• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Energies libérées : le courant passe mieux

Energies libérées : le courant passe mieux

Depuis le 1er juillet, les Français peuvent enfin choisir leur fournisseur en gaz et en électricité. Il faut se féliciter de cette libéralisation du marché de l’énergie et appeler à l’abolition rapide des « tarifs réglementés », vestiges inutiles du gosplan à la française.

Rappelons aussi que le transport et la livraison de l’énergie resteront une « mission de service public » sous contrôle de l’Etat.

Le consommateur français est le principal gagnant de cette nouvelle liberté de choix. Parmi les principaux effets attendus, la baisse des coûts de fonctionnement et de gestion des fournisseurs d’énergie devrait alléger la facture finale à prix constant des matières premières. La relance des innovations technologiques et le développement des services autour de l’efficacité énergétique amélioreront considérablement, à terme, la gestion de leur consommation énergétique par les consommateurs. Enfin, et ce n’est pas le moindre des avantages de cette situation, chacun sera libre de choisir sa source d’énergie : renouvelable, nucléaire ou indifférenciée.


Cerise sur le gâteau : en sortant du monopole d’EDF, nous échapperons enfin au 1 % destiné au CE d’EDF-GDF !

 
Certaines voix anti-libérales promettent le pire à ceux qui abandonneraient les prix administrés de l’énergie. Les experts jugent, au contraire, que cet archaïsme n’a pas lieu d’être dans une économie moderne. Si le prix de ce bien de consommation courante peut augmenter dans un environnement de tension due à une trop forte consommation d’énergie, il peut aussi baisser en dessous du prix fixé arbitrairement par l’Etat. Les nouvelles technologies et les produits financiers innovants permettent également de garantir la stabilité du prix de l’énergie dans le temps pour les consommateurs.


Enfin, ces mêmes défenseurs de la planification semblent souvent attentifs à notre environnement. Dans cette perspective, ils devraient se rappeler que la variation du prix de l’énergie constitue un indicateur essentiel pour inciter les consommateurs à modérer leur consommation. Une hausse sensible du prix de l’énergie rend plus attractif l’investissement dans les nombreuses formes d’économies d’énergie.

 
Espérons que les prochaines étapes de la libéralisation de l’économie française, celles du marché des transports en commun et des services postaux, auront lieu rapidement. Soulagés de ces monopoles coûteux, les consommateurs sont les premiers bénéficiaires de telles ouvertures de marchés à la concurrence.


Moyenne des avis sur cet article :  1.47/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 9 août 2007 13:20

    A la lecture de votre article, les bras m’en tombent ! Vous devez arriver d’une lointaine planète, ou, tout simplement être encore sous « hypnose sarkozienne ».

    Partout, en Europe (Espagne, GB ..)et ailleurs(USA ..), où l’énergie à été privatisée, les prix ont rapidement augmenté de 20 à 40%.

    Le seul intérêt, très relatif, de ces privatisations est de servir les intérêts financiers des amis du pouvoir. Il en sera de même pour nous et toutes les privatisations passées ou à venir.


    • Servais-Jean 9 août 2007 17:58

      Il me semble que cet article est une simple provocation ou alors une forme d’ironie.

      Rien de ce qui est dit ne tient la route !

      Le score actuel le démontre bien.Ne perdez pas de temps à lire la suite, sur agoravox il y a des articles plus captivants.


    • ripouette ripouette 9 août 2007 13:48

      Je propose que l’on libère ton boulot, mon cher Aurelien, en effet tu détiens un monopole inacceptable sur ton emploi, qui pourrait être rendu plus innovant et moins cher s’il était occupé par un Slovène ou un Bulgare payé au lance-pierre !

      Aussi pour la grandeur de la France et de l’économie de marché et au nom des lois sur la libre concurrence, je te demande de démissionné dans la semaine et de lâcher cet odieuse main-mise que tu as sur ton salaire !


      • Aurelien Veron 9 août 2007 14:15

        @Alpo : vous remarquerez que les monopoles dans lesquels l’Etat a insuffisamment investi doivent un jour monter leurs prix pour rattraper ce retard. C’est souvent l’occasion de déléguer à un prestataire privé (cas de la gestion de l’eau) qui ait une envergure financière suffisante pour porter les lourds investissements nécessaires...ou, mieux, d’ouvrir à la concurrence. Exemple : la télephonie dont le prix pour le consommateur s’est effondré.

        Ensuite, les tensions possibles sur le prix de la matière première, dans le cas de l’énergie, peuvent aussi tirer le prix au détail vers le haut. Est-ce choquant en soi ? Maintenir les prix artificiellement bas revient à faire payer le différentiel de manière déguisée.

        @ Ripouette : visiblement, vous mélangez un emploi négocié contractuellement (je ne force personne à me payer, et rien ne dit que je ne serai pas licencié demain, en effet) et un monopole d’Etat qui contraint le pays entier. Je ne vois pas trop le rapport, mais vous semblez tellement convaincue d’un lien que je vous laisse à votre rêverie...


      • pixel pixel 9 août 2007 14:19

        Quelle entreprise privé aurait pu investir dans le TGV, les centrales nucléaires, les réseaux téléphoniques, et l’aérospatiale ?


      • Alpo47 Alpo47 9 août 2007 15:28

        Je vous suggère, respectueusement, de ne plus vous aventurer dans des analyses économiques, pour lesquelles, visiblement vous n’avez que des connaissances (très) sommaires.


      • Rayves 9 août 2007 15:30

        « Exemple : la télephonie dont le prix pour le consommateur s’est effondré »

        Les prix de la téléphonie étaient très élevés et ne pouvaient que descendre... (Ce qui n’est pas le cas dans la téléphonie mobile où les opérateurs s’évertuent à maintenir des tarifs exorbitants par tous les moyens !). La baisse des tarifs de téléphonie a été compensée, pour les opérateurs, par une hausse exponentielle du trafic... ce qui ne sera pas du tout le cas avec l’énergie que l’on s’évertue à nous faire économiser, à juste titre. On ne voit pas, dans ce cas, comment les fournisseurs pourront dégager des profits sans hausses de tarifs.

        Quant au choix entre énergies renouvelables, nucléaire ou autre, il vaut mieux rire devant tant de naïveté !


      • Servais-Jean 9 août 2007 18:06

        @ aurélien

        Il suffit de regarder le score de cet article pour savoir ce que tout le monde en pense.

        Mode d’emploi du score : S’il y a un moins c’est que le score est négatif. S’il n’y a rien c’est qu’il est positif

        COMPRENDO ?


      • Forest Ent Forest Ent 9 août 2007 13:52

        Mon Dieu ! Il y a encore une personne qui croit que les prix vont baisser ! La chute sera rude. smiley

        Quand à « choisir sa source d’énergie », ça reste à démontrer. En dehors d’EdF,il n’y a pour l’instant que des courtiers d’EdF.

        Le seul but de tout ça, c’est d’offrir des rentes privées à des copains.

        Pour ce qui est des transports, on n’a pas fini de rigoler non plus. Mieux vaut en rire, car on n’a pas fini d’en pleurer.


        • ZEN ZEN 9 août 2007 14:15

          A.V. est notre incorrigible libéro-optimiste sur AV (Avox)..

          Pour sa copie sans analyse, pure profession de foi ultralibérale, il nous copiera cent fois cet article :

          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=26451

           smiley


          • nephilim 9 août 2007 14:22

            superbe article^^ non vraiment la je dis chapeau bas je crois que vous allez etre le 1er de la semaine a froler les 90% de non au commentaires^^

            VITE allez chercher des Lerma pour vous sortir de la :p


            • ZEN ZEN 9 août 2007 14:29

              Article plus que superlight, sans doute écrit sur la plage entre deux parties de beach ball...Ah ! le soleil...


              • velocopeau 9 août 2007 15:25

                à ce sujet, voir la position de Que choisir sur la privatisation d’EDF : http://quechoisir.org/Position.jsp ;jsessionid=593C63A8345A0B2CF69D675F84EF8104.tomcat-1?id=Ressources:Positions:A9302EE8D63CA8ACC12572E900441F4C&catcss=ENV401

                ou celle des renseignements : http://quechoisir.org/Position.jsp ;jsessionid=593C63A8345A0B2CF69D675F84EF8104.tomcat-1?id=Ressources:Positions:BF5EB3C7ADF75097C125731A004F6515&catcss=ACT

                Pour les transports, voir le train au Royaume-Uni (la position est mitigée http://fr.wikipedia.org/wiki/Privatisation_de_British_Rail

                Enfin, toujours sur l’énergie, la position et l’analyse du réseau « sortir du nucléaire ». On nationalise les risques, on privatise les recettes. http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=actualites&sousmenu=dossiers&soussousmenu=energie&page=index


                • Fred 9 août 2007 15:36

                  Je suis pourtant liberal mais il est impossible que le prix de l’electricite baisse en France en allant a la concurrence. Le prix en France est le plus bas d’Europe, on voit mal comment des entreprises privees vont pouvoir acheter l’energie a EDF pour la revendre moins chere au consommateur.

                  Mefiez vous des prix des premiers mois pour attirer les clients.


                  • Servais-Jean 9 août 2007 18:20

                    Et comme les fournisseurs privés se plaignent du peu de clients passant chez eux, Six cent environ, ils ont mis en route quelques députés UMP, Ollier en tête, pour permettre d’amorçer la pompe à fric gràce à une modification de la loi interdisant le retour en arrière lorsqu’on a opté pour un autre fournisseur qu’EDF.

                    Cette modification consiste à permettre de revenir au fournisseur historique jusqu’en 2010. Et aprés vous allez payer plein pot !


                  • Barbathoustra Barbathoustra 9 août 2007 15:42

                    Monsieur Veron,

                    Ici vous êtes sur Agoravox. Il va s’en dire que le niveau intellectuel est relativement élevé. J’entends par là que la plupart ici connaissent les théories du libéralisme au moins aussi bien que vous. Aussi j’ai bien peur que vos appels déspérés à la « libération » pour tenter d’interesser les gens à vos combines ; ou tout autre tentative de passage en force d’un dogme, - quel qu’il soit, accompagné ou non de ce genre de slogan publicitaire - , ne vous amène que des notations négatives. Bien à vous ...


                    • hurlevent 9 août 2007 16:10

                      « le niveau intellectuel est relativement élevé » ???

                      Vous voulez rire ???

                      Relisez les commentaires. Un festival de déclarations anti-libérales, sans argumentation. Avec, cerise sur le gateau, une théorie du complot( "favoriser les amis du pouvoir, etc...) sans aucune preuve.

                      Vous devez êtes très naïf


                    • hurlevent 9 août 2007 16:20

                      Un article rafraichissant, à contre courant des articles anti-libéraux qui foisonnent sur ce site.

                      Merci de donner la parole à ceux qui ne veulent plus subventionner la Fête de l’Humanité en payant leur facture d’électricité, et qui veulent avoir le choix.

                      La liberté, ça n’a pas de prix. L’archaïsme de la distribution d’électricité en France, aux mains d’une entreprise publique, gangrenée par le corporatisme de ses syndicats devait cesser.

                      Pendant 40 ans les pays du bloc communiste ont subi l’absence de concurrence. Le résultat ? Des tickets de rationnement, des queues sans fins pour acheter du pain, une économie qui partait à la dérive.

                      Heureusement, le bloc capitaliste a gagné et le bloc communiste s’est effondré, mais même en France, il reste des archaismes dans le domaine de l’énergie, du transport ferroviaire et de la distribution de courrier qui n’ont rien à envier au système du bloc communiste.

                      J’ai bon espoir que la libéralisation est en marche, et que rien ne peut l’arrêter. Nous, citoyens et consommateurs, nous pourrons enfin profiter d’une économie débarrassée des corporatismes et obtenir la liberté à laquelle nous avons droit.

                      Les nostalgiques du passé pourront toujours continuer à voyager SNCF, envoyer leurs lettres par La Poste, et acheter leur électricité à EDF. Mais ils ne pourront plus imposer leurs choix à la majorité.

                      Encore merci pour cet article.


                    • Rayves 9 août 2007 16:31

                      « La liberté, ça n’a pas de prix » Quelle belle envolée !

                      Comme ça doit être grisant de pouvoir choisir son distributeur d’électricité ! Enfin, le vie va valoir la peine d’être vécue !

                      Tenez, aujourd’hui, j’ai accompli un acte d’une audace folle : je n’ai pas pris le train, juste pour emmerder la SNCF !


                    • Forest Ent Forest Ent 9 août 2007 16:46

                      On a le choix entre SFR, Bouygues et Orange. Mais c’est amusant : ils sont au même prix.

                      On va remplacer l’horrible 1% CGT par un dérisoire 10% actionnaire. C’est le progrès.


                    • hurlevent 9 août 2007 16:47

                      « Tenez, aujourd’hui, j’ai accompli un acte d’une audace folle : je n’ai pas pris le train, juste pour emmerder la SNCF ! »

                      J’aimerais simplement prendre le train, sans être obligé de prendre obligatoirement la SNCF. Et aujourd’hui, en France, c’est impossible.

                      On peut prendre l’avion sans prendre obligatoirement Air France, on peut prendre le bus de la compagnie que l’on veut, mais le train, non. Dommage...


                    • cniko 9 août 2007 16:49

                      Sauf qu’en France jusqu’ici on avait surtout la liberté de payer l’électricité moins cher que partout ailleurs en Europe... Mais ce genre de liberté c’est nul, non ? Vaut mieux payer plus cher du moment que le CE d’EDF ne rammasse plus autant de pognon ?

                      Par ailleurs l’augmentation des prix en Allemagne, Angleterre, US... est un fait.

                      Que Sarko soit pote avec de nombreux industriels est un fait.


                    • hurlevent 9 août 2007 16:51

                      « On a le choix entre SFR, Bouygues et Orange. Mais c’est amusant : ils sont au même prix. »

                      C’est évidemment FAUX.

                      Vous avez le choix entre SFR, Bouygues, Orange, Neuf Mobile, Débitel, Universal Mobile, Auchan, etc...

                      Bien que certains utilisent le réseau des 3 premiers, ils proposent des forfaits et/ou des cartes prépayées à des tarifs différents.

                      Et non, ils ne sont pas au même prix.

                      Mais peut-être préférez vous un monopole d’état, avec un seul prix, et pas de choix ?


                    • hurlevent 9 août 2007 17:02

                      « Sauf qu’en France jusqu’ici on avait surtout la liberté de payer l’électricité moins cher que partout ailleurs en Europe... »

                      De quelle liberté parlez vous ? Il n’y avait aucune manière d’échapper au tarif EDF. Si vous n’étiez pas content avec ce tarif, tant pis pour vous.

                      Le prix bas de l’électricité en France est du à l’utilisation massive de l’énergie nucléaire.

                      Mais ce prix est majoré par l’inefficacité de la gestion d’EDF. Une entreprise publique n’a pas de contrainte financière : si il y a un déficit, elle pompe dans les caisses de l’Etat.

                      Une entreprise privée est, elle, responsable de sa comptabilité. Si elle est en déficit, elle coule. Dans un marché libéral, les entreprises mal gérées sont en déficit, coulent, et sont remplacées par des entreprises mieux gérées.

                      Ce système existe depuis de nombreuses années dans le domaine de la livraison de fuel domestique, et donne satisfaction.

                      Pourquoi le domaine de la livraison d’électricité devrait-il y échapper ? A qui cela profite-t-il ?

                      Mais le meilleurs, avec la libéralisation, c’est que les personnes qui regrettent EDF ... sont LIBRES de continuer à lui acheter son électricité.

                      La libéralisation du marché de l’électricité, ce n’est pas des entreprises privées qui remplacent EDF. Ce sont des entreprises privées qui s’ajoutent à l’offre d’EDF. L’offre d’EDF subsiste, elle ne disparait pas, elle est toujours disponibles.

                      Après, c’est aux citoyens consommateurs de choisir. Et à personne d’autre.


                    • Barbathoustra Barbathoustra 9 août 2007 17:12

                      Une analyse simpliste avec une conclusion avortée a les critiques simplistes qu’elle mérite non ? Et puis chiche, on va sur le site d’AL vérifier si c’est pas non plus un festival « anti gauchistes » et assimilés sous argumenté baignant dans son jus de haine ?

                      Remarquez qu’Aurélien ne nous prends pas en traitre. En se présentant membre d’AL, il annonce la couleur. Cependant j’aurai pour ma part souhaité voir un article plus ouvert et ne jouant pas de l’éternelle réthorique de culpalisation ici à peine voilée : « je suis pour la liberté et tous ceux qui ne pensent pas comme moi sont contre ». Parce que si c’est pas socialovox ici, c’est pas liberalovox non plus et l’agoravoxien libre quand à lui n’aime pas trop qu’on le prive de son péché mignon ; le débat !


                    • cniko 9 août 2007 17:14

                      L’énergie continue à être produite et acheminée par EDF. Où est la création de valeur de ses concurents ?

                      EDF n’a jamais présenté de déficit (ce qui n’est certes pas le cas de la SNCF).

                      Aux US les coupures de courant à cause de cette recherche permanente du profit qui pousse à n’investir sur les infrastructures qu’en dernier recours.

                      partout une augmentation des tarifs. Partout. Pas un exemple de libéralisation de ce marché sans qu’à termes les tarifs n’aient explosé. A quoi ça sert de libéraliser si les consommateurs y perdent à terme ? A enrichir une minorité ou bien est ce pour le bien de tous ? Pour notre liberté de choisir qui doit prendre le pognon de notre consomation électrique vive la libéralisation.


                    • hurlevent 9 août 2007 17:20

                      @Barbathoustra

                      Vous avez raison de souligner que l’article est pro-libéral et pas du tout équilibré. Cependant, ce n’est pas incompatible avec Agoravox, pour autant que je le sache.

                      Je m’explique : cet article est publié dans la rubrique « Tribune Libre », une rubrique faite justement pour des prises de position. D’autre part, si vous faites le compte des articles anti-libéraux d’AgoraVox, vous verrez que leur nombre excèdent de beaucoup le nombre d’articles pro-libéraux.


                    • hurlevent 9 août 2007 17:25

                      « L’énergie continue à être produite et acheminée par EDF. Où est la création de valeur de ses concurents ? »

                      FAUX. L’énergie est acheminée par RTE (Réseau de Transport d’Electricité). La contribution à RTE apparait sur votre facture d’électricité.

                      Les entreprises privées disposent de centrale de production d’électricité, depuis très longtemps. La différence, c’est qu’avant, elles étaient obligées de revendre l’électricité à EDF, à un prix décidé par elle seule.

                      « EDF n’a jamais présenté de déficit »

                      FAUX. EDF était en déficit dans les années 80. Les caisses de l’Etat ont été pompées pour renflouer cette société. D’autre part, quand on a le monopole d’un marché, et donc que l’on décide seul du prix, il n’est pas très difficile d’être bénéficiaire...


                    • Barbathoustra Barbathoustra 9 août 2007 17:27

                      A ce propos, il est ou le rossignol qui nous chantait la libéralisation des renseignements téléphoniques du matin au soir l’année dernière ; ça meurt vite ces bêtes la y parait ?


                    • Aurelien Veron 9 août 2007 17:27

                      Si le prix de l’électricité est bas, le ontant de l’abonnement ne l’est pas. Ensuite, EdF ne paye pas les retraites de ses salariés fonctionnaires, pris en charge par le contribuable plutôt qu’élément ajouté au coût de revient. Enfin, les quelques provisions en vue du démantèlement des centrales nucléaires ont été consommées. Si bien que rien n’est prévue pour accompagner le vieillissement du parc de nos centrales.

                      Bref, nous payons un prix qui ne reflète pas le coût réel de notre électricité (pas si peu chère que ça). les contribuables payent le complément sans le savoir.


                    • Aurelien Veron 9 août 2007 17:31

                      Vous voulez dire que dans votre forteresse de la pensée unique, il est souhaitable de ne pas défendre une opinion différente de la vôtre ? Votre modèle est enthousiasmant !

                      Heureusement qu’agoravox est moins sectaire que vous ne l’êtes. Hors vacances estivales, mes articles donnent lieu à des débats un peu plus construits qu’ici. La saison ne doit pas être la meilleure...


                    • pixel pixel 9 août 2007 17:37

                      Qui va payer l’EPR et qui en profitera par la suite ?


                    • Forest Ent Forest Ent 9 août 2007 17:41

                      « EdF ne paye pas les retraites de ses salariés fonctionnaires, pris en charge par le contribuable plutôt qu’élément ajouté au coût de revient »

                      EdF a versé pour cela une soulte avant privatisation. Si elle était insuffisante, il faut le dire à l’UMP qui l’a évaluée.

                      Vous pouvez faire le même article en septembre, vous aurez les mêmes réactions, heureusement. D’autant plus que d’ici là les prix auront grimpé un peu. smiley


                    • Servais-Jean 9 août 2007 18:23

                      A hurlevent

                      Encore un qui ne sait pas lire les scores !


                    • Rayves 9 août 2007 18:32

                      « Ensuite, EdF ne paye pas les retraites de ses salariés fonctionnaires, pris en charge par le contribuable »

                      Ah bon, parce que dans le privé, ce sont les entreprises qui prennent en charge les retraites ?

                      Avec le système par répartition, la part « salarié » des retraites est payée par les cotisations des actifs, dans le public comme dans le privé. Dans le public, le montant de ces cotisations apparaît sur les feuilles de paye, comme dans le privé et n’est pas prélevé, mais non versé au salarié, ce qui revient au même. La part « patronale »,elle, est évidemment prise en charge par l’employeur.

                      Devoir rappeler ces évidences sème encore un peu plus le doute sur la compétence de l’auteur.


                    • Servais-Jean 9 août 2007 18:45

                      Je trouve la résistance d’Aurélien Véron assez pathétique. Le pauvre, son score est à noter précieusement, il va servir d’étalon de la bètise à venir.

                      Encore un petit effort et on arrive à 95 %, du jamais vu !


                    • hurlevent 9 août 2007 22:22

                      « Ah bon, parce que dans le privé, ce sont les entreprises qui prennent en charge les retraites ? »

                      Entreprises et salarié, oui. Mais pas le contribuable. Chez EDF, les retraites sont tellement elevées que les cotisations ne suffisent plus, et ce sont les contribuables qui doivent payer.

                      « Devoir rappeler ces évidences sème encore un peu plus le doute sur la compétence de l’auteur. »

                      Hem, hum. Justement, vous devriez peut être vous préoccuper de votre compétence...


                    • nos 9 août 2007 23:12

                      « le niveau intellectuel est relativement élevé »

                      ce commentaire est la preuve que non ...


                    • Servais-Jean 10 août 2007 01:35

                      EDF est une entreprise comme une autre, elle est définie comme une entreprise à caractère industriel et commercial, elle paie des impôts comme toutes les autres entreprises et elle est certainement mieux gérée que beaucoup d’autres entreprises dites privées et cela pour une raison bien simple : Il n’y a pas cinquante patrons qui se goinfrent et qui perçoivent des stock-options alors que dans le privé on en donne même aux minables. Si le libéralisme c’est faire le bonheur d’incapables qui ont une grande gueule alors non merci.

                      Il y en a deux qui se partagent l’option libérale sur cette page et heureusement car ça permet de se défouler un peu.


                    • Bertrand44 10 août 2007 20:33

                      « Une entreprise privée est, elle, responsable de sa comptabilité. Si elle est en déficit, elle coule. Dans un marché libéral, les entreprises mal gérées sont en déficit, coulent, et sont remplacées par des entreprises mieux gérées. »

                      Monsieur Douréveur ou Monsieur Foudangereu, dans un marché libéral, les banques qui font faillite ne coulent pas, elles se font simplement renflouer par l’état. Il en est de même pour les sociétés industrielles, Alstom, société privé, a ainsi été en 2 doigt de la faillite, pas plus tard qu’il y a 2 ans. A-t-elle coulé ? Certes non ! Pourquoi, elle a été renflouée par le mauvais Etat (méchant, pas bien). Désormais elle est une entreprise à nouveau concurrentiel.

                      Pas plus tard, qu’hier et aujourd’hui, la BCE a injecté plusieurs dizaines de milliards d’euros pour éviter une chute des cours de bourse. Le public est venu au secours du privé. Petit aparté : et on vient donner des leçons en matière de déficit quand on peut injecter près de 150 milliards d’euros en 2 jours. Alors que ça fait des années qu’on nous parle de déficits sociaux inconsidérés, la BCE vient de créer une masse monétaire équivalente à 10 ans de déficit de la sécu. Le Dogme du libéralisme en prend un bon coup derrière la tête

                      Et il en serait de même pour toute autre entreprise dont la faillite engendrerait un risque systémique (des faillites en cascade ; 1929, si ça vous parle). Et la France n’est pas la seule dans ce cas. Les Etats-Unis l’ont fait aussi lors de faillite de fonds d’investissement. Je ne crois pas que M. Bush et ses amis soient antilibéraux... Alors les impôts servent aussi a renfloué des entreprises privées... Pas les PME certes. La différence est que pour les entreprises privées, les bénéfices sont privatisés et leurs pertes sont mutualisées tandis que pour les entreprises publiques les pertes et les bénéfices sont mutualisés. Car EDF fait des bénéfices depuis des années. Même avec les tarifs les plus bas d’Europe. Cela signifie donc que les consommateurs payent indirectement des impôts : si on considère que les bénéfices revenant dans le budget de l’Etat sont des revenus mutualisés équivalents à des impôts.

                      Enfin, les tenants du néo-libéralisme ont dire Léon Walras (économiste français du XIX) qui a théorisé l’économie marginaliste. Or cette théorie, incorporant les hypothèses (fantaisiste) de concurrence pure et parfaite, insiste bien sur l’idée que les coûts de production fixe (une centrale nucléaire) dégagent obligatoirement un prix marginal nul (DEUG d’éco 1ere année). Par conséquent, le prix de l’électricité devrait être nul et les charges des coûts fixes payés par l’impôt. Alors Messieurs les ultralibéraux, allez jusqu’au bout de vos idées, Nationaliser à tours de bras...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès