo doctorix pour votre détermination et votre patience dans vos réponses.
                                                      Mon témoignage : père d’une petite fille née en 2006, j’ai refusé TOUS les vaccins depuis le début. Lorsqu’elle a eu des fièvres, petite, je n’ai JAMAIS fait baisser la fièvre, malgré que l’on soit allé jusque 39,2. Le lendemain c’était toujours fini. Evidemment c’est paniquant et je comprends que des parents « craquent ». Il faut faire preuve d’une volonté de fer, parfois carrément mentir (oui, oui elle a fait tous ses vaccins) parce que sinon les réactions sont assez violentes (même provenant d’autres parents). Pourquoi j’ai fait ce choix ? Eh bien parce que j’ai lu que le seul vaccin obligatoire dans mon pays (contre la polio) contenait du formaldéhyde, substance que je savais avoir été reconnue cancérigène pour l’homme par l’OMS. Je ne pouvais pas y croire ! On me demandait d’injecter dans le corps de ma fille un produit qui contenait une substance cancérigène ??? J’ai acheté le produit pour m’en assurer et là dans la notice j’ai constaté qu’il y avait 125µg de formaldéhyde. A ce moment-là, ma décision était prise. Aucun vaccin ne rentrerait JAMAIS dans le corps de ma fille, alors que, comble de l’ironie, elle n’est MEME PAS malade. Comme l’a dit très bien dit une journaliste dont j’ai oublié le nom, le principe du bénéfice/risque ne joue pas ici puisqu’on n’est pas malade. Et alors que, comme l’a écrit un médecin, dont j’ai aussi oublié le nom, la probabilité d’attraper cette maladie est égale à la probabilité de se faire mordre par un cobra (en Europe, pas au Lésotho lol) ! Après ça, les pro-vaccins pourront me débiter toutes les c........ qu’ils veulent, ce ne seront que des tentatives de tailler un bloc de marbre avec une aiguille : je ne fais pas injecter un produit qui contient une substance reconnue cancérigène par l’OMS dans le corps de ma fille (alors qu’elle n’est pas malade). Point barre.


                                                      • kid4 21 août 2013 05:42

                                                        Cela étant, mon cher doctorix, il y a un paradoxe que je ne m’explique pas. Comment se fait-il, alors que j’imagine que la plupart des enfants de la classe (et de l’école) de ma fille sont vaccinés et archi-vaccinés, comment se fait-il donc, que tous ces enfants semblent être en très bonne santé ? Je veux dire, si les vaccins sont si nocifs, et j’en suis convaincu, comment se fait-il que beaucoup plus d’enfants ne tombent pas comme des mouches ? Est-ce que cela signifie que c’est chronique, plutôt qu’aigu ? Ou cela fait-il partie du miracle du corps humain qui parvient à survivre de longues années malgré les cent mille produits chimiques qui l’empestent dès le moment de sa conception ?


                                                        • kid4 21 août 2013 05:52

                                                          Et effectivement j’avais déjà lu que le virus de la polio est carrément tué par une bonne fièvre à 39°C. Donc je peux facilement imaginer que la plupart des polios sont dues à la « bonne » pratique de faire baisser la fièvre !
                                                          Oui comme vous l’écrivez, doctorix, heureusement que nous avons Internet, car il est vrai que c’est là que j’ai pu puiser pas mal d’infos. J’ai aussi acheté quelques livres de médecins « éclairés » (ceux qui sont sortis de la grotte de Platon). Vivement que les consciences s’ouvrent rapidement (encore que, à la télévision, le discours pro-vaccin soit tout à fait majoritaire).



                                                            • yungmi 3 juillet 2014 11:25

                                                              je ne croie pas que ce sois le vaccin qui l’a rendu comme ça ce qu’il à est une maladie génétique bien connue . puisqu’il à supporté la première injection du ROR sans problèmes ! est ce que il à reçu ses vaccin en totalité ? tels que le tetravac BB ! si oui comment avais t’il reagi ? fiévre ou pas ! ce qui permet de connaitre la resistance de l’enfant face aux vaccin .


                                                              • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 3 juillet 2014 16:10

                                                                @yungmi : Une chose est certaine à vous lire, c’est que vous n’avez jamais étudié le problème des vaccins, ni des années, ni des mois ni des semaines pour affirmer pareille chose...

                                                                Il n’est pas question de croire ici mais de savoir. De un. De deux, le fait de « supporter » en apparence une vaccination précédente n’est aucunement une preuve qu’une même vaccination ultérieure ne puisse pas constituer, à la manière d’une « goutte d’eau qui fait déborder le vase » le facteur décisif d’une maladie chez un individu donné, sans toujours tout essayer de remettre sur des spécificités génétiques. Quand on voit les chiffres effarants des effets secondaires graves de vaccins (3% !dans les essais cliniques du vaccin Prevenar soit bien + que les complications naturelles possibles de la maladie au plan statistique ; 3 MILLIARDS de dollars versés aux victimes de vaccins aux USA depuis 1986 alors que 2/3 des plaintes sont rejetées d’emblée et que seuls 1 à 10% des effets secondaires graves de vaccins sont officiellement comptabilisés selon des revues médicales officielles), on ne peut que se rendre compte de l’aberration qu’il y aurait à vouloir blanchir les vaccins en mettant à chaque fois tous les cas graves sur le dos de « particularités génétiques » qui seraient alors si nombreuses qu’elles en deviendraient tout bonnement insignifiantes ! C’est un peu comme la volonté qui s’est avérée vaine de mettre le développement de l’autisme sur le compte d’un gène et on a fini par en trouver tellement que la notion de « gène de l’autisme » s’est effondrée d’elle-même. La vérité est que les composants toxiques des vaccins ne font du bien à aucune cellule d’aucun organisme humain. Aller demander aux corps des gens de s’adapter à des vaccins est une bêtise absolue, cela revient à niveler par le bas la santé publique au nom du profit et les prétendus efforts futurs en vue de faire des « vaccins plus personnalisés » constituent une autre illusion de taille étant donné que toute vaccination opère un véritable court-circuitage des mécanismes immunitaires qui ont été prévus et arrêtés comme les plus sûrs et les plus efficaces par des millions d’années d’évolution biologique (voie cutanée ou muqueuse pour la pénétration des microbes dans l’organisme et pas une injection qui court-circuite toutes les étapes prévues)

                                                                Troisièmement, quand vous écrivez « est ce que il à reçu ses vaccins en totalité ? tels que le tetravac BB ! si oui comment avait t’il réagi ? fièvre ou pas ! ce qui permet de connaitre la résistance de l’enfant face aux vaccin . », vous montrez vraiment que vous n’avez pas étudié ce sujet très attentivement sinon, vous sauriez qu’un enfant peut parfois réagir violemment (avec ou sans fièvre !) à un vaccin et devenir handicapé à vie après une troisième dose par exemple là où certains enfants qui n’avaient jusque là jamais mal réagi peuvent par exemple mourir après une première ou une deuxième dose. Les vaccins ne sont pas comparables, un vaccin tetravac n’est pas un ROR. Les seuls points communs, c’est que ce sont -comme tous les autres- tous les deux des vaccins expérimentaux car leur évaluation est scientifiquement biaisée (faux placebos, pas de tests sur le potentiel cancérogène, mutagène, pas d’analyse pharmacocinétique, temps d’évaluation trop bref) et qu’ils sont tous les deux toxiques et suffisants pour pouvoir estropier et handicaper des enfants jusque là parfaitement sains. La vaccination est un véritable terrorisme sanitaire : ses ravages sont certains mais ce qui ne l’est pas c’est la détermination de ceux à qui elle brisera la vie pour toujours,... les effets secondaires graves des vaccins sont nettement plus fréquents qu’on le dit, ils sont certainement plus élevés que les complications graves des maladies naturelles or toute personne vaccinée n’aurait pas forcément fait la maladie et si elle l’avait fait, n’aurait pas forcément subi une complication grave !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès