• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Election du pape : à quand un « Obama » au Vatican ?

Election du pape : à quand un « Obama » au Vatican ?

Il y a fort à parier que l’arrivée du Pape François va rapidement passer au second plan de l’actualité. Son pontificat n’annonce pas non plus de perspective particulière. C’est un prélat de type européen, d’un certain âge. Tout ce qu’on connaît de l’Eglise catholique depuis Saint Pierre. Il est argentin, c’est-à-dire ressortissant du pays le plus européen d’Amérique Latine, dont la population est à 60 % d’ascendance italienne, jusqu’à 98% de souche européenne. Le patronyme même du prélat de Buenos-Aires, « Bergoglio », sonne italien. En gros, un Italien à Rome. Bravo ! On a connu des élections plus inspirées.

En tout cas, sur le Continent africain, il a soufflé comme un vent de dépit. Des noms valeureux étaient pourtant avancés. Mgr Wilfrid Napier, archevêque de Durban (Afrique du Sud), Mgr Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa (RD Congo), Mgr John Onaiyekan, archevêque d'Abuja (Nigéria), Mgr Peter Turkson (Ghana),…

Quelque chose aurait pourtant pu changer dans cette institution millénaire, européenne et figée dans le temps. Pas nécessairement à l’initiative du « pape de couleur » mais du point de vue de la perception collective. L’Eglise catholique a non seulement besoin d’être revitalisée, mais surtout d’être à l’image des populations qui lui sont fidèles.

Même si, « officiellement », le choix du pape est inspiré par l’Esprit Saint, l’élection est réalisée de mains d’hommes, des cardinaux. Ces derniers sont marqués par le vécu de leurs fidèles dans leurs archevêchés et pays respectifs. Les souffles, les peines, les angoisses, les peurs, les espoirs,… les joies des masses de croyants bruissent nécessairement dans la tête des cardinaux tout au long du conclave. Mais aussi la société dans son ensemble, les échos du monde tel qu’il se transforme.

Peut-on ainsi croire que les 115 cardinaux réunis au dernier conclave n’auraient retenu du vécu de leurs fidèles, par-dessus tout, que le message de l’immobilisme ? Parce qu’avant François, c’était Benoit XVI dont le pontificat débuté en avril 2005 fut présenté comme juste transitoire, compte tenu de son âge (78 ans). L’Eglise devait s’accorder sur un choix de renouveau dès l’élection de son successeur, et certainement de l’« ouverture ». Manifestement, il n’en est rien. A 76 ans, Mgr Bergoglio est à peine moins âgé que Joseph Ratzinger en 2005 et ne saurait incarner ni le renouveau ni l’« ouverture ». Un manque de courage ?

Et pourtant, une élection « courageuse » s’est déjà réalisée. En octobre 1978, les cardinaux élisent, non seulement un jeune prélat (58 ans pour un pape), mais surtout un ressortissant du bloc communiste, le Polonais Karol Wojtyła. L’effet fut immédiat. Le pontificat de Jean-Paul II démarra avec une extraordinaire vitalité. L’Homme de Dieu, comme on pouvait s’y attendre, parcourut le monde, dénonça les régimes totalitaires et contribua de façon active à l’effondrement du bloc communiste, le plus grand péril politique de son temps. Un activisme qui lui valut de risquer sa vie dans l’attentat du 13 mai 1981. C’est le profil qu’il fallait, le conclave, courageux, avait vu juste et l’heureux élu ne déçut guère.

Aujourd’hui, on ne demande pas tant à l’Eglise.

A défaut de pouvoir régler les problèmes du monde, l’Eglise a au moins quelques efforts courageux que le monde d’aujourd’hui attend d’elle. Parmi ces efforts à réaliser figure l’ouverture. Ouverture aux populations, longtemps injustement mises en marge, et essayant de nourrir l’assurance qu’elles valent pour quelque chose.

Une assurance qui s’est, hélas, volatilisée hier avec la « fumée blanche » (…), laissant la place à la réalité brutale. En tout cas, sur le Continent Noir, on se réveille avec la certitude que pour longtemps encore, certains « rangs » sont inaccessibles, quoi que vous fassiez ou que vous valiez. Peut-être même à jamais inaccessibles.

Boniface MUSAVULI


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Rounga Roungalashinga 14 mars 2013 11:54

     L’Eglise catholique a non seulement besoin d’être revitalisée, mais surtout d’être à l’image des populations qui lui sont fidèles.


    Etes-vous catholique pour affirmer ce dont l’Eglise a besoin ?


    • francesca2 francesca2 14 mars 2013 12:04

      Oui, c’est fou ça, en général sont ceux qui se disent « athées » ou « agnostiques » qui prétendent savoir de quoi l’église catholique a besoin et ambitionnent d’en dicter le comportement.


    • robin 15 mars 2013 09:42

      Etre chrétien ou s’efforcer de suivre les enseignements chrétiens suffit pour faire pour l’Eglise le comparatif entre les enseignements du Christ et ses comportements.

      Il faut avouer que ce comparatif n’est pas à l’avantage de l’Eglise.... smiley


    • robin 15 mars 2013 09:44

      Il suffit d’être chrétien ou de s’efforcer sincèrement de suivre l’enseignement du Christ pour voir que le comparatif entre l’enseignement du Christ et le comportement de l’Eglise n’est pas à l’avantage de cette dernière.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 16 mars 2013 16:48

      @ Roungalashinga et @ francesca2

       

      Que vous le vouliez ou non, les athées et les agnostiques regardent le comportement des religions dans l’évolution du monde.

       

      Ancien catholique fervent devenu agnostique, j’attends pour ma part une pacification du monde, et il me semble qu’elle est impossible sans une pacification des religions.

       

      La progression de l’islam m’épouvante et je ne vois pas comment, seul, il pourrait se pacifier.

       

      Ce sont les Pères de l’Eglise catholique qui, avec le judaïsme, ont transmis à l’islam leur croyance en une prétendue « bonne violence de Dieu ». Certes ils ont proclamé qu’il ne fallait plus la pratiquer, alors que l’islam continue, depuis sa création, d’affirmer qu’elle restera nécessaire jusqu’à la totale soumission du monde à son Dieu. La différence est énorme.

       

      Mais ne pensez-vous pas qu’il est plus que temps, pour l’Eglise catholique comme pour les institutions juives religieuses, de reconnaître leur vieille erreur de conception de Dieu et sa gravité dans l’évolution du monde ?

       

      Moi je le pense, et je milite depuis vingt ans pour qu’elles prennent conscience de cette nécessité, et rejettent clairement, le plus tôt possible, leur conception (indirectement) criminogène de Dieu, laquelle est, chez les chrétiens, incompatible avec la grande réforme qu’a voulue le merveilleux prophète juif Jésus de Nazareth dont ils se réclament.

       

      Laquelle continue d’alimenter aussi la conception toujours directement criminogène de l’islam.Voyez ici :

       

      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-nouveau-pape-devra-supprimer-la-130677 


    • francesca2 francesca2 14 mars 2013 11:55

      Donc, c’est la race qui compte ? 


      • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 23:30

        Je dirais plutôt la vitalité. L’Église catholique doit être revitalisée, et c’est un chrétien lassé qui parle. La revitalisation passe par un « regard orizontal » ( sur l’état actuel de la société planétaire, avec ses diversités et ses aspirations). La stature « verticale », figée depuis des siècles, pose la question de la survie de l’Église.


      • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 12:28

        schweizer,
        Des prêtres « portés sur la chose », ce n’est pas une particularité africaine. C’est un désastre planétaire, et je crois d’ailleurs que l’Église doit mettre fin à cette hypocrisie qui fait ricaner tout le monde (la chasteté, le célibat des prêtres...) Des copines et des gosses de prêtres, on en trouve dans tous les pays. Le scandale de la pédophilie des prêtres n’a pas commencé avec les prêtres africains. Si vraiment les « appétits sexuels » sont le seul argument justifiant l’inaccessibilité au Saint-Siège imposée aux prélats africains, il y a lieu de parler de « discrimination » tout de suite. Non, il y a autant de déviants en Afrique que dans le reste du monde, des prélats et des prêtres irréprochables également, autant qu’ailleurs.


      • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 14:23

        Au fait, c’est qui ce « papable » africain qui aurait des frères prêtres menant vie de couple ? Des prélats comme lui, il ne doit pas y en avoir des tas sur le Continent Noir. Et puis l’Afrique, c’est un Continent, pas un village. Les mœurs à Dakar ont peu de chose à voir avec celles de Durban. Entre Bamako (Mali) et Lubumbashi (RD Congo), ça change du tout au tout. Ne parlons même pas d’Addis-Abeba plus proche du Proche et Moyen-Orient et sans rapport avec Abidjan (Côte d’Ivoire). Un jugement d’ensemble sur les Africains, est souvent porté à partir d’un échantillon qui n’est guère représentatif.


      • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 21:16

        "Quand une personne est atteinte du choléra, sur un bateau, elle n’est pas forcément représentative de l’ensemble de l’équipage et des passagers, mais on met quand même tout le monde en quarantaine... Ça s’appelle le principe de précaution.« 

        C’est extrême comme procédé. La référence au choléra ne me semble pas bien choisie. L’Afrique, non plus, ce n’est pas »un bateau« mais une pluralité de bateaux. Par ailleurs, il n’existe pas d’Église d’Afrique. L’Église catholique partout au monde, c’est l’Église catholique romaine. La dame qui a émis ce jugement doit vraiment avoir un problème avec les »Africains d’apparence« .

        Enfin, au sujet du principe de précaution, trouveriez-vous acceptable que l’on exclut tous les prêtres européens des missions en Afrique, tout simplement parce qu’ils ont été les plus touchés par le scandale de la pédophilie ?

        Il semble que l’Église catholique diffuse le message de la paix et de la compréhension entre les nations, loin de la logique des »quarantaines".


      • MUSAVULI MUSAVULI 15 mars 2013 20:34

        « Oswald Spengler a écrit de nombreuses pages sur cet aspect précis du déclin de l’Occident. »
        Vous pouvez me passer quelques références, juste pour ma culture. C’est un sujet que j’essaie d’explorer depuis peu.


      • MUSAVULI MUSAVULI 16 mars 2013 13:53

        Des quelques lignes que j’ai pu lire de lui, il me semble qu’il aurait fini par relativiser ses postulats ou ses certitudes après le désastre de l’Allemagne nazie. Surtout nuancer son obsession pour la guerre entre les peuples qu’il croit inévitable. L’humanité brille d’ingéniosité et réussit à éviter les affrontements. Et même lorsqu’on a toutes les raisons de se lancer dans une guerre de prédation, on sait procéder de manière « soft ». Juste un exemple qui me vient à l’esprit, la France et ses besoins en ressources énergétiques (pétrole, gaz, uranium). Elle aurait eu besoin de faire la guerre aux peuples et aux populations d’Algérie, du Niger, du Gabon). A la place, elle entreprend d’installer, comme d’autres grandes puissances, des régimes fantoches dans ses zones d’influence, des régimes avec lesquels elle conclut, par la suite, des contrats léonins. Le tour est joué. Paris a ce qu’il lui faut « légalement », les populations là-bas sont dépouillée de ce qui leur est vital mais personne n’est tué. Ou presque.
        La guerre propre on obtient ce dont on a besoin sans provoquer des carnages. Ça, Spengler ne l’avait pas prévu.


      • MUSAVULI MUSAVULI 16 mars 2013 23:19

        « ... son rejet des affrontements ne lui évite pas les agressions, il l’empêche juste de se défendre correctement. »

        Il semble que les sociétés qui ont appris à éviter les affrontements ont, en parallèle, développé des mécanismes de défense beaucoup plus efficaces. Une fois de plus, je prends un exemple qui me vient à l’esprit : un voyou perturbe les voyageurs dans un transport en commun. Dans de nombreux pays d’Afrique (ce n’est pas péjoratif), tout le monde se lève et donne une raclée au « pauv con » et le jette dehors. En France, on prend son mal en patience. On attend la prochaine station et on signale l’incident à la police qui se charge de l’individu.

        Sur le plan international, l’arme atomique permet à chacun de se montrer « raisonnable ».

        J’admets, toutefois, que la « technologie du 11 septembre » (une poignée de kamikazes entraînés), si elle devait se généraliser, l’arme nucléaire deviendrait caduque. Mais l’homme « brillant d’ingéniosité », saura sûrement inventer quelque chose d’encore meilleur.

        C’est cet espoir en l’homme « capable de procéder autrement qu’en recourant aux carnages » qui manque dans la pensée de Spengler.

        Je comprends en même temps que la confrontation sera difficile à repousser indéfiniment. Rien qu’en observant l’histoire de l’homme moderne (50 à 100 mille ans), c’est la première fois que l’humanité en ainsi grand nombre et sur des espaces aussi étendus s’identifie dans le désir commun de paix. Il s’agit soit d’un tournant dans l’évolution de l’homme, auquel cas, une nouvelle espèce animale serait en train de voir le jour, soit juste d’un moment de répit. Je préfère croire à la deuxième hypothèse, mais comme je suis en train de le lire (grâce à vous), il peut aussi s’agir en moi d’un « idéalisme sénile ». Parce que, selon Spengler, « La paix est un souhait, la guerre, un fait ». Et « l’histoire n’a jamais prêté attention aux désirs et aux idéaux humains. »


      • MUSAVULI MUSAVULI 18 mars 2013 11:59

        "Mais le meilleur moyen d’éviter un carnage reste le menace d’en perpétrer un plus grand encore contre celui qui en prendrait l’initiative."

        Je peux difficilement vous contester sur ce point après avoir pris l’initiative d’évoquer la paix garantie par la dissuasion nucléaire.


      • bakerstreet bakerstreet 14 mars 2013 12:16

        Ce n’est pas Obama qu’il faudrait au vatican, bien pâle figure de la réforme ( sans mauvais jeu de mot) mais Gorbatchev !
        Comment se disent Glasnost et perestroïka en latin ?


        • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 12:37

          Bakerstreet,
          Je dirais un mélange des deux. Les masses populaires ont besoin de se reconnaître dans la personne du dirigeant. On dit que Bill Clinton a été le premier Président noir pour être né au milieux des enfants noirs, avoir grandi au milieu des Noirs et avoir mené une politique économique et sociale en faveur des familles pauvres et noires d’Amérique. Mais il y avait toujours un goût d’inachevé. La popularité d’Obama dans les masses populaires et l’expression du sentiment d’identification dans la personne du dirigeant. Et ça compte.


        • jullien 14 mars 2013 13:03

          Ce n’est pas Obama qu’il faudrait au vatican, bien pâle figure de la réforme ( sans mauvais jeu de mot) mais Gorbatchev !
          Qui ça ? Celui qui a détruit l’URSS par sa stupidité auto-destructrice ?


        • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 21:20

          La majorité des fidèles catholiques est en Afrique, en Amérique,... bref, ailleurs qu’en Europe. Ces masses populaires ont un besoin « irrationnel »(je l’admets) de se reconnaître dans la personne du dirigeant.


        • jullien 14 mars 2013 13:11

          @l’auteur
          Nous avons tous compris que vous êtes très déçus. Je vous invite cependant à réfléchir à un exemple historique qui vous devrait vous redonner de l’espoir : en 2005 les latino-américains aussi avaient été très déçus du résultat du conclave.


          • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 14:35

            Et ils doivent l’être depuis hier. L’Argentine est pour l’Amérique Latine une sorte de Guadeloupe qui aurait dérivé sur les côtes européennes. Ils sont tous citoyens européens, les Guadeloupéens, mais avec une particularité de taille. C’aurait été un prélat brésilien, on serait en plein dans l’Amérique Latine. On a beaucoup parlé de l’Archevêque de Sao Paulo... avant que son nom disparaisse pour de bon.
            Je ne suis pas déçu, personnellement. je trouve seulement que l’Église catholique aura été décevante sur ces deux coups (2005 et 2013).


          • Matozzy Matozzy 14 mars 2013 13:55

            Article intéressant, même si je trouve le titre mal choisi.

            Je n’ai même pas fait le rapport avec la couleur, mais plutot l’aspect du personnage : bel orateur, mais totalement corrompu et manipulé.


            • foufouille foufouille 14 mars 2013 14:21

              je suis pas chretien
              rien a cirer


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 14 mars 2013 15:11

                Voilà une question qui mérite toute la Vérité !

                C’est fait, l’élection de « François Ier » est dans le respect totale de l’idéologie occidentale, celle qui avait installé un président noir-américain dans la Maison très banche des États Unis ! Le leurre démocratique OBAMA permet ainsi de faire oublier les énormités commises par les Présidents-visages-pales responsables de génocides et de massacres collectifs au nom des stratégies de domination planétaire ! C’est aussi une façon de faire croire aux populations asservies puis abandonnées que l’État s’occupe enfin de leur condition ! C’est enfin une assurance envers les milliardaires qui peuvent se donner aux excès et aux folies en gaspillant tranquillement les richesses nationales qu’ils ont accaparées avec la complaisance et avec la complicités des gouvernants irresponsables !

                RAPPEL : http://www.legrandsoir.info/Hello-BARACK-OBAMA.html

                C’est clair, de ce Vaticlave furtif est née désormais la volonté officielle de l’Occident de se défaire de ses obligations religieuses ! En faisant démissionner un Européen et en allant chercher du bout du Monde un Évêque indien, cela démontre clairement l’érosion de la foi occidentale et ainsi le manque de courage d’assumer le devoir envers le Créateur. C’était prévisible. Le « Mystère de la chrétienté » ne tient plus. Pour accéder à la Lumière universelle, il suffit de comprendre pourquoi et comment les seuls Occidentaux se sont acharnés contre la religion musulmane dès ses premières heures et comment ils continuent aujourd’hui à terroriser les populations et à offenser le Prophète.

                Ce « nouveau Pape » de là-bas, visiblement très ému beaucoup plus pour être à « Rome » qu’à cause de son « élection », est sans doute un « grand espoir » pour les Occidentaux qui veulent perpétuer l’idéologie du bouc-émissaire qui infecte les Religions et ce que Jésus de Nazareth aurait voulu réformer. A sa première apparition sur le balcon le nouveau Pape habillé, renommé et bien encadré par un personnel nombreux, remercie chaleureusement le peuple de Rome pour son « accueil », s’incline très bas et lui demande expressément de le bénir : Le monde à l’envers ! Le message du collège des évêques est clair, l’église qui charge les épaules d’un vieux Pape « s’adaptera » désormais aux choses politiques et humaines sans tenir compte de la volonté céleste et naturellement ne s’occupera plus jamais de ses brebis égarées… Tout au plus l’église continuera à recevoir les coupables qui espèrent dissoudre leurs forfaits dans le Fleuve des Confessions. Un non-sens car personne ne peut laver la conscience de personne et personne ne peut pardonner à la place de personne et encore moins à la place de tout le monde ! D’autre part l’homme ne peut bénir l’homme car la bénédiction est par définition au delà des choses humaines.

                Or la religion musulmane instruit les humains en leur faisant comprendre que chaque individu est responsable de ses faits et de ses forfaits ; chaque individu payera le poids du moindre atome de Mal qu’il aura commis et au retour il capitalisera la valeur du moindre atome de Bien qu’il aura concédé ! La religion musulmane est la seule religion à avoir crée les fondements de la législation humaine et ainsi permis la justice sociale. La religion musulmane a inventé l’ « État » de la « Nation » au moment où l’Occident n’était qu’obscurité et archipel des seigneurs de la servitude et de la plus grande barbarie ; c’est l’Islam qui avait permis l’émergence de l’Occident vers l’organisation sociale et vers la solidarité humaine. Si les « musulmans » ignorent cela et végètent dans le désordre et l’anarchie, les « chrétiens », eux, ne comprennent que trop bien mais refusent cependant de le reconnaitre et se dressent devant le MUR DE LA VÉRITÉ et se déclarent contre le PRINCIPE DE LA JUSTICE !Il y’ a la Justice de Dieu, il y’ a celle de l’Etat ; la première nous est inaccessible mais la seconde ne doit pas être ignorée. Ls concordes politiques, les complicités, ls complaisances et le laxisme tuent l’humanité !

                 Eu égard à la nouvelle idéologie occidentale qui conduit désormais les peuples vers la débauche, il aurait été préférable de supprimer les frontières fictives de ce Vatican et de remettre l’histoire de Jésus de Nazareth à la Palestine afin de montrer toute « Rome »…

                Habemus Papam Laticlave Pamplemousse !


                • francesca2 francesca2 14 mars 2013 15:29

                  Et un Pape musulman, ça vous irait ?


                • tikhomir 14 mars 2013 15:57

                  " comment les seuls Occidentaux se sont acharnés contre la religion musulmane dès ses premières heures et comment ils continuent aujourd’hui à terroriser les populations et à offenser le Prophète."

                  Euh techniquement, ce sont les musulmans qui ont envahi les chrétiens et ce sont les musulmans qui ont persécuté les chrétiens, ont envahi le maghreb, l’andalousie, le reste de l’afrique, l’asie, etc.. C’est la raison pour laquelle les rois chrétiens ont balancé les croisades, la reconquista et ont collé une grosse fessée mémorable à Lépante aux musulmans.

                  Ce sont les musulmans qui s’acharnent contre l’occident et contre tout ce qui n’est pas musulman.


                • njama njama 14 mars 2013 22:40

                  @ francesca

                  J’avais suggéré un pape arabe mais le Saint Esprit en a décidé autrement ...
                  pourtant mon commentaire 12 mars 11:39 avait suscité quelques enthousiasmes voir juste sous l’article)


                • tikhomir 14 mars 2013 15:19

                  Bah, il y aura toujours des gens, et spécialement des gens en dehors de l’Eglise pour protester, et peu importe le Pape qui est élu. Ne vous en déplaise, il y a des fidèles catholiques et de la vitalité en dehors de l’Afrique aussi, et l’Amérique latine a largement sa part.

                  Moi je suis très content de notre bon Pape François !

                  https://fbcdn-sphotos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-snc7/301657_436704466416102_1449811615_n.jpg

                  https://fbcdn-sphotos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/600279_10151568669178055_2019463020_n.jpg

                  https://fbcdn-sphotos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/157017_475601872505961_814503945_n.jpg


                  • Chamiot 14 mars 2013 15:33

                    Excusez-moi (ne me tenez pas rigueur) si me vient cette pensée :

                    « A cause de la fumée blanche, vous en êtes maintenant à broyer du noir... »

                    Voudriez-vous que l’on inverse le code-fumée lors d’un conclave ?


                    • Tang Tang 14 mars 2013 16:13

                      Pourquoi Obama ?

                      Il est parait il, musulman.

                      • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 20:59

                        Tang,
                        Pas Obama, mais un Obama. C’est de l’antonomase (figure de style).
                        Enfin, Obama n’est pas musulman, même s’il n’est pas interdit d’être musulman.
                        Son père, en revanche, l’était.


                      • jef88 jef88 14 mars 2013 18:07

                        C’est un prélat de type européen, d’un certain âge

                        un petit relent de racisme (anti-blanc c’est moins grave) et de jeunisme injustifié !



                        • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 21:02

                          Une description de l’apparence physique.
                          Que devrait-on dire à la place ?


                        • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 21:25

                          Hors sujet.


                        • clemjuris clementsi 14 mars 2013 23:03

                          Alors il faudrait élire un pape à partir du seul critère de sa couleur de peau ? C’est pas du rascisme, ça ?


                          • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 23:41

                            « Alors il faudrait élire un pape à partir du seul critère de sa couleur de peau ? C’est pas du rascisme, ça ? »

                            Et que pensez-vous du fait qu’on ne puisse même pas poser la question d’un « possible pape noir » ?


                          • clemjuris clementsi 14 mars 2013 23:10

                            Soyons sérieux 5 minutes ! 

                            Vous parlez de cette élection comme s’il s’agissait d’une élection démocratique. Comme si c’était réellement la majorité qui décidait. Mais n’oublions pas qu’il s’agit d’une élection à la majorité des deux tiers, sans disqualification des « candidats » trop peu populaires comme dans nos élections républicaines. Dans c’est condition, l’élection d’un pape est plus le fit du hasard (ou de Dieu pour ceux qui préfèrent appeler cela comme cela) que le fait d’une majorité. 

                            • MUSAVULI MUSAVULI 14 mars 2013 23:44

                              Dans une telle configuration, le hasard est toujours influencé par les sentiments les plus répandus dans les esprits des électeurs. C’est une élection faite de mains d’homme.


                            • robin 15 mars 2013 09:39

                              OBAMA a bien eu le prix Nobel alors OBAMA pape ça serait dans la suite logique de ce monde de siphonnés...... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès