• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Élections présidentielles en Ukraine : Une arnaque à l’échelle de (...)

Élections présidentielles en Ukraine : Une arnaque à l’échelle de l’État

L’Ukraine a déjà passé le premier tour des élections. Il a montré que ses citoyens veulent du changement et le voient dans le candidat inexpérimenté mais ambitieux, Vladimir Zelensky.

JPEG

Cependant, Petro Porochenko, a eu son « mot à dire » dans ce résultat, sans quoi, le deuxième tour pourrait avoir un alignement complètement différent.

Depuis cinq ans de présidence, il n'a pas tenu ses promesses concernant le niveau de vie en Europe, de lutte contre la corruption et la fin du conflit armé dans l'est du pays. En outre, comme indiqué récemment l'édition de « Der Spiegel », ce conflit est devenu une excuse pour de nombreux échecs politiques.

« Nous mettons les réformes un peu de côté, car nous devons contenir l’agression de notre voisin russe » - a dit Porochenko dans une interview pour « Der Spiegel ».

Avec tout ce mécontentement du peuple ukrainien, il semble étrange que Petro Porochenko ait passé le premier tour. Mais beaucoup étaient trop passionnés par Vladimir Zelensky pour s’occuper de la grande arnaque organisée par l'actuel président de l'Ukraine en vue de briguer un deuxième mandat.

« Si pour Porochenko, les Ukrainiens vivant en Russie constituaient son noyau dur, tout serait mis en œuvre pour leur permettre de voter », a déclaré l'expert politique ukrainien Alexander Reshmedilova, commentant la décision plutôt ambiguë de la Commission électorale centrale ukrainienne d'empêcher les Ukrainiens vivant en Russie de voter.

Et ici l'expert a absolument raison. Au cours des cinq dernières années, de nombreux Ukrainiens ont été forcés de quitter le pays pour tenter de gagner de l'argent à l'étranger. Selon le ministère des Affaires étrangères d'Ukraine, il y en a 3,5 millions en Russie, et compte tenu de la position pro-occidentale de Petro Porochenko, il était évident qu'ils ne donneraient pas leurs votes en sa faveur.

« J'ai l'impression que l'histoire de la fermeture des bureaux de vote est une tentative d'éliminer certains électeurs qui ne voteraient pas pour le président actuel. C'est une situation très alarmante », analyse l'analyste politique Alexei Yakubin.

Kiev a expliqué sa position par le fait que la Russie est un pays agresseur et que le vote dans ce pays n’est pas sûre en raison du travail des services spéciaux. Cependant, les autorités n'ont pas précisé où se trouvaient ces citoyens ukrainiens, qui ont été privés de leurs droits de vote. Finalement, seulement 1 % des Ukrainiens vivant à l'étranger ont pu voter aux élections.

Dans une situation similaire, il y avait également les résidents des territoires du Donbass non contrôlés par l'Ukraine. Les raisons sont les mêmes. En 2014, Petro Porochenko avait promis de mettre fin au conflit en quelques semaines, mais la guerre dure depuis cinq ans. Quels que soient les objectifs du président, ces peuples veulent avant tout la paix et voteront pour cette dernière. Ils préféreraient probablement le candidat de l'opposition Yuri Boyko, lui-même né dans le Donbass, mais ils n'étaient pas autorisés à le faire.

 

« Démocratie à soumissionner » :

Les médias ukrainiens renseigne les électeurs sur l’attitude à adopter face aux élections ; Le système sensationnel de corruption, développé au siège de Petro Porochenko. En Ukraine, cela est devenu globalement accepté. Les politologues préfèrent l'appeler « le vote contrôlé », ce qui a une signification bien particulière.

Le principe du système est assez simple : Les « experts » embauchés officiellement par le siège pour 1 000 gryvnia (37 dollars) pour un travail d'étude sociologique se sont penchés sur les potentiels « partisans de l'actuel président », leur promettant une récompense financière pour un vote aux élections en sa faveur. L'accent a été mis sur les pauvres, qui ont peu de chance de refuser de l'argent facile, ainsi que sur les retraités et les employés d’État, qui constituent la partie la plus disciplinée de la population, pour ainsi formé une vaste base de données.

Ensuite, les personnes ayant accepté ont été contactées par les centres d’appel pour les inviter à remplir une demande de versement d’argent. Il convient de noter que le financement de ce régime provenait du budget de l’État sous couvert d’aide sociale dans le cadre d’un programme à grande échelle intitulé « Care ».

Kiev a alloué des sommes incroyables pour cela : En moyenne, 85 millions gryvna (3,2 millions de dollars) pour la région. La particularité de « Care » réside également dans le fait qu’il n’est lié à aucune catégorie parmi les citoyens, ce qui signifie que tout le monde peut recevoir cette « assistance matérielle ».

Le chef du département du ministère de l’intérieur, Arsen Avakov, en a parlé à plusieurs reprises, soulignant que le département était prêt à résister à de telles actions de la part d'un candidat.
« Le public cible est distingué de ceux qui ont loyalement parlé du candidat lors de l'enquête initiale et la grille ainsi obtenue est mise en œuvre par une ressource budgétaire. Selon diverses estimations, la couverture prévue des électeurs serait de 700 000 à 6 millions », a expliqué le ministre au sujet du principe du système créé au siège de Porochenko lors d'un entretien avec « Le profile de la semaine ».
 

Une farce à la place d’un vote :

La coupure de l'électorat vis-à-vis des opposants et, le vaste programme de corruption des électeurs sont les deux projets les plus ambitieux parmi ceux que Petro Porochenko a l'habitude de mener pendant ces élections. Cependant, ils sont loin d'être les seuls à avoir été mis à nues.

Le 31 mars, l’Ukraine a été marquée par le chaos. Bien que, sur fondement logique, toutes les forces doivent être mobilisées pour mener un processus électoral transparent et démocratique, et dès le matin, les régions du pays ont commencé à identifier diverses violations. Par exemple, dans la région d’Odessa, deux bureaux de vote n’ont pas ouvert du tout, car il s’est avéré que la commission électorale locale avait reçu un mauvais tampon. Plus tard, on a appris que les bulletins d’information sur ces sites étaient falsifiés.

Dans la région de la Volhynie et sur quatre sites, un manque de papier a été annoncé. Et ceci en dépit du fait que la Commission électorale centrale a imprimé beaucoup plus de bulletins de vote qu'il n'en fallait. Selon le service des statistiques de l'État, l'Ukraine comptait 42 millions d'habitants et 60 millions 260 000 électeurs au 1er janvier 2019. C'est beaucoup trop, même en prenant en compte ceux qui vivent à l'étranger.

 

Et pour comprendre pourquoi il a fallu dépenser autant de papier, il suffit de regarder les photos suivantes :

 

La première urne provient de la ville de Bakhmut, dans la région de Donetsk. La seconde est à Toretsk, également dans la région de Donetsk. Ils montrent des bulletins de vote de bourrage, qui sont littéralement une pile de bulletins de vote. Celui qui avait ce travail de fraude électorale n’a tout simplement pas pris la peine de faire glisser les feuilles une à une.

Le Donbass est devenu un centre majeur pour cette fraude. Cela est dû au fait que la loi martiale est en vigueur dans la région et que toutes les ressources administratives sont subordonnées aux représentants militaires de Kiev et à ceux du commandant suprême Petro Porochenko. Ainsi, malgré le fait que le candidat de l'opposition, Yuri Boyko, est devenu le chef de file dans l'est du pays, il existe une tendance intéressante : Il y avait des bureaux de vote dans le Donbass où plus de 60 % des électeurs avaient voté pour porochenko, pourtant en guerre contre les russophones. Il y a plus d'une douzaine de villes de ce type dans la seule région de Donetsk, et Petro Porochenko, selon le siège de Yuri Boyko, a recueilli ici un nombre de votes irréaliste, supérieur à 55% en moyenne.

Cette falsification a été favorisée par un autre aspect curieux, particulièrement pertinent dans les zones autour du front. En Ukraine, cela s'appelle des "âmes mortes". Le fait est que la CEC a inscrit au registre tous les électeurs sans distinction, y compris ceux qui n’ont pas pu voter : résidents du territoire non contrôlé par l’Ukraine, mais aussi les morts. Le chef de la RDP, Alexander Zakharchenko, décédé l'été dernier et reconnu terroriste en Ukraine, figurait également sur cette liste. Tous ces gens, vivants et morts, ont juste "voté" pour Petro Porochenko. Ce sont leurs voix dans les bulletins de vote qui ont été entassées dans les urnes. Ils ont créé un taux de participation étonnamment élevé pour l'Ukraine - 63,48 %. En chiffres absolus, 17 000 599 personnes.

Les miliciens ont déjà prêté attention à ces faits. La police a ouvert une affaire pénale, mais son sort reste inconnu :

« La police a trouvé une vidéo contenant des informations sur la surestimation du nombre de voix en faveur de l’un des candidats à la présidence dans certains bureaux de vote. La vidéo fait notamment référence à l'utilisation illégale de bulletins dans huit localités des zones de première ligne d'Avdivka et de Toretsk ", a déclaré le service de presse de la police nationale de la région de Donetsk le 7 avril.

Il est intéressant de noter qu’avec 2,7 mille violations révélées par la police lors du vote, la Commission électorale centrale, complètement fidèle au président en exercice, n’a pas enregistré ces infractions.

Sur cette base, l'alignement réel des résultats du dépouillement des votes pourrait être complètement différent. Yulia Timochenko, qui occupait la troisième place, a déclaré le 31 mars que son quartier général procédait à ses propres calculs et que, selon ces données, c'était en fait elle-même qui se trouvait en tête. Cependant, pour des raisons peu claires, elle n'a pas contesté les résultats de la CEC, en se concentrant sur les prochaines élections législatives. Quant à Porochenko, toutes ses falsifications ne lui ont donné que 15,95 % des voix, soit la moitié de moins que le leader de la course, Vladimir Zelensky.

Maintenant, et en se référant à l'expérience des élections en Autriche en 2016, l'administration présidentielle affirme que ce fossé n'est pas difficile à combler. Là-bas, Norbert Hofer, qui avait dépassé Alexander Van der Bellen au premier tour de 13,8 %, a finalement perdu les élections.
 

Cependant, Alexei Yakubin est convaincu que cet exemple n'est pas tout à fait correct :

« L'Autriche est une république parlementaire et le rôle du président y est complètement différent. L'attention des électeurs sur les élections et le contexte des élections y sont également complètement différents. »

Enfin, il n'a pas exclu le fait que l'administration ukrainienne procède à de nouvelles falsifications, d'autant plus que le programme social "Care" continue de fonctionner :

« On ignore également comment les bulletins des Ukrainiens résidant à l'étranger sont utilisés. Les migrants internes du Donbass avaient des problèmes de vote par correspondance. Je ne parle pas des membres de la Commission électorale centrale, qui comprend six membres du bloc Petro Porochenko, et les autres sont fidèles au président [seulement 16 personnes] », a-t-il déclaré.

Source : https://dozennews.info/staatsbetrug-oder-prasidentschaftswahlen-in-der-ukraine/


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 10 avril 18:56

    Attention aux verbes du premier groupe, et aux passés composés : «  l’Ukraine a été marquer par le chaos ».

    A été coudre ou cousue par le chaos ?

    Mordre ou mordue ?


    • samy Levrai samy Levrai 10 avril 19:02

      Ben André, Rémy ? Ça ne vous rappelle rien, ça ?

      Le Macron , il est arrivé comment ?


      • Clocel Clocel 10 avril 19:29

        Yep !

        Le fait est que si l’on cherche des cocus par les urnes, pas la peine d’aller si loin !

        M’enfin, moi je dis ça, je dis rien ! smiley


        • acab2 10 avril 22:05

          Professionnels de la fraude depuis 1958,

          Contre une main dans le cul te voila élu.

          .

          Tu enseignera l’anglais, et le nomadisme !

          Tu votera la corruption, le clientélisme.

          Tes frontières toutes grandes tu ouvrira !

          Ton armée de matériel OTAN tu équipera !

          Ta culture, ton passé, tu monétisera !

          Ta santé ton école, ta justice, tu privatisera !

          L’esclavage et la pauvreté, tu généralisera !

          Tes industries, tes arts, tu mondialisera !

          .

          Sous la terreur de l’étranger complice,

          Pendant un mandat voici rangée, l’Ukraine.




          • jmdest62 jmdest62 11 avril 08:23

            @acab2
            tes conjugaisons tu réviseraS  smiley

            @+


          • acab2 12 avril 20:08

            @jmdest62

            Sur un si court texte, t’aurais pu me check !


          • jmdest62 jmdest62 11 avril 08:26

            En complément voir cette analyse du « Saker » .

            Déprimant !!!!

            @+


            • Eric83 Eric83 12 avril 11:44

              Si tout ceci est exact, il ne s’agit pas d’une élection ni même d’un semblant d’élection mais d’une imposture digne des républiques dites bananières les plus corrompues.

              N’y avait-il pas d’observateurs de l’OSCE, en dehors des observateurs russes exclus  et on comprend d’autant plus pourquoi à la lecture de cet article  ? Ont-ils fait un rapport sur leurs « observations » ? Le cas échéant, que dit-il ?

              Question subsidiaire, pourquoi Macron reçoit aujourd’hui Porochenko et Zelensky ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès