• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Europe des nations : une unité en trompe-l’œil

Europe des nations : une unité en trompe-l’œil

De la Tamise à la Vistule, l'Europe semble piquée d'une montée des nationalismes. L'avenir de l'UE est plus que jamais compromis avec une opposition croissante entre deux blocs porteurs de deux visions différentes de l'Europe : un groupe europhile et fédéraliste mené par Emmanuel Macron face à un bloc divers amalgamant populistes, nationalistes et conservateurs unis pour protester contre l'actuelle politique européenne. Si l'euroscepticisme n'est pas un phénomène récent, il a été largement attisé par la cristallisation des passions autour de la crise migratoire de 2015-2016. On peut citer la Pologne, la Slovaquie, la République Tchèque, la Hongrie, l'Autriche, la Serbie, la Croatie et l'Italie parmi les pays où le nationalisme est parvenu au pouvoir.

Ayant des intérêts convergents, ces mouvements entretiennent d'étroits rapports entre eux, à tel point que certains politologues parlent d'une "Internationale Populiste" et voient les prochaines échéances européennes comme un duel entre cet axe nationaliste et le groupe européiste dont le président Macron est actuellement le leader. De fait, les circonstances ont fait que les nationalistes de divers pays ont été amenés à former des alliances : ainsi, la Pologne, la Hongrie, la République Tchèque et la Slovaquie forment le puissant "Groupe de Visegràd" tandis que les nationalistes autrichiens et allemands entretiennent des rapports plus que cordiaux avec le RN et la Ligue. Mais il est bien exagéré de voir dans ces alliances de circonstance un équivalent nationaliste du Komintern. En effet, tant dans les structures internes des partis et des coalitions qu'au niveau national, ces populistes ont des divergences non négligeables. Leurs "alliances" et vœux pieux affichés semblent plutôt relever de choix de circonstance stratégiques et provisoires que d'une réelle volonté de construire l' "Europe des Nations".

En Italie, le gouvernement est formé par une coalition entre les deux partis majoritaires : la Ligue de Matteo Salvini et le M5S de Luigi di Maio, respectivement Ministre de l'Intérieur et Ministre du Travail. Pour maintenir l'équilibre, c'est un "indépendant" qui a été désigné comme Président du Conseil : Giuseppe Conte, un prof d'université dénué de toute expérience politique. Les deux hommes sont tombés d'accord sur le choix de ce fusible qui ne risque pas de leur faire de l'ombre. On pourrait presque voir là une réminiscence du triumvirat qui suivit la mort de César en -44 : Di Maio serait Auguste, Salvini étant Marc-Antoine et le pauvre Conte jouant le rôle de Lépide, le dindon de la farce. Ce jeu d'équilibre périlleux se fissure déjà au bout de quelques mois (les désaccords flagrants entre Salvini et Di Maio à propos des Roms). Les deux alliés de circonstance sont en fait des rivaux fourbissant d'ores et déjà leurs armes pour une future confrontation digne d'un péplum. La tâche est ardue pour Salvini qui doit en plus compter avec une opposition croissante au sein de son propre parti. La Ligue (anciennement Ligue du Nord) était à l'origine un mouvement séparatiste prônant l'indépendance du Nord de l'Italie. Ce volet du programme a été abandonné par Salvini après son accession à la tête du parti mais le canal historique persiste toujours, bien que minoritaire.

Quand au groupe de Visegràd, il constitue une mosaïque de velléités politiques divergentes, voire opposées. La Slovaquie, la République Tchèque et (surtout) la Pologne sont des pays clairement atlantistes et opposés à la politique impérialiste du Kremlin, tandis que Viktor Orban, le premier-ministre hongrois, ne cesse de clamer son "admiration" envers Poutine qu'il a d'ailleurs rencontré mardi dernier : les deux hommes partagent une même conception de la politique et l'opposition au libéralisme. Pendant ce temps, le président polonais Andrzej Duda a décidé d'acheter du gaz de schiste états-unien au lieu du gaz russe, bien que cela lui revienne plus cher ; il prévoit en outre la construction d'une nouvelle base de l'OTAN qui devrait coûter 2 milliards de dollars. La question de la Russie est un sujet épineux entre les pays du groupe de Visegràd, la Hongrie étant le seul État pro-russe. De plus, Orban a soutenu en 2017 la réélection de Donald Tusk à la tête du Parlement Européen tandis que la Pologne (pays d'origine de Tusk) y était opposée. Mais c'est un autre Donald qui cause le plus de remous : Orban avait été le premier chef de gouvernement européen à féliciter Trump à son élection, mais les rapports semblent se tendre entre les deux hommes, justement à cause des penchants pro-russes du premier-ministre hongrois. Rappelons que Trump risque la destitution à cause de la présumée ingérence russe dans les élections américaines de 2016. Autre point de discorde : les minorités. La Slovaquie, la République Tchèque et l'Autriche comptent environ 600 000 Hongrois, qui constituent une importante diaspora. Or, plusieurs déclarations d'Orban ont fait craindre à ces pays l'émergence de revendications autonomistes ou séparatistes au sein de ces minorités. La nouvelle Constitution hongroise (adoptée en 2012) prévoyait ainsi un système de double-nationalité pour les populations hongroises résidant à l'étranger, ce qui avait causé un vif émoi en Slovaquie et en République tchèque.

La Hongrie a également des points de discorde avec l'Italie. Bien que Salvini et Orban se soient affichés ensemble pour créer un "axe des bonnes volontés" (sic), les deux hommes sont aux antipodes l'un de l'autre. Grand-père quinquagénaire et protestant, Orban est un conservateur et un idéologue antilibéral tandis que le fougueux Matteo Salvini prend plutôt des airs d'un Trump latin, bon vivant et populiste antisystème, vitupérant sur twitter et déclamant des harangues enflammées. Mais les divergences sont aussi présentes sur le fond, notamment sur la question migratoire qui constitue pourtant le socle de leur alliance : Salvini soutient une répartition équitable des migrants selon les moyens de chaque pays, tandis que le premier-ministre hongrois refuse catégoriquement tout accueil et clame que chaque État de l'UE devrait décider souverainement. En outre, le Fidesz d'Orban fait (encore) partie du PPE, l'union des partis libéraux d'Europe tandis que la Ligue se revendique clairement nationaliste. Si les deux hommes ont décidé de taire leurs divergences face à l'ennemi commun qu'est Macron, celles-ci n'en demeurent pas moins présentes. Les rapports ne sont pas non plus très joviaux avec l'Autriche. Les eurodéputés du FPÖ ont ainsi voté en faveur des sanctions contre la Hongrie. Cette mésentente entre les deux pays s'explique par une opposition sur la question des minorités : 50 000 Hongrois vivent sur le territoire autrichien et autant de germanophones en Hongrie. L'Autriche reproche à Orban de soutenir des revendications politiques au sein de la diaspora hongroise d'Autriche tout en déniant leurs particularités aux minorités germanophones présentes en Hongrie.

La situation n'est guère plus unie dans les pays de l'ex-Yougoslavie. La Serbie et la Croatie sont toutes deux dirigées par des gouvernements conservateurs qui, sans embrasser ouvertement le nationalisme, en reprennent les grandes lignes. Kolinda Grabar-Kitarovic et Andrej Plenkovic, respectivement Présidente et Premier-Ministre de la Croatie, sont tous deux issus du HDZ, un parti conservateur et hostile à l'immigration, partisan d'une réhabilitation des oustachis (milices catholiques croates qui avaient semé la terreur dans toute la Yougoslavie durant la Seconde Guerre mondiale). En Serbie, c'est le président Aleksandar Vučić qui est au pouvoir depuis 2017. Il était auparavant premier-ministre et président du parti SNS dont le crédo est ouvertement panslaviste et anti-immigrationniste. Si les deux pays parviennent à se mettre d'accord sur une opposition aux quotas de migrants, ils n'en demeurent pas moins rivaux et marqués par une histoire sanglante dont les plaies sont ravivées par des déclarations tempétueuses de part et d'autre : la présidente croate a ainsi refusé en 2015 de commémorer la libération d'un camp de concentration où des milliers de Serbes avaient été égorgés par des oustachis, tandis que l'homme politique serbe Vojislav Šešelj (qui disait vouloir "achever tous les Croates avec une fourchette rouillée") est membre de la coalition parlementaire au pouvoir à Belgrade.

Au vu de ces éléments, on peut se demander quelle sorte d' "unité" il peut exister entre ces nationalismes différents, voire antagonistes, qui essaiment partout en Europe. Ils promettent une "Europe des Nations" unie autour de principes et de valeurs patriotiques, d'une "entente cordiale" entre les peuples. Mais quelle entente peut-il y avoir entre un nostalgique des oustachis croate et un titiste serbe ; entre un nationaliste letton antirusse et un orbaniste poutinien ; entre un patriote polonais national-catholique et un ultra allemand rêvant de reconquérir Dantzig ? Les nationalistes et autres eurosceptiques ont de tout temps clamé, l'air goguenard, qu'aucune unité n'était possible à vingt-huit, tant les intérêts des États respectifs étaient divergents. Il est drôle de noter qu'ils sont à leur tour confrontés au même problème : si vingt-huit pays unis autour de principes humanistes ne peuvent s'entendre, comment autant de nationalités divisées et clamant chacune leur prééminence le pourraient-elles ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.28/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 27 septembre 2018 11:48

    Marine Le Pen, discours d’investiture (16.01.2011)

     « Pour les Français, le choix de 2012 sera simple, clair, et même binaire :

    « soit le choix de la mondialisation c’est-à-dire de la dérégulation, de l’alignement sur le moins disant social, de la submersion démographique, de la dilution de nos valeurs de civilisation ; 

    «  soit le choix de la Nation. »

    Un langage que les Français n’avaient jamais entendu et que Macron contribuera à banaliser d’ici 2022 :

    "Emmanuel Macron a déjà rencontré sept dirigeants européens cet été pour défendre une prise en charge des migrants à la fois solidaire et coordonnée par l’ensemble des pays de l’Union. Il se veut le moteur de l’Europe des progressistes contre celle des populistes" (franceTVinfo.fr 7 septembre 2018)


    • Ben Schott 27 septembre 2018 12:01
       
      Brrr... La carte, avec des logos qui font peur !... celui d’Ordre Nouveau sur la France, par exemple, qui est une organisation dissoute depuis 1973 ! La croix gammée sur l’Islande, bien vu, Nicolas ! Mais bon, on va pas chipoter pour faire trembler l’amoureux des valeurs de la République !
       


      • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 27 septembre 2018 12:23
        @Ben Schott

        « La croix gammée sur l’Islande, bien vu... »

        I y quelques années, les pattes de col des personnels de l’Armée de l’Air comportait un svastika. Je ne saurais dire si le politiquement correct en a eu raison. A l’époque déjà, on était quand un peu étonné, mais sans plus, de croiser des pilotes, ou des rampants, arborant deux « croix gammées »..

      • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 27 septembre 2018 18:28

        @Ben Schott


        « ...des personnels de l’Armée de l’Air finlandaise  !!! »

        Je n’ai jamais mis les pieds en Islande smiley

      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 27 septembre 2018 17:53

        Bon,jour l’auteur.


        Depuis que je commente vos articles, vous ne prenez jamais la peine de répondre. Je ne rate pas votre écrit d’aujourd’hui et je réagis surtout parce que vous dites que vous êtes étudiant en histoire...

        Ma conclusion concernant le cirque de Bruxelles est déjà vieille, tout le monde l’avait lue sur le Web. 

        « L’EUROPE TRICHE là où la science l’interdit : On ne crée pas un Empire en additionnant les peuples les territoires sur une feuille de papier » ! 

        • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 27 septembre 2018 19:58

          Bonsoir, cher Mohammed MADJOUR


          Navré de ne pouvoir vous répondre plus souvent. N’y voyez aucun snobisme, j’ai juste très peu de temps libre entre mes études, mes lectures, mes articles et ma spiritualité. Même si je ne réponds pas souvent, soyez assuré que je lis tous vos commentaires avec attention. 

          L’idée européenne était à l’origine une belle idée humaniste qui a été dévoyée par des technocrates. L’UE actuelle est contestable à bien des égards mais je doute que faire table rase soit une bonne solution. Il faut plutôt bâtir une Europe aux cent drapeaux respectueuse des identités régionales mais unie autour de l’humanisme et de l’espéranto. Il n’y a qu’ainsi qu’on peut peser sur la scène internationale. Tant que le principe d’État-Nation existe, l’union et la paix me semblent impossibles.

          Cordialement

          Nicolas K.

        • Ben Schott 28 septembre 2018 04:31

          @Nicolas Kirkitadze

           
          « j’ai juste très peu de temps libre entre mes études, mes lectures, mes articles et ma spiritualité. »
           
          J’espère qu’il baise aussi de temps en temps !  smiley
           


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 28 septembre 2018 18:05

          @Nicolas Kirkitadze

          Pourquoi alors recréer ce qui existe : L’EUROPE AUX CENT DRAPEAUX respectueuse des identités régionales... 

          Moi je dis qu’un Allemand ne sera jamais un Polonais et un Espagnol ne ressemblera jamais à un Français... Il faut arrêter de broyer ce que la Nature et l’histoire ont façonné...

        • Mefrange 27 septembre 2018 19:46
          Cet article ne cite aucune source. Note 1/5 = mauvais
          On en aura un autre demain . Un étudiant d’histoire a pourtant beaucoup à étudier
          On en dira pas plus.

          • Mefrange 27 septembre 2018 19:51

            Vous avez oublié la Bulgarie.L’UE ou Soros vous paient combien pour instiller la peur du retour de la peste brune ? Cette carte est gratinée !


            • av88 av88 27 septembre 2018 20:03

              La machine à remonter le temps


              • Reiki 27 septembre 2018 20:26

                Lol oui l union europeenne es une union entre nation enchainer a sa monnaie, l Euro. Se qui du coup mets en perils la souveraineté de chaque pays. Mdr les Élus ? les élites, des élites, des élites, il n’y a pas de limite a la Démocratie. smiley


                • pierrerc30 27 septembre 2018 23:52
                  Faire croire qu’il existe des forces subversives en Europe qui ont comme point commun le drapeau nazi...Un peu facile.
                  Il y a énormément de croix gammées en France, sur les écrans de télévision, Des dizaines de fois par semaine. Des centaines de fois par mois. j’en trouve aussi dans la vitrine de mon libraire. Un vrai matraquage. Pour le reste, la dernière j’ai vu de mes yeux un authentique nazillon remonte au début des années 70. Il sont presqu’aussi rares que les communistes staliniens..
                  La subversion, qui existe, est le fait de ceux qui ont un projet politique dont les peuples majoritairement ne veulent pas, ici et la-bas. Ce projet politique est devenu anti-démocratique par son manque d’adhésion et le faible support numérique qui le porte. ici des gens veulent maintenir les acquis du Gaullisme, faits de libertés économiques et de fortes solidarités sociales liées à une homogéneité culturelle historique garante de ces conditions de réalisations.
                  Chaque fois que les dirigeants se sont affranchis de la volonté du peuple pour les mener sur des voies « éclairées », cela s’est mal terminé.
                  Faudra pas pleurer...

                  • pierrerc30 27 septembre 2018 23:56
                    Mitterrand un homme cultivé et intelligent a pourtant dit une grosse bêtise en affirmant que le nationalisme c’est la guerre. Faux ! Ce sont les empires.
                    CAD ceux qui veulent sortir de la nation pour téndre leur influence et leur pouvoir au delà de leur frontière.
                    Comparez la Suisse et les USA, vous comprendrez.

                    • files_walQer files_walQer 28 septembre 2018 08:40

                      FREXIT !



                      • zygzornifle zygzornifle 28 septembre 2018 09:03

                        L’UE est une bouse ou tout le monde marche dedans ....


                        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 30 septembre 2018 11:42

                          @zygzornifle

                          Oui, une bouse de vache où barbote la fausse science occidentale qui fait croire aux peuples qu’il y a dedans un Boson du Hic !!! produit pas le choc de deux bisons en furie dans une cave circulaire souterraine quelque part entre l’Hexagone et l’Empire d’Ali Baba... Là où se trouve non pas « le secret de l’Univers » mais plutôt la recette miracle qui appauvrit la pauvreté humaine ! 

                        • vesjem vesjem 4 octobre 2018 10:17
                          @niguedouille
                          agent du pouvoir mondialiste ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès