• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Électeurs de François Hollande, avez-vous compris ?

Électeurs de François Hollande, avez-vous compris ?

C'était si tentant de le croire, ce candidat de gauche qui allait nous délivrer de l'ennemi du peuple qu'est la finance. Il a été élu pour nous débarrasser du Président des riches, mais certains ont espéré du même coup qu'il serait le Président du Peuple. Ils se sont trompés. Est-ce vraiment une surprise ?

Nous sommes un certain nombre à vous avoir prévenus. Mais quelques voix tentant d'ouvrir les yeux sur la position droitière du PS valaient peu en face d'une machine médiatico-politique qui fait tout, depuis des décennies, pour vous convaincre du contraire, faisant miroiter à chaque instant le mirage d'une prétendue alternance.

Donc, pour aider ceux qui hésitent encore, décryptons la doxa qui s'est infiltrée dans (presque) chaque chaumière :

  • « On ne peut pas s'opposer à l'économie de marché »... A part que toute activité humaine peut être régulée, et que l'arsenal législatif est là pour ça, ou doit être modifié pour le faire. Notons d'ailleurs que, sans régulation, dans quelque domaine que ce soit, c'est le plus fort qui gagne. Nous le constatons, hélas, tous les jours, dans la lutte effroyable que la finance mène contre les populations. La droite ne veut pas de régulation. La gauche devrait tout faire pour freiner l'appétit sans limite des plus riches. Or...

  • « L'UMP et le PS sont les seuls partis de gouvernement »... A part que, si l'on considère qu'un parti n'est « de gouvernement » que parce qu'il a gouverné, cela veut dire que nous n'aurions, jusqu'à la fin des temps, que ces deux alternatives ! Heureusement que l'histoire a prouvé abondamment qu'un parti devenait de gouvernement à partir du moment où il a le pouvoir. Point. Cela me rappelle ce que l'on disait de Dominique Strauss-Kahn avant ses mésaventures hôtelières « Il a la stature d'un homme d’État ». Il l'a prouvé... On peut énoncer qu'un parti (ou un homme) est "de gouvernement" quand il a participé à un gouvernement : ce n'est pas une qualité, c'est un fait.

  • « Ne pas soutenir le PS quand on est de gauche, c'est promouvoir le Front National »... Celle-là, en tant que formulation perverse, elle est parfaite. Dénoncer la dérive droitière du PS reviendrait à soutenir des idées d'extrême-droite ? Ceux qui croient cela, et qui, malheureusement, votent PS à cause de cela, oublient que chaque voix qui se porte sur le candidat d'un parti, c'est une voix de plus pour ce parti, et donc une parcelle de pouvoir de plus pour ce parti. Le reste est littérature et manipulation d'opinion. Le spectre savamment entretenu du choix Le Pen-Chirac sert d'épouvantail toujours réactivé. C'est dramatique que tant de personnes se laissent contaminer par ce leurre. En réalité, plus l'électorat populaire votera pour ceux qui le défendent, moins le risque d'une droite radicale sera présent. Je suppose juste que, si des personnes de droite quittent l'UMP, c'est parce qu'elles sont insatisfaites de ses prestations. Et on les comprend. S'il n'y avait pas une telle diabolisation du Front de Gauche peut-être qu'un certain nombre de ces déçus ne voterait pas contre eux-mêmes (ou cesserait de s'abstenir) et le rejoindrait.

  • « Les Grecs se sont engraissés et ont profité du système, maintenant, c'est normal qu'ils paient l'addition »... A part que ce ne sont pas les mêmes, ceux qui paient l'addition, et ceux qui ont abusé du système. Pour ces derniers, ne vous inquiétez pas, ils sauront rebondir, même dans un pays en faillite.

  •  « Si les banques s'effondrent, l'économie aussi, et c'est la récession, qui conduit à un appauvrissement généralisé. Il faut donc, en premier, sauver les banques ». Mais non : si les banques s'effondrent, l’État peut les nationaliser et repenser l'économie, notamment en gelant le remboursement des dettes. Ce sont surtout les actionnaires et les gros épargnants qui y perdront. En revanche, il faudrait que l'on m'explique comme programmer l'appauvrissement des peuples, et l'assèchement de l'économie, donc la récession, va empêcher ces deux fléaux de s'installer durablement ? C'est traiter le mal par le mal ? Du genre, on ne pourra pas aller plus bas ? Mais si, on pourra aller plus bas. Alors les banques n'investiront plus dans quoi que ce soit : elle se contenteront juste de racheter les biens publics pour une bouchée de pain, et de les faire fonctionner avec des salariés mercenaires payés au lance-pierre...

  • « L'inflation, c'est le mal absolu ! A éviter par tous les moyens ! ». C'est surtout vrai pour les possédants, les actionnaires des fonds de pension... Pour les autres, les petits, que l'argent ait moins de valeur, ou qu'ils en gagnent moins ne fait pas une énorme différence. Mais de vrais économistes peuvent m'expliquer que j'ai tort sur ce point, je serai intéressée d'avoir leurs arguments.

  • « Il faut faire alliance avec l'Allemagne, qui est la locomotive de l'Europe ». A part que l'Allemagne n'a pas une politique pro-européenne, mais pro-allemande. Ceci dit, personne dans l'Europe ne met les intérêts de l'Europe avant ceux de son propre pays. Ah, si, la Commission Européenne, et les dernières créations de l'Empire, TSCG, MES, règle d'or, FMI, BCE... Donc, en fait, les marraines d'une Europe au service de la finance sont nombreuses, et le Parlement Européen, seul lieu où siègent les représentants des peuples d'Europe, a fort peu de marge de manœuvre. Si la France avait pris le parti d'une politique d'union politique socialiste avec les chefs de gouvernements qui prétendent l'être, un changement d'optique de la construction européenne aurait pu voir le jour, avec une opposition au développement du pouvoir de la finance, et un retour à des principes démocratiques(cependant, sur la liste des chefs de gouvernements européens, on voit beaucoup de « sociaux-démocrates » : s'ils sont sociaux-libéraux, comme chez nous, cela n'aurait pas marché de toute façon). Avec le vote du TSCG et du MES, c'est l'inverse qui s'est passé : un boulevard a été ouvert aux banques, qui, sous la couverture de la Troïka, vont dicter les politiques de destruction des systèmes de protection sociale et de redistribution. Merci qui ? Merci François Hollande.

J'hésite à aller plus loin, à propos des reculades (ou de l'immobilisme) du gouvernement en matière de politique « socialiste » : le SMIC, les retraites, l'emploi, l'industrie, les Roms, la non-séparation des activités de dépôts et de spéculation des banques, la sécurité, la psychiatrie... Mais on ne tire pas sur une ambulance : encore moins sur un corbillard !

 

Cet article a paru aussi sur Mediapart.


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (97 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 28 décembre 2012 09:19

    Boujour LilianeBaie,

    Très bonne analyse de la situation mais ne vous leurrez pas, les autres formations politiques font eux aussi partie intégrante du système qu’ils nourrissent et dont ils profitent et bénéficient aussi des largesses. Il y a belle lurette qu’en France nous ne sommes plus en démocratie mais dans un système monarchique, un système ou une caste élitiste a verrouillé l’institution afin de ne plus en être délogé. Pour cela il s’abritent derrière des étiquettes différentes mais le produit est le même « Libéral et financier » point barre ! Ce qui fait que les citoyens croient avoir un choix tout les cinq ans et vont élire de ce pas le moins pire, du moins le pensent ils. Vous aurez beau retourner la situation dans tout les sens, voter pour n’importe quel parti de l’extrême gauche à l’extrême droite, tant que les élus ne seront pas contrôlés durant toute leur mandature par des jurys citoyens ayant le pouvoir de destitution immédiate sur ceux-ci en cas de mauvaise conduite, rien ne changera. Parlez leurs, à n’importe quel cadre d’un parti politique, de démocratie directe, de contrôle d’élus etc… Et vous les verrez blanchir en vous répondant avec des arguments fallacieux que « blablabla  heu » ce n’est pas possible. Il y a bien longtemps que ces gens là, en oubliant qu’ils étaient élus par le peuple pour le servir, ont confondu pouvoir et délégation de pouvoir. Ils se sont fait maître et nous nous sommes fait mettre… 


    • LilianeBaie 28 décembre 2012 12:44

      Merci, Gabriel, pour votre commentaire.
      Effectivement, je pense qu’il faut modifier le statut de l’élu, et développer les mécanismes de contrôle par les citoyens. Je poste ici une vidéo où Jean-Luc Mélenchon développe le projet d’une constituante, avec, en fin de vidéo, l’hypothèse du « référendum confiscatoire » qu’il présente comme un moyen terme entre une démocratie directe qui n’a jamais marché, et le régime actuel où le pouvoir est confisqué au peuple :
      http://www.dailymotion.com/video/xpjgbm_la-6e-republique-de-melenchon-et-du-front-de-gauche_news


    • Romain Desbois 28 décembre 2012 12:49

      Lilianebaie
      Jean-Luc propose des très bonnes choses mais les français n’en ont pas voulu !!!!

      espérons que la prochaine fois , si EELV fusionne avec le PG à la place du PC, l’écosociétalisme sera la nouvelle idéologie montante.

      Mis avec le PC qui tire à Hue et le FG qui tire à vue, beaucoup de bobos (terme positif et pas péjoratif) ne sont pas rassurés.


    • LilianeBaie 28 décembre 2012 13:15

      @ Romain Desbois
      Si les bobos, et une partie de la classe populaire, ne sont pas rassurés par un Front de Gauche qui inclut le PC, c’est, me semble-t-il, à la suite de la diabolisation du PC (laquelle va de pair avec la tabouisation du concept de lutte des classes) qui assimile les idées politiques communistes et les régimes politiques totalitaires qui se sont réclamés du communisme.
      Comme si la finance n’avait pas, elle-même, un projet d’hégémonie...
      L’intérêt du Front de Gauche, dans sa forme actuelle, ou dans ce vers quoi il peut évoluer, c’est qu’il est constitué de citoyens appartenant à des tendances différentes, mais ayant un projet qui va dans le même sens. Notamment la mise en place d’une constituante.
      Le danger serait que chacun reste identifié au parti dont il est originaire, ce qui ferait de ce mouvement, non le creuset d’une force collective, mais le lieu de querelles de territoire. J’espère que le FdG va savoir évoluer dans le bon sens. Nous en avons absolument, et de façon urgente, besoin. .. C’est du moins mon point de vue !


    • Romain Desbois 28 décembre 2012 19:53

      non je pense que c’est à cause de staliniens comme l’arianiste Walter, JL et deux trois autres sur ce site.

      Les bobos sont de sensibilité écolos et c’est incompatible avec le PC que les écolos ont toujours trouvé face à eux dans les luttes contre le nucléaire par exemple.

      Je pense que l’on peut me taxer de bobo et le revendique, et si je ne suis pas encore au FdG, c’est bien parceque c’est pas encore clair au FdG avec les cocos.


    • dom y loulou dom y loulou 28 décembre 2012 23:03

      la démocratie directe fonctionne très bien depuis plus de 750 ans et avant par le vote à main levée,cela aussi fonctionnait parfaitement, déjà longtemps avant que les Habsbourg ne viennent truander les contrées de l’europe, merci bien de ne pas prendre vos désirs pour des réalités


      mais nous parlons là d’un outil n’est-ce pas, quand les cerveaux ne sont pas très opérants ils prennent des décisions absconnes, comme de suivre béatement, dans une confiance aveugle, des banquiers qui semblent aimer recevoir des coups de leurs prétendus amis anglogoldsachsmann

      ils ne comprennent pas, ils ont toujours été ami-ami et main dans la main et tout à coup, depuis trente ans donc, ils se ramassent des coups de pelle chaque fois qu’ils aident leurs chers amis, même quand ils ruinent tout le monde pour leur plaire

      il y en a vraiment qui ont la compréhension lente

      on ne leur en veut pas pour cela, mais de VOULOIR rester aveugles au massacre qu’on subit à cause de leur incurie et de leurs jalousies infantiles, si

      de la traitrise, même envers soi-même, est autre chose qu’un outil dont l’usage dépendra du cerveau de celui qui l’utilise


      d’abord il faut de vrais êtres humains, ensuite on peut user d’outils pour bâtir une société

      pas l’inverse, une société ne fera jamais de vrais êtres humains contre leur gré, cela seule l’invocation de la loi harmonique peut le faire, c’est la principale révélation de ces dernières années

      mais allons donc dire cela à des types devenus complètement schizos à force de vouloir se faire passer pour un autre 

      mission impossible I))

      mais rien n’y fait

      ou ils chantent la gamme pour se récupérer et accéder par l’honnêteté violette aux mémoires lumineuses de l’univers ou... ils descendent dans l’infra-rouge des mémoires carnassières

      crocs de dinos and Co

      et alors avoir des pensées encore humaines devient difficile

      les deux côtés de l’esprit sont infinis, à chacun de veiller à rester dans les sept piliers harmoniques, sept notes sont sept couleurs et sept qualités précises (ludus.ch)

      et de faire ce minuscule effort quotidien, quel que soit le régime que l’on vive, il s’en trouvera bonifié

    • appoline appoline 29 décembre 2012 21:57

      Si les bobos commençaient déjà à ne pas marcher à côté de leurs lattes, ils pourraient avoir quelques idées plus claires. 


      Il faudrait un grand coup de balai pour virer tous ces traîtres qui mettent nos finances à mal, ouvrent nos frontières, paralysent nos entreprises et dépensent odieusement l’argent des contribuables qu’ils soient riches ou pauvres. Mis à part dresser les gens les uns contre les autres en voulant modifier le comportement humain qui existe tel qu’il est depuis les lustres, on se demande ce que ce p...... sait faire

    • JL JL 28 décembre 2012 10:03

      Bonjour LilianeBaie,

      assez d’accord avec vous.

      Ce que vous appelez « la doxa qui s’est infiltrée dans (presque) chaque chaumière » est ce que Edouard Glissant exprimait par cette formule : « Le libéralisme économique préside tous les imaginaires ».

      Vous dites : « On ne peut pas s’opposer à l’économie de marché ».
      En effet, mais on peut distinguer entre économie de marché et société de marché. Par exemple, la redistribution dans une économie de marché, c’est d’une part les impôts sur les plus riches, d’autre part les services publics et les aides sociales pour les plus démunis. Dans une société de marché, foin de tout ça qui serait au mieux et pour combien de temps, remplacé par une allocation universelle, dite aussi RU versée « pour solde de tous comptes ».

      Le drame avec le PS, c’est qu’il utilise la part qui revient (dans le sens « appartenir de droit ») à la société pour la reverser dans l’économie.
      Je m’explique : les 50 et quelques % de PIB qu’il prélève au titre de taxes impôts etc, au lieu de les utiliser démocratiquement pour la nation - fonctionnement, investissement, redistribution - il les alloue en trop grande partie aux entreprises privées : le PS appelle ça « le socialisme de l’offre ». Un oxymore digne de figurer en meilleure place dans l’encyclopédie libérale.


      • sleeping-zombie 28 décembre 2012 10:18

        on peut distinguer entre économie de marché et société de marché.

        (tiens ? un jospinien...)

        Non.
        L’économie et la société ne sont pas deux entités distinctes vivant sur des planètes séparées. C’est pile et face de la même pièce. Dans les deux cas, c’est le même objet qui est examiné, les mot « économie » et « société » ne désignent que l’angle de vue qu’on utilise pour observer cet objet.

        Vouloir séparer les deux, c’est un non-sens. Ce serait comme dire « notre économie est basée sur l’esclavage, mais notre société sur l’égalité ».


      • JL JL 28 décembre 2012 11:09

        @ sleeping-zombie,

        non, L’expression est de Michel Rocard.

        Je vois que êtes un esprit binaire, qui fonctionne en tout ou rien, avec moi ou contre moi : communiste ou ultralibéral, pas de demi mesure, c’est ça ?


      • sleeping-zombie 28 décembre 2012 13:35

        J’ai effectivement un caractère assez binaire. Mais j’ai surtout pris la sale habitude de traiter les « entités » que je rencontre en fonction de leur caractéristiques et non de leur nom. C’est d’ailleurs la base de la classification scientifique.
        A ce titre, « économie » et « société » sont les mêmes objets. Je différencie parfaitement la république de la démocratie, le courage de l’inconscience, mais là c’est la même chose.

        (et merci pour la rectification concernant Rocard. Mon éveil politique est postérieur à sa mort politique. Ce n’est pas une excuse, mais une explication. tu vois ? la nuance ne m’est pas totalement étrangère)


      • ELCHETORIX 28 décembre 2012 13:19

        Bonjour Liliane ,Merci pour cet excellent billet qui expose très bien le leurre du vote « républicain » ,
        soit l’alternance PS-UMP , comme aux usa , les républicains et démocrates avec cette fausse alternance de gouvernance .
        Oui , il faut changer radicalement de système politique , économique et financier pour redonner de la dignité à toutes les « forces vives » de notre pays et aider les laissés pour compte de ce système
        capitaliste industriel, économique et surtout financier , en commençant par nationaliser les banques , les services de l’énergie et des transports ( re-nationaliser les autoroutes ) , puis d’éjecter tous ces politiques qui ne pensent que pour leur intérêt et non à celui de l’intérêt général .
        Hasta la victoria siempre !
        RA .


        • spartacus spartacus 28 décembre 2012 14:02

          - Comment vont faire les conducteurs de TGV qui partent à 49 ans pour avoir 37.5 années ?

          -Peut être qu’il vont les embaucher à 12.5 ans ?

          Il sont formidables les privilégiés abonnés aux régimes spéciaux. La remise en cause de leurs privilèges, c’est toujours pour les autres !

        • jmdest62 jmdest62 28 décembre 2012 22:11

          @ Starcapuce

          Où êtes vous planqué en ce moment ...Londres ..Hong kong ?????

          restez y ! ça va commencer à chauffer par ici ..pour les gars de votre Club de « créateurs de richesses »  smiley la pression monte.

          @+


        • La fille du croquant La fille du croquant 28 décembre 2012 13:34

          Le PSUMP a simplement remplacé l’UMPS. Cela parait sans fin...


          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 28 décembre 2012 21:36

            Bonjour Madame,

            Vous êtes sympathisante FN ou FdG ?
            Je m’y perds un peu...


          • titi80 28 décembre 2012 13:45

            Excellent bilan des premiers mois de Hollande, dont la courte vidéo « Le Hollandisme ou la valse des renoncements » pourrait représenter la version en images, encore plus saisissante.
            Cela dit, je suis plutôt d’accord avec votre article, ces renoncements ne sont pas de réelles surprises, je pense que dans le fond peu de gens, notamment dans les classes populaires, avaient imaginé une seule seconde que Hollande voulait vraiment proposer une alternative. De toute façon, il est pris dans la double tenaille de l’Europe et des marchés, qui imposent partout les mêmes politiques d’austérité et de flexibilité, et il n’a aucune intention d’en sortir. Au contraire, je trouve qu’il y a dans ce gouvernement une espèce de fierté d’assumer cette position sociale-libérale, de faire plaisir aux marchés et d’être amis avec les entreprises. Je pense que ça annonce un fiasco au niveau économique et une déroute électorale pour le PS. A suivre en 2013...


            • LilianeBaie 28 décembre 2012 15:20

              Le problème c’est bien qu’il n ’ait aucunement l’intention de sortir (de nous sortir) de la tenaille dans laquelle la finance tient les États. Abandonnant par la son mandat, qui est de représenter la souveraineté populaire. Aucun projet concernant le remboursement de la dette, le retour de la création monétaire au service des États, un front européen contre le pouvoir que s’arrogent les banques, le FMI et les agences de notation, aucun projet de diminuer les pouvoirs de la commission européenne au bénéfice de la représentation parlementaire... Non, sans sursaut issu des citoyens, rien qui va s’opposer au dépeçage de nos pays pour enrichir les riches.
              Vous parlez, tit80, de fiasco économique à venir : le mot me semble faible...
              Lien sur un billet à propos de l’utilisation des privatisations pour se payer sur la bête, après l’avoir conduite à la ruine, billet illustrant l’excellent documentaire « Catastroïka » :
              http://blogs.mediapart.fr/blog/liliane-baie/140812/privatisation-des-services-publics-la-catastrophe-qui-vient-catastroik


            • Relladyant Relladyant 28 décembre 2012 14:21

              « Ne pas soutenir le PS quand on est de gauche, c’est promouvoir le Front National ».

              >> C’est bien de s’en prendre a cet argument, mais le problème c’est que vous etes supporter du FDG et que vous appelates donc a voter Hollande au second tour sous pretexte qu’il fallait eviter Sarko, autrement dit vous avez utilisé exactement ce meme type de procédé que celui que vous dénoncez aujourd’hui.

              A mon tour donc de vous faire la leçon : j’avais dit comme plein d’autres, que Mélenchon et son FDG ne sont que des pseudo-rebelles qui servent en fait a ratisser une frange des voix de gauche pour le PS. En particulier vous portez la responsabilité du vote du traité Européen.

              Je rappelle que Mélenchon est atlantiste, pour les interventions en Libye ; Syrie ; Iran... ne veut surtout pas sortir de l’UE et se réfugie depuis 30 ans derriere des « je suis pour une europe plus sociale » qui n’engagent a strictement rien ; critique de fasciste quiconque parle en revanche d’en sortir (« pétainistes »), etc... bref, on sait pour qui il travaille...


              • Christian Labrune Christian Labrune 28 décembre 2012 15:40

                à l’auteur,

                Vous êtes bien injuste avec les socialistes. Ils avaient dit que le changement, ce serait « maintenant », et bien des changements sont déjà en cours : on pourra demain se marier avec qui on voudra et même engrosser son petit copain. On pourra aussi se débarrasser plus commodément de ses « vieux » lorsqu’ils deviendront un peu emmerdants. Je revoyais hier soir sur Arte « Soleil vert », un excellent vieux film de Fleischer, et qui fait bien voir ce que cela pourrait être que de pouvoir enfin mourir « dans la dignité ». En 81, lorsque parvint sur le trône de France François III de la Francisque, Jack Lang avait constaté avec un enthousiasme vraiment prophétique, que la France passait enfin « de l’ombre à la lumière ». La lumière est si éclatante que j’en suis désormais complètement aveuglé et je mets toute ma confiance dans le règne de François IV le Normal.


                • julius 1ER 28 décembre 2012 16:09

                  beaucoup trop de pessimisme dans ton commentaire, l’euthanasie dans soleil vert est plutôt abordé sous l’angle du nazisme avec récupération de l’ humain comme matière première, mais qui sait peut-être qu’un jour on finira en plaquettes de « soylent green ». 

                  le problème avec Hollande, c’est que maintenant qu’il s’est bien ficelé pour le social, il ne lui reste 
                  que le sociétal, d’aucun parmi ceux qui s’en sortent pas trop mal diront que c’est déjà pas mal, mais 
                  c’est totalement court-termiste car le social/ économique lui reviendra dans la figure comme un boomerang car le sociétal c’est dans l’air du temps on le voit bien dans d’autres pays et cela est très vite intégré par les populations mais le social, c’est ou çà n’est pas , te c’est à l’aune de cela que François H sera jugé...............

                • julius 1ER 28 décembre 2012 15:55

                  On a voté Hollande par défaut, car il fallait en finir avec l’autre énervé qui finalement ne corrigeait rien mais allait nous entraîner dans une guerre civile à force de stigmatiser les minorités, et monter les classes sociales les unes contre les autres ! 

                  maintenant tout reste à faire, remettre les banques à leur place ou les faire disparaître, car à quoi sert une banque, si elle ne sert pas à financer l’économie ?
                  choisir ce que doit financer la BCE, soit elle refinance les états directement, soit on continue à payer des aggios à ces ploutocrates, mais c’est au prix d’une croissance anémique et une continuation de l’explosion du chômage bientôt 10 millions de gens sans emploi ou sous employé .....
                  il faut dire STOP !!!!!!!!!!!! cela suffit.........
                  mais l’année 2013 devra être une année décisive, si les chiffres ne s’inversent pas après 5ans de crise déjà c’est que ceux qui ont en mains les destinés du pays, ne veulent rien faire, je pèse mes mots je dis bien « veulent » et non « peuvent » et ce sera au peuple de prendre en mains sa destinée car il est le souverain.............
                  il faudra mettre en place une assemblée constituante et définir les priorités de l’etat, des régions supprimer le millefeuille territorial, remettre à plat le système social, de santé,une tâche immense 
                  attend ceux qui auront en mains les destinés du pays, tout est à faire mais si rien se passe le pays ira vers son autodestruction programmée, telle sont les enjeux des prochaines années !!!!!

                  • LilianeBaie 28 décembre 2012 16:31

                    Je suis d’accord sur l’essentiel de ce que vous dites dans votre commentaire, julius 1er. La question est : comment faire ? Pour moi, la réponse ne peut venir que d’une mobilisation populaire. Et je ne veux pas dire forcément manifestations monstres, grèves générales, etc. Mais prise de conscience, d’abord de l’enfumage, et ensuite de nos capacités d’agir, et elles existent dans la mesure où le nombre est de notre côté. Cette prise de conscience passe par des réunions, et l’usage bien pensé de la toile et du principe de l’université populaire. Je pense qu’il serait bon que chaque personne qui se sente concernée par cette question aide l’un ou l’autre à ouvrir les yeux sur l’enjeu à venir.
                    Mettre en place une constituante cela ne se fait pas ex nihilo. Il faut que celle-ci soit portée par un mouvement populaire volontaire, et qui souhaite que le peuple reprenne la responsabilité de la conduite de la chose publique. Pas de révolution, mais une évolution.


                  • tf1Goupie 28 décembre 2012 17:29

                    J’vous l’avais bien dit ... Yaka Focon.

                    Les donneurs de leçon et de solutions miracles on en voit passer tous les jours.

                    Vous pensiez sans doute qu’après avoir élu hollande on vivrait 120 ans et qu’on aurait du soleil et des bonbons tous les jours ?

                    Et bien non , il n’y a pas de Président pour les bisounours.


                    • LilianeBaie 28 décembre 2012 17:39

                      La question, ce n’est pas les bonbons tous les jours, mais qui a les bonbons ? Les mêmes, qui en ont toujours plus, avec d’autres qui n’ont même pas le nécessaire ? Ou bien une volonté de redistribution freine l’appétit des riches et défend le présent et l’avenir des autres. Projet qui devrait être celui d’un gouvernement socialiste.
                      Il n’y a pas de Président des bisounours, mais si des citoyens de gauche ont voté pour faire partir un Président des riches, je pense qu’ils ne voulaient pas, pour autant, en remettre un autre...


                    • tf1Goupie 28 décembre 2012 18:25

                      Ah bon ? Alors certains ont voté Hollande juste parce qu’ils étaient jaloux de leur voisin


                    • julius 1ER 29 décembre 2012 09:04

                      mon pauvre TF1, dans ce genre de débat tu es totalement largué !!!!!!!!!!!

                      Cette crise n’est pas la crise internet des années 2000, c’est une crise conjoncturelle qui évolue en crise structurelle, et ce n’est pas une crisette, c’est la méga-crise du siècle et quand je dis çà je pèse mes mots car depuis 5 ans que nous sommes entrés dans cette crise, elle ne fait que s’aggraver, la liste des destructions d’emplois s’allonge, l’inflation augmente sans cesse, les remèdes apportés sont largement en dessous des nécessités du moment, c’est la crise du capitalisme et de son véhicule le libéralisme incapable de trouver des solutions appropriées alors quoi pour te parodier( yaka/faucon) le sujet n’est pas là, maintenant il faut agir car sinon en 2013 on va rentrer en déflation mais peut-être que que tu ne sais pas ce qu’est la déflation, c’est la pire chose qui soit dans ce système libéral, c’est une spirale mortifère ou la monnaie se déprécie, le chômage repart au galop, l’inflation repart à deux chiffres et ou les remèdes libéraux n’en déplaise 
                      à ATTILA sont vains car même si l’état peut intervenir s’il en a la volonté, il ne peut décréter la confiance et si du jour au lendemain les gens ont peur ou n’ont plus confiance( défiance=déflation)
                      cette spirale va s’accélerér jusqu’à l’explosion, et là même les restos du coeur auront l’air d’une joyeuse partie de pique-nique !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

                    • tf1Goupie 29 décembre 2012 15:51

                      ça va mieux Julius, maintenant que tu t’es vidé les boyaux ?

                      Après ce beau vomi, tu vas peut-être pouvoir réfléchir gentil Julius ...


                    • julius 1ER 29 décembre 2012 18:05

                      si tu vois dans mon texte « du vomi » c’est que tu as des problèmes de vue, attention de ne pas mettre ta tête dedans !!!!!!!

                      çà doit être l’effet 1492, quand à moi je préfère la 1664........... ;
                       contrairement à toi je ne manifeste aucun aveuglement idéologique, sur ce que je viens d’écrire , je ne retire pas une ligne, la confiance ou la défiance vont être des facteurs cruciaux, et là je ne suis plus dans la prose je pense à moi à ma famille et aussi aux autres, car une spirale déflationniste, on sait quand elle commence mais on ne sait pas ou elle finit et sur ce que je sais à mon humble connaissance, je dois dire que je sens les prémices et c’est de très mauvais augure . 

                    • Jean-Louis CHARPAL 28 décembre 2012 17:32

                      Excellent article. Tout est dit ou en tout cas l’essentiel.

                      Le Front de Gauche apparait bien comme le nouveau Parti Socialiste et la seule formation importante vraiment progressiste. 

                      Voila ce qu’ ose en dire Attali (sur i-télé le 27 décembre dernier) :

                       « Ces gens-là ne sont pas dans la majorité.Ils sont de gauche tendance Corée-du-Nord car leur modèle social, leur modèle politique surtout c’est la fermeture absolue des frontières, c’est le repli sur soi, c’est la Corée-du-Nord. C’est le seul modèle auquel je pense quand j’écoute ces gens-là. » (fin de citation).

                      Toute personne de bonne foi ayant lu « Nous on peut » l’ouvrage de Jacques Généreux, économiste du Front de Gauche et le programme du FdG, sait que ces propos sont des mensonges purs et simples et des injures abjectes.

                      Il est lamentable, dans un contexte de dictature médiatique de la pensée unique ultra libérale, qu’ on puisse ainsi mentir et injurier de la façon la plus immonde comme le fait Attali ,qui se désohonore, sans que personne ne puisse lui répondre et démontrer l’ignominie et la bassesse insupportables de ses propos ! 


                      • julius 1ER 29 décembre 2012 08:35

                        Quand les gens prennent la Corée du nord comme modèle, c’est vraiment pour s’en servir comme repoussoir, à la limite je trouve çà rassurant c’est la preuve qu’ils n’ont aucun argument à proposer !

                        Là en cette occasion Attila, pardon Attali, se discrédite totalement, ainsi se monsieur est un ardent défenseur du système Ultra-Libéral, au moins c’est à l’épreuve du feu qu’on voit le « vrai » courage, et que l’on peut mesurer l’implication de quelqu’un dans un camp ou un autre, au moins maintenant on sait ou Attila se situe car on le voit louvoyer depuis des années entre le social et le sociétal, faussement attéré par des mesures de Droite anti- progressistes tels les mesures contre les Roms mais finalement en accord avec les Buissons et consorts........... merci, à toi JL Charpal pour cette info !

                      • eric 28 décembre 2012 18:25

                        Tous cela est bien gentil, mais pas très intéressant. le front de gauche est constitue de classe moyenne fonctionnarisée plus tôt dans le bas de gamme. Prétendre qu’il aurait été trompe par ses supérieurs hiérarchiques du PS ne peut convaincre personne. Ils bossent ensemble dans leurs administration, ils sont élus ensembles, et ils se connaissent depuis qu’ils sont nés.

                        Le peuple ?
                        Rappelons que : les « catégories populaires ne votent pas. plus de 70% d’abstention de mémoire chez les ouvrier par exemple. Parmi les 30% qui restent, il y a les 20% de fonctionnaires qui émargent au statut ouvrier ( front de gauche, PC extrême gauche) mais c’est bien la seule chose qu’ils partagent avec les vrais ouvriers. Et ceux la, oui, ils votent, parce que l’évolution de leurs salaires en dépend. Du reste ce sont aussi les seuls syndicalistes qui restent ( a cause des décharges et des avantages, mais aussi par intérêt corporatisme bien compris).
                        Après, il y a les vrais ouvriers qui votent et ceux la votent a droite en général et d’abord pour le FN.

                        Derrière les attaques que contient cet article, il n’y a que l’éternelle lutte de classe interne a la gauche fonctionnarisée, prébendier, a statut ou non, mais émargeant presque toujours aux finances publiques. Ils se battent pour se partager notre argent. L’argent du peuple.

                        Chaque fois qu’il y a un vrai risque de reformer l’État pour le rendre plus efficace, plus au service des citoyens, ils retrouvent par miracle leur »unité dans la lutte« .
                        En 2014 aussi on va le voir. Tirer sur Hollande d’accord, pas si cela veut dire perdre des postes dans les mairies, aujourd’hui principales pourvoyeuses de prébendes et emplois locaux. Ces tartufferies sont un peu fatigantes.

                        Si il y avait une once de sincérité dans ce texte, il serait beaucoup plus court. »La politique de Hollande est scandaleuse, plus un vote ou que ce soit pour le PS". Point barre.


                        • LilianeBaie 28 décembre 2012 19:26

                          Donc, si je comprends bien votre commentaire, eric, il n’est pas intéressant de faire remarquer que la politique menée par ce gouvernement n’est pas une politique socialiste, parce que les électeurs du Front de gauche seraient des fonctionnaires qui voleraient l’argent du peuple ? C’est l’expression « l’éternelle lutte de classe interne a la gauche fonctionnarisée » qui m’a mise sur la piste...
                          Parmi les stratégies pour empêcher les victimes de la farce libérale de réaliser qu’elles ont, sinon le pouvoir, du moins du pouvoir, il y en a une qui marche à tous les coups : c’est la division entretenue. Par exemple, entre les fonctionnaires et les salariés, ou entre les ouvriers et les employés du secteur tertiaire. Ou entre ceux qui sont en bas de l’échelle et les cadres intermédiaires.
                          Or, de nos jours, la pression professionnelle sur l’ensemble des salariés est du même ordre pour chacun, que ceux-ci travaillent dans une usine ou une administration, dans une banque ou dans un commerce. Car il s’agit justement de les mettre en situation de vulnérabilité (pression pour augmenter la productivité, risque de chômage, de déplacement...) et d’infériorité (évaluations, contrôles, classements, humiliations...). Et ceci afin qu’ils augmentent au maximum leur productivité (parlons d’exploitation, c’est plus clair) sans déclencher de manifestations d’opposition collective (grèves).
                          Et oui, je pense donc important de retrouver l’unité dans la lutte, unité qui me semble la seule façon de s’opposer à une réelle, mais dissimulée, stratégie de défense des banques aux dépends des citoyens. Combien de milliards pour Dexia ? http://www.huffingtonpost.fr/2012/11/08/dexia-accord-paris-bruxelles-recapitalisation-5-milliards_n_2091618.html


                        • eric 29 décembre 2012 09:46

                          Vous ne m’avez pas entièrement compris. C’est pas tant que ce n’est pas intéressant que c’est d’une parfaite hypocrisie. Vous saviez tous cela avant pendant et après les élections. Ni avant , ni pendant, ni après, vous n’en tirez des comportements, notamment électoraux, qui prouverait que cela vous importe vraiment. C’est la preuve que vos vrais interets sont ailleurs.


                        • jmdest62 jmdest62 28 décembre 2012 22:16

                          @ l’auteur

                          Salut Ariane !

                          @+


                          • kéké02360 28 décembre 2012 22:21

                            J’ai plussé l’article par charité, mais faut bien avouer qu’il n’a rien de révolutionnaire ni sur le fond ni sur la forme et pire, ce qui est affligeant il est construit avec le système de penser du système libéral qui lamine les peuples du monde au quotidien smiley

                            J’aurais de loin préféré un article ( et des commentaires ) avec un peu plus d’autocritique sur l’état des mondes , du monde , des sociétés , de la société , de la planète et du système politique que nous léguons aux générations à venir !!!

                            J’aurais préféré de beaucoup une réflexion collective sur le sens politique du droite / gauche au 21ème siècle .....

                            J’aurais apprécié plus d’élan collectif de l’auteur et des commentat(rices)eurs à promouvoir l’idée d’une constituante , le bank run, la décroissance dynamique, à déclarer la faillite des banques, à sortir de l’europe contre laquelle nous avions voté par référendum, pour inventer toutes générations confondues une société humaine juste ..........

                            Au lieu de cela je lis avec tristesse l’article et les commentaires émaillés de poncifs visant à essayer d’extraire du bon d’un système pourri jusqu’à l’os !!!!

                            J’écrivais avant la présidentielle que le PS était un parti de droite, il ne faut pas s’étonner aujourd’hui d’être encore un peu plus dans la merde, comme les Grecs quoi !!!!!

                            Autant vous dire que je ne porte pas dans mon coeur les suppos qui ont aidé à l’élection de Hollande .............


                            • LilianeBaie 28 décembre 2012 22:39

                              @kéké02360
                              Vous avez dû manquer le lien que j’ai posté dans mon premier commentaire, lien sur une vidéo où Jean-Luc Mélenchon défend le projet d’une constituante.
                              Le voici à nouveau :
                              http://www.dailymotion.com/video/xpjgbm_la-6e-republique-de-melenchon-et-du-front-de-gauche_news


                            • Marc Chinal Marc Chinal 28 décembre 2012 23:30

                              Et quand vous aurez compris que Mélenchon n’est qu’un ancien socialiste qui veut surfer sur le rejet de cette société, mais qui n’a lui non plus aucun modèle de société viable (juste accuser les financiers comme d’autres accusent les juifs), vous commencerez à regarder ce que vous proposent les post-monétaires ou vous continuerez fiers dans vos bottes à mépriser leurs points de vue ? ;o)


                              • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 29 décembre 2012 08:05

                                Tout ces discussions sont le dernier feu d’artifice avant la préparation des listes pour les élections municipales de 2014, où le PCF, s’il ne veut pas disparaître, va s’allier au PS. Où le Parti de Gauche se retrouve aussi souvent sur les listes du PS. Avec les écologistes. Ils gèrent combien de villes ensemble, ces 4 là ?

                                Bien compliqué tout cela.... La question, jamais traitée, reste les 50%, 60%, 70% d’abstentionnistes. Pourquoi ne considèrent-ils pas le FDG comme le nouveau Parti Socialiste ?

                                Dire qu’il y a 50 ou 70% de bobos en France, c’est un peu court comme explication. Si les bobos votaient Mélenchon vous refuseriez leur vote ?

                                Aux 3 dernières législatives partielles, le taux d’abstention a battu tous les records. Pourquoi ne sont-ils pas allés voter FDG pour marquer leur désapprobation de la politique du PS ?

                                Je n’ai pas la réponse, mais passer son temps à montrer que le PS fait la même politique que Sarkozy, c’est vraiment prendre les Français pour des idiots, ils s’en rendent parfaitement compte dans leur vie quotidienne.

                                Cela n’explique pas pourquoi le FDG ne fait pas 40% des suffrages... Vous devriez faire un sondage auprès des abstentionnistes, c’est eux le principal Parti de France.


                                • Mmarvinbear Mmarvinbear 31 décembre 2012 01:28

                                  Vu le comportement du FDG dans les médias et au Sénat, c’est rue de Vaugirard qu’ils finiront par aller négocier les listes du second tour. En tout cas, cela en prends le chemin s’ils continuent à mordre la main qui les nourrit.


                                  On va voir combien d’élus locaux PC ou FDG vont rester sur le carreau grâce à la stratégie de Mélenchon. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

LilianeBaie


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires