• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Est-il encore le temps de tirer les leçons de la crise des missiles de Cuba (...)

Est-il encore le temps de tirer les leçons de la crise des missiles de Cuba et d’éviter une guerre nucléaire ?

Biden a tort de croire qu'une guerre nucléaire pourrait être limitée à l'Europe et épargner les Etats-Unis.

Par Dmitry Trenin

Dmitry Trenin est professeur et chercheur à la Higher School of Economics et chercheur principal à l'Institute of World Economy and International Relations à Moscou. Il est également membre du Conseil russe des affaires internationales.

Source : rt.com

Traduction : lecridespeuples.fr

Ce mois d'octobre marque le 60e anniversaire de la crise des missiles de Cuba, qui a entraîné Moscou et Washington dans une épreuve de force nucléaire qui menaçait l'anéantissement immédiat du monde.

Heureusement, les dirigeants de l'époque –Nikita Khrouchtchev et John F. Kennedy– ont eu la sagesse de s'éloigner du gouffre, puis de s'engager dans les premières étapes d'une gestion commune de l'adversité à l'ère nucléaire. Compte tenu du conflit actuel en Ukraine, qui ne cesse de dégénérer vers une collision militaire directe entre la Russie et les États-Unis, on peut espérer que les leçons du passé pourront également contribuer à mettre fin à la confrontation actuelle sur une note pacifique.

Cependant, nous devrions également être conscients des différences majeures entre les deux crises.

En surface, la cause fondamentale des deux confrontations est un sentiment aigu d'insécurité créé par l'expansion de l'influence politique et de la présence militaire de la puissance rivale jusqu'aux portes de son propre pays : Cuba à l'époque, l'Ukraine aujourd'hui.

Cette similitude, cependant, ne va pas plus loin. Le trait marquant de la crise ukrainienne est la grande asymétrie qui existe non seulement entre les capacités de la Russie et des États-Unis, mais aussi, et surtout, entre les enjeux. Pour le Kremlin, la question est littéralement existentielle.

Voir ‘Acte de terrorisme international’ : au Conseil de sécurité, la Russie accuse l’OTAN du sabotage de Nord Stream

Essentiellement, ce n'est pas seulement l'avenir de l'Ukraine, mais celui de la Russie elle-même qui est en jeu. Pour la Maison Blanche, la question est certes importante, mais beaucoup moins critique. Ce qui est en question, c'est clairement le leadership mondial des États-Unis (qui ne s'effondrera pas au sein du monde occidental, quoi qu'il arrive en Ukraine), leur crédibilité (qui peut être entamée mais difficilement détruite) et la position de l'administration auprès du peuple américain (pour qui l'Ukraine n'est pas une préoccupation majeure).

La crise des missiles de Cuba de 1962 a éclaté dans une atmosphère de peur omniprésente de la Troisième Guerre mondiale, qui a atteint son paroxysme pendant les 13 jours d'octobre. La crise ukrainienne de 2022 se déroule pratiquement en l'absence d'une telle crainte. Les actions de la Russie au cours des sept derniers mois ont été considérées en Occident comme une preuve de sa faiblesse et de son indécision plutôt que de sa force.

En outre, la guerre en Ukraine est considérée comme une occasion historique de vaincre la Russie, en l'affaiblissant au point qu'elle ne puisse plus constituer une menace, même pour ses plus petits voisins. Il est tentant de résoudre enfin la « question russe », en neutralisant définitivement le pays en s'emparant de son arsenal nucléaire, voire en le divisant en plusieurs morceaux qui se disputeraient et se feraient la guerre. Entre autres choses, cela priverait la Chine d'un allié majeur et d'une base de ressources, et créerait des conditions favorables pour que Washington l'emporte dans son conflit avec Pékin, scellant ainsi sa domination mondiale pour de nombreuses décennies supplémentaires.

L'opinion publique occidentale est préparée à l'éventualité de l'utilisation d'armes nucléaires dans la crise ukrainienne. Les avertissements de la Russie aux pays de l'OTAN, en référence au statut nucléaire de Moscou, de rester à l'écart d'une implication directe dans la guerre, qui sont censés être dissuasifs plutôt qu'une intention d'élargir le conflit, sont rejetés comme du chantage. En fait, un certain nombre d'experts occidentaux s'attendent à ce que la Russie utilise ses armes nucléaires tactiques si ses forces sont mises en déroute en Ukraine.

Plutôt que de considérer cela comme une catastrophe à éviter absolument, ils semblent y voir une occasion de frapper très fort la Russie, d'en faire un hors-la-loi international et de presser le Kremlin de se rendre sans condition. Sur le plan pratique, le dispositif nucléaire américain et ses programmes de modernisation sont axés sur l'abaissement du seuil atomique et le déploiement d'armes de faible puissance à utiliser sur le champ de bataille.

Cela ne signifie pas que l'administration du président américain Joe Biden souhaite une guerre nucléaire avec la Russie. Le problème est que sa politique très volontariste à l'égard de l'Ukraine repose sur un postulat erroné selon lequel la Russie peut effectivement accepter d'être « stratégiquement vaincue » et que, si des armes nucléaires devaient être utilisées, elles le seraient uniquement en Ukraine ou, au pire, en Europe. Les Américains ont une longue tradition d'attribution de leur propre logique stratégique à leurs adversaires russes, mais cela peut être fatalement trompeur.

Voir Adhésion de 4 oblasts à la Russie : le réquisitoire historique de Poutine contre l’Occident (discours intégral)

L'Ukraine, certaines parties de la Russie et de l'Europe frappées par des frappes nucléaires –alors que les États-Unis sortent indemnes du conflit– pourrait être considérée comme une issue tolérable à Washington, mais difficilement à Moscou.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, un si grand nombre des soi-disant lignes rouges de la Russie ont été franchies sans conséquence que l'on a eu l'impression que Moscou bluffait, de sorte que lorsque le président Vladimir Poutine a récemment lancé un nouvel avertissement à Washington, déclarant que « ce n'est pas du bluff », certains en ont conclu que c'était précisément cela. Pourtant, comme le montre l'expérience récente, les paroles de Poutine méritent d'être prises plus au sérieux. Dans une interview de 2018, il a déclaré : « Pourquoi avons-nous besoin d'un monde dans lequel il n'y a pas de Russie ? »

Le problème, c'est que la défaite stratégique de Moscou, que les États-Unis visent en Ukraine, aurait probablement pour résultat final « un monde sans Russie. » Cela suggère probablement que si –Dieu nous en préserve !– le Kremlin est confronté à ce que la doctrine militaire russe appelle « une menace pour l'existence de la Fédération de Russie », ses armes nucléaires ne seront pas dirigées vers un endroit quelconque du continent européen, mais plus probablement de l'autre côté de l'Atlantique.

Cette pensée fait froid dans le dos, mais elle peut être salutaire. Il faut empêcher toute utilisation d'armes nucléaires, et pas seulement l'utilisation d'armes stratégiques. Il est cruel mais vrai que la paix entre adversaires ne repose pas sur des promesses solennelles et des vœux pieux, mais, en fin de compte, sur une peur mutuelle. Nous en sommes venus à appeler cela la dissuasion et la « destruction mutuellement assurée ». Cette peur ne doit pas paralyser notre volonté, mais elle doit garantir qu'aucune des parties ne perde la raison. Au contraire, l'érosion de la dissuasion et son rejet en tant que bluff nous feraient avancer vers le bord du gouffre tels des somnambules.

Voir Voici à quoi ressemblerait une guerre nucléaire entre l'OTAN et la Russie

Malheureusement, c'est précisément vers cela que nous nous dirigeons actuellement. Il est révélateur que le bombardement constant, pendant de nombreuses semaines, de la plus grande centrale nucléaire d'Europe soit toléré par l'opinion publique occidentale –y compris, incroyablement, de l'opinion européenne qui a vécu Tchernobyl– parce que ce sont les forces ukrainiennes cherchant à déloger les Russes qui ont occupé la centrale.

Voir Moscou : en ciblant la centrale nucléaire de Zaparojie, Kiev pousse l’Europe au bord du gouffre

S'il y a des leçons à tirer de la crise des missiles de Cuba, elles sont essentiellement au nombre de deux. La première est que l'essai de la dissuasion nucléaire est lourd de conséquences fatales pour l'ensemble de l'humanité. La seconde est que la résolution d'une crise entre grandes puissances nucléaires ne peut être fondée que sur la compréhension, et non sur la victoire d'une des parties.

JPEG

Il y a encore du temps et de l'espace pour cela, même si le premier s'épuise et que le second se rétrécit. À l'heure actuelle, il est encore trop tôt pour discuter d'un règlement potentiel en Ukraine, mais les Russes et les Américains qui, comme moi, ont passé les trois dernières décennies à tenter en vain d'aider à créer un partenariat entre leurs deux pays doivent se réunir maintenant pour réfléchir à la manière d'éviter un affrontement fatal. En 1962, après tout, ce sont les contacts humains informels qui ont sauvé le monde.

Voir notre dossier sur la situation en Ukraine.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebookYoutube et VKontakte.


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • sylvie 11 octobre 2022 17:28

    « Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) »

    ce qui est faux, sinon oui il y a le temps d’empêcher.


    • Attila Attila 11 octobre 2022 17:49

      En 1962, les dirigeants des deux blocs étaient des adultes responsables.

      Aujourd’hui, les dirigeants occidentaux ne sont qu’un ramassis de sombres crétins à la mentalité d’adolescents attardés. Ils refusent d’admettre qu’ils ne sont plus la plus belle du royaume et sont prêts à casser le miroir magique.

      Ivan Rioufol : « cela devient un affrontement entre deux grandes civilisations »

      .


      • charlyposte charlyposte 11 octobre 2022 17:59

        @Attila
        LOL smiley Cendrillon me souffle à l’oreille : les citrouilles n’ont mêmes plus la force d’avoir des roues et un attelage digne de ce nom smiley de fait, je vais au bal avec ma citrouille sous le bras chaussée avec des tongs grande taille !!! smiley


      • charlyposte charlyposte 11 octobre 2022 18:02

        @Attila
        Kennedy a prit cher à cette époque smiley PAPY BIDEN préfère tourner en rond autour d’une table dés fois que ! hum smiley


      • DantonQ DantonQ 12 octobre 2022 20:51

        @Attila C’est ça le plus effrayant : avec des Macron et de Von der layen qui ont un pois-chiche qui leur sert de cerveau, et un mort-vivant en déambulateur qui ne sait même plus ce qu’il dit ni où il est, on est mal barré, car ces gens-là veulent jouer à la p’tite frappe dans une cour de recrée parce qu’on aurait cassé leur jouet...

        On est bien loin d’adultes responsables comme pendant la crise des missiles de Cuba.


      • charlyposte charlyposte 11 octobre 2022 17:52

        J’ai un doute via la cartographie sachant que la Russie peut tirer facilement vers les USA à partir du détroit de BÉRING ET DES ÎLES KOURILES AU JAPON smiley


        • sylvie 11 octobre 2022 18:02

          @charlyposte
          tous les pays armés de nuk peuvent atteindre n’importe quel point du monde.


        • charlyposte charlyposte 11 octobre 2022 18:08

          @sylvie
          Je comprend.... sauf que tirer des ogives nucléaires à partir de la Russie traversant toute l’Europe et l’océan Atlantique me parait une dépense d’énergie inutile au risque d’être intercepté par des S 400 OU 500 ! smiley


        • Attila Attila 11 octobre 2022 18:36

          @charlyposte
          La vitesse des missiles hypersoniques russes est de 10000km/h avec des trajectoires aléatoires. Ils ont très peu de chance d’être neutralisés à l’heure actuelle.
          Missiles hypersoniques : le cas du Kh-47M2 Kinjal

          .


        • roman_garev 11 octobre 2022 19:19

          @sylvie
          Fausse illusion. A consulter la portée de missiles. Ici se sont des porteurs qui comptent, et pas le « nuk ».
          En surplus, certains pourraient atteindre.... à condition de ne pas être abattus en vol par la défense contre-aérienne et antimissile du pays de destination. Car, si les missiles otaniens ont été développés dans les années 60-70, la défense antimissile russe (S-500 etc.) date de nos jours...


        • Lynwec 11 octobre 2022 19:11

          Les deux côtés savent pertinemment que l’idée d’une première frappe gagnante est une pure connerie, vu la surveillance réciproque existante, donc, à part d’aider les mondialistes à véhiculer de la peur chez le petit peuple, méthode éprouvée pour manipuler les gens particulièrement en vogue depuis quelques années, ce genre d’article ne fera guère avancer le schmilblick .

          Ce n’est pas le conflit en Ukraine qui changera cette réalité . Il restera au stade du conflit classique, les armements existants étant suffisamment destructeurs sans qu’il soit besoin d’utiliser le nucléaire et de TOUS mourir ...

          Pourquoi croyez-vous que les gendarmes auto-proclamés phares de l’Humanité fichent la paix à la « petite » Corée du Nord ...


          • Attila Attila 11 octobre 2022 19:21

            @Lynwec
            « Pourquoi croyez-vous que les gendarmes auto-proclamés phares de l’Humanité fichent la paix à la « petite » Corée du Nord ... »
            Parfaitement. Trump était très menaçant envers la Corée du Nord au début de son mandat. Après l’explosion de la bombe atomique et le lancement réussi d’un missile balistique, c’est Trump qui a pris l’initiative pour rencontrer Kim Jung un :
            rencontre historique entre Donald Trump et Kim Jong-un

            .


          • Clocel Clocel 12 octobre 2022 08:09

            Macron a pris la mesure de son peuple nouveaupar Nicolas Bonnal



              • troletbuse troletbuse 12 octobre 2022 10:43

                Défection de démocrate aux States

                https://crowdbunker.com/v/EmCQFzzuRP


                • Djam Djam 12 octobre 2022 12:10

                  Non, il n’y aura pas de guerre nucléaire. Pour la simple raison qu’elle détruirait forcément la totalité du monde, pas seulement ceux qui se prendraient les bombinettes, mais tout le reste par la « grâce » des alizés qui emportent pollutions et particules. 

                  Ce qui se développe à coup sûr, en revanche, c’est un gigantesque narratif, un théâtre pathétique où s’affrontent de très mauvais acteurs dont le plus à vomir et le prétentieux Volodymyr (de son vrai prénom... Vladimir !). Mauvais acteur déjà du temps de ces pitreries et qui finira comme pas mal d’idiots utiles utilisés par la caste psychotique qui, elle aussi, est déjà dépassée.

                  Les redomontades, gesticulations et autres menaces balancées par les petits présidents eurafricains indiquent clairement que quoi qu’ils fassent, ils ne seront plus les maîtres du monde. 

                  Ils pourront bien sûr gagner encore un peu de temps par quelques subterfuges grossiers, par des frappes locales (à coup d’uranium « appauvri » comme en Iraq et Syrie) mais rien ni personne ne peut aller à l’encontre de la loi universelle du « rien ne dure ». 

                  Ni les régimes, ni les civilisations et par conséquent, ni leur hégémonie et impérialisme sont éternels. L’Occident cédera devant l’Eurasie parce que c’est le mouvement même des grands cycles du vivant.


                  • Djam Djam 12 octobre 2022 12:12

                    @Djam
                    Rectif dans mon commentaire : « petits présidents euroricains » 


                  • Delphus Delphus 12 octobre 2022 15:46

                    Ces imbéciles d’américains sont les seuls à avoir utilisé la bombe H. C’est l’honneur de la Russie de n’avoir jamais succombé à cette ignoble facilité. S’ils le font, ils perdront définitivement cet avantage moral, et la crédibilité qui va avec. C’est la limite d’un système autocratique. Quand un homme seul décide du destin de son pays et du monde. Parce que je ne confonds pas Poutine et la Russie...Poutine n’est pas la Russie !


                    • Durand Durand 13 octobre 2022 13:36

                      @Delphus

                      « Poutine n’est pas la Russie ! »

                      Non mais les 80% de l’électorat qui lui sont favorables démontrent le ridicule de votre affirmation !

                      ..


                    • zygzornifle zygzornifle 12 octobre 2022 16:35

                      Macron va nous faire tomber une pluie de pilules d’iode ....


                      • Durand Durand 12 octobre 2022 21:28

                        La guerre nucléaire n’existe pas et ne peut exister. Et personne ne se résoudrait à une destruction mutuelle assurée...

                        L’équilibre de la terreur est le pire mais également le seul moyen pour éviter le pire. 

                        ..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité