• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Emmanuel Macron revisite Prokofiev

Emmanuel Macron revisite Prokofiev

  

Le président de la République française n’ignore pas la symbolique de Pierre et le loup, une commande du Stalinisme à la gloire de la jeunesse communiste. Prokofiev, en mourant avec Staline, est enseveli avec lui dans notre inconscient collectif.

Bfm l’affirme et c’est plutôt sympathique :

« Jeudi prochain, lors d’un concert qui se tiendra dans la salle des fêtes de l’Elysée, Emmanuel Macron prendra part, avec la Garde républicaine, à une représentation du conte musical Pierre et le Loup du compositeur Sergueï Prokofiev. Une soirée spéciale pour le président de la République qui n’a jamais caché sa passion pour la culture, et le théâtre en particulier. »

Composée en 1936 par Prokofiev, Pierre et le Loup est un poème symphonique à but officiellement pédagogique. Il se révèle idéal pour initier n’importe qui à la musique classique, enfants comme adultes. Il est erroné de croire que cette œuvre ne s’adresse qu’aux enfants, malgré son argument simple (le conte enfantin). En effet la découverte de l’orchestre s’adresse aux petits comme aux grands, et l’esthétique de la pièce touchera autant les adultes que les plus jeunes. La pédagogie louée aujourd’hui quasi unanimement chez Prokofiev était celle d’un artiste engagé politiquement.

C’est une œuvre superbe mais un président ne peut pas tout faire. Le président de la République française peut-il ignorer la symbolique de Pierre et le loup, une commande du Stalinisme à la gloire de la jeunesse communiste ?

Avec la période soviétique l’utopie d’un Homme nouveau incite les artistes à s’impliquer dans la vie politique et à vouloir bouleverser la société. Tous les arts sont concernés, y compris les plus récents

La place de l’art dans la société est redéfinie, les artistes soviétiques s’inscrivent dans une démarche d’expérimentation et d’exploration de territoires nouveaux. Mais cette créativité sera encadrée par les instances de l’État soviétique, guidé par la doctrine du Parti.

“Strengthen_working_discipline_in_collective_farms”_–_Uzbek,_Tashkent,_1933_(Mardjani)

Considérés comme l’avenir du peuple soviétique la jeunesse est embrigadée dès son plus jeune âge. De 10 à 14 ans, les Pionniers, organisation formée en 1922 après l’interdiction du scoutisme, précèdent la Ligue de la jeunesse communiste (Komsomol). Ils s’entraînent au sport, au tir et dénoncent l’ennemi potentiel, y compris au sein de leurs propres familles.

Des œuvres musicales sont dédiées à la jeunesse, tandis que la pédagogie est au cœur de la création du compositeur Dimitri Kabalevski, (1904-1987) véritable ambassadeur du régime ainsi que Pierre et le loup de Prokofiev.

Parti à l’étranger avant la révolution, Igor Stravinski n’est jamais rentré. Serge Prokofiev a fui en 1918, mais après dix-huit ans d’exil, il se laisse convaincre de revenir au pays.

u3610150418135

PROKOVIEV S’EST MIS AU SERVICE DU CULTE DE LA PERSONNALITE STALINIEN

1932, le gouvernement soviétique lui promet un appartement à Moscou, une voiture et une datcha

Sur une commande du Théâtre central des Enfants, il écrit aussi le conte musical , Pierre et le loup (1936).

Pierre et le loup met en scène un jeune pionnier communiste -l’équivalent bolchévique du scout- qui désobéit à son grand-père et capture un loup. Pierre y représente le courage et la ressource de la jeune génération communiste face au grand-père, figure d’un Ancien Monde peureux, de la paysannerie des moujiks. L’œuvre illustre ainsi le triomphe de la jeune génération communiste sur la précédente qui ne l’était pas, mais aussi de l’Homme sur la nature.

A l’époque Gide écrit : « Il n’est que juste d’ajouter, sur ce fond de grisaille, en plus des stakhanovistes, toute une jeunesse fervente, keen at work, levain joyeux et propre à faire lever la pâte. Cette inertie de la masse me paraît avoir été, être encore, une des plus importantes, des plus graves données du problème que Staline avait à résoudre »

L’ œuvre fut éditée en France par le Chant du Monde , maison crée par le communiste Léon Moussinac fondateur, en 1932, avec Paul Vaillant-Couturier et Aragon, de l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires

https://www.discogs.com/Sergue%C3%AF-Prokofiev-G%C3%A9rard-Philipe-Orchestre-Symphonique-De-LURSS-G-Rojdestvenski-Pierre-Et-Le-Loup/release/4819493

En décembre 1929, Staline annonce ainsi vouloir « le passage de la limitation des tendances exploiteuses des koulaks à la liquidation des koulaks en tant que classe », ce qu’approuve le Politburo en 1930. Une entreprise de liquidation des koulaks qui résistent à la collectivisation est alors lancée : c’est la dékoulakisation. Dans la réalité, tous ceux qui s’opposent à la collectivisation sont présentés comme koulaks. Or, la grande masse des paysans s’opposaient à la collectivisation. En 1930, face à la menace collectiviste, de nombreux paysans préfèrent abattre leur cheptel plutôt que de les donner aux structures collectives : plusieurs dizaines de millions de têtes sont ainsi perdues.

 0

Pour faire face au mécontentement paysan, les expropriations et exécutions se multiplient et les camps du Goulag se remplissent. Le Goulag est une administration centrale qui dirige des camps en Sibérie ou au Kazakhstan. Souvent, les koulaks sont déportés en famille dans ces régions périphériques afin de les mettre en valeur. Ce sont les « colons spéciaux » qui, surveillés, ne peuvent quitter leur nouvelle région et travaillent dans des chantiers où la mortalité est élevée. En 1930 et 1931, on compte environ 1,8 million de victimes de la dékoulakisation. Or, ceux qui résistaient étaient souvent les paysans les plus dynamiques. Les campagnes se retrouvent à la fois décapitées et terrifiées.

Cette situation aboutit à de nombreuses famines, et à l’Holodomor, qui signifie « extermination par la faim » : cette famine frappa durement le Kouban et l’Ukraine, et fit entre 2,5 et 5 millions de morts.

 

Voyant cependant des amis disparaître lors de la première purge stalinienne, Prokofiev eut la lâcheté d’écrire une cantate pour le XXe anniversaire de la révolution, une ode à Staline à l’occasion de son soixantième anniversaire, Zdravitsa, et divers hymnes à la gloire de barrages hydroélectriques.

À l’étranger, il fut qualifié de propagandiste officiel. Le magazine Time titrait ainsi une couverture en 1945 : « Il marque le temps au métronome marxiste ». Prokofiev a écrit les partitions pour les épopées historiques d’Eisenstein « Aleksandr Nevsky » et « Ivan le Terrible ».

Il participe au culte dela personnalité du tyran

Il est possible d’étudier une Ode à Staline mise en musique par Prokofiev pour le 60e anniversaire de Staline en 1939. Elle illustre le culte de la personnalité de Staline, entre 1924 et 1953 et appartient à la propagande stalinienne.

En voici l’intégralité….

 

https://ru-clip.com/video/xLg7cmqlln0/prokofiev-cantate-zdravitsa-1939-avec-paroles-sous-titr%C3%A9es-en-fran%C3%A7ais.html

 

 

Les paroles du début sont les suivantes :

 

« Jamais nos champs fertiles n’ont donné une telle moisson.

Jamais nos villages n’ont connu un tel bonheur.

Jamais la vie n’a été aussi bonne et les esprits aussi élevés.

Jamais jusqu’à présent le seigle ne fut si vert.

Sur toute la terre, le soleil lance une lumière plus chaude.

Car la face de Staline le fait briller plus fort.

Je chante pour mon enfant reposant dans mes bras.

Grandi telles ces fleurs, délivré de toute crainte.

Tu apprendras la source de ce soleil qui baigne notre pays.

Et tes petites mains copieront le portrait de Staline. »

 

La cantate du 20 eme anniversaire de la Révolution d’Octobre raconte l’histoire de la Révolution bolchevique et de la naissance de l’ Union Soviétique , de la bataille du Palais d’Hiver en 1917, des souffrances de 1918 et des funérailles de Lénine en 1924, de la construction d’usines et de les fermes au début des années trente, et la consolidation finale du contrôle de Staline sur le pays avec sa nouvelle constitution de 1936.

http://imperiya.by/video/rTPJH–0sz4/Prokofiev-October-Cantata-Kondrashin.html

 

 

Norman Lebrecht

L’histoire ne compte aucune autre heure pareille. Le soir du 5 mars 1953, entre 21 h et 22 h, dans une datcha en bordure de Moscou, Joseph Staline s’éteignait d’une hémorragie cérébrale. Cinquante minutes plus tôt, dans un appartement communal de Moscou, Serge Prokofiev venait de succomber à un accident vasculaire cérébral. Une telle coïncidence est sans pareille

 

 

J’ai sous les yeux le programme d’un concert donné le dimanche 21 décembre 1941 par le BBC Symphony Orchestra et Sir Adrian Boult, « en l’honneur du 60e anniversaire de Staline ». Le principal compositeur inscrit au programme était Prokofiev.

Prokofiev, en mourant avec Staline, est enseveli avec lui dans notre inconscient collectif. Nous évitons la plus grande partie de sa musique en raison des associations qu’elle évoque et les Russes la traitent avec circonspection parce que le mal est toujours menaçant.

Bien que Prokofiev ait été favorable à la révolution russe, sa musique était jugée tantôt trop bourgeoise, tantôt trop cosmopolite, pas assez russe. Il est une des victimes des revirements de la « politique musicale » (oui, ça existe en régime totalitaire) de l’Union soviétique. Une année, il reçoit le Prix Staline, 1943, une autre, on lui coupe les vivres et ses œuvres sont interdites

En 1947, Prokofiev est proclamé « Artiste du Peuple » En 1948, le chef de l’Union des Compositeurs le dénonce comme « formaliste » et « bourgeois » et les représentations publiques de ses compositions sont interdites. En 1957, le Prix Lénine lui a été décerné à titre posthume.

 

https://pgibertie.com/2018/02/24/emmanuel-macron-revisite-prokofiev/

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Pierre 26 février 12:34

    Pas étonnant, extrêmement doué, Prokofiev savait tout faire dans tous les styles !


    • zygzornifle zygzornifle 27 février 09:44

      @Pierre

      C’était un pro kofiev

    • bob14 bob14 26 février 15:09

      Le gamin pas fini en représentation permanente..un cas intéressant pour les Psys smiley


      • Luniterre 26 février 16:04

        En histoire comme en musique, il y a différentes interprétations possibles, à partir des mêmes notes.

        Les russes eux-mêmes étant concernés au premier chef, c’est le cas de le dire, ils connaissent donc mieux la musique que nous, manifestement, et leur interprétation a de fortes chances d’être la meilleure, dans tous les domaines, historique et musical.

        Sur le plan historique, elle diffère fortement de la « version française », en tous cas !

        Et sur le plan musical, quoi qu’il en soit, merci à l’auteur pour cette excellente compilation !!


        Luniterre


        • Le421 Le421 26 février 18:03

          A quand les films pornos ??
           smiley


          • Jean Roque Jean Roque 26 février 18:13

            Le Roi Soleil dansait vêtu d’or... Le Soleil Gauchiste fait du en même temps socialiste...
             


            • baldis30 27 février 09:43

              Bonjour,

              il est curieux que personne n’ose rappeler aux politiciens français qu’un certain Hector Berlioz, musicien et ECRIVAIN (*), composa un jour un Hymne du chemin de fer ... Est-ce par vengeance politicienne que la voie ferrée desservant La Côte-Saint-André ne fonctionne plus ...pouvant de plus desservir l’aéroport voisin ... quel crime ainsi évité ...

              Signalons aussi à tous ces danseurs politiciens devant les buffets ( vides ...- c’est à voir lors des réceptions ... ? ) que Darius Milhaud composa un ballet « Le train bleu » peut-être tiré à l’époque par une « Pacific 231 » ( laquelle avait de quoi faire haleter n’importe quel ... avide de voix électorales) !

              (*) Quand les profs de français cesseront ils leur ostracisme envers un excellent écrivain et journaliste ... ? Ils préfèrent Crébillon ... 


              • zygzornifle zygzornifle 27 février 09:44

                Macron est comme une mouche verte , il se pose partout ou il y a bombance .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès