• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Elections, la énième supercherie en gestation

Elections, la énième supercherie en gestation

Le contexte.

Détournement de nos institutions et des équilibres démocratiques dont se réclament nos sociétés qui font de minorités arrogantes les décideurs de l’organisation de notre vie économique, sociale et citoyenne acculées maintenant aux plus pernicieux ressorts des pouvoirs finissants, diviser et opposer les citoyens afin de rendre enviables et légitimes toutes sortes d’autoritarismes et populismes sublimés par l’organisation de la sphère médiatique dont ils ont pris progressivement le contrôle.

Depuis longtemps déjà il n’était pas difficile de voir que ceux qui s’inscrivaient dans l’histoire d’un parti qui s’était illustré tout à la fois dans des moments politiques glorieux et des soumissions et errements idéologiques délétères étaient devenus des politiciens ordinaires et mimétiques dans une classe politique se maintenant par des subterfuges et travaillant avant tout à l’horizon d’une réélection afin de continuer à faire partie du jeu. Comme des poissons dans l’eau au milieu des espaces de la politique politicienne et des médias possédés ou contrôlés maintenant par une grande oligarchie , ils guignent un peu de renommée et de lumière, gage de la préservation de ce qui reste d’une fidélité nostalgique traduite encore en quelques mandats à maintenir (ils font le plus souvent d’honnêtes administrateurs locaux et d’actifs députés et sénateurs) en faisant consciencieusement sans état d’âme le jeu de la préservation et la persistance de ce qu’ils font mine de critiquer en tant qu’opposants historiques. Qui va croire que ces professionnels de la politique qui en vivent méconnaissent les méfaits de la dispersion des voix au premier tour et à qui cela profite immédiatement à chaque fois ? D’ailleurs cela n’a pas tardé, ils reçoivent dorénavant des compliments appuyés de ceux qui ont l’habitude de les excommunier. Pas sûr que cette comédie au vu de ce compagnonnage baroque joue dans le sens attendu en pariant sur la naïveté des sympathisants. A l’abri dans ce qu’il faut bien appeler une carrière confortable ils endossent le costume de contestataires sans avoir à subir pour eux-mêmes les rigueurs que déploie sans trêve ni fin le système dont ils sont devenus les opposants utiles.

Ce petit jeu ne durera plus longtemps parce que ceux qui sont habitués ou à la merci de fins de mois difficiles, à l’insécurité et l’humiliation sociale, ceux qui connaissent les combats portés et gagnés et à quel prix au présent et dans l’histoire et savent comparer, les militants de cœur et de raison abusés mais non résignés, ceux qui pensent que l’équité sociale est le moyen et l’objectif central, ceux qui n’ont pas encore renoncé à une république de citoyens éclairés et responsables ni à la place de notre pays et de notre culture dans l’histoire du monde, ne sont plus dupes de ces politiciens qui se jouent d’eux. Jeux si généreusement servis et entretenus par la puissance médiatique. De concert, dans la diversité de leurs conditions et expériences ils ont compris qu’il fallait résister à ces mises en scène, ces enquêtes d’opinions et sondages qui nous montent à chaque fois un nouvel échiquier fictif dont ils commentent les déplacements des pièces qu’ils poussent eux-mêmes pour l’essentiel. Malgré tout combien d’entre nous par lassitude et écœurement, démobilisés à force de déceptions et tromperies, tomberont dans le piège de l’abstention et de la dispersion du fait de la perversité de nos mécanismes électoraux manipulés par les meilleurs démagogues au service des fortunes puissantes qui contrôlent le champ médiatique ? A nous de voir si nous voulons nous laisser aimanter une fois de plus loin de notre raison et de nos intérêts afin de soulager la tension de notre lucidité qui est et sera mise à rudes épreuves.

C’est un peu injuste de les accabler ainsi parce qu’ils ne font que jouer le match comme les autres partis. Des plus anciens qui ont complètement démonétiser tout le vocabulaire de la gauche et celui de la droite du temps où elle croyait encore à la république et à la souveraineté des états-nations, aux plus récents déjà bien essoufflés de reconduire sans fin les mêmes jeux politiciens en faisant croire qu’ils ont le monopole et la légitimité du savoir écologique tout en pratiquant comme une seconde nature la concurrence des leaders au détriment de l’approfondissement de la réflexion et d’un projet. Sans se rendre compte qu’ils desservent ainsi l’appropriation citoyenne si nécessaire de la dimension écologique de toutes les activités humaines collectives et individuelles et servent d’épouvantails à la malveillance de ceux qui entendent préserver le plus longtemps possible leurs profits immédiats au prix de nuisances et de coûts grandissants supportés par le plus grand nombre. Bilan de l’affaire, notre pays économiquement et moralement à la dérive qui a du mal à se l’avouer mais redoute le moment des révélations et une oligarchie qui se donne les moyens comme toujours dans l’histoire de se préserver au mieux dans de nouvelles structures et organisations tout en fidélisant et rassurant des clientèles qui veulent se croire non sans cynisme durablement à l’abri même si l’inquiétude suinte de partout. Gare aux largages successifs préparés par la mise en déclin des solidarités malgré d’incessants maquillages de circonstances. A qui le tour, l’élection passée et la morgue revenue ? Gare à la fabrique de boucs-émissaires successifs. Et à l’exploitation de nouveaux entre-déchirements en vu de maintenir une élite qui a du mal à justifier sa domination et ce qu’elle nous coûte.

En fait chacun a pu observer très vite dès la première année écoulée de la mandature et législature actuelles que les mouvements politiques étaient décidés à continuer de jouer la même partie. Sauver leur peau et avant tout celles de leurs leaders et personnels avec leurs ambitions pour tenter avec opiniâtreté de s’emparer à chaque fois que c’est possible des manettes petites ou grandes à leur portée en usant de la vieille méthode éprouvée de campagnes électorales nourries de thématiques mises en forme par les gourous habituels de « l'ingénierie politique » qui sondent en permanence l’opinion pour mieux la fabriquer ou la modeler et n’a d’effet que par la connivence des médias avec qui ils sont en consanguinité et partage d’intérêts. Comment échapper à l’exposition de ces effets à moins de pratiquer l’isolement social ?

Il s’agit en fait d’écarter du débat public la seule chose qui vaille et compte. Un état des lieux de la situation du pays accessible aux citoyens et la recherche de solutions et projets qui ne se passent pas de leur consultation et avis. Tout ce qui devrait être l’ordinaire d’une véritable démocratie. Ne nous laissons pas réduire à l’état de prospects appâtés par de la marchandise électorale calibrée et entraînés dans des pugilats programmés par ceux qui en attendent d’être les arbitres. Autrement nous pourrons encore longtemps avoir l’impression de participer sans bien percevoir que nous sommes les partenaires d’un jeu de colin-maillard qui régulièrement nous divisent et opposent quand ceux qui prétendent nous représenter et d’autres nous informer en tissent les foulards qu’ils serrent ou desserrent à leur gré.

A nous tous, l’assemblée vivante des concitoyens encore munis de nos droits civiques, guidés par notre libre-arbitre et liberté de conscience, aux militants, aux sympathisants, aux élus, de connaître et reconnaître que notre délibération avec nous-mêmes dans l’isoloir le moment venu nous appartient et non pas à ceux qui prétendent nous représenter et s’apprêtent à nouveau à nous guider dans l’entonnoir électoral qu’ils savent si bien mettre en scène en reprenant nos mots comme appeaux et miroirs, nous disant ce que nous Français preuves sondagières à l’appui nous pensons et voulons. Et donc ce à quoi raisonnablement il s’agit de se résoudre une fois de plus. Chacun de nos suffrages porte le poids de notre réflexion et de notre responsabilité si nous le voulons profondément. Ceux qui disent le contraire cachent les intérêts qu’ils servent. Ce n’est pas une partie de poker qui nous engage pour quelques semaines. Avec maintenant les deux élections nationales couplées et les modalités du vote législatif, c’est un chèque en blanc que nous accordons à un politique, ses sponsors et ses obligés pour 5 ans qui ne se sent pas gêner en défaut d’une reconnaissance légitime d’user et abuser du minimum légal des apparences et de faire avancer l’emprise législative d’une petite élite qui pour le moment voit sa préservation dans les superstructures de l’UE qu’elle compte bien encore perfectionner à cet effet. Contre l’intérêt du pays. Là encore sans l’appui de la sphère médiatique, rien ne serait possible. Cela n’est pas sans lien avec la dégradation de la qualité de la vie et du personnel politique et la fragilisation de son image dans le concert international. Et donc de notre pays et ce à quoi nous tenons. Ne perdons pas la main en gaspillant notre voix dès le premier tour pour des candidats qui savent parfaitement ce qu’ils font et ont conçu d’avance leur absence au second en spéculant sur les législatives ou une autre opportunité comme rente de leur prestation électorale. Ces gens dénaturent cyniquement de scrutin en scrutin l’expression démocratique de plus en plus faible qui nous reste dans ces institutions tout en, la main sur le cœur, nous promettant le contraire.

A nous citoyens de prendre nos responsabilités et notre indépendance morale dans ces rares moments où l’individuel peut rejoindre le collectif sans se dissoudre. A nous de jouer notre partie au 1er tour de l’élection présidentielle quand les enchanteurs, tentateurs parés de leurs plus beaux atours et paroles, vertueux comme jamais, vibrant de promesses, solutions et cadeaux, éclatants de convictions et sincérité, grisés et illuminés par la sarabande médiatique nous ferons miroiter le rassemblement salutaire tant attendu grâce à la dispersion et la fracturation qu’ils ont méthodiquement alimentées depuis des années en pensant que leurs petits jeux de sape nous seront passés inaperçus. Pas de demi-mesure ni atermoiement cette fois-ci. Mettons notre cœur et notre raison sur la même ligne de mire.

Rappelons-nous de la condescendance, du mépris, de la suffisance jusqu’à l’insulte quand une certaine sphère politique dans une harmonie de lune de miel avec une certaine sphère médiatique pourtant bien moins puissante et redoutable qu’aujourd’hui nous surplombaient du soir au matin de ses certitudes concernant notre finale adhésion au seul choix raisonnable et intelligent qui nous ferait des jours meilleurs. Un non franc et massif à un référendum en 2005 fut contourné en 2008 par un vote « légal » au parlement par une majorité de députés et sénateurs de droite et gauche de l’époque qui avaient oublié de prévenir leurs électeurs lorsqu’ils sollicitaient leur investiture. Transgressant allègrement la constitution voulue par le fondateur de la Vème république qui avait sorti deux fois de l’ornière le pays dans lesquelles les partis l’avaient conduit et qui avait conçu que le pouvoir politique après tous les malheurs et abaissements vécus ne pouvait se dire légitime sans s’appuyer sur la consultation du peuple par référendum pour les évolutions décisives et structurelles de la nation. Un peu abasourdi nous n’avions pas bien réalisé que ce n’était pas un mauvais coup isolé mais le début d’un changement de méthode et gouvernance. Ce président d’un genre nouveau, amateur de cartes postales, décida aussi de son propre chef (révélations de WikiLeaks) de nous remettre sous le commandement de l’Otan en ouvrant le chemin vers l’aubaine d’autres opportunités comme le transfert de notre droit de veto au Conseil de sécurité au bénéfice de l’UE et bien d’autres futurs dépouillements encore. Tout cela ressemble à une prise en étau de la souveraineté que nous partageons en tant que citoyens qui ne dit pas son nom et qui appelle de nouvelles pratiques démocratiques et de nouvelles institutions. Pourquoi ce grand silence et ce grand évitement pour cette thématique de la part de cette multitude de candidats se précipitant au secours du pays, ce grand silence des médias prétendu rempart de la démocratie ?

Allons-nous, devons-nous, sommes-nous déjà résignés pour renoncer à la grande aventure démocratique entreprise et léguée par ceux qui nous ont précédés. Dont nous savons maintenant au fond de nous-mêmes qu’aucun leader, aucun parti ou mouvement n’est une garantie en dehors de notre volonté, lucidité, vigilance, combativité et consentement au final. Que seul le jeu des contre-pouvoirs permet d’en entretenir l’équilibre et la jouissance des fruits. Que c’est l’avenir que nous voulons en dépit des grincheux toujours prêts à dispenser des leçons d’impuissance, idiots utiles de ceux qui ont de bonnes raisons de le disqualifier par avance. Comme autrefois quand certains vouaient à l’utopie éternelle la notion de république et de suffrage universel. Il se trouve que cette utopie correspond de mieux en mieux avec l’élévation du niveau socioculturel des populations qu’il s’agit pour certains de circonscrire et d’endiguer ainsi qu’aux capacités des technologies de l’information et de la diffusion des savoirs dont le contrôle est un enjeu décisif. Il s’agit de reprendre le contrôle politique dans un cadre démocratique de l’économie et de notre vie sociale. Pour le moment l’avantage n’est pas du côté de la démocratie et la pression est continue. Jamais les classes dominantes n’ont renoncé à imposer leurs intérêts ni su se limiter de leur propre chef. Pour une bonne part, elles pensent avoir gagné. Elles sont persuadées de leurs mérites et aussi que la tendance ne peut plus être inversée si elles ne font pas trop d’erreurs. Ont-elles raison ? Pourquoi pas bientôt un coup de théâtre en forme de promesse de réforme institutionnelle bousculant le cadre afin, à l’esbroufe de maintenir à flot les structures profondes à l’œuvre qui se sont emparées de nos sociétés, ceux qui les servent et ceux qui en sont les principaux bénéficiaires et brouiller ainsi une fois de plus toutes les lignes. Tout est possible. Vigilance et lucidité.

Soyons calmes et résolus. Il y aura ici même et ailleurs mille raisons avancées, explications expertes ou farfelues nous renvoyant tour à tour à notre ignorance ou flattant notre bonne volonté et notre bon sens au conditionnel bien sûr de bien vouloir écouter et comprendre les conseils, leçons, avertissements, critiques, sophistiquées ou frustes, rigolotes, bienveillantes, malveillantes, ironiques, prophétiques voire blasées de ceux qui savent et nous font avec une insistance révélatrice tour à tour gentiment ou autoritairement la leçon. Qui nous maintiennent en réalité en permanence dans les cadres de références, les informations fabriquées, imposées, tronquées ou maquillées par les médias dominants dont ils prétendent s’affranchir tout en les singeant ou les servant. D’autres installées dans la posture de pythies omniscientes dénonçant l’injustice d’un monde éternellement injuste et mauvais en réservant leurs meilleures flèches à ceux qui disent qu’il faut construire un chemin ensemble et que ce n’est pas facile. Il y aura aussi de la véhémence et de l’agacement. Tant mieux. Toutes ces attitudes auront pour intention de nous décourager, embrouiller, dissuader, détourner. Nous détourner de notre capacité et responsabilité de citoyens ? Bon courage à ces entrepreneurs de la résignation brillants à l’occasion qui sont une constante dans chaque génération et qui se voudraient contagieux. Autant ne pas être dupe. Ce qu’ils redoutent avant tout, c’est notre énergie et notre capacité de réflexion quand les deux s’allient.

Notons au passage qu’un candidat incarne aussi un mouvement politique dont la dynamique et la portée le dépasse en toute logique sociologique, démocratique et générationnelle. Que LFI propose depuis plus de 5 ans de mettre fin à l’anomalie démocratique qu’est devenue actuellement la fonction présidentielle dans nos institutions pour proposer une démarche constituante associant les citoyens ce qui n’a jamais existé dans l’histoire de notre république. Dans le plus grand silence des partis politiques et de la sphère médiatique. Qui cela dérange sur le fond et pourquoi ? Nous sommes rendus à un moment crucial de l’histoire de notre pays. Ne comptons pas sur les politiciens lancés dans la carrière ni sur les médias pour nous en parler car beaucoup préfèrent leurs habitudes de nous dire quoi faire et penser plutôt que de devoir d’un coup compter avec nous. Inutile de rappeler que le candidat en question est bien entendu le diable comme l’a déjà démontré à plusieurs reprises toutes les inquisitions et perquisitions qui ne sont pas sans savoir-faire et surtout faire-savoir. Salir une personne jetée en pâture aux réflexes de meute grâce aux coups de sifflets des médias qui rassemblent le loup et l’agneau pour détourner la réflexion loin de ce que devrait être les débats du scrutin essentiel de nos institutions (nous avons tous assisté à une petite répétition il n’y a pas si longtemps), les problèmes posés au pays et leurs racines, les responsabilités des uns et des autres et les enjeux qui structurent les solutions proposées. Les jésuites du moment préconisent benoîtement avec l’habileté qu’on leur connaît la révolte des anges contre le maître pour leur bien cela va de soi et le salut de tous en prime. D’autres ont des postures insistantes d’exorciste. C’est dire que l’on n’a pas fini de s’amuser. Et d’être pris pour des couillons. Techniques bien usées à force d’abus qui consiste à fixer notre attention sur des jeux de personnes et de chamboule-tout afin de nous détourner des enjeux de fond dont justement le fonctionnement de notre démocratie. Plus il y aura de candidats, moins il y aura de projets sérieusement construits. Démontrer l’impuissance d’une alternative qui prendrai au sérieux une véritable participation citoyenne en est le but caché et insidieux. Du grand art, un président qui rafle la mise avec moins de 20% des voix au 1er tour et qui impose sa politique à tous. Comment vouloir se passer d’une telle licorne électorale ? Une grande leçon d’instruction civique permanente pour toutes les générations. Le mépris déçu aussi des autres peuples et dirigeants européens mêlé de la satisfaction intéressée aussi de nous voir ainsi empêtrés.

Quand une économie en est arrivée à produire plus de richesses en augmentation constante (revenus et patrimoines) dans moins de mains tout en maintenant un nombre notable de besoins essentiels et élémentaires non satisfaits et un taux de chômage ou d’activité intermittente voire clandestine important, avec des dirigeants qui font les gros yeux aux travailleurs en dénonçant des budgets déséquilibrés, même un prix Nobel d’économie n’arrivera pas à nous convaincre que c’est tout ce que l’on peut faire dans le meilleur des mondes possibles. Et qu’il serait dangereux et irresponsable de penser autrement. 

Traçons notre chemin de citoyens parce que c’est justement de cela que tout concourt et concourra à nous écarter, celui d’une véritable alternative à construire sans pouvoir dorénavant se passer de nos avis. Réforme institutionnelle + pilotage politique et maîtrise d’une économie mixte par le recours à une planification écologique et économique contre la régulation par le marché (qui devra être tenu à sa place) et ses promesses jamais tenues + Europe des nations socle d’un pôle politique, économique et culturel, partenaire souverain des autres pôles dans un monde multipolaire déjà là de fait afin d’avoir une chance qu’il soit pacifié et équilibré. Comme contribution à un authentique rassemblement républicain de concitoyens mobilisés pour eux-mêmes. Ce n’est pas la victoire d’un camp qui est recherchée et souhaitable, c’est la mobilisation et la participation de citoyens bien au-delà d’un mouvement pour qu’un élan soit donné à notre société de sorte qu’aucun pouvoir délégué ne puisse plus au final se passer de nous. Il faudra être attentif car nous allons avoir du mal à entrapercevoir cette trame avec tout ce qui va nous dégringoler sur la tête et dans le cerveau en provenance du ciel politico-médiatique et de toutes les petites mains qui feront passer les plats pour une part à l’insu de leur plein gré ou cachés derrière le masque de la bienveillance.

Du pain et du travail sur la planche pour longtemps. Mais de ce pain et travail là nous en redemandons. Un repère parmi tant d’autres. « S’accorder sur des institutions alternatives permettant de progresser réellement vers l’égalité sociale, économique et politique… La tâche n’est pas impossible… Par-dessus tout elle exige d’accepter que l’on puisse apprendre des trajectoires historiques et des expériences des autres et surtout que le contenu exact des institutions justes n’est pas connu à priori et mérite d’être débattu en tant que tel. (Thomas Piketty, une brève histoire de l’égalité, page 23, Seuil 2021).


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 10 septembre 09:52

    Bonjour, Octave

    Vos paragraphes sont trop longs. Je vais reprendre ma lecture dès que je serai dans un lieu calme. 


    • Clocel Clocel 10 septembre 09:53

      Tant qu’il y aura des cons pour abonder le système...


      • chantecler chantecler 10 septembre 10:38

        @Clocel
        Comme je ne sais toujours pas ce que tu vises , je peux simplement essayer de deviner , tu n’as pas fini de traiter tous les gens de cons .
        Ce qui ne fait pas de toi de facto un mec intelligent .


      • Clocel Clocel 10 septembre 10:51

        @chantecler

        C’est ça ton problème, ce que tu ignores, et plus grave, ce que tu crois savoir...


      • chantecler chantecler 10 septembre 11:01

        @Clocel
        Je suis mort d’anxiété !
        Vous êtes un sacré farceur .


      • eddofr eddofr 10 septembre 09:54

        Le crédit à la consommation est l’arme ultime de l’oppression.


        • eddofr eddofr 10 septembre 09:57

          L’élection de représentants n’est qu’une mascarade, un théâtre d’ombres chinoises.


          • Octave Lebel Octave Lebel 10 septembre 10:09

            Repère par temps de campagne électorale.

            Un sondeur, cela nous balade mais surtout nous impose et le sujet et les données. D’accord pas d’accord, nous entrons dans son jeu. Le jeu des personnes et des campagnes électorales qui tiennent lieu de programme en nous faisant croire que c’est l’horizon indépassable de la démocratie. Si cela ne s’appelle pas une belle couillonnade en marche.

            Un an avant une présidentielle… Un sondage, ça se trompe énormément. Top 4 des plantages. (Marianne 5/06/21)

            Mai 2016 : Alain Juppé 38 % ; Marine Le Pen 25 % ; François Hollande, 13,5 %.(BVA, publié le 20 mai 2016)

            Mai 2011 : François Hollande 29 %  ; Nicolas Sarkozy 19 % ; Marine Le Pen 17 %. (Ipsos, publié le 18 mai 2011)

            Mai 2006 : Ségolène Royal 33 %  ; Nicolas Sarkozy 32 % ; Jean-Marie Le Pen 13 %.(CSA, publié le 20 mai 2006)

            Mai 2001 : Lionel Jospin 26 % ; Jacques Chirac 24 % ; Jean-Marie Le Pen 7 %.(BVA, publié le 16 mai 2001)

             


            • Fergus Fergus 10 septembre 18:02

              @ Octave Lebel

              Etes-vous sûr de vos interprétations ?

              En 2016, Juppé était très haut dans les sondages, et il le serait resté jusqu’à la victoire probable s’il n’avait été devancé par Fillon lors d’un vote de primaire qui n’a réuni que 4 millions de personnes, dont de nombreux partisans d’une ligne de droite dure très éloignée des attentes du corps électoral dans son ensemble.

              En 2011, Hollande avait effectivement beaucoup d’avance sur Sarkozy avant que celle-ci ne fonde. Il n’en a pas moins gagné.

              En 2006 Royal 1 point devant Sarkozy ,n’est pas très éloigné des 3 points derrière du score final. C’est même à la limite de la marge d’erreur de l’époque (3 à 4 points).

              En 2001, Jospin n’a été battu qu’en raison des candidatures de Chevènement et de Taubira. Les enquêtes des RG montraient qu’il aurait gagné très nettement contre Chirac au 2e tour s’il s’était qualifié.

              Bref, pas de « couillonnade », mais les résultats normaux de l’évolution d’une campagne, compte tenu des aléas de conjoncture et des candidatures surprises. 


            • Fergus Fergus 10 septembre 19:42

              @ Octave Lebel

              J’ajoute concernant les sondages d’intentions de vote  tous réalisés sur le même modèle*  que cela fait belle lurette que les sondeurs ne cherchent plus à influencer les électeurs par ce biais.
              Et cela pour une évidente raison que tous les professionnels ont intégré :
              Nul ne peut dire si un candidat volontairement sous-estimé subira une dynamique amplifiée à la baisse ou si, au contraire, cela ne boostera pas la détermination de son électorat en induisant une dynamique à la hausse.
              Et bien entendu la même chose est vraie pour un candidat qui serait volontairement sur-estimé !

              Bref, on fantasme beaucoup sur les sondages. Le plus cocasse est que les mêmes politiques qui, un jour, se félicitent d’avoir de bons sondages vouent le lendemain aux gémonies les instituts qui les créditent de sondages médiocres.
              Et cela vaut pour tous les partis ! smiley

              Cela dit, à prendre avec beaucoup de plus de pincettes le sondages qualitatifs qui eux, peuvent faire l’objet de nombreuses manipulations, ne serait-ce que par la manière dont les questions sont posées.

              * La question posée est toujours la même, claire et non sujette à interprétation : « Si le vote avait lieu dimanche, pour qui voteriez-vous parmi les personnalités suivantes... ? » 


            • Octave Lebel Octave Lebel 11 septembre 20:18

              @Fergus

              Bonjour Fergus.

              Le post déposé a juste pour intention d’attirer l’attention sur les fluctuations des données des sondages pour signifier que ce ne sont pas les sondages ni les commentaires de ceux qui en font profession ou des militants qui sont intéressants mais qu’une prise de recul et une analyse personnelle, des échanges autres sont indispensables si on ne veut pas être baladé. C’est le prix de la démocratie.

              C’est pour cela que je donne des chiffres à l’occasion pour que chacun puisse faire ses propres observations.

              Avouez que ce n’est vraiment le bain médiatique dans lequel nous pataugeons tous plus ou moins qui de plus est très prégnant.

              Par ailleurs, Je suis d’accord sur vos constats et vos exemples. Vous différenciez aussi la nature des sondages, ce qui est essentiel.

              Les sondages ne font pas les élections pas plus qu’ils ne modèlent les opinions comme de la pâte à modeler. Qui ne voit pas que les convictions, les arguments, le volontarisme politique jouent, les tactiques aussi, les événements…Mais ce sont surtout les usages qui sont faits des sondages et enquêtes d’opinion qui sont une véritable intervention dans le processus démocratique qui méritent d’être discutés et interrogés.

              Je vais faire un petit article à ce sujet pour éclairer quelques aspects proposés à l’attention de nos lecteurs.


            • Octave Lebel Octave Lebel 10 septembre 10:12

               Quelques repères afin de mesurer ce qui a pu guider notre propre comportement d’électeur et l’effet collectif induit afin de mieux appréhender les règles du jeu avec lesquels les élus nous baladent sans oublier la collaboration de nos amis des médias. A nous de voir qui sera le plus malin puisque c’est de cela qu’il s’agit à bien observer et écouter la mise en scène des médias et des grands acteurs pour qui nous ne sommes que des figurants qu’il s’agit de faire marcher à leurs cadences. Mettons cette fois-ci le cœur et la raison sur la même ligne de mire dès le premier tour.

              Le laboratoire de la Présidentielle 2017 

              Rappel des résultats au 1er tour

              -Il y a eu 5 candidats de gauche au 1er tour (JL Mélenchon 14.84 % des inscrits + total des autres candidats 6.28%)

              -En tête E Macron (18.18%) et M LE PEN (16.14%)

              Évolutions des votes entre le 1er et second tour

              Votes blancs : de 659 997 à 3 021 499 (x 4.6)

              Votes nuls : de 289 337 à 1 064 225 (x 3.68)

              Abstentions : de 10 578 455 à 12 101 366 (x 1.14)

               ● Résultats second tour :

              E Macron : 20.8 millions M Le Pen : 10.6 millions

              Absentions : 12.1 millions Blancs + nuls : 4.07 millions

               Abstentions, nuls et blancs lors des législatives 2017 : 62%

              Représentativité de l’Assemblée Nationale 2017 :

              - LREM avec 14.5% des inscrits au 1er tour a obtenu 350 députés

              à l’issue du second tour (AN= 577 députés)

              - 4.5% des députés sont des employés (27.4% de la population active)

              - 4.5% des députés sont des employés (27.4% de la population active)

              - 0% ouvriers (20.3% de la population active )

              - Un député actuellement a été élu avec un pourcentage compris entre 18 et 22% du corps électoral.

               



              • Octave Lebel Octave Lebel 10 septembre 10:13

                Parlons-en puisque les médias n’ont pas le temps pas plus que leurs petites mains habituelles qui ont tant à dire.

                https://linsoumission.fr/2021/06/09/sondage-2022-le-grand-flop-du-bashing-anti-melenchon

                « 9 Français sur 10 sont pour l’augmentation du SMIC, la garantie d’emploi, la création d’un pôle public du médicament, le conditionnement des aides publiques aux entreprises à des contreparties sociales et environnementales, l’interdiction du glyphosate. 8 Français sur 10 sont pour le rétablissement de l’ISF, la taxe sur les profiteurs de crise, un grand plan d’investissement dans les services publics (en particulier la santé), pour que les premières quantités d’eau soient gratuites, le plafonnement des frais bancaires, la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle, les parrainages citoyens pour l’élection présidentielle, l’interdiction des publicités pour des produits polluants. 7 Français sur 10 sont pour la retraite à 60 ans, la proportionnelle aux législatives, le référendum d’initiative citoyenne (RIC), la sortie du nucléaire. 6 Français sur 10 sont pour la semaine de 4 jours, le RSA jeune, l’interdiction du travail détaché, des fermes usines, et pour la 6ème République ! Des mesures toutes portées par… l’Avenir en commun, le programme des insoumis qui a déjà rassemblé 7 millions d’électeurs et près de 20% des voix en 2017. »

                Du vrac, trop simple pour être convaincant ! Pas faux. Il y a loin de l’eau à la bouche, qui ne le sait pas. Et tout ne se fera pas comme avec une baguette magique. Mais alors pourquoi autant de discrétion sur ces résultats là de sondage et d’enquête ? Les français ont des avis sur la gouvernance du pays et ont des pistes pour se rassembler. Qui cela dérange-t-il ? La couverture médiatique en vue de l’élection serait-elle orientée ?


                • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 10 septembre 10:25

                  Enième niaiserie d’un militant du racisme anti-riche de LFI.

                  Leur caractéristique centrale est de vivre du travail d’autrui, des impôts et taxes d’autrui, bien qu’eux-mêmes contribuent peu, souvent très peu ou pas du tout. 

                  Ils se considèrent comme une sorte de personnes moralement supérieures, des gardiens de la moralité, et il est donc justifié de prélever des impôts sur les personnes non liées et de les laisser travailler pour eux parce que c’est moralement justifié. 


                   Ils considèrent qu’il est justifié de taxer les autres, les « riches », les « capitalistes  », de plus en plus haut afin d’être autosuffisants.

                  Une auto-exagération morale massive, entraînée de manière répétitive.

                  Triste France qui a toujours choisit les plus tartuffes, c’est toujours rangé auprès des pires tyrans.

                  Encore en 2021, ces tartuffes n’ont jamais compris que leur quête d’égalitarisme et une farce de leur maladie la jalousie compulsive et que ça n’existe pas.

                  Que tuer le riche ou le voler et le spolier ne rend pas le pauvre plus riche mais ne fait qu’a son élite de gauche qui ne crée rien, n’invente rien, n’investi acheter son vote.

                  Regarde donc les branleurs de LFI l’ami.

                  Melenchon se paye son appart avec ses indemnités qu’il loue a ses potes qui payent avec les indemnités pour son enrichissement personnel.

                  Garido est avocate qui ne paye pas ses cotisations retraite

                  Corbière député très bien payé utilise les aides sociales au titre de « ménage modeste » en ne déclarant pas ses revenus.

                  Regarde le passé l’ami. Toujours les choix et apologie des pires dictateurs et monstres Pol Pot, Mao, Maduro.

                  Regarde le réel, l’URSS en faillite, Cuba et ses 20% d’exilés.

                  En 2021, aller avec ces gens là, croire que c’est une solution c’est ne pas évoluer et ne rien analyser et être dogmatique.


                  • alinea alinea 10 septembre 10:39

                    @Spartacus Lequidam
                    En attendant ils ne sont pas responsables de l’état de notre pays !


                  • eddofr eddofr 10 septembre 10:57

                    @Spartacus Lequidam

                    « Leur caractéristique centrale est de vivre du travail d’autrui, des impôts et taxes d’autrui, bien qu’eux-mêmes contribuent peu, souvent très peu ou pas du tout. »

                    C’est marrant, c’est l’exacte définition que certains donnent des riches.


                  • zygzornifle zygzornifle 10 septembre 10:31

                    Personne ne le sait encore mais Macron a déjà été réélu ....

                    Ce n’est pas qu’il est bon c’est un fantoche, c’est que les autres sont encore plus naze que lui et il le sait bien le bougre, il va écraser la LePen au second tour, l’histoire a déjà été écrite.

                    Le mougeon vacciné avec son pass en bon et due forme et qui a manifesté contre lui il y a quelques mois va bourré les urnes de son bulletin au second tour partis de gauches islamo-compatible , de droite pisse vinaigre et syndicats bêlants en tête ....


                    • chantecler chantecler 10 septembre 10:35

                      @zygzornifle
                      Au second tour il risque d’y avoir un vert contre E. Macron ....
                      Ce qui ne changera rien en ce qui me concerne.


                    • zygzornifle zygzornifle 10 septembre 15:00

                      @chantecler

                       Les verts p.... quelle catastrophe après les fou de dieu voila les fous tout court .... 


                    • Durand Durand 10 septembre 10:46




                      Comment et pourquoi Macron et la caste ont décidé d’en finir avec la vraie démocratie - Le Courrier des Stratèges


                      « Bien entendu, aucun des membres de la caste ne proclame ouvertement sa haine de la démocratie, régime qui consiste à donner autant de poids dans le choix du gouvernement aux catégories supérieures qu’aux fumeurs de clopes qui roulent en diesel. Entre gens bien élevés, on dit les choses autrement  : on rappelle la République de Platon, on parle des Lumières, de la Civilisation, et on dénonce l’obscurantisme des nationalistes et des complotistes. Mais ces euphémismes ne doivent pas tromper : la détermination de la caste à ne plus se laisser surprendre, à ne plus être mise en danger par le vote, est farouche et sans limite. »


                      ..




                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 10:53

                        Perso, je vis au jour le jour. Donc toutes ces prédictions sont farfelues. Le chaos est là et nous allons droit dans le mur. Je vais vous dire : c’est peut-être mieux ainsi.. Notre société est devenue une poubelle. Jean-Pierre Winter avait pourtant prévenu. Avec l’homoparentalité, on tue le mère et le père. La société est gangrénée jusqu’à la racine. Et l’arbre va bientôt tomber ; https://www.psychologies.com/Planete/Vivre-Ensemble/Articles-et-Dossiers/Mariage-gay-les-enjeux-du-projet/Jean-Pierre-Winter-Legaliser-l-homoparentalite-c-est-tuer-le-pere-et-la-mere. on a rejeté la parole psy. Il y a un coût....... On fait son lit comme on se couche et les erreurs finissent toujours par se payer.... C’est assez rassurant au fait. Ne pas contrarier les lois naturelles.... c’est pourtant simple à comprendre.. Ce n’est pas la nature qui est mauvaise. C’est l’homme qui est con.



                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 10:56

                            Le terme gestation est assez bon. On nous servira juste une GPA... Un truc de bric et de broc.. Et vous boirez jusqu’à la lie, votre ignorance...


                            • chantecler chantecler 10 septembre 10:58

                              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                              Heureusement qu’on ne compte pas sur vous pour faire des enfants !
                              Les malheureux !
                              Je n’ose imaginer .


                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 11:02

                              @chantecler Non justement j’aurais été une excellente mère. Mais mais compagnon est décédé d’un cancer. C’est alors que j’ai décidé que par amour pour mon enfant, je n’en ferai pas dans ce monde. Et j’ai eu raison. Car qui sera sacrifié en premier : les enfants dont la rentrée scolaire sera foutraque......


                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 10:57

                              On tue la mère et le père. C’est fait....


                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 11:04

                                Perso, je dors tranquille. Aucune responsabilité ne me pèse...


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 11:11

                                  Je suis même un peu heureuse que le mal finit par être puni... 


                                  • eddofr eddofr 10 septembre 14:13

                                    Pourtant l’affiche était belle !

                                    Liberté, Egalité, Fraternité.

                                    Le peuple souverain décidant de son avenir en élisant le candidat qui présente le meilleur programme.

                                    La production a mis le paquet en truquages, effets spéciaux et numérique, maquillages, décors de rêve, ...

                                    La campagne de promotion est massive, les critiques dithyrambiques, toute la presse en parles !

                                    Mais les acteurs sont si mauvais ...

                                    Cela me ferait rire si ce n’était si triste.

                                    Remboursez !


                                    • L'apostilleur L’apostilleur 10 septembre 20:21

                                      @ l’auteur 

                                      Voilà une longue tirade qui voudrait nous faire croire que le point de vue de l’auteur est celui de la population. Elle est en réalité à prendre avec des pincettes car le postulat « ...notre pays économiquement et moralement à la dérive... » est discutable.


                                      Malgré le raffut des excités antivax l’INSEE nous dit (06/2021) que « ...le moral des ménages s’est amélioré de 4 points sur un mois. L’indice se situant légèrement au-dessus de sa moyenne de longue période (100), l’opinion des ménages français sur la situation économique est légèrement favorable... »

                                      Par ailleurs les français aurait « ...Un optimisme au plus haut depuis le début de la crise sanitaire en France. Le moral des ménages a  »augmenté nettement"... 


                                      une enquête nous dit aussi que 4 français sur 5 sont heureux... la France dans le top 5 sur l’index mondial du bonheur...

                                      Ne serait-il pas plus honnête de reprendre votre texte en considération de ces informations ?


                                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 septembre 12:09

                                        @L’apostilleur En Belgique, le nombre de mariage depuis le Covid a baissé considérablement. Et les divorces s’accumulent sur la table de la justice qui risque de crouler sous les demande de réparation diverses (des plus mesquines au plus graves,..). Je n’ai pas reçu le stylo que j’ai acheté sur Amazon...


                                      • zygzornifle zygzornifle 11 septembre 09:15

                                        LaREM financée par les requins de la mondialisation VS le gauche Isalamo-compatible qui ne rêve que de migrants et de mosquées VS la droite pisse vinaigre jalouse de la réussite de Macron et qui aimerait faire mieux mais en pire VS les écolos prêts a détruire le peu d’économie qu’il nous reste pour aller a la chasse des 1% de pollution qu’émet la France par rapport au reste du monde VS le RN et ses discours éculés, Marine LePen pour rentrer dans le rang des personnes fréquentables n’est plus que l’ombre d’elle même un molosse au dents limées, devenue aussi insipide qu’une soupe de légumes sans légumes, de la flotte ....

                                        Les autres qui s’accrochent aux branches sont trop petits et Zemmour ne s’est pas encore présenté.


                                        • L'apostilleur L’apostilleur 11 septembre 21:34

                                          @zygzornifle
                                          Il n’y a pas que des fausseries dans votre tableau pas glorieux. 


                                        • ALERTE ENLEVEMENT GRAVISSIME


                                          Une disparition inquiétante vient d’être signalée dans toutes les gendarmeries de France et de Navarre .

                                          A l’ Elysée, les réunions, les conseils de sécurité s’enfilent les uns derrière les autres . UNE vrai partouze LGBT se déroule dans les souterrains de l’état d’urgence. LR, LREM, EELV, MODEM,SOCIALISTES, COMMUNISTES, Agir ensemble , McKinsey,lfi..... et d’autres enfileurs de perle sont désespérés.

                                          L’ abominable « trou du cul » de Monsieur CLUSTER a disparu . Depuis Juillet 2021 !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité