• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Elisabeth, Mikhaïl et Jean-Luc, un monde s’en va, funérailles des (...)

Elisabeth, Mikhaïl et Jean-Luc, un monde s’en va, funérailles des espérances

JPEG

 

 1) Parfois, la mort de personnages ayant marqué l’histoire revêt une signification et s’inscrit dans une période charnière, symbolisant plus le monde passé que ce qui va advenir. Napoléon III est décédé en 1873, laissant derrière lui les vestiges d’une époque marquée par des réalisations ambitieuses mais aussi des contrastes saisissants et une première révolution industrielle soldée par l’arrivée d’une classe de travailleurs vivant dans la pauvreté. En 1968 décède Kojève, laissant derrière lui une ère historique marquée en France par la figure du général de Gaulle qui décèdera un an plus tard. Kojève ne voyait pas dans l’insurrection de 68 un événement historique au sens de la philosophie hégélienne.

 

 2) En 2022, la reine Elisabeth II décède après 70 ans de règne, laissant derrière son cercueil un cortège de souvenirs contrastés, incarnant la stabilité d’une nation en dépit des secousses à répétition. D’abord la fin de l’Empire britannique et la décolonisation. Puis la montée d’un nouvel art de vivre, avec la jeunesse en révolte, mods et rockers face à face, puis la pop génération autour des Kinks, Beatles et autres Stones. La jeunesse se projetait dans un monde plus serein, gai, festif, matérialiste, mais en 1976, la vague punk puis l’arrivée de Thatcher sonna la fin de la récréation, ce qui n’a pas stoppé la progression des sciences, techniques, cultures. Elle a accompagné l’entrée du Royaume-Uni dans l’Europe puis la sortie. Le Covid est arrivé, l’avenir s’assombrit, avec les tensions économiques et géopolitiques. La reine laisse derrière elle une époque de relative stabilité. Son couronnement a été un des premiers événements retransmis par la télévision. La reine s’en va avec une surpuissance des télévisions. Adieu vidéosphère.

 

 3) Quelques jours avant la reine, c’est Mikhaïl Gorbatchev qui passe de l’autre côté. Lors de son passage à la tête de l’Union soviétique, il a accompagné le grand bouleversement historique de l’Après-guerre, à la fois dans la politique intérieure avec la perestroïka assortie d’une libération de la culture et l’ouverture de la jeunesse vers l’Occident. Puis la chute du mur qui suit le réchauffement des relations avec les States gouvernés par Reagan et précède la fin de l’Union soviétique en 1991, année des plus symboliques puisqu’elle fut marquée par ce qui fut l’un des plus grand concerts de l’histoire, accueillant Metallica et AC/DC venus jouer sur l’aérodrome de Touchino devant des centaines de milliers de jeunes, moscovites ou venus des confins de l’empire, assoiffés de musique, d’alcool et de libertés. Un vent nouveau planait sur le monde. La fin de la guerre froide et du communisme laissa démunis les intellectuels européens frappés par une morosité soudaine alors que ce moment de l’histoire était porteur de promesses, à la fois pour les soviétiques et les relations internationales. Mais la transition vers l’économie de marché fut brutale sous Eltsine puis Poutine qui a repris en main la Russie alors que les Etats-Unis, frappés par les attentats du WTC, renforcèrent leur combat contre l’axe du mal et leur politique ambivalente et agressive. Avec Gorbatchev, c’est le souvenir de promesses qui s’en vont, des promesses gâchées par GW Bush, Barack Obama, Donald Trump, Joe Biden et Vladimir Poutine… Et l’Europe.

 

 4) Quelques jours après la reine, c’est au tour de Jean-Luc Godard de décéder et avec lui, le souvenir d’un monde révolu qui s’en est allé depuis des lustres. Epoque légère, parenthèse enchantée, soif de vivre, provocations en tous genres, un nouveau style, prisé par une France et détesté par une autre France. La France de Bedos et celle de Guy Lux. Une nouvelle vision de l’existence moderne, maintenant révolue pour ne pas dire dépassée.

 

 5) Il n’y a rien de plus à dire. Ces funérailles sont symboliques car elles révèlent l’achèvement d’un monde traversé par les espérances. Il n’y a plus d’espoir et les dystopies ont contaminé le cerveau de la jeunesse. Le monde est sur une pente dangereuse. Le monde se défait, la France aussi ; éducation, politique, hôpital, justice, prison, migrants, incivilités, peurs généralisées, virus, climat, inflation, guerre. Le monde qui arrive est incertain et menaçant. Le plus étrange est que cette menace provient de la bêtise humaine. L’homme gâche son avenir. Peut-on encore être humaniste ?

 

 6) Je n’interviens plus beaucoup ici, engagé dans la rédaction d’un livre de théologie sur Dieu, le Logos et la gravité quantique. Cette incise s’adresse aux hommes de l’avenir autant qu’aux éditeurs. Que la parole circule. A bons entendeurs ! 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 19 septembre 09:15

     ’’Le monde qui arrive est incertain et menaçant. Le plus étrange est que cette menace provient de la bêtise humaine.’’

      > « La bêtise c’est de la paresse  » Jacques Brel

     

    ’’L’homme gâche son avenir. ’’

    > « L’investissement produit l’avenir dont la spéculation ferme au contraire les possibilités. Le spéculateur agit contre les intérêts du monde dans lequel il vit, et c’est pourquoi la financiarisation n’est pas durable : elle détruit le monde »

     

    ’’Peut-on encore être humaniste ?’’

    > « L’équilibre “gagnant-gagnant (humanisme)” est une des conditions qui conduit à des relations humaines réussies. Pourtant l’individualisme, très présent, et favorisé dans le monde de l’entreprise (néolibéralisme) a développé le “gagnant-perdant”, qui conduit inexorablement au perdant-perdant. »


    • LOST on Earth LOST on Earth 19 septembre 09:22

      Bonjour monsieur Dugué, j’ai bien aimé votre article, fluide, concis de lecture agréable

      Funérailles des espérances, exact smiley


      • Lynwec 19 septembre 09:26

        Pour ceux qui doutaient de la complémentarité temporelle des changements d’abord en Angleterre ( schisme d’Henri VIII, meurtre de Charles I, ascension de Cromwell, accession des Hanovre à la royauté avec Georges III le tout enrobé de protestantisme des loges, suivi par la même en bleu blanc rouge en France en 1789 ), complémentarité qui permit la main mise de la franc-maçonnerie revisitée version cabaliste sur le monde, un article dont la provenance ne sera pas taxée de complotisme, je présume...

        https://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/1663076764-les-liens-sacres-de-la-couronne-d-angleterre-avec-le-talmud

        Un peu à la fois, les choses se clarifient, ils l’admettent eux-mêmes, il suffit d’être patient...


        • Yann Esteveny 19 septembre 09:48

          Message à avatar Lynwec,

          Je vous remercie pour le lien.

          Pour ceux qui veulent s’informer sur le fondement de royauté britannique, la vidéo avant censure Youtube « LES SECRETS DE LA REINE : TOUT SAVOIR SUR L’ÉLITE MONDIALISTE AVEC PIERRE HILLARD » devrait les satisfaire :
          https://www.youtube.com/watch?v=MvYvgR1AY2w

          Ceux qui préfèrent s’associer au concert des pleureuses Agoravox :
          https://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/je-vous-salue-elisabeth-pleine-de-243696
          https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/elisabeth-alexandra-mary-de-la-243742

          Respectueusement


        • L'apostilleur L’apostilleur 20 septembre 09:35

          @Lynwec
          Votre lien est très intéressant.

          À noter que cette histoire n’étonnera pas ceux qui ont vu dans les Talmud des contradictions nombreuses 


        • ZenZoe ZenZoe 19 septembre 09:50

          Certes, mais mettre dans un même article et sur le même plan Godard et Elizabeth II, c’est donner à l’un une importance qu’il n’a pas, et dénier à l’autre le statut iconique qu’elle avait dans le monde entier.


          • Djam Djam 19 septembre 13:48

            @ Bernard Dugué

            Rien ne dure, cher Bernard... et même nos plus ou moins pertinentes analyses n’ont d’existence que le temps, très furtif, du zapping médiatique.

            Paul Virilio alertait dans ses derniers ouvrages du danger de l’accélération dans les sociétés modernes archi technos. Le mur n’est pas loin, ou l’éclatement du système.

            Le « nouveau monde » que les mondialistes croient pouvoir faire advenir n’est que la tentative désespérée de prolonger le toujours même monde qu’ils appellent la modernité et le progrès.

            Le « nouveau monde Schwabien » est à l’ancien ce que toute prothèse technologique est à l’organisme humain... un greffon toxique qui ne tient qu’à coup d’anti rejet. 

            Pas de bol, il arrive toujours un moment où le rejet est plus puissant que le greffon...


            • Bertrand Loubard 19 septembre 20:40

              Merci pour votre texte.

              Bien que Charles Trois soit maintenant appelé à Régner, c’est une araignée qui s’est invitée dans la gerbe sur le cercueil de la Reine, sa mère ..... (https://www.rtl.be/people/royautes/-c-est-le-protocole-une-araignee-se-balade-sur-le-cercueil-de-la-reine-elizabeth-video—1403408.aspx).

              Quelle carte Gorbatchev portait-il en angiome plan (tache de vin) sur le front et le crâne ... celle du BRICS ou une sorte de Q-code ? (https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-roman-des-espions/le-secret-de-gorbatchev_1765475.html).

              La compagne de Godard aurait dit qu’elle ferait inscrire sur la tombe de Jean-Luc, l’épitaphe : « Au contraire .... » .Mais ses cendres ont, bien entendu, été dispersées aux vents ... contraires ?

              Bien à vous.


              • SilentArrow 20 septembre 07:11

                En lisant le titre, j’ai cru un instant qu’il s’agissait de Jean-Luc Mélanchon.


                • Jean Keim Jean Keim 20 septembre 08:10

                  << Le Covid est arrivé,... >>

                  Vous faites sûrement référence à la possible pseudo pandémie qui remonte en flèche, comme le rhume d’ailleurs, mais curieusement pour la première ailleurs que dans nos cadres de vie respectifs.

                  Il y a des mots dans des articles qui banalisent ce qui ne devrait jamais l’être, en qq. sorte entre la poire et le fromage ? La banalisation d’un événement lui donne une réalité mensongère.

                  Un journaliste vedette d’un J.T. dirait : Le glacier s’est décroché de la montagne en engloutissant au passage un village ; lors des quarts de finale, XXX a écrasé YYY, ce formidable exploit est le résultat d’une discipline imposée au joueur par son entraîneur qui a opéré auparavant dans le club WWW avec le succès qu’on connaît, etc., etc. ; et encore dans un simulacre de compassion, la catastrophe est traitée avant le jeu de baballe aux pieds.


                  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 septembre 09:06

                    @Jean Keim
                     
                    ’’Un journaliste vedette d’un J.T. dirait ... ’’
                     
                    Un JT est conçu comme une Dramatique : d’abord les infos désagréables mais incontournables, suivies par quelques nouvelles sélectionnées et émotionnellement plus légères, puis s’il reste du temps, du remplissage graduellement réjouissant. Le final étant toujours la météo signalant symboliquement que la situation est sous contrôle.
                     


                  • Jean Keim Jean Keim 20 septembre 09:44

                    @Francis, agnotologue

                    Oui effectivement c’est le J.T. standard.


                  • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 septembre 09:27

                    @Bernard,

                     J’abandonne progressivement Avox aussi.

                     Changer les gouvernements d’un temps jadis, c’est bien, mais il faut aussi changer les habitudes des populations. Ça c’est beaucoup plus dur.

                    « engagé dans la rédaction d’un livre de théologie sur Dieu, le Logos et la gravité quantique », dites-vous.

                     Si vous êtes en panne d’idées ; « La formule de Dieu » de J.R. dos Santos, peut vous en donner d’autres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité