• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Farhad Khosrokhavar, un déni du djihadisme à haut risque

Farhad Khosrokhavar, un déni du djihadisme à haut risque

L’attaque qui a fait cinq morts et onze blessés, le 11 décembre, près du marché de Noël à Strasbourg, a été d’abord qualifiée d’« opportuniste », par le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, le 14 décembre dernier. Pour lui, cet attentat n’avait rien à voir avec l’EI, bien qu’il l’ait revendiqué, considérant que, comme dans d’autres cas, s’il pouvait être inspiré par sa propagande il n’avait pas été commandité ou coordonné par une cellule. Il prenait à témoin l’attaque de Las Vegas, le 1er octobre 2017, perpétrée par un retraité sans lien avec la mouvance djihadiste. Depuis, une vidéo d’allégeance au groupe Etat islamique (EI) a été retrouvée sur une clé USB appartenant à Cherif Chekatt, l’auteur de l’attentat, infirmant les propos du ministre. Mais pourquoi celui-ci s’est-il empressé de donner à cet acte terroriste un caractère de banalisation, renvoyant implicitement les motivations de ce « fou de dieu » à une autre cause que la violence islamiste djihadiste ? Pourtant, le terroriste avait abattu des passants en criant "Allah Akbar". Il n’ignore pas non plus que Daech lance dans cette période des appels à commettre des attentats sur les marchés de Noël, considérés comme impies. Dans le journal le Monde, le même jour, Farhad Khosrokhavar, sociologue franco-iranien, présenté comme spécialiste de ces questions, directeur d’études à l’EHESS, soutenait la même idée (1). L’auteur de la fusillade de Strasbourg n’était pas un djihadiste mais un jeune stigmatisé de la banlieue dont l’EI s’était attribué le geste, davantage dicté par le désespoir que par une quelconque idéologie religieuse.

Cette conjonction des discours du ministre et du sociologue, marquée par une volonté de dédramatisation et de banalisation, concourant au déni du djihadisme, pourrait bien nous exposer au pire. On s’étonnera que Monsieur Farhad Khosrokhavar, qui conseille sur ces questions le ministère de l’Intérieur, participe du procès permanent contre notre République laïque, accusée d’être à l’origine même de cette violence (2).

L’idéal-type du terroriste selon Khosrokhavar, Molière avait mieux fait avec « l’Avare »

Que nous dit en substance le sociologue ? Qu’il y aurait un nouveau « modèle de terrorisme » qu’il faudrait distinguer de celui que l’on pourrait « réellement » considérer comme djihadiste. Apparu depuis quelques années, il serait même dominant depuis « la chute » de Daech. « Les nouveaux terroristes ne connaissent pas bien l’islam, ou pratiquent un fondamentalisme que l’Etat français interprète comme une radicalisation alors qu’il ne porte pas d’intention violente », nous dit-il. Ainsi, ceux qui tuent au nom de l’islam n’auraient pas d’intention violente. Mais d’où vient alors cette violence ? Son explication, est que ces terroristes sont « habités par un profond sentiment de stigmatisation du fait de leurs origines étrangères (la famille de Chekatt est originaire d’Afrique du Nord) et de leur implication dans des affaires criminelles ou des actes de délinquance. Ils sont souvent issus des quartiers populaires, voire des habitats sociaux (c’est le cas de Chekatt), qui relèvent de ce que j’ai appelé « l’urbain djihadogène », c’est-à-dire des endroits qui favorisent la radicalisation. » Autrement dit, cette violence, c’est la faute de la société française, d’un contexte « urbain djihadogène » dont elle serait responsable. Rien à voir selon lui avec la religion, son exacerbation intégriste jusqu’à l’idéologie islamiste, la dédouanant totalement.

Un discours sur l’immigré victimisé à outrance que ne renieraient pas les Indigènes de la République. Il oublie au passage que, si des étrangers viennent s’installer sur notre sol, ce n’est pas parce que la France les y a obligés, mais parce qu’ils sont venus y trouver ce qui n’existe nullement dans un pays d’origine qu’ils ont décidé de quitter. La France, un pays dans lequel ils bénéficient des mêmes droits que tous. Rappelons que selon l’Observatoire des inégalités, à classe sociale égale, les enfants d’immigrés réussissent aussi bien que les autres.

Il enfonce encore le clou : « En outre, ces terroristes passent à l’acte parce qu’ils traversent un moment de désespoir. Ils souhaitent en découdre avec la société au nom de l’islam mais ils sont en réalité motivés par un sentiment d’échec personnel et d’injustice, en partie fondé, en partie fantasmé. (…) La radicalisation n’a dans ce cas que peu de chose à faire avec l’islam, l’islam ne sert qu’à donner un semblant de légitimité au désir de revanche et surtout assurer la promotion de l’individu qui devient, du jour au lendemain, grâce au terrorisme religieux une star dans le monde entier. » L’intégrisme religieux, le fondamentalisme islamique, ça n’existe donc pas, ce ne serait que de la peinture sur de la révolte sociale. Eloignons-nous un instant de cette théorie qui cherche à faire épouser à une sélection de faits un modèle de terroriste à la façon de l’idéal-type de « L’Avare » chez Molière, avec sans doute moins de talent, pour revenir aux faits. Le contexte familial du terroriste, nous révèle qu’un frère de Cherif Chekatt, également « fiché S » en raison de sa radicalisation, a fait rapidement l’objet d’un mandat de recherche du parquet antiterroriste. Il a été interpellé en Algérie au lendemain de l’attaque. Placés en garde à vue, les parents et deux frères de Cherif Chekatt ont, eux, été remis en liberté. Ses parents se sont ensuite exprimés sur France 2, le père du terroriste jurant qu'il l'aurait « dénoncé à la police » s'il avait eu connaissance de son projet. Pourtant, le fait que son fils, tel qu’il le décrit, défendait les thèses de l'État islamique louant les crimes des djihadistes, ne lui a pas mis la puce à l’oreille. On apprenait par la chaine que « le père est fiché S pour fondamentalisme religieux ». En réalité, on voit à travers l’entourage même de ce jeune, un milieu sous influence islamisme. Ce qui semble avoir échappé à notre expert.

M. Khosrokhavar nous sert une démonstration hors sol, décontextualisé, essentialisant la France comme la marmite du diable. Il fait comme si, il n’y avait eu ni attentats ailleurs, ni l’EI, ni la guerre en Syrie et en Irak, ni le printemps arabe avec ses islamistes, pas plus Al-Qaïda, et que la guerre civile en Algérie, menée par des islamistes, qui a fait des centaines de milliers de morts, n’avait jamais eu lieu… Sans compter encore avec l’assassinat il y a quelques jours de deux jeunes touristes au Maroc par quatre djihadistes, qui ont décapité l’une de leur victime à l’arme blanche. Ces ignobles terroristes ne sont sans doute encore que des victimes des inégalités sociales !

Qualifier « d’opportuniste » ce terrorisme, c’est servir l’islamisme 

Comment a-t-on pu ainsi qualifier « d’opportuniste » cette attaque, sans y réfléchir à deux fois ? Pourquoi ne pas faire le lien avec ce milieu communautariste et fondamentaliste pour comprendre les périls qui montent dans notre société et pas depuis hier, avec des radicalisés qui se comptent en dizaines de milliers ? L’Institut Montaigne, dans ses deux derniers rapports sur l’islam en France, nous livre pourtant des informations capitales sur le développement d’un islam radical dont les motivations sont avant tout religieuses. Un tiers des jeunes musulmans ont ainsi épousé les thèses du salafisme, sachant que tous les terroristes sont passés par là, c’est-à-dire par une idéologie religieuse qui prépare les esprits à l’affrontement sous toutes ses formes avec la République qui est l’ennemi juré de cet extrémisme religieux. D’autre part, selon les résultats de l’Institut, près de trente pour cent des musulmans considèrent que la charia est supérieure à nos lois et autant que la religion est un instrument de révolte contre la société. N’y-a-t-il pas là des ingrédients favorables à tous les risques ? Dans les pays arabes et maghrébins, la religion n’est pas séparée du politique, elle est soit définie comme religion officielle ou soit, justifie des théocraties. Ne faudrait-il pas mettre en relation ce fait, avec le rejet par certains musulmans d’origine de ces pays de nos principes démocratiques, portant la foi au-dessus de tout ? Celui qui va jusqu’au sacrifice, en tuant de façon aveugle, est dans la réalisation de la croyance selon laquelle il se qualifie ainsi pour un paradis fantasmé auquel on accède par le sang du martyr. Il ne le fait pas pour qu’on parle de lui comme d'« une star » après sa mort. On n’a d’ailleurs jamais vu aucun gangster tirer de façon gratuite et aveugle dans la tête des gens pour les tuer, dans un simple but de publicité. Le ressort religieux est donc bien essentiel pour comprendre cette forme de violence, pourtant à aucun moment évoqué. On en efface toute idée par un faux procès fait à la société, rendue responsable d’inégalités qui prédestineraient les jeunes en difficulté à n’avoir d’autre choix que le terrorisme, bizarrement, uniquement des musulmans, puisque seuls à commettre des attentats. Ce ne serait pas de la stigmatisation cela, et là, bien réelle, par cette assignation, en faisant au passage oublier la racine du mal, l’intégrisme religieux, l’islamisme ? C’est non seulement les livrer ainsi à la vindicte générale par cet amalgame, mais ne pas les prévenir du danger d’une conception religieuse portant au-dessus de la loi civile la loi religieuse qui conduit, à tout le moins, au repli du communautarisme et plus loin, au risque du terrorisme. C’est les jeter dans la gueule du loup ! Cette démarche trompeuse, serait-elle inspirée par une volonté maladroite de défendre ces jeunes, où serait-ce un prétexte pour refuser de voir l’évidence, que l’intégrisme religieux est le moteur de cette violence, signifié par le retour du sacré dans le politique ?

Un déni des dangers du djihadisme qui frise l’imposture intellectuelle

Le meilleur est pour la fin. Ces attentats, nous dit-il, « doivent être considérés comme un risque inhérent à la vie moderne dans des sociétés de plus en plus hétérogènes et en perte de cohésion sociale. Il faut prendre ce fait comme relevant non pas du djihadisme (ce qui fait peser la menace d’une internationale redoutable ou d’une idéologie guerrière) mais comme des cas de défaillance individuelle qu’on ne préviendra pas par des stratégies du type du fichier S. Ce dernier devient une incitation à l’action violente sous prétexte du djihad de la part des individus stigmatisés ». Il fallait oser ! On ne peut pas plus banaliser le terrorisme islamique, justifiant les pires violences à venir sous ce modèle victimaire fallacieux, portant l’accusation selon laquelle le simple fait d’identifier des individus dangereux comme « Fiché S » serait une cause des violences, inversant le sens de la charge. En parlant des attentats « comme un risque inhérent à la vie moderne », il nous dit en quelque sorte qu’il n’y a rien à faire, plus encore, il laisse ainsi entendre que ces attentats seraient comme le prix à payer des inégalités. Nous sommes en pleine culture de l’excuse. C’est faire oublier dangereusement que certains sont en guerre contre les pays démocratiques, parce qu’ils sont sous l’emprise d’une croyance religieuse radicale, violente, une armée de « fous de dieu » (3), et que la liberté pour eux, c’est l’ennemi, parce qu’elle s’oppose à leur volonté de tout soumettre à leur tyrannie religieuse. Cette confusion nous rend apathiques lorsqu’il serait question en retour de réagir avec force, au niveau nécessaire, sans concession.

Mais la chose la plus grave, en posant ces jeunes comme victimes de la République, en les faisant se tromper de combat, c’est de les désarmer face au risque de l’emprise de la radicalisation. Un processus d’islamisation qui est loin de n’être que le fait de la prison, qui se diffuse partout où il le peut, jusque dans les quartiers, transformant la délinquance en acte de bravoure contre une République qui serait l’ennemi, puisqu’elle refuse que la religion n’ait pas la primauté sur la loi. Ce qu’on propose par ce renversement qui met le cerveau à l’envers, c’est une sorte de purification du croyant vis-à-vis de ses délits transformée en nouveau départ qualifiant, pour « un grand destin » se concluant par le martyr. L’idéologie de ce sociologue, c’est un cadeau empoisonné à ces jeunes et à notre société, qui frise l’imposture. 

L’opportunisme politico-religieux du gouvernement rajoute encore au danger

Ne faut-il pas voir, dans la reprise par notre ministre de l’intérieur de cette thèse d’une action dite « opportuniste », le choix de céder à la confusion alors que se prépare une révision de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat qui s’attaque à la laïcité, au nom d’adapter nos institutions à l’islam de France (4) ? Comment voir autrement que comme un danger de plus, cette façon d’éluder la responsabilité du communautarisme islamique dans l’ombre duquel la radicalisation galope. Ce dont Gérard Colomb, son prédécesseur, nous avait mis en garde avec gravité, lors de son départ de la place Beauvau (5). Alors que l’islam en France est une religion déstabilisée, fragilisée par cette situation, on ne devrait plus que jamais en rien succomber à la tentation de jouer sur le religieux à des fins politiques. Réinstaller l’irrationnel de la croyance au sein même de l’Etat, c’est tout simplement jouer avec le feu (6).

Cette vision va avec un modèle d’intégration qui dérive, cédant à la logique d’une reconnaissance des différences qui relègue au second plan ce que l’on met en commun pour faire société. Ce qu’il faut, bien au contraire, c’est défendre cette liberté qui tient dans l’autonomie de l’individu comme bien de tous, de portée universelle, par-delà nos différences. Ce qui est garanti au croyant et à celui qui ne croit en rien, hors de toute distinction de classe sociale. Et cela, sans rien empêcher du côté de la foi, tant qu’elle respecte la loi commune et la liberté des autres. Cette liberté, c’est une propriété collective, une responsabilité commune, et comme telle le fondement de notre volonté de vivre ensemble, de notre paix civile.

La République laïque, un idéal d’émancipation et de liberté à pousser jusqu'au bout

Nous sommes l’un des rares pays où chacun se trouve réellement protégé contre toute hégémonie d’une religion sur les autres croyants ou ceux qui ne croient pas, puisque l’Etat n’en a aucune, et peut ainsi être impartial. Il faut promouvoir cette République laïque et sociale pour exorciser le risque terroriste intérieur, c’est même sans doute par-là que l’on endiguera le mieux le risque extérieur, par une contre vague de la liberté à cette logique destructrice. Cette République à une finalité humaine de grande valeur, émancipatrice, qu’il ne faut pas confondre avec la façon de gouverner de certains. C’est un beau projet, celui de l’égalité de tous au regard des droits et libertés fondamentaux mais aussi, des responsabilités qui en découlent, dont celle de les défendre. Ce n’est rien de moins qu’un formidable contrepoison à une idéologie djihadiste mortifère, et un très bel idéal de liberté pour la jeunesse, qu’il s’agit de pousser jusqu’au bout !

1-Farhad Khosrokhavar , Cherif Chekatt ou le faux djihadiste, Le Monde, 14 décembre 2018.

2-Guylain Chevrier, Face à l’islamisme, la défense sans concession de notre République et de la liberté !, Marianne, 26 juillet 2016. https://www.marianne.net/debattons/tribunes/face-l-islamisme-la-defense-sans-concession-de-notre-republique-et-de-la-liberte

3-Djemila Benhabib, Les soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident, H & O, 2011.

4-Guylain Chevrier, Ne toucher pas à la loi Laïque de liberté, séparant les Églises de l’État !, 12 Déc 2018, ADLPF, Libres penseurs de France. https://www.libre-penseur-adlpf.com/liberte-de-conscience/laicite/loi-laque-eglise-etat/

5-Remaniement réussi ou pas : ces 5 dossiers brûlants qui demanderont beaucoup plus qu’un changement de ministre pour être traités, Atlantico, 11 octobre 2018. https://www.atlantico.fr/decryptage/3528136/remaniement-reussi-ou-pas—ces-5-dossiers-brulants-qui-demanderont-beaucoup-plus-qu-un-changement-de-ministre-pour-etre-traites-

6-Nicolas Sarkozy avait déjà imaginé recourir à la religion comme instrument d’encadrement des quartiers, pour justifier de modifier cette loi, sur les propositions de la fameuse commission Machelon, qui n’avait finalement pas abouti : Nicolas Sarkozy, La République, les religions, l'espérance, Collection L’Histoire à vif, Cerf, 2004.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • popov 26 décembre 2018 09:57

    @guylain chevrier

    Bonjour

    Article plein de bon sens.

    Mais le fait qu’il ait fallu l’écrire en dit long sur l’état de la société française.

    Les régimes sous tutelle de l’UE utilisent autant de vaseline qu’ils peuvent pour que la population « de souche » accepte sans trop se révolter une immigration de masse en provenance de pays islamiques jusqu’à ce que soit atteint un point de non retour : le jour où les nuisibles seront assez nombreux pour prendre le pouvoir par des moyens démocratiques ou autres.

    Il m’est impossible d’attribuer cette situation lamentable à du laxisme ou de l’incompétence de la part des élus : ils ne peuvent pas être tous cons en même temps.

    Cette situation ne peut donc être que le résultat d’un plan que les élus des pays de l’UE sont forcés d’exécuter sous la menace de chantage ou sous la promesse d’une position lucrative après leur forfait commis et leur mandat terminé.

    Toujours est-il que la population européenne va disparaître dans quelques décennies si elle ne se ressaisit pas aujourd’hui.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 26 décembre 2018 09:59

      Ce déni d’un directeur d’études à l’EHESS est la tricherie d’un individu, à un moment donné, sur un aspect d’un danger évident. Il y a beaucoup plus grave :

      Depuis des années, la fausse Gauche, des journalistes et de nombreux autres français en position de pouvoir médiatique qui lui sont soumis ainsi que, pire encore, les gouvernants, pratiquent un véritable nouveau négationnisme, celui qui affirme et répète sans arrêt que l’islam n’est pas dangereux.

      Ces tricheurs de haut niveau de responsabilité font passer les islamophobes, dont la crainte du terrible islam est totalement justifiée, pour des racistes haïssant les musulmans. Et cette tricherie est quotidiennement acceptée et reproduite par les rares commentateurs pourtant lucides sur la réalité.


      • Jonas 26 décembre 2018 12:53

        Rappelons que le jihadiste Chérif Chekkat était parfaitement connu de nos services de renseignement, un soutien des combattants de l’État Islamique qui ont pour objectif de tuer tous les Français, civils, femmes, enfants, nourrissons, à coup de pierre, coups de couteaux, par égorgement, empoisonnement, écrasement par une voiture ou un camion, attentats à la bombe pour instaurer le Califat islamique en Europe, c’est l’idéologie diffusée par l’État Islamique dans leur propagande et leurs périodiques tels : « dar-al-Islam », « Dabiq » ou encore « Rumiyah », que vous pouvez vous procurer au format PDF sur Internet.
        Aussi incroyable que cela puisse paraître, Chérif Chekkat, listé au Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) pour soutien aux combattants jihadistes, n’a fait l’objet D’AUCUNE MESURE D’EXPULSION !


        • Esprit Critique 26 décembre 2018 20:38

          @Jonas

          Vous oubliez son père et un de ses frères eux aussi répertoriés.
          Parlons Français et soyons honnêtes.
          Castaner et Nunez, vu leurs propos, doivent rejoindre le fichier des individus dangereux.


        • Jonas 26 décembre 2018 13:31

          Pour ceux que ça intéresse, l’EHESS (créée en 1999 par le ministère de l’éducation nationale) est une institution française pensée dans le cadre du projet EURABIA, fomenté dans les années 1970, qui vise à promouvoir l’Islam en attaquant juridiquement tout ce qui empêcherait l’islamisation de la société française, développer le multiculturalisme et considérer l’invasion migratoire comme une chance pour la France.

          L’EHESS est implémentée au coeur du gouvernement macroniste, puisqu’elle est un des moteurs du processus conduisant à terme à l’islamisation de la France.


          • blablablietblabla blablablietblabla 26 décembre 2018 18:38

            Il y a 20 000 jihadistes dont 4000 à haut risque , on a pas fini d’entendre le délire de ce genre de sociologue ils sont payés pour ça. Tout le monde connait les problèmes lié à l’islam or ce qu’ils veulent c’est des solutions et ce sociologue n’en donne point.

            Très bon article.


            • OMAR 26 décembre 2018 19:10

              Omar9

              .

              Bonsoir @g. chevrier

              .

              La pèche aux fachos attire de moins en moins de candidats, à ce que je constate.

              .

              Y’a même pas @cova, @Amaury, Gil-Es-Saghir, @Cadoudal, @hunter, etc qui, à leurs habitudes viennent jeter leur fiel sur les français musulmans, l’Islam et le Coran...

              .

              Votre problème est que tout le monde est d’accord avec votre constat et partage votre combat, y compris moi.

              Seulement, vous vous trompez sciemment de cible,


              • popov 27 décembre 2018 07:40

                @OMAR
                 
                Quand on a pour « prophète » un véritable trou de balle, et pour religion une idéologie totalitaire, on est assez mal placé pour traiter les autres de fachos.


              • OMAR 27 décembre 2018 10:00

                Omar9
                .
                @popov
                .
                Il parait que les nouvelles sanctions américaines contre la Russie vont toucher même la vodka.
                http://www.lefigaro.fr/international/2018/11/08/01003-20181108ARTFIG00364-washington-impose-de-nouvelles-sanctions-a-la-russie.php
                .
                Purée, je t’imagine à jeun dans ta datcha avec -20° dehors...
                .
                Boh, il te reste le polonium que ton Poutine utilise à merveille pour faire manger les racines à ses opposants.
                .
                Essaie-le, tu rendras service à l’humanité...


              • popov 27 décembre 2018 12:08

                @OMAR

                Vodka ? datcha ? -20⁰ dehors ? polonium ? Poutine ?

                C’est amusant, il y a chez vous un bouton appelé islam ou quelque chose comme ça, et qu’il suffit de toucher pour déclencher ces hallucinations bizarres.


              • Esprit Critique 26 décembre 2018 19:15

                Du raisonnement de Castaner, et de l’observation des faits, j’en déduit que n’importe quel musulman peut a n’importe quel moment se mettre a tuer au hasard sans aucun ordre de nul part, Il décide tout seul, Pour se sentir en accord avec le Coran.

                Vous trouvez ça rassurant vous ?


                • Arthur S François Pignon 26 décembre 2018 19:35

                  @Esprit Critique

                  même pas besoin d’être musulman : n’importe qui !


                • Esprit Critique 26 décembre 2018 20:33

                  @François Pignon
                  Servie sur un Plateau ! Je ne peut pas éviter de dérailler.
                  Et sans changer de Braquet ! ?
                  Baissez la tète vous aurez l’air d’un coureur.

                  Mais alors, méfie toi des Bouddhistes et des esquimaux.


                • Pierre Régnier Pierre Régnier 26 décembre 2018 20:51

                  Commentaire néo-négationniste, François Pignon.

                  Dans la conception islamique de la croyance, Dieu (le « seul vrai Dieu Allah ») donne mission à chaque adepte de convertir les mécréants et les croyants égarés dans d’autres religions, afin que les peuples de la terre entière soient à terme soumis à ce Dieu.

                  C’est seulement dans cet état d’esprit que "n’importe quel musulman peut à n’importe quel moment se mettre à tuer au hasard sans aucun ordre de nul part".


                • Pierre Régnier Pierre Régnier 27 décembre 2018 08:10

                  @Pierre Régnier

                  J’ai oublié de préciser que le meurtrier islamique a retenu que sa religion lui commande de convertir le monde entier « pour son bien » mais aussi de gré ou de force.


                • Jonas 27 décembre 2018 10:19

                  @Pierre Régnier

                  Bonjour 
                  Farhad Khosrokhavad, cet imminent directeur à l’école des hautes études en sciences sociales et expert international de l’islamisme avait écrit pour attirer l’attention des hommes politiques français , un essai ,passé inaperçu «  L’islam des prisons ». (ed . Balland 2004.) Déjà , il signalait , que certaines prisons étaient peuplées entre 60 à 70 % par la racaille de l’islam radical. 

                  Il a fallu , que Zemmour , le rappelle pour qu’il soit accusé de racisme et voué aux gémonies. Je rappelle que Khosrokhavar, avait échappé à ses accusations par les « idiots utiles » parce qu’il est musulmans non arabe. 



                  • Jonas 27 décembre 2018 14:12

                    @François Pignon
                    J’espère , qu’il ne vous a pas échappé, que les pays de votre lien sont des pays démocratiques avec des journalistes libres et indépendants , qui font leur travail d’investigation, par lequel ils informent les opinions publiques qui contraignent les Etats à reconnaître leurs implications.
                     

                    En revanche , comme par hasard , il n’y a aucune reconnaissance des agissements des pays totalitaires et dictatoriaux comme , la Russie , la Chine, la Corée du Nord, Cuba, les pays musulmans et africains. Dans ces pays les Journalistes sont a la botte des pouvoirs qui leur dictent ce qu’ils doivent dire ou taire et les opinions publiques n’existent pas.  Ils possèdent une arme pour dissimuler leurs méfaits celle du complot.  


                  • Gloubi 26 décembre 2018 22:36

                    L’islam est une religion de conquête, qui cherche à « rafler des parts de marché » en comptant le maximum d’adeptes. J’en veux pour preuve :

                    • la condamnation à mort des apostats
                    • la rétribution financière des conversions
                    • l’interdiction du mariage d’un non-musulman avec une musulmane
                    • l’impossibilité de critiquer cette religion, voire de débattre de ses dogmes.

                    Dans ces conditions, si les adeptes de l’islam ne veulent pas se soumettre aux lois de la République, il faudra que ceux qui sont réellement attachés à la République, quelle que soit leur religion ou leur philosophie, les y contraignent ou se résolvent à voir disparaître la démocratie sous la charia. 


                    • DACH 15 janvier 09:29

                      Omar le coyotte, comme ce directeur d’études journaliste occasionnel au Monde tiennent des propos d’école maternelle. Et ils n’ont pas le talent de cacher ce qu’ils veulent cacher : l’Islam est une religion de soumission mortifère qui a la richesse idéologiquz d’une secte : facile d’y entrer, 3 mn, interdit d’en sortir.’’ Le monde extérieur est mauvais il faut le convertir ou le détruire.’’Que tous ceux et celles qui refusent d’être dupes continuent de le faire savoir....La soumission à l’Islam entraîne l’incapacité à prendre en charge son existence comme un adulte !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès