• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Et si nous ouvrions les yeux

Et si nous ouvrions les yeux

Loin de moi l’idée de vouloir favoriser tel ou tel parti politique, d’ailleurs à quoi bon...

Là où certains préconisent pour la pérennité de notre système social de répartition (retraite, chômage, allocations diverses), l’augmentation des cotisations ou encore l’augmentation des délais ou des conditions attributives, une idée toute bête n’a jamais été creusée :

Pourquoi ne pas attribuer à chaque machine remplaçant des ouvriers, un nombre de cotisations identiques à celles qui auraient été versées pour ces salariés qu’elles soient salariales ou patronales.

En effet, si nous souffrons aujourd’hui d’un manque de cotisations, n’est-ce pas en partie à cause du remplacement de la main d’œuvre par la technologie ?

En agissant comme ceci, nous pourrions, à mon humble avis, récupérer nombre de cotisations à ce jour non versées, et donc renflouer des caisses de plus en plus sollicitées.
L’entreprise aurait donc le choix soit de l’humain soit de la technologie sans impact sur les cotisations à verser...

Ne serait-il pas juste, de privilégier l’humain dans sa dignité, son savoir-faire et son savoir être, à la machine au moins pour atténuer les effets de l’assistanat...

D’autre part, sous prétexte fallacieux de bénéfices et de « croissance », nous déshabillons aujourd’hui Pierre pour habiller Paul, nous cassons toutes les avancées humaines obtenues par nos anciens, au profit d’un confort hypothétique et superficiel.

Privatiser une entreprise, c’est vendre à quelques-uns uns la propriété de tous, c’est une recherche constante de profit pour payer les actionnaires, en limitant voir annulant dans certains cas la masse salariale (licenciement, fermeture d’usine etc.)
Mais le coût humain de tels agissements qu’en faisons-nous ?
C’est à tous de payer pour le profit de quelques-uns uns.

Pourquoi limiter l’éducation nationale, dans son devoir sinon pour obtenir à moyen terme une main d’œuvre sous culturée et donc de fait plus malléable...

Pourquoi limiter l’accès à la médecine, sinon pour vendre de nouveaux types de soins ou d’assistances médicalisées (assurances santé privée par exemple).

Notre 21ème siècle devient celui de l’obscurantisme économique, nous revenons au 19ème siècle à grande enjambée, tout pour le capital économique, mais que faisons-nous du capital humain ?

Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous, que s’il allie respect de l’Humain et croissance économique.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • panturle panturle 3 février 2010 13:32

    Débutant dans la rédaction, j’aimerai si cela n’est pas trop demandé, que vous, ami lecteur, me donniez votre avis sur mes articles afin d’essayer de progresser.

    Un avis même négatif est formateur.

    Et si ce n’est pas déjà fait, je vous encourage aussi à écrire des articles afin de partager nos points de vue sur notre société.

    Ainsi nous progresserons ensemble vers une plus grande ouverture d’esprit, ferment d’AGORAVOX, notre espace de liberté.

    REAGIR c’est déjà commencer à AGIR

    Amicalement... 


    • jako jako 3 février 2010 14:29

      Bonjour panturle
      La taxe sur les machines a déja été évoquée il y a 30 ans mais très compliquée à mettre en oeuvre et surtout aucune volonté bien sur.
      D’autres taxes sur les revenus financiers non productifs sont possibles aussi.
      Le problème majeur des retraites est la forte chute des cotisations , de moins en moins de cotisations pour un montant de plus en plus bas.
      Ce n’est nullement le petit allogement de la durée de vie qui est en cause


      • Blé 3 février 2010 16:23

        Il y a plusieurs caisses de retraites, E D F, les Mines, les indépendants, CRAV, etc...

        Avec un peu de bonne volonté il est toujours possible d’arriver à trouver des terrains d’entente pour l’intérêt de tous. Patronat, syndicat, état.

        Sarko a été élu avec un projet politique de rupture : rompre avec les services publics, rompre avec la protections des salariés, rompre avec la politique du C N R, les salariés ne sont plus traités comme des citoyens dans une République démocratique mais comme des travailleurs consommateurs soumis aux règles de l’économie de marché.

        Avez-vous constaté ce qui se passe avec la Grèce en ce moment ? Ce pays est sous l’oeil du lynx économique = coupe claire dans les services publics et les effectifs de fonctionnaires, rallongement de temps pour les cotisations retraites, coupe claire pour la santé et bien d’autres domaines. Ce pays a trop de déficit parait-il, alors les banquiers décident du programme de redressement de ce pays.

        Le plus spectaculaire, tant que ce pays était à droite, l’Europe n’a rien trouvé à redire concernant les déficits mais avec le nouveau gouvernement qui n’a pas créé la situation actuelle, l’Europe lui tombe dessus car ce gouvernement voulait mettre en priorité le social.
        Les français n’ont qu’à bien se tenir, après les régionales s’il y a trop de régions à gauche nous aurons aussi un petit programme concocté par l’oeil de lynx économique.


        • mimusops 3 février 2010 17:33

          bonne idée, je prends, certes difficile à mettre en place, impossible à l’échelle d’une nation mais cette idée pourrait faire son chemin.

          Du coup, comment mettre en norme des mesures « salvatrices » à l’échelle du monde (attention danger je suis bien d’accord !), mais telle est ma question...

          Et là je vous rejoins sur votre commentaire, inter-réagissons !


          • non667 3 février 2010 22:35

            à mimusops
            impossible à l’échelle d’une nation. POURQUOI ?????
            à l’échelle du monde (attention danger je suis bien d’accord !) oui impossible car contraire aux intérêts de la finance mondialiste qui est pour un combat économique sans frontière ,sans catégories qu’elle est sure de gagner !,
            si en boxe on n’avait pas fait des categories le sport boxe n’existerait pas !
             il y aurait 2 ou 3 boxeurs seulement dans le monde !
            économiquement le combat mondial déja bien avancé se terminera par la victoire d’un petit million de capitalistes apatrides qui possèderont tout :. les entreprises robotisées mécanisées ,informatisées, l’agroalimentaires ,les circuits de distributions,(même les émirs ne peuvent vendre leur pétrole sans passer par eux !!!).
            Le système va vers une impasse d’ou les capitalistes se sortiront en faisant l’ aumône à quelques uns qu’ils choisiront et en exterminant les autres militairement ,chimiquement ,bactériologiquement ,génétiquement .
            la solution pour ne pas en arriver là est de sortir du mondialisme et de restaurer ce qui reste du système d"avant 1974 que l’on pourrai qualifier de guaulliste ,c’est à dire basé sur le droit reel et matériel des peuples a disposer d’eux mêmes , sur les indépendances nationales (militaire(sortie de l’otan ),energetique ,alimentaire ) , sur la cooperation contractuelle (non aliénante de leur souveraineté )entre les nations ( exp de l’époque :concorde ,C.E.E. ,Marché commun agricole ,etc...)
            pour actualiser ,affiner une solution il faut d’abord se nettoyer le cerveau du bourrage de crane politique qui nous à été matraqué pendant 60 ans par les médias aux ordres de leur proprietaires mondialistes et ensuite reflechir independamment d’eux .

             quelques choses à savoir :
            - l’angleterre ,pays insulaire a batit sa prospérité sur le commerce colonial maritime mondial (churchill :<< entre l’amerique et le continent choisissez toujours le large ,>> de gaulle le sachant n’en voulait pas dans l’europe , actuellement a l’intérieur elles est un cheval de troie pour la saboter au service des ricains
            -les mondialistes sont contre les démocraties,les monarchies, les dictatures qu’ils ne pilotent pas et qu’ils démolissent au pretexte d’armes de destruction massives si les putchs qu’ils fommentent ne marchent pas 
             - le pouvoir économique est au mains des mondialistes ,sans l’économique il ne peut y avoir de social ,donc le débat actuel droite- gauche n’a pas de sens (depuis 1983 =politique de rigueur =abdiquation du socialisme =soumission au F.M.I. ,au libéralisme mondial) c’est un leurre seul reste le débat volontairement escamoté : nationalisme -mondialisme !!
            -dans un premier temps le plus facile est de soutenir les partis souverainistes F.N. en tête.
             -il faut se méfier des alter mondialistes (en gros autre monde- communiste) qui initialement s’appelaient antimondialistes c’est a dire exactement le contraire ?
            - lors du traité de lisbonne Mélanchon et emmanuelli se sont distingués du P.S. par leur position anti libéro-mondialiste. Mélanchon conséquent l’a quité (? ?= franc-maçon qui sont par nature mondialiste ???? a voir ?)
            -répétez ce commentaire au maximum a chaque occasion dans ce petit espace de liberté pour le peuple qu’est agoravox.


          • Bélial Bélial 3 février 2010 20:13

            @ l’auteur panturle : 

            franchement pas bête comme idée.


            • Romain Desbois 4 février 2010 00:56

              Difficile d’avoir un avis tranché. bien que plutôt partisan , je me méfie de fausses bonnes idées. Car j’ai peur que certaines entreprises si elles sont autant taxées sur les machines que sur les travailleurs, vont tout simplement employer des gens qui n’auront pas grand chose comme outil performant.
              Exemple si une machine à laver le sol ou une lustreuse est taxée, il est fort à parier que l’entreprise ne donnera que de balais et des serpillères à ses employés.

              Et ce seront les employés qui peineront à la tâche.

              Par contre je serais plus partisan de déconnecter les charges sociales des salaires et qu’elles soient prélevées sur les revenus (en fusionnant avec l’IRPP). Ainsi on rendrait progressives ses charges sociales tout en élargissant l’assiette au maximum.

              Pour les entreprises, on pourrait appliquer les mêmes taux que l’IRPP (avec des tranches progressives), prélevés sur les bénéfices net. Ainsi les petites entreprises dégageant beaucoup de bénéfices avec peu de personnel seraient plus taxées que des grosses entreprises ayant beaucoup de personnel et peu de bénéfices.


              • ddacoudre ddacoudre 4 février 2010 08:11

                bonjour panturle

                cela s’appelait la cotisation machine, cette idée à été défendu dans les années 1970 par André Bergeron, ainsi qu’une autre idée qui s’appelait le salaire binôme, un salaire composer d’une valeur sociale et d’une valeur professionnelle. c’est de cette notion qu’est né le smic qui representé la valeur sociale.

                cordialement.


                • faxtronic faxtronic 4 février 2010 11:30

                  le gros probleme ce n est pas vraiment qui taxe quoi ou quoi taxe qui... le gros probleme est que l on est en concurrence directe avec des pays ou le cout de fabrication est presque nul. Voila le gros probleme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires