• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > En finir avec la « baby culture »

En finir avec la « baby culture »

"Dès qu'ils marchent à quatre pattes et commencent à se retourner, les couches classiques peuvent se détacher. Et si vous passiez aux couches XXXX ? Elles sont faciles à enfiler même quand ils bougent et gigotent. Votre bébé est bien protégé ! Recommandé par 95% des clients". Rien qu'aujourd'hui et seulement sur la chaîne D17, cette énième publicité pour couches a été diffusée plus d'une dizaine de fois ! Et encore, il ne s'agit que d'une des nombreuses publicités du genre qui entrecoupent les programmes. Entre couches auto-ajustables, doudous-veilleuses et tétines parlantes, on n'en finit plus.

C'est que le bébé, avant d'être un petit homo sapiens incontinent poussant des "Gna !" et des "Rheu !" stridents, est aussi un formidable atout marketing dans une société de l'enfant-roi. Selon un article de Libé datant de 2008, le "baby business" représenterait 2,5 milliards de bénéfice chaque année. Dix ans plus tard, on a dépassé les 3 milliards selon les Échos, et ce chiffre devrait atteindre les 5 milliards d'ici 2030. Si tout le monde connaît les grandes multinationales de couche-culottes et de plats pour bébés, le marché tend néanmoins à se diversifier avec l'apparition de startups qui surfent allègrement sur cette baby-mania et proposent de nouveaux services : nourriture biologique, vêtements de luxe, objets connectés… D'après une étude de l'INSEE parue en 2016, les dépenses mensuelles occasionnées par la présence d'un nourrisson représenteraient 15% du budget familial, soit en moyenne 208 euros dont 43% servent à acheter des jouets dernier cri. Tenez-vous bien : il existe même en Occident des masseurs pour bébés ! Pour avoir l'honneur d'exercer cette glorieuse profession, il faut tout d'abord être un masseur certifié ayant plusieurs années d'expérience ; mais encore, il faut de longues études assidues en "baby massage" et un examen national très strict sanctionné d'une certification. Comparé à ça, entrer à l'ENA, c'est du pipi de chat… Et il paraît que cette profession serait en plein essor.

De fait, toute notre société semble s'organiser autour du baby-worship, ce culte rendu au nourrisson, entre attendrissement et vénération. Le marché n'a eu dès lors qu'à tirer son épingle du jeu, comme en témoigne la présence croissante de bébés dans des publicités pour des produits qui, à première vue, n'ont rien à voir avec les bébés, comme l'eau Evian ou le fromage St. Albray par exemple. Tête bien ronde, joues roses et bombées, yeux ronds et pétillants, bref de quoi rendre fou(lle)s ces Occidentau(lle)x à l'inconscient pétri de judéo-christianisme et leur faire servilement acheter lesdits produits.

Johannes Frasnelli, professeur d'anatomie à l'Université du Québec a en effet mené une étude selon laquelle la vue de bébés active chez les Occidentaux (hommes et femmes) les mêmes zones du cerveau que la vue d'un bon gâteau. Volontiers provocante, cette comparaison a le mérite de montrer le rapport paradoxal qu'entretient l'Occident avec la petite enfance : mélange de fascination et de possession. Le terme "possession" n'est pas exagéré au vu des récentes découvertes scientifiques. D'après une expérience réalisée par l'université du Michigan en 2015, l'odeur spécifique des nouveau-nés rendrait littéralement dingue : trente femmes ont participé à une expérience consistant à renifler des bébés nouveau-nés… Chez la plupart d'entre elles, les zones du cerveau activées par l'odeur des bébés correspondait à la zone qui s'active lorsqu'un toxicomane sniffe de l'héroïne. De nombreux forums attestent d'ailleurs de cette obsession pour l' "odeur des bébés" : de nombreuses jeunes mères déclarant (non sans honte) aimer sentir longuement – voire lécher – leur nourrisson. Une entreprise de cosmétique états-unienne est allée jusqu'à fabriquer un parfum "à l'odeur de bébé" avec un large succès auprès des jeunes femmes...

Cette dernière information, loin d'être anecdotique, devrait nous interroger : qu'est-ce qui cloche chez une personne pour qu'elle aime sentir l'odeur de nouveau-né au point d'acheter un parfum prévu à cet effet ? Sans faire de la psycho de comptoir, on peut se demander si, à travers la projection d'une odeur infantile sur son corps, la personne ne cherche pas à retourner inconsciemment dans sa petite enfance qui est non seulement un souvenir nostalgique mais aussi l'expression fantasmée d'une pureté originelle (idée largement véhiculée par le christianisme : cf. Matthieu 19:14). Avoir sur soi l'odeur d'un bébé, n'est-ce pas symboliquement revenir à cet état de béatitude perdue ? Rappelons néanmoins que cette fameuse odeur de nouveau-né qui affole les parents occidentaux n'est qu'un mélange de senteurs de lait, de matière fécale, de sueur et de liquide amniotique dans lequel ils ont mariné neuf mois durant.

La bébécratie n'est pas seulement économique, elle est aussi socioculturelle. Si Noël est aujourd'hui une fête largement commerciale, elle n'en demeure pas moins l'une des principales célébrations chrétiennes fêtée par plus d'un milliard de personnes à travers le monde. Or, qu'est-ce que Noël sinon l'expression de cette baby culture ? Pensez donc : Dieu qui tient l'Univers dans la paume de sa main devient un couineur édenté et incontinent… C'est le triomphe de la mignonnerie sur le sacré, de la faiblesse sur la force et de l'attendrissement sur la piété. Là où les dieux antiques fulminaient depuis leurs piédestaux face à des pèlerins emplis d'une pieuse crainte, le dieu monothéiste (mérite-t-il encore un "D" majuscule ?) provoque de l'attendrissement et presque de la compassion chez le fidèle.

La présence de la baby-culture est également pesante dans la culture de masse. Rien que l'émission "Baby Boom" diffusée chaque vendredi sur NT1 enregistre des centaines de milliers de vues et se classe au deuxième rang des audiences juste après "Vendredi tout est permis" et loin devant Hercule Poirot. Les magazines féminins et les librairies regorgent quant à elles d'articles et de témoignages sur le bonheur extatique d'avoir des enfants. L'injonction culturelle est claire : femmes, devenez mères. Il est effectivement à noter que les publicités, les articles de presse et autres propagandes babystes visent exclusivement les femmes. Il est extrêmement rare de voir en France une publicité figurant un père en train de changer les couches de son enfant ou un programme sur les joies de la paternité. Au contraire, les programmes comme Confessions Intimes nous figurent plutôt la paternité comme une contrainte pour ces messieurs qui préfèrent jouer à GTA que s'occuper de leur rejeton, tandis que ces contraintes seraient parfaitement naturelles pour les femmes dont la nature même serait de renoncer à leur travail et à leur temps libre pour s'occuper de leur boud'chou. Quant aux quelques pères responsables qui prennent des congés paternité, ils suscitent encore l'hilarité des collègues masculins.

"Être mère, c'est extrêmement mal vu de nos jours !" ânnonait la pseudo-historienne intégriste Marion Sigaut sur les ondes de Radio Courtoisie, dénonçant un supposé complot illuminati pour organiser la dénatalité de l'Europe en poussant les femmes au travail loin de leur foyer où serait leur place naturelle. Difficile de ne pas sourire face à un tel discours quand on constate le bombardement culturel, social et économique pro-maternité que doivent subir les femmes dès leur plus jeune âge. Les jeux de poupée ne sont-ils pas des répétitions de la maternité, censés conditionner la petite fille à son futur rôle de mère ? Rassurez-vous, Mme. Sigaut, votre "complot dénataliste" est (malheureusement) imaginaire.

Quid de la pression morale ? En 2018, il est encore tabou (surtout pour une femme) de ne pas vouloir d'enfants. Être "childfree" est vu comme de l'égoïsme, voire de la trahison contre la nature. Comment ça, vous préférez mener votre carrière et faire le tour du monde que de passer des années à veiller la nuit et à changer des couches pleines de m*rde ? A une époque où l'humanité prend peu à peu connaissance des limites de notre planète et du danger que représente la surpopulation, sensibiliser l'opinion publique sur la nécessité de réduire les naissances ne serait peut-être pas une mauvaise idée. D'après les projections démographiques de l'ONU, la population mondiale devrait se situer dans une fourchette de 11 à 16 milliards d'habitants à la fin du siècle. Lorsque l'on sait que la Terre ne peut nourri de manière suffisante et continue plus de 15 milliards de personnes, il est légitime de se faire du souci. Cependant, la dénatalité semble encore un sujet tabou dans un Occident qui obéit à la maxime vétérotestamentaire "Croissez et multipliez-vous" (Genèse 1:28).


Moyenne des avis sur cet article :  1.68/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 3 août 14:34

    En quoi cette « baby culture » vous gène, vous, personnellement ?


    Si certaines femmes souhaitent s’asperger de senteur « matière fécale et liquide amniotique », en quoi cela vous concerne ?

    En France, on est à 2,01 enfant par femme, c’est à dire une population constante, malgré les sois disant lobbies pro-natalités. Et on est excédentaires en production agricole, on jette 1/3 de la production et il reste encore de quoi exporter.

    Votre discours sur la nourriture est valable pour les pays où la fécondité est démesurée, comme pas mal de pays d’Afrique qui vont certainement connaitre des famines prochainement, mais pas en France.

    Quand à votre prétendue persécution de ceux qui ne veulent pas de gosses, c’est souvent juste la (non) grand mère qui fait un peu la tête, pas de quoi en faire une omelette.

    • picpic 3 août 15:33

      @bibou1324

      Le bébé occidental, ça gène une bonne partie du reste de l’humanité, moi compris.

      La largeur de votre champ de conscience fait peur...
      avez vous la moindre idée de ce que représente un nouveau né occidental en terme de pollution et de destruction et autres asservissement d’autruis un peu partout sur la planète, pour son petit confort ?

      L’homo occidentalus est devenu un nuisible de par sa régression anthropologique.
      n’étant plus contraint par la nature, étant trop sécurisé et trop gâte...il se comporte comme un adolescent pourri, un enfant roi qui veut tout, même des bébés, à lui de son petit code génétique si précieux, quand de l’autre coté du monde, il y a une tetra chiée de gosse qui crève de faim dans la rue.


      j’en ai un...et ça ne m’empêche pas de prôner qu’il vaut mieux s’abstenir.
      et quand vous dites ça, vous êtes soupçonné de ne pas aimer votre enfant.
      j’adore mon enfant, mais je réalise que c’est une connerie absolue de l’avoir fait, c’est pas incompatible.

      une fois que t’as un gosse, tu es obligé d’abdiquer à tout un système malsain.
      et tu passes ton temps à chercher à être cohérent avec toi même, tu te trouves des « amis » qui sont aussi dans ce souci de cohérence et tu te racontes avec eux, qu’en fait, c’est comme ça, t’as pas le choix...il faut..blablabla..

      et pendant ce temps, madame fait son shopping chez zara, parce que du deuxième main pour bébé, c’est hors de question, il faut du vêtement fabriquer par du petit chinois ou de l’indien, c’est tellement plus chic !







    • Sozenz 3 août 15:57

      @picpic

       comme je vous plains .
      je vous invite a méditer sur vos paroles . je vous invite même à prier pour voir plus clair .
      car franchement vous allez très mal .


    • V_Parlier V_Parlier 3 août 15:58

      @bibou1324
      Cet auteur misanthrope se complait vraiment sans cesse, dans la haine de la famille, des traditions, de son peuple, en croyant par dessus le marché être original et anti-système. Pitoyable.


    • V_Parlier V_Parlier 3 août 16:04

      @picpic

      Vous écrivez : « une fois que t’as un gosse, tu es obligé d’abdiquer à tout un système malsain. »
      -> Non, c’est parce-qu’il y a un autre problème à la base : La culture du gaspillage, de la surconsommation, de la paresse et de la frime. Et quand les gens ont des enfants ces éventuels penchants se révèlent encore plus car il y a des choses supplémentaires à gérer : Eviter le gaspillage de la bouffe, ne pas céder à la facilité (moins de travail = du jetable), ne pas « tapisser » toute la surface habitable de jouets-déchets en plastique toxiques inutiles, etc...

      Rendre les bébés responsables des méfaits de ceux qui sont déjà nés, c’est tendance aujourd’hui. C’est dans la suite logique de la haine de la descendance telle que promue par les bobos et néo-féministes depuis quelques décennies.

    • V_Parlier V_Parlier 3 août 16:10

      @Sozenz
      Comme vous, je vois le résultat : Comment les non-croyants virulents qui se révoltent contre les travers de leur société (même pour de bonnes raisons initialement) en arrivent aux pires déductions et aux pires projets. Il n’est pas étonnant que les nations sans croyants périclitent (même avec tout ce qu’on peut reprocher à tous ceux qui se sont servis de la religion). Il n’est pas non plus étonnant que les révolutionnaires athéistes aient commis les pires horreurs.


    • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 3 août 19:08

      Bonjour cher @picpic


      La lecture de votre commentaire a été une joie intellectuelle et morale. Vous avez le courage de tenir un discours qui est malheureusement tabou et qui, dans cette société de bons citoyens délateurs, pourrait même vous coûter une visite des services sociaux chez vous, car, comme vous le dites, avoir un enfant et dire que l’enfant occidental est un pollueur, cela constitue un crime de lèse-majesté dans cette société de l’enfant-roi. A notre époque où l’on rend un véritable culte à tout ce qui est « mignon », ne pas fondre devant l’image d’un petit chien ou d’un enfant vous classe dans la catégorie des monstres. C’est parce que l’Occident, hanté par tous ses crimes passés, veut se refaire une nouvelle virginité en mettant au piédestal tout ce qu’elle a blessé au cours des siècles. Ainsi, le pseudo-humanisme des Occidentaux n’est qu’un paravent à leur culpabilité. Les enfants étaient battus et maltraités pendant des siècles ? On les met au piédestal et on organise la société autour du culte de l’enfance (rappelons que notre vie n’est plus rythmée par le calendrier martial comme à Rome mais par le calendrier scolaire). On a réduit des peuples entiers en esclavage ? Eth bien, faisons l’éloge de la diversité. On a brûlé des chats en place publique ? Vite, donnons leur des droits. Que ce soit clair : je suis POUR la diversité, le développement de l’enfance et le bien-être des animaux (en particulier des chats). Mais ce que je dénonce, c’est que l’éloge qu’on fait de ces catégories ne vient pas d’un élan sincère de les aider mais d’un désir inconscient de racheter les fautes ancestrales. Ce serait très noble s’il s’agissait d’un vrai élan humaniste, mais ce n’est hélas pas le cas : il s’agit juste de se donner bonne conscience. Du coup, on sombre d’une hystérie à une autre : si autrefois il était courant qu’un père balance son nouveau-né du haut d’une falaise parce qu’il voulait un garçon et non une fille, aujourd’hui le simple fait de mettre une fessée à un enfant ferait descendre votre cote de popularité plus bas que celle d’Hitler en 1946. Bref, l’Occident porte en lui une pulsion de mort qu’il ne sait comment assouvir et fait l’exact contraire de ce qu’il a fait durant des siècles, ce qui équivaut à passer d’une hystérie à une autre.

      Certains vous soupçonnent de misanthropie, je pense que vous êtes seulement une personne de bon sens qui n’a pas peur de penser au delà des émotions et du discours convenu. Oui, le bébé occidental pollue plus que trois vaches réunies : rien que la fabrication des couches et leur recyclage demande une consommation très grande en énergie.

      L’homo occidentalis est effectivement le plus grand pollueur au monde. Quand j’entends des discours comme : « C’est pas à nous de réduire notre population mais aux Africains qui font 10 enfants par femme », j’ai la nausée. Si la fécondité est supérieure en Afrique (où elle tend d’ailleurs à se stabiliser à 4 ou 5 enfants par femme) la consommation est près de dix fois plus importante en Occident. Par exemple, un Subsaharien consomme moins de 10 litres d’eau domestique par jour tandis qu’un Amerloque en consommera plus de 250. Difficile de ne pas voir dans l’homo occidentalis un nuisible après ces chiffres. Et encore, en France, on est plus ou moins éco-responsables. Mais l’homme états-unien est une véritable plaie pour la planète, une sangsue qui pollue presque sans s’en rendre compte. L’Amérique putride sera, je l’espère, un jour châtiée par la nature pour tout le mal qu’elle lui fait subir.

      Bref, au vu de ces éléments, il est plus que nécessaire de réduire la population et de devenir éco-responsables si l’on veut encore pouvoir sauver ce qui reste de notre pauvre planète. Cela fait plaisir qu’il y a encore des personnes de bon sens telles que vous.

      Cordialement

      Nicolas Kirkitadze

    • Julien30 Julien30 3 août 21:06

      @Nicolas Kirkitadze

      « l’enfant occidental est un pollueur »
      « Difficile de ne pas voir dans l’homo occidentalis un nuisible après ces chiffres. »
      « Mais l’homme états-unien est une véritable plaie pour la planète, une sangsue qui pollue presque sans s’en rendre compte. »

      Faut pas rester tout seul avec ces pensées nauséabondes dans votre petite tête, surtout par cette chaleur, contactez votre psy , le traitement actuel n’est clairement pas efficace.


    • popov 4 août 10:26

      @picpic
       

      Si vos parents avaient pu bénéficier de vos conseils et les appliquer, vous ne seriez pas ici aujourd’hui.

    • mmbbb 4 août 12:58

      @bibou1324 en cela la conclusion de l auteur est stupide puisque la France contrairement a d autres pays a maintenu sa croissance demographique C est le de l Egypte dont la population a vu sa population multiplie par 4 depuis les annes 1950 Ce pays compte desormais 98 millions d habitants Demain la Turquie aura un poids demographique important dans la region et si ce pays rentrait dans l europe, ( les USA poussait a l roue ei son inetgration fut l objet de vifs debays ) , il serait le pays le plus peuple d Europe Les ordres de grandeur ne sont pas les mêmes Quant a nous, cette fecondite est tiree par le haut par l immigration Il devrait lire les etudes demographiques de Mme Tribalat Par ailleurs me semble t il , cet auteur est pour une immigration massive Qu il se rassure, le différentiel du taux de natalite entre les pays occidentaux dont la France et les pays su Sud augmentera notamment ceux de l Afrique Demain c est cette migration massive dont on percoit uniquement le debut du phenomene qui changera la physionomie des cultures européennes . Sa conclusion est confuse
      Les blancs demain, ne seront peut etre plus les rois


    • mmbbb 4 août 13:29

      @picpic Vous faites parti de la secte des auto répentants comme ce MICROF Donnez moi une adresse pour que je puisse m acheter une robe de bure Ce qui est étonnant c est que le même discours est tenu par des personnes voyageant beaucoup ( moi je voyage peu, puisque maintenant nous retrouvons les memes partout sur les memes sites, les sites hitoriques sont devenu des disney land culturels puis je ne tiens pas trop a chopper une saloperie ) et revenant en France me font t la morale puisque je suis un nanti et par réaction je les envoie paître vertement, ils n acceptent guere Cette classe moyenne bourgeoisie a une haute conscience du monde que je n ai évidemment pas et surtout que je ne revendique pas .Mais des le moindre bo bo, ils courent a l hopital , ils usent de la modernite de la societe occidentale et ne restent pas en Inde par exemple ou les bacteries multi résistantes sont un fleau . Certains touristes francais ont ete pris en charge par l ambassade de France Par ailleurs, lorsqu ils voyagent, ils oublient qu ils prennent l avion, cet bel objet est le fruit de la connaissance scientifiques de nos pays Peu de ces gens la peuvent pretende être des Diogenes . Ces personnes aiment plutot cracher dans la soupe mais sont incapables de d une vie spartiate et d affronter seul les aleas de la vie . Accepteriez vous que votre enfant puisse mourir par defaut de medicalisation ? un exemple simple qui evite des circonlocutions inutiles


    • MILAREPA 6 août 10:14

      @picpic

      J’adore votre intervention.

      Ça fait longtemps que je n’ai pas entendu quelque chose d’aussi sensé sur le fait d’avoir un enfant.

      Mais il faudrait que davantage de personnes pensent comme vous !


    • Ben Schott 3 août 14:57

       

      La liberté d’expression, c’est aussi, je dois l’admettre, celle du puceau qui explique la vie à son père.
       
      Journaliste indépendant d’accord, mais n’oublie pas de ranger ta chambre...
       


      • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 3 août 18:38

        @Ben Schott

        Ma chambre est très bien rangée et mon chat dort tranquillement sur mon lit, merci de vous en inquiéter.

        Quant à mon prétendu pucelage, j’aimerais connaître vos sources.
        Il est drôle que dans cet Occident judéo-chrétien la virginité soit un qualificatif mélioratif pour une femme et péjoratif pour un homme. Personne ne dira à une jeune fille : « Baise d’abord et tu pourras parler comme une grande ensuite ». Au contraire, la virginité féminine est considérée comme un flambeau qu’il faut entretenir le plus longtemps possible tandis que pour un homme ce serait un fardeau, une tache de Macbeth à laver le plus rapidement possible. Pourtant, en toute logique, pour que les hommes perdent leur virginité, ils faut que les femmes perdent la leur aussi, non ? Bref, l’Occident s’enfonce dans ses contradictions et ses images préconçues issues d’un autre âge.

      • mmbbb 4 août 13:36

        @Nicolas Kirkitadze cela tombe a propos Enfant roi , je retire cette phrase « Selon un article de Libé datant de 2008, le »baby business" représenterait 2,5 milliards de bénéfice chaque année. Dix ans plus tard, on a dépassé les 3 milliards selon les Échos,« 
         Tu as un chat , rappel  » un chiffre d’affaires frôlant les 4,6 milliards d’euros " 
        https://www.lesechos-etudes.fr/news/2017/08/25/animaux-de-compagnie-un-marche-en-pleine-forme/
        Donc en conclusion faut il faire ha re ha re ou miaou ? La est la question


      • skirlet 5 août 14:19

        @Nicolas Kirkitadze
        Que je sache, en Géorgie la religion la plus représentée est justement le judéo-christianisme...


      • gaijin gaijin 3 août 14:59
        "qu’est-ce qui cloche chez une personne pour qu’elle aime sentir l’odeur de nouveau-né au point d’acheter un parfum prévu à cet effet « 
        rien ne cloche c’est juste un impératif biologique, notre société en réduisant l’homme a sa partie matérielle le réduit également a être la victime de ses pulsions de base ....
        un paradoxe apparent pour une culture ( une pseudo culture car on ne cultive rien ) qui se prétend en capacité de s’ affranchir des lois naturelles et développer un humain » hors sol "

        • V_Parlier V_Parlier 3 août 16:06

          @gaijin

          « qui se prétend en capacité de s’ affranchir des lois naturelles et développer un humain » hors sol »
          -> Très bien dit.

        • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 3 août 18:28

          @gaijin

          Qu’y a-t-il de mal à être « hors-sol » ? Que voulez-vous alors ? Un homme ancré dans le terroir qui nait vit et meurt dans le même village et qui est pétri de superstitions venues du fond des âges transmises oralement au coin du feu ? Ce « retour au bon vieux temps » fait fantasmer beaucoup d’Occidentaux : surtout des personnes d’extrême-droite et d’extrême-gauche mais quand on a connu ça pour de vrai, il n’y a rien de charmant. Je suis né dans un pays où l’on a ce mode de vie et je peux vous dire que la seule chose à laquelle aspire la jeunesse c’est de s’en détacher au plus vite. L’Occident se lamente sur son sort et envie les peuples qui « ont gardé leur âme » mais ces peuples veulent avant tout s’occidentaliser. Bref, on ne rêve que de ce qu’on n’a pas...
          Quant à moi, en fier disciple d’Ayn Rand, je me satisfais très bien d’être un cosmopolite et de choisir qui je veux être. Il y a tellement de pays où les gens ne peuvent pas choisir car le poids de la tradition de la famille et de la pression sociale leur attribue des rôles prétendus « naturels » qu’ils doivent remplir toute leur vie durant : nous devrions nous estimer heureux d’être débarrassés de ces archaïsmes. Ce qu’on nomme « ordre naturel » n’est qu’une construction du pouvoir en place afin de faire accepter leur condition aux gens. Ainsi, sous l’Ancien Régime, le discours était qu’il était « naturel » que la société soit divisée en nobles et en roturiers : ce discours était même parfaitement accepté par les paysans que l’Eglise se chargeait d’abrutir. L’humanisme et la Révolution n’ont donc pas « renversé l’ordre naturel » comme le disent les maurrasso-pétainistes mais créé un nouvel ordre naturel. L’ordre naturel, c’est celui qu’on crée car l’état de nature est plasmatique et non solide comme on a pu nous le dire.

        • gaijin gaijin 4 août 10:31

          @Nicolas Kirkitadze
          « Qu’y a-t-il de mal à être « hors-sol » ?
          rien c’est juste que c’est pas possible
           » L’Occident se lamente sur son sort et envie les peuples qui « ont gardé leur âme » mais ces peuples veulent avant tout s’occidentaliser. « 
          oui bien sur l’occident est un parfait miroir aux alouettes mais lui sait ce qu’il a perdu ......c’est la différence, votre jeunesse pleurera sur la mort de ses illusions avant d’avoir atteint la vieillesse comme toutes les autres sur l’air de » comment en sommes nous arrivés là « 
           » Il y a tellement de pays où les gens ne peuvent pas choisir car le poids de la tradition de la famille et de la pression sociale leur attribue des rôles prétendus « naturels » qu’ils doivent remplir toute leur vie durant :« 
          oui c’est juste c’est un problème et c’est vrai que c’est une construction du pouvoir mais la solution n’est pas là ou vous l’imaginez parce que le problème n’est pas que politique, en effet l’être humain a besoin de liberté mais il a aussi besoin de conscience ( je ne parle pas de conscience morale mais de conscience de soi ) pour savoir quoi faire de cette liberté. pour paraphraser rabelais je dirais que liberté sans conscience n’est que ruine de l’âme. l’occidental a jeté le bébé avec l’eau du bain et se retrouve prisonnier dans un monde pervers il est libre mais uniquement d’être un esclave  »
          Ainsi, sous l’Ancien Régime, le discours était qu’il était « naturel » que la société soit divisée en nobles et en roturiers
          et qu’est ce qui a changé au juste ? c’est aussi le discours dominant « la destinée manifeste  » de nos amis anglosaxon : si c’est dieu permet qu’il y ait des oppresseurs et des opprimés alors nous ne devons pas aller contre sa volonté ( surtout bien sur si nous sommes du coté du manche )sauf que a la différence de l’ordre ancien on ne vous le formulera jamais parce qu’en plus tout le monde est devenu hypocrite . 
          « L’humanisme et la Révolution n’ont donc pas « renversé l’ordre naturel »en effet mais vous avez dit vous même que ce n’était pas un ordre naturel ....c’est un ordre social oppressif , le remplacer par un ordre social encore plus oppressif n’est pas la solution

           » je me satisfais très bien d’être un cosmopolite"
          youpi bravo soyez heureux .....mais si un jour vous réalisez que peut importe que vous puissiez aller ou vous voulez puisque qu’il n’ y a nulle part où aller ne dites pas que vous n’avez pas été prévenu
          coca cola uber alles ! 

          bienvenu dans le village global
          et bonjour chez vous .............

        • mmbbb 4 août 14:24

          @Nicolas Kirkitadze a toute fin utile, je te rappellerai que les gens voyagent beaucoup parce qu ils vont chercher ailleurs ce que l on a détruit chez nous Il est étonnant que des pays comme l Inde rurale ait garde ces traditions Ces traditions dont les occidentaux admirent comme dans d autre pays , ces valeurs retrouvees dans ces pays la Un autre exemple l engouement des intellos pour le bouddhisme Entre le cycle des réincarnations et la vie eternelle de la doctrine chrétienne, quelle différence Aucune c est pretendre que la mort n existe pas L une est simplement jugée ringarde Quant a nous, nous passons dans l exces inverse , sous prétexte d anéantir l ordre ancien dont la pesanteur des traditions etait sclerosante la je l avoue puisque j ai connu cela avec les cathos , qu avons nous acquis , une famille décomposée recomposée decomposée Aucune etude serieuse n est faite puisqu il ne faut pas aller a l encontre de ces avancées sociétales Mais il y a tout de meme des enfants dans la souffrance, et ils ne sont nombreux . La durée d un mariage ? Le temps de faire la teuf Les personnes considerent leur partenaire comme des objets ou presque Une PMA generalisée puisque les femmes ou certaines ne veulent plus de rapport et le comble la GPA Hitler en avait revé puisque le III reich avait des pouponniéres Une idee de LGBT .Pour Pierre Bergé, payer un ouvrier ou une mère porteuse, c’est la même chose Donc Tonton Adolf n aurait pas renier ces propos Mais bon la c est Berge donc on s incline On peut etre homo mais etre un beau encule .
          L etre hors sol, inter changeable est le rêve des mondialistes un être sans différenciation culturelle , sans coutume sans sexe ( courant LGBT et les sous genre a la con ) donc la destruction du genre masculin. Paradoxe des paradoxe est que ces gens la sont pour une immgration sans limite tel que toi Ces gens la ont des traditions tres forte il suffit de voir les femmes voilees . il suffit d ecouter ce proviseur https://www.laprovence.com/article/edition-marseille/4592162/.html
          Les cathos que j ai connu paraissent soudain comme des lookoums
          Humanisme tu devrais lire Pic de la Mirandole , La revolution est tout de même plus complexe a expliquer que tes assertions D ailleurs en France, la revolution n a pas abouti, nous elisons depuis de Gaulle un monarque constitutionnel puisque le roi affaiblit sous la 4 eme etait incapable d action hormis d arroser les fleurs. Par ailleurs en France , a chaque poste important chacun se prend pour le roi Il y a d autres monarchies constitutionnelle qui sont des democraties non Cette revolution dont la terreur a ete le modele pour les regimes dictatoriaux Staline avait sa police politique Les revolutionnaires aussi Fouche La Terreur Staline l a applique avec zele Les proces de Staline , Collot d herbois un parangon , dans le role de procureur expéditif Staline n a fait qu in copier colle L ordre ancien a ete balaye mais la revolution francaise a laisse un fleuve de sang Omission volontaire ?


        • Jeekes Jeekes 3 août 15:41
          ’’Rien qu’aujourd’hui et seulement sur la chaîne D17, cette énième publicité pour couches a été diffusée plus d’une dizaine de fois !’’
           
          Rhâââ, sans déc ?
          Je compatis, franchement, j’me moque même pas.
          Si-si, j’vous l’jure.
          Mais j’en déduis que vous avez passé la journée entière devant la D17...
          C’est du masochisme pur et dur, ça.
           
          Bon, sinon, z’avez jamais essayé un truc qui marche à 100% pour éviter de se taper de la pub de merde ?
          (Lapalissade, toutes les pubs étant de la merde, comme chacun a pu le constater).
           
           
           
           
           
           
           
          Allez, j’vous la donne, la soluce...
           
          Regardez pas la télé !
           
           
          Fastoche quand on y pense, non ?
           


          • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 3 août 18:20

            @Jeekes
            En fait, il s’agit de la journée d’hier. Et comme il faisait trop chaud dehors (plus de 35°C) j’ai effectivement préféré rester chez moi à regarder des clips musicaux (j’avais trop chaud pour me concentrer et lire un livre). Bref, on s’en fiche de ma vie personnelle, ce n’est pas ça qui est important. Ce qui importe, c’est qu’on embrume l’esprit des gens avec les mêmes publicités rébarbatives et natalistes qui constituent un véritable mode de pression sociétale.


          • foufouille foufouille 3 août 19:42

            @Nicolas Kirkitadze

            pauvre chochotte, j’ai 31 à l’intérieur et 66 au soleil.
            un liertaryen se doit de vivre dans un pays libertaryen et pas dans un pays qui lui a tout donné gratos pour rien : tu vas vivre à singapour et tu rembourses toutes tes études, sécu, etc.


          • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 3 août 23:58

            @foufouille

            Chochotte ? Non, je suis juste né dans le Caucase, où on n’est génétiquement pas habitués à un climat à plus de 25 degrés. Autant les hivers rudes -15 ne me font pas peur, autant la chaleur m’est exécrable. Dieu merci, je suis en Normandie, une très belle région où le Soleil ne se montre pas trop impitoyable (quand il daigne se présenter, ce qui n’arrive pas souvent).

            L’expatriation me tente, je ne le cache pas. Mais ce n’est pas par esprit anti-français. Au contraire, j’aimerais être un ambassadeur de l’excellence française et surtout étudier les modèles politiques, sociaux et économiques des pays étrangers dont la France pourrait s’inspirer. Cela n’a rien à voir avec mes opinions libérales : j’ai juste envie de découvrir le monde. Je suis issu d’une triple culture (mère russe, père géorgien, éducation française) ce qui a naturellement alimenté ma curiosité et mon envie de découvertes.

            Singapour est un très beau pays, oui. Leur système n’est pas aussi ultralibéral que vous le dites. Les étudiants n’ont pas d’avantages sociaux dus à leur condition financière mais ils ont cependant de larges bourses au mérite. Un élève travailleur et assidu n’aura pas de mal à intégrer une université prestigieuse et à se voir octroyer une bourse. C’est peut-être moins « social » que notre système mais au moins les étudiants qui sont à l’université ont réellement mérité leur place et sont les futurs fers de lance du pays. J’ai eu l’occasion de rencontrer des étudiants singapouriens et sud-coréens en France : ils sont vraiment d’un autre niveau que nos bacheliers.

          • foufouille foufouille 4 août 10:14

            @Nicolas Kirkitadze

            j’ai pris l’exemple de singapour car comme tout pays libertaryen il existe une bonne partie des travailleurs qui vivent dans les pays limitrophes.
            un loyer à singapour est évidement hors de prix pour leurs salaires trop bas.
            pour le savoir, il faut cher un peu plus loin que le bout de ton nez.


          • mmbbb 4 août 16:34

            @Nicolas Kirkitadze Singapour n accueille pas toute la merde du monde C ’est tout


          • Destouches_ 3 août 19:45
            Un bon article, dont l’ironie a manqué m’échapper.
            Dans la veine « d’opération lune », grossir le trait pour dénoncer ce que l’on prétend défendre.

            Etant diplômé d’Histoire, l’auteur connait sûrement l’épisode de la guerre des berceaux menée par nos frères québécois, huit enfants par femme était lors la moyenne basse. Ils ont fait face aux massacres et déportations perpétrés par les britanniques et, grâce à cela, sont toujours présents aujourd’hui.

            Cet article représente avec une justesse saisissante mon état d’esprit lorsque j’étais étudiant, il y a une dizaine d’années, à un âge où l’on sait tout sans même avoir vécu.

            Je n’aurais jamais cru à l’époque que je deviendrais tel que je suis, passant notamment, sur le propos du texte, de célibataire convaincu et dédaignant les enfants, à un pater familias passionné et aimant. Ce qui est d’autant plus difficile qu’aujourd’hui, même un salaire d’ingénieur est insuffisant pour subvenir convenablement aux besoins d’une famille. Faire des gosses est, pour cette raison, une forme de résistance.

            Il faut le vivre pour le comprendre, ces bouts de choux décuplent nos forces, nos talents, notre imagination et notre sens de la projection.

            Il n’est de richesses que d’hommes après tout, le reste, c’est de la mandoline :)



            • Enabomber Enabomber 4 août 01:20

              @Destouches_

              même un salaire d’ingénieur est insuffisant pour subvenir convenablement aux besoins d’une famille
              Je serais quand même curieux de voir ces besoins. C’est quoi l’éducation, une prépa militaire à la consommation ?

            • zygzornifle zygzornifle 4 août 10:17

              Macron veut en finir avec la papy culture et pan un grand coup de savate dans la tronche des retraités ...


              • zygzornifle zygzornifle 4 août 10:20

                Faut piquer un maximum de pognon aux parents et a leur famille pour gâter le futur consommateur et surtout bien lui apprendre a piquer des grosses crises et autres colères quand on accède pas a ses désirs , il faut tout tout de suite et en quantité autrement j’hurle comme un taré ....


                • popov 4 août 11:29

                  @Nicolas Kikitadze

                   
                  Avec un nom comme le vôtre, vous devez en savoir un coin sur la Géorgie. Pourquoi ne pas en faire un article au lieu de venir râler sur le « judeo-christianisme » comme un soixante-huitard attardé.

                  • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 4 août 17:53

                    @popov


                    Avec plaisir !
                    Que voulez-vous savoir sur la Géorgie ? Le sujet serait bien trop large : culture, cuisine, paysages, mentalité, politique, société... C’est un petit pays qui compte une grande diversité tant sur un plan culturel que naturel.

                  • popov 5 août 12:44

                    @Nicolas Kirkitadze

                     
                    Politique, société, situation des régions sécessionnistes, relations avec la Russie, avec les USA, avec l’UE, pourquoi un ancien chef d’état géorgien s’est retrouvé dans le gouvernement d’Ukraine...
                     
                    Les informations dans la presse occidentale sont assez fragmentaires. Ce serait l’occasion sur AV de combler ce vide.
                     
                    Et, question un peu conne, y a-t-il en Géorgie des patronymes qui ne se terminent pas en « vili » ou « adze » ?


                  • skirlet 5 août 14:14

                    C’est déjà « -chvili » et « -dze » (pas toujours avec le « a »). Sinon il y a « -ani », « -ouli », « -ouri », « -ia », « -oua », « -ava », « -aïa », « -chi »...


                  • popov 6 août 14:18

                    @skirlet
                     

                    Simple curiosité : ces suffixes correspondent à quoi ? Des anciens clans ? Des ethnies différentes ?

                  • skirlet 9 août 00:03

                    @popov
                    Surtout des ethnies. Par exemple, « -chvili » (ce qui signifie « enfant ») se rencontre le plus souvent en Géorgie de l’Est, « -dzé » (pareil : « enfant ») - en Géorgie centrale et de l’Est. Chez les Mingréliens, c’est « -ia » qui domine, chez les Svanes « -ani », chez les Lazes « -chi », etc.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 15:26

                    A chaque nouvel article, cet auteur me révulse davantage.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès