• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Et pourtant, sommes-nous vraiment libres ?

Et pourtant, sommes-nous vraiment libres ?

JPEG

La liberté semble accessible à tout le monde, dans nos sociétés modernes... Et, pourtant, sommes-nous vraiment libres ? Nous sommes, tous, en fait, conditionnés par différents facteurs : nos gènes, notre éducation, notre milieu social, notre environnement, notre religion, parfois...

Pouvons-nous vraiment choisir ?

Nous naissons, avec des traits de caractère, nous sommes façonnés par des habitudes de vie, par notre famille, nos parents...

Comment échapper à ces conditionnements divers ? Je suis, moi-même, née dans une famille modeste, j'ai un comportement qui correspond à ce milieu : une certaine retenue, une pudeur, une discrétion qui était déjà celle de mes parents.

J'ai des amis issus d'un autre milieu plus aisé : on perçoit, aussitôt, leur assurance, leur volonté de s'imposer, de briller, parfois...

Si le milieu social nous influence, nous sommes aussi pétris d'habitudes acquises pendant l'enfance, et nous avons des traits de caractère qui sont ancrés en nous.

Bien sûr, la vie nous modèle, nous évoluons, au gré de nos découvertes et de nos rencontres...

Mais, le plus souvent, les grandes lignes sont tracées, dès le départ.

Un grand nombre d'éléments nous influencent et nous impulsent telle ou telle conduite à adopter.

J'ai, de plus en plus l'impression que nous ne sommes pas libres, que de nombreux chemins sont fixés d'avance...

Plus tard, le travail que nous avons choisi d'exercer nous façonne, nous donne des habitudes de penser, de réagir...

Un professeur de mathématiques pense, souvent, en fonction de statistiques, un professeur de lettres est sensible aux mots, à la poésie...

Le travail, quoi qu'il en soit, nous enlève, aussi, une part de notre liberté : que de temps passé à travailler, à corriger des copies, pour un professeur !

Le travail peut, certes, nous apporter un épanouissement et un accomplissement, mais il occupe beaucoup trop de temps de notre vie.

Soumis à des contraintes diverses, celles du travail, de la vie quotidienne, du milieu social, pouvons-nous y échapper ?

Encore avons-nous la chance de vivre dans une société de relative liberté : il faut imaginer la soumission des femmes dans certaines sociétés, et même en France, les femmes musulmanes doivent se plier, parfois, à des contraintes vestimentaires, elles doivent subir l'autorité masculine et sont obligées de filer droit.

Dans ce cas précis, la liberté se réduit, encore plus, à peau de chagrin...

Ainsi, notre vie est modelée par de nombreux facteurs qui nous influencent, dans de nombreux domaines... et nous ne pouvons y échapper : dès lors, les gens ne sont que le reflet de leur éducation, de leur milieu social.

La liberté existe-t-elle ? La liberté qui nous est accessible, dans nos sociétés, c'est celle de nous cultiver, celle d'apprendre, pour progresser dans la connaissance du monde, de soi, et des autres...

Que chacun en prenne conscience : la liberté passe par la culture, l'acquisition du savoir, la réflexion qui en découle...

C'est la connaissance qui permet un épanouissement personnel, c'est elle qui nous fait avancer, apprécier le monde qui nous entoure... C'est la raison qui nous offre la possibilité de lutter contre les fanatismes, le racisme, les propagandes en tous genres...

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-et-pourtant-sommes-nous-vraiment-libres-125361873.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.88/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

87 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 19 avril 17:14

    « Mais, le plus souvent, les grandes lignes sont tracées, dès le départ. »
    c’est certain dans ton cas. aucun doute.



      • Jean Roque Jean Roque 19 avril 17:43

         
        PAS DE PEUPLE, PAS DE PAYS, PAS d’IDÉAL = SOUS-HUMAIN
         
        le gland remplacé gogochon est libre de choisir son auge
         

         
         
        260000 TITRES DE SÉJOURS EN 2017
        +
        2750000 NAISSANCES DE PARENTS ÉTRANGERS (en progression constante)
         
        530000 NAISSANCES DE PARENTS « FRANÇAIS » (y compris naturalisés)
         
        (800000 naissances / an)
         
        => BOOBALAND EST DEVENU AFRICAIN, ROTHSCHILD SABRE LE CHAMPAGNE
         

        https://francais.rt.com/france/49961-remise-cause-droit-sol-referendum-wauquiez-immigration
        http://www.atlantico.fr/decryptage/naissances-voila-nouveau-visage-france-que-dessinent-chiffres-insee-laurent-chalard-xavier-saincol-2835552.html


        • Jean Roque Jean Roque 19 avril 22:07

          Marx-Spinoza :
          la nécessité porte la liberté comme accomplissement
           
          Hegel :
          la liberté porte la nécessité comme aliénation
           
          Et c’est Hegel qui a raison ; contre l’ontologisation de Marx (renversement sur les pieds de Hegel, Marx change
          concept -> essence
          liberté -> nécessité
           
          Descartes insiste sur la volonté, et Hegel insiste sur le risque de la servitude volontaire du gogochon est aussi de la prise de pouvoir possible de l’outil fascinant , et de la bête sauvage société civile : si l’état dépend de la réussite de la Finance il est foutu... (Bill reform en Angleterre)
           
          Et évidement ne pas confondre liberté et libre-arbitre, contingence et nécessité.


        • J’ai passé toute mon enfance à côte d’une des deux seules églises Saint-Hermès au monde,... pensais-je à ce moment là que je ferais mon mémoire sur la duslexie (Hermès est associé au langage), que je m’orienterais vers la philosophie et la pyschanalyse (Hermès associé à Joseph -cf Thomas Mann : Joseph et ses frères est le premier à avoir interprété le rêve d’un roi, ce qui lui a permis de sortit de prison). Que je m’intéresserais à l’astrologie. Hermès était astrologue. Pour rappel, il est associé à THOT. Non, je ne compris que maintenant, depuis le décès de ma mère et certaines révélations de mon beau-père le sens de mon parcours de vie bien chahuté. UN DESTIN. Qu’à une époque très scientifique, je ne voulais pas croire à l’ésotérisme, alors qu’un astrologue a absolument tenu à faire mon thème astral. Nous ne sommes pas libre, mais prédestiné,...même si nous rencontrons de nombreux obstacles qui par enchantement se lève au moment où nous nous y attendons le moins. C’est ce que j’ai appris de mon expérience. Ne jamais courir après le bonheur. Maintenant j’étudie l’arbre séphirotique. IMAMIAH. attention, j’ai toujours le dessus sur mes nombreus adversaires,.... smileyhttp://anges.free.fr/kabbale/liste_des_anges. Non à Renaix, pendant le carnaval des fous (Hermès est aussi espiègle), je m’amusais à tirer les chapeaux des géants qui passaient dans la rue à hauteur du dernier étage de la maison,..Nous n’étions pas riches et j’habitais ce qui s’appelle en Belgique : un patelin ;


          • L’astrologie incline mais ne détermine pas. Elle donne les clés, certains les prendront, d’autres pas. Ainsi, nous sommes libre de notre destinée,...et en faisons ce que notre phylogénèse nous a légué. Vous me direz : et les handicpés de naissance, c’est pas juste, ils nous apportent la compassion et nous rappelent que nous ne sommes pas TOUT-PUISSANT. C’est peut-être le destin auquels ils sont destinés. Les jumeaux était des dieux dans la Grèce antique. Les Albinos, des mauvais génieq chez les africains... Accpeter son destin, c’est la porte d’entrée du bonheur et de la sagesse. Chaque médaille a son revers.


            • rosemar rosemar 19 avril 18:22

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              C’est ce qu’on appelle l’AMOR FATI.

            • Méduse Méduse 19 avril 21:32

              @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Les handicapés de naissance vu comme idiots utiles du Narcisse qui se paluche sans jamais atteindre l’acmé, niveau concept c’est vertigineux.

              Et la Rosemar qui ne trouve rien à redire.


            • marmor 19 avril 17:57
              Chère Madame
              Encore une fois vous écrivez des poncifs, des idées reçues, des contre-vérités qui sont peut-être les vôtres mais pas les miennes.
              La liberté, c’est dans la tête ! Comment le travail peut modeler la personnalité ??? Comment le travail réduit la liberté ??? En fait, c’est quoi la liberté pour vous ? Le savez vous ? La liberté passe par la culture, le savoir ?? Les incultes ( scolairement )ne peuvent pas être libres ?? Mon grand-père qui a commencé à exploiter du marbre à 12 ans ne possédait pas la culture livresque, mais il était libre de quitter son pays pour cause de facisme mussolinien, libre de ne pas supporter les patrons et de ne travailler que pour lui, libre de ne pas croire en Dieu et le dire, libre de ne pas acheter de voiture... un anar pur et dur qui a quand même élevé trois enfants et a été un des rares hommes libres que j’ai connu. Vous voyez, Madame, encore une fois, le sujet abordé est vraiment mal traité et survolé d’idées reçues et saugrenues prouvant que votre idée de la liberté ne peut s’appliquer qu’à vous même. Alors donc, en bon troll que je suis, ma réaction sera traitée comme une insulte à votre intelligence, votre savoir..... Vous me faites doucement rigoler, Madame ....

              • rosemar rosemar 19 avril 18:30

                @marmor

                Libre de quitter son pays ? Ce n’est pas sûr... l’exil est souvent douloureux... 
                Pour le reste, oui, je peux concevoir que c’était un homme doté d’un certain esprit de liberté, mais il a dû être influencé par son milieu, ses gènes, son caractère...
                L’essentiel est d’avoir un esprit ouvert, curieux : et ce devait être le cas de votre grand-père...vous ne pensez pas ?

              • Ouam Ouam 19 avril 23:45

                @rosemar
                Je plussoioe Marmor qui résume assez bien ma pensée.
                Non l’exil n’est pas douloureux lorsque cela est bien fait.
                Quelques preuves certas autour de ma personne..
                Tous mes potes qui sonts partis de ce pays de fous et ne sonts jamais revenus ...
                A mon immense regeret car nous ne nous ne voyons plus « physiquement parlant » et ne pouvonts plus nous taper de rire sur le ventre ou nous enguirlander etc... (enfin la vie des vrais potes quoi), bref c’est plus pareil.
                 
                Je suis un des seuls de la bande à etre resté, tel l’indéboullonable, et c’est plus que le doute qui m’habite, en gros je ne suis déja plus la.
                 
                Un pays est en toute logique constitué d’un ensemble et d’une communautée d’idées (de shémas de pensées si tu préfère) et pas un blougi blouga informe, ou dans cet univers on est finalement « mieux ailleurs », enfin pour celui qui aime un peu le « structuré ».
                C’est sur que pour un bad block... ou un islamiste ....la ..effectivement cela se discute smiley
                 
                Pour revenir au sujet de la liberté ?
                Mais quelle liberté ? 
                Une chimère ? un fantasme ? une projection ? (etc..)
                Une des premieres cad la liberté d’expression est désormais bafouée (Loi Gayssot et plein d’autres trucs) Libertée d’expression qui pourtant est bien dans notre constitution.
                 
                Ou... si tu par malheur tu ne penses plus ou pas comme la doxa oligarchique dominante te dit ou tu « doit faire » tu est embastillé derechef.
                 
                Meme dans ce pays pourri qu’est ls USA, le premier amendement qui est encore à peu près respecté.
                 
                Je continue ?
                J’avoue que je préfere que tu me répondes « NON » tant la liste de la ploutocratie fachisante en france en deviens longue.... tres tres longue...
                 
                Meme les fous du roi (cad les humoristes) sonts désormais baillonnés...
                alors... parler de libertées pour le vulgus pecum ou l’évoquer est d’un cocasse.
                 
                Meme lorsqu’un soupcon de lucidité reprends le dessus cad déja l’imaginer s’en poser la question lorsque tu à les tenants et aboutissants dans les mains ne friserait t’il pas le un début de folie ?
                 

                « Et pourtant, sommes-nous vraiment libres ? »

                 

                A shit hole land c’est catégoriquement NON et.... sans l’ombre d’une hésitation.

                 


              • Jean Roque Jean Roque 20 avril 15:32

                La liberté passe par la culture, le savoir ?
                 
                L’amazonien sans civilisation est l’homme le plus libre. Il n’a pas de science, il a la certitude, il n’a pas de technique, il a le monde. Il n’a pas la raison, il a l’émerveillement. L’enfant envié de l’Humanité dira Marx.
                 
                La liberté, c’est dans la tête !
                 
                Être conscient des nécessités, des contraintes hors de sa puissance.
                 
                Comment le travail réduit la liberté ?
                 
                « Le travail rend libre » Hegel. La maîtrise du monde.
                 
                libre de ne pas supporter les patrons et de ne travailler que pour lui
                 
                Artisan = homo faber = maîtrise la vente de sa production <> salarié = aliénation de la dépossession de son travail, et dépossession de son outil de travail, et imposition de sa communauté de travail, Marx.
                 


              • Méduse Méduse 20 avril 15:42

                @ Jean Roque

                N’importe quoi. L’Amazonien n’a qu’une technologie sommaire mais il possède un savoir et constitue une culture.

                Il n’est pas libre, il est soumis à la morale propre à sa culture. ’Tu dois’.


              • Jean Roque Jean Roque 20 avril 17:59

                @Méduse
                Ce qui différencie le tabou de la loi : Les sociétés primitives n’ont pas d’état, pas de chef (Arminius fut exécuté par les chérusques à vouloir être roi), pas de prêtre (ni Dieu séparé), vie en osmose, sans médiation (état, église, justice) donc pas la sensation de ne pas être libre, elle est dans la nécessité acceptée, hypertrophiée, proche de l’animal.
                C’est ce qui fait dire à Marx que le communisme est une réinvention de la société primitive, une désaliénation du « fétichisme » des médiations, plus d’état, propriété, loi de la pensée dominante, valeur marchande, juste essence humaine.
                Ne concerne pas les gochos collabos négriers de Rothschild, branlés à l’Iphone...
                 
                « Déjà les sociétés de singes, les plus élevées dans l’échelle animale, nous offrent une pratique de la solidarité des plus frappantes [... et aussi les rats !]
                Le sens moral est en nous une faculté naturelle, tout comme le sens de l’odorat et le sens du toucher.[...]
                Quant à la Loi, à la piété [antiraciste] et à la Religion, qui elles aussi ont prêché ce principe de solidarité, nous savons qu’elles l’ont simplement escamoté pour en couvrir leur marchandise - leur prescription à l’avantage du conquérant, de l’exploiteur, [du Seigneur Capitaliste négrier baudruchonien], et du prêtre [le prébendier du Capital, payé par lui à coté de la speakerine...] »

                 
                Piotr Kropotkine - La morale anarchiste [modernisée]


              • Méduse Méduse 20 avril 23:07

                @ Jean Roque

                Généraliser ainsi, c’est-à-dire opposer implicitement notre civilisation contre toutes les autres, ne tient pas. La civilisation d’Indiens d’Amazonie est aussi complexe que la nôtre. C’est ce qui m’a frappé en étudiant diverses peuplades le raffinement. Au point que je suis devant une énigme : ds hommes apparemment rustres (sans technologie) mais des systèmes sociaux infiniment complexes tournant comme une horloge (qu’ils ne conscientisent pas, n’ayant pas de faculté analytique ; ils se contentent d’obéir, de façon automatique*). Comment ces systèmes parfaits et uniques en leur genre - car chaque peuplade a sa propre organisation sociale, ses propres mythes, etc - ont-ils été érigés ?

                *ce genre de société est souvent une aliénation qu’on n’imagine même pas en fait, on les imagine libre dans une projection, parce que nous autres occidentaux avons la sensation d’enfermement. En particulier, la personnalité, individualité, créativité sont absentes parce que perçues comme dangereuses. Bref.


              • Ouam Ouam 20 avril 23:47

                @Méduse

                le systeme des indiens d’amazonie est une immense lecon pour la majorité des autres peuples.
                 
                je ne puis m’etendre sur tout, mais quelques points (pour les autres lecteurs toi tu le sait)
                - il gerent leur pression démographique sur la foret grace aux plantes avortives
                - ils ne se tue pas
                - ils n’abandonnent pa leurs enfant (jamais)
                - ils travaillent (cad peche / chasse et ceuillette) le stric nécéssaire cad 2 h jour
                - ils ne comprennent pas la folie de nos civilisations
                - toute décision se passe par « consensus »
                (etc...)
                un immene exemple à suivre....
                un grand peuple qui à tout compris comme les amérindiens qui possédaient aussi grande sagesse.
                bref presque des homme libres, vu que ca parle de libertés.
                Apres le concept societal lorsqu’il est utile et approuvé cad juste, n’est plus une privation de liberté.
                je ne sais pas si tu saisis bien ce que je veut exprimer sur ce point précis, car le consensus et la raison n’est pas l’obligation stupide et dictée par un pettit groupe au détriment du reste.

                a +


              • Méduse Méduse 21 avril 00:10

                @ Ouam

                Si d’aventure tu rencontrais un homme libre et que tu lui demandais ’alors tu es libre ?’, il ne comprendrait pas ce dont tu parles. Parce que ce concept ne peut se concevoir que dans la cervelle du prisonnier. Et ce prisonnier, lorsqu’il rencontre, un différent, ce n’est pas du tout la liberté qu’il voit ; en fait, il définit ses chaînes. L’exemple le plus flagrant est lorsque Cook et ses hommes abordèrent dans les iles australes ; ils crurent avoir trouvé des êtres libres parce que la sexualité das ces contrées était heureuse et licencieuse mais en aucune façon libre. En disant que cette sexualité était libre, ils voulaient juste signifier que la leur était triste et étroite.


              • Ouam Ouam 21 avril 00:31

                @Méduse
                la notion de privations de libertées (la non liberté) est surtout ressentie et présente lorsqu’elle est oppressive et injuste.

                Par exemple on pourrais placer sous le statut de la liberté le droit de tuer celui qui n’est pas d’accord avec tes idées / désirs / etc....
                Le concept ne tiens plus sauf à vouloir etre le seul survivant smiley
                mais dans ce cas tu perds aussi ta libertée d’échanges avec autrui (chaizeu ! ^^) )
                 
                Mais ici ce n’est plus le statut de libetées car elle implique le droit et la gestion de l’autre.
                par ce fait la libertée absolue ne peut pas exister (sauf pour le « dictateur »...et encore de manière « relative »)

                la prison est en fait aussi un espace de libertées lorsqu’elle part dans l’interet global
                (je sais c’est difficile à appréhender le role du prisonnier bien traité dans un espace de libertés)
                 
                Apres il faut comprendre la marge des possibles qui mets en cause l’autre, et celle qui n’implique pas ou c’est le libre arbitre total.


              • La religion exprime à l’extérieur ce qui n’a pas été réglé à l’intérieur. Mais nous leur devons de belles cathédrales et des oeuvres d’art. Chacun ses dons. On se révolte contre l’ISLAM. Mais au stade où la France était arrivée, désolé, mais elle le valait bien. Nous serons ainsi contraints à aller au charbon et nous relever des nombreuses erreurs commises,...


                • Bravo Rosemar, cette réflexion est très utile. Bon, vous aurez les détracteurs classiques. L’habitude,...


                  • Henry Canant Henry Canant 19 avril 18:41

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                    Tu n’es pour moi qu’un réceptacle inerte à l’essence vitale du mâle.

                     Tu représentés si bien la caricature du Belge que l’on fait.

                  • Chourave Kent 19 avril 18:06

                    L’homme est libre dès qu’il résiste et n’obéit qu’à sa propre volonté, eût-elle la passion pour mobile. Paradoxal, n’est-il pas ?


                    • Amor Fati (dernier album de Cantat), mais respect de l’orthographe :L’astrologie incline mais ne détermine pas. Elle donne les clés, certains les prendront, d’autres pas. Ainsi, nous sommes libres de notre destinée,...et en faisons ce que notre phylogénèse nous a légué. Vous me direz : et les handicpés de naissance, c’est pas juste ; Ils nous apportent la compassion et nous rappelent que nous ne sommes pas TOUT-PUISSANTS. C’est peut-être le destin auxquels ils sont destinés. Les jumeaux était des Dieux dans la Grèce antique. Les Albinos, des mauvais génies chez les africains... Accepter son destin, c’est la porte d’entrée du bonheur et de la sagesse. Chaque médaille a son revers.


                      • Henry Canant Henry Canant 19 avril 18:37

                        On peut reprocher beaucoup de closes à rosemar, entre autres l’insipidité, la vacuité et la bêtise de ses textes.

                        Elle n’a jamais banni à ma connaissance personne, tels les Cabanel ou autres Nabum.

                        Elle subit les critiques justifiées ou non sans jamais avoir utilisé le bouton rouge.

                        Faut le lui reconnaître, même si c’est une tarte, elle se refuse à employer ce moyen.

                        Je continuerai à me moquer de ses articles que je juge ridicules, mais lui garderait un certain respect pour n’être pas tomber dans ce travers.

                        • rosemar rosemar 19 avril 18:40

                          @Henry Canant

                          Pourquoi ne pas évoquer le sujet de l’article ? Les insultes : « bêtise, tarte » ne sont pas une argumentation : en êtes vous conscient ?

                        • Henry Canant Henry Canant 19 avril 18:48

                          @rosemar
                          Mets toi critique de ton propre de ton propre article, peut-être comprendras tu ?


                        • Robert Lavigue Robert Lavigue 19 avril 18:53

                          @rosemar

                          Pourquoi ne pas évoquer le sujet de l’article ?
                          Il l’évoque... en exprimant les libertés qu’il prend !

                          Les insultes : « bêtise, tarte »
                          Une fois de plus, cela ne relève de l’insulte que dans les fantasmes des abonnés à la tête de gondole.
                          Je ne vous ferai pas l’insulte de considérer que vos tripatouillages du lexique ont quoi que ce soit à voir avec une volonté d’imposer une nouvelle LTI. Je vous en sais parfaitement incapable !


                        • arthes arthes 19 avril 20:08

                          @rosemar


                          Peut être H C veut il dire que vous ne vous appliquez pas à vous même ce que vous dénoncez chez les autres, à savoir, se demander si vous même êtes bien libre et non formatée à formater, en toute bonne conscience hein...

                        • rosemar rosemar 19 avril 20:42

                          @Henry Canant

                          Incapable d’émettre une idée, ne serait-ce qu’une amorce de raisonnement ? Mais peut-être n’êtes-vous pas libre de le faire ? Sans doute...

                        • rosemar rosemar 19 avril 22:33

                          @Robert Lavigue

                          Et quel que soit le sujet, il exprime sa liberté d’insulter : c’est un discours qui ne varie pas...
                          C’est là tout le problème...

                        • rosemar rosemar 20 avril 13:11

                          @arthes

                          Je le dis dans l’article : je ne suis pas libre moi-même... pas d’ambiguïté...

                          Est-ce une raison pour recevoir des insultes ? Mais, comme je le dis plus loin : peut-être HC est conditionné par son éducation, ses gènes pour lancer sans arrêt des insultes...

                        • Ouam Ouam 20 avril 23:59

                          @rosemar
                          lorsque tu est en partie libre (car on ne l’est jamais completement)
                           
                          Tu ne peut plus te faire insulter, car cela glisse sur toi cad le manque d’emprise..
                          Tu comprends ce que je veut te dire ?
                           
                          Car si HC comme tu le dit est l’émmeteur, tu est bien la receptrice ?
                          Sinon tu n’en parlerais meme pas, ou alors tu jouerai avec lui, mais alors on change d’échelle,
                          tu passe du statut de victime à joueuse, le contexte est alors totalement différent.

                          Trouve moi un emmetteur qui emet pour aucun recepteur ?
                           
                          Bon a part dans le monde de mr hulot ... mais la on sort du pratique ou ce genres d’exemples.

                          Ps moi je ne suis pas un grand lecteur comme tu te prétends l’etre (ce n’est pas une critique)
                          mais plus une interrogation sur ma question ici.
                           
                          Comment à tu pu passer à coté de kafka ? ou c murty ou tant d’autres ?
                           
                          Passionnants mais parfois un peu dangeureuxs si tu en empile plusieurs en meme temps du genre, pour te connaitre toi meme et poser les points de reflexion ou il se dois.
                           

                          a t’chao !


                        • Giordano Bruno 19 avril 18:38

                          Pour juger de notre propre liberté de penser, que la plupart d’entre nous surestimons, je pense qu’il est bon de nous poser la question suivante :

                          Quelle est la fréquence à laquelle je me pose de nouvelles questions pour moi-même (je n’y avais jamais songé auparavant), importantes (de nature philosophique par exemple) et auxquelles je réponds, sans avoir le souvenir d’avoir jamais entendu ou lu ni la question ni la réponse ?

                          J’estime que quelqu’un pouvant répondre « Plusieurs fois par jour », a un bon niveau de liberté de pensée.


                          • Aristide Aristide 19 avril 18:54

                            @Giordano Bruno


                            Un exemple de question essentielle ?

                          • Giordano Bruno 19 avril 18:57

                            Je complète :

                            Par exemple, ce que vous écrivez ici et dans de nombreux articles sont pour beaucoup de lecteurs, comme l’exprime plus haut Marmor, des poncifs, vérités ou contre-vérités, peu importe à ce stade. C’est une des raisons majeures à mes yeux pour lesquelles vous attirez facilement les quolibets.

                            S’agit-il de choses choses que vous découvrez ? On peut en douter, étant donné la culture littéraire que l’on suppose être la vôtre. Vous avez sans doute lu bien des auteurs exprimant ces idées ou leur contraire, et allant bien au-delà. Nous aussi.

                            S’agit-il de désinvolture ? Vous vous seriez promis d’écrire un article par jour, et peu importe si vous n’avez pas d’idée intéressante à apporter ? Là aussi, c’est un bon moyen de prêter le flanc aux railleries.

                            S’agit-il d’une sous-estimation de votre lectorat ? Vous penseriez leur apprendre quelque chose ? Si c’est le cas détrompez-vous, beaucoup d’intervenants d’Agoravox ont un très bon niveau intellectuel et culturel. C’est d’ailleurs ce qui rend ce site intéressant à mes yeux. En sous-estimant votre lectorat, vous l’incitez aussi à une certaine agressivité à votre égard.


                          • Giordano Bruno 19 avril 19:19

                            Je ne dirais pas essentielle mais au moins importante aux yeux de celui qui la formule. Votre jugement et le mien n’ont pas à être les mêmes.

                            Exemples, me concernant :

                            - Dans une représentation du monde en termes de modèles, affranchi de la notion de preuve en dehors de ce qui est purement formel/mathématique, le rasoir d’Ockham permet-il de résoudre le problème de l’induction de Hume ?

                            - Affirmer qu’on ne sait rien au sujet d’une proposition « p » est-il équivalent à exprimer que « p » a une probabilité de 0,5 d’être vraie ? Si oui, peut-on prétendre que la charge de la preuve incombe à celui qui asserte et non à celui qui affirme ne pas savoir ?

                            - Le sentiment esthétique permet-il à l’intelligence de découvrir des lois/régularités de la nature ?

                            - La sélection naturelle et la génétique peuvent-elles constituer des modèles féconds pour la découverte d’hypothèses au sujet de l’évolution des idées que ce soit au sein d’un individu ou au sein d’une population ?


                          • rosemar rosemar 19 avril 20:44

                            @Giordano Bruno

                            Bien sûr, admirer, c’est philosopher.... admirer au sens ancien du terme : « s’étonner, se poser des questions.. »

                          • Robert Lavigue Robert Lavigue 19 avril 18:40

                            Est-ce bien éthique de mettre en ligne le corrigé de la prochaine agrégation de philo ?


                            • aimable 19 avril 18:58

                              nous vivons dans un monde collectif notre liberté se trouve dans cadre des règles de ce collectif .
                              le fait de vivre hors cadre collectif ne nous rend pas libre pour autant , nous avons en fonction des climats obligation de nous vêtir en fabricant nos vêtements, de trouver notre nourriture , si nous tombons malade l’obligation de trouver un remède et que fait on si nous devenons handicapés .
                              quelqu’ un qui fait la manche n’est pas libre !


                              • Aristide Aristide 19 avril 19:12

                                @aimable


                                quelqu’ un qui fait la manche n’est pas libre !

                                En êtes vous vraiment sûr ? N’y aurait de liberté que dans la satisfaction des besoins les plus essentiels pour le commun des mortels ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès