• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Et si nous décidions d’une société plus juste

Et si nous décidions d’une société plus juste

Après la terrible épreuve qu’a vécu HAÏTI et face à l’affluence des secours internationaux qui sont intervenus, une petite idée, plus humaniste qu’économique aurait pu germer.
 
Hélas, après la mansuétude affichée ici et là, ce pays va retourner vers sa misère avec toute notre bénédiction...
 
Comment s’expliquer qu’en si peu de temps (urgence) autant de pays "développés" ont su aider (à grand coup de médias) avec chèques, dons de toutes natures, technologies avancées, déploiement humain etc., et qu’aujourd’hui tous reviennent vers des considérations économico-politiques, faisant fi de toutes les bonnes résolution d’hier.
 
Ils ont su nous montrer la force qu’ils pouvaient déployer, ensemble, pour aider, sauver et soutenir les habitants durement touchés par le séisme.
 
Alors, vu qu’ils ont été capables de le faire suite à cette catastrophe, pourquoi ne le font-ils pas tout le temps.
 
Ce n’est pas de forces armées pour détruire et tuer que nous avons tous besoin, mais au contraire de forces civiles sanitaires, hospitalière, sociales.
 
Notre monde ne serait-il pas plus beau et plus vivable, si au lieu de se battre les uns contre les autres, on acceptait de s’entraider pour se développer, pour construire et soigner.
 
Au lieu du capital économique prôné par le G20, basé sur l’exploitation de la misère afin d’obtenir des marges toujours plus importantes pour notre économie de pays riches, ne pourrait-on pas baser nos interventions pour sauvegarder le peu d’humanité qu’il nous reste...
 
Certes certains organismes tels que l’UNICEF, prône de laisser les enfants en HAÏTI plutôt que de renforcer les adoptions, mais quels intérêts défendent-ils là, est-il difficile de comprendre que des parents préfèreraient sauver leurs enfants par le biais de l’adoption, plutôt que de leur offrir un avenir de misère, vu que nous ne désirons surtout pas que ces familles puissent se débrouiller par elles même avec l’aide matérielle que nous pourrions leur amener.
 
Où sont donc passées toutes les aides financières récupérées pour aider les Haïtiens à survivre et à reconstruire leur pays, ne sont-elles pas encore allées vers les même poches de nantis se servant de la misère du peuple pour asseoir leur pouvoir, à moins qu’elles aient été diluées dans les méandres administratifs d’organisations reconnues d’utilités publiques ?
 
J’aimerais croire à un lendemain fait de solidarité internationale, un avenir où les plus déshérités pourraient diminuer de jours en jours et non croître comme aujourd’hui, un monde où le progrès serait partagé par tous, et ou les Hommes ne seraient pas obligés de quitter leurs pays, leurs familles, leur culture pour enfin essayer d’obtenir un avenir.
 
Avez vous déjà imaginé, si notre pays était sous développé, l’arrachement que serait un tel départ, notre vécu si pour survivre ailleurs nous étions obligés de nous cacher, d’éviter des contrôles d’identité, de louer des immeubles insalubres ou de les squatter, de travailler dans la crainte d’une dénonciation, de subir des conditions de travail inhumaines et exempte de respect humain, en espérant un jour pouvoir revenir dans le pays qui nous a vu naître...
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • faxtronic faxtronic 2 février 2010 12:04

    D ou tu sors, d un couvent ?, t a bouffe trop de moraline ou tu ne connais pas la realite du monde... Le monde est merdique de A a Z. Rien a y faire, c est ainsi car c est la nature de l homme. L homme est calnnique, familiale. Hors de son clan point de salut. Nous ne sommes des clones, des fourmis, mais des animaux donc le SEUL but final est la transmission des genes. Tous nos blablas et nos comportements sont in fine pour la meme chose : Que nos enfants biologiques aient une bonne vie, afin qu eux meme puissent rependre leurs genes au mieux possible. Nous ne sommes pas tous freres, c est faux, nous avons chacun sa famille.

    Tu as des enfants ? Si oui, si l on te proposait de tuer ton enfant, ou bien de tuer 1 millier d enfants de l autre cote du monde , des inconnus. Que choisirais tu de garder en vie ? Ton enfant evidemment... Le reste est blabla


    • faxtronic faxtronic 2 février 2010 12:33

      et donc, par consequent, pour avoir un systeme meilleur, il faut integrer ce parametre, "l Homme pense d abord a ses propres enfants :. Sinon c est la catastrophe assuree


    • manusan 2 février 2010 13:05

      L’auteur a un sacré problème avec sa conscience. Faut aller voir un psy au plus vite.

      non le monde n’est pas fraternel, Rousseau s’est gouré, depuis le temps qu’on nous donne du crève la faim à la TV on devrait s’en rendre compte. Les aides financières passent bien par Haïti et finissent dans les banques de Miami, alors braves gens, continuez de donner.


      • panturle panturle 2 février 2010 14:32

        MERCI à FAXTRONIC ET MANUSAN POUR VOS REACTIONS, les premières, j’aime à voir que je ne suis pas le seul à réagir à notre société, pour le psy, la derniere fois que je suis allé en voir un, il s’est fait interner...
        Aussi depuis je limite les frais, je ne voudrais pas creuser à mon tour le trou de la SECU...
        Au plaisir de vous voir réagir aux articles qui vont suivre...


        • YVAN BACHAUD 2 février 2010 18:40

          Bonjour,
          Si vous voulez une société plus juste c’est très simple, il vous faut militer pour le référendum d’initiative citoyenne souhaité par 82% des Français qui NOUS permettrait de soumettre à abrogation les lois que nous estimons injustes et d’en proposer de nouvelles.

          Sans cet outil démocratique nous n’obtiendrons RIEN d’important dans aucun domaine.

          Voir le site www.ric-france.fr mais voilà quelques résultats obtenu par RIC dans les pays où ils existent.

          En SUISSE par référendum d’initiative citoyenne…


          - Flexibilité du travail 1996 : Par RIC 67% pour la suppression d’une loi jugée inéquitable pour les salariés. Le Gouvernement a du revoir sa copie.


          - Loi sur le marché de l’électricité. ( 22/09/2002) Refus de la privatisation..

          Question : Acceptez-vous la loi du 15/12/2000 sur le marché de l’électricité. NON 52,6% « Les Suisses ne font pas confiance à la libre concurrence dans le marché de l’électricité. » dans « Le Matin. »


          - Fin novembre 2005 , vote d’un moratoire de 5 ANS sur les OGM. 
          55,7% des votants se sont prononcés en faveur d’une initiative émanant des écologistes, de groupes de gauche, d’associations d’agriculteurs et de consommateurs, qui estiment que les lois suisses actuelles sur les OGM sont insuffisantes.


          En ALLEMAGNE, par référendum d’initiative citoyenne…

          + A Leipzig.

          87,4% des 148.767 votants = 130.000 voix rejeter la vente de 49,9% du groupe
          Leipziger Stadtwerke à GDF.


          - +A Fribourg-en-Brisgau,
          En 2006, 70% de non à la privatisation des logements municipaux ce qui, en plus, a amené quelques maires à retirer leur projet.. !

          + A Dresde
          Une initiative citoyenne était en cours pour empêcher la privatisation rampante d’hôpitaux publics.
          Et les citoyens ont voté pour un pont contre un tunnel préconisé par l’UNESCO…



          • jako jako 3 février 2010 14:34

            Yvan, je tombe sur votre commentaire très interessant.
            En effet comme souvent souligné la démocratie participative n’existe plus vraiment. Le referendum est une solution.
            Il faudrait aussi totalement réformer le code electoral surtout en ce qui concerne la présidence.
            Et surtout éduquer et informer par des forums mais là je rêve pourtant le monde 2.0 est tout à fait possible aujourd’hui

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires