• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Elisabeth Borne : en France rien de nouveau

Elisabeth Borne : en France rien de nouveau

Après avoir sondé toute la classe politique à la recherche d’un nouveau Premier ministre « attaché à la question sociale, environnementale et productive  », Emmanuel Macron vient enfin de porter son choix sur l’heureuse élue. Elisabeth Borne, puisqu’il faut l’appeler par son nom, a occupé sous Jupiter I les fonctions de ministre des Transports, de l’Ecologie et enfin du Travail. Des secteurs dont la vitalité qui s’en dégage ne peut qu’augurer un avenir radieux pour le pays.

Le choix ne fut pas pour autant facile. Cherchant une femme « plutôt marquée à gauche » le prétendant élyséen s’est fait éconduire deux fois par d’illustres inconnues : Valérie Rabault puis Véronique Bédague. Qu’à cela ne tienne, il a fini par trouver celle qui fera battre le cœur de son second quinquennat. Si selon toute vraisemblance Elisabeth Borne est une femme, son ancrage à gauche est quant à lui moins certain, à l’instar d’Emmanuel Macron. Mais qui donc est cette mystérieuse besogneuse pourtant au premier plan de la vie politique française ?

Le parcours d’Elisabeth Borne suscite, si ce n’est l’admiration, au moins le respect. Mais certainement pas un sentiment d’espoir dans le changement. Née à Paris, elle a fait son lycée et ses classes préparatoires dans le très chic établissement de Janson-de-Sailly, avant d’intégrer l’Ecole polytechnique et enfin celle des ponts et chaussées. Après de si brillantes études dans les meilleures écoles de la République elle a poursuivi une carrière de haut fonctionnaire, refusant les fastes du privé, ce qui traduit très certainement un décalage générationnel majeur avec Emmanuel Macron, et qui sait, un semblant de sens de l’État supérieur à ce dernier. Pourtant avec, entre autre, l’ouverture à la concurrence de la SCNF et la réforme de l’assurance-chômage elle s’est constamment efforcée de (des)servir l’Etat français, traduisant ainsi un côté, il est vrai, très gauche. 

Enfin que le lecteur se rassure, solidaire avec la majorité présidentielle, elle traîne bien évidemment son lot de casseroles. En effet, à l’époque, elle aurait « oublié » de mentionner six mandats auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Alors présidente de la RATP, elle avait été membre de mai 2015 à mai 2017 d’un lobby de constructeurs, l’Institut de la Gestion Déléguée (IGD). Une appartenance problématique aux vues de ses différents postes, mais qui n’avait pas fait de bruit jusqu’en 2019, peut-être parce qu’un des collaborateurs de la ministre était le conjoint du numéro deux de la HATVP

Qu’à cela ne tienne Elisabeth Borne a tenu le cap et peut désormais se targuer du titre de chef du Gouvernement. Elle a d’ailleurs dédié son premier discours dans ses nouvelles fonctions à toutes les « petites filles », les invitant à « aller au bout de (leurs) rêves ». Une excellente nouvelle car les petits garçons s’étaient sûrement sentis trop privilégiés à la nomination de Jean Castex. Si la fonction de Premier ministre conserve un certain prestige, il est difficile d’imaginer nos chères têtes blondes aspirer à devenir le fusible d’un Président mal élu.

Emmanuel Macron avait promis durant l’entre-deux-tours de la présidentielle un « renouvellement complet » de sa politique sur le plan écologique, s’étant même targué d’avoir diminué de 12% les émissions de gaz à effet de serre, oubliant de préciser la méthode révolutionnaire adoptée à cette fin, « à la chinoise », entre confinements et couvre-feux. Cet appel du pied auprès de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon ne changera pas la donne. La nomination d’Elisabeth Borne, ancienne ministre de l’Ecologie, va juste servir à réjouir certaines féministes en mal de symboles et à déchainer les passions sur les réseaux sociaux, au sujet de la féminisation ou non du titre de Premier ministre. La souveraineté du peuple se cantonnera encore une fois à des règles orthographiques. 

Il ne faut donc pas se faire d’illusion sur la politique qui va suivre. Depuis l’apparition du quinquennat et la fin de toute cohabitation, Matignon n’est que le secrétariat de l’Elysée. Les fantasmes électoraux de la gauche réunie au sein de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale, le politburo mélenchonien, ne font qu’entretenir l’illusion démocratique et empêchent une réelle réflexion sur nos institutions. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 mai 08:50

    Qui est nicolas.fournier ?

     
    ’’Citoyen averti, mes articles sont consacrés à la politique, l’industrie, l’économie, aux entreprises et à l’environnement.’’ 

     > Ses articles ? J’en compte un seul sur AV avec celui-ci. Zéro commentaires.
     
    nicolas.fournier interroge : ’’Mais qui donc

    Elisabeth Borne ? ’’
     

    Réponse en un dessin

    Réponse détaillée : cet article d’Olivier Cabanel, et tous ses commentaires.



    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 mai 08:52

      Elle est forcément de gauche, puisqu’elle a été directrice de cabinet(s) de Ségolène Royal.

      Ce n’est pas une question de convictions ni d’engagements, mais une question de fréquentations et donc de réseau.


      • Parrhesia Parrhesia 20 mai 10:39

        Ce qui est en cause désormais, c’est (au moins) autant la qualité globale du corps électoral national que la qualité de telle ou telle personnalité parvenant au pouvoir !

        La réélection du président Emmanuel Macron, après huit ans d’observation de ses affinités avec ses deux prédécesseurs et après observation de l’ensemble de son oeuvre personnelle, en est un témoignage patent !

        La France est devenue une grande maison de fous !


        • Furax Furax 20 mai 12:11

          @Parrhesia
          Je plusse !
          D’autant que :
          « Si selon toute vraisemblance Elisabeth Borne est une femme »
          c’est loin d’être évident.
          Et si c’est le cas...
          https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/05/19/letrange-tropisme-lesbien-delisabeth-borne/


        • zygzornifle zygzornifle 21 mai 08:11

          @Furax

           Au moins ce n’est pas Elisabeth Burnes ....


        • wagos wagos 20 mai 10:54

          En tant que directrice de cabinets, elle ne peut qu’avoir des idées de merde ! 


          • Furax Furax 20 mai 11:43

            Mettez lui une casquette et vous pourrez vérifier similitude de caractère, la jovialité entraînante, la chaleur humaine, du préfet Lallement !


            • tashrin 20 mai 14:26

              a occupé sous Jupiter I les fonctions de ministre des Transports, de l’Ecologie et enfin du Travail. Des secteurs dont la vitalité qui s’en dégage ne peut qu’augurer un avenir radieux pour le pays.

              J’ai ri :)

              Ca fait pas rever c’est sur... En meme temps (!), trouver quelqu’un qui n’ait aucun amour propre, pret à toutes les humiliations, à encaisser tous les scuds, et surtout à ne rien faire du tout et le moins de bruit possible pour ne pas compromettre les législatives... Et tout ca pour un CDD d’un mois... C’etait pas simple


              • eddofr eddofr 20 mai 15:39

                Vouloir du changement pour la France c’est bien.

                Encore faudrait-il se mettre d’accord sur quel changement et pour arriver à quel modèle de société.

                Pour que ça change, peut-être serait-il plus simple de changer les patrons du CAC40 ?

                Ah merde, on les élit pas ceux-là !


                • YANKEE-GOHOME ! 21 mai 10:02

                  @eddofr

                  Tu creuses trop là... la plupart ne peuvent pas te comprendre.
                  En France faut un langage basic maintenant !


                • zygzornifle zygzornifle 20 mai 16:51

                  Elle est la pour transformer les mensonges de Macon en vérités, je ne donne pas 1 mois avant qu’elle libère tout son fiel vis a vis du social, vous avez voulu du Macron 2 vous allez vous faire dépecer par son nouveau gouvernement qui qu’il vous en coute, la flicaille est prête a vous écraser en cas de rebuffade et le Macron 2 réagira de suite par la violence en cas de manif style GJ, fallait pas voter pour lui les déneuronés, on dira encore que c’est de la faute a Poutine lol ....   


                  • zygzornifle zygzornifle 21 mai 09:53

                    C’est une Borne super chargeur ou on branche sa Tesla ?


                    • YANKEE-GOHOME ! 21 mai 09:59

                      Pas de chance pour elle... Azovstal tombe !

                      On va pouvoir scruter sa performance en interne... devant les Gilets Jaunes en septembre par exemple. Quant aux petites merdes de banlieues avec Moretti les Flics savent à quoi s’en tenir...

                      Police, Educ Nat, Santé... effectifs en borne... heureusement on a le R S A .

                      Un peu aux Français d’en profiter...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité