• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > €= mc² = 92. %. Aucun parti ne le dit

€= mc² = 92. %. Aucun parti ne le dit

Dans l'étude du CVIPOF chacun pourra y lire l'opinion des français concernant le Capitalisme. À la question souhaitez-vous supprimer le capitalisme 42% répondent oui.
À la question souhaitez-vous le modifier 50% répondent oui.
N'espérez pas qu'un journaliste ou qu'un commentateur politique, qu'une émission politique ou qu'un gilet jaune nous parlent de l'opinion des français à ce sujet. Pourtant l'opinion des français est mise en avant pour toutes choses et chaque parti s'y référe pour justifier de ses opinions politiques.
Si cela est normal, puisque quand chacun propose une option c'est pour améliorer la vie des citoyens. Je n'ai donc jamais entendu un parti proposer la dictature, le fascisme, l'esclavage, la soumission, l'autocratie, la ploutocratie, la tyrannie. Tous sont républicains-démocrates.
Pourtant personnellement j'ai déjà entendu des citoyens proposer l'efficacité de la dictature.
Voulant signifier par là que la démocratie c'était le bordel, fallait débattre, se chamailler, s'unir, se séparer, partager, penser à soi, penser aux autres, être imaginatif, bref vivre, être l'humain à part entière. C'est à dire le contraire d'un OBJET.
L'objet c'est la dictature qui le construit, chaque chose est ordonnée, dirigée pour obtenir par exemple une voiture qui fonctionne.
Or dès l'enfance, ensuite à l'école, dans les entreprises, dans l'organisation capitaliste nous sommes regardés estimés comme tel.

J'exagère, c'est à voir.

Qui explique :
Que l'homme a une valeur travail.
Que l'homme représente un investissement..
Que l'homme est une ressource humaine.
Que l'homme est du capital humain.
Que l'homme doit savoir se vendre.
Que l'homme s'achète.
Aujourd'hui où l'on ne regarde plus la femme comme un OBJET sexuel, il y a un espace où cette vision n'est plus d'actualité, malgré l'opinion majoritaire des français d'être considérés comme des humains, c'est dans l'organisation capitaliste du travail.
Dans l'entreprise au nom de la propriété privée (qui est un élément de stabilité économique) ceux qui y travaillent sont soumis au totalitarisme du Patron, qu'il soit en SA ou pas. Le code du travail en témoigne. Personne ne peut démentir la finalité esclavagiste de l'entreprise.

Ceux qui en doutent n'ont qu'à ouvrir le code du travail, les conventions collectives et imaginer quelles seraient leurs conditions de travail sans cela.
Aussi quand des partis comme le LR, le LREM propose la remise en cause des conventions collectives, du code du travail, chacun devrait y réfléchir deux fois, puisque nous sommes 92% des citoyens à vouloir réformer le capitalisme.

Si je conviens que la plupart des citoyens sont de la graine d'esclave par éducation (éduquer à la liberté en disposant d'un esprit critique n'est pas à la portée de l'homme qui nait), et ne savent pas ce qu'est le capitalisme ni son origine (duquel il ne faut pas rejeter la nécessité d'usage d'un capital, d'un regroupement de forces et de moyens qui ne justifie aucunement exploitation de l'homme), ils en ressentent les conséquences, les voient, les vivent, les expriment, comme en ce moment par le rejet de l'Europe, les gilets jaunes, la peur de l'autre l'anti état sans y attribuer la source de leurs maux.

Qu'espèrent-ils ? Que ce soit ceux qui les exploitent qui leur expliquent qu'ils ne sont que des OBJETS.

Que bientôt ils vont les casser pour en faire de la chair à canon, comme si nous étions nés pour cela.
Quand il faut taper sur Hitler, ressasser la Shoah, imaginer l'invasion islamique il y a du monde pour crier aux fenêtres et être sur la photo par temps d'orages (comme les belges😊😊).
 Beaucoup moins quand il s'agit de dire que la Guerre est un Crime contre L'HUMANITÉ. Cherchons en la source, nous n'y trouverons que des raisons économiques. C'est donc peu dire que de s'intéresser à notre organisation économique du travail qui est libérale capitalistique.
 La liberté ce n'est pas gênant, cela ne fera pas de nous des esclaves, le capitalisme oui.
 C'est encore un distinction que beaucoup ne font pas. 

Et en rejetant le libéralisme nous rejetons l'humanisme et ouvrons la porte au fascisme et à la dictature.

Comment maintenons-nous le capitalisme

Chacun connait expression la bourse ou la vie, seuls les cons perdent la vie, non je ne l'ai pas pensé, nous sommes dans un monde de cons (même ils avancent d'autres prétextes).

Cela fait donc très longtemps que nous choisissons la Bourse à la vie. D'ailleurs je n'ai pas entendu dire que les gilets jaunes étaient allés cerner le palais Grognard comme ils l'ont fait avec l'arc de triomphe.
Dans les revues, les journaux, le net ne circulent pas d'informations sur ce qu'est le capitalisme, tant nous y sommes intégrés.
Comme si c'était notre Nature. Y circulent celles qui nous y intègrent et que nous ne remettrons pas en cause parce que globalement nous sommes des ânes, ( c'est avec amour et humanisme que je dis cela). Nayant aucun intérêt à suivre la circulation monétaire nous ignorons que nous sommes la vache à lait du marché financier.

Nous trouvons donc toutes les informations pour faire les meilleurs placements financiers avec le peu d'épargne que font chaque citoyens pour ceux qui ont des livrets ou une assurance vie.
Le moocs nous donnent gratuitement en ligne des cours de capitalisme, comment faire fructifier son capital financier par des placements.
Moocs ( massive open online course)
Assurance-vie (openclassrooms)
HEC et Axa (coursera)
l'Université catholique de Louvain (EdX)

Cela nous permet de devenir comme l'écrit Paribas un investisseurs averti en fonction de son profil financier où de risques.

Que croyons-nous être en faisant cela, si ce n'est des capitalistes qui s'auto-exploitent s'accroissant leurs difficultés, car ceux qui utilisent leurs épargnes la leur revendent quand ils sont clients.

J'espère que l'expression le client Roi résonnera mieux à vos neurones.

Est-ce le hasard, non le marché financier s'est ouvert avec les participations et s'est démocratisé sous Bérégovoy, qui croyait faire bénéficier du capitalisme à ceux qui étaient exploités.
Il n'a fait que le renforcer par ce que ceux qui reçoivent un intérêt sur le placement, ils le reçoivent de leurs voisins et non des milliardaires puisqu'il y en a plus, tandis que leurs voisins s'appauvrissent comme eux. (j'use de caricature car c'est trop compliqué de décrire le cheminement, et d'expliquer qu'en disposant de biens cela ne change rien pour certaines classes sociales).
Cherchons le parti qui nous expliquera ceci.
Ce que ce serait bien d'avoir le temps d'un esprit critique.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 21 mai 16:37

    C’est que c’est confortable, l’aliénation, et c’est si vaste, la liberté, pas facile à meubler lorsqu’on est un descendant d’esclaves, passé à la même machine à décérébrer, que les frêles temps libres ont été consacré à la télévision qui finit d’installer le logiciel « dominé ».

    C’est si fort qu’on peut même se permettre de montrer la réalité de la Matrice sans provoquer de réactions violentes.

    Malheur à ceux qui restent conscients.

    Bienvenue aux pays des zombis !

    J’ai ouï-dire que c’était le sujet d’un des films présenté à Cannes.


    • ddacoudre ddacoudre 21 mai 19:49

      @Clocel Bonjour

      Merci pour ton commentaire.

      Il m’arrive gentiment de dire que ce sont des ânes car c’est trop compliqué d’expliquer la place de la faiblesse dans la stabilité du fort. Un homme comme Bill Gâte avait expliqué à la réunion de Davos qu’il fallait que le capitalisme victorieux redistribue pour ne pas voir resurgir une opposition. Ils sont deux ou trois milliardaires à avoir songer à un retour du keynésianisme contemporain. Mais même nos LR, LERM et autre ne savent pas faire lié par un processus d’auto destruction dont ils non même pas conscience. J’essaye d’expliquer cela dans un article. Cordialement ddacoudre ovreblog


    • Clocel Clocel 21 mai 19:59

      @ddacoudre

      Expliquer ? Guy Debord a fait ça très bien...
      https://www.youtube.com/watch?v=qIuEFYSs_68


    • ddacoudre ddacoudre 21 mai 21:58

      @Clocel

      Tout à fait Cordialement


    • Jean De Songy 21 mai 16:46

      Préférer l’original à la niaise copie booba :

       

      Marx, pince-sans-rire, décrit le benêt pisseux : race singulière d’échangiste, dont la marchandise originale est lui-même, et qui fait même crédit, au mois en général (la pute, elle, se fait payer d’avance).
       

      « La sphère de la circulation des marchandises, où s’accomplissent la vente et l’achat de la force de travail, est en réalité un véritable Eden des droits naturels de l’homme et du citoyen [droitdelhommisme]. Ce qui y règne seul, c’est Liberté, Egalité, Propriété et Bentham. Liberté ! car ni l’acheteur ni le vendeur d’une marchandise n’agissent par contrainte [émancipation=piège à con] ; au contraire ils ne sont déterminés que par leur libre arbitre [louer son utérus]. Ils passent contrat ensemble en qualité de personnes libres et possédant les mêmes droits [tout le monde il est français]. Le contrat est le libre produit dans lequel leurs volontés se donnent une expression juridique commune. Egalité ! car ils n’entrent en rapport l’un avec l’autre qu’à titre de possesseurs de marchandise, et ils échangent équivalent contre équivalent. Propriété ! car chacun ne dispose que de ce qui lui appartient. Bentham ! car pour chacun d’eux il ne s’agit que de lui-même. La seule force qui les mette en présence rapport est celle de leur égoïsme [multiethniqué maintenant], de leur profit particulier, de leurs intérêts privés [bobo le narcissique à vomir]. Chacun ne pense qu’à lui, personne ne s’inquiète de l’autre, et c’est précisément pour cela qu’en vertu d’une harmonie préétablie des choses, ou sous les auspices d’une providence tout ingénieuse, travaillant chacun pour soi, chacun chez soi, ils travaillent du même coup à l’utilité générale, à l’intérêt commun [le dire vite...].
      Au moment où nous sortons de cette sphère de la circulation simple qui fournit au libre échangiste vulgaire ses notions [TINA], ses idées, sa manière de voir et le critérium de son jugement sur le capital et le salariat, nous voyons, à ce qu’il semble, s’opérer une certaine transformation dans la physionomie des personnages de notre drame. Notre ancien homme aux écus prend les devants et, en qualité de capitaliste, marche le premier ; le possesseur de la force de travail le suit par derrière comme son travailleur à lui ; celui-là le regard narquois, l’air important et affairé [Micron] ; celui-ci timide, hésitant, rétif, comme quelqu’un qui a porté sa propre peau au marché, et ne peut plus s’attendre qu’à une chose : à être tanné [benêt pisseux]. »
      Le Capital, Marx poète.


      • ddacoudre ddacoudre 21 mai 20:15

        @Jean De Songy

        Bonjour

        Je n’avais jamais zoomer sur la photo j’aime je t y retrouve bien. Marx ce n’est pas si vieux, c’était il y a 1/1000000 de secondes. Pour le lire il vaut mieux l’acheter que me lit. Pour saisir que Marx n’est pas mort il vaut mieux me lire. J’étais et je suis resté un adepte de Fernand Pelloutier, s’il était de ce monde il serait certainement contant de son élève qui a écrit Rémunéré le hommes pour apprendre, également d’un Idriss Aberkane qui parle de l’économie de la connaissance. Le capitalisme est en route vers son auto suicide, je ne vivrais peut être pas assez vieux pour le voir, mais ce qui le maintenait en vie à disparu. Il lui faut toujours un adversaire pour survivre, je ne pense pas que l’islamisme soit de nature à remplacer le communisme Cordialement ddacoudre ovreblog.


      • Jean De Songy 22 mai 13:00

        NE PAS ACHETER !
         
        Ne pas payer la TVA pour le béton de la surponte africaine !
         
        Le Capital, très très bien lu ici (qq qui parle anglais, grec...)
        Philosophie | Litterature audio.com 
         
        et txt sur marxist.org
         
        "Le plus haut point de rupture envers cette société technicienne, l’attitude vraiment révolutionnaire, serait l’attitude de contemplation au lieu de l’agitation frénétique [consommation]. » Ellul

         


      • Julien S 21 mai 16:56

        Ceux qui pensent que la suppression du capitalisme fera des hommes des frères attentionnés souhaitent la suppression du capitalisme. Les autres souhaitent le système économique non le plus moral selon des critères théoriques, mais celui où quitte à supporter des privilégiés on s’y retrouve au total le mieux. 


        • ddacoudre ddacoudre 21 mai 20:28

          @Julien S

          Bonjour C’est les propos même de ceux qui refusaient la liberté des esclaves, tous ne les traitaient pas mal dans les plantations une fois le traumatisme de la nature et du voyage passé.

          Le fait que la technologie et les savoirs aient améliorer l’existence humaine, il demeure une invariance d’échelle dans lles différents paradigmes qui s’élabore au fil du temps entre le dominant et les dominés. Accéder à la liberté, n’est plus être domine, mais cela implique des comportements de responsabilité et non l’oisiveté.le Patron est ni notre père ni notre mère. Angle sous lequel les e esclaves voyaient leurs maitres. Cordialement ddacoudre ovreblog



        • Julien S 21 mai 21:18

          @ddacoudre
          .
          C’est les propos même de ceux qui refusaient la liberté des esclaves
          .
          Je n’ai précisément jamais affranchi mes esclaves !!


        • ddacoudre ddacoudre 21 mai 22:04

          @Julien S

          Tu as tord, le cerveau humain est une petite d’or quand on lui fait pas faire du plomb. C’est son cerveau qui peut nous faire retrouver l’Éden Cordialement


        • tashrin 21 mai 16:56

          "Personne ne peut démentir la finalité esclavagiste de l’entreprise.

          "

          Ce qui est excessif est insignifiant... Ca, c’est très excessif, et ca decredibilise votre propos

          Le capitalisme est un moyen, pas une finalité. En tant que tel, il a contribué au developpement économique de dizaines de millions de gens. et je suis pas du tout affilié LR hein...
          Le souci, c’est justement le manque de finalité. Car si l’on determine un but, on determine aussi les garde fous necessaires pour l’atteindre compte tenu des moyens mis en oeuvre.
          => quelle société veut-on ?

          C’est l’absence de débat politique sur ce sujet qui mene à l’impasse (et à l’abstention accessoirement). Et le manque de vision à long terme de nos super dirigeants qui ont pallié l’absence de reflexion collective par leurs intérets propres et ceux des personnes qui les financent. Bref, ils ont failli... parce que c’est justement pour ca qu’en principe ils sont désignés.

          Un exemple : on parle de la rentabilité d’un hopital, qui est censé ne pas perdre d’argent... Mais pourquoi ? Qui est le mec qui a décrété qu’un hopital etait une entreprise ? il DOIT perdre de l’argent, c’est son job. et la contrepartie, c’est la santé de la population, l’accessibilité des soins, etc... Sauf que ca n’est pas valorisé
           => dans une société dont le but est de permettre l’accès aux soins, la perte d’argent est normale et logique, ou tout du moins mise en perspective avec le gain obtenu qu’on tente de quantifier. En l’absence de but, c’est une perte seche... Et on taille dans le gras


          • ddacoudre ddacoudre 21 mai 21:47

            @tashrin

            Il me semble que tu ne sache pas ce qui est l’exploitation de l’homme par l’homme. Une entreprise loue la force de travail, seulement cela depuis 1804 contre un salaire, ou le salariat. Admettons que cette entreprise demande au salarié dans 8 h de faire une chaise pour 100€ de salaire. L’entreprise vend la chaise le salarié en veut une, il est donc client avec son salaire de 100€. L’entreprise à besoin d’une marge de 100€. Elle vendra la chaise 200€. Pour pouvoir acheter le fruit de son travail le salarié devra emprunter 100€. Celui qui les lui prêter réclamera le retour de son capital plus les intérêts soit 10€ Au total le salarié achètera son travail 210€. L’exploitation c’est cela. L’entreprise n’a pas pour vocation de créer des emplois ni de fixer une finalité aux hommes. L’esclave était celui qui pour une un gîte et un couvert gagnait la richesse de celui qui l’achetait. Aujourd’hui c’est le salaire minimum professionnel qui permet le gîte et le couvert de notre époque.

            La loi a interdit l’achat, et à autorisé le louage pour la même finalité. La nécessité de disposer de capital et de main d’oeuvre pour réaliser des projets qu’un seul homme ne pourrait accomplir peut se faire par création monétaire et par des sociétés bz bit non lucratif puisque l’on a pa besoin du capitalisme des particuliers qui peuvent l’utiliser comme bon leur semble. Demander aux riches de redistribuer leur richesse est une absurdités,ils reprennent me double. Cordialement ddacoudre ovreblog


          • tashrin 22 mai 15:12

            @ddacoudre
            Merci d’une part d’eviter le tutoiement intempestif, point de snobisme là dedans, mais du respect de l’interlocuteur et de la politesse élémentaires.
            D’autre part, je n’ai pas besoin de sous-titres pour comprendre les mecanismes basiques du fonctionnement d’une entreprise et du salariat : il est absolument evident que si vous ne vendez pas le travail de votre salarié plus cher que ce qu’il vous a couté, ben vous n’embauchez personne...
            Et ca n’empeche absolument pas ce que je vous expliquais au dessus et que manifestement vous n’avez pas compris : vous confondez le moyen (le capitalisme) avec le but à atteindre (la société qu’on souhaite)
            si le but est fixé, les moyens ne peuvent être pertinents que dans la mesure où ils servent l’objectif visé. Sinon, on encadre. Ce qui nous pose probleme aujourd’hui, c’est pas le moyen utilisé (il s’avere que c’est le meilleur que l’humanité n’ait jamais connu... ne vous en déplaise), c’est le fait qu’aucun objectif faisant l’objet d’un consensus social ne vient en fixer les limites. D’ou un asservissement généralisé


          • Le421 Le421 21 mai 17:13

            le palais Grognard

            Pas mal vu !! C’est vrai que « Brongniart », c’est moins évident !!  smiley


            • samy Levrai samy Levrai 21 mai 19:11

              @Le421
              D’autant que la bourse n’y est plus... depuis quelques années.


            • leypanou 21 mai 17:35

              Cherchons le parti qui nous expliquera ceci 

               : je ne veux pas vous décevoir mais vous risquez d’attendre longtemps.

              Ou plutôt, il y en a mais ils n’ont aucune chance d’arriver au pouvoir, vu le niveau de culture politique général des gens, d’autant plus que les solutions proposées sont complètement hors sol et n’ont aucune chance d’être partagées.


              • ddacoudre ddacoudre 21 mai 21:54

                @leypanou

                Bonjour

                C’est long mais un jour peut-être. L’on ne peut pas expliquer cela et espérer être élu. Tu as raison Même lutte ouvrière qui se fit anticapitaliste, ne l’est pas ils restent productivistes L’argent qu’ils obtiendront le capital leur reprendra avec versements d’une plus value qui continuera à les appauvrir. Cordialement ddacoudre ovreblog


              • samy Levrai samy Levrai 21 mai 19:13

                reformer, refonder,... les mots modernes qui ne veulent rien dire et que tout le monde pipolitique emploie


                • ddacoudre ddacoudre 21 mai 21:56

                  @samy Levrai

                  Bonjour Ou tu as lu que je pipolisais, ne serais tu pas lire.😊😊

                  Cordialement ddacoudre ovreblog


                • samy Levrai samy Levrai 21 mai 23:19

                  @ddacoudre
                  pas dirigé contre toi, remarque generale.


                • victormoyal victormoyal 22 mai 07:04

                  Heu égale aime c’est deux...surtout ne pas demander aux Français leur avis...ils votent toujours pour des nains de jardin...


                  • Armelle Armelle 22 mai 15:55

                    Ce n’est pas le capitalisme qu’il faille réformer, c’est plutôt l’humain. Le capitalisme est juste un outil, que tout le monde utilise d’ailleurs et sans retenue manifestement, jusqu’au plus convaincu des communistes quand il va acheter son téléviseur ou sa machine à laver pour soigner son petit confort. Pire il contribue à remplir les poches du « méchant patron capitaliste esclavagiste » qu’il n’aura de cesse de critiquer. Moi j’aime bien les gens qui font preuve d’honnêteté intellectuelle, Et le réformer c’est quoi ? En faire un capitalisme d’état ? Un bazar immonde fabriquant de la misère et du clone à tout va ? Pourquoi pas. Le capitalisme c’est comme l’argent, il n’est pas mauvais pour l’homme, c’est ce qu’on en fait et comment on le fait qui est mauvais. Par conséquent le problème se situe dans le cerveau de cet être exécrable qu’est l’humain, les uns dans leur avidité sans fond et les autres dans leur oisiveté et leur jalousie abyssale, attendant qu’un « bon prétendant au trône » aura les C....... de procéder enfin au réel partage au risque de se mettre à dos pour de bon ceux qui ont le vrai pouvoir puisque ce sont eux qui ont l’argent, et qui donc choisissent le « pantin » du château... la boucle est bouclée.

                    La première des choses est déjà de cesser cette ânerie du statut d’esclave, heu...pardon de salarié, et que chacun vende ses compétences, comme ça il n’y aura plus de jaloux, et si cela doit passer par une sélection naturelle et bien sélection naturelle il y aura, laquelle de toute façon s’imposera un jour ou l’autre, d’une manière ou d’une autre...

                    Dans d’autres temps les guerres se chargeaient de réguler tout ça (démographie, travail, empathie), nous avons choisi aujourd’hui la paix durable, la pensant naïvement éternelle, alors mère nature reprendra en charge ce fardeau...Ce qui est certain en tout cas c’est que ça ne durera pas encore des lustres...22 millions de personnes qui doivent en faire vivre 45 autres millions, auquel il faudra rajouter 9 millions de plus dans 10 ans avec les nouveaux retraités et évidemment à soustraire des 22 Millions précédents !!!Le pire est que certains pensent que c’est encore possible. Alors vous savez réformer ou pas le capitalisme est une question certes, mais une question appelant des réponses bien futiles au vu de ce raz de marée !!!

                    Du coup je ne vois pas bien quel système ou idéologie politique serait capable de venir à bout d’un tel merdier, sinon la prise de conscience de tout un chacun et la prise en charge de soi même(enfin)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès