• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Emmanuel Macron et le « Moon Walk » de Michael Jackson

Emmanuel Macron et le « Moon Walk » de Michael Jackson

EMMANUEL MACRON ET LE MOON WALK DE MICHAEL JACKSON

La déhanché de Michael Jackson, jadis roi de la pop music américaine, appliqué à la démarche d’Emmanuel Macron, actuel président de la République française : tel est l’hasardeux, sinon ridicule, amalgame auquel Jean-Christophe Cambadélis vient de se livrer dans sa vengeresse mais inepte, tant elle est malveillante, Chronique d’une débâcle, publiée, il y a quelques jours, aux Editions de l’Archipel.

De fait, ne craint pas d’y écrire l’ancien Premier Secrétaire (de 2014 à 2017) du quasi défunt Parti Socialiste dans le maladroit tableau, particulièrement bâclé, qu’il brosse, entre autres invectives et balivernes, de Macron lorsqu’il le rencontra alors qu’il n’était encore, à l’époque, que le secrétaire général adjoint de l’Elysée sous la présidence de François Hollande : « il possède le déhanché de Michael Jackson et le regard de Margaret Thatcher »

« EN MARCHE » : DONNER L’ILLUSION D’AVANCER POUR MIEUX RECULER

Diantre : il fallait oser, entre le créateur de Billie Jean et la dame de fer anglaise, le rapprochement, digne du plus surprenant, tant sur le plan linguistique qu’iconographique, des oxymores. Soit ! Pour le regard « bleu et dur » de Margaret, je veux bien l’admettre, même si, à y regarder d’un peu plus près (à moins que Cambadélis ne soit myope), cet apprenti chroniqueur aurait pu aisément trouver un personnage plus adéquat, ne fût-ce qu’au sein de la Vème République, pour établir, de manière un peu plus judicieuse, la comparaison. Mais enfin, en ce qui concerne cet audacieux déhanché de Michael Jackson, je serais nettement plus circonspect, sinon perplexe, surtout lorsque l’on sait qu’il fut l’illustre inventeur, il n’y a guère si longtemps, du fameux « Moon Walk », ce pas de danse (littéralement, en français, « marche lunaire ») qui, tout en donnant l’illusion de marcher en avant, ne fait en réalité, comme en apesanteur, que reculer ! Serait-ce donc là, effectivement, tout ce que Cambadélis pense du néo-fondateur d’ « En Marche » et actuel Président, fraîchement élu, de la République française : faire semblant d’avancer pour mieux, ainsi enfermé dans sa bulle lunaire, reculer ?

Avouons : le paradoxe pourrait s’avérer amusant, et l’image faire mouche, s’il n’était aussi consternant, car, j’en suis sûr, le pauvre Cambadélis, à qui je me vois mal prêter, tant il se montre lourdaud dans ses commentaires, autant de finesse d’analyse, ne s’est très certainement pas rendu compte, dans son évident manque d’élégance morale et stylistique tout à la fois, de ce qui aurait pu pourtant apparaître là, nanti d’un peu plus de sagacité, comme un subtil jeu de l’esprit, éminemment moderne de surcroît.

UN SERPENT A SORNETTES AU MILIEU DU BORDEL !

Qu’Emmanuel Macron, toutefois, se rassure. Car s’il peut en effet donner parfois l’impression, à l’instar du Moon Walk justement, de reculer plutôt que d’avancer – cela doit être probablement dû à ce « bordel » qui, à l’entendre ces dernières heures, caractérise la frange la plus contestataire de sa politique sociale – il en est d’autres, tel le venimeux Cambadélis précisément, qui, pis encore, ne font, à lire leur abscons fouillis d’anecdotes, dénuées de tout intérêt historique comme de pertinence philosophique, que ramper au ras des pâquerettes, et non pas seulement idéologiques : c’est le propre, plus exactement encore, des serpents à sornettes ! 

DANIEL SALVATORE SCHIFFER*

*Philosophe, auteur, notamment, de « Philosophie du dandysme – Une esthétique de l’âme et du corps » (Presses Universitaires de France), « Oscar Wilde » et « Lord Byron » (Gallimard – Folio Biographies), « Du Beau au Sublime dans l’Art – Esquisse d’une Métaesthétique » (L’Âge d’homme), « Oscar Wilde – Splendeur et misère d’un dandy » (Editions de La Martinière), « Le Testament du Kosovo – Journal de guerre » (Editions du Rocher). A paraître : « Traité de la mort sublime – L’art de mourir, de Socrate à David Bowie » (Alma Editeur). 


Moyenne des avis sur cet article :  1.9/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Le421 Le421 5 octobre 18:04

    Critiquer Cambadélis, cet imposteur...
    Honnêtement, c’est tellement facile et tellement justifié.
    J’appelle cela enfoncer une porte ouverte.
    Mais se servir d’un exemple nullissime pour défendre une illustre lumière comme notre vénéré Jupiter, c’est, en définitive, trouver qu’une pomme abîmée vaut mieux dans l’assiette qu’un étron.


    • gogoRat gogoRat 6 octobre 14:31

      néo-fondateur d’ « En Marche » et actuel Président, fraîchement élu, de la République française : faire semblant d’avancer pour mieux, ainsi enfermé dans sa bulle lunaire, reculer ?

       Si des Français se mettent à oser exprimer ce que leur inspire leur propre ’sapere aude’ (*) : voilà bien une illustration du ’bordel’ phantasmé par notre célestissime incarneur 

      (*)  ’sapere aude’ :soyons lourd, au cas où :
      Cette injonction est plus couramment traduite par « Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! » et est connue pour être la devise des Lumières selon Emmanuel Kant.


      • sahb 6 octobre 14:42

        @gogoRat
        soit abscons mon fils comme ça on verra pas que t’as rien à dire !!!


      • gogoRat gogoRat 6 octobre 19:45

        @sahb

         oui, Maître !


      • Doume65 7 octobre 10:49

        « Car s’il peut en effet donner parfois l’impression, à l’instar du Moon Walk justement, de reculer plutôt que d’avancer »
        Voilà, c’est bien ce que voulait dire Cambadélis, à travers ce qu’il faut prendre comme une métaphore. Enfin, on peut toujours le supposer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires