• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Et si Macron traversait la rue ?

Et si Macron traversait la rue ?

Et si les riches traversaient vraiment la rue ?

Le président Macron avisant un jeune horticulteur au chômage lui parlant de ses difficultés à trouver du travail lui a répondu qu'en traversant la rue il lui trouvait rapidement un emploi (voir à ce lien). Comme si cela suffisait. Le mépris conscient ou pas de cette phrase envers les personnes sans emploi, précaires, pauvres, est évident. C'est le genre de formule que les nantis, les privilégiés aiment sortir aux « gens de rien », aux petites gens. « Quand on veut on peut » disent-ils souvent, auparavant c'était « aide toi le ciel t'aidera ». Ils se justifient ainsi de leur égoïsme, de leur incapacité à aider, à faire preuve de solidarité. Quelques familles parmi eux vont pourtant à la messe, exercent leur dévotion, ont « leurs » œuvres mais la charité s'arrête au parvis de l'église, je dirais même à sa porte...

Macron tout comme sa femme, tout comme la grand majorité du personnel politique actuel, viennent des milieux nantis. On y sait quelles études faire, quels cordons tirer pour obtenir ce que l'on veut...

Je me souviens quant à moi de ce monsieur attendant le bus avec moi juste après la porte d'Auteuil : petit polo pastel, pantalon rose et élégante veste d'été, lunettes de marque et bronzage suspect ad hoc, petite – toute petite- brioche de notable UDF. Il pestait contre ces « gens » qui prennent les transports en commun aussi nombreux et qui l'empêche lui de s'asseoir là où il le désire. Selon lui il avait le droit de réclamer la place qu'il veut car gros contribuable, je le crus au départ plaisantant. Je constatai après qu'il était malheureusement sérieux. Il me prenait à témoin persuadé que j'allais l'encourager dans son discours. En pure perte, je me contentais de sourire, sans doute avec un air un peu goguenard car il n'insista pas.

Je ne me demandai pas pour qui il avait voté aux dernières élections...

Il en existe quelques uns de bonne volonté parmi eux, sincères dans leur désir de faire quelque chose. Bien sûr, ce désir ne va pas jusqu'au dépouillement ou à l'ascétisme ou à la joyeuse pauvreté. Ils sont comme le personnage naïf mais bienveillant de Valérie Lemercier dans « Palais Royal » qui veut faire des « quatre-quart » pour le « quart monde » pour aider les pauvres, persuadée candidement que cela peut changer quelque chose (à ce lien). Au moins ces personnes tentent-elles quelque chose, au moins font-elles preuve d'une altérité « a minima ».

C'est déjà ça. On ne va certes pas les blâmer de vouloir faire un peu de bien aux autres.

Valérie Lemercier elle-même est de ce milieu hyper-favorisé, endogame, voire consanguin, où tout le monde se connaît, se fréquente et dirais-je s'interpénètre joyeusement. On s'y soutient, on cache les petits secrets, on se protège les uns les autres. La caste est d'une dureté sans pitié contre tel ou tel trublion. Elle ne supporte pas la moindre remise en cause de ses privilèges dont elle sait très bien l'iniquité absolue. Au moins chez les aristocrates de l'Ancien Régime on pouvait invoquer le métier des armes, jusqu'au XVIIIème siècle. On y choisit de temps à autre un impétrant venu de milieux plus simples, un lèche-bottes méritant comme par exemple Alexandre Benalla mais il est loin, très loin d'être le seul.

La coupure entre cette France aisée, qui a les codes, qui a les réseaux et l'argent, et la France que des géographes comme Christophe Guilluy nomme « périphérique , n'est pas neuve. Auparavant les riches appelait cette partie du pays les « classes dangereuses » car régulièrement les plus pauvres se révoltaient, prenaient les armes et rappelaient aux bourgeois quelques évidences. Ces « classes dangereuses » ont été progressivement rejetées du centre des villes, repoussées dans les ceintures péri-urbaines, les banlieues. En alibi les plus riches ont permis que demeurent non loin d'eux des populations souvent migrantes ou d'origine migrante. C'est également pour se donner un peu d'exotisme, un côté pratique aussi car leur progéniture peut se fournir en herbes exotiques à peu de frais à quelques stations de métro soignant de cette manière son aliénation sociale.

De temps en temps on entendra parler d'un « fils de famille » sans histoire qui sera parti au Proche-Orient couper les têtes des « infidèles », ce qui ne l'empêchera pas de continuer à se prendre en « selfie » sur les réseaux sociaux. Ces enfants perdus avaient au moins l'utilité de repérer facilement les troupes du soit-disant « état islamique » en géolocalisant leur « smartphone ».

Les nantis se sont trouvés de nombreux autres alibis. Ils achètent « commerce « équitable » et font mine de se soucier du « développement durable » mais pas tellement celui à leurs portes qui finalement ne les intéresse pas. Les paysans dans leur esprit ne sont rien que des ploucs qui en plus votent souvent le Pen. On ne va pas les aider. Dans les supermarchés on achète du chocolat ou du café dont les bénéfices iraient vraiment aux petits producteurs d'Amérique du Sud ou d'Afrique. On s'habille de ticheurtes ou de sweats drôlement « facheune » fabriqués par des enfants esclaves dans les pays d'Asie du Sud Est mais « merde quoi » c'est du « coton équitable ». On utilise des outils connectés tellement pratiques avec dedans des boues rares venant d'exploitations dont les mineurs meurent à petit peu d'empoisonnement lent.

Ce sont ces mêmes boues rares qui permettent aux voitures, aux trottinettes, aux vélos électriques de fonctionner, tous ces appareils utilisés par les bourgeois pédagogues croyant sauver la nature.

Par ce biais, on peut aussi culpabiliser encore un peu plus les populations plus précaires. Non seulement elles sont pauvres, elles votent mal, elles sont incapables de s'en sortir alors qu'un peu de bonne volonté suffirait mais en plus elles mangent mal et elles ne se soucient pas assez de la planète ! Et puis de toutes façons les « mauvais » votes de ces populations permettent de les classer parmi les mécontents nuisibles, ceux qui refusent le progrès, qui sont d'indécrottables nostalgiques des fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire mises à toutes les sauces, rappelant sans cesse que l'histoire de notre peuple n'est qu'une longue suite de massacres honteux divers et variés.

On laisse croire également à cette « France périphérique » que l'espoir de s'en sortir existe encore par le travail et l'effort individuel, que cela suffirait, que la méritocratie ne serait pas un vain mot, que l'ascenseur social fonctionnerait encore un tout petit peu. On laisse croire que les voies d'études professionnelles ne sont en France pas une voie de garage. Je m'étonne d'ailleurs,parmi ceux le laissant entendre dont certains enseignants, alors que j'y ai moi-même travaillé depuis 1992 je n'y ai jamais vu d'enfants de ces enseignants.

N'est-ce pas étrange ? Personnellement je trouve que laisser tant de faux espoirs est criminel.

En 2018, ce n'est plus de coupure dont on peut parler entre les pseudo élites et la France défavorisée, entre elles et cette ancienne classe moyenne se paupérisant progressivement, mais de haine. Les privilégiés haïssent ces classes qui n'ont jamais cessé d'être dangereuses à leurs yeux, dangereuses pour leur confort intellectuel et moral. Et puis c'est culpabilisant de voir tous ces pauvres dans la rue, ces gens qui font la manche, quand l'on est obligé d'enjamber quand on va faire la fête ou que l'on se paye un bon restau dont les produits sont « sourcés » comme ça on se sentira rassuré, convaincu d'être quelqu'un d'important, qui compte, et pas seulement un oisif qui se laisse vivre en trompant son ennui...

Il est également normal qu'ils recommandent aux précaires une alimentation « vegan » puisque la « vraie » viande devient un produit de luxe, vendu comme telle, on en trouve dans Paris de ces échoppes où les entrecôtes sont disposés dans des écrins à l'image de bijoux précieux, que des « Paris Brest » « revisités » comme il se doit sont présentés dans des vitrines ressemblant à celles des parfumeries. Et tous de s'esbaudir alors que même chez certains grands noms on fait comme les autres, on décongèle du « tout fait'.

Ils ont cru trouver les parades ultimes en réponse aux reproches que l'on pourrait leur faire. Être bourgeois, ce ne serait qu'un « sentiment » finalement très subjectif. Être riche aussi ce serait très subjectif, comme si ce n'était pas un état tout à fait objectif. Cela me fait toujours rire aux larmes -littéralement aux larmes- de les entendre invoquer tout cela. Comme si les privilèges n'étaient en somme que des sentiments que l'on exprime ou pas. Il vaut mieux en rire que d'en pleurer ou que de s'en énerver.

Que répondre à une telle sottise souvent en plus balancée sincèrement ? On se fait plaisir en se proclamant ceci ou cela mais cela n'ira pas jusqu'à l'abandon des privilèges (voir à ce lien). On est plein de bonne intentions, d'un égoïsme profond au fond, normal car l'on a toujours été habitué à avoir beaucoup (voir à ce lien).

Il n'existe pas de solutions politiques à court et moyen terme. La plupart des hommes et femmes se proclamant aptes à nous gouverner ne remettent pas fondamentalement en cause les principes fondant l'iniquité de cette société. Le travail associatif était auparavant plus toléré voire aidé et soutenu. Cela permettait aux politiques de ne pas avoir à faire le boulot qui est le leur. Il est de plus en plus perçu par les privilégiés comme un boulet de plus à leurs pieds, une contrainte insupportable, une culpabilisation. Rappelons en passant qu'une association comme les « Restos du cœur » était au départ conçue pour ne pas durer, pour entraîner une prise de conscience des citoyens et de leurs représentants. Et non pour devenir un véhicule pour certains chanteurs et chanteuses en fin de course. On me dira, au moins font-ils de bonnes choses non négligeables.

Internet pourrait être le moyen de propager certaines idées émergeant déjà, encore un peu timides. Le vent se lève...

Amaury - Grandgil


Moyenne des avis sur cet article :  2.57/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 19 septembre 17:05

    Bonjour, Amaury

    Je partage très largement vos constats.

    « Le vent se lève »

    Vraiment ? Espérons-le...


    • flourens flourens 19 septembre 19:04

      @Fergus
      le vent se lève ???? ben on dirait pas, Macron 21% d’intention de vote, les cocus sont heureux


    • Fergus Fergus 20 septembre 09:29

      Bonjour, flourens

      Vous avez raison, et c’est ce que je faisais observer sur d’autres articles à des intervenants persuadés que la Macronie va droit dans le mur.

      Macron paie son arrogance, mais sa politique n’est pas massivement rejetée si l’on en croit les sondages en vue des Européennes, LREM ne perdant que 1,5 à 2 points relativement au score de Macron au 1er tour de la présidentielle, ce qui est un faible recul. D’autant plus que, le RN mis à part, les partis d’opposition LR et la FI ne profitent pas de ce léger fléchissement.

      Bref, la prudence s’impose. Mais elle n’empêche pas l’espoir...


    • Arogavox 20 septembre 10:16

      @flourens
      21% de quel échantillon ? (La proportion des SDF, des non-inscrits sur les listes, des non-veautants, des allergiques aux politicailleries ... est-elle, dans cet échantillon représentative de celle de tous les Français ? ) 


      Oui l’Internet, ou même seulement un accès généralisé aux arts du numérique pourrait constituer un espoir ... 
       car le pouvoir (et donc celui ’du peuple’) passe toujours par les mots ; (des ordres ; ou de la propagande ; ou de la calomnie ; de la rhétorique manipulatoire ...)
       
       Mais le piège est dans l’illusion de facilité procuré par ces outils dont la complexité est masquée par des millions de lignes de code, et les milliards d’heures de travail cumulées par déjà plusieurs génération de passionnés qui voulaient rendre possible cette accessibilité.
       Or, une profusion de monologues échangés librement ne suffit pas décider du sort des guerres sur les champs de bataille.
       Pour qu’une stratégie émerge des échanges, encore faudrait-il que l’écoute, les accusés de réception, la mesure des diverses remarques, ’doléances’, suggestions, ou propositions soit sérieusement actée, suivie, conscientisée, voire officialisée ... pour propager certaines formulations de la volonté générale qui émergent déjà
       Le veaute est une technique qui a fait son temps et doit impérativement et rapidement être remise en question, voire remplacée ...  
       sauf pour qui en fait n’a aucune foi en l’idéal démocratique 

       Alors, oui, en attendant ou espérant que ’la niaque’ se réveille, c’est sans doute déjà mieux que rien de partager nos pleurs sur « la sottise souvent en plus balancée sincèrement » ...

    • kirios 20 septembre 11:49

      @Arogavox
      "Le veaute est une technique qui a fait son temps et doit impérativement et rapidement être remise en question, voire remplacée ... 

       sauf pour qui en fait n’a aucune foi en l’idéal démocratique "
      par quoi ?
      votre constat est juste mais peut on se soustraire aux élections en laissant la place ?
      j’évite l’abstention au maximum car je n’ai pas d’autre moyen d’expression.

    • Fergus Fergus 20 septembre 12:11

      Bonjour, Kirios

      « j’évite l’abstention au maximum car je n’ai pas d’autre moyen d’expression »

      Vous avez parfaitement raison : la solution n’est pas dans l’abstention qui donne de facto une prime au vainqueur, mais dans le vote le plus massif possible en faveur des candidats qui s’opposent au système dominant.

      Et arogavox a beau vouloir noyer les intentions de vote dans le nombre des inscrits, cela ne change rien au fonctionnement de la démocratie, laquelle donne, à juste titre, l’avantage à ceux qui participent, pas à ceux qui, pour de raisons plus ou moins bonnes, se tiennent à l’écart.


    • Arogavox 20 septembre 13:37

      @kirios @Fergus

      Bien sûr que si, il y a d’autres moyens d’expression !
       Le boycott du veaute est un moyen d’expression tout à fait légal, et pour qui a la conviction de devoir en passer par là, c’est un devoir citoyen tout aussi honorable qu’un autre.
        D’autres moyens d’expression encore ?
        eh bien, ce forum que vous utilisez ici ! + toutes vos actions ou refus d’esclavages de la vie courante : votre façon de consommer ou pas. Vos pétitions, etc ...
       avec un peu d’imagination, ou seulement un peu de curiosité, bien d’autres possibilités constructives sont accessibles ...

       Et puis en démocratie la notion de « vainqueur » en matière de scrutin est tout juste bonne à pousser au lapsus les manipulateurs qui se laissent aller à ce lapsus.
       Car si le scrutin est réellement vu comme ce qu’il prétend être, il est censé porter au pouvoir des gens reconnus pour la meilleure option pour tous : donc, tous vainqueurs, c’est à dire pas de vainqueur.

       En démocratie celles et ceux qui ne votent pas, pour quelque raison que ce soit, ont autant de dignité que quiconque ! Aux yeux des citoyens cohérents, droits et honnêtes, Ils et elles ne sauraient être décrétés comme « se tenant à l’écart » !! 
       Et personne ne saurait avoir un quelconque avantage sur un ou une quelconque ’frère’ égal en dignité de par la Constitition française.

       Partant, il est bien évidemment absurde (ou alors scabreusement fallacieux) de prétendre d’une abstention puisse « donner une prime au vainqueur » puisqu’au contraire, c’est le seul moyen laissé aux citoyens responsables pour éviter de cautionner ce qu’ils tiennent absolument à ne pas cautionner.
       D’ailleurs, la logique la plus élémentaire et la plus droite, montre de façon triviale, que quiconque participe à une élection, même par bulletin ’blanc’, ou par un ’vote’ contraire au résultat du scrutin, ne fait d’abord que cautionner le principe du scrutin, donc, au final l’élu quel qu’il soit.


       S’il advient qu’un dictateur sorte du chapeau : TOUS les veautants l’ont cautionné et TOUS en partagent la responsabilité qu’ils doivent assumer.
       Par contre seuls les non-veautants et particulièrement les boycotteurs ont la conscience tranquille et le droit moral de contester les contraintes qu’ils auront refusé de cautionner !
       Vis à vis de l’Histoire, ceux-là seuls auront un peu sauvé l’honneur du peuple

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 septembre 13:50

      @Arogavox

      le boycott du vote ne sert strictement à rien puisque de toutes façons les institutions n’en tiennent pas compte.
      L’abstention massive aux présidentielles a permis l’élection du président le plus libéral et durement qui soit.

    • Fergus Fergus 20 septembre 14:30

      @ Amaury Grandgil

      « le boycott du vote ne sert strictement à rien puisque de toutes façons les institutions n’en tiennent pas compte. »

      Exact ! Et ce mot d’ordre n’est pas suivi.

      A noter que l’abstention n’a pas été si spectaculaire que cela en 2017 : elle se situe certes à 8 points de 2007, soit seulement... 5 et 6 points de plus que lors des deux élections de Chirac en 1995 et 2002 !


    • Fergus Fergus 20 septembre 14:35

      Erratum : lire ... elle se situe certes à 9 points de 2007, mais seulement à... 5 et 6 points des deux élections de Chirac en 1995 et 2002 !


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 septembre 17:50

      je ne suis pas beaucoup plus optimiste la résignation des gens est effarante mais espérons un peu...


      • JulietFox 20 septembre 11:44
        @Amaury Grandgil


        Manifester avec qui ?
        Les travailleurs des usines, qui fournissaient le gros des « bataillons » ?
        Il n’y a pratiquement plus d’usine.
        Les gens ont PEUR,
        PEUR de perdre leur job
        Les gens en CDD que peuvent ils faire, et ils se multiplient de plus en plus
        Les retraités ? Ils sont désorganisés, et ecoeurés, car ce qu’ils avaient obtenu ou PRESERVE, fout le camp sous les coups des Sarkollandemacron.
        Asselineau et ses troupes fantômes ?

        Je suis content d’avoir un âge avancé.
        Saint Exupéry, dans son livre posthume « Citadelle » écrit : « La termitière future m’épouvante », Je partage tout à fait cela.

      • Arogavox 20 septembre 11:55

        @Amaury Grandgil

         résignation ?- ou plutôt endormissement intellectuel, confusion, illusion, incohérence induits par de la propagande, endoctrinement, ou ruse rhétorique !   


        Pour éviter de se tromper de diagnostic, mieux vaut remonter à l’origine des bogues que d’ajouter un cautère sur une jambe de bois en se focalisant sur un dysfonctionnement induit, secondaire.
          
         Liniquité rencontrée dans toute société pourrait n’être jamais qu’imputable à un défaut du judiciaire ou de l’exécutif, en supposant que l’équité définie par le législatif soit consensuelle.
         Mais, un bogue dans la Constitution risque bien d’avoir induit fondamentalement les cause let principes fondant bien pire que de l’iniquité : de la non-égalité-en-dignité ! 

        (bis repetita :) Ce bogue est l’incompatibilité entre les deux objectifs suivants proclamés : 
        - une prétention à une visée démocratique, fraternelle , d’égalité en dignité (sous-entendu par l’origine historique de ’liberté, égalité, fraternité’) 
        - contredite par un ’Article 1er de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789’ lorsqu’il ajoute : « Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. » ... ce qui introduit et légitime donc des ’distinctions sociales’ peu compatibles avec une réelle égalité en dignité.
         ( Quelle entité, et selon quels critères, légitimés par qui ou quoi -religion d’utilitarisme ?-, pourrait bien avoir la prétention de relayer la Constitution pour décider de ce qui est ’utile ? ) 
                 
          En toute logique, l’acceptation d’une incohérence est donc bel et bien la porte ouverte à n’importe quelle ineptie et à toutes les inepties.  

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 septembre 12:44

        @JulietFox
        oui les gens ont peur


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 septembre 13:51

        @Arogavox
        Ce n’est pas les institutions qui ont introduit le bogue mais les citoyens qui ont laissé faire.


      • manech42 manech42 21 septembre 01:08

        @JulietFox

        Il y a 9 millions de gens qui vivent sous le seuil de pauvreté, s’ils envahissaient les rues et bloquaient le pays s’en serait fini de Macron et de sa clique !


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 septembre 09:01

        @manech42
        mais ils ne le feront pas


      • flourens flourens 19 septembre 20:13

        en tous cas il y a un gisement d’emploi à venir, en effet la mesure phare, tenue secrète, du plan pauvreté Macron, création de milliers de passages piétons et agrandissement des existants, si avec ça il y a encore des chômeurs, reste la noyade


        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 19 septembre 20:39

          Le jour se lève,.. ben comme tous les jours , et tous les jours, se sont les traites à payer (bagnoles , maisons, etc etc, donc il n’y aura pas grand monde pour renverser brutalement la table !

          Si changement il y a, ce dernier ne se ferra pas hélas sans heurts,sans casse.

          Il va valoir abandonner l’idée d’un changement en douceur, car le sang coulera, car vous ne croyez quand même pas que les nantis regarderons tranquillos passer le train !


          Mais sommes nous prêt à accepter cela ?


          @+ P@py


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 septembre 08:59

            @Gilbert Spagnolo dit P@py
            Réponse claire pour moi, je ne crois pas


          • Fergus Fergus 20 septembre 09:36

            Bonjour, Amaury Grandgil

            Je pense moi aussi que Gilbert se berce d’illusions. Personnellement, je ne vois pas le moindre frémissement de révolte, tout au plus de la grogne de la part des retraités. Et je ne vois pas ce qui, dans les projets à venir au cours de l’automne, pourrait cristalliser une réaction virulente.

            Exception faite de l’assurance chômage, mais je vois mal le gouvernement aller beaucoup plus loin dans les mesures impopulaires actuellement, alors que Macron tente de rééquilibrer le fléau de la balance droite-gauche qu’il a jusque-là très fortement fait pencher à droite !


          • foufouille foufouille 20 septembre 09:43

            @Fergus

            « Macron tente de rééquilibrer le fléau de la balance droite-gauche qu’il a jusque-là très fortement fait pencher à droite ! »
            tu as vu ça où ? je vois exactement l’inverse.


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 septembre 09:44

            @Fergus
            Ce n’est plus dans la tête des gens cette appétence à se révolter, à se rebeller. C’est plus simple de se laisser faire et d’aller râler sur le net ensuite.


          • manech42 manech42 21 septembre 01:11

            @Gilbert Spagnolo dit P@py

            Pour moi pas de problèmes, j’attends le grand soir depuis très longtemps et je serai sans pitié !


          • baldis30 19 septembre 21:31

            bonsoir,

            « Et si les riches traversaient vraiment la rue ? »

            des deux côtés de la rue il y a des trottoirs ... que pourraient-ils bien faire de plus sur celui d’en face ?


            • Reiki Reiki 19 septembre 22:25

               smiley On ressent votre déceptions, 

              Je pense que le Président à répondu au mieux vu sont manque de préparation, sont intervention relève plus de l effet de manche.
              Il a plus réagis comme un employé de Pole Emploi que celui de Président qui dirige. Il pouvais bien se montrer encouragent dans la démarche mais du même coup il enterre une vocation . Et prouve sont manque stratégie. 
              Sais t il qu elle seront les métier de demain ? Et lesquelles disparaitrons ? 
              Pff devenez serveur quel avenir radieux ..... Merci Monsieur Président ...
               

              • gardiole 20 septembre 08:11

                @Reiki
                Ce jeune n’aurait pas été le premier à faire un travail qui n’était pas son choix initial. Mais Macron aurait pu dire la même chose, sur le fond, mais autrement.


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 septembre 08:58

                @gardiole
                Ce qu’a dit Macron était méprisant et très condescendant et aussi démago.


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 septembre 09:38

                @Reiki
                Aucune déception j’ai pas voté pour lui


              • Fergus Fergus 20 septembre 09:38

                @ Amaury Grandgil

                D’autant plus démago que dans le quartier concerné, et branché bobos et intellos, les restaurants n’embauchent que des serveurs expérimentés. 



                • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 septembre 09:00

                  @jesuisdesordonne
                  Oh, un adepte du gourou ! Vous nous parlez de l’article 50 ?


                • GrandGuignol GrandGuignol 20 septembre 13:54

                  @Amaury Grandgil

                  On vous donne une info pertinente qui est quand même délirante de la part de pôle emploi, alors qu’il suffit de traverser la rue pour avoir du travail, et votre réflexion est de traiter l’auteur de cette information de gourou !
                  Et vous voudriez que les choses changent ?
                  Commencez déjà par changer vous même avant de vouloir changer la société.
                  Pour ce qui est de l’article 50, ne vous déplaise, c’est la seule voie raisonnable pour réellement changer les choses, retrouver un peu de démocratie et ne plus subir de Macron ou autre Hollande, ce qui sera surement encore le cas aux prochaines élections présidentielles.
                  Et vous viendrez alors nous pondre encore des articles pour vous plaindre de la politique actuelle....On croit rêver.

                • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 septembre 14:00

                  @GrandGuignol
                  Bye


                • stef 20 septembre 08:40

                  Ils viennent de filer des secrétaires gratos aux toubibs ( assistants médicaux dans le cadre du plan santé ) ( ces libéraux qui se gavent d’argent public ) . Pourtant les toubibs avaient obtenu de substantielles augmentations ces dernières années notamment pour soit disant se payer une secrétaire ! ! !


                  pour les manants de l’Educ Nat  traversez y a rien à voir 

                  • flourens flourens 20 septembre 09:13

                    ce que dit Jupiter est bel et bon, mais imaginez un peu, un chômeur est sur un trottoir, il n’y a pas de boulot sur ce trottoir car sinon il ne traverserait pas donc il décide de traverser car de l’autre coté il y a le million d’emploi promis par Gattaz qui l’attend, or sur l’autre trottoir il y a aussi un chômeur qui s’apprête à traverser, pour les mêmes raisons, et donc se rendre d’où vient l’autre chômeur, vous suivez ????? ce qui fait que l’un et l’autre quittent leur trottoir pour l’autre coté où bien entendu il n’y a rien, sinon ils ne l’auraient pas quitté, prenez des notes, bref, la vraie question est que vont-ils se dire lors de leur rencontre au milieu de la chaussée ?????


                    • Reiki Reiki 20 septembre 09:16

                      Effectivement cela vaut la peine de former des gens pour ensuite les rediriger ailleurs. Faire un p’tit boulot quand on étudie ok mais en faire son métier jusqu’à la retraite nous donne aucune perceptive d avenir au jeune comme a ceux qui recherchent un emploi..


                      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 septembre 09:45

                        @Reiki
                        C’est encore plus global que ça, on parle de la précarisation du salariat ici.


                      • zygzornifle zygzornifle 20 septembre 10:06

                        Pourquoi traverserait t’il la rue Macron ?


                        Ha oui il y a une boite a urine installée par les bons soins d’Hidalgo , il va pouvoir ruisseler dans la boite a pipi ....

                        • Christian Labrune Christian Labrune 20 septembre 12:13
                          @Amaury Grandgil

                          Excellent article. Le détournement d’un vieux panneau de la SNCF me fait rire encore.

                          J’ai été ulcéré, à lire ici plusieurs articles ou interventions ces derniers jours, qui s’appliquaient laborieusement à défendre le propos de Macron : on a bien le droit d’être franc, non ? Et de dire ce qu’on pense, même si ça va contre le politiquement correct. Le problème, c’est que cette franchise révèle bien crument une vision du monde assez largement partagée, et qui donne carrément envie de vomir à quiconque voit tel qu’il est, et sans lunettes roses, un monde qui n’est vraiment pas beau à voir et donne la nausée.

                          On a souvent déformé, et pour le rendre odieux, le propos d’un Guizot qui n’était pas aussi malveillant qu’on veut bien le dire  : « enrichissez-vous ! ». Mais le discours d’un Macron et de pas mal d’autres est bien exactement à la hauteur de ce qu’on prétend vouloir faire dire à Guizot. Ceux qui sont las d’être pauvres, c’est tout simple : qu’ils deviennent riches et cessent de nous emmerder avec leurs jérémiades.

                          J’irai plus loin : qu’ils deviennent présidents de la République. C’est un métier qui n’exige aucun talent particulier et qui s’accommode même très bien, comme on l’aura vu au cours de ces dernières années et comme on le voit tout particulièrement aujourd’hui, d’une parfaite nullité intellectuelle et d’une veulerie sans limite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès