• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > EHPAD de la Croix-Rouge : halte aux maltraitances sur personnes vulnérables (...)

EHPAD de la Croix-Rouge : halte aux maltraitances sur personnes vulnérables !

« Bonne nuit, ma vieille, et ne t’avise pas à faire au lit ! ». Le lendemain matin : « ça sent mauvais chez vous ! Vous parents ne vous pas appris la propreté ! Vous pourrez dire ça à votre sœur ! ».

C’était avant-hier soir ! Il était 22 h 30, quand la vieille fut reconduite dans sa chambre, pour y être couchée toute habillée, après être restée presque 4 heures dans le couloir.

L’EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) en question ? Un établissement de la Croix-Rouge situé dans une ville huppée de l’Ile de France.

La vieille ? Une résidente de 92,5 ans, aveugle depuis sa naissance et privée de l’usage de ses membres. Mais, bien qu’handicapée, elle a toujours sa tête en parfait état de fonctionnement. Elle connaît encore toutes ses tables de multiplications et des poèmes par cœur. Elle sait toujours quel jour nous sommes et connaît les principales informations nationales et internationales. Son niveau intellectuel rend sûrement jalouse la quasi-totalité des aides-soignant(e)s de son EHPAD… sûrement très peu diplômé(e)s comme cela arrive souvent dans ses métiers peu attrayants, mal payés et en sous-effectif structurel.

La sœur ? Ma compagne depuis 1973. Médecin, elle s’est toujours inquiétée pour sa sœur handicapée. Depuis la mort de leur mère, en 1999, elle l’a prise en charge, totalement. Il y a 3 ans, nous avons pris de décision, douloureuse, de la placer dans un EHPAD très proche de chez nous, afin de lui rendre visite au moins 3 fois par semaine – promesse encore tenue aujourd’hui. Au courant des maltraitances dans beaucoup d’autres EHPAD, le nom de la Croix-Rouge nous est apparu rassurant. Reconnue d’utilité publique, nous pensions que les valeurs de cette institution étaient des valeurs extrêmement humaines, et donc, que la sœur de ma compagne y serait bien traitée. Qu’elle y aurait une fin de vie respectable, tranquille… et digne d’une personne humaine.

Que nenni ! Cet établissement de la Croix-Rouge est comme tous les EHPAD qui font couramment la Une des médias.

Pourtant, les premiers jours furent chaleureux. Nous pensions avoir fait le bon choix ! Elle aussi était contente, heureuse. Mais, la deuxième semaine, ma compagne l’a trouvée totalement affalée dans son fauteuil, tel un légume. Sa langue avait presque doublé de volume. Elle sortait à l’extérieur de sa bouche. Le médecin de l’EHPAD lui avait prescrit des médicaments pour la calmer, ou plutôt l’assommer. Le médicament était un neuroleptique. Le fameux et tant décrié Haldol. Sa molécule, fortement dosée, vous transforme en légume. Mais aussi, faisant grossir la langue, elle coupe l’envie de manger et de boire. Ainsi, au bout de quelques mois, voire de quelques trimestres, la personne « soignée » finit par mourir. C’est ainsi que la presque totalité des résident(e)s en HEPAD meurt dans les 24 mois suivants leur admission (phénomène connu de tous les personnels soignants).

Au courant de cette maltraitance médicamenteuse, ma compagne a fait arrêter ce traitement mortifère.

Alors, n’ayant plus un légume humain à s’occuper, les personnels aides-soignant(e)s sont passés aux maltraitances physiques et psychologiques :

  • Des claques sur la tête, dans le couloir… quand il n’y a pas de témoin,
  • Des toilettes non faites,
  • Des allégations du type : « ne faites pas votre d’aveugle. Moi, vous ne m’aurez pas ! »
  • Etc.

Mais, malgré plusieurs rencontres de ma compagne avec la direction, en 3 ans - toujours devant témoins (2 personnels de l’HEPAD) - les maltraitances reprennent toujours quelques jours après.

Que faire ?

Faut-il porter plainte pour maltraitance sur personne adulte vulnérable, au risque – hors celui de l’article 434-3 du Code pénal - d’enclencher des représailles encore plus sournoises ?

Faut-il la changer d’HEPAD ? Oui, mais quel HEPAD ? Tous les mêmes !

Faut-il avertir les médias ? Le sujet a été traité plusieurs fois et rien n’a changé !

Faut-il, en désespoir de cause, les autoriser à reprendre le traitement de l’Haldol tueur ? Et ainsi, un peu comme l’esprit de la loi Léonetti le permet, la sœur de ma compagne sera transformée en légume, et, se nourrissant et buvant donc de moins en moins, décédera… en quelques mois !

Membre récent de l’ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité), je ne serai pas contre, pour autant que l’agonie ne dure pas plus de quelques minutes. Où en suis-je arrivé… pour vouloir stopper ces maltraitances ignominieuses ! Je rappelle, à cet égard, qu’avec la loi Léonetti, l’agonie non douloureuse dure quand même plusieurs jours, grâce à un sédatif lent et non létal. Personne ne trouve à redire à propos de ce type d’euthanasie passive où l’on meurt de faim et de soif sans pouvoir s’exprimer, naturellement ! Nous considérons, nous à l’ADMD, que cette loi est tout à fait hypocrite. !

Que faire, in fine ?

Aujourd’hui ce papier ! En espérant qu’il soit lu, repris et transmis de nombreuses fois. Merci d’avance, pour celles et ceux hébergés dans tous les HEPAD de France.

 

Crédit photo : Croix-Rouge Wikipédia


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • popov 4 septembre 10:27

    @P.-A. Teslier

    Bonjour

    Vous pourriez la reprendre chez vous et vous faire aider par une personne que vous engageriez. Ce serait le plus simple.

    Ou alors, puisque votre épouse est médecin, pourquoi ne pas fonder une maison de retraite privée dont vous seriez les patrons et pourriez veiller à ce que les pensionnaires soient bien traités.


    • Taverne Taverne 4 septembre 10:54

      @popov

      Non. Il ne s’agit pas seulement protéger son proche parent, mais de signaler l’établissement aux autorités compétentes (autorité départementale de tutelle voire même le Procureur si les faits sont délictuels ou criminels) puisque les autres pensionnaires sont présumés en danger.


    • popov 4 septembre 12:04

      @Taverne

      Vous avez certainement raison. Je ne connais pas la loi française, mais je suppose que faire intervenir la justice, ça prend des mois.
      Je pensais plutôt à une solution pour sortir la dame immédiatement de cet enfer.


    • P.-A. Teslier 4 septembre 17:20

      @popov
      Merci ! Mais, ma compagne a déjà bcp, bcp donné...

      Par ailleurs, ce n’est pas quand on approche 80 ans que l’on monte une telle structure. Je pense que vous comprenez.


    • Taverne Taverne 4 septembre 10:51

      Attention ! Vous devez saisir le procureur (si les faits sont avérés et peuvent être qualifiés de délits) sur la base de l’article 434-3 du code pénal ou bien le Département (si l’établissement est Habilité à l’aide sociale), sinon le Préfet.

      Cet article dit que le fait de ne pas porter ces informations à la connaissance de la Justice est sévèrement réprimé. Je cite :

      « Le fait, pour quiconque ayant connaissance de privations, de mauvais traitements ou d’agressions ou atteintes sexuelles infligés à un mineur ou à une personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge, d’une maladie, d’une infirmité, d’une déficience physique ou psychique ou d’un état de grossesse, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives ou de continuer à ne pas informer ces autorités tant que ces infractions n’ont pas cessé est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. »

      Cela ne rigole pas.


      • eddofr eddofr 4 septembre 11:15

        Ca me rassure pas tout ça.

        Ma mère est actuellement hospitalisée et les médecins ne veulent la laisser sortir que pour rentrer en Ehpad.

        Même si nous pouvions matériellement (elle a trois fils) l’héberger et nous occuper d’elle, ils ne veulent pas nous la confier. Il lui faut une assistance « professionnelle » à plein temps parait-il.

        Pourtant, à part les portes verrouillées, je ne vois pas trop l’assistance professionnelle à plein temps dans le service psychiatrique de l’hôpital public où elle est enfermée.

        Pourtant, le nous sommes ces curateurs (curatelle simple) et la justice nous fait confiance pour nous occuper de notre mère.

        Mais ce n’est pas sans doute pas assez pour les médecins.

        Certes, faire sa toilette toute seule devient difficile pour elle.

        Certes, elle a de plus en plus de mal à trouver ses mots.

        Certes, elle oublie souvent ce qu’on lui a dit 5 minutes plus tôt.

        Certes, elle parfois (pas tout le temps) a un peu de mal à tenir debout et à marcher droit.

        Mais elle sait qui elle est et qui nous sommes.

        Mais elle sait où elle est et se demande bien pourquoi elle y est encore.

        Mais elle sait quel jour on est. Enfin, sauf à l’hôpital évidemment, où la monotonie des secondes qui s’égrainent et les médicaments n’aident pas à garder la notion du temps qui passe.

        Mais elle sait où elle habite et comment y retourner.

        Alors oui, de temps en temps ma mère dit que ses pertes de mémoire l’angoissent.

        Alors oui, elle a toujours été un peu dépressives et la vie n’a pas toujours été tendre avec elle.

        Alors oui, la liste de ses « problèmes de santé » ressemble à la table des matières d’une revue médicale (il y a un peu de tout, et le pronostic est de toute façon toujours fatal, vu son âge).

        Alors oui, de temps en temps elle en a marre et elle aimerait que tout s’arrête.

        Alors oui, il y a une dizaine d’années, peu après la mort de mon père, qui pourtant lui avait longtemps fait "la misère’, elle a pris un peu trop de médicaments.

        Mais pourquoi l’enfermer dans un Ehpad ?

        Pour la protéger de quoi ? d’une chute ? d’un hypothétique suicide ?

        Elle serait aussi bien chez elle, quitte à lui trouver une aide à domicile.

        Pour le peu de temps qu’il lui reste et tant qu’elle est consciente, pourquoi l’emprisonner ? Pour crime de vieillesse ?


        • Taverne Taverne 4 septembre 11:38

          @eddofr

          « Ma mère est actuellement hospitalisée et les médecins ne veulent la laisser sortir que pour rentrer en Ehpad. »

          Quelle est la volonté exprimée par votre mère ? Même sous curatelle, c’est elle qui décide (article 459 code civil). Si elle refuse l’entrée en EHPAD, le juge des tutelles doit être saisi pour décision avec à l’appui de la demande un certificat médical.

          Décisions médicales

          Jusqu’à présent, la personne chargée de la protection du majeur ne pouvait, sans l’autorisation du juge ou du conseil de famille, prendre une décision ayant pour effet de porter gravement atteinte à l’intégrité corporelle de la personne protégée. Désormais (avec la loi n° 2019-222 du 23 mars 2019, article 9), le juge n’intervient qu’en cas de difficultés. En cas de désaccord entre le majeur protégé et la personne chargée de sa protection, le juge autorise l’un ou l’autre à prendre la décision, à leur demande ou d’office.


        • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 5 septembre 11:14

          @ eddof

          Surtout ne les croyez pas. Ne les écoutez pas. ll y a derrière cette insistance de gros intérêts en jeu. Si vous avez la chance d’avoir des frères ou soeurs qui peuvent se relayer pour s’en occuper, alors prenez-la chez vous.

          Mon expérience personnelle me permet de vous donner ce conseil-là. C’est ce que nous avons fait pour notre mère, âgée de 92 ans et atteinte de la maladie d’Alzheimer. Nous nous en occupons, nous ne le regrettons pas. C’est de la contrainte, bien sûr, mais savoir ses parents jetés comme des milliers dans ces mouroirs aurait été pour nous inenvisageable.

          La meilleure récompense que nous ayons, c’est son sourire radieux le matin, lorsque je lui amène son café au lait.

          Je ne veux pas faire dans le pathos facile, mais dans les ephad, pour toute une gamme de raisons absolument pas justifiables, les personnes âgées sont trop souvent victimes de « maltraitance » allant de l’abandon pur et simple de la personne âgée par un personnel soit débordé, soit par manque de motivations salariales ou tout simplement par manque d’empathie ; l’espérance de vie des personnes âgées dans ces mouroirs est de plus en plus raccourcie, deux ans en moyenne il y a quelques années, aujourd’hui, de 6 mois à 1 ans environ, selon le témoignage d’une auxiliaire de vie travaillant dans ces établissements révoltée par ce qu’elle a vu tout au long des années passées là-bas.

          Il s’agit d’un grand scandale sanitaire et social.

          D’une société occidentale en perdition.

          Quel est l’intérêt caché de ce médecin de s’opposer à votre décision ? Posons-nous la question. Et en quoi son interventionnisme intempestif est justifiable alors que l’on sait ce qu’il se passe dans ces mouroirs ?

          Et de toutes façons, vous avez des droits à faire valoir : l’aide de l’APA et des infirmieres pour la toilette du matin et du soir. Renseignez-vous.


        • ETTORE ETTORE 4 septembre 11:27

          Comprendre que tôt ou tard il y ait de fortes chances qu’on y finisse TOUS.

          Il serait plus que temps de corriger cet univers glauque qui traite les humains nettement moins bien, qu’en univers carcéral.


          • tinga 4 septembre 11:36

            Ne gâchez pas la fête, les ehpad ont de très bon rendements pour les investisseurs, dixit bfm, et les vieux n’intéressent plus grand monde, les anciens furent jadis des sages, maintenant juste une gène.


            • Drugar Drugar 4 septembre 12:05

              Que les choses soient claires dès le début : 

              Les maltraitances subits par cette dame sont parfaitement intolérables et doivent être sévèrement punies. Malheureusement, le cas que vous décrivez n’est pas isolé. Ma propre grand-mère ne se sentait pas bien dans un établissement et subissait des pressions psychologiques de la part de la gérante de l’établissement. Il est parfaitement inadmissible de maltraiter nos anciens, quelque soit l’origine et la nature de la maltraitance.

              Mais votre article ne cible que les EHPAD gérés par la croix-rouge : ce ne sont pas les seuls établissements à avoir des problèmes et tous les établissements gérés pas la croix-rouge ne sont pas nécessairement des établissements problématiques. Que vous signaliez que cet établissement est géré par la croix-rouge car c’est ce qui vous a donné confiance est légitime. En revanche, par le biais de votre titre, de votre insistance sur ce point en particulier et de la photo, que vous généralisiez votre cas particulier à l’ensemble des établissements gérés spécifiquement par la croix-rouge est assez malhonnête !

              D’autres types d’EHPAD ainsi que des maisons de retraites privées sont également concernées par ces problèmes de maltraitances. La croix-rouge n’est pas spécifiquement responsable de ces problèmes et il faut donc raison garder avant de jeter l’opprobre sur ce vénérable établissement. Que vous l’ayez souhaité ou non, c’est ce qui ressort clairement de votre article.

              D’autre part, comme vous le signalez vous-même, les problèmes dans ces établissements (publiques et privés) sont structurels et ne datent pas d’hier. Peut-être aurait-il été judicieux d’élever le débat afin de se poser la question de l’origine de ces graves dysfonctionnements qui finissent en maltraitances sur nos personnes âgées ? 

              Il me semble que le manque criant de moyens financiers chronique depuis des années est un facteur majeur de cette dégradation. Et qu’a prévu le gouvernement que vous soutenez pour améliorer la situation ? Il veut... baissez ces moyens financiers bien-sûr.

              Quoi qu’on en dise, ce sont bien les moyens financiers en baisse qui sont à l’origine du problème. Car ce sont ces moyens financiers qui permettent de former correctement les personnels dans nos écoles et universités. Ce sont ces moyens financiers qui permettent de payer correctement ce personnel formé qui travaillera d’autant mieux qu’il n’est pas maltraité lui-même en étant sous-payé et en sous-effectif. Ce sont ces moyens financiers qui permettent d’acheter le matériel adapté et d’entretenir les bâtiments pour garantir une condition de vie décente.

              Oui, les maltraitance que vous décrivez ne devraient pas arriver. Mais elle sont là, et elle sont en augmentation. Je vous conseil donc d’enlever rapidement vos œillères et de regarder attentivement le chemin que la force politique que vous soutenez fait prendre à notre pays.


              • JulietFox 5 septembre 09:47

                @Drugar
                Une de mes nièces a été AS de nuit dans une Ehpad Croix Rouge. Il n’y a jamais eu de tels cas. Montrer du doigt la Croix Rouge : facile.
                Une nuit une dame tombe et heurte son coin de lit, et est très perturbée. Appel au 15.
                « Madame, allez à l’armoire à pharmacie et..... »
                « Je n’ai pas le droit, je ne suis qu’ AS. »
                « Où est l’infirmière ? »
                « Au lit chez elle probablement »
                « Le médecin attaché ? »
                « Je n’ai pas le droit de le déranger »
                Ce n’est qu’un cas parmi d’autres.
                Mais dans ma famille, une parente en Ehpad en campagne, a été au petits soins.
                Peut-être parce que cet Ehpad était mutualiste.
                De toutes façons, le personnel, n’a pas a maltraiter les « résidents ».


              • chantecler chantecler 5 septembre 11:47

                @Drugar
                J’ai déjà parlé de ces établissements qui en dix ans ont trusté « le marché de la vieillesse » .
                Mon père est arrivé dans l’un d’eux en Charente Maritime sur ses deux jambes .
                Un peu rigolard .
                Il jouait du piano .
                Mort 9 mois plus tard ....
                *
                Un de ses soucis permanent était de trouver les toilettes car désorienté dans un milieu trop nouveau pour ses capacités cognitives (désorientation temporo spatiale) ...
                Il demandait le chemin à la cantonade , aux blouses blanches .
                Personne, j’en suis témoin, ne lui répondait.
                Et même on l’engueulait quand il tentait d’ouvrir la porte des toilettes les plus proches car je suppose qu’elles n’étaient pas destinées aux « pensionnaires » .
                Naturellement en ma présence , je l’y conduisais et il se débrouillait alors très bien .
                Bref , forcément il a eu des « accidents » de propreté .
                La direction , une gestionnaire , a alors imposé de le mettre en permanence en « tenue bébé » style babygros , ça a un nom , avec des couches jetables .
                Ce qui le rendait de facto gâteux puisqu’il lui était impossible de les retirer ...
                J’ai demandé des justifications : la directrice, dont je ne connais pas le cursus mais certainement pas la santé , m’a répondu un jour que c’était « thérapeutique » !
                La maltraitance ne s’arrêtait pas là :
                nombre de fois je l’ai retrouvé dans son lit à 10 h passées du matin : barbotant dans le pipi ,dans le noir et à jeun ...(le petit déjeuner devait commencer à 7h, 7h30 ...)
                J’ai réalisé aussi que « l’équipe de nuit » en fait , une veilleuse , lui faisait avaler assez rapidement des somnifères ou équivalents à doses trop fortes pour lui .
                Il n’arrivait pas le matin , ensuqué, à émerger.
                A midi on l’amenait à table mais personne ne l’aidait à manger : assis devant son assiette qui restait entière jusqu’à ce que le personnel ne la mette à la poubelle ...
                D’autant que son appareil dentaire avait été égaré .
                Bref,
                La descente a été fulgurante : neuf mois après son arrivée , il décédait dans un état de cachexie, de maigreur très avancé : une momie !
                C’était un EHPAD privé , coté , assez cher , (plus de 3200 € ) au look attirant et à la publicité clinquante et mensongère .
                N’étant pas « tuteur » légal je n’ai rien pu faire pour lui : l’aveuglement de ma soeur devenue « tutrice par voie notariée » , qui gobait toutes les explications de la direction, a été le plus fort .
                Elle gérait aussi ses comptes bancaires et occupait sa maison en bord de mer ....
                Il en est mort .


              • P.-A. Teslier 5 septembre 17:19

                @chantecler

                La durée moyenne de vie en EHPAD est de 2 ans ! 


              • Attila Attila 4 septembre 13:07

                On entend beaucoup de critiques sur les EHPAD, certes justifiées, mais il ne faudrait pas généraliser.

                Il en existe de très correctes. Heureusement car la très grande dépendance exige du monde qui se relaie : un membre de la famille ne peut pas faire face seul. Il risque de s’épuiser et, même, de partir en premier (mon médecin m’a informé d’un cas).

                Il existe une nouvelle forme de protection juridique, votée de puis deux ans, plus légère que la tutelle : l’habilitation familiale.

                Pour le grignotage des moyens en santé, c’est le résultat d’une politique pour laquelle les électeurs ont voté : qu’ils assument !

                .


                • popov 4 septembre 14:32

                  @P.-A. Teslier

                  Au risque de me répéter, je pense que vous devriez fonder une maison de retraite privée et la gérer pour que les pensionnaires et le personnel soient contents.

                  Il n’y a plus rien à espérer des services publics avec un président tel que celui pour qui vous avez voté.


                  • P.-A. Teslier 4 septembre 17:21

                    @popov
                    Merci ! Mais, ma compagne a déjà bcp, bcp donné...

                    Par ailleurs, ce n’est pas quand on approche 80 ans que l’on monte une telle structure. Je pense que vous comprenez.


                  • the clone the clone 4 septembre 16:06

                    Quand on voit le déchaînement de violence du gouvernement sur les gilets jaunes il n’y a qu’un pas a faire pour l’ehpad ....


                    • the clone the clone 4 septembre 16:07

                      Giscard et Chirac n’ont jamais étés martyrisés .....


                      •  C BARRATIER C BARRATIER 4 septembre 20:54

                        Certes cet EHPAD n’est pas le seul, ce n’est pas l’établissement qui est responsable mais certains personnels contre lesquels il faut porter plainte. Je connais des EHPAD publics ou associatifs (la croix rouge est associative aussi), qui sont tres tres bien

                        Portez plainte contre X et suivez l’affaire, das l’intérêt général


                        • P.-A. Teslier 4 septembre 23:49

                          @C BARRATIER

                          Non ! je pense qu’une direction a les collaborateurs qu’elle mérite. C’est elle la responsable ?

                          Porter plainte, c’est facile. Mais quid des conséquences sur la maltraitée ? Nous, nous sommes à l’extérieur. Elle, est à l’intérieur.

                          Cela fait 3 ans qu’on tourne en rond, sans trouver la solution… pour qu’elle ait une fin de vie digne.

                          Ah ! ce soir, elle a été couchée toute nue, sans manger.


                        • Taverne Taverne 5 septembre 14:35

                          @P.-A. Teslier

                          Je dis la même chose que C. Barratier : portez plainte contre X (important : avis de juriste : ne visez personne en particulier) si vous avez des éléments sérieux ou détenez des informations ou alors (si la justice vous impressionne...) contactez l’autorité de tutelle concernée (Conseil départemental ou services de la préfecture). Même la mairie peut prendre le signalement. Ne rien faire est la pire des choses.


                        • the clone the clone 5 septembre 08:49

                          Apatament le fessée n’est pas encore interdite dans les ehpads .....


                          • popov 6 septembre 01:50

                            @P.-A. Teslier

                            Vous ne supportez pas la critique de la politique de Macron même quand vous êtes victime de cette politique.

                            Vous avez censuré deux de mes commentaires.


                            • P.-A. Teslier 6 septembre 08:05

                              @popov

                              Oui, vos commentaires racistes et xénophobes. Normal, non !


                            • popov 6 septembre 10:36

                              @P.-A. Teslier

                              Le racisme étant un délit en France, seul un tribunal peut me déclarer raciste. Entre temps, je jouis de la présomption d’innocence. Ne l’oubliez pas.

                              Ceci dit, je persiste : les problèmes dont souffre votre belle sœur s’inscrivent dans la politique de remplacement de population imposée par les pouvoirs financiers et relayée par la marionnette des banques qu’est Macron.
                              Même si cela n’est jamais dit explicitement, on sent bien, à travers votre témoignage et d’autres, que ce gouvernement rechigne à assurer une fin de vie décente à vos vieux et qu’il préférerait les voir mourir au plus tôt. D’où le sentiment d’impunité avec lequel le personnel tourmente et drogue les pensionnaires.


                            • Shaw aka CVN42-OSe-F-HD Shaw 6 septembre 10:44

                              @popov

                              Hoy hombre !

                              Tu saurais pas où elle est passée la fiancée à Zappe-à-Tapas ? ^^ smiley smiley

                              Parce que hein, c’est pas avec des boosters comme ça qu’on va filer really sur Pandora, ou sinon - et même si comme ça on aura tout le temps pour faire connaissance sur le trajet- ça va être froid (très très froid 🥶), long (très très très long 💫) et un peu monotone (que des 🐒) ! smiley smiley smiley

                              🍳 corse -> ❣

                              PS : la prochaine fois devant Manu, tu prévois un bazooka en titane et pas un M16 en rayon pâte ( smiley ^^ ), « j’ai » eu trop la honte là ! ^^ 😘


                            • popov 6 septembre 13:43

                              @Shaw

                              Difficile à te suivre. Mon altimètre indique le niveau du sol.


                            • Shaw aka CVN42-OSe-F-HD Shaw 6 septembre 13:45

                              @popov

                              On est donc parfaits l’ami, pyrh(pasdutout)humide comprise ! ^^

                              😎🤘🏼

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès