• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Eh ! Jupiter. Si je puis me permettre un petit conseil…

Eh ! Jupiter. Si je puis me permettre un petit conseil…

« La dette est la dépense publique la plus stupide qui soit » Moscovici !

Eh ben si même Mosco le dit, il faut en tenir compte et en tirer la conséquence : supprimer cette dépense si stupide !

Alors, notre Jupiter, il va nous dire quoi ? Il est au fond du trou, donc les critiques, rien à branler.. Dès lors, s’il était franc, honnête et réellement soucieux du bien-être des Français, il profiterait des circonstances pré-révolutionnaires actuelles pour débarrasser la France du principal fardeau qui obère son développement : la dette dont le service des intérêts coûte 42 milliards par an jetés en l'air et – à la fois cause et conséquence – le déficit.

Ceci en partant d’un constat, d’une vérité que tout le monde connait mais que (Chut ! Faut pas le dire…) l’on cache sous le tapis : la France ne remboursera JAMAIS la dette de 2000 milliards et quelques - dont un tiers revient au seul Sarkozy - qu’on prétend lui imputer ! Dette pour une large part illégitime découlant d’un mécanisme infernal - la loi scélérate de 1973 - mis en place au profit des banques par deux politicards parmi les plus nuisibles que la France républicaine aie portés, à savoir le ci-devant Pompidou, tête de pont politique des Rothschild, et son valet de l’époque, le faux nobliaux de sous-préfecture Giscard. Ben voilà ! C’est dit !

Macron, homme cultivé qui a certainement lu Machiavel, pourrait parvenir à ces fins en deux temps.

1 – La signature de la France restr très bonne malgré les convulsions actuelles et elle emprunte à des taux proches de zéro (0,54% !). Il fait donc emprunter par les instances gouvernementales autorisés jusqu’à 500 milliards sur les « marchés » (en fait des fonds de pensions spéculatifs étazuniens et britanniques). En appuyant ces emprunts massifs sur des études concernant de grands travaux d’infrastructures, etc., etc.

2 – Une fois que ce pognon est engrangé, dans un grand discours grave et solennel, Manu fait publiquement son mea culpa, admet qu’il s’est trompé de politique, qu’il a trahi ses électeurs, qu’il s’est couché devant l’Europe de Merkel, qu’il s’est fourvoyé en suivant aveuglément les USA dans leur mauvais coups internationaux. Il annonce alors qu’il rétablit immédiatement le contrôle des changes aux frontières et qu’il nomme Mélenchon (ou Bayrou ou Piketti s'il n'a pas les aliboffis assez gonflés) à Matignon ! Avec une feuille de route : la suspension unilatérale immédiate du remboursement de la dette.

Ce serait un véritable coup de tonnerre dans le landerneau des voyous de la finance ! Cris d’orfraie de Mosco, menaces de Juncker, dégradation de la « note ». Rien à foutre ! Et que croyez-vous qu’il se passerait ? Les détenteurs des titres de cette dette sont à 70% des fonds de pension étazuniens ou britiches, des fonds spéculateurs planqués dans les paradis fiscaux et recyclant le fric dégueulasse des trafics d’armes, de drogues, d’êtres humains, d’organes, etc., des banques d’affaires véreuses, des fonds souverains rapaces du Golfe et de Chine. C'est ce pognon pourri qu'ils nous « prêtent », qu'ils recyclent, qu'ils blanchissent plutôt contre de la belle, bonne et honorable signature France. Avec la complicité goulue de nos banquiers.

Que feraient donc ces « marchés » ? Ben, en bons margoulins qu’ils sont, ils braderaient ces dettes jusqu’à 20% de leur valeur (nominal et intérêts compris). Et alors là, il suffirait de prendre ces « marchés » à leur propre jeu : le gouvernement français, par l’intermédiaire de la Caisse des dépôts et des Caisses d’épargne, rachèterait ces titres de dettes à bas prix - avec les 500 milliards empruntés récemment ! - réduisant des deux tiers cette dette ! Un emprunt obligatoire à intérêt inflation + 0,5% auprès des 2,6 millions de millionnaires français jusqu’à apurement total de la dette remet le pays à flot. Les dizaines de milliards d’euros ainsi soustraient au service de la dette seraient utilisés à investir dans de grands travaux d’énergies nouvelles, de conquête d’une « nouvelle frontière » : la transition énergétique, la mer, le développement durable, une augmentation raisonnée mais conséquente des salaires, des efforts de réindustrialisation du pays, de la construction de logements, de revitalisation des centre-ville par aide aux commerçants, etc.

Eh ! Oh ! Victor, T'as fumé la moquette ou t'as trop appuyé sur le Tavel ? Non mais tu vois ce fils putatif de Rothschild, adoubé par Bilderberg, totalement inféodé aux Etasuniens, marionnette du patronat avoir les glaouis de faire ça ?

Bof. On peut toujours rêver. Pourtant ce ne serait pas si utopique que ça. Les Islandais l'ont fait.

Et peut-être que l'image obsédante de sa jolie tête au bout d'une pique pourrait dégager suffisamment les boyaux de cette tête macronienne pour la faire réfléchir ! 

 

Photo X - Droits réservés

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.21/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Julien S 8 décembre 15:20

    D’ordinaire les articles non-nucléaires de Victor ne contiennent pas trop d’inepties, mais toute règle a ses exceptions. 


    • oncle archibald 8 décembre 15:21

      Oh Victor ! Ta boule de cristal cafouille à plein gaz, tu devrais en essayer une autre. Ou alors c’est toi qui cafouille. Contente toi d’un 51, renonce à t’enfiler deux 153 coup sur coup avant de passer à table.


      • aimable 8 décembre 15:34

        Pour ne plus faire de dettes , ils faut sortir de l’euro remettre la banque de France sur les rails , ensuite recréer notre monnaie pour que l’état puisse emprunter a 0% a la banque de France .

        Si pour faire partis de l’Europe il est obligatoire de se passer la corde au cou après être monté sur un tabouret , je trouve que jusqu’ici nous avons eu beaucoup de chance , personne n’a encore donné de coup de pied dans le tabouret , il faut sortir de l’euro avant que la chance tourne .


        • Ouallonsnous ? 8 décembre 18:25

          @aimable

          C’est une dette reposant sur un jeu d’écriture, et des écritures, ça se modifie, mais pour ça il faudrait que Gnafron ait les couilles pour les rayer ces écritures fantoches et libérer l’économie, lui injectant plusieurs centaines de milliard d’un coup !

          Mais bien sûr, il n’est pas chiche, ça ferait trop de peine à ses patrons banquiers !


        • oncle archibald 9 décembre 09:14

          @aimable

          Pour ne plus faire de dettes ..... peut être, mais pour rembourser les dettes en cours, les billets de Monopoly ne sont pas acceptés, c’est bien dommage, j’en ai plein et je peux en faire d’autres sur mon imprimante.


        • TSS 8 décembre 16:14

          la dette de 2000 milliards est constituée d’effets à 7 ans donc la dette

          réelle n’est que de 300 miliiards/an !,mais c’est tellement mieux d’affoler

          et de faire peur aux gens pour leur ponctionner le peu qui leur reste... !!


          • nono le simplet nono le simplet 9 décembre 08:38

            @TSS

            la dette réelle n’est que de 300 miliiards/an 

            ou presque un milliard par jour ... dit comme ça c’est rassurant smiley


          • nono le simplet nono le simplet 9 décembre 08:48

            @nono le simplet
            on peut aussi dire que les intérêts de la dette, à eux seuls, représentent 42 M€ en 2017 soit les 2/3 du budget de l’éducation ... ou la totalité du budget défense ... ou encore 5 fois celui de la justice ...


          • Jeekes Jeekes 8 décembre 16:27

            ’’Dès lors, s’il était franc, honnête et réellement soucieux du bien-être des Français’’

             

            Ben justement, et c’est pas les seules qualités qui lui manquent.

            Voila...

             


            • ninportequoi 8 décembre 19:16

              De tout temps, la dette a été un moyen efficace d’asservissement. L’esclavagiste, le maquereau et le financier le savent très bien.


              • JL JL 8 décembre 20:52

                « Le service de la dette est la somme que l’emprunteur doit payer chaque année pour honorer sa dette. Il ne faut pas le confondre avec la charge de la dette, qui ne recouvre que le poids des intérêts seuls.
                Cette somme comprend deux parties :

                • les intérêts qui sont calculés en appliquant un taux d’intérêt au capital restant dû (la somme qui n’a pas encore été remboursée). Ce taux d’intérêt a été fixé au moment de l’emprunt.
                • le principal, c’est-à-dire le montant du capital emprunté qui est remboursé chaque année (annuité). Ce montant dépend donc de la durée et du montant total de l’emprunt (par exemple on peut rembourser un dixième de la dette pendant dix ans).

                 »

                 

                le montant du capital emprunté qui est remboursé chaque année

                 !!! Mais la dette ne diminue pas !

                 « En 2007, le service de la dette de l’État était de 118,0 milliards d’euros (intérêts : 38,3 ; remboursements : 79,7), intégralement couvert par une émission de dette nouvelle (118,5 milliards d’euros). » C’est


                 Qui d’entre nous aurait l’idée de rembourser ses crédits immobiliers avec de nouveaux emprunts ? C’est une forme de pyramide de Ponzi au profit de ses créanciers. Il fallait vraiment être tordu pour inventer un mécanisme pareil et le vendre aux représentants du peuple.

                 

                 La France est entre les mains d’un Minotaure avide qui exige chaque année son  !

                 


                • gerard0 8 décembre 22:54

                  Bonne idée ! Il faut ajouter des super taxes pour les super riches !


                  • Julien S 9 décembre 05:03

                    C’est pourtant simple : la Banque de France fabrique de la richesse à la demande de l’état. 


                    • math math 9 décembre 07:37

                      Depuis un mois la « France » attend le discours du président ?

                      Pourtant tout à été dit par la voix de « mètre » le 1er sinistre..rien ne change on maintient le cap…

                      Le « sournois » mégalo de l’élysée ne va rien apporter de plus..il gagne du temps en jouant avec la connerie des gaulois qui attendent quoi on se le demande ?


                      • #NCC-1701-A-Bois-Bandé #Shawford 9 décembre 07:52

                        @math

                        Qu’on en sacrifie quelques uns pour apaiser les bobos, pardi !

                        C’est torché, chiffon, carpette, vu comment ne resteront sur les barricades que des bourrins prêts pour cela de leur plein gré !

                        Les préfectures de police comptent au matricule près le compte des gilets jaunes à Coupatiser le jour venu !

                        Et ça la fout mal oubah là, le principal contingent de ces matamors est composé cette fois-ci d’ex bidasses ou fachos de première ! En fait c’est en prison que ça va roxer du poney entre extrêmes du système !

                        Un Prophète le retour


                      • markos 9 décembre 10:56

                        effacer une dette, c’est faisable et ça a déjà été fait en 1953 pour l’Allemagne au motif que ce n’est pas aux générations futures de payer les erreurs de leurs ainés.

                        et pourtant leurs « erreurs » ( ou crimes ) furent bien plus graves que les nôtres puisque nous, nous avons simplement fait confiance aux escrocs qui nous ont gouverné.


                        • Tall Tall 9 décembre 11:26

                          @markos
                          effacer une dette, c’est faisable
                          oui, autres exemples : l’ex-Allemagne de l’est en 1990, et + récemment : l’Islande et l’Argentine


                        • oncle archibald 9 décembre 11:39

                          @Tall : effectivement c’est faisable par un espèce de coup d’état qui consiste à renier sa propre signature. Et après ?

                          Argentine : Retour vers le futur. Effondrement du peso, envolée des taux d’intérêts, intervention du FMI... L’Argentine semble replonger dans une crise financière comparable en intensité à celle qu’elle a connue lors de sa banqueroute de 2001.

                          En 2000, le peso Argentin était à parité avec le dollar. Il en est aujourd’hui à plus de 95 % de dévaluation vis-à-vis du billet vert. Son long recul face au dollar s’est brutalement accéléré depuis le début de l’année

                          L’inflation prévue à +30 % - voire +35 %- cette année est le cauchemar des Argentins, la hausse des prix constitue une cause directe de la dépréciation du peso... qui elle-même alimente la hausse des prix du fait du renchérissement des produits importés, en un véritable cercle vicieux.

                          Autre écueil : l’inflation déprime la consommation des ménages dans un pays où la demande intérieure reste précisément le moteur de la croissance.


                        • Tall Tall 9 décembre 12:32

                          @oncle archibald
                           
                          Et l’Islande ? Et l’ex-RDA ?


                        • oncle archibald 9 décembre 12:55

                          @Tall : l’islande ? Un pays de 338 349 habitants, soit en gros les 2/3 de la population de Toulouse ville, un peu moins de la moitié de la population de l’agglomération toulousaine ...

                          Deux ressources : la pêche et le tourisme. Sur une entité aussi petite tout marche et l’inflation a un effet très positif sur le tourisme. Souvenez vous si vous avez l’age requis des vacances en Espagne dans les années 60 ! On y vivait pendant un mois comme des nababs avec la moitié d’un smig français !

                          L’ex RDA ? Son endettement n’a rien à voir avec la dette dont on parle ! Il a résulté de la nécessaire adaptation d’un pays à économie collectiviste à un pays à économie de marché !


                        • Tall Tall 9 décembre 13:27

                          @oncle archibald
                          L’Etat a le gun ( l’armée ), le banquier n’a que des papiers et il peut être nationalisé.
                          Si c’est le banquier qui dirige le jeu ( et c’est le cas dans le monde d’aujourd’hui ) c’est parce que les chefs d’Etat ripoux leur servent la soupe.

                          Cette logique actuelle n’est pas irréversible ... ça dépend des peuples.

                          Peuples qu’on baratine justement avec la propagande économiste de la dette, déficits ..etc .. alors qu’un Etat, ça n’est pas une entreprise


                        • oncle archibald 9 décembre 14:19

                          @Tall

                          C’est vrai que les pays oú le « gun » a remplacé les banquiers sont tous des petits paradis .... Ex URSS, Cuba, Corée du Nord, etc etc .....


                        • Tall Tall 9 décembre 14:24

                          @oncle archibald

                          Le gun, c’est pas nécessairement du coco
                          Poutine a plié les oligarques. Et je me souviens d’un long reportage sur la Russie faite par une journaliste occidentale qui a traversé tout le pays. Le petit peuple est plutôt content de Poutine.
                          Faut voir qui tient le gun, quoi ...


                        • Tall Tall 9 décembre 14:31

                          Mais déléguer le leadership aux rois du fric, c’est désastreux : krashs boursiers, climat ... obsolescence programmée .. brevets planqués ..etc..
                           
                          Quant aux démocraties qui permettent de choisir qui tient le gun, elles se font dévoyées par la propagande médiatique aux mains des rois du fric. Quoique pas partout, ya des démocraties qui vont mieux que d’autres.
                           
                          Les histoires de dette et de déficit font partie de cette propagande.


                        • Tall Tall 9 décembre 14:32

                          dévoyer


                        • oncle archibald 9 décembre 16:05

                          @Tall

                          C’est vrai. La Chine par exemple ou un certain Xi Jinping qui tient le gun d’une main ferme, vous en conviendrez, est le pays du monde où se vendent le plus de Porsche et de Ferrari ... Un pays communiste où les célèbres Traban sont remplacées par de somptueuses voitures venues d’Europe, le petit peuple doit être content non ?

                          Ce que je trouve un peu con c’est qu’ils exportent tous les gilets jaunes qu’ils fabriquent ! Sinon ça aurait de la gueule un défilé de gilets jaunes sur la place Tian’anmen. Avec un mec tout seul qui bénévolement assure la circulation des chars d’assaut.


                        • Tall Tall 9 décembre 16:23

                          @oncle archibald

                          fin de mon com de 14h24 > Faut voir qui tient le gun, quoi ... 
                           
                          Ce qui est certain, c’est que la finance dérégulée et maître du monde, c’est de la merde ... 


                        • oncle archibald 9 décembre 16:50

                          @Tall

                          Ce qui est certain aussi c’est que les régimes très autoritaires, avec des dictateurs qui tiennent le gun, c’est de la merde tout aussi puante ... 

                          Exemple en Chine, république « populaire », ils laissent faire n’importe quoi à « la finance dérégulée Maître du monde ».

                          N’importe quoi ..... sauf !

                          Sauf risquer de mettre à bas leur bon petit système oligarchique.


                        • Tall Tall 9 décembre 17:08

                          @oncle archibald

                          Exact ... c’est pour ça que je n’ai pas cité la Chine.
                          Le fond du problème, c’est la nature humaine ... pas simple comme débat


                        • nono le simplet nono le simplet 9 décembre 16:37

                          il est temps que tout le monde se regroupe contre tous les autres ...


                          • Claude Simon Claude Simon 10 décembre 09:17

                            Si l’on adopte un système monétaire de création de valeurs et de ses conditions, la dette serait autrement plus limitée et le pouvoir d’achat, sans inflation, serait tout autre, avec des taxes très limités.

                            Mais d’aucuns préfèrent parler d’argent-dette, celui qui créé systématiquement les inégalités sociales les plus fortes.

                            Et oui Ayoli, la France paye la retraite deux fois. Une par la cotisation, l’autre aux fonds de pension et assureurs par la dette publique.


                            • zygzornifle zygzornifle 10 décembre 11:09

                              Moscovici 

                              nous refait sa petite crise de moscovicidose , heureusement a Bruxelles ils ont des piqures a base de bon pognon , de caviar le tout dilué dans du champagne pour le calmer ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès