• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Effondrement : qu’on ne nous dise pas qu’on n’avait pas (...)

Effondrement : qu’on ne nous dise pas qu’on n’avait pas été prévenu

La terre se réchauffe, les animaux disparaissent avec la biodiversité et la biomasse, les océans sont pollués jusque dans leurs fosses abyssales, les sources sont confisquées par les boîtes à fric, l’air est sale, l’atmosphère est saturée de gaz à effets de serre, le cosmos est pollué de satellites et de déchets technologiques. Et seuls, 14 % des ingénieurs pensent que « si les choses continuent sur leur lancée, nous allons bientôt vivre une catastrophe écologique majeure  » tandis que les autres (86 %) pensent que « le génie de l’homme permettra que la terre reste vivable ». Et pourtant, ça n’est pas d’hier, ni d’avant hier, ni encore de la semaine dernière, mais bien dès les débuts de l’ère industrielle que certains se sont levés pour dénoncer les catastrophes à venir.

En 1820, Saint Simon écrivait : « L’objet de l’industrie est l’exploitation du globe, c’est-à-dire l’appropriation de ses produits aux besoins de l’homme, et comme, en accomplissant cette tâche, elle modifie le globe, le transforme, change graduellement les conditions de son existence, il en résulte que par elle, l’homme participe, en dehors de lui-même en quelque sorte, aux manifestations successives de la divinité, et continue ainsi l’œuvre de la création. De ce point de vue, l’industrie devient le culte. »

En 1857, c’était au tour d’Eugène Huzar de prédire : « Dans cent ou deux cents ans le monde, étant sillonné de chemins de fer, de bateaux à vapeur, étant couvert d’usines, de fabriques, dégagera des billions de mètres cubes d’acide carbonique et d’oxyde de carbone, et comme les forêts auront été détruites, ces centaines de billions d’acide carbonique et d’oxyde de carbone pourront bien troubler un peu l’harmonie du monde. »

En 1949, le naturaliste américain Henry Fairsfield Osborn Jr. Met en garde dans La Planète au pillage, contre la surexploitation des ressources tandis que William Vogt, ornithologue, spécialiste de la surpopulation, établit un lien entre l’ampleur des dégradations environnementales et l’explosion démographique dans Road to survival (le livre n’a pas été traduit).

Toujours en 1949, Aldo Léopold publie l’Almanach d’un comté des sables, livre qui rencontre un succès et est considéré comme un jalon important dans la pensée écologique.

En 1962, Rachel Carson dénonce dans Printemps silencieux, l’utilisation massive des pesticides et du DDT qui causent une contamination généralisée de notre environnement et une destruction de la biodiversité.

La même année, Serge Moscovici, affirme dans Essai sur l’histoire humaine de la nature, que l’état de la nature dépend des relations que les sociétés humaine entretiennent avec elle. La « technologie politique » souhaitée par l’auteur servira de socle à l’écologie politique.

En 1968, Richard Buckminster compare la terre à un vaisseau dans l’espace pour lequel les ressources sont limitées et qui ne peut se réapprovisionner nulle part. Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial Terre.

La même année Paul et Anne H. Ehrlich publient La bombe P.. Des actions politiques doivent être entreprises de façon urgente pour limiter la croissance démographique (la bombe population).

Concomitamment, Garrett Hardin démontre que la compétition pour l’accès aux ressources, motivée par la poursuite et la satisfaction de l’intérêt individuel, conduit à leur épuisement inexorable dans La tragédie des biens communs.

En 1971, c’est Gary Commoner qui publie L’encerclement. Problème de survie en milieu terrestre. Il y explique que la crise environnementale remet en cause les possibilités de survie de l’espèce humaine. Il faut « apprendre à restituer à la nature une richesse que nous lui avons empruntée ». Il dirait certainement aujourd’hui, « volée » !

En 1972, le Club de Rome, sort Halte à la croissance ?. Le club constate que la croissance économique et démographique provoque des dégâts environnementaux considérables. Il est urgent de réduire la croissance et d’inventer un nouveau modèle.

Enfin, en 1973, René Dumont publie son manifeste L’utopie ou la mort. Il dénonce l’inaction face aux problèmes environnementaux qui conduira à la disparition de notre civilisation.

En 1988, les pays membres de l’ONU, conscients des dangers qui s’abattent sur la Terre créent un organisme intergouvernemental, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC, en anglais Intergovernmental Panel on Climate Change, IPCC). Depuis, chaque année, le GIEC sort des rapports toujours plus alarmistes les uns que les autres qui suscitent des grand raouts durant lesquels sont proclamés des engagements jamais tenus. Depuis, la production de CO2 n’a fait qu’augmenter année après année.

Depuis, les dégâts n’ont fait qu’augmenter de manière exponentielle générés par une irresponsabilité généralisée à tous les niveaux (de la production à la consommation en passant par le négoce) ; par une inconscience des conséquences des innovations mises au point par des ingénieurs passionnés mais incapables de se raisonner ; par des financiers qui n’ont qu’un objectif, l’argent pour le pouvoir ; et des politiques qui se laissent berner et soudoyer par les lobbys.

La bibliographie citée provient d’un livre passionnant et plein d’enseignements : « Quelle éthique pour l’ingénieur ? » de Laure Flandrin et Fanny Verrax, sorti en 2019 aux éditions Charles Léopold Mayer.


Moyenne des avis sur cet article :  3.1/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Arogavox 29 février 10:44

    En 1968, Richard Buckminster compare la terre à un vaisseau dans l’espace pour lequel les ressources sont limitées et qui ne peut se réapprovisionner nulle part. Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial Terre.

    Ne pas oublier, Georgescu Roegen, qui, plus récemment, a développé de façon très consistante une notion d’entropie matérielle. 

     ( à noter que cette célébrité mondiale était féru en physique autant qu’en économie )


    • Arogavox 29 février 10:46

      désolé :  .. était féru de ...


    • Le421 Le421 29 février 18:53

      @Arogavox
      Voui...
      Et tout le ramassis de cons qui semblent oublier que de percer des trous dans la coque ne fera que le faire sombrer plus vite...


    • CLOJAC CLOJAC 1er mars 06:53

      @ l’auteur

      J’adore votre présentation : « Je suis un citoyen qui essaie de réfléchir... »
      C’est bien d’essayer. Mais ce serait mieux d’y parvenir.
      Cela vous éviterait de répéter benoîtement la propagande du GIEC, en mélangeant au passage les différentes formes de pollutions et le soi-disant réchauffement.

      Si en dehors des esprits formatés par la propagande, il passe par ici des gens désireux de s’informer, avec un esprit ouvert, j’ai mis à la disposition du grand public en les vulgarisant les études et les conclusions de plusieurs universités et de quelques prix Nobel, parmi les 31.000 scientifiques de haut niveau qui s’insurgent contre les élucubrations du GIEC.

      Les supercheries sont décortiquées, les preuves de tromperies administrées, et lorsque cela confine à l’escroquerie pure et simple, je donne les noms, les lieux, les dates, les sommes détournées, les prétextes allégués et les procédures en cours.
      Et tout est vérifiable.

      https://climatorealist.blogspot.com/


    • Jean-Luc Picard-Bachelerie 1er mars 14:47

      Je ne sais pas si c’est une habitude chez vous d’engager la conversation en faisant passer votre interlocuteur pour un imbécile d’entrée de jeu. Je vous retournerai donc la pareille car en matière de communication, « c’est bien d’essayer, mais ce serait mieux d’y parvenir ». 

      Cela dit, nonobstant, je ne répète pas benoîtement la propagande du GIEC et la moindre des choses lorsqu’on prétend détenir la vérité, on dit clairement d’où on la détient. Ce qui n’est pas votre cas. Du reste votre blog n’en dit pas plus sur vous, ce qui est bien étrange. Mais, évidemment, sachant comment vous traitez les autres,je comprends bien que vous n’ayez pas envie de recevoir le même traitement.

      Pour le réchauffement climatique, je fais partie des sceptiques sur ses causes. Mais pas sur le réchauffement proprement dit.

      Je suis allé voir votre article présenté sur l’accueil. Je doute que vous ayez beaucoup de lecteurs vu le ton supérieur et méprisant sur lequel vous traitez votre sujet. Donc, peu importe que vous ayez raison ou tort, vous êtes juste une personne désagréable qu’on a pas envie de connaître et dont on se contrefout de ce que vous pouvez penser. 


    • CLOJAC CLOJAC 1er mars 21:03

      @Jean-Luc Picard-Bachelerie

      « Je ne sais pas si c’est une habitude chez vous d’engager la conversation en faisant passer votre interlocuteur pour un imbécile d’entrée de jeu. »

      Je fais oeuvre de salubrité publique ! Il y a tant de crédules prêts à croire n’importe qui et n’importe quoi qu’il est méritoire d’essayer de les dessiller.
      En tous domaines, cela devrait être une des fonctions prioritaires d’Internet.

      « la moindre des choses lorsqu’on prétend détenir la vérité, on dit clairement d’où on la détient. »

      je propose une ribambelle de liens et de références renvoyant vers des travaux universitaires, et des études de terrain menées par des chercheurs reconnus, qu’on peut trouver sur le web... Et que j’ai vulgarisés de façon à ce que tout le monde puisse avoir accès à leurs conclusions.
      Si l’on n’est pas affecté de dissonance cognitive.

      Je ne prétends pas que ces scientifiques sont infaillibles et une fois de plus, j’invite les réchauffards à démontrer en quoi les conclusions du M.I.T sur la courbe de Mann seraient fausses, quelles erreurs commettent les labos de dendrochronologie, ou encore comment des physiciens qui analysent les isotopes des éruptions solaires dans les glaces polaires (Université de Copenhague + CEA + CNRS) sont dans l’erreur lorsqu’ils affirment qu’il y a eu au cours de 15.000 dernières années au moins 2 épisodes de grand réchauffement rapide. 

      Ceci n’est qu’un échantillon des travaux de 31.000 universitaires dont une brochette de Nobel qui dénoncent les supercheries du GIEC

      https://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique

      Il y a aussi l’Himalaya gate, l’atolls gate, la Malaria gate, l’Australia gate, sans parler du racket sur les permis de polluer, j’en passe des plus désolants ou désopilants selon la perspective qu’on adopte, où le GIEC et ses imposteurs grassement rémunérés ont été pris en flagrant délit de falsification de données... Pour réclamer encore et toujours plus de subventions !

      https://climatorealist.blogspot.com/2019/12/cop-25-la-debacle-des-imposteurs.html

      Par ailleurs où sont passés les 2 milliards et demi de dollars versés depuis 2015 à des bénévoles désintéressés pour sauver la planète mais qui, les étourdis, ont négligé de tenir une comptabilité de l’usage des fonds et pour la plupart ne se souviennent plus de ce qu’ils en ont fait.

      https://principia-scientific.org/inside-the-climate-change-money-machine/

       


    • Alain 2 mars 08:46

      @CLOJAC
      La propagande du GIEC encore et tjs. Comme si ceux qui ont pris conscience des pbs (que vous semblez occulter) passent leur temps à lire les rapports du GIEC qui ne sont là que pour nous pousser à ce que les anglo-saxons appellent le « Green New Deal ».
      Tu t’informes dis-tu ? et nous, tu crois qu’on ne le fait pas ?
      https://www.partage-le.com/2020/01/24/la-transition-energetique-ou-les-nouveaux-habits-du-developpement-capitaliste-par-miguel-amoros/

      Mais il est vrai que tu t’informes et que tu t’informes tellement bien que tu vois des « gate » partout. En d’autres termes, il n’y aucun pb sur cette planète, aucune pollution, aucun effondrement de la vie animale, pas de pb sur la flore, le béton est sans incident, la voiture rejette des parfums agréables, l’exploitation des ressources est sans limites, les fleuves sentent bon, les pesticides sont sans danger, les poissons dans la mer raffolent du plastique, les glaciers ne fondent pas, la mer ne monte pas et les T° sont plus froides que tout ce qu’on a connu jusqu’à alors ?

      http://carfree.fr/index.php/2019/11/12/samuel-hanson-ordway-junior-un-collapsologue-oublie/

      https://www.bastamag.net/Catherine-et-Enya-empoisonnees-aux-pesticides-agriculture-Mayenne


    • CLOJAC CLOJAC 2 mars 09:45

      @Alain

       « En d’autres termes, il n’y aucun pb sur cette planète, aucune pollution »,

      Je te renvoie à ce qui figure en exergue de mon blog, il me semble que c’est assez explicite :
      L’amalgame entre pollution et climat est au cœur de l’arnaque réchauffiste. Préférant ignorer la pollution de l’eau, de l’air et des sols, le problème des déchets et de la sécurité nucléaire, le GIEC et les médias accusent le 1° C gagné en 120 ans de tout ce qui va mal pour empocher taxes et subventions.


    • Alain 2 mars 13:17

      @CLOJAC
      Il n’y a pas d’amalgame entre la pollution et le climat. Il y’a d’un côté toutes les pollutions que génèrent l’activité humaine et qui nous conduisent à notre perte qui détruisent la vie des sols, les eaux et anéantissent la vie. Mais voilà, on rejette aussi dans l’atmosphère des quantités de molécules chimiques qui ont aussi des répercussions. Dans la vie, il n’y a pas que le CO2 et le GIEC, il y’a aussi le méthane, le protoxyde d’azote, les halocarbures. Et qui ont une influence. Mais voilà... D’où sortent donc ces gaz sinon de nos modes de vie et nos procédés de fabrication ?

      @JC_LAVAU
      Oui, oui, le psychiatre, la guerre de religion. On connait ton discours par coeur....Haute valeur scientifique !!! tu nous apparait comme un sociologue de grande valeur...


    • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 13:24

      @Alain. Régulièrement, tu nous soutiens que s’il y a des sécheresses et des incendies en Australie, comme durant les dizaines ou centaines de milliers d’années précédentes, c’est tout de la faute des humains et du méchant dioxyde de carbone.
       
      En un sens, ce n’est pas 100 % faux : sans dioxyde de carbone atmosphérique, pas de forêts du tout et donc pas d’incendies...


    • Alain 2 mars 15:35

      @JC_Lavau
      Je n’ai jamais soutenu ce que tu me fais dire sur l’Australie.
      Par contre, je t’ai posé plusieurs fois la questions suivante :
      Quels sont les conséquences de nos rejets chimiques dus à nos modes de productions industriels, dus à notre mode de production agricole, dus à nos mode de vie ?" et tu n’as su me répondre que çà :
      Secte, psychiatre, élucubrations, guerres civile, religion, maladie mentale.
      Ce qui nous prouve que tu ne réponds pas aux questions qui fachent et que tu éludes toute réalité.


    • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 16:07

      @Alain. Et ta LISTE des rejets en question ? Elle vient quand ?
      Ah oui, mais tu demeures en guerre civile contre les instruits et les esprits analytiques.
      Dictature de l’émotion vaincra !


    • Alain 2 mars 16:39

      @JC_Lavau
      Le protoxyde d’azote ? Tu connais ??? Une invention ?
      Rejets par an : 5,3 millions de tonnes. 168 kilos par seconde
      Méthane : en constante augmentation dans l’atmosphère.
      Bon, je te laisse chercher le reste. Après tout, c’est toi le scientifique (si on peut t’appeler comme çà...).
      Ah, la dictature de l’émotion.... La réalité, tu connais ?
      Les esprits analytiques ? Lesquels ? toi ?

      d’ailleurs, tu ne réponds pas à ma question (comme d’habitude) :
      Quels sont les conséquences de nos rejets chimiques dus à nos modes de productions industriels, dus à notre mode de production agricole, dus à nos mode de vie ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 16:51

      @Alain. Si la pluie apporte du nitrate déjà formé, c’est autant de travail en moins à fournir par les mycorhizes pour casser la molécule diazote.
      De plus ces anions acides s’ajoutent aux acides fulviques d’origine végétale, et aux anions bicarbonates pour solubiliser la roche-mère du sous-sol.
      Ah oui, c’est vrai, tu n’as jamais étudié personnellement la géol ni la corrosion des continents ni la pédologie ni la chimie, mais heureusement la secte escrologique te fournit la science infuse, qui te permet de bluffer les autres nuls.

      Jusqu’à plus ample informé, la photochimie et les photons solaires, ça existe. Même si ta secte escrologique ne t’en parle jamais.


    • Alain 2 mars 17:00

      @JC_Lavau
      Allez, je vais t’aider un peu : rejets humains dans l’atmosphère :
      Particules fines, ozone, oxydes d’azote, dioxyde de soufre, benzène, ammoniac, métaux lourds (plomb, cadmium, nickel, arsenic et mercure), composés organiques volatiles, monoxyde de carbone, hydrocarbures aromatiques polycycliques.
      Bien sûr, tout cela n’a pas de conséquence et s’élimine comme par magie ? Tiens, au fait, c’est bizarre. Rien qu’un exemple.... Le smog...Le smog est donc une invention d’une secte d’incroyants ?
      tiens, c’est étonnant... Les avions rejettent directement dans la tropopause. Et en croissance permanente depuis les années 60, l’industrie du transport aérien est sans conséquence ?


    • Alain 2 mars 17:04

      @JC_Lavau
      @Alain
      Et comme d’habitude, tu te caches dans des phrases scientifiques pour ne pas répondre à ma question et en plus tu diffames (« secte escrologique »).

      donc, je te le redemande pour la 3ième fois :
      Quels sont les conséquences de nos rejets chimiques dus à nos modes de productions industriels, dus à notre mode de production agricole, dus à nos mode de vie ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 17:09

      @Alain. L’important pour toi est que tout et le contraire de tout serve à justifier ta guerre civile contre les incroyants qui ne croivent même pas ce qu’ils ont obligation de croire...


    • Alain 2 mars 17:14

      @JC_Lavau
      Bref, encore une fois, tu invectives en diffamant mais sans répondre à la question que je pose :
      Quels sont les conséquences de nos rejets chimiques dus à nos modes de productions industriels, dus à notre mode de production agricole, dus à nos mode de vie ?

      Je t’ai donné une liste de produits chimiques pourtant. Si tu ne sais pas répondre parce que cela dépasse tes compétences, alors dis-le tout simplement. Ou alors réponds.


    • Alain 2 mars 17:37

      @JC_Lavau
      Alors encore de la diffamation (pignouf, infantile, despotique, secte, habite chez les harengs) et encore une fois, aucune réponse à ma question. Donc, JC_LAVAU : non crédible. Dénonciation à ce site dans la foulée


    • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 17:46

      @Alain. Effectivement, tu fais partie des harceleurs bloqués sous mes articles depuis le 12 février 2020. Et il y a amplement de quoi.


    • Alain 2 mars 18:28

      @JC_Lavau
      J’ai signalé au site aujourd’hui 5 abus de langages de ta part et le constat récurrent que tu ne réponds que par l’invective aux questions qu’on te pose.
      vu le language que tu emploies ici avec tout le monde (secte, incroyant, harengs, guerre civile, psychiatre, incurie, fanatiques de la criminalité organisée, Tandis que la vache, elle au moins « a quatre pieds qui s’étendent jusqu’à terre., Tu ne peux pas vivre sans les escroqueries de ta secte ?, ....), il y aurait amplement de quoi te bloquer aussi.


    • Traroth Traroth 2 mars 18:42

      @CLOJAC
      Il vaut mieux essayer de réfléchir en doutant y arriver qu’être plein de certitudes en assénant les éléments de langages d’Exxon, comme vous !


    • Ruut Ruut 3 mars 07:33

      @Jean-Luc Picard-Bachelerie
      Le CO2 n’est pas un polluant.
      L’eau potable non plus.
      L’électricité non plus.
      L’H2 non plus.

      Le reste n’est que la conséquence des choix politiques et industriels (conduits par les choix politiques) effectués....
      Oui il est actuellement technologiquement possible de vivre proprement avec notre niveau de vie actuel et sans polluer.


    • @Ruut
      Tout est politique évidemment, et aussi éthique du côté des ingénieurs qui mettent au point la technologie. Il est technologiquement possible de vivre proprement, mais pour l’instant la technologie a prouvé tout le contraire.

      La commission européenne nous garantit la neutralité carbone en 2050 car elle s"appuie sur la technologie. Mais d’où ses membres tirent leur certitude ? De nulle part. Simple croyance aveugle. 

      Il faut regarder la 5G. Tout le monde fonce dessus juste parce que c’est une innovation. Mais certains ingénieurs, comme Jancovici (que je n’apprécie pas particulièrement) tire la sonnette d’alarme sur les conséquences environnementales. Cela n’empêche que des ingénieurs l’ont mis en place. Et comme d’habitude les politiques suivent. Comme d’habitude ce sont les ingénieurs qui mènent la danse. On s’éclate sur une innovation et tout le monde crie au génie et se fout pas mal de l’impact environnemental et sociétal. Sans compter les effets rebonds et toutes les conséquences en termes d’infrastructures qui elles-mêmes entraîne des impacts environnementaux et des effets rebonds qui multiplient encore la production, la consommation et l’extraction de métaux rares par les enfants.

      Technologiquement parlant, peut-être que tout est possible, mais nous n’en avons pas la preuve et nous ne faisons pas grand-chose pour mettre de l’éthique là où c’est vital. Il n’y a a qu’à voir comment les traités commerciaux internationaux sont ficelés. Aucune contrainte sur les critères écologiques. Toutes les contraintes sont pour permettre la pleine liberté de commercer.

      Voici le lien vers un article du Monde que j’ai lu sur la 5G si cela vous intéresse 

      https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/01/09/5g-ne-sommes-nous-pas-en-train-de-confondre-ce-qui-est-nouveau-avec-ce-qui-est-utile-ce-qui-semble-urgent-avec-ce-qui-est-important_6025291_3232.html


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 4 mars 22:13

      @Jean-Luc Picard-Bachelerie

      Ce sont les ingénieurs qui mènent la danse ...lol


    • astus astus 29 février 11:26

      Bonjour à l’auteur,

      Il est vrai que les ressources de notre planète sont limitées mais les Cassandre du chaos final semblent ignorer que « La notion de domination de la nature par l’homme découle de la domination réelle de l’humain par l’humain » Murray Bookchin (in L’écologie sociale)

      Cela suppose donc une économie très différente du capitalisme qui ne soit plus fondée sur le désir pour cesser d’exploiter les hommes, particulièrement les femmes.

      Il vaudrait sans doute mieux se préparer à une augmentation des températures, avec des investissements utiles pour s’en protéger, que de prétendre changer le climat, qui n’a jamais été ni régulier, ni régulé.

      Cela peut retarder le processus mais il faut bien réaliser que les civilisations, comme toutes les espèces, sont mortelles...

      Cdlt.


      • pemile pemile 29 février 11:33

        @astus « Cela peut retarder le processus mais il faut bien réaliser que les civilisations, comme toutes les espèces, sont mortelles... »

        Oui, mais certaines sont plus fragiles, d’autres plus résilientes.


      • Gollum Gollum 29 février 11:42

        @pemile

        Et nous on a tout fait pour rendre la nôtre particulièrement fragile tellement persuadés que nous étions comme des dieux auxquels il ne pouvait rien arriver..

        On va vite faire un retour avec le réel.


      • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 09:38

        Astuce ! Disait la puce en se grattant l’anus avec du papyrus !
        On nous avait déjà expliqué cela il y a fort longtemps.
        C’est fou ce qu’on se sent supérieur à la populace, quand on gobe les carabistouilles d’une secte...


      • Alain 2 mars 16:22

        @JC_Lavau
        C’est tellement plus facile d’insulter les gens ? 


      • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 16:30

        @Alain. Diffamation, comme d’habitude...


      • Alain 2 mars 16:48

        @JC_Lavau
        « C’est fou ce qu’on se sent supérieur à la populace, quand on gobe les carabistouilles d’une secte... »
        Ce n’est pas de la diffamation ?


      • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 16:53

        @Alain. Depuis le temps que tu exhibes ton complexe de supériorité, souffre qu’on s’en soit aperçu.


      • Gollum Gollum 29 février 11:40

        Ce qui m’amuse le plus sur le déni du réchauffement supposé d’origine anthropique est que les mêmes ne peuvent nier l’invasion des océans par les plastiques d’origine anthropique parce que cela est trop visible et qu’il n’y a pas moyen de nier.

        Même chose pour l’invasion des pesticides dans les champs, la disparition des insectes, des oiseaux (puisqu’ils les bouffent), là aussi on peut pas nier que c’est d’origine anthropique c’est trop visible..

        Ah mais pour le réchauffement non là c’est pas prouvé le climat change tout le temps ma bonne dame on n’est sûr de rien... ce qui n’est pas totalement faux sauf que les nieurs compulsifs se basent là-dessus en faisant un faux raisonnement, pour précisément nier (et se rassurer par là même)

        Car comment envisager que le réchauffement climatique ne serait pas d’origine anthropique quand tout le reste l’est ?  smiley


        • Le421 Le421 29 février 18:55

          @Gollum
          Meuh non, meuh non...
          Les plastiques dans les océans ne proviennent en fait que de la mutation de certaines méduses qui meurent ensuite rapidement...
          Tant qu’à raconter des conneries... smiley


        • Le Sudiste Le Sudiste 29 février 22:11

          @Gollum
          « Car comment envisager que le réchauffement climatique ne serait pas d’origine anthropique quand tout le reste l’est ? »
          Et oui... tout est d’une telle simplicitude...


        • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 09:32

          @Le Sudiste. La simplicitude est à retenir sur le même plan que la cancritude étalée avec fiertitude.
           smiley


        • Alain 2 mars 13:21

          @JC_Lavau
          Le copier-collé, activité principale de notre grand scientifique (JC-LAVAU) pour insulter ceux qui ont des yeux quand lui n’a que des doigts pour taper des bêtises sur un clavier.


        • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 16:28

          @Alain. Rappel de la charte :
          Les commentaires des articles sont également soumis à la politique éditoriale et doivent être respectueux sinon ils pourront être effacés sans préavis. Le forum au sein de chaque article constitue un espace de débat civique et civilisé qui a pour but de l’enrichir. N’hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste...


        • Alain 2 mars 17:50

          @JC_Lavau
          Je vais donc reformuler ma phrase : certains ont des yeux pour voir la réalité et d’autres ont des claviers pour la fausser.


        • rita rita 29 février 12:31

          Excellent article pour les « aveugles » de la société, et ils sont nombreux !

           smiley


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 février 14:13

            Il faut beaucoup de courage pour voir l’« effondrement » en face. Seuls ceux qui acceptent leur finitude en son capable. C’est déprimant dans un premier temps, mais ensuite nous poursuivons notre route SEREIN : Oedipe sur la route d’Henry Bauchau. 


            • Un des P'tite Goutte Un des P’tite Goutte 29 février 21:14

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Je confirme. C’est un chemin.


            • Vivre est un village Vivre est un village 5 mars 19:13

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              Il faut beaucoup de courage pour voir l’« effondrement » en face. Seuls ceux qui acceptent

              de gérer cette probabilité comme on gère un projet éviteront la dépression...
              De manière générale, on appelle « projet » un ensemble coordonné d’activités et d’actions entreprises dans le but de répondre à un besoin dans un délai déterminé en mobilisant des ressources qui lui sont allouées3.

              Parler de « cycle de vie du projet »

              a un sens particulièremnt fort dans ce cas..

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Gestion_de_projet


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 février 14:14

              Lire : en sont capables...


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 29 février 14:32

                Merci à l’auteur, et à Laure Flandrin et Fanny Verrax dont il nous dit qu’ils sont la source des éléments rapportés dans son article.

                Il est bon, en effet, de constater qu’on était prévenus encore plus qu’on l’avait remarqué.

                Le vieil homme que je suis a entendu toute sa vie des avertissements de contemporains sur l’effondrement vers lequel nous nous dirigions si nous ne procédions pas à des changements radicaux dans notre manière de vivre et de penser le monde. Les journalistes et les politiciens les ont entendus comme moi, et ceux qui étaient aux pouvoirs ont décidé de n’en pas tenir compte.

                Ceux qui sont aux pouvoirs aujourd’hui le décident également.

                Il faut cesser de présenter les lanceurs d’alerte qu’on qualifie de collapsologues comme des découvreurs de grands dangers d’un nouveau genre. Ils sont plus exactement des observateurs qui, au sein des nouvelles générations, mettent en lumière le flagrant négationnisme qui perdure, face au futur effondrement présenté depuis longtemps comme très probable, avec de très solides arguments.


                • Le421 Le421 29 février 18:56

                  @Pierre Régnier
                  Vous allez vous faire mal voir...  smiley


                • sweach 2 mars 16:09

                  On peut noter que avant 1988, les préoccupations étaient sur la pollution de l’air, la déforestation, la pollution des sols, la destruction des forets, l’extinction des espèces, etc ...

                  Mais depuis 1988 bizarrement, même si ces arguments sont toujours là, ils servent à légitimer des préoccupations climatiques.

                  Le CO2 qui pourtant n’est pas un polluant est depuis mit en avant comme un argument important et la cible de nos grieffes ne sont plus les polluants, mais nos consommations d’énergie ou encore notre démographie.

                  Je regrette le temps des scientifiques et philosophe qui savaient dénoncer les dérives de notre société sans chercher à instrumentaliser nos peurs comme on le fait aujourd’hui. 


                  • Pierre Régnier Pierre Régnier 2 mars 16:35

                    @sweach

                    N’oublions tout de même pas que les philosophes n’ont jamais considéré que la violence religieuse, aujourd’hui encore sacralisée dans les trois principales religions du monothéisme, devait être analysée et combattue par eux, ce qui est pourtant, pour moi, une évidence.
                    Je pense même, sans que cela m’étonne, que cette lamentable carence s’est accentuée après l’instauration de la « laïcité » dans notre République.


                  • CLOJAC CLOJAC 2 mars 22:25

                    @sweach

                    « Je regrette le temps des scientifiques et philosophe qui savaient dénoncer les dérives de notre société sans chercher à instrumentaliser nos peurs comme on le fait aujourd’hui. »

                    Ce temps-là est bien révolu.
                    Les intérêts en jeux sont trop importants. 
                    Quand des milliards de dollars s’évaporent dans la pompe à phynances, et qu’on instrumentalise des politiques véreux, leur justice soumise, des médias cupides et quelques universitaires corrompus pour faire taire les avis contraires...

                    Des debaters zen et des contradicteurs paisibles sont inefficaces contre ces crapules qui jouent sur l’inculture scientifique du grand public et les peurs primales que tout bon guru sait réactiver dans l’inconscient de ses dupes...
                    Il faut des gens pugnaces pour aligner les chiffres truqués des supercheries, dénoncer les sommes colossales captées sans avoir à rendre des comptes et lister les prévisions fantaisistes démenties par la réalité !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès