• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > En passant par là...

En passant par là...

J’ai soutenu Agoravox depuis février 2008 et publié au total 65 articles ce qui est peu sur cette durée par rapport à d’autres contributeurs. J’en ai modéré dix fois plus : 656 exactement, pour en accepter indépendamment de mes convictions 348, surtout des articles documentés et de réflexion plutôt que d’opinion, et j’en ai refusé 308 qui étaient mal écrits avec des fautes d’orthographe, vraiment trop brefs ou trop longs, ou dénués d’argumentation vérifiable et information nouvelle pouvant intéresser le plus grand nombre. L’utilité d’Agoravox est pour moi de favoriser les échanges et la réflexion entre les citoyens pour entretenir la vie démocratique et le respect de chacun.

Or mon expérience sur presque 10 années m’incite à penser qu’il serait utile que la rédaction, les modérateurs et les lecteurs sincères sortent enfin la tête du sable pour ne plus accepter qu’un article correctement écrit et documenté, capable de susciter une réflexion, notamment différente de ses opinions personnelles, soit aussitôt attaqué sur le site par des trolls confus, haineux et stupides incapables d’écrire eux-mêmes des articles cohérents que d’ailleurs ils n’écrivent jamais. Leurs méthodes sont parfaitement connues : il s’agit d’attenter à la réflexion d’autrui pour faire croire qu’ils en ont une, et distiller leur venin. Cela s’apparente à la perversion narcissique, l’un des fléaux méconnus de nos sociétés que l’internet a probablement amplifié.

Ce phénomène qui a été dénoncé ici à plusieurs reprises par de nombreuses personnes est en réalité un attentat contre la pensée et les liens constitutifs de l’humanité dont la destruction conduit à la barbarie. Certains évoqueront bien sûr la sacro sainte liberté d’expression qu’il ne faudrait surtout pas limiter sous peine de la faire disparaitre pour ressusciter les ciseaux d’Anastasie. Malheureusement pour eux c’est le contraire qui est vrai : la liberté sans limites n’existe nulle part et n’a jamais existé dans l’histoire, car alors pourquoi n’est-on pas libre d’attaquer son voisin ? La confiance est l’un des fondements de la société mais la liberté sans règles n’est qu’un fantasme.

C’est pourquoi je propose qu’après le dépassement d’un certain quota de commentaires disponibles pour tous (à déterminer), le nombre des commentaires suivants soit lié, d’une façon qui reste à inventer, avec le nombre d’articles publiés. Ainsi chacun serait invité à faire l’expérience de l’écriture, qui suppose un vrai travail, mais aussi des réactions que cela suscite, (lesquelles en demandent souvent beaucoup moins), tout en pouvant expérimenter plusieurs places : lecteur, écrivain, commentateur, avec au final une incitation à écrire en respectant les règles du site et les contributeurs.

Mais il ne semble pas souhaitable que certains puissent s’inscrire sous des identités multiples et/ou successives dans le seul but de poster une kyrielle de billevesées méprisantes. Des limites claires à ce trafic malhonnête doivent être posées. On pourrait envisager qu’avec l’inscription sur le site il soit nécessaire pour activer celle-ci d’approuver une charte claire rappelant les règles de celui-ci dans le but de responsabiliser davantage les adhérents.

Un délai d’un jour ou deux entre le fait de s’inscrire et de pouvoir concrètement commenter un article qui vient juste de paraître éviterait des inscriptions faites uniquement pour troller celui-ci puisqu’au bout de cette durée il n’est généralement plus aussi visible, mais cela n’empêchera pas certains de rester à l’affût pour faire un carton comme à la fête foraine les jours suivants puisque quelques uns sont là uniquement pour ça, dans une posture polémique et idéologique permanente.

Le fait qu’il puisse exister des milliers, voire des dizaines de milliers de commentaires postés par une seule personne en un temps réduit confirme bien que ce qui est excessif est insignifiant. Mais c’est aussi ce qui instaure la seule véritable censure, celle que chacun doit subir par impossibilité à trouver une place au milieu d’une foire d’empoigne logorrhéique faite de réponses et d’invectives émotionnelles réitérées. Il est d’ailleurs patent que les personnes opposées à toute forme de limitation du droit d’expression sont aussi celles qui empêchent le plus les autres de s’exprimer.

Quant à la notation des articles je ne la trouve personnellement pas très utile. Elle entraîne en général des effets moutonniers souvent exagérés. Certains se font d’ailleurs une spécialité de poster le premier commentaire de l’article pour se retrouver en tête de gondole et inciter un groupe de convertis à voter en douce pour eux et comme eux ce qui ne favorise guère les débats.

Récemment les responsables d’Agoravox ont appelé à des aides financières pour soutenir ce projet, ce qui est tout à fait légitime, mais personnellement, après avoir déjà contribué, je souhaite des garanties meilleures allant dans le sens de modifications du site que beaucoup désirent. Et il semble évident que cela va de pair avec une éthique éditoriale plus ferme et une meilleure responsabilisation des participants.

J’espère que ces quelques idées qui viennent après celles bienvenues de Moderatus Graal et Abou Atoun, pourront être utiles et que d’autres feront avancer ces questions qui demandent réflexion. Mais je ne saurais trop insister sur l’utilité de prendre le risque d’en faire part publiquement ici au lieu de seulement noter ce billet en passant, ce qui est dénué d’intérêt. Et finalement je retiendrai de cette modeste expérience que « la critique est aisée mais l’art difficile ».

Bien à vous.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Elliot Elliot 3 octobre 2017 13:15

    Le site doit viser à l’excellence, ce qui implique effectivement plus de sévérité dans le choix des articles : ce qui n’a rien à voir avec le fond des idées exprimées.

    Il est toujours agréable de débattre avec quelqu’un qui maîtrise son sujet sans s’adonner à des itérations fastidieuses où inlassablement le même thème ou les mêmes obsessions reviennent sans qu’il soit même possible d’obtenir de l’auteur comme réponse autre chose qu’une attaque ad hominem le plus souvent dénuée de tout sens commun.

    Trop d’articles sont en outre écrits dans un français que je qualifierais de cuisine si ce n’était désobligeant pour les cuisines : fautes de syntaxe, paragraphes décousus, ponctuation aberrante, fautes d’orthographe à la pelle et malheureusement par je ne sais quel miracle ces daubes passent la rampe de la modération.

    Autant il est agréable de croiser le fer avec quelqu’un qui a du fond pour vous répondre ( même et surtout s’il a des idées tout à l’opposé des vôtres ), courtoisement, ça va sans dire, autant il est fastidieux de perdre son temps avec des bafouilles sans queue ni tête même si l’on perçoit bien l’idéologie sous-jacente, si l’on peut appeler idéologie un ensemble essentiellement fait de préventions idiotes et de frustrations mal exprimées..

    On peut tirer argument de ses préventions et transformer en combat ses frustrations, encore faut-il y mettre les formes qui conviennent et éviter tout ce qui apparaître comme de la confusion mentale.


    • astus astus 3 octobre 2017 14:16

      @Elliot


      Bonjour et merci pour ce commentaire auquel je souscris largement. Mais je ne peux m’empêcher de mettre tout cela en parallèle avec l’article de la rédaction paru le même jour qui fait le point sur les statistiques du site pour montrer que le nombre de rédacteurs et d’articles est en hausse constante. La question est alors de savoir si la quantité va aussi dans le sens de la qualité même si je comprends parfaitement que le nombre de visites peut être grâce aux annonceurs une source de revenus sans lesquels le site n’existerait pas. Disons qu’un équilibre serait souhaitable mais que celui-ci relève d’une véritable volonté rédactionnelle...  

    • Ciriaco Ciriaco 3 octobre 2017 14:43

      @Elliot
      En somme des individus intelligents, éduqués, bien dans leur vie... et maniant l’art de la zappette humaine avec plus moins de politesse. D’ailleurs.


      Je serais personnellement plus touché par une expression verbale qui peine - mais seriez-vous intéressé de savoir à quel point de solitude et d’isolement (et ce que cela implique) se trouvent certaines personnes dans notre belle société moderne ?

      Ce qui est aussi alertant, et c’est vrai sur tous les réseaux sociaux grands publics, c’est la violence ad hominem et les nombreuses incitations à la haine. C’est toute une société. Quand Hanouna fait son beurre du cynisme affriolant, de jeunes youtubeurs très suivis ponctuent leurs « discours » par des « fils de pute » et des « je t’mets en PLS » toutes les vingt secondes. Il arrive qu’ici ça ne soit rien d’autre qu’une extrême passible d’un jugement pénal.

      Il y a du mouvement de ce côté là, et c’est tant mieux. Mais cela ne peut répondre entièrement au fait originel : celui du désastre des inégalités grandissantes.

    • Elliot Elliot 3 octobre 2017 15:05

      @Ciriaco

      Si l’on n’est pas capable de rédiger un article, ce qui n’est pas non plus une tare rédhibitoire pour la vie de tous les jours, on peut toujours faire part avec ses mots et sa syntaxe de ses états d’âme dans des commentaires sur des articles qui s’y prêtent.

      Il y a des gens éduqués qui sont en grande souffrance et qui savent exprimer leur douleur et la faire partager. 

      C’est peut-être beaucoup demander, mais un minimum de respect de la langue témoigne aussi du respect du public auquel on s’adresse. 

      Je ne prétends donc interdire personne de parole mais je voudrais éviter à certains rédacteurs d’articles le ridicule d’être moqués en raison de leur incapacité à communiquer correctement.

      Un article a un autre statut qu’un commentaire.

      Pour le reste vous avez raison la vulgarité dans l’expression et l’injure gratuite sont des marqueurs de notre époque mais doit-on s’y résigner ?


    • Ciriaco Ciriaco 3 octobre 2017 16:46

      @Elliot
      Moi qui ai bossé dans la prévention de l’illettrisme, je peux vous dire que ce que vous suggérez, ce n’est pas simplement beaucoup demander. La « daube », pour vous citer.


      Quant au ridicule, c’est toujours le même problème, celui de la compréhension (ridicule par rapport à une norme ou une situation qui se devine ?). Il y a des symbolismes qui ne sont pas sans violence.

      Pour dire à quel point ce n’est pas uniquement une question de forme.


    • doctorix doctorix 4 octobre 2017 14:23

      @L’auteur
      Ainsi, vous avez censuré près de 50% des articles soumis à votre jugement.

      Mais pour qui vous prenez-vous ?
      Non seulement vous censurez un auteur selon des critères qui ne sont que les vôtres, mais en plus vous annulez le vote d’un modérateur qui, lui, avait trouvé de l’intérêt à sa lecture.
      Vous vous prenez pour Dieu ?
      Contentez-vous de l’abstention, si un article vous déplait.
      Pour vous, ce seront des critères d’orthographe, pour un autre ce seront des notions qui s’opposent aux siennes, mais dans tous les cas, il ne s’agit que d’une odieuse censure.
      Ainsi, plus des 3/4 de mes articles se trouvent mis sur la touche, notamment ceux qui concernent les vaccins, sur des critères purement idéologiques, puisque mon orthographe et mon style ne sont pas criticables.
      Ce qui est parfaitement odieux.
      Il vous faut l’admettre, vous êtes un censeur dans l’âme, comme ces petits sergents-chef à qui un galon d’adjudant donne un délicieux petit pouvoir sur leurs frères d’armes.
      Vous êtes dans l’abus de pouvoir, et vous en tirez gloire, en plus...
      Par contre, je retiens vos idées concernant les commentateurs de circonstance, qui polluent régulièrement tous les débats.

    • foufouille foufouille 3 octobre 2017 13:25

      "C’est pourquoi je propose qu’après le dépassement d’un certain quota de commentaires disponibles pour tous (à déterminer), le nombre des commentaires suivants soit lié, d’une façon qui reste à inventer, avec le nombre d’articles publiés"
      ben ça fera pas grand monde.
      comment rester entre soi ....................


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 3 octobre 2017 13:27

        Je me limiterais à censurer la vulgarité. Bon ! les « fôtes », si elles signent un manque de respect pour le lecteur : censure. Plutôt que de censure, je parlerais d’obligation de s’essuyer les pieds avant d’entrer.


        • Elixir Elixir 3 octobre 2017 13:36
          Merci pour l’article, concernant le sujet spécifique du trollisme, il faut rappeler qu’il n’est pas limité qu’ aux commentaires mais existe aussi dans la communauté de rédacteurs et de modérateurs.

          Les lecteurs lambdas d ’AV ne le savent peut-être pas mais il y a souvent des articles qui enfreignent clairement la charte de rédaction qui sont soutenus systématiquement par quelques votes de troll-modérateurs.

          par exemple des articles uluberluesques rédigés en italien ou traduits avec un robot à propos de la mode vestimentaire ou autres extravagances et je ne parle pas des publicités ostensibles ou déguisées... 

          A contrario de nombreux articles, parfois tout à fait corrects reçoivent systématiquement des votes « contre », ralentissant ou parfois même empêchant leur publication, c’est dommage.

          Le problème des multi-comptes se pose évidemment.

          La question de la pertinence du vote « contre » me semble ainsi mériter d’être posée. Ce qui ne résoudrait pas le problème des trolls votant pour des articles qui enfreignent la charte, certes, mais il pourrait y avoir pour compenser un bouton d’alerte pour les signaler, si leur infraction est évidente.


          Si d’une manière générale le site semble malgré tout bien fonctionner et qu’il faut reconnaitre que son état actuel est le fruit d’une longue expérience, des petites améliorations faciles à apporter permettraient d’en optimiser toujours le fonctionnement, notamment par rapport à la modération du « flood », par exemple, qui nuit à la qualité d’une discussion et qui pourrait être envisagée de différentes façon sans nuire pour autant à la liberté et à l’équité de la parole.


          • astus astus 3 octobre 2017 14:24

            @Elixir


            Bonjour et merci pour ces mots qui ouvrent à de nouvelles réflexions : trolls-modérateurs, multi-comptes, pertinence du votre contre, articles « folkloriques », situations d’alerte etc. J’espère que la rédaction pourra prendre en comptes tous ces différents apports qui depuis quelques temps laissent à penser que l’on est arrivé à un point où certaines choses doivent vraiment changer... 

          • Philippe VERGNES 3 octobre 2017 13:57
            Bonjour astus,

            Merci pour cette contribution bienvenue. Elle est d’actualité !

            « [...] mon expérience sur presque 10 années m’incite à penser qu’il serait utile que la rédaction, les modérateurs et les lecteurs sincères sortent enfin la tête du sable pour ne plus accepter qu’un article correctement écrit et documenté, capable de susciter une réflexion, notamment différente de ses opinions personnelles, soit aussitôt attaqué sur le site par des trolls confus, haineux et stupides incapables d’écrire eux-mêmes des articles cohérents que d’ailleurs ils n’écrivent jamais. Leurs méthodes sont parfaitement connues : il s’agit d’attenter à la réflexion d’autrui pour faire croire qu’ils en ont une, et distiller leur venin. Cela s’apparente à la perversion narcissique, l’un des fléaux méconnus de nos sociétés que l’internet a probablement amplifié. »

            J’ai souligné en italique et gras les expressions qui me paraissent primordiale pour lutter contre ce fléau.

            Qu’internet ait amplifié les « mouvements pervers narcissique » au travers du phénomène « troll », c’est plus que probable. C’est d’ailleurs un de mes axes de réflexions : dans quelle mesure Internet a-t-il révélé/réveillé les pulsions « sadiques » de certains intervenants ?

            Il s’agit bien d’une attaque contre la pensée d’autrui. Cet autre différent de soi que le moi du « pervers » ne peut supporter. Une attaque que l’on peut qualifier d’envieuse (au sens que M. Klein a su donner à ce terme), de perverse ou de nihiliste pour ceux que le mot « pervers » choque trop. Il s’agit bien de pouvoir réduire au silence la personne attaquée, de la privée de ses droits les plus élémentaire et de la réduire à « rien » (ce mot est un indicateur fiable dans ce genre d’attaque qui se perpétue par la phrase souvent entendu dans ce genre de situation : « Tu/vous ne m’es/m’êtes rien » ; « tu n’es rien/ne représente rien pour moi » ; etc.).

            Quant à la l’injonction posée à l’encontre des tiers par le fait de ne plus accepter d’être les témoins complices de ce genre de situation, elle me semble pour l’heure irréalisable. Seul un/des modérateur(s) averti(s) pourrai(t)ent être en mesure d’y mettre fin, mais à condition qu’ils aient pu suivre le fil de discussion où cela se présente et qu’il puisse déterminer le moment exact où ce genre d’attaque se produit. Si pour certaines discussions, l’intention de certains trolls est évidente, pour de nombreuses autres, c’est plutôt très délicat à apprécier. En fait, d’expérience, je sais que c’est quasi impossible, même à de très nombreux professionnels des relations humaines (psychologues ou autres communicants, etc.)

            Reste la solution de la charte ET, surtout me semble-t-il, la façon dont une critique doit être formulée et une controverse engagée, car effectivement « la critique est aisée, mais l’art est difficile ». Or, d’esprit critique il n’y a quasiment plus et l’on appelle désormais « critiques » ce qui ne sont en fait qu’insultes, censure, diffamations ou calomnies. (Je travaille un billet à ce sujet tant la « critique » sert désormais de caution à attaquer autrui, mais il me faudra du temps pour le produire.)

            Sur les autres points évoqués, c’est effectivement à mettre en débat, je n’ai pas d’avis tout fait et gageons que si un tel débat était lancé, il apporterait son lot de « bonnes surprises ».

            • astus astus 3 octobre 2017 14:46

              @Philippe VERGNES


              Bonjour Philippe,

              J’ai bien lu ton article paru ce jour qui aborde des questions dont les soubassements théoriques sont très intéressants, notamment autour de la question des premiers deuils que les humains affrontent et dont il résulte que la psyché se développe dans un sens plutôt que dans un autre selon les réponses qui sont apportées. Les ambitions de mon propre billet du jour n’ont pas la même portée : elles visent simplement à ce que les personnes puissent sur un site comme celui-ci communiquer « suffisamment bien » ( Winnicott !) c’est à dire sans attaques ad hominem, « insultes, censure, diffamations ou calomnies » qui peuvent souvent être reliées à des troubles du narcissisme. Le respect d’autrui ne me semble pas une notion dépassée, même sur internet. 


            • Philippe VERGNES 3 octobre 2017 15:24

              @ astus,


              Oui... j’entends bien. Toutefois, j’attache une importance des plus hautes au respect d’autrui, et j’ai bien peur, même si j’aimerais me tromper, que le respect d’autrui soit effectivement une notion dépassée.

              L’expérience à laquelle je me livre souvent ici, sur ce média en raison de son sempiternel « trollage » que je déplore comme beaucoup, est d’infliger le même manque de respect que celui de notre contradicteur, juste manière de me rendre compte de la façon dont bien des donneurs de leçon auraient à se comporter en pareil cas. Sauf à de très rares exceptions près, le résultat ne varie guère. Tant est si bien que pour beaucoup d’intervenants ce serait plutôt : « le respect pour moi d’accord, à condition que vous me laissiez manquer de respect à autrui quand cela me chante ».

              Je me livre également à ce genre de petite expérience dans la vie courante et très honnêtement, j’en tire le même constat. Par ailleurs, ayant un ado à la maison qui a un esprit de philosophe en herbe, j’ai également pu constater que le respect n’était guère de mise parmi les nouvelles générations.

              Une étude américaine (que je cite de mémoire, mais il faudrait que je la retrouve) a même établi que l’empathie de la génération actuelle avait chuté de 40 % par rapport à celle de la précédente (la mienne). C’est très inquiétant et ce phénomène peut expliquer pourquoi une scission de plus en plus nette se creuse entre « empathe » et « psychopathe » (pour aller à l’explication la plus simple en quelques mots la réalité est certes plus complexe).

              40 %... c’est énorme !

              La perte d’esprit critique est pour moi un autre indicateur pertinent de cette tendance.

            • astus astus 3 octobre 2017 16:56

              @Philippe VERGNES

              L’opposition entre empathie/psychopathie est d’autant plus pertinente que l’on sait bien que celle-ci est dénuée de celle-là, et notre monde moderne, dans lequel les gallo-romains sont devenus des gallo-ricains, pour paraphraser Régis Debray, n’y est pas pour rien. Hier un meurtre de masse aux EU qui sera forcément suivi d’autres mais il faut bien que le commerce des armes profite à certains. Un enfant de 10 ans qui regarde la télé a déjà vu à son âge des dizaines de milliers de meurtres, réels ou fictifs, mais peu importe, car tout doit singer le réel, au diable le symbolique. La télé réalité stupide et le contact avec les écrans ou plus généralement les machines fait que nous sommes arrivés à croire que les humains doivent être aussi fonctionnels que ce que la technique permet. L’enquête sur Lidl montrait bien qu’il ne faut pas dire plus de 47 mots différents à cet ordinateur qui supervise tout, mais qui est le summum de la connerie, car il n’en connaît pas plus. Il est évident que l’appauvrissement du langage est le début de la barbarie, comme l’avait parfaitement compris Goebbels et Orwell. 
              Bon j’arrête là mais il y aurait encore tant à dire ...

            • Taverne Taverne 3 octobre 2017 14:22

              Si on veut que ce soit parfait, les règles de la démocratie en souffriront. Si l’on privilégie la liberté, la qualité en souffre.

              L’idée de statuts différents selon la contribution (non financière) apportée au site me semble pertinente. Peu-être cette idée n’a-t-elle pas été poussé assez loin. Mais distribuer des quotas inégaux ne me semble pas démocratique. Il faudrait, par exemple, que l’auteur d’un certain nombre d’articles puisse user d’un droit de demande de bienséance.

              Purgatoire (de « purger » : purger les vilénies...)

              Par exemple, alors qu’il s’est donné beaucoup de mal pour écrire un bon article, un commentateur se comporte comme un troll en publiant au « top » de son forum (juste sous l’article) un commentaire lapidaire et très désobligeant. L’auteur pourrait reléguer le commentaire dans un endroit spécifique hors de vue du grand nombre tant que le commentateur n’a pas amendé son post agressif et dépourvu d’esprit d’à-propos. S’il le modifie en bien, le rédacteur peut le replacer. Arbitrage de la modération au besoin (si l’auteur de l’article est trop exigeant). A défaut d’amélioration du commentaire, disparition propre et nette de celui-ci. Si le commentaire placé au purgatoire reçoit un certain nombre de votes positifs, il est automatiquement replacé aussi. Le dernier mot est ainsi à la démocratie.


              • astus astus 3 octobre 2017 14:54

                Bonjour Taverne,
                En effet la perfection n’existe pas, et elle n’est même pas selon moi à rechercher sans tomber dans le risque d’effets opposés totalement contre productifs. Mais si le Paradis demeure un mythe heureusement inaccessible, le Purgatoire, par contre, me paraît intéressant au sens que vous évoquez de « purge », laquelle accompagne souvent la bonne santé. Si les règles de bienséance ne doivent pas empêcher la démocratie, encore faut-il que celles-ci soient parfois plus clairement affirmées ... 

              • alinea alinea 3 octobre 2017 14:50

                Le problème est que l’on ait rien trouvé de mieux que la répression pour empêcher de sévir ceux qui ne savent ou ne veulent pas s’appliquer leur propre limitation. C’est vrai que c’est une pollution, une perte de temps, une lourdeur fatigante.
                Néanmoins je ne peux pas m’ôter de l’idée qu’un site citoyen est à l’image de la société ; celle-ci est de plus en plus violente, binaire, superficielle et cela se ressent évidemment dans les articles et les commentaires.
                Je m’amuse parfois à retourner quelques années en arrière et j’en ai conclus qu’un virage a été pris après Charlie. Il n’y a presque plus d’échanges vrais où chacun désire affiner sa pensée ou bien même la remettre en question ; ce qui est pourtant le but d’un échange.
                Sinon je me méfie d’une quantité trop grande de commentaires sous un article, car il s’agit souvent de trollages intempestifs, d’invectives, voire d’insultes, sans fin !
                Mais par ailleurs je suis contente, sur le fil de commentaires sous mes articles, qu’en fin de soirée, on finisse par parler de tout et de rien, avec, presque toujours beaucoup d’humanité ; là, on apprend à se connaître et l’on voit bien que l’on peut discuter, rire avec ceux qui pourtant se trouvent aux antipodes ! Il fut un temps où tout finissait en musique !! ce genre de commentaires qui n’intéressent absolument pas le lecteur qui n’intervient pas mais qui créent entre nous des liens !


                • astus astus 3 octobre 2017 15:16

                  @alinea

                  D’accord avec vous sur le fait « qu’un site citoyen est à l’image de la société ; celle-ci est de plus en plus violente, binaire, superficielle et cela se ressent évidemment dans les articles et les commentaires. »
                  D’autres médias comme la télévision nous montrent cela tous les jours, avec de trop rares exceptions, ce qui finit par influencer chacun. 
                  Je pense qu’il est préférable d’éviter la perte de confiance et le découragement qui naissent d’échanges inappropriés. C’est le but du langage qui sert à communiquer surtout avec ceux avec qui on n’est pas d’accord. Et c’est justement ce que peut offrir un site comme Agoravox.

                • alinea alinea 3 octobre 2017 17:39

                  @astus
                  C’est exactement pour cette raison que je reste sur ce site, même si souvent je passe sans ouvrir un article, désormais, et pourquoi j’en veux aux meilleurs d’entre nous d’avoir rendu les armes !
                  Je pense que personne n’a le temps de lire tout, mais deux ou trois articles de qualité par jour, ce n’est quand même pas trop demander !


                • moderatus moderatus 3 octobre 2017 16:24

                  Bonjour Artus 

                  nous sommes de plus en plus nombreux à donner des indications sur les changements souhaitables sur le fonctionnement du site Agoravox ?

                  je pense à deux préoccupations qui me semblent prioritaires et qui me semblent les votre aussi

                  Premièrement

                  le système de modération

                  actuellement ce système de modération se rapproche de la censure, certains votent suivant leur humeur, leurs convictions politique, leur prétention à savoir ce qui est bien ou pas .

                  J’ai constaté que certains votaient négativement à plus de 60% ou 70 % . ce n’est ni justifié ni justifiable, on tombe dans la censure et on empêche des articles de paraître de façon injuste.
                  Une solution m’a été envoyée que je pense efficace

                  Supprimer les votes négatifs et demander un nombre X de votes positifs pour que l’article passe. Ou si on conserve les votes négatifs qu’ils ne soient plus anonymes et soient justifiés
                  et expliqués
                  au rédacteur en cause .

                  Deuxièmement

                  En ce qui concerne les TROLLS

                  vous avez très bien décrit leur nocivité et leur inutilité.

                  Il ne font que polluer le site , souvent ils échangent indéfiniment entre eux uniquement pour lasser les intervenants . J’en ai lu même lu qui se vantaient d’avoir fait partir des rédacteurs d’Agoravox.

                  Que faire ?
                  je pense dans premier temps que les rédacteurs et intervenants devraient s’interdire de leur répondre.
                  Dans un deuxième temps un signalement à Agoravox signalé et vérifié devrait permettre une exclusion temporaire dans un premier temps du site .

                  Il ne sont pas nombreux et leur mise au pas ne sera que bénéfice pour le site.

                  Vous avez fait aussi un proposition que je retiens
                  "Quant à la notation des articles je ne la trouve personnellement pas très utile. Elle entraîne en général des effets moutonniers souvent exagérés."

                  D’accord avec vous, c’est souvent un concours entre amitiés et vengeances personelles qui n’ont aucun lien avec la qualité de l’article.

                  merci de me donner votre avis .


                  • astus astus 3 octobre 2017 17:19

                    @moderatus


                    Les articles sur ce thème fleurissent bien en ce moment ce qui est bon signe car cela permet de prendre un peu de recul avec les seules données statistiques de fréquentation du site. Et que constate-t-on ? Malgré une affluence record des insatisfactions s’expriment et un raz le bol de certaines pratiques s’installe. On n’empêchera pas facilement le système de modération de privilégier des réseaux idéologiques et politiques. Mais c’est aussi le jeu de la démocratie de confronter des idées différentes, à condition toutefois que les droits de chacun s’assortissent de devoirs aussi exigeants. Et c’est sur ce dernier point que le bât blesse surtout car il en va de la responsabilité de chacun puisqu’il n’y a de fait pratiquement pas de limitations clairement posées et assumées par les responsables du site.
                    Probablement que la question des trolls est beaucoup plus facile à régler, à condition de le vouloir et ne ne pas considérer qu’une visite de plus c’est bon pour les statistiques et les annonceurs.
                    Personnellement j’ai choisi de ne pas répondre, mais j’avoue avoir été tenté de le faire, et d’y avoir parfois cédé. Je maintiens que la notation des articles est un processus inutile et infantilisant, que même les écoles dénoncent aujourd’hui, car cela va uniquement dans le sens du narcissisme et de la déresponsabilisation.
                    Peut-être qu’à force les choses finiront par changer ?

                  • alinea alinea 3 octobre 2017 17:45

                    @astus
                    je ne sais pas si la notation des articles est infantilisant, mais je sais que quand je suis bien notée, ça me fait du bien ; non pas mon égo, mais ce que je pense, exprime ou transmets, cela me console du monde ambiant en me rassurant un peu ! je fais partie des auteurs de ce site qui touchent une infime partie des visiteurs, mais si cette infime partie est contente et l’exprime, ça me légitime.


                  • Zolko Zolko 4 octobre 2017 00:41

                    @moderatus : « actuellement ce système de modération se rapproche de la censure [...] J’ai constaté que certains votaient négativement à plus de 60% ou 70 % »
                     
                    voyez-vous, moi, par exemple, j’aimerais que TOUS les modérateurs votent négativement à 60% ou 70%. Et donc, maintenant ?


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 3 octobre 2017 16:49

                    Amusant, si on enlève le T de troll, cela donne roll et si on rajoute un s : ROLLS.http://www.ma-numerologie-gratuite.com/lettres/lettre-T.html. Oter les trolls, c’est aussi prendre le risque d’élimer les : TRICKSTER qui apportent la part de fantaisie dans des articles un peu trop pompeux. Il faut aussi savoir jouer avec eux. Le problème serait la surabondance de commentaires. Je suis étonnées car le nombre de commentaires reste très limité par rapport aux milliards d’habitants sur terre.


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 3 octobre 2017 16:49

                      Lire : éliminer.


                      • Jason Jason 3 octobre 2017 17:28

                        Un article qui reste 24 h. sur la page principale d’Avox, c’est déjà beaucoup. Ce site devient un univers d’idées jetables.

                        Pour ce qui est de la qualité ou de l’intérêt d’un texte, c’est souvent médiocre, voire détestable. En cela je rejoins les commentateurs qui souhaitent une amélioration des articles ainsi que l’expulsion des imprécateurs pour qui le soupçon tient lieu de preuves, et la vulgarité une fierté.

                        Les quelques grandes rubriques mentionnées en tête de page, elles ne servent à rien car les articles ne sont en fait pas classés. Dans ce sens on pourrait imaginer un Avox bis qui établirait des niveaux quant aux contenus et à la forme. Pour ce qui est de la modération, il faudrait plus de place pour des commentaires.

                        Pour ceux qui opposent une liberté de parole à tous crins, rappelons-leur que tout le monde ne peut donner des cours au Collège de France ou, sous prétexte de liberté de parole, devenir chercheur au CNRS, etc...

                        Je suis inscrit depuis 10 ans à Avox et je l’ai pratiqué parfois intensément, mais maintenant ça devient fatigant. Il serait temps qu’Avox se renouvelle. Dommage qu’on en soit arrivé là.

                        Aussi, la quantité d’articles, le nombre de clics ne font pas l’excellence d’un site.


                        • Xenozoid Xenozoid 3 octobre 2017 17:37

                          @Jason


                           la quantité d’articles, le nombre de clics ne font pas l’excellence d’un site.

                          mais cela fait des thunes

                        • astus astus 3 octobre 2017 17:53

                          @Jason

                          L’univers d’idées jetables que vous évoquez est devenu une des caractéristiques de l’information dans nos sociétés, ce qui évite d’en comprendre quelque chose car l’accélération des « nouvelles » fait que celles-ci ne pourront jamais vieillir en nous pour être « digérées » et nous transformer intérieurement. Tout aujourd’hui doit donc être vécu dans l’instant, sans passé ni futur, pour éliminer le sens. On voit bien alors le résultat de décérébration collective qui s’empare de chacun pour pousser à tous les excès, et bien sûr sur ce site aussi. Quant aux capacités de chacun (pour écrire) elles sont variables comme pour la course à pieds : certains courent le 100 m. en moins de 10 secondes, et c’est loin d’être mon cas, mais dans l’idéal il semble quand même sage de réguler ses ambitions, littéraires ou autres, à ses possibilité et connaissances réelles. 

                        • Zolko Zolko 4 octobre 2017 00:37

                          @Jason : « Un article qui reste 24 h. sur la page principale d’Avox, c’est déjà beaucoup. Ce site devient un univers d’idées jetables. Pour ce qui est de la qualité ou de l’intérêt d’un texte, c’est souvent médiocre, voire détestable. En cela je rejoins les commentateurs qui souhaitent une amélioration des articles »
                           
                          bien d’accord avec vous : je souhaite aussi moins d’articles, ce qui devrait améliorer leur qualité ET autoriser des débats plus longs dans les commentaires.


                        • petit gibus 3 octobre 2017 17:50
                          J’entrouvre la porte pour me retrouver 
                          dans le salon de thé de madame de sévigné

                          Scusez ma ridicule intrusion,
                          je ne fais qu’en coup de vent
                          et sur la pointe des pieds que passer 



                          • OMAR 3 octobre 2017 19:20

                            Omar9

                            Salut @astus « ces quelques idées qui viennent après celles bienvenues de Moderatus... ».
                            .

                            Vous pensez sincèrement qu’avec un titre comme celui-ci« J’irai cracher sur vos tombes » que moderatus, par exemple, puisse présenter des idées saines, paisibles, constructives et mériter cette fonction de modérateur ?
                            https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/j-irai-cracher-sur-vos-tombes-196126
                            .
                            Le mal qui ronge Agora est profond.
                            Demandez donc à Morice, cet ancien participant-contributeur, les raisons de son retrait ; il se fera un plaisir de vous confirmer ce que tout les lecteurs savent déca : les extrémistes de tout bord ont envahi notre forum... .


                            • Agafia Agafia 3 octobre 2017 22:18

                              @OMAR

                              Parce que pour vous, Morice était un exemple d’honnêteté intellectuelle et de modération ??? ^^




                            • Jason Jason 4 octobre 2017 10:49

                              @Robert Lavigue

                              Entièrement d’accord. Lui et quelques autres auraient dû être virés dès le début de la publication de leurs infâmes éructations.


                            • Jason Jason 4 octobre 2017 10:51

                              La difficulté que rencontre Avox, c’est l’antagonisme fréquent dans ce genre de publication, entre quantité et qualité.

                               A propos de quantité, les chiffres présentés par la rédaction sont sujets à caution. Elle annonce un million de contacts par mois, multiplié par 12 sur un an, c’est impressionnant. MAIS de ceux-ci combien prennent contact plusieurs fois par jour, et dans les mois qui suivent ? Enfumage ?

                              L’idée d’un forum de discussion est bonne, mais, fallait-il l’appeler « journalisme citoyen », sans s’assurer de ce qu’et le vrai (non partisan, non racoleur, bien informé) journalisme ?

                              Avox voulait faire du volume, et il a réussi, avec tous les compromis , les petits mensonge et un laisser-faire « populo », qui accompagnent ce genre de publication en ligne.

                              Est-il trop tard pour redresser la barre ?


                              • Jason Jason 4 octobre 2017 10:54

                                P.S. Cette page va-t-elle rester 24, 36, 48 heures en ligne ? Sans doute très peu de temps, agitation médiatique oblige...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès