• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > En jaune, combattre pour survivre

En jaune, combattre pour survivre

     Des tourbillons de suie d’une fumée acre et noire se dégagent d’un tas de palettes se consumant au centre d’un rond-point. Agglutinés autour de ce foyer improvisé, plusieurs dizaines d’humains en gilets jaunes sont ici pour crier leurs colères et leurs détresses. En face d’eux, des CRS planqués derrière leurs boucliers, matraque en mains et flash-ball à la ceinture, gazent et chargent ces contestataires venus demander un peu plus de justice et d’égalité. Cette armée à la botte d’un pouvoir corrompu aux services d’intérêts privés est conditionnée pour violenter et agresser des manifestants. Peu importe qu’ils soient pacifiques ou pas, peu importe qu’il y ait des femmes, des personnes âgées, les casqués sont aux ordres le petit doigt sur la couture du pantalon, conditionnés et formatés, le cerveau absent de réflexion. Fantassin de la loi, tu as oublié que dans la foule il y a tes frères, tes cousins, ta famille qui luttent aussi pour toi. Comment est-il possible qu’un corps d’état créé pour protéger et servir la population puisse ainsi renier son serment et se retourner contre elle ?

 Pendant ce temps, à la tête du pays, sous les ors des palais de la république, un gouvernement atteint de surdité ignore la nation en colère. Ses dirigeants se croient intouchables, éternels, et du haut de leurs superbes, avec tout le mépris et la morgue dont ils sont coutumiers, insultent et humilient le peuple en l’ignorant ou lui mentant. Ce gouvernement essaie de faire passer les manifestants pour des casseurs, des pollueurs, des irresponsables en justifiant son racket par une pseudo transition écologique dont il se fout éperdument. Un petit mot Monsieur le Président : on ne fait pas d’écologie le ventre vide ! À l’Assemblée nationale, de trop rares députés tirent le signal d’alarme et dénoncent la casse sociale et la paupérisation galopante issue d’une politique injuste et assassine. Ils sont raillés, moqués ou ignorés. Regardez la majorité des bancs désertés par nos élus. Les quelques présents qui, les yeux rivés sur leurs portables, ou parlant entre eux, ou le sourire et le mépris aux lèvres, n’écoutent même pas celui qui à la tribune déclame la vérité de la rue.

 Depuis plus de trente ans, les équipes gouvernementales successives ont pratiqué des politiques ultras libérales brisant la cohésion et l’unité citoyenne par une casse sociale sans précédent. Elles n’ont eu de cesse que de promouvoir et encourager les richesses personnelles. Accroissant la fortune des puissants cousus d’or en prenant dans la poche des pauvres. Qui peut décemment justifier, sans sombrer dans le ridicule, qu’un individu puisse posséder des milliards d’euros quand à quelques rues de chez lui, une femme et ses enfants sont à mendier sur les trottoirs ? Quand un ouvrier, ne pouvant plus se loger, dort dans sa voiture ? Quand des personnes âgées n’ont plus les moyens de se soigner, etc, etc... ? Dites-moi quel imbécile peut encore défendre de telles injustices ?

 Ce président et ses sinistres ministres, pour la plupart de ridicules et serviles marionnettes carriéristes, n’ont pas compris que ce qui se joue là, dans la rue, n’est pas un vaudeville mais une tragédie. Ce n’est pas une révolte, mais une insurrection prémices d’une terrible révolution à venir. Ici pas question de droite ou de gauche, de morale ou de philosophie mais, comme dans l’histoire précédemment, de nourriture, de logement, de soins. La goutte de carburant a fait déborder le vase des inégalités, l’urne des doléances.

 Les choix de société imposés par la caste des seigneurs détruit la planète et font crever les peuples. Ne croyez pas qu’ils l’ignorent, bien au contraire cela est prévu, programmé afin de s’assurer un pouvoir hégémonique et de faire de nos sociétés des réservoirs d’esclaves consommateurs sans réflexion donc, sans revendication. Une infime minorité s’accaparant la majorité des richesses a déclaré une guerre sans merci à l’humanité. Dans sa folie, ses modes de production et de consommation, elle initie et alimente un processus irréversible qui conduira irrémédiablement à l’extinction de la civilisation avant la fin de ce siècle.

 Cet article en fera sourire certains, pensant que ces réflexions ne sont que les élucubrations d’un incorrigible pessimiste jouant les Cassandres et, pour être franc, j’aimerais qu’ils aient raison. Pour eux, je voudrais tout de même faire ce petit rappel, en juin 1992 au sommet de la terre à Rio, 178 pays participants et plus de 800 chercheurs et savants avaient tiré le signal d’alarme concernant le devenir de la planète en termes d’écologie et de climat. Pendant les années qui suivirent, ce changement climatique, issu de l’activité humaine, fut ignoré et tourné en dérision. Le mensonge ou l’ignorance de certains comme Claude Allègre relayé par les médias, niaient et ridiculisaient cette thèse. Aujourd’hui, les pantins version Allègre sont pratiquement absents et les médias annoncent les catastrophes météorologiques issues de ces bouleversements écologiques et climatiques qui ne feront que s’amplifier dans les années à venir et que, plus personne de sensé peut nier...

 Les gilets jaunes et leur révolte sont aujourd’hui la conscience de la nation, ses espoirs, sa colère et ses droits. Un peuple opprimé qui ne se révolte pas et ne lutte pas pour sa liberté confisquée, est un peuple qui accepte la domination, la dictature et encourage indirectement l’injustice dans son pays. L’histoire nous a appris que le temps qui passe est chargé de sens mais, malheureusement pour les ânes cupides, les rapaces rongés par l’avarice, il ne se mesure qu’à l’aune de l’argent perdu ou l’argent gagné...


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 4 décembre 2018 10:59

    La colère n’est pas une « passion triste » comme le prétend notre président. Sauf naturellement dans les cas où elle est mêlée à des sentiments mauvais ou à des intentions de nuire.

    J’irai même plus loi : la colère est un droit. Mais alors, il faut bien avoir en tête que l’on ne doit pas user d’un droit n’importe comment. Le droit a pour pendants le devoir et la responsabilité.


    • Gabriel Gabriel 4 décembre 2018 11:13

      @Taverne
      Dans l’idéal vous avez raison, mais dans la réalité il en va tout autrement. Les formes que prenne la colère sont fonction du niveau d’exaspération et d’impuissance ressentie face au degré d’indifférence et d’injustice subit. Aujourd’hui, des individus n’ont plus rien à perdre parce qu’on leur a tout pris et qu’ils n’arrivent même plus à nourrir leur famille... Devant un ventre vide, la philosophie et le droit sont inaudibles. 


    • Taverne Taverne 4 décembre 2018 11:20

      @Gabriel

      Dans la réalité, le Droit est applicable. Quand une personne prise de colère (ussi légitime soit-elle) se laisse aller à la haine d’autres gens et les blesse ou les tue (ou les menace de mort), elle demeure responsable de ses actes devant la justice. La colère, oui, la haine et la violence physique non. Au juge d’évaluer s’il y a des circonstances atténuantes ou irresponsabilité mentale.


    • JL JL 4 décembre 2018 11:20

      @Taverne
       
       la colère n’est pas une passion du tout : c’est un état physique passager. Un coup de sang. En revanche, alimenter sa colère, effectivement c’est une passion triste ; Nuance.
       
       « La colère est un bref accès de folie » Horace


    • Taverne Taverne 4 décembre 2018 11:49

      @JL

      Vous abondez dans mon sens, ce qui me permet de préciser ma démonstration :
      la colère n’étant pas une passion,
      la colère n’est donc pas une passion triste (au sens actuel, pour le sens spinoziste : à voir).

      J’ai écrit un article sur la colère selon Sénèque : pour ceux qui veulent aller plus loin sur se sujet. Sénèque employait le mot de « passion ».


    • Fraternitus Fraternitus 4 décembre 2018 11:13

      Les milliards ne pèsent pas lourds face à l’odeur de la fumée.

      On a bloqué la France pendant trois semaines, aux prix de millards de perdus et on à rien obtenu.

      Et les casseurs en 8 heures de bordel dans le triangle d’or ils font reculer le gouvernement, pour un cout qui doit être de quelques millions.

      J’avoue que ça me perturbe et que je me pose des questions.


      • Gabriel Gabriel 4 décembre 2018 11:21

        @Fraternitus
        Ils ne comprennent et ne raisonnent qu’avec et par l’argent perdu ou gagné. Bloquez les grandes surfaces, les grandes entreprises et vous allez voir à quelle vitesse ils vont négocier car, ces points de production et de consommation sont leurs églises, leurs chapelles. Elles leur appartiennent et ils ne vivent et respirent que par elles et les dividendes qu’elles leur rapportent.


      • Jelena Jelena 4 décembre 2018 11:54

        @Fraternitus >> Et les casseurs en 8 heures de bordel

        Si il n’y aurait pas eu de casse, qu’aurait-on retenu de la manif du 1er décembre ? 2 à 3000 gilets jaunes ont chanté la marseillaise sous l’arc de triomphe... Cela aurait fait à peine 10 secondes aux 20 heures.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 11:51

        Survivre : LE PRIX DES SENS. Ou l’EN PIRE DES SENS. 

        A propos de l’impossible sens, revoir le film : Mon Oncle d’Amérique et l’analyse en laboratoire de rats ou souris placés face à un double-bind : survivre et perdre mon âme ou mourir et rester digne. https://fr.wikipedia.org/wiki/Mon_oncle_d%27Am%C3%A9rique. Extrait de Laborit : 

        Il reprend la théorie de Paul D. MacLean des trois niveaux cérébraux (ou « cerveau triunique », qui guidait la réflexion neuroscientifique à l’époque) :

        • Un cerveau reptilien, commun à tout le règne animal, qui assure nos réflexes de survie et qui dirige notre comportement de consommation ;
        • Un deuxième « cerveau », le cerveau limbique, commun à tous les mammifères, celui de la mémoire, qui guide notre comportement de récompense : il nous fait fuir les expériences que l’on a connues douloureuses (Chat échaudé craint l’eau froide) et agir pour rechercher le plaisir. Si toutes les issues sont bouchées, l’inhibitionde l’action provoque le stress et déclenche des maladies ;
        • Notre troisième « cerveau », le néocortex, plus développé chez l’espèce humaine, permet d’associer des idées provenant d’expériences différentes plus abstraites. Il ne nous sert hélas bien souvent qu’à tenir un discours qui permet de justifier nos deux premiers comportements.

        Le néocortex devrait nous permettre de comprendre que ces deux premiers cerveaux n’instaurent que des comportements de domination entre les hommes. Or l’homme n’est fait que de son contact avec les autres hommes. Ne pas être conscient qu’il faut au moins canaliser les instincts de domination (puisque nous ne pouvons les éliminer) ne peut conduire qu’au malheur individuel et collectif. Ainsi, selon Laborit qui conclut le film, connaître ces mécanismes ne permettrait certes pas de les éliminer, mais au moins de les utiliser pour faire autre chose, de même que l’étude patiente des lois du mouvement n’a nullement supprimé la gravité, mais nous a permis néanmoins d’aller sur la Lune ! Contrairement à ce qui est généralement admis :« le cerveau n’est pas le centre de la pensée mais celui de l’action ».


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 11:56

          Se battre pour donner du sens face à la stratégie psychotique du chaos. Le djihad préfigurait ce mouvement. Un peu de psychologie. LE CHAOS ou l’impossible SENS. Le but de la situation actuelle comme le dit très bien Emmanuel Todd : c’est le chaos. C’est le monde à l’envers. Exemple : Macron ne peur être une soutien des Rothschild, des Rockfeller et d’Israël. Pour le le Peuple Elu (Schmuel Trigano), le Roi ne peut descendre que des juifs. Simple précaution : Relisez l’excellent polar : la patience du diable de Maxim Chattam. Pour introduire le chaos dans le psychisme il suffit de créer des double-bind : Exemple : un feu vert sur lequel est posé un panneau : interdit de passer. C’est exactement ce qui se passe.Le but est bien de rendre les humains : FOUS. Le mieux : regarder tout cela avec beaucoup de distance. Ne pas avoir peur car c’est : LE BUT. 


          • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 4 décembre 2018 12:14

            @auteur,

            Euh comme logo, le poing d’ « otpor » c’est bien nécessaire ? On doit vraiment croire que ce serait une révolution de couleur poussée par l’Open Society Foundations de Soros ? sinon...


            • dorian 4 décembre 2018 12:26

              Article du mollasson Avoxien qui n’en fini plus de se lamenter et de pleurnicher pour tout et n’importe quoi. Tu crois que Macron ou un autre va te rendre intelligent ??? C’est pas JC il peut pas faire de miracle.


              • Gabriel Gabriel 4 décembre 2018 12:42

                @dorian
                Merci pour cet excellent et constructif commentaire. Moi aussi j’aime beaucoup les articles que vous avez écrit ainsi que vos sublimes commentaires emprunt de tolérance et de modestie. Ils sont intellectuellement enrichissants et resteront à jamais gravé dans nos mémoires.  
                Très très cordialement votre.


              • dorian 4 décembre 2018 12:48

                @Gabriel
                Mais je t’en prie , tout le plaisir est pour moi.


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 13:43

                C’est ainsi que Staline et Hitler sont montés au pouvoir. En 68, les fils de bourgeois de vouloir « tuer le père », en 2018, les gens du peuples (y compris la classe moyenne) de vouloir tuer le « pervers ». Hélas, l’histoire a souvent démontré qu’il finit par être remplacé par LA LOI au sens le plus régressif du terme : LE REDRESSEUR TOTALITAIRE : Hitler, Staline. relire l’inivers contestationnaire d’André Stéphane. Les soixante-huitards seront les fascistes de demain. Il avait tout vu,...Perso, comme Thomas Mann, je regarde tout cela de loin et m’attends au pire,...


                • aimable 4 décembre 2018 14:44

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                  vous ne croyez pas que prédictions dates et qu’avec Macron elles sont déjà en place , pour moi , vu son comportement cela ne fait aucun doute .


                • Loatse Loatse 4 décembre 2018 15:18

                  Me demande s’il ne s’agit pas aussi et surtout d’une crise morale... dans les années 60, le pouvoir d’achat à salaire égal n’était pas le même que celui d’aujourd’hui mais beaucoup moindre...et globalement les gens semblaient plus heureux.

                  pas de smartphone ni téléphone fixe, pas de machine à laver, pas de téléviseur, pas de biscuits à 4 heures, ni de sodas sauf occasions spéciales, mais du pain et 1 rangée de chocolat ou du beure et confiture, pas de vêtements « de marque » pour les collégiens et pas de voiture... (ce qui permettait chaque mois de mettre dans une enveloppe de quoi partir en bretagne quelques semaines l’été, vacances sans loisirs payants ni restaurants bien entendu..)

                  Les chaussures étaient ressemelées, les collants en laine reprisés, les cartables recousus pour resservir d’une année sur l’autre... Les meubles du costaud, parfois faits maison qu’on ne changeait pas toutes les 5 minutes...

                  en gros, le bien être ne dépendait pas de la consommation...

                  On se demande d’ailleurs comment les mômes grandissant à la campagne pouvaient être heureux sans tablettes, avec une pierre à l’évier qui servait aussi pour la toilette, les wc dehors, et aucune activité péri scolaire payante..

                  Bon mais ca, c’était avant qu’on ne s’endette (et que les ménages prennent des crédits à la consommation qu’ils ne peuvent rembourser pour beaucoup, mais on n’en parle pas et pourtant il y aurait à dire..), que d’hideux lotissements sans âme avec mini jardinets (va faire un potager avec ca ?!) ne poussent de terre comme des champignons et que nos usines fichent le camp là ou la main d’oeuvre ne coute rien, que les chinois innondent nos pays européens avec leurs fringues à 3 francs six sous et leurs gadgets inutiles mono usage)

                  Entre temps (au debut des années 70) les grands temples de la consommation ruinaient les petits commerces, mais bon on pouvait y trouver plein de choses inutiles pour rien en mode cadeau bonux tous les jours)

                  Je passe sur l’éclatement des structures familiales (le plus souvent multi générationnelles dans les années 60), générant des familles monoparentales en masse, paupérisées de ce fait et donc les premières à être touchées par les hausses du cout de la vie..

                  Papy et mamie reléguées dans des mouroirs que leurs retraites ne suffisent pas à payer qui plus est...

                  et la boucle est bouclée...

                  A un moment quelque part, on a pris la mauvaise direction, on a laissé les choses se déliter (les entreprises fichre le camp à l’étranger, s’exonérant ainsi d’impots en france mais nous refourguant leur came tant qu’à faire..)

                  Les solutions ne passeront pas QUE par une baisse des couts de l’énergie, du carburant, des taxes, un éventuel changement de gouvernement mais aussi et surtout j’en suis persuadée par une remise en question de nos modes de vie...

                  de gré ou de force je le crains puisque comme d’autre pays européens, nous nous devons de réduire le déficit public (je ne parle même pas de ne pas léguer cette fichue dette à nos enfants, tout le monde s’en fiche !)


                  • Gabriel Gabriel 4 décembre 2018 15:57

                    @Loatse
                    Vous êtes dans le juste, c’est un changement complet de paradigme, un changement radical de société ou l’argent est au service de l’humain et non le contraire. Mais pour cela, il faut éradiquer la peste des dirigeants au service de la seule et unique finance. Cela passera forcement par une révolution qu’ils feront sanglante car il n’hésiteront pas un instant à saisir la police et l’armée pour mater le peuple.


                  • Pauline pas Bismutée 4 décembre 2018 16:39

                    @Loatse
                    « A un moment quelque part, on a pris la mauvaise direction » ; absolument, sans doute dans les années soixante-dix, quand il y avait encore un fond d’espoir dans l’air, une possibilité encore palpable d’accéder à une société plus humaine ...
                    Certains d’entre nous ont essayé de poursuivre la route ("the road less travelled« en opposition a »the path of least resistance"), tant bien que mal, et souvent plus mal que bien, avec des réactions pas toujours bienveillantes, because, quand on essaie de garder un peu d’intégrité dans une société qui se désintègre … et si on ouvre sa gueule, on « chouine » …

                    Ben maintenant, il y a de plus en plus de « chouineurs » et ils sont dans la rue.

                    Et c’est exact, il faut tout repenser et remettre en question, il y va de l’avenir de nos enfants, la planète survivra d’une manière ou d’une autre, mais eux, peut-être pas.


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 16:43

                    @Loatse

                    Bonjour. Il est toujours plus facile d’entraîner l’humain vers le bas la facilité, les chemins les plus courts que l’inverse. Les politiciens qui parlent en fonction du long terme, ne sont jamais élus. Tirer vers le haut, accepter certains sacrifices est quasi impossible. Les pauvres eux, n’ont plus rien à perdre. Mais la classe moyenne a goûter ou rêvé à cette vie que certains peuvent se permettre et ne sont pas prêts à lâcher. quant aux riches, ils ne nous diront certainement pas pourquoi, ils préfèrent encore la guerre que de changer leur mode de vie. N’oubliez jamais qui avait intérêt et a fiancé le nazisme.....


                  • oncle archibald 4 décembre 2018 16:50

                    @Loatse :

                    Absolument, et souvent, en regardant effarés le « train de vie » de nos petits enfants, plusieurs activités périscolaires payantes chacun, téléphone portable dès qu’ils ont dix ou onze ans, après midi « anniversaires » dingues en invitant les copains au bowling ou au laser gammes, nous nous disons que nous aurions été absolument incapables d’offrir ça à nos enfants.

                    Le plus gros de l’argent gagné passait au remboursement des emprunts de la maison, le reste à assurer les dépenses incontournables, et contrairement aux gilets jaunes nous étions fiers et contents d’arriver à boucler tant bien que mal les fins de mois.

                    Au fait dans votre amusante litanie des chaussures ressemelées et chaussettes reprisées vous avez oublié les genoux élimés des jeans dotés de pièces autocollantes qui se trouvaient facilement en mercerie, en forme de fleurs ou de coeur ou autre fantaisie, collages que ma femme consolidait avec une couture périmétrique. Ça existe encore les machines à coudre dans les maisons d’aujourd’hui ? En tout cas je n’en vois pas chez mes enfants ...

                    Et je ne parle même pas de ma jeunesse à moi, lorsque ma mère s’est retrouvée veuve bien trop jeune et sans ressources. Un appartement de location avec l’évier en pierre comme seul point d’eau, froide bien sûr, donc les douches municipales pour les « grandes toilettes », et les économies franc après franc sur les étrennes de Noël et les petits billets d’anniversaire pour m’acheter enfin mon premier vélo à l’age de douze ans. D’occasion bien sûr.

                    Je n’en suis pas mort et même si je me réjouis du confort dont jouissent aujourd’hui la plupart des ménages, je pense que ce temps de vaches maigres m’a fait celui que je suis devenu, capable de relativiser et d’attendre ! Comme mon père nous le disait j’ai répété à mes enfants que je ne leur devais qu’une éducation. Dans éducation il y a les études, bien sûr, mais aussi tout le reste qui ne s’apprend pas dans des livres.


                  • aimable 4 décembre 2018 19:02

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                    les riches préfèreront la guerre parce que pour eux cela veut dire encore plus riche , donc eux soufflerons sur les braises .


                  • Gabriel Gabriel 5 décembre 2018 06:30

                    @Loatse
                    Il est vrai qu’actuellement on ne peut pas nier que l’homme était plus heureux avant mais, même si le malheur est en grande parti du fait de leurs attitudes individualistes et consommatrices, il n’en demeure pas moins qu’une minorité concentre à son seul bénéfice les richesses produites et appauvrie, asservie et fait crever la majorité de la population... Ils ont restauré la monarchie et, nous en payons le prix.


                  • oncle archibald 5 décembre 2018 09:23

                    @Gabriel

                    C’est pas un tantinet exagéré d’écrire qu’en France la majorité de la population est appauvrie, asservie et menacée de crever de faim ? Ou même que l’homme était plus heureux « avant » ? Il n’y a même pas un siècle les ouvriers étaient des « journaliers » payés tous les soirs et pas payés par exemple si la pluie avait empêché de travailler dans les champs oú sur les chantiers. Arrêtez le misérabilisme et les exagérations, la situation réelle est bien assez compliquée.


                  • Gabriel Gabriel 5 décembre 2018 09:46

                    @oncle archibald
                    Misérabilisme mais ouvrez les yeux, pourquoi croyez que des milliers de personnes qui n’ont jamais protesté sont aujourd’hui dans la rue ? Allez donc leur expliquer à ceux là qu’ils vivent mieux qu’avant, allez leur expliquer que nous ne sommes pas en monarchie mais dans une belle et merveilleuse démocratie qui écoute le peuple. Je ne suis pas sur qu’ils comprennent parce que eux, ils n’arrivent plus à payer leurs factures, certains ne se soignent plus, d’autres ne peuvent plus se loger etc... Je n’invente rien, ce sont des faits.


                  • oncle archibald 5 décembre 2018 10:18

                    @Gabriel

                    Votre déprime gâche vos capacités de discernement. Je ne dis pas que tout va bien en France, je dis que tout ne va pas aussi mal que vous le dites et qu’en outre ça va en règle générale beaucoup mieux en France qu’ailleurs.

                    Vous avez vu qui sont réellement sur les ronds points ? Aux cotés de salariés qui se plaignent de ne pas avoir assez d’argent on trouve des directeurs d’auto école, des entrepreneurs de travaux publics, des tas de gens qui « veulent plus » mais qui n’ont pas encore compris que pour avoir plus il faut payer plus.

                    Un point d’accord avec eux : la fiscalité est très injuste. Personnellement je suis pour une refonte totale de la fiscalité avec beaucoup moins d’impôts indirects et beaucoup plus d’impôts directs. Je trouve que l’impôt sur le revenu des personnes physiques par tranches à taux variable est le plus juste et le plus fraternel qui soit. Sous de Gaulle la tranche résiduelle, la plus haute donc, était fixée à 65%. En 2007 sous elle était tombée à 40 %. Actuellement elle est à 45% avec une « contribution additionnelle » exceptionnelle de 3 et 4 % sur les très très hauts revenus.

                    Pourquoi ne pas simplifier tout cela et rendre l’impôt beaucoup plus progressif et donc plus lourd sur les hauts revenus comme sous de Gaulle ?

                    Vous avez vu aussi les airs de chattemite de Mme Le Pen et de Mr Melenchon qui sont ravis de la chienlit qui s’installe et espèrent bien voir instaurer un troisième tour de l’élection présidentielle, mais pas dans des urnes en verre et avec des lites d’émargement, non, directement dans la rue où l’on ne peut rien vérifier et où c’est celui qui a les plus grosses couilles et le plus grand couteau qui l’emporte.


                  • Gabriel Gabriel 5 décembre 2018 11:15

                    @oncle archibald

                    Que ça aille beaucoup mieux en France qu’ailleurs, ça, c’est le discours des élites pour mieux tirer la qualité de vie des citoyens (évidemment pas la leur) vers le bas. Ce qu’ils appellent des réformes, j’appelle cela des méformes, car, le but des réformes est d’améliorer la vie des personnes vers le haut et non vers le bas comme ils le font. Si vous êtes honnête, vous ne pouvez pas nier que depuis 30 ans cela se détériore. Payer plus pour avoir plus dites vous  ? Mais dois je vous rappeler que les impôts n’ont jamais cessé d’augmenter et que dans le même temps, ils détruisent le service public et ils privatisent les joyaux du pays pour leurs petits copains (Autoroutes Vinci pour l’exemple...) Concernant l’impôt injuste et la refonte de la fiscalité, là je suis entièrement d’accord avec vous. Pour en venir à Mme Le Pen, bien que cela ne soit pas ma tasse de thé, il y a quand même des vérités et, si une majorité se tourne vers elle, à qui la faute  ? Parlons de Mr Mélenchon, personnellement lorsque je vote, je ne le fais pas pour une personne, mais pour un programme et désolé de vous décevoir, mais, les ayant tous lu, sans exception, le plus juste socialement, écologiquement et humainement c’était celui de la France insoumise. Pour finir, M. Mélenchon n’a jamais appelé à la violence, c’est faux en contrepartie, je ne suis pas sur que les gouvernements successifs ne s’en soient pas servir, ou les yeux fermés l’ai alimenté. Pour terminer, contrairement à ce que vous pensez, je ne suis pas pessimiste, mais tout simplement factuel, les faits parlent d’eux même. Quel type de société voulons-nous  ? Aujourd’hui, nous avons l’humain au service de la finance et on en voit les résultats catastrophiques, il serait temps voir urgent d’inverser la tendance.


                  • oncle archibald 5 décembre 2018 14:09

                    @Gabriel

                    Donc d’après vous, le niveau de vie du vulgum pecus est plus bas en France qu’ailleurs .... donnez nous quelques références qui plairaient à Melenchon ... Au Venezuela peut être ? À Cuba ? En Corée du Nord ?

                    Et encore un détail ... Dites moi pourquoi les SCOP qui pourtant paraissent les plus équitables des entreprises puisque les salariés possèdent le capital, pourquoi cette forme d’entreprise est elle aussi méprisée par les syndicalistes et les politiciens qui prétendent être au service des travailleurs ?

                    Monsieur Melenchon qui est en politique depuis plus de 40 ans et dont le seul rêve est d’être calife à la place du calife n’est pas assez sot pour appeler publiquement à la violence. Il se contente de tirer les ficelles en douce et n’hésite pas à s’en réjouir publiquement en collant la responsabilité au gouvernement.

                    Vous mélangez tout, les multinationales qui effectivement cherchent uniquement à rentabiliser le capital investi par leurs actionnaires, mais peuvent elles faire autrement dans un contexte d’économie mondialisée, et l’entreprise de maçonnerie ou de peinture qui aimerait bien pouvoir donner plus à ses salariés mais qui peine déjà à dégager un petit bénéfice lui permettant de survivre .... vous avez une vision bornée du monde du travail. C’est beaucoup plus compliqué que ce que vous croyez.


                  • Gabriel Gabriel 5 décembre 2018 15:42

                    @oncle archibald
                    Encore une foi ou devrais je dire plutôt comme à chaque fois, vous ne lisez pas, vous interprétez mes propos et les traduisez comme cela vous arrange afin d’en faire une caricature. 


                  • oncle archibald 5 décembre 2018 16:43

                    @Gabriel

                    Désolé mais j’ai la prétention de savoir lire et de comprendre ce que je lis, donc quand je lis : "Que ça aille beaucoup mieux en France qu’ailleurs, ça, c’est le discours des élites pour mieux tirer la qualité de vie des citoyens vers le bas.« qui plus est dans le contexte de vos lamentations, je conclus que vous pensez qu’en France »le peuple" est opprimé et très malheureux. Ce qui est hélas vrai pour une petite partie de la population ne l’est certainement pas pour la majorité comme le Sieur Mélenchon et vous même essayaient de nous persuader.

                    N’importe qui est malheureux s’il rêve de posséder ce qu’il ne peut pas acquérir. N’importe qui a des difficultés à boucler ses fins de mois s’il dépense plus que ce qu’il a. Sauf si l’on n’a rien à becqueter c’est complètement nul de lorgner l’assiette de son voisin.

                    Quand je vois mes enfants et leurs copains, mes petits enfants et leurs copains, je constate qu’ils ont un budget que nous n’aurions pu leur offrir lorsque nous avions la charge de les élever, là encore dans les deux sens du terme, en les nourrissant mais pas seulement avec des nouilles, avec des idées correctes aussi. Relisez le post de loatse : nous étions heureux sans smartphone, sans téléviseur, sans vêtements « de marque » pour nos gniards au collège.

                    Notre époque ne connait plus qu’un Dieu : le pognon. Du coup l’égoïsme, la convoitise et la jalousie prospèrent. Je n’envie pas une seconde Mr Carlos Ghosn et ses 45 000 Euros quotidiens. Pire, je le plains de ton mon cœur, le pauvre ! Par quelles compromissions il du êre obligé de passer pour en arriver la ou il est. Et vous avez vu sa gueule ? Souriant comme une porte de prison ...

                    Enfin c’était vrai jusqu’à il y a quelques semaines, parce que depuis, comme les Japs ne plaisantent pas avec les tricheurs, on peut comprendre qu’il fasse la gueule. Et les portes de prison il les contemple sur la face intérieure ! Ça m’indiffère tout autant que les sommes astronomiques qui lui étaient versées.


                  • Gabriel Gabriel 5 décembre 2018 17:01

                    @oncle archibald
                    Finalement, nous cherchons la même finalité mais avec des solutions différentes car nos constats divergent... Vous croyez encore en ce système mais ce n’est plus mon cas. Hemingway à dit un jour :« Le monde est un endroit merveilleux et il faut tout faire pour le sauver... » Je suis d’accord avec la deuxième partie de la citation.


                  • oncle archibald 6 décembre 2018 12:30

                    @Gabriel

                    Moi je préfère inlassablement citer winston Churchill : « La démocratie est la pire forme de gouvernement, à l’exclusion de tous les autres. Ne l’oubliez jamais ! »

                    Je n’aime pas du tout ce qui se trame autour de nous pour Samedi prochain, avec des gens qui n’ont plus rien à voir avec « la société civile », de gentils père et mère de famille vêtus de gilets jaunes pour se plaindre de la politique du gouvernement.

                    Il y a derrière toute cette violence des gens qui n’ont pas accepté le résultat des dernières élections et qui espèrent que le bordel généralisé les aidera à prendre la place du calife autrement qu’avec les bulletins de vote des citoyens.

                    La meilleure preuve qu’ils ne sont pas majoritaires est leur refus d’organiser une manifestation « à l’ancienne », c’est à dire pacifique et sur un parcours protégé par la police ce qui permettrait de compter vraiment les manifestants pacifiques et de gérer les débordements.

                    Ce refus d’une manifestation « normale » est bien le signe que contrairement à ce qui se dit il y a une réelle volonté de provoquer des incidents graves.


                  • Pauline pas Bismutée 4 décembre 2018 16:21

                    Bonjour Gabriel

                    “Cet article en fera sourire certains” ; absolument ! De plaisir.

                    C’est l’occasion ou jamais de reprendre le pouvoir. Plafonner les plus hauts salaires. Tricheurs bourrés de fric, genre Cahuzac et Balkany, en taule. C’est le début de la liste. On prend aux très riches, on taxe les très gros malins plein aux as genre Google et on redistribue. Fait correctement, il restera assez de fric pour s’occuper du climat. Et c’est urgent.

                    Que le mouvement s’appelle colère, révolte, ras le bol ou plein le cul, on s’en fout.

                    Ça fait presque quarante ans que j’attends ça …


                    • Gabriel Gabriel 4 décembre 2018 16:33

                      @Pauline pas Bismutée
                      Idem Pauline, ce qui reste étonnant tout de même, c’est qu’il y ait encore des personnes pour les défendre alors qu’ils se font plumer eux aussi. Le syndrome de Stockholm sans doute...


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 17:03

                      N’oubliez jamais qui avait intérêt et a financer le nazisme....Les riches ont cette fausse impression de se sentir immunisés de tout. Et peut-être même sont -ils fortunés parce que l’idée de la mort ne les touche pas. Comme les indiens qui n’ont pas la notion du vertige. .


                      • Gabriel Gabriel 5 décembre 2018 06:19

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        On pourrait dire en effet que l’histoire risque de se répéter.

                        Dictature,

                        révolution,

                        démocratie,

                        bordel et corruption,

                        révolte,

                        Dictature,

                        Et on recommence.....


                      • Le Panda Le Panda 5 décembre 2018 08:53

                        La supercherie a assez durée, un président de la République qui se fait traiter « D’Enfoiré  » au Puy En Velay. Il est plus qu’évident que si ce Monsieur ne remplit pas sa fonction en s’adressant à la France la bande des Pieds Nickelés est fini. Nous ne sommes points vos valets, vous êtes sur plus que des sièges éjectables. Les retraités vous disent « Casses-Toi » Votre fierté de faux noble ne vous mènera pas plus loin ni plus haut. Vous êtes président de qui de quoi ? En procédant de la sorte vous assassinez l’ensemble de la France. Tous les corps d’états se mettent dans les rues et vous tentez de séduire les forces de l’ordre. Vous n’êtes pas dans votre banque, mais au sein de la patrie France. Pour qui vous prenez vous ? Nous ne sommes point des laissés pour compte. Y compris votre majorité vous lâche, vous envoyez votre 1er Ministre au charbon et vous ignorez le sens de votre devoir. Vous prenez un doigt, puis la main, et des bras vous enferment. Avant les effusions à venir il vous reste 3 jours. « La France parle au français » Vous êtes l’homme d’une contemplation ! Assez-vous faites des « shows » Il n’y a rien de concret la montagne a accouchée d’une souris, alors que le volcan gronde dans tous les sens. Pire qu’à l’approche de la « Soufrière » à l’époque en fusion où les pierres passaient de « Basse-Terre à Gosier » Le banquier pille la nation, vos amours du temps passé de chez « Rothschild » c’est mort Monsieur. Vos explications sonnent le faux ! Vous êtes « L’Ignorant de la politique » Un singe habillé en soie reste un singe. La misère et les souffrances vous les voyez mais vous n’apportez aucune solution cela est réel !

                        Le Panda
                        Patrick Juan


                        • zygzornifle zygzornifle 5 décembre 2018 09:13

                          Macron voulait rassembler les Français , il y est arrivé mais contre lui ....

                          Joyeuse fêtes Mr le Président vous pourrez cuire vos saucisses sur les restes les voitures calcinées et boire directement a la lance des pompiers ....


                          • Jean Keim Jean Keim 5 décembre 2018 09:27

                            Tant que les revendications tourneront autour de l’argent-fric, smic, impôts, taxes carburants, etc., la révolte des Gj sera aux même rang que celui des politiques et de leurs maîtres, même si ces derniers acceptent d’aller dans le sens des revendications, en très peu de temps, tout ce qui a été donné sera repris sous une forme ou une autre.

                            L’extraordinaire serait que les gens demandent une nouvelle société... non ! ce ne doit pas être une demande, mais une action dans laquelle le bien-être de tous est au centre des préoccupations, la sérénité qui en découle ne peut se manifester que quand nous nous sentons en sécurité, cette sécurité ne peut être effective que quand chacun se soucie de son voisin qui en fait autant, de proche en proche la solidarité devient une règle naturelle, chacun sait qu’il n’est pas seul même s’il a des ennuis.

                            La France a connu de nombreuses manifestations avant, pendant et après mai 68, pratiquement toutes ont été corporatives, p. ex. les revendications souvent légitimes parfois statutaires des mineurs, des électriciens, des gaziers, des cheminots, des personnels de santé, de la police, des pompiers, etc., ils ont manifesté pour défendre LEURS INTÉRÊTS ce qui n’a pas toujours attiré la sympathie du public, tout ceci doit cesser car c’est faire le jeu de l’argent-fric et nous divise.

                            Les êtres humains sans la fraternité qui consiste à agir pour le bien de tous, ne connaîtront pas la sérénité.


                            • Gabriel Gabriel 5 décembre 2018 09:55

                              @Jean Keim
                              La société a commencé à déchoir avec le culte de la personnalité poussé par le matérialisme. Posséder toujours plus, l’avoir a pris le pas sur l’être et, les droits sur les devoirs. C’est l’abandon de la spiritualité et du respect de la vie de l’autre chez l’homme qui causera sa perte. Je parle bien de spiritualité et non de religion.


                            • Le Panda Le Panda 5 décembre 2018 19:52

                              Ce samedi le faciès de Marianne ne sera pas recomposé, cela prendra plus de six mois. Nous n’avons pas entendu le retrait des hausses, un recul pour une durée qui laisse chacun sur sa soif. Pour les retraités, faut-il attendre que ceux qui le peuvent aillent s’en prendre directement aux banquiers afin de régler les sommes dont ils ont besoin. Ne pas rêver « Le Petit Prince » n’a jamais existé mais bien écrit, la masse des enfants à qui l’on a pu narrer des passages « Dessines-moi un mouton » subsiste. Les partis d’oppositions ne veulent ou ne souhaitent que le renversement du pouvoir à prix réduit, car le pouvoir est plus que contesté. Il est défendu d’interdire par les temps qui courent. « L’huile sur le feu » d’Hervé Bazin, fait comme « Les salamandres » qui renaissent de leurs cendres. Les « Gilets Jaunes » et les « Agriculteurs  » seront avec les « Têtes blondes » etc. L’exposé à teintes diverses par procuration du 1er Ministre à l’Assemblée. Ne fera surement pas rentrer « La confiance qui se meurt », le temps du surplus fini. La démonstration flagrante personne ne peut renier ses racines. Monsieur Macron s’obstine dans le mutisme, le peuple de France dans ses actions. Savoir que Pasteur a inventé le vaccin contre « La rage » Les « Routiers sont sympas » sur la route. Limagrain à Chappes en 63, cause autant de dégâts que de bénéfices serait une erreur énorme pour tout le monde agricole. 4eme semencier mondial inscrit sur la charte de l’Union Européenne, pourquoi se priverez-t-ils ?

                              Le Panda
                              Patrick Juan

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès