• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Et si on refondait la France... vraiment !

Et si on refondait la France... vraiment !

Un précis pour refonder la France : Dans son dernier livre, « Pourquoi pas nous ? », Xavier Fontanet, ancien président d’Essilor, dresse un tableau en phase à 100% avec la vision de Nous Citoyens et nos propositions 

Même vision sur l’objectif de réduction des dépenses publiques à atteindre – il va même lui jusqu’à la fixer à 250 Milliards d’euros – ; même affirmation que c’est non seulement possible, mais nécessaire ; même illustration par des exemples venus d’autres pays – Canada, Nouvelle Zélande, Allemagne et Suisse.

Ce qui ne gâche rien, c’est que c’est un livre concis et clair, factuel et très documenté.

Quelques extraits pour vous donner envie de le lire !

L’importance d’avoir un système public compétitif

« Le fait nouveau de la mondialisation est la mise en concurrence des sphères publiques. La productivité d’une entreprise dépend de son excellence opérationnelle mais aussi de la facilité d’opérer dans son pays ; chacun comprend que si dans un pays donné les impôts sont normaux, le marché du travail fluide, les coûts de l’entreprise dans ce pays seront plus bas que si la même entreprise travaille dans un pays hyper fiscalisé, où le marché du travail est inefficace. La sphère publique impacte clairement la compétitivité des entreprises.  »

« Quatre idées sur la mondialisation

- Toutes les entreprises baignent désormais dans un environnement mondial.

- Il y a osmose entre sphère privée et sphère publique.

- La sphère sociale est évidemment de la partie, les syndicats doivent permettre un dialogue social harmonieux.

- Chaque pays a une image à l’étranger, résultat de celles que projettent les entreprises, l’État et les syndicats.  »

L’importance de l’État

« Il ne s’agit pas de se passer de l’État ; sans un État qui assure la défense de la liberté et de la propriété, rien ne peut se faire ; il suffit d’avoir travaillé, ou plutôt d’avoir cherché à travailler, dans des pays sans État ou à État mafieux pour le comprendre : sans État, pas de société. Tous ceux qui lui consacrent leur vie de travail accomplissent une belle et noble tâche. Pas de doute, il faut un État ; simplement l’État doit intégrer la nouvelle donne concurrentielle en se repositionnant et la population doit elle aussi accepter ce changement. »

C’est possible !

« François Mitterrand et Jacques Chirac étaient conscients que la croissance n’était pas ce qu’elle devait être et que cela entraînait la montée du chômage, ils ont eu tous les deux la même phrase : « On a tout essayé. ». Oui… sauf la baisse de la dépense publique. Moins par moins faisant plus, arrêter un investissement à rentabilité négative est une bonne affaire. »

Quinze idées fausses auxquelles tordre le cou

  1. « Nous, c’est différent ! »
  2. « Il y a de l’argent, il suffit d’aller le prendre là où il est »
  3. « L’argent de l’État »
  4. « L’État ne peut pas faire faillite »
  5. « On peut s’endetter puisque le taux d’intérêt est nul »
  6. « Ce n’est pas grave si des gens partent, on fera sans eux »
  7. « La baisse des charges, c’est un cadeau fait aux patrons »
  8. « C’est un droit acquis »
  9. « Nous avons le meilleur modèle social »
  10. « Nos patrons ne sont pas bons »
  11. « Le délocalisateur, c’est le patron »
  12. « Moi, monsieur, je défends l’intérêt général ! »
  13. « Ce n’est pas le bon moment ! »
  14. « La mondialisation, ça nivelle ! »
  15. « C’est un…, on sait déjà ce qu’il va dire »

Les clés de la performance suisse

Parmi les exemples étrangers que Xavier Fontanet développe, le cas de la Suisse est un des plus intéressants, et des plus porteurs d’idées pour une refondation en France : comment, en effet, ce pays séparé de nous simplement par le Lac Léman, peut-il être à ce point prospère ?

Voilà comment Xavier Fontanet introduit le chapître qui lui est consacré :

« Enfin, les Suisses forment un peuple discret, prudent, qui n’aime pas se mettre en avant et qui très probablement répugnerait à être donné en modèle. Comment expliquer cette prospérité, cette régularité dans le développement, cette performance économique, cette absence de chômage, cette faible délinquance, cette efficacité du système éducatif, cette capacité d’intégration ?

Quiconque a un minimum d’objectivité et s’intéresse aux bonnes pratiques ne peut pas ne pas étudier ce pays. L’emblème de cette réussite est le couple Nestlé/ Vevey, la plus grande société européenne dont le siège se trouve dans cette petite ville paisible au nord du lac Léman. La plus haute technologie agroalimentaire voisine avec les petits vins locaux et les costumes traditionnels.

Ce n’est pas en se recroquevillant sur elle-même que la Suisse a réussi mais en mariant le local et le mondial.

On se moque de la lenteur des Suisses, très bien ! Si eux sont lents et nous si intelligents, que ferons-nous si nous arrivons à comprendre ne serait-ce qu’une partie de leur secret ! Ouvrons l’horloge suisse et allons découvrir les rouages intimes du système. »

Quelles sont donc les différences essentielles ? Elles sont institutionnelles et sont à l’origine de cette performance dans la durée :

- un système très décentralisé où l’échelon de base est le canton : « Chaque canton est un petit État souverain qui a la main sur sa gestion. En Suisse, les deux tiers des coûts de la sphère publique sont donc gérés localement, situation inverse à celle de la France.  »

- … ce qui permet le contrôle par la concurrence interne entre structures publiques : la Suisse globalement compétitive, grâce à l’adaptation constante et la saine rivalité qui existe entre cantons

- … où la démocratie n’est pas un vain mot grâce à une contrôle citoyen permanent : des votations qui peuvent être activées aux trois niveaux, national, cantonal comme municipal ; des référendums qui permettent de contrôler le travail parlementaire au niveau cantonal ; des pétitions où chaque citoyen peut poser une question écrite sur n’importe quel sujet avec droit de réponse.

Et si on faisait cela en France. Chiche ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • howahkan Hotah 16 décembre 2014 11:38

    la clé de la performance suisse est que c’est une banque ou se trouve tout l’agent volé au collectif......demandez à cahusac par exemple..

    un tel coffre fort se doit alors d’être bien gardé , la société qui le garde doit bien fonctionner...tout est fait pour que ça roule ma poule..le voleur qui dirige le monde ne va quand meme pas détruire sa banque..sa richesse ...les voleurs surveillent donc leurs intérêts de prés ..

    mettez tous les coffres ailleurs et on en reparle.......


    • Robert Branche Robert Branche 16 décembre 2014 11:40

      Faux ! La Suisse est industrielle : la part de l’industrie en Suisse est près du double de celle de la France


    • lsga lsga 16 décembre 2014 11:43

      la suisse est un parasite financier qui vit sur le dos du reste de la planète en blanchissant l’argent des multinationales et des mafias. Pas étonnant que leur population soit totalement réactionnaire.


    • Robert Branche Robert Branche 16 décembre 2014 11:51

      Votre vision est caricaturale, fausse et méprisante pour les Suisses !


    • lsga lsga 16 décembre 2014 11:56

      Il ne s’agit pas d’appliquer des modèles, mais de s’inspirer de ce qui a marché ailleurs. La prétention suisse à se croire supérieure et différente entrave son avancée : la suisse est d’abord comme les autres, et les frontières ont été fluctuantes en Europe !


    • Robert Branche Robert Branche 16 décembre 2014 12:08

      Amusant smiley 

      Mais les Suisses ne sont pas prétentieux et ne donnent de leçons à personne. Ce sont les Français qui ont pour habitude de le faire... alors qu’ils feraient mieux de s’inspirer de ce qui se passent ailleurs

    • lsga lsga 16 décembre 2014 12:13

      ah bon ? j’avais cru comprendre qu’ils donnait des leçons aux musulmans sur la taille des minarets... Pas très libéral tout ça... Comme la politique Suisse en générale.


    • César Castique César Castique 16 décembre 2014 15:13

      « ...La Suisse est industrielle : la part de l’industrie en Suisse est près du double de celle de la France... »

      Des calculs que j’ai établis à partir d’une site d’informations mondiales, il s’avère qu’en 2011, le volume d’exportations de la Suisse était de 40’903 $ par habitant, tandis que celui de la France était de 8’890 $.


    • dithercarmar dithercarmar 16 décembre 2014 15:59

      Ce qui vaut pour l’un ne vaut pas forcément pour l’autre...
      Surtout s’agissant d’un pays comme la france : toute une mentalité rétrograde à refaire, ou à faire.


    • Robert Branche Robert Branche 16 décembre 2014 17:25

      Et oui précisément : la Suisse a préservé ses emplois industriels, et du coup exporte beaucoup plus que nous. CQFD


    • César Castique César Castique 16 décembre 2014 11:50

      « Et si on faisait cela en France. Chiche ? »

      Les modèles sont indéfendables !

      La Suisse est le produit de l’histoire des Suisses, comme l’Allemagne est le produit de l’histoire des Allemands, le Canada, le produit de l’histoire des Canadiens, la Nouvelle-Zélande, le produit de l’histoire des Néo-Zélandais, et la France, oui Monsieur, parfaitement, la France aussi, le produit de l’histoire des Français. Et c’est à partir de ce produit et dans son prolongement direct, que demain doit être abordé.

      Prétendre appliquer un modèle de peuple à un autre peuple, c’est comme vouloir faire rouler un train sur des voies qui ne sont pas à son écartement.

      P.S. - Mme Ida Magli, anthropologue italienne, a affirmé que la plupart des problèmes de la construction européenne, dont elle prédit la faillite finale, sont d’origine anthropologique.


      • Robert Branche Robert Branche 16 décembre 2014 11:52

        Il ne s’agit pas d’appliquer des modèles, mais de s’inspirer de ce qui a marché ailleurs. La prétention française à nous croire supérieurs et différents entrave notre avancée : nous sommes d’abord comme les autres, et les frontières ont été fluctuantes en Europe !


      • César Castique César Castique 16 décembre 2014 12:53

        « Il ne s’agit pas d’appliquer des modèles, mais de s’inspirer de ce qui a marché ailleurs. »

        Mais une des premières caractéristiques, c’est la paix du travail. Il n’y a pratiquement pas de grèves, et les rapports de travail sont fixés par des conventions collectives négociées branche par branche par les partenaires sociaux

        « ...nous sommes d’abord comme les autres,... »

        Pour moi, les peuples ont une personnalité, qui les distingue de tous les autres. Les Allemands sont holistes et disciplinés, les Français sont individualistes et contestataires.

        Ce que Xavier Fontanet écrit des Suisses est amusant, parce que Rousseau en dit pratiquement la même chose dans une lettre, du 20 janvier 1763, au Maréchal de Luxembourg - et à ce moment-là, la Suisse n’existe même pas.

        Comme quoi, non seulement la personnalité des peuples existe, mais elle se perpétue dans le temps bien au-delà de ce que prétendent ceux qui professent, dans un but cosmopolisant, que l’identité des peuples changent tous les jours (sic !)


      • marauder 16 décembre 2014 12:02

        Du keynesianisme a deux balle et des zentil zitoyens bien soumis qui se croient libre, le tout dirigé par des patron et quelques planqués de technocrates bourgeois ?

        Demandez a un alcoolique de venir avec vous dans un,bar pour vous donner les solutions pour arretez de boire, c’est quasi pareil....

        Quelle belle vision vous avez la...

        Reinventer l’eau froide, mais en pire.


        • Robert Branche Robert Branche 16 décembre 2014 12:07

          Par votre message, vous montrez que vous ne connaissez pas du tout le mode de fonctionnement de la Suisse, qui repose sur un réel contrôle citoyen, tout ce qui nous manque en France, et qui fait que nous ne sommes pas une vraie démocratie.


        • marauder 16 décembre 2014 20:29

          Laquelle suisse ?

          Celle qui internait les sdf et sans emplois ?
          Celle qui a vendu des juifs et protégé l’argent nazi ?
          Celle qui promeut le citoyennisme compulsif (voter contre des minarets ....) ?
          Celle qui ne veut plus du francais ces temps-ci ?

          Je connais des suisses qui ne diraient pas autant de bien de leur pays.


        • Robert Branche Robert Branche 17 décembre 2014 00:45

          est-ce que vous vous rendez compte de la caricature que vous faites de la Suisse ?

          Avez-vous déjà été dans ce pays ????

        • marauder 17 décembre 2014 08:13

          La politesse et le civisme ne sont pas, loin s’en faut, des aspects radicalement pacifiques, démocratiques, anti-guerre, c’est juste une facon d’etre propre sur sois.

          Concernant le fait de savoir si j’y suis allé, nan, mais j’en ai rencontré beaucoup, que ce soit du bourgeois a la con ou du marginal, en passant par l’expatrié en france qui en avait marre de ce pays bien trop propre sur lui pour etre réellement civilisé.

          De toutes facons, pleurniche pas, chaque peuple, chaque territoire a droit a sa partie sombre aisni qu’a sa part belle.
          (j’ai un copain d’origine francaise, qui a été berger en suisse, et lui, il est tranquille, car il a été coopté par les bonnes relations ... Il se fout donc de la réput du francais en suisse, réponse individualiste, ca pour sur je l’ai tané, mais c’est le seul témoignage positif que j’ai de suisse ou de gens qui y ont vécu)


        • dithercarmar dithercarmar 17 décembre 2014 10:58

          Vous avez beaucoup trop de stéréotype et bien entendu sans jamais vous y être rendu. Plein de préjugés, de ouidires.

          La Suisse n’est pas un pays « cool » pour les non helvète, mais la france !!!

          "Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’Opinion."


        • morice morice 16 décembre 2014 12:03

          on a appeler ça le nouveau regard d’Essilor...


          • Yvance77 Yvance77 16 décembre 2014 15:01

            Cher Robert Branche,

            Quand la police chope un blaire a qui on refourgue de la came en loucedé j’entends sans facture, sans notice, sans déclaration les trucs tombés du camion par exemple, on nomme cela « être un receleur » et est passible de minimum 5 années de taule et d’amendes à 6 chiffres.
            .
            Quand un état comme la Suisse, le Luxembourg, Le Lichenstein, Monaco reçoit en loucedé des pelletées de milliards en £, €,$ sans ouvrir les yeux, sans se demander si cela provient de la dope, des putes, d’escroqueries financières et autres détournements ... vous nommeriez comment de tels structures ???


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 16 décembre 2014 15:19

              La refondation par le portefeuille ? Les choses sont quand même plus compliquées !

              L’exemple suisse « Les clés de la performance suisse », n’est pas le bon exemple. S’il y’ avait plusieurs pays comme la Suisse, c’est-à-dire comme des caves d’Ali Baba où les milliardaires cachaient leurs butins qu’ils avaient prélevés dans les trésors publics des pays mal gouvernés, le monde ne resterait pas longtemps en équilibre.

              Les Suisses vivent avec l’argent des peuples, un argent qui leur appartient pas !


              • César Castique César Castique 16 décembre 2014 15:53

                « Les Suisses vivent avec l’argent des peuples, un argent qui leur appartient pas ! »


                Leurs exportations doivent tout de même leur laisser un petit quelque chose, vous ne croyez pas ?

                Des calculs que j’ai établis à partir d’une site d’informations mondiales, il s’avère qu’en 2011, le volume d’exportations de la Suisse était de 40’903 $ par habitant, tandis que celui de la France était de 8’890 $.

              • Robert Branche Robert Branche 16 décembre 2014 17:28

                @Madjour Vous avez une vision caricaturale de la Suisse. Elle est surtout un Etat industriel avec des leaders dans la pharmacie ou l’alimentaire par exemple, sans parler de sa célèbre horlogerie !

                Donc c’est d’abord un peuple qui travaille et qui a su développer un système public peu coûteux et efficace, ce en mettant sous contrôle sa classe politique. Tout ce que nous n’avons pas fait en France

              • Robert GIL Robert GIL 16 décembre 2014 15:34

                oui, il faudrait changer certaines choses, par exemple ça :
                .
                voir : BUDGET DE L’ÉTAT : 280 milliards d’euros . CADEAUX AUX ENTREPRISES : 230 milliards d’euros !


                • Pascal L 16 décembre 2014 16:47

                  Le problème de la France, ce n’est pas que nous ne copions pas assez la Suisse, c’est plutôt que nous ne créons plus de richesses.

                  Diminuer les dépenses de l’Etat, si c’est pour réduire encore l’argent nécessaire à la création de richesse, c’est se tirer une balle dans le pied. Transformer des fonctionnaires en chômeur ne diminue pas la dépense de l’Etat.
                  Nous vivons aujourd’hui dans une économie majoritairement tournée vers la prédation et c’est cela qui nous fait mal. Les financiers ne veulent plus créer de la richesse et ce, d’autant plus que le bénéfice des investissements est collectif. L’Etat doit se subtituer pour créer les infrastructures qui permettront le développement de la France demain.


                  • Robert Branche Robert Branche 16 décembre 2014 17:32

                    La question n’est pas de diminuer les dépenses de l’Etat pour les diminuer, mais d’arrêter les gaspillages : nous dépensons 25 Mds € de plus dans le logement pour ne pas en avoir assez et trop cher, 25 Mfs € dans la formation professionnelle pour ne pas avoir du personnel formé, des dizaines de Mds € en trop dans les collectivités locales à cause de la multiplication des strates et la réalisation de projets pharaoniques (le musée confluences à Lyon par exemple dont le budget a été multiplié par 6 et coûte in fine 300 M€) ou inutiles (comme tous les « oeuvres d’art » au milieu des ronds-points).

                    Une grande partie de l’argent public ne sert qu’à creuser des trous inutiles, et à payer d’autres pour les reboucher !

                  • Spartacus Lequidam Spartacus 16 décembre 2014 17:35

                    @robert blanche

                    Ici ils préfèrent ressembler à la Corée du nord ou l’ex-URSS que la Suisse.

                    Tu peux mettre tes articles sur lequidampost.fr en créant ton compte.
                    Tes articles seront publiés sans avoir à passer la censure des cons.

                    • oj 17 décembre 2014 03:32

                      Pour la suisse, tout de meme, ne peut-on pas considerer une situation un peu particuliere comme le Luxembourg ou les salaires publiques par exemple , sont tres elevés ?
                      le Luxembourg ne crée rien et ne possede aucune ressource naturelle.

                      Le Luxembourg n’existe que relativement a ses voisins pour des raisons de basse finance.

                      Bon la suisse c’est moins pire bien sur...mais il y a tout de meme cette situation financiere et fiscale qui fait qu’elle a aussi un avantage tiré de ses voisins, non ?


                      • oj 17 décembre 2014 03:40

                        Et puis de toute maniere la Suisse est un assez petit pays, bien placé, donc en effet quelques avantages sur la finance et quelques secteurs tres riches font qu’un tel pays va bien mais la recette n’est pas applicable a un pays de 65 millions d’habitants puisqu’il faudrait qu’au moins le quart de la France travaille dans le luxe et la pharmacie et l’aerospaciale ou l’avionique.

                        C’est pour cela que les USA sont riches avec des millions d’habitants qui en bavent.

                        Ce que l’on peut commencer a copier sur la Suisse c’est devenir conservateur ce qui est en passe de se faire a mon avis , sur toute l’Europe...


                        • Le p’tit Charles 17 décembre 2014 09:34

                          Les Suisses profitent de la bêtise humaine pour faire de l’argent tout simplement...Ils n’ont pas inventé le système..ils en profitent..comme d’autres.. !


                          • julius 1ER 17 décembre 2014 10:33

                            Que de clichés sur la Suisse notamment !!!!! il y a eu une manifestation violente à Zurich l’autre jour avec arrestations etc....... tout çà pour dire que le feu couve dans la marmite et que même en Suisse l’exclusion est présente, les inégalités de revenus et de patrimoines n’ont jamais été aussi importantes et aussi les chiffres publiés du chômage comme partout sont minorés...

                            On retrouve partout en Europe les mêmes problèmes, le chômage est devenu le principal facteur d’exclusion et ce ne sont pas les mesures libérales de cet article qui résoudront le problème.
                            Cet article est une caricature et une suite de clichés qui ne recouvrent pas la réalité des chose

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité